6) LA JUSTICE

27 Février 2017

10 attaques anti-migrants par jour en Allemagne

L’Allemagne a enregistré l’an dernier quelque 3500 attaques contre des réfugiés et demandeurs d’asile, soit près de dix actes de ce type par jour, selon des données du ministère de l’Intérieur. Ces attaques ont fait au total 560 blessés, dont 43 enfants (…)

Selon des statistiques de la police citées par le ministère dans sa réponse, 2545 attaques ont visé l’an dernier des personnes réfugiées. Aucun chiffre n’était immédiatement disponible pour comparer avec les années précédentes, car ce type d’attaque n’a été comptabilisé séparément qu’en 2016.

En outre, 988 structures d’hébergement pour réfugiés et demandeurs d’asile ont été visées l’an dernier, y compris par des incendies criminels, ajoute le ministère. Ce chiffre est légèrement en retrait par rapport à 2015, lorsque plus d’un millier d’attaques de ce type avaient été enregistrées. En 2014, il n’y avait eu que 199 cas (…)

Source : http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/10-attaques-anti-migrants-par-jour-en-Allemagne-20105094

17 Février 2017

Trois jeunes défigurent un épicier à Montpellier…

Samedi matin 11 février, La Chamberte, quartier calme et paisible de la commune de Montpellier (34000). Les six mille habitants en majorité des couples et des célibataires, s’éveillent paresseusement.

Trois « jeunes » rentrent dans une épicerie il ne sont pas là simplement pour voler mais aussi pour marquer dans tous les sens du terme le propriétaire de l’enseigne. Celui-ci est seul, sans arme dans son échoppe, eux sont armés de tessons de bouteilles. Ils auraient pu, en le menaçant, lui faire simplement peur pour exiger la remise de l’argent. Mais non, ils veulent jouir du spectacle, et de quel spectacle. Ils le frappent s’acharnant sur son visage, au point de le défigurer et de toucher au nerf facial. Imaginez la terreur de l’homme, recroquevillé derrière son comptoir. Imaginez le sang qui gicle et les cris de douleurs. C’est long une minute quand vous vous faites lacérer le visage alors que vos agresseurs rient en vous insultant. D’ailleurs cette séance devait tellement les faire saliver qu’elle a duré plusieurs minutes. Pour leur haine, une agression ne suffit pas.

Ils s’en prennent au magasin, renversant les étagères, saccageant entièrement la boutique. Enfin, avant de partir, ils n’oublient pas de se saisir du contenu de la caisse.

Regagnant leur voiture ils prennent la fuite laissant derrière eux une scène de désolation. Heureusement malgré ses blessures le boutiquier peut se traîner et relever la plaque d’immatriculation du véhicule. Pas de chance pour eux, cette voiture, une Toyota, avait été contrôlée vendredi soir par les policiers qui se sont souvenus de l’identité du conducteur. C’est à son domicile situé avenue de l’Europe (quartier de la Paillade) qu’ils l’ont cueilli quelques minutes plus tard en compagnie de ses deux complices.

Lors de leur garde à vue, les trois hommes déjà connus des services de police, ont expliqué qu’ils avaient fait la fête le vendredi soir. Ils ont précisés qu’ils étaient encore ivres le samedi matin quand ils sont entrés dans l’épicerie. Ils voulaient au départ y acheter tout simplement à manger. Avec certainement comme monnaie des tessons de bouteilles !

Leur procès en comparution immédiate prévu le lundi a été reporté, l’un d’eux ayant demandé à préparer sa défense pour s’expliquer devant un juge.

 

Imaginons maintenant que, suite cette agression sauvage, nombre de commerçants, suivis par des habitants, aient réagi, que plusieurs manifestations aient eu lieu devant le tribunal de Montpellier. Que Quartier La Paillade, des entrées d’HLM aient été caillassées et des voitures devant les immeubles incendiées. Imaginons des manifestants criant : « Stop aux agressions », « Jeunes assassins », « Nous ne voulons plus de racailles dans nos quartiers « .

Imaginons que, face à ces incidents, le Président de la République ait fait le déplacement jusque dans l’Hérault pour apporter son soutien à l’épicier. Qu’il ait déclaré notamment, par exemple : « Cet épicier est connu des clients pour son travail exemplaire, cet homme veut simplement vivre en paix et dans un rapport de confiance avec les jeunes des cités”.

Imaginons que de nombreuses personnalités, acteurs comédiens et chanteurs aient aussi réagi devant cette agression, faisant paraître une tribune dans Le Figaro, appelant à réagir contre les crimes des envahisseurs et réclamant justice pour les riverains.

Imaginons, oui… Car si Théo a derrière lui le gratin de la bien pensance, cet épicier n’est qu’une énième victime inconnue, bien réelle. Au fait France Bleu, qui a annoncé l’information, n’a pas donné l’identité des trois criminels qui pourtant sont majeurs. On se demande bien pourquoi !

28 Janvier 2017

La pauvreté des plus de 75 ans est passée de 7,6% à 9,6% en 2 ans !

Attention tabou ! Selon les chiffres de l’INSEE parus aujourd’hui la situation des personnes de plus de 75 ans se détériore fortement.


Pourquoi se focaliser sur cette tranche d’âge ?
 C’est un principe simple, il est plus facile de se sortir de la panade à 20 ans qu’à 85 ans ! 
A part la solidarité nationale ou familiale qui peut aider les plus âgés à sortir de la pauvreté ?
 Alors retenez un seul chiffre : la pauvreté en conditions de vie des plus de 75 ans est passée de 7,6% en 2012 à 9,6% en 2014 ! 
2% de hausse en seulement 2 ans !

 La situation des plus âgés en situation de difficultés financières se détériore.
 Comment voulez-vous envisager séjourner en maison de retraite si vous n’avez pas de quoi juste subsister au quotidien ?
Un pays qui ne s’occupe pas correctement de ses aînés est un pays qui se meurt. 
Et puis nous sommes en France, la cinquième puissance économique du monde et non pas au Zimbabwe !
Entre des candidats aux primaires socialistes qui ne parlent absolument pas des retraités, entre François Fillon qui dit que pour résorber la pauvreté il faut endiguer le chômage, tout cela ne nous mène pas loin et ne résout en aucun cas, la situation difficile des plus âgés. 
Qui va croire qu’une personne de 90 ans en situation de pauvreté va trouver un emploi ! 

Les chiffres de l’Insee parus aujourd’hui sont éloquents : en 2012, 11,4% des plus de 75 ans se restreignaient pour la consommation, ce chiffre est monté à 16% en 2014. 
Une hausse de 4,6% en 2 ans !
 3000 retraités de plus ont des difficultés pour joindre les deux bouts en seulement deux ans. 
C’est cela la justice sociale ?  

La situation des plus âgés est notre principale préoccupation.
La solidarité nationale doit s’appliquer en priorité aux anciens. 
C’est une urgence et c’est logique : comment à 88 ans, avec des difficultés pour se mouvoir, comment voulez vous améliorer seul votre situation ?
 Impossible !
Nous redisons même si cela en fait bondir certains, oui on peut se sortir de la galère à 20 ans, oui on peut trouver un boulot, une formation mais quand on a 90 ans, reconnaissez que cela est difficile…
Et puis on parle beaucoup des jeunes qui n’arrivent pas à se loger, c’est vrai mais qui dit qu’à 75 ans 4,4% de cette classe d’âge a des difficultés de logement. 
En hausse de 1,2% en 2 ans !
On nous bassine avec des grands mots, justice sociale, égalité, vivre ensemble, générosité, solidarité…mais concrètement les aînés sont les grands oubliés des politiques publiques et l’avenir est sombre.
Alors mobilisons-nous, battons-nous faisons changer les mentalités, ouvrons les yeux aux politiques et regardons enfin le problème de la pauvreté chez les anciens avec courage et détermination. 
Les paroles, les promesses, cela suffit, il faut des actes…

Oui, la priorité c’est la vieillesse !

http://blog.seniorenforme.com/

25 Janvier 2016

France : un fichier « secret » recense 15.000 à 16.000 radicalisés dont 3.000 à 4.000 « dangereux »

Ce sont des données confidentielles, conservées sous le sceau du secret, et qui permettent depuis peu d’établir une carte précise de la radicalisation en France. Entre 15 000 et 16 000 hommes, femmes et mineurs, sont aujourd’hui enregistrés au sein du fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). Une précieuse base de données nationale, créée au mois de mars 2015 par un décret non rendu public, et qui recense les islamistes radicaux français ou résidents sur le territoire.

Au mois de novembre dernier, 5 325 « radicalisés » domiciliés à Paris ou dans les sept autres départements franciliens figuraient dans ce fichier : 4 030 d’entre eux font l’objet d’un suivi plus soutenu. Un chiffre considéré comme « stable » et qui ne semble plus devoir évoluer. Ces personnes ont été identifiées, notamment après l’exploitation des appels téléphoniques adressés par des particuliers à la plate-forme de signalement du Centre national d’assistance et de prévention de la radicalisation (CNAPR) (…)

Cette évaluation est, notamment, réalisée en tenant compte des indicateurs de basculement dans la radicalisation tels qu’un comportement de rupture avec l’environnement familial, un changement d’apparence physique ou vestimentaire ou une pratique religieuse hyper ritualisée.

Par ailleurs, en fonction de la « dangerosité » des personnes figurant dans ce fichier, il est décidé d’un suivi spécifique. « Sur les 15 000 à 16 000 radicalisés au niveau national, entre 3 000 et 4 000 sont considérés comme les plus dangereux et sont suivis spécifiquement par la DGSI, poursuit la même source (…)

Ce même fichier recense également huit métiers dits à « risque » pour lesquels les radicalisés ainsi recensés sont soit employés sur des « sites sensibles » ou au contact d’un large public.

En Ile-de-France, au regard de la densité du maillage du réseau des transports en commun, c’est dans ce secteur d’activité que le nombre de personnes inscrites au FSPRT est le plus important. Juste derrière arrivent les métiers de la sécurité privée puis, dans une moindre mesure, les administrations publiques, comme la santé et l’éducation.

Source : http://www.leparisien.fr/faits-divers/cartographie-secrete-des-radicalises-25-01-2017-6614952.php#xtor=AD-1481423553

19 Janvier 2016

France : à Trappes, l’islamisme a vaincu la République

« Une cinquantaine de départs en Syrie depuis Trappes sont connus, onze morts ont été recensés. » Dans son numéro du 1er septembre 2016, Valeurs actuelles révélait le contenu explosif d’un rapport confidentiel adressé à Jean-Jacques Urvoas à propos de cette commune des Yvelines devenue, en vingt ans, le terreau fertile du communautarisme musulman, qui a muté au fil du temps en intégrisme islamiste.

La note adressée au garde des Sceaux dressait le portrait d’une ville à la dérive, où les émeutes de juillet 2013 sont venues consacrer une situation de fait. Aux Merisiers, secteur défavorisé de Trappes que longe la rue Eugène-Pottier, Cassandra venait d’être interpellée pour port du voile intégral. « On n’est pas à Kaboul ! », se serait alors écrié le policier chargé du contrôle d’identité, avant que Mickaël, le mari de Cassandra, tente de l’étrangler. L’embrasement qui avait suivi n’avait été rien de moins qu’une riposte communautaire contre l’État de droit. « Les émeutes de Trappes de juillet 2013 sont les premières en lien avec une contestation religieuse en France », rappelle le rapport.

Ces époux intégristes, leurs prénoms l’attestaient, étaient des convertis à l’islam. Trente ans d’un idéal multiculturaliste dans les banlieues françaises n’ont pas abouti à des échanges ou à des enrichissements notables, simplement à l’érection d’un nouveau pouvoir, à l’instauration d’un nouveau mode de vie.

« Comment peut-on éviter la partition ? Car c’est quand même ça qui est en train de se produire : la partition », demandait, posant le constat de l’échec, le président Hollande. L’aveu est rapporté par Gérard Davet et Fabrice Lhomme dans Un président ne devrait pas dire ça (Stock), mais il ne semble pas avoir fait grand bruit. Trappes et ses presque 32 000 habitants, dont environ 70 % de musulmans, Trappes et ses 40 à 50 nationalités différentes revêt aujourd’hui l’apparence de certaines localités libanaises, micromondes cerclés dans le large périmètre d’une autre réalité religieuse et civilisationnelle. Le quadrillage ethnique des Balkans n’est pas loin non plus.

Une destinée d’enfermement, l’affirmation tranquille d’une nouvelle légitimité. L’assise d’un quart de siècle d’occupation musulmane (les Maghrébins qui ont succédé aux Italiens et aux Portugais dans l’industrie automobile se sont installés sur la commune) a progressivement permis la mise en place d’une partition sur les ruines de l’ancien monde, toujours visible. La nouvelle réalité de Trappes et des Trappistes, ironie religieuse du nom des habitants, advient dans ces petites rues du centre-ville, contours ordinaires d’un bourg moyen à colombages. Nés ici le plus souvent, les riverains revêtent hidjabs, qamis, sarouels, tenues traditionnelles revues au goût de la mode islamique (jogging coton chiné, cuir lainé ou satin), syncrétisme baroque entre sportswear et wahhabisme. Quelques collégiennes arborent simplement turbans ou bonnets colorés. À la librairie islamique Nour al-Hidaya, rue de Stalingrad, en bordure de la nationale 10 (ancienne route de Chartres), on vous accueille avec le sourire. Le libraire est affable. Lui aussi revêtu de l’habit traditionnel, sa peau est blanche et ses cheveux châtains. Il est converti.

La rue Jean-Jaurès, l’artère principale, celle des Blancs et des banques, des bijouteries et des pharmacies, offre pourtant une devanture engageante. Au numéro 23, l’école Sainte-Marie indique la présence héroïque de l’enseignement catholique des Yvelines. À L’Équipe de Choc, café attenant au Tabac de la Mairie, la bière coule à flots. Une impression de déjà-vu, une commune française comme il y en a des milliers.

Mais passé ce périmètre, l’intégration se vit en sens inverse, la discrétion est de mise. Faire halte à Trappes, c’est toucher du doigt cette France de la partition. Celle où il n’existe plus une seule boucherie qui ne soit pas halal. Où tous les coiffeurs mixtes ont disparu — on sera curieux de remarquer cette mention, “Hommes et enfants”, sur les baies vitrées des salons du coeur de ville, d’où l’on apercevra une population exclusivement masculine. « Il en existe pour les femmes, mais davantage en périphérie », nous souffle, gênée, une habitante au long cours.

La France de la partition est donc celle de la restriction des libertés pour les femmes dans l’espace public. Au début du mois de décembre, un reportage de France 2 révélait que se rendre dans les cafés de Sevran (Seine-Saint-Denis) devenait pour elles périlleux. Simple continuité d’un machisme ouvrier franchouillard, d’après le candidat à la primaire de la gauche Benoît Hamon, député de la 11e circonscription des Yvelines.

Nous sommes venus à Trappes à quelques jours de la Nativité pour démontrer que, dans une banlieue islamisée, le vivre-ensemble n’est à tout le moins qu’un joli conte de Noël. C’est d’ailleurs une période comme les autres ici, sans luminaires et sans cotillons. Comme d’autres enclaves musulmanes en France, Trappes vit au rythme d’un calendrier qui lui est propre.

Combien sont-elles, ces zones qui ont basculé, sorties du champ culturel occidental, effacées de la carte de France, soigneusement excusées car “quartiers vivants”, “espaces de diversité”, “laboratoires du métissage” ? Guyancourt (Yvelines), à quelques kilomètres de Trappes, Dreux (Eure-et-Loir), Longjumeau (Essonne), Roubaix et Tourcoing (Nord), les quartiers nord de Marseille… Grenoble et Chasse-sur-Rhône (Isère), dont est issue la filière iséroise, tristement célèbre pour avoir mis sur pied les attentats de 1995.

La nouvelle légitimité étend ses tentacules partout en France. Patiente et silencieuse, elle s’immisce jusque dans Paris intra-muros. Au printemps dernier, la journaliste Géraldine Smith révélait dans un ouvrage choc la réalité d’une artère située en plein coeur du Paris bobo, entre Temple et Belleville. Enquête glaçante, Rue Jean-Pierre-Timbaud (Stock) retrace la généalogie d’une colonisation du territoire débutée au tournant des années 2000.

Aux alentours de la mosquée Omaribn-al-Khattâb, à quelques encablures des bars branchés de la rue Oberkampf, librairies intégristes et boutiques de vêtements islamiques pullulent. Voiles et qamis relevés sur le haut du mollet se banalisent. Les femmes ne s’aventurent plus les bras nus. Comme à la Goutte-d’Or naguère, dans le nord de Paris, les prières du vendredi qui envahissent la rue ne font l’objet d’aucune verbalisation. « Beaucoup d’entre nous ne s’aperçoivent de rien, relate alors la journaliste, ou se disent et répètent aux autres, face aux indices s’accumulant : “Mais c’est calme ici.” » L’assujettissement est accompli.

À Trappes plus qu’ailleurs, où il n’est pas plus question de métissage que de diversité, il est institutionnalisé. À la France multiculturelle, la commune francilienne oppose une organisation sociale, une manière de se vêtir, de manger, de prier, de parler. Et l’unité d’un peuple autour de sa religion. Noël, alors, n’existe pas. Samrad Market, rue Gabriel- Péri, Au Prince de Cappadoce, Bazar Khalid… Aucun de ces commerces n’arbore de décoration festive, encore moins chrétienne. Nulle mention de Noël dans l’espace public, sauf devant la mairie PS, qui souhaite aux habitants de “bonnes fêtes de fin d’année”. Simulacre de la présence de la République française, déjà fort éloignée de la France charnelle, ce lourd bâtiment de briques est un fantôme qui s’érige en symbole de l’impuissance de l’État.

Devant la mairie, Jean Jaurès statufié trône en défenseur du peuple. « Je n’ai jamais séparé la République de l’idée de justice sociale, sans laquelle elle n’est qu’un mot », affiche la façade derrière lui. La vétusté des idéaux, terrain d’élection du djihadisme.

Le taux de chômage, qui avoisine les 20 %, laisserait à penser que les racines du mal sont d’abord sociales. Mais depuis que les islamistes font régner leur ordre, la petite délinquance et la délinquance sur la voie publique auraient sensiblement chuté sur la commune. Omar Sy et Jamel Debbouze, ces figures de la diversité heureuse, sont des vitrines idéales pour la municipalité, qui compte trois centres socio-culturels, un écrivain public, ainsi qu’un délégué police-population pour faciliter les relations entre les riverains et les autorités.

Des millions d’euros ont par ailleurs été investis localement pour la rénovation. Aujourd’hui, la cité francilienne bénéficie de tous les équipements possibles. Le long de la rue MauriceThorez, la hauteur des blocs bleu métallique ne permet pas d’en faire de réelles barres d’immeuble. Femmes voilées et enfants arpentent l’artère avec quiétude, croisent des groupes de jeunes hommes, sans se mélanger. À Trappes, les Trappistes sont chez eux.

Enclave dans l’enclave, la coquette place de la Paix, enlaidie d’une sculpture en métal rouge réalisée par les élèves du lycée Louis-Blériot, laisse apparaître quelques couronnes de l’Avent aux portails lourdement verrouillés. Mais Saint-Georges, seule église de la commune, ne fait pas le poids face aux cinq lieux de culte musulman que compte la ville.

À la mosquée En-Nour, gérée par l’Union des musulmans de Trappes, proche des Frères musulmans, on refuse obstinément de répondre aux journalistes. « En radicalisation constante », précisait le rapport à Jean-Jacques Urvoas, elle est d’abord le lieu du lavage de cerveau, l’antichambre du djihad. Du Groupe islamique armé algérien, dans les années 1990, à Dae’ch, des générations de terroristes y ont été recrutées avant de passer à l’action, en France ou ailleurs.

La nuit est tombée quand, dans le train du retour, une bande d’adolescents se met à deviser de la force des explosions obtenues avec différents produits inflammables. « Tout dépend, indique l’un d’entre eux à son camarade, de la nature de ton combustible. »

Source : https://www.valeursactuelles.com/societe/trappes-lislamisme-vaincu-la-republique-60974

08 Janvier 2016

Viols en réunion à Corbeil-Essonnes : les rappeurs devant la cour d’assises

Les quatre victimes de 15 et 16 ans étaient violées par des bourreaux qui décidaient de l’ordre de passage à « pierre-papier-ciseaux ».

La cour d’assises des mineurs de l’Essonne planche, depuis mercredi 4 janvier 2017, sur l’affaire sordide des viols en réunion dont se sont rendus coupables sept membres d’un groupe de rap, les bien nommés « Gangsta du zoo », habitants du quartier des Tartetêts à Corbeil-Essonnes, où se rencontrent, plus ou moins à l’abri des regards extérieurs et mélangés en une bouillie infâme, culture américaine de la violence, communautarisme décomplexé, éducation pornographique sur smartphone, loi des gangs en culottes courtes (ces rappeurs étaient tous mineurs au moment des faits) et rejet de toutes les normes qui, dans une société saine, composent le cadre moral qui sculpte et perpétue la bienséance.

Les quatre victimes, âgées de 15 et 16 ans au moment des faits, étaient violées par des bourreaux rigolards qui décidaient de l’ordre de passage à « pierre-papier-ciseaux ».

Ultime manifestation de leur sentiment d’impunité : ils filmaient eux-mêmes la scène sur leurs téléphones.
 
Officiellement, c’est le procès de sept mineurs coupables de viol. En filigrane, toujours, la peur de l’amalgame qui fait se tenir prête l’armée des idéologues « vivrensemblistes », amis de quartiers et de la diversité, qui travaillent à convaincre ceux que la récurrence de ces faits finit par rendre soupçonneux que ces événements ne sont ni la norme ni la tendance de ces quartiers (où il fait bon vivre le reste du temps ?).
 
La vérité est que ce procès pourrait être, devrait être celui de notre époque tout entière. Nous avons voulu un monde où l’on puisse jouir sans entraves, nous l’avons ; un monde débarrassé des vertus ringardes où l’on ne diffuse plus timidement qu’un ersatz de morale dans quelques cours d’éducation civique au collège, nous l’avons ; un monde sans frontières qui fabrique des déracinés et des déboussolés, nous l’avons ; un monde sans foi, nous l’avons ; sans loi ? Si, quelques-unes, mais qui ne peuvent rien contre le réveil des intempérances provoqué par l’éloge de l’individualisme nombriliste. Les horreurs vécues dans des caves par ces jeunes filles sont moins une anomalie qu’une conséquence inévitable du monde que nous avons créé.
 
Dans La Civilisation de la Renaissance en Italie (1860), Jacob Burckhardt écrit ceci : « Enfin l’Italie, ce pays où l’individualisme arrive sous tous les rapports à son extrême limite, a produit quelques hommes d’une scélératesse absolue, qui commettent des crimes pour le crime même, qui le regardent comme un moyen d’arriver, non plus à un but déterminé, mais à des fins qui échappent à toute règle psychologique. » Nous pourrions citer, encore, l’intemporelle leçon de sagesse de Bossuet (« Dieu se rit des prières qu’on lui fait pour détourner les malheurs publics, quand on ne s’oppose pas à ce qui se fait pour les attirer ») et militer pour qu’en plus des monstres, nous jugions aussi un jour leurs Dr Frankenstein.
07 Janvier 2017

USA : Quatre noirs anti-Trump kidnappent un jeune Blanc handicapé et le torturent en direct sur Facebook

Nouvelle escalade dans la ville socialiste de Chicago, ravagée par l’africanisation fulgurante de sa population. Un jeune Blanc mentalement handicapé a été kidnappé par au moins quatre noirs qui se sont ensuite livré à sa torture en direct sur Facebook Live, scandant des slogans anti-Trump et anti-Blanc.

Voici quelques extraits de la diffusion en direct qui a duré des heures et a été visionnée des centaines de milliers de fois. Le jeune homme est attaché et bâillonné, le visage en sang :

https://youtu.be/_CptOQ0hSEc

https://youtu.be/Z4vcJgTzqjc

Une des protagonistes, Brittany Herring, a filmé la victime alors qu’on lui coupait la peau du crâne au couteau :

Les scènes de torture, rythmées par les cris des africains enivrés par la violence, n’ont pas cessé avant de très longues heures .

Les activistes noirs scandaient des slogans hostiles au Président-élu Donald Trump ainsi qu’aux Blancs : « Va te faire foutre Donald Trump ! », « Nique les Blancs ! ». La chaîne locale Fox 32 a confirmé que la victime était mentalement handicapée, ajoutant encore un degré dans l’horreur (source).

Les quatre africains impliqués dans le kidnapping ont finalement été interpellés. La police estime que la victime aurait été détenue entre 24 et 48 heures (source).

« Chirak »

La ville de Chicago, ravagée par l’africanisation de sa démographie, a progressivement sombré dans une permanente guerre de gangs. Au point qu’elle est désormais baptisée « Chirak », contraction de « Chicago » et de « Irak », en référence à la violence qui y prévaut au point de ressembler à ce pays du Moyen-Orient.

Le maire démocrate (gauche) n’est autre que Emanuel Rahm, un ancien conseiller de Barack Obama ayant pris position pour l’immigration illégale dans sa ville (source).

 

source

31 Décembre 2016

Suède : le gang de violeurs afghans ne sera pas expulsé car leur pays est « trop ​​dangereux

Le viol collectif a eu lieu dans les forêts d’Uppsala, au Sud-Est de la Suède
. Le garçon a été battu et traîné dans une forêt à l’aide d’un couteau, a dit le procureur
. La victime, âgée de moins de 15 ans, a été «soumise à une épreuve de plus d’une heure»,
. Cinq personnes ont été condamnées mais aucune ne sera expulsée de Suède (…)

Après un procès,

les adolescents ont été reconnus coupables de viol aggravé -mais en dépit des demandes du procureur, ils ne seront pas expulsés de Suède en raison de leur âge et des dangers qu’ils rencontreraient dans leur pays.

Le tribunal a déclaré que les adolescents auraient été «très durement touchés» par l’expulsion en raison de la situation sécuritaire en Afghanistan.

Quatre des accusés ont été condamnés à des peines de prison de 15 mois tandis que le cinquième a été condamné à 13 mois (…)

Tous sont arrivés en Suède en tant que mineurs non accompagnés demandant l’asile (…)

Sources :- http://www.fdesouche.com/805009-suede-le-gang-de-violeurs-afghans-ne-sera-pas-expulse-car-leur-pays-est-trop-%E2%80%8B%E2%80%8Bdangereux

http://www.dailymail.co.uk/news/article-4076394/Five-Afghan-teenagers-convicted-gang-raping-boy-knife-point-Sweden-NONE-deported-homeland-dangerous.html#comments

20 Décembre 2016

Les forces de l’ordre remerciées par le peuple

La police et la gendarmerie se hissent pour la première fois dans le trio des priorités des Français. Devant l’Éducation nationale.

Dans un article du 19 décembre, Le Figaro rapporte :

« Selon l’édition 2016 du baromètre des services publics [de l’Institut Paul Delouvrier, mettant en évidence l’opinion des Français], la police et la gendarmerie se hissent pour la première fois dans le trio des priorités des Français. Derrière l’emploi, mais devant l’Éducation nationale, qui peine à satisfaire. »

​‌”

Quoi d’étonnant à cela quand on sait que l’Éducation nationale a abdiqué depuis longtemps sa mission première – enseigner les savoirs – en plus de son autorité ? Préférant exalter le vivre ensemble – saupoudré de diversité obligatoire, d’autoflagellation et de détestation de soi ! –, l’Éducation nationale a ainsi perdu de vue ses fondamentaux. Lorànt Deutsch, récemment empêché de parler à des lycéens de Trappes par deux professeurs encartés au Front de gauche, a cruellement éprouvé à quel point l’idéologie gangrène l’enseignement.

Les Français plébiscitent donc plus volontiers la police et la gendarmerie que ce vivier de démagogues, sévissant depuis des décennies et participant activement à la déconstruction de l’identité nationale en déployant une propagande aussi mensongère que pernicieuse. Cette même propagande a décomplexé les minorités vindicatives, qui ont sérieusement fissuré le socle commun sans lequel il n’est pas de nation viable.

D’autres services publics voient se dégrader leur image, notamment la Justice, dont les choix, eux aussi idéologiques, nuisent chaque jour à sa nécessaire impartialité. Autrement, son indépendance devient un État dans l’État. Éric Zemmour parle très justement de « république des juges ».

À l’opposé, « la Défense enregistre la deuxième plus forte progression de ce baromètre », confirmant, en plus de sa confiance dans son armée, l’inquiétude du peuple face à l’insécurité effective qui mine le pays, malgré le métalangage journalistique parlant plus volontiers de « sentiment d’insécurité », comme s’il s’agissait d’un trouble du comportement !

Après les attentats perpétrés sur notre sol depuis 2015, auxquels s’ajoutent les violences exponentielles commises par des franges de la population revendiquant haut et fort leur refus d’assimilation, les Français réalisent que les forces de l’ordre – cumulant « la meilleure opinion globale (57 % d’opinion positives) » – et l’armée constituent un rempart, tandis que la plupart des politiques ne se préoccupent de leur sécurité qu’en apparence ou mal. L’accueil dangereux et calamiteux des migrants en est une preuve.

Les spécialistes de tout poil prétendront sans doute que le peuple ne comprend rien à rien, mais les faits sont implacables : « Tous les services publics sont […] logés à la même enseigne à l’exception notable de la police et de la gendarmerie. »

Les services publics sont, hélas, le reflet de ceux qui les commandent. Et si police, gendarmerie et militaires ont l’assentiment du peuple, c’est peut-être que ce dernier réalise le sacrifice de leurs membres, malgré le dénigrement dont ils sont victimes.

17 Décembre 2016

La honte de Merkel: Une carte révèle les agressions sexuelles des réfugiés contre des femmes et des enfants

Merkel2

https://www.google.com/maps/d/embed?mid=1_rNT3k2ZXB-f9z-2nSFMIBQKXCs&ll=51.361194439314694%2C6.969721633496192&z=4

L'ampleur effrayante des agressions sexuelles des migrants en Allemagne a été mise à nu dans une nouvelle carte détaillant les milliers d'endroits où les femmes et les enfants ont été violés et maltraités pour la seule année 2016.

Des données choquantes montrent que 2'125 personnes ont été agressées sexuellement, 199 ont été violées et 380 ont été molestées dans des piscines par des réfugiés ou des ressortissants non allemands cette année.

Il y a également eu 319 meurtres et tentatives de meurtre commis par des ressortissants étrangers et des migrants en 2016, dont 14 contre des enfants.

Les migrants ont été responsables de 59 actions terroristes dans le pays d'Angela Merkel depuis le début de l'année et de 112 incendies criminels.

La carte montre le volume des agressions sexuelles dépravées qui s'étend sur toute l'étendue de l'Allemagne, ce qui a incité le gouvernement à empêcher le même phénomène en Grande-Bretagne en s'assurant que les migrants adhèrent aux lois et aux valeurs britanniques.

Malheureusement, les enfants sont souvent la cible des détraqués sexuels étrangers à travers l'Allemagne, avec 26 mineurs violés, 633 mineurs agressés et 286 mineurs importunés dans les piscines en 2016.

 

Les données révélatrices, compilées par un groupe allemand appelé XYEinzelfall, incluent également l'incident d'un garçon de 10 ans ayant été violé par un Irakien dans les bains publics de Theresienbad en Autriche.

source

Des données choquantes montrent que 2'125 personnes ont été agressées sexuellement, 199 ont été violées et 380 ont été molestées dans des piscines par des réfugiés ou des ressortissants non allemands cette année.

Il y a également eu 319 meurtres et tentatives de meurtre commis par des ressortissants étrangers et des migrants en 2016, dont 14 contre des enfants.

Les migrants ont été responsables de 59 actions terroristes dans le pays d'Angela Merkel depuis le début de l'année et de 112 incendies criminels.

La carte montre le volume des agressions sexuelles dépravées qui s'étend sur toute l'étendue de l'Allemagne, ce qui a incité le gouvernement à empêcher le même phénomène en Grande-Bretagne en s'assurant que les migrants adhèrent aux lois et aux valeurs britanniques.

Malheureusement, les enfants sont souvent la cible des détraqués sexuels étrangers à travers l'Allemagne, avec 26 mineurs violés, 633 mineurs agressés et 286 mineurs importunés dans les piscines en 2016.

 

Les données révélatrices, compilées par un groupe allemand appelé XYEinzelfall, incluent également l'incident d'un garçon de 10 ans ayant été violé par un Irakien dans les bains publics de Theresienbad en Autriche.

 

Un porte-parole de XYEinelfall a déclaré à Express.co.uk: "Il y a évidemment un problème. Les femmes sont harcelées chaque jour dans la rue."

"Les femmes sont obligées de baisser les yeux lorsqu'elles rencontrent des groupes de migrants, afin d'éviter le harcèlement, mais elles sont de toute façon harcelées."

"Des vieilles dames ont été attaquées chez elles."

Source Traduction Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

13 Décembre 2016

Le Brexit attire à Londres les entreprises qui fuient la Commission européenne, l’apocalypse attendra…

Non seulement le Brexit n’a pas faire fuir les entreprises, mais il attire celles qui veulent échapper à la Commission européenne ! C’est ce qu’a expliqué ce matin François Lenglet sur RTL, notant d’abord que, dès janvier 2017, dans quelques semaines donc, McDonald’s aura installé « le siège de toutes ses activités non américaines » à Londres. Elles étaient jusque-là au Luxembourg. De même Google va-t-il migrer d’Irlande à Londres, où le Campus Google pourrait accueillir jusqu’à 7000 salariés.

Dans ces deux cas, explique François Lenglet, la question fiscale a été déterminante, car « Bruxelles est de plus en plus sourcilleux » pour contrer les « artifices comptables » qui permettent aux grandes entreprises de « loger » leurs bénéfices en Irlande ou au Luxembourg, avant de les exfiltrer vers les Iles Vierges.

A Londres, le taux de l’impôt sur les sociétés est de 20 %. Theresa May, le Premier ministre, a promis de le ramener à 10 %, et il pourrait même être déjà moins élevé pour les multinationales, qui négocient directement leur fiscalité en dehors du cadre général… Ainsi les banques, qui avaient menacé de partir après le Brexit, ne l’ont-elles pas fait et sont-elles en train de réfléchir – de négocier ? Ainsi Nissan, raconte François Lenglet, avait-il songé à se retirer et « tout s’est arrangé » après un rendez-vous entre son p-dg, Carlos Ghosn, et Theresa May. Nissan fabrique au Royaume-Uni 500 000 Qashqai par an.

Comme le dit Lenglet : « Il faut se préparer à une guerre fiscale avec le Royaume Uni qui veut devenir le Singapour de l’Atlantique. »

Source : http://fr.novopress.info/202320/le-brexit-attire-a-londres-les-entreprises-qui-fuient-la-commission-europeenne/

03 Décembre 2016

Europol lance un calendrier de l’avent des fugitifs recherchés

Des meurtriers, des kidnappeurs, des terroristes et des trafiquants de drogue en guise de petits chocolats. Europol, l’Office européen de police, a lancé, ce jeudi matin, un calendrier de l’avent des criminels les plus recherchés sur le vieux continent. Chaque jour jusqu’à Noël, sur les réseaux sociaux, Europol ouvrira l’une des petites fenêtres dévoilant au grand public les informations précises sur l’un de ces fugitifs afin de faciliter son interpellation

1612030746200105

« Tous ces criminels sont en fuite et échappent à leurs responsabilités et à leur condamnation, explique l’Office dans un communiqué. Aidez-nous à rendre la période des fêtes plus sûre en les arrêtant avant que les vacances ne débutent. » [...]

20 Minutes

Merci à Stormisbrewing

25 Novembre 2016

Pour avoir viré Eric Zemmour, iTélé condamnée à lui verser 50.000 euros

La chaîne info avait écarté le chroniqueur de son antenne en décembre 2014, après des propos controversés sur les musulmans. Elle a été condamnée ce lundi à lui payer 50.000 euros de dommages et intérêts.

iTélé a repris l’antenne dimanche dernier après une grève historique de 31 jours mais dès le lendemain, une nouvelle tuile est tombée sur la chaîne d’information du groupe Canal+. Selon les informations de Marianne, le tribunal de grande instance de Nanterre a condamné iTélé à payer 50.000 euros de dommages et intérêts à Eric Zemmour, écarté de l’antenne en décembre 2014 après des propos controversés tenus dans un journal italien.
iTélé devra également lui verser 8.000 euros au titre des frais de justice, selon le jugement rendu ce lundi 21 novembre.

Dans une interview au quotidien italien Corriere della Serra en octobre 2014, Eric Zemmour avait affirmé que les musulmans « ont leur code civil, c’est le Coran » et qu’ils « vivent entre eux, dans les banlieues », d’où « les Français ont été obligés de s’en aller ».

Après plusieurs semaines de polémique, iTélé avait purement et simplement supprimé de sa grille l’émission Ça se dispute, un débat hebdomadaire entre Eric Zemmour et le journaliste Nicolas Domenach. L’auteur du Suicide français avait alors engagé une procédure au civil, début 2015.

(…) Marianne.fr

17 Novembre 2016

La Hongrie et la Russie pourraient bientôt utiliser leurs monnaies nationales pour leurs échanges

Nikolay Livencev, représentant commercial de la Russie en Hongrie, a déclaré au magazine économique hongrois Figyelő que la Hongrie et la Russie étaient prêtes à entamer des négociations pour mettre en place l’usage des monnaies nationales (HUF et RUB) dans le commerce bilatéral entre les deux pays.

Livencev a souligné que, selon eux, cette méthode comptable réduirait les risques liés aux activités commerciales bilatérales et offrirait d’autres avantages dans le secteur du tourisme, de la banque et de l’énergie, à savoir, les trois principaux secteurs d’investissement et de commerce entre les deux pays (…)

La Fédération de Russie est intéressée à la mise en place de tels accords. À Moscou, il existe un soutien de haut niveau à cet accord commercial, comme l’a déclaré le président Vladimir Poutine dans une récente déclaration selon laquelle la Fédération de Russie est prête à renforcer le rôle des monnaies nationales dans le commerce bilatéral du fait que leur utilisation réduit la dépendance aux fluctuations économiques extérieures.

Le représentant commercial russe a également déclaré que des consultations préalables ont eu lieu entre les deux pays pour former une compagnie aérienne russo-hongroise, un projet que la partie russe trouve très intéressant. « Mais à ce stade, il serait prématuré de parler d’un quelconque résultat. » Cela dit, la Hongrie et les régions russes continuent à développer les activités économiques, culturelles et touristiques et il serait utile d’avoir une liaison aérienne directe entre ces régions et la Hongrie à l’aide de vols à bas coûts, souligne Hungarian Ambiance. En effet, les Russes sont les principaux touristes de Hongrie, pays qui jouit d’une excellente réputation en Russie (…)

Source : http://visegradpost.com/fr/2016/11/16/la-hongrie-et-la-russie-pourraient-bientot-utiliser-leurs-monnaies-nationales-pour-leurs-echanges/

11 Novembre 2016

C'est alarmant : notre armée n'a plus les moyens d'assurer sa mission de défense du territoire.

Si je paye des impôts, c'est d'abord pour que je puisse vivre en sécurité avec ma famille dans mon pays.

Mais, l'Etat n'assume plus son rôle régalien… et continue de nous taxer toujours plus.

Vous le voyez, nos impôts explosent !

Comme l'a révélé Contribuables Associés, les impôts ont augmenté de 20% depuis 2007 ! Pourtant, les gouvernements successifs ont réduit notre défense nationale à peau de chagrin.

Plutôt que d'envoyer des milliards pour subventionner des associations politisées, financer des comités Théodule, redessiner la carte des régions et gaspiller toujours plus pour la politique de la ville : l'Etat doit reprendre la main sur notre sécurité.

Les militaires, privés du droit de grève, sont devenus la variable d'ajustement budgétaire de politiciens clientélistes. Pendant ce temps, Hollande cède systématiquement aux syndicats et aux lobbys dépensiers. Par contre, le Président normal n'écoute jamais le cri silencieux de la « Grande Muette ».

Que dire aussi des conditions déplorables dans lesquelles sont logés nos militaires pendant l'opération Sentinelle ? On peut débattre du bien-fondé de cette stratégie, mais je m'insurge lorsque je vois que nos soldats sont extrêmement mal logés à Paris, tandis qu'Hollande multiplie les cadeaux pour assurer sa réélection.

La France doit se doter d'un budget de sécurité nécessaire pour affronter les terroristes, sans augmenter les déficits et les impôts. Pour cela, il faut avoir le courage de tailler dans les dépenses publiques inutiles en menant notamment des réformes dans les administrations et les collectivités.

Récemment, et très discrètement, un décret a annulé 1,56 million d'euros devant servir à soutenir la politique de défense pour les affecter à « l'action extérieure de la France dans l'Europe et dans le Monde ».
Un autre décret a annulé 40 593 euros dédiés à la préparation et l'emploi des forces armées.
En décembre 2015, Contribuables Associés a révélé dans le plus grand silence médiatique l'annulation de nombreux crédits destinés à l'armée et aux prisons, transférés en aides à la presse.
Ces sommes privent les forces armées de moyens nécessaires à l'accomplissement de leurs missions.

Il faut tailler dans les dépenses publiques inutiles, et non dans notre sécurité !

Contribuables Associés a interpellé les élus à de nombreuses reprises sur ce sujet. Avant les tragiques événements de novembre dernier, nous alertions déjà les députés lors d'un Rendez-Vous Parlementaire sur le thème de  « l'armée sacrifiée à l'Etat providence » avec Nicolas Dhuicq député de l'Aube, le Général Didier Tauzin et Laurent Artur du Plessis, journaliste et auteur d'ouvrages de prospective économique et géopolitique.

07 Novembre 2016

Allemagne : des appartements ruinés par les réfugiés. Les propriétaires n’en peuvent plus

Et encore une fois, un couple de propriétaires s’est réveillé, celui-ci ayant loué sa propriété afin de fournir un logement pour les réfugiés. Non seulement ce réveil est grand, mais également les coûts des dommages causés. Apparemment, les résidents n’ont pas suivi la pratique habituelle d’un locataire normal et ne peuvent pas apprécier la valeur de cette copropriété.

Le couple avait mis fin à sa pension « Hammerschmiede » à Rechenberg et a signé un contrat de location avec le bureau de district de Schwäbisch-Hall, prévu pour cinq ans et avec un loyer très modéré de 3’000 euros pour 627 mètres carrés.

Ce qui avait été d’abord envisagé comme une activité lucrative s’est avéré être un cauchemar, car l’intérieur du bâtiment ressemble à une scène de destruction. Brièvement dit: les appartements ruinés. Comme si cela ne suffisait pas, les frais pourraient être à la charge du couple. Et comme dans le cas de Bromskirchen, l’entraide a été plus qu’abusée ainsi que piétinée.

(…) Appartements encrassés, tapis couverts de brûlures, les carreaux et les thermostats ainsi que les radiateurs, les robinets, les réfrigérateurs et les cuisinières à induction cassés, revêtement de parquets gonflé et meubles de cuisine endommagés, des trous dans les rideaux et les tentures – et de la moisissure, beaucoup de moisissure, en particulier dans la salle de bain. La liste des défauts de l’avocat du couple Brenner est plus longue que trois pages A4. La pension de vacances, c’était autrefois.

« Aux périodes d’afflux, ils étaient environ 70 réfugiés », souligne Mme Brenner. « 20 d’entre eux en visite. Il a toujours été dit «nous avons besoin encore de ça et encore de ça (Nd Schwarze Rose: Ils en voulaient toujours plus) – et moi comme un chien je l’ai encore fait », déclare Erna Brenner. « Nous ne pouvions même plus quitter la maison (…) Je n’en peux plus. » (…)

Sources : – http://lesobservateurs.ch/2016/11/07/allemagne-rechenberg-des-appartements-ruines-par-les-refugies-les-proprietaires-nen-peuvent-plus/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

https://politikstube.com/rechenberg-ruinierte-wohnungen-durch-fluechtlinge-vermieter-ehepaar-hat-nase-voll/

31 Octobre 2016

France : la moitié des clandestins de Calais accueillis dans un centre de Charente-Maritime ont disparu

Le centre d’accueil de Fouras n’était-il pas à la convenance de ces migrants ? 11 jeunes individus fraîchement arrivés dans le Centre international de séjour (CIS) de la commune de Charente-Maritime s’en sont échappés, rapporte le journal Sud Ouest dans son édition du 31 octobre.

Le 27 octobre dernier pourtant, 22 migrants avaient été placés dans cet établissement dans le cadre du démantèlement du camp illégal de Calais où ils vivaient. Deux de ces nouveaux hôtes ont disparu dès le lendemain, deux autres le surlendemain, quatre dans la nuit du 29 au 30 octobre, et enfin trois dans la journée du 30.

Un imprévu qui ne manque pas d’inquiéter les autorités : d’après Sud Ouest, les gendarmes de la commune sont actuellement à la recherche de ces jeunes migrants.

Source : https://francais.rt.com/france/28278-charente-maritime-moitie-migrants-calais

23 Octobre 2016

La Légion d'honneur à ceux qui font du sport, de l'art, mais rien pour ceux qui font acte de bravoure 

Près d’un mois après avoir arrêté un braqueur qui menaçait un caissier du Carrefour Express de Margny-lès-Compiègne (Oise), Alain a refait parler de lui. Le cinquantenaire s’est vu refuser la médaille de l’Etat au motif que son geste était trop risqué.

Le geste d’Alain était-il trop risqué ? C’est en tout cas l’avis de la préfecture de l’Oise qui a refusé de lui décerner une médaille pour acte de courage et de dévouement. Dans sa commune, le cinquantenaire est pourtant vu comme un héros. Le 17 septembre dernier, alors qu’il se trouvait dans un Carrefour Express de Margny-lès-Compiègne avec sa femme, Alain Marye a stoppé un braqueur armé en pleine action.

« Au départ, le maire m’avait appelé pour proposer la médaille de la Ville, affirme Alain à LCI. Il m’a dit qu’il avait aussi demandé au préfet que je reçoive la médaille de la bravoure, qui lui aurait dit oui tout de suite ». Même s’il avoue ne pas connaître cette distinction, Alain est ravi de la nouvelle. Lui, son épouse, le patron du Carrefour Express et son employés sont ensuite convoqués le 15 octobre à la mairie pour une cérémonie officielle. Mais alors qu’il demande des détails à l’assistante du maire quelques jours avant la cérémonie, elle lui apprend que la médaille de la préfecture ne lui sera pas remise. [...]

Pendant la cérémonie, le sous-préfet de Compiègne, Ghyslain Chatel, avait reconnu la bravoure de son geste en affirmant que ce qu’il avait fait était « parfait ». Avant de justifier sa décision de ne pas lui remettre de médaille : « Il faut faire attention aux conséquences de nos actes. Imaginons qu’il y ait une arme à feu, cela pourrait être dramatique. Il ne faut pas croire que chacun peut se transformer en gendarme ou en policier, qui eux sont préparés pour ce type de situation. » [...]

LCI

Merci à jiji84

16 Octobre 2016

Une France affaiblie, désunie, au bord de l’insurrection… Quel diagnostic !

Une France affaiblie, désunie, au bord de l’insurrection… Quel diagnostic !

À l’orée des prochaines élections présidentielles, tel est l’état de santé déclinant de la France.

Une France affaiblie, désunie, au bord de l’insurrection. Le diagnostic est affligeant ! À l’orée des prochaines élections présidentielles, tel est l’état de santé déclinant de la France. Un déclin amorcé après les Trente Glorieuses et initié, dès 1975, sous la présidence de M. Valéry Giscard d’Estaing et que ses successeurs ont progressivement, et à des degrés divers, aggravé. La palme revenant, malgré tout, au dernier mandataire que nous avons installé à l’Élysée, lui et ses camarades de jeu féminines.

Il serait fastidieux de réaliser, ici, une liste exhaustive des égarements de celui qui a eu en charge le pilotage de la nation, tant les sorties de route ont été nombreuses. On peut, malgré tout, souligner le bilan comptable d’une France en faillite économique, avec une dette de plus de 2.000 milliards d’euros et qui représente, désormais, 98,4 % du PIB. Un déficit calamiteux, malgré un matraquage fiscal sans précédent et qui laisse, en outre, au titre de notre défense nationale, une armée exsangue avec un trou budgétaire de 2 milliards d’euros, alors qu’elle est en guerre.

Ce constat aurait pu être atténué, sans le terrible échec de l’inversion de la courbe d’un chômage désormais devenu endémique, et sans qu’il faille rappeler un régime de retraite qui, selon l’AGIRC, risque la banqueroute en 2017-2018. Ce n’est pas que l’État n’ait pas essayé de renflouer les caisses. La preuve : il n’a pas hésité à vendre une partie du patrimoine français aux pays du golfe Persique et en « Rafale », des avions de combat qui, un jour, pourraient survoler l’Hexagone sans aménité.

Au plan de la politique intérieure, on peut focaliser sur le revers cuisant du « vivre ensemble », qui se traduit aujourd’hui par une détestation réciproque au constat d’un islam débordant. L’on pourrait évoquer les antagonismes dévastateurs provoqués par le mariage pour tous, la théorie du genre ou encore Nuit debout.

Voire ceux générés au chapitre de l’Éducation nationale pour une Histoire de France défigurée autant que bafouée. L’ignominieux abandon du grec et du latin délaissés au bénéfice de la langue arabe.

 

Par ailleurs, comment passer sous silence le laxisme judiciaire et un garde des Sceaux qui, avec le Syndicat de la magistrature, s’est illustré avec son « mur des cons » et une clémence incomprise, par le peuple, pour des multirécidivistes, ou la sacro-sainte culture de l’excuse, autant que l’inexécution des peines qui, le plus souvent, se voit favorisée. Nous commençons à peine, hélas, à en voir les effets dévastateurs.

Que dire de cette exemplarité mise en avant par le premier des Français lorsque, casqué, il s’égare vers des « allongeâdes » qu’il souhaitait occultes. Il est vrai qu’en matière d’exemplarité, le choix de M. Cahuzac ministre des Finances, spécialiste du dol fiscal et du mensonge, les yeux dans les yeux, est symptomatique de la lucidité et de l’autorité du chef de l’État.

Autorité dont l’affaire Leonarda a été un résumé parfait de ce qu’est l’indolence chronique.

On pourrait ajouter à cela des policiers assassinés, brûlés, surexploités, surexposés et révoltés. Des généraux français traînés devant la justice pour leur présence citoyenne à une manifestation calaisienne ou suite à une audition parlementaire, un général de gendarmerie – en la personne de Bertrand Soubelet – limogé pour avoir dit la vérité.

Au plan de la protection que doit la nation à ses citoyens, faire la somme des attentats meurtriers à répétition, celui des zones urbaines devenues des coupe-gorge, constater une France associée à l’invasion européenne de migrants sans oublier, au-delà, le lâche abandon des chrétiens d’orient.

Et comme « cherry on the cake », un État « dealer » en chef, avec l’ouverture de salles de shoot organisé. Enfin, apprendre que Paris est, selon l’UNODC (Office des Nations nnies contre la drogue et le crime), la capitale la plus dangereuse d’Europe. Voilà un triste et non exhaustif inventaire que Prévert n’aurait pas osé imaginer.

Cette chronique d’un naufrage organisé, cet état des lieux seront le pensum du prochain chef de l’État, et plus encore le nôtre. Pensez-y dans l’isoloir !

source Boulevard Voltaire ( 15 octobre 2016 )

10 Octobre 2016

Après la guerre d’Algérie, la guerre de France ?

Comment notre gouvernement peut-il autoriser la diffusion – qui plus est à une heure de grande écoute – d’un reportage aussi criant de vérité que celui dont nous a gratifié (1) Bernard de La Villardière sur l’islam en France (2), et ne rien faire pour mettre un terme à l’islamisation de la France ?

Que montre en effet ce reportage, sinon que les musulmans qui se revendiquent musulmans ne veulent pas de la France ? Certains même sont allés jusqu’à chasser Bernard de La Villardière de l’endroit où il se trouvait, alors qu’il s’y trouvait en toute légalité !

Oui, des musulmans ont eu l’outrecuidance de chasser un Français sur le sol français !

Et le Pouvoir ne dit rien ? Et le Pouvoir laisse faire ? Attend-il, pour réagir, que l’ensemble des Français soient chassés de France par ceux-là mêmes qu’il a accueillis – et qu’il continue d’accueillir ! – à grands frais ?

Hormis Bernard de La Villardière et ses collaborateurs, quel Français véritable était présent dans cette émission télévisée où voiles, burqas et djellabas régnaient en maîtres absolus ? Qu’avons-nous appris sinon que la violation de la laïcité n’est jamais sanctionnée ? Croit-on résoudre ce problème par la gentillesse, à l’image de cette infirmière expliquant, en vain, à une collègue voilée qu’elle n’a pas à garder son voile pendant le service ? Que valent nos lois si on peut les contourner par un sourire ?

Quand le Pouvoir va-t-il enfin comprendre que la  plupart des musulmans – y compris ceux qui sont en prison ! – se moquent éperdument de lui parce qu’ils se sentent plus forts que lui, et qu’ils se sentent plus forts que lui parce qu’il souscrit à leurs demandes communautaristes, autrement dit parce qu’il leur permet de déroger à ses lois ?

En France, voir des fillettes voilées jouer dans la cour d’une école, entendre des messages de haine proférés par des salafistes, enseigner à des enfants que celui qui écoute de la musique sera avalé par le sol ou bien transformé en singe ou en porc… et ne pas éradiquer d’un seul coup ces incroyables dérives, n’est-ce pas sacrifier sciemment la France sur l’autel de l’islam, comme naguère l’Algérie sur l’autel des intérêts gouvernementaux ?

Alors, après la guerre d’Algérie, la guerre de France ?

Maurice Vidal

(1) Au sens étymologique de « faire plaisir » (latin gratificari).

(2) DOSSIER TABOU – L’islam en France : la République en échec (M6, mercredi 28 septembre 2016).

05 Octobre 2016

France : agressé par trois maghrébins multirecidivistes devant sa femme et ses enfants, il est condamné à 6 mois de prison ferme pour s’être défendu

Agressé en mars 2014 devant ma femme et mes fils – 7 mois et 3 ans à l’époque – par trois multirécidivistes armés (manivelle, démonte-pneu) me reprochant mon engagement politique, j’ai été condamné aujourd’hui au même titre qu’eux pour m’être défendu.

On me reproche d’avoir utilisé la bombe lacrymogène de ma femme pour tenir les agresseurs à distance alors que les policiers eux-mêmes ont été contraints de faire usage des leurs pour me protéger ensuite. Pouvais-je faire autrement ? Me laisser lyncher sous les yeux de ma famille ? Dans cette affaire je suis le seul blessé (blessure à la main par un outil tranchant) à afficher un ITT constaté par un médecin légiste.

Aujourd’hui, un seul de mes agresseurs était présent au tribunal. Il n’avait pas le choix puisqu’il est déjà emprisonné pour une autre affaire ! Son casier affiche 12 condamnations (vols, violences). Les deux autres, multirécidivistes aussi, ne se sont pas présentés. L’un d’eux est sous bracelet électronique et vient de sortir de prison.

J’avoue être sonné par ce jugement aberrant qui fait écho à l’injustice vécue par tant de victimes. Je fais bien entendu appel de cette décision !

Source : https://www.facebook.com/pvardon/?fref=ts

————————-

Ce soir-là, sur le parking de la place Paul-Vernet et dans les rues alentour, une rixe avait éclaté entre trois jeunes maghrébins et l’ex-leader identitaire de Nice, désormais conseiller régional FN.

Celui-ci a affirmé avoir été reconnu par les trois jeunes, qui l’ont immédiatement pris à partie avec un cric, une manivelle et un démonte-pneu.

Ses contradicteurs ont soutenu au contraire qu’ils avaient été victimes d’injures racistes, alors qu’ils passaient en voiture sur le parking. Avant de recevoir des coups et d’être gazés avec une grosse bombe lacrymogène, « comme celles des CRS ». Les images des caméras de vidéosurveillance de Fréjus ont montré la rixe sous différents angles.

Pas de manière suffisamment précise toutefois, pour déterminer si ce n’était pas un couteau que tenait Philippe Vardon, mais les clefs de la voiture de son épouse comme il l’a soutenu.

« L’origine de ces violences réciproques demeurera incertaine, a résumé le procureur Michael Darras. Mais les violences, elles sont certaines, ainsi que le démontrent les déclarations de chacun, la vidéosurveillance et les témoignages des policiers municipaux » (…)

Source : http://www.nicematin.com/faits-divers/vardon-condamne-a-6-mois-ferme-apres-une-rixe-82541

L’opinion de civilwarineurope

A chaque fois on pense que l’on a touché le fond avec la « justice » française. Mais non, elle arrive toujours à nous surprendre. Dans le mauvais sens cela va de soi. Si nous n’avons pas ici une décision politique et idéologique alors à quoi avons nous à faire ? Car la version de la « justice » est hallucinante : nous aurions un homme qui se promène avec sa femme et ses fils (de 7 mois et de trois ans !!!) qui se serait dit : cool la situation est idéale je vais attaquer trois multirécidivistes. Très crédible n’est-ce pas ? Mais le plus incroyable encore c’est que la « justice » déclare ne pas connaître l’origine des violences mais condamne tout de même monsieur Vardon à six mois de prison ferme. Quand on dit que la justice est aveugle…

27 Septembre 2016

«L’Asile-spray» : au Danemark, un parti distribue des vaporisateurs pour se protéger des migrants

Ces derniers jours, les habitants de Haderslev, au Danemark, ont pu se procurer gratuitement des «Asile-spray» – des sprays permettant, selon les militants du Parti des Danois, de repousser les éventuels assauts de migrants. Une campagne choc qui faisait écho aux récentes agressions rapportées par des jeunes femmes dans des boîtes de nuits de la ville portuaire .

Sur l’emballage des vaporisateurs en question, les membres du parti-immigration avaient inscrit, outre le nom «Asile-spray», les mots «efficace» et «légal», en danois (il s’agissait en effet des bombes pour cheveux, et non des bombes au poivre, interdits au Danemark).

Si l’opération était de toute évidence conçue dans un soucis de communication, ses organisateurs se sont défendus de toute volonté de choquer. «Je ne crois que cela soit provocateur», a ainsi déclaré le fondateur du parti danois, Daniel Carlsen, à la chaîne télévisée TV Syd. «Nous nous attaquons à un véritable problème de notre société, dans laquelle de nombreux Danois se sentent en insécurité – en partie parce qu’il y a trop de migrants dans ce pays, et en partie parce que nous ne sommes pas autorisés à nous défendre», a poursuivi le leader anti-immigration, qui a également indiqué que 137 personnes avaient accepté les sprays qui leur avaient été offerts.

La distribution «d’armes légales» n’a toutefois pas été du goût de tout le monde : une jeune femme du nom de Charlotte Bech, originaire de la ville danoise Silkeborg, a par exemple déclaré à la télévision TV Syd, selon le site anglophobe The Local, qu’il était difficile de ne pas être indigné par cette campagne.

«[Les migrants] ont traversé tellement de choses [pour arriver jusqu’ici], et à présent nous leur disons qu’ils sont indésirables au point que nous devons utiliser des sprays contre eux. […] Il n’est pas acceptable de faire une telle blague sur ce sujet», a déploré la jeune femme.

Diana Nielsen, une autre personne interrogée, n’a pas été de cette opinion : «C’est une très bonne chose. […] Ce sont après tout contre eux [les migrants] que nous nous protégeons en ce moment», a-t-elle souligné.

Le Parti des Danois, à l’origine de l’initiative, est un habitué des déclarations et opérations polémiques. La formation a notamment utilisé une affiche sur laquelle on pouvait voir un enfant blanc en train de jouer, accompagné de la phrase : «Vos enfants méritent un Danemark danois» (…)

Comme de nombreux autres pays européens, le Danemark fait face depuis deux ans à une crise migratoire d’ampleur inédite. En 2015, 21 000 personnes ont obtenu le statut de réfugiés dans le pays, ce qui fait de celui-ci l’un des Etats de l’Union européenne au plus grand nombre de réfugiés par habitant, derrière la Finlande, l’Autriche, l’Allemagne et la Suède.

Source : https://francais.rt.com/international/26880-lasile-spray–danemark-parti

18 septembre 2016

Le juge Trévidic craint « des retours massifs de gens qui viendront faire la guerre chez nous »

L’ancien juge antiterroriste, Marc Trévidic a décrit jeudi sur BFMTV les possibles conséquences de l’affaiblissement de Daech. « A partir du moment où l’Etat islamique va perdre son territoire, il va renvoyer toutes ses recrues chez eux.

Avec le message très simples ‘continuez le jihad chez vous’ », a-t-il décrit. « Le phénomène risque d’être massif sur une période très courte et concerner toute l’Europe », a-t-il souligné. « Il faut s’apprêter, dans les deux ans à venir, à voir des retours massifs de gens qui viendront faire la guerre chez nous », a-t-il mis en garde.

09 Septembre 2016

Aiton (73) : émeute et incendie en prison (Màj : la prison est sous influence de détenus fichés « S » ?)

La rébellion de huit détenus hier, mercredi, au centre pénitentiaire d’Aiton, aurait été beaucoup plus violente que celle décrite dans un premier temps par les autorités.

Selon le syndicat UNSA, les détenus ont décidé de tout casser dès leur sortie en promenade : « Ils ont détruit les WC, les douches et les téléphones publics de la cour. Ils se sont fait des projectiles gros comme le poing et les ont balancés partout » explique Pascal Gaudot, le délégué permanent UNSA.

[...] ce qui préoccupe le syndicaliste, c’est l’absence de revendications des détenus qui se sont rebellés : « Et je constate la mauvaise influence de deux détenus radicalisés qui sont arrivés à Aiton il y a deux mois ». Deux hommes fichés « S » et condamnés à des peines de 6 et 8 ans de prison pour leur implication dans un projet d’acte terroriste. « et ils sont détenus au milieu des autres prisonniers, en accès libre, y compris aux ateliers. Ils n’hésitent pas à faire du prosélytisme ». [...]

Le Dauphiné


07/09/2016

Des départs de feux ont été signalés dans la prison d’Aiton, à vingt kilomètres d’Albertville. Les pompiers de Savoie évoquent un départ d’émeute.

Une émeute a démarré ce mercredi 7 août, vers 15h30 dans le centre pénitentiaire d’Aiton, en Savoie. On en ignore encore les circonstances exactes, mais des départs de feu ont été signalés dans la cour, et les pompiers ainsi que les gendarmes de la compagnie d’Aiguebelle sont actuellement sur place.

Ce n’est pas le premier incident du genre. Des émeutes particulièrement violentes avaient déjà touché la prison d’Aiton en octobre 2015. En mars dernier, un jeune surveillant avait été grièvement brûlé par un détenu.

France 3 Alpes

04 Septembre 2016

Paris : les Chinois « économes » blanchissaient l’argent du réseau de drogue

La drogue venait du Maroc, elle était revendue depuis l’Eure-et-Loir, et l’argent recyclé par des commerçants chinois, à Paris. Pourtant, assurent les Chinois, « on ne mange que des pâtes »…

La filature a conduit les policiers jusqu’à un commerce de gros en prêt-à-porter du XIe arrondissement de Paris, tenu par un Chinois et sa fille. Moussa Zidi a été interpellé dans la cave du commerce, l’argent posé sur des cartons, en présence de la fille. Le juge d’instruction a saisi les biens du père et de la fille: parts sociales des SCI (sociétés civiles immobilières), voitures, argent et comptes bancaires. Au total, l’équivalent de 700.000 €.

Tout au long de leur procès, jeudi, au tribunal de Chartres, le père et sa fille ont tenté d’arguer de leur bonne foi. 35.000 € en espèces retrouvés au domicile de la fille et de son mari, et leur luxueuse Mercedes classe M, seraient ainsi « des cadeaux de mariage ». Mais aucun retrait ni dépense pour la vie quotidienne n’apparaissent sur leurs treize comptes bancaires : « Nous sommes très économes. On ne mange que des pâtes ».

L’Écho Républicain

Merci à Jesse James

28 Août 2016

Charente : une femme qui se baignait seins nus agressée ?

Jeudi dernier, plusieurs témoins racontent comment une femme en monokini a été agressée par un groupe de personnes au plan d’eau de Châteauneuf-sur-Charente.

Alors que l’actualité nationale s’enflamme sur le port du burkini, à Châteauneuf-sur-Charente, une quinzaine de personnes ont violemment reproché à une femme de se baigner en monokini. Plusieurs témoins de la scène racontent comment cette mère de famille d’une trentaine d’années est arrivée jeudi dernier au lieu de baignade du Bain des Dames avec son mari et leurs trois enfants, en portant juste un bas de maillot.

D’après eux, plusieurs adolescents lui auraient crié de cacher sa poitrine, chose qu’elle aurait farouchement refusée. Les esprits se seraient rapidement échauffés à tel point que la jeune mère de famille aurait été insultée, bousculée, pire frappée. Toujours selon les spectateurs passifs de cette agression, le groupe devenu violent lui aurait arraché la culotte de son maillot dans la bousculade. Nue, le nez en sang, la victime a fini par se rhabiller et quitter les lieux avec sa famille.

Alertés par deux témoins de la scène, les gendarmes sont intervenus après les faits. Pour l’heure, les autorités confirment l’altercation mais aucune plainte n’a été déposée. L’affaire crée l’indignation sur les réseaux sociaux. Au Bain des Dames, le port du maillot, écrit tel quel dans le règlement, est obligatoire. Un précepte que la mairie de Châteauneuf confirme en précisant que « cela n’a rien de restrictif »

Sud Ouest

« Une scène grave« , pour Jean-Louis Levesque, le maire de Châteauneuf. « Un lynchâge écoeurant, devant des estivants passifs« ,

« Dans le lot, il y avait surtout une femme, qui frappait plus que les autres« , dit Antoine, un témoin. Il tente de s’interposer, avec le compagnon de l’estivante. « On était 3 contre 15, personne d’autre ne bougeait« . [...]

Appelé en urgence par un ami, Jean-Louis Levesque, le maire de Châteauneuf, est vite arrivé sur place. « La femme était partie mais le groupe d’agresseurs désignés était toujours là« , dit-il. « C’est scandaleux. Si on est gêné par des seins nus, il y a d’autres moyens de s’exprimer. On peut parler! Rien ne justifie cette violence« , dit l’élu. Qui confirme; « Cette femme a réellement été mise à nue, devant ses enfants, devant plusieurs personnes« .

Les gendarmes sont intervenus et n’ont procédé à aucune interpellation. Contactée vendredi, la compagnie de gendarmerie de Cognac évoquait une »bagarre », « sans plainte ». « Ils ont relevé quelques plaques d’immatriculation, posé quelques questions » dit Jean-Louis Levesque. Le groupe qui s’en est pris à la femme a pu dîner sur place.

Charente Libre

Merci à sedfleckk, robinson, Yann3869 et Temps A venir

21 Août 2016

3 500 000 crimes et délits relevés chaque année en France.

C’est un travail de fourmi que je viens de découvrir sur un site. Un travail de vrai journaliste enquêteur. Un travail dont le résultat est ahurissant et que personne ne pourra contester. C’est le recensement de sources journalistiques des faits divers dont les auteurs portent des noms ou prénoms étrangers à 99,9% d’origine arabe ou africaine, avec quelques exceptions notamment en provenance de Roumanie ou de Bulgarie.

Ce site, MediaGanda, a donc recensé entre le 1er janvier 2016 et le 31 juillet 2016, 1206 délits.
Avec beaucoup de patience et de ténacité, l’auteur de ce site qui se cache derrière le pseudonyme de Kaos, et qui a collaboré un temps avec fdesouche a pu travailler sur la base des noms retrouvés dans les médias. Les 1206 lignes dont les titres se déroulent comme un générique racontent 1206 faits divers : viols, agressions, meurtres, escrocs, bandes, attentats et j’en passe. On pourrait douter de l’authenticité de cette stupéfiante liste, mais non, chaque fait divers renvoie à la source de l’information.

On comprend mieux ainsi que Libé, Le Monde, les chaînes de télé préfèrent taire l’origine de ces criminels qu’il leur arrive même de franciser par un prénom bien de chez nous au nom du principe de pas-d’amalgame. Moktar devient Eric, Mohamed, devient Jean… Mais les faits sont là, têtus : on voit le résultat dans nos prisons. Je ne veux pas dire par là que des français bien de chez nous sont tous sages comme une image et qu’ils ne volent pas, qu’ils ne violent pas, qu’ils n’ont jamais assassiné personne. Je veux seulement rétablir les non-dits, et constater que si nous avions eu une politique d’immigration moins laxiste, si le Parlement avait rétabli le droit du sang, nous n’en serions pas à un tel listing de crimes commis par des gens qui, selon la presse bien pensante, n’existent pas puisque désormais il n’auront ni prénom ni nom.

Je ne veux ni ne peux vous donner in extenso le listing effarant de ces 1206 faits divers relevés par ce site. Pour ceux que la curiosité pousserait à aller le consulter, voici le lien. Au hasard, je peux toutefois extraire un fait divers par moise ces méfaits incriminés à un étranger, migrant, clandestin ou français de papier. Ce sont souvent de simples faits qui pourrissent la vie quotidienne des français : vol à l’arraché, insultes, voiture saccagée. Le massacre de Nice et celui du Père Hamel dominent et de loin cet effarant listing. 218 méfaits en janvier, 232 en février, 255 en mars, 163 en avril, seulement 80 en mai, 143 en juin, 115 en juillet. Des faits seulement relevés dans la presse. Les plaintes déposées dans les commissariat et gendarmerie ne sont pas compabilisées.

Vous me direz que chaque année en France, il se commet plus de 3millions et demi de crimes et délits dont 62% de vols et cambriolages ! Ce chiffre de 1206 faits divers incriminant des étrangers est donc tout à fait ridicule. Mais qui peut imaginer que la presse va relater chacun de ces millions de crimes et délits ? Kaos a donc entrepris une étude sur ce qui a été publié et qui est à des années lumière de la triste réalité criminelle de notre pays.

De ces 1206 faits relevés par Kaos j’ignore combien de condamnés la justice a relâché. Mais le pire est a craindre désormais car il faudra à nos enquêteurs beaucoup de perspicacité pour déceler désormais les auteurs d’actes criminels puisque non seulement les médias cachent depuis toujours leur origine ethnique en vertu d’une loi liberticide de 2007 mais que depuis l’attentat de Nice ils en dissimuleront le nom !

Il faudra attendre le prochain gouvernement pour qu’enfin, espérons le, les vrais mesures soient prises.

Alea Jacta Est !

14 Août 2016

La fille de François Hollande en vacances aux frais des contribuables ?

L’hebdomadaire Closer publie un article sur les vacances de la fille cadette de François Hollande et Ségolène Royal, Flora.

Arrivée début juillet à l’aéroport de Calvi en compagnie de ses amis pour le festival Calvi on the Rocks, Flora Hollande, 24 ans, a été accueillie, véhiculée et hébergée en Corse par la sous-préfète Anne Ballereau, une pro-Hollande réputée dans la région, qui a mis un appartement et un véhicule à la disposition de la jeune demoiselle Hollande. 

Contactée par Closer, Mme Ballereau a, malgré les photos, nié avoir accordé quelques privilèges à Flora Hollande. L’Elysée, contacté lui aussi par le magazine people, préfère rester dans le mutisme.

Depuis la parution de l’article de Closer, d’autres journaux ont investigué. Corse Matin a confirmé les informations publiées par Closer : Flora Hollande a bien bénéficié d’avantages aux frais de l’Etat, donc des contribuables. 

Ajoutons qu’Anne Ballereau a prononcé vendredi son discours d’adieu à la Corse. Elle n’est plus sous-préfète. Elle rejoint l’Inspection générale de l’Education nationale.

Extrait de: Source et auteur

09 Août 2016

Des meurtres sous le tapis faute de médecins légistes

Morts pas si naturelles, assassinats déguisés en suicides… Des homicides passeraient sous le radar des autorités. En cause : plusieurs failles dans le dispositif de médecine légale. Selon la loi, la dissection est obligatoire en cas de mort violente ou de mort inconnue ou suspecte.La décision de déclencher une autopsie reste le privilège des magistrats.

Tout est parti d’une rumeur persistante dans un petit village de ­l’Aveyron. Automne 2014, une centenaire rend son dernier souffle dans une maison de retraite de la région. Spontanément, les riverains pensent qu’elle a succombé au grand âge. Après un rapide constat, le médecin dresse un acte de décès dont il indique la cause : « mort naturelle ». Mais deux ans plus tard, le dossier se retrouve sur le bureau d’une juge d’instruction du pôle criminel de Montpellier. Entre-temps, il s’était dit au village que la centenaire avait été empoisonnée par son fils, âgé de 74 ans. Un bruit de fond suffisant pour que les enquêteurs s’y intéressent de plus près. En juin, le fils est passé aux aveux en garde à vue.

Des affaires comme celle-ci, ­Sophie Gromb, responsable du service de médecine légale au CHU de Bordeaux, pourrait en citer des dizaines. Dans le dernier numéro de la revue Sang-Froid (Ces homicides qui ne disent pas leur nom, été 2016), qui mêle avec brio polar et justice, la médecin légiste tire la sonnette d’alarme. Car elle en est convaincue : en France, des homicides passent sous le tapis faute d’autopsies.

Combien? Difficile à dire, aucune recherche au niveau national n’ayant été faite sur le sujet. [...]

La réorganisation de la médecine légale a, en effet, entraîné un regroupement des services autour de structures hospitalières régionales. Une mesure à double tranchant pour Sophie Gromb. « En essayant d’améliorer la qualité, on a créé des trous noirs, des zones périphériques où il n’y a plus de médecins légistes« , constate la responsable du service de médecine légale de Bordeaux. [...]

« Une autopsie avec recherche de stupéfiants, alcool et lésions, va facilement chercher dans les 1.000€« , chiffre une procureure. Les frais de transport du corps ne sont pas non plus inclus dans le forfait. Autant de dépenses qui n’incitent pas à faire du zèle. [...]

Le JDD

07 Août 2016

Philippot (FN) : « Condamner un homme pour des lardons devant une mosquée est une application de la loi islamique

Le vice-président du Front national a défendu l’homme condamné à de la prison avec sursis pour avoir déposé des lardons devant une mosquée de Meurthe-et-Moselle au lendemain de l’attentat touchant une église de Normandie. «C’est l’application de la loi islamique» a carrément tranché Philippot.

Un homme se disant « choqué » et « perturbé » par l’assassinat d’un prêtre près de Rouen par des jihadistes a été condamné à six mois de prison avec sursis à Nancy pour avoir, en réaction à cet attentat, déposé des lardons devant une mosquée en Lorraine. Le prévenu, un charcutier-traiteur au chômage, âgé de 38 ans, était jugé vendredi devant le tribunal correctionnel de Nancy, en comparution immédiate, pour « violences commises en raison de l’appartenance de la victime à une religion ».

Florian Philippot, vice-président du FN et chef de file du parti dans la région Grand-Est a apporté son soutien ce jeudi 4 août à cet homme condamné par la justice. Ce matin, sur RMC, il a assuré «c’est certes un acte crétin, un acte qu’il faut condamner (…) par une amende, un rappel à la loi» mais «six mois de prison avec sursis pour avoir déposé des lardons dans une boîte aux lettres de mosquée, je ne sais pas ce qu’il peut motiver une condamnation aussi lourde si ce n’est l’application de la justice islamique» a osé le bras droit de Marine Le Pen.

«Le procureur demandait même six mois ferme avec détention immédiate pour des lardons dans une boîte aux lettres» a fustigé M. Philippot. «C’est une sorte de délit de blasphème» assure-t-il. «A Bayonne, pour apologie du terrorisme, un homme a été condamné à un mois de prison avec sursis pour avoir menacé d’égorger des Français» a dénoncé le frontiste.

LORACTU.FR

30 Juillet 2016

Fiches S des Renseignements: qui est dedans et pourquoi ils ne sont pas tous arrêtés

TERRORISME - Inconnues du grand public il y a moins d'un an, les fiches S sont devenues l'une des obsessions des partis politiques. Et pour cause: du "tueur au scooter" Mohamed Merah au terroriste raté de Villejuif Sid Ahmed Ghlam en passant par les frères Kouachi, responsables de la tuerie à Charlie Hebdo, tous possédaient une de ces fiches émises par les services de renseignement français.

Depuis les attentats du vendredi 13 qui ont endeuillé la capitale, ces fiches S reviennent donc sur le devant de la scène. Nicolas Sarkozy préconise que toutes les personnes qui y sont citées soient assignées à résidence et équipées d'un bracelet électronique. Son numéro 3 chez Les Républicains, Laurent Wauquiez, propose carrément d'ouvrir des camps pour les interner.

Mais de quoi s'agit-il réellement ? Qui figure dans ce fichier et pour quelle raison?

UN FICHIER DE RENSEIGNEMENT... PARMI D'AUTRES

La fiche "S", pour "sûreté de l'Etat", est l'une des 21 sous-catégories du plus ancien fichier de police : le Fichier des personnes recherchées (FPR) créé en 1969 pour recenser les personnes recherchées ou surveillées de près ou de loin par les services de renseignement. Le FPR comporterait actuellement près de 400 000 noms. Y figurent notamment les mineurs fugueurs (classés sous la dénomination "M"), les évadés ("V") ou encore les débiteurs du Trésor (T).

S'agissant du fichier S, on ignore encore avec précision combien de personnes y figurent. En 2012, Sud-Ouest avait obtenu des données permettant d'affirmer que 5000 personnes y étaient fichées. Ce week-end, Nicolas Sarkozy évoquait le chiffre de 11.500. Le Parisien estime de son côté qu'il en existerait jusqu'à 20.000.

Ce lundi, le premier ministre Manuel Valls a tranché en citant le nombre de 10.500. "Les fiches S sont absolument indispensables pour les services de police, gendarmerie et douanes. Il y en a 10.500, ce qui signifie que certaines d'entre elles peuvent être créées sur la base d'un simple renseignement, non recoupé", a-t-il nuancé.

DES TERRORISTES POTENTIELS MAIS PAS QUE

Le fichier S comprend 16 niveaux de classification qui, plus que la dangerosité des individus, visent à indiquer la marche suivre pour les forces de l'ordre lorsqu'elles entrent en contact avec la personne fichées (ne rien faire, relever l'identité des accompagnants, etc...). Selon Le Parisien, les fiches S14 correspondent aux combattants partis mener le jihad à l'étranger et qui en sont revenus. Au mois d'août, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve annonçait que 840 fiches S avaient été émises concernant ces combattants étrangers, dont 140 ayant résidé ou résidant encoren en France.

Les islamistes radicalisés ne sont toutefois pas les seuls à figurer dans ce fichier. On y dénombre également des hooligans, des activistes d'extrême gauche ou d'extrême droite, des zadistes, des personnes liées aux mouvances altermondialistes violentes (Black blocks)...

Notons que, selon Le Figaro, un autre document, le Fichier des signalés pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) regroupe 11.400 personnes radicalisées à des échelos divers, dont 25% de femmes et 16% de mineurs; Toutes ne disposent pas d'une fiche S.

DONNÉES PERSONNELLES ET SUIVI POLICIER

Les fiches S sont principalement émises par Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), une des branches du renseignement français. Y figurent notamment l'identité de la personne fichée, l'attitude que doivent avoir les forces de l'ordre quand elles entrent en contact avec elle ainsi que les motifs de la création de la fiche.

Toute personne qui dispose d'une fiche S ne fait pas forcément l'objet d'un suivi personnalisé (filatures, écoutes...) et n'est pas forcément un terroriste en puissance. Peut être fichée une personne qui fréquente une mosquée réputée salafiste, un individu signalé par les services de renseignement étrangers, des personnes ayant voyagé dans un pays en guerre...

Pourquoi toutes les personnes fichées ne sont-elles pas activement suivies? Essentiellement pour des raisons de moyens techniques et humains. Il est actuellement impossible de mettre un policier spécialisé 24h/24 et 7j/7 derrière chacune des 10.000 personnes fichées.

A l'heure actuelle, plus de 13.000 fonctionnaires et contractuels sont affectés à des tâches de renseignement et de lutte antiterroriste en France dont 5.000 à la DGSE et 3.000 à la DGSI. D'ici à 2017, 1400 devraient être embauchées à la DGSI, aux Renseignements territoriaux et à la Préfecture de police de Paris, 500 à la DGSE.

UN OUTIL DE SURVEILLANCE, PAS UN MANDAT D'ARRÊT

Pour le député PS Jean-Jacques Urvoas, spécialiste des questions de sécurité interrogé ce lundi sur France Inter, "la fiche S est un élément de surveillance, pas un élément de culpabilisation". Autrement dit, dans un état de droit, une fiche S ne suffit pas toujours à justifier l'interpellation et encore moins l'incarcération d'un suspect.

"Si on crée une fiche S, c’est qu’on a rien sur un individu et que l’on veut savoir si cela vaut le coup de lever le doute et de mettre des moyens opérationnels très lourds", a expliqué sur Europe1 l'ancien patron des Renseignements généraux, Bernard Squarcini.

"Ce sont des fiches de renseignement, ce ne sont pas des mandats d’arrêt international. [...] On n’arrête pas les gens sur la base d’une fiche S, c’est un dispositif qui permet de suivre le comportement de gens qui n’ont commis aucune infraction pénale, mais qui peuvent en commettre une.", insiste Bernard Cazeneuve. Elles peuvent en revanche servir de base pour constituer un dossier judiciaire entraînant leur arrestation. En août, le ministre indiquait avoir pris 49 mesures d’expulsion depuis le début de l’année.

Geoffroy Clavel

source Le Huffpost ( 16/11/2015)

22 Juillet 2016

Attentat de Nice : la justice demande à la mairie de détruire 24 heures d’images

Une réquisition judiciaire urgente a été envoyée au centre de supervision urbain de Nice mercredi 20 juillet. Le parquet de Paris évoque un souci «d’éviter la diffusion non contrôlée de ces images».

Panique et incompréhension à la mairie de Nice. Mercredi à 11 heures, la sous-direction antiterroriste (SDAT) a envoyé aux agents qui gèrent la vidéosurveillance de la ville une réquisition citant les articles 53 et L706-24 du code de procédure pénale et de l’article R642-1 du Code pénal leur demandant l’effacement «complet» de 24 heures d’images provenant de six caméras nommées et numérotées, mais aussi de toutes les scènes depuis le début de l’attentat ayant eu lieu sur la promenade des Anglais, dans la nuit du 14 juillet.

De quoi mettre en état de sidération les agents du centre de supervision urbain de Nice. «C’est la première fois que l’on nous demande de détruire des preuves, précise une source proche du dossier. Le centre de vidéosurveillance et la ville de Nice pourraient être poursuivis pour cela et d’ailleurs les agents en charge du dispositif n’ont pas compétence pour se livrer à de telles opérations».

La demande paraît d’autant plus étonnante que la SDAT a envoyé depuis vendredi dernier des serveurs afin de récupérer les 30.000 heures de vidéosurveillance liées aux événements. Une opération de sauvegarde qui va s’étendre encore sur plusieurs jours. «Nous ne savons pas si donner un ordre de destruction alors que nous sommes en pleine sauvegarde ne va pas mettre en rideau tout le système», s’inquiète-t-on dans l’entourage du dossier. [...]

Dès samedi, l’Élysée avait demandé copie des images de l’attentat. Une autorisation accordée par le parquet de Paris. «Ce n’est pas choquant que le président de la République ait voulu visionner l’attentat. Faudra-t-il demander à l’Élysée de restituer le CD qui lui est parvenu ?», s’interroge un bon connaisseur du dossier. En tout état de cause, ces vidéos sont partagées par plusieurs services concomitamment à savoir ceux de la Police et de la gendarmerie nationales, de la police judiciaire et des pompiers.

Le Figaro

18 Juillet 2016

ESTROSI, MOSQUÉES, UOIF : POUR EN FINIR AVEC LE DOUBLE-DISCOURS ET LES MENSONGES !

Voici trois ans, je faisais condamner la municipalité de Christian Estrosi devant le Tribunal Administratif pour atteinte au principe de laïcité dans le cadre de la mosquée de la rue de Suisse dont le loyer (puisqu’elle est établie dans des locaux appartenant à la municipalité) était totalement sous-évalué. J’ai aussi, l’an passé, consacré un livre entier aux relations que Christian Estrosi entretient avec les musulmans de Nice, leurs imams et associations, et en particulier l’UMAM, branche locale de l’Union des Organisations Islamiques de France. Fort de cette expérience et cette expertise, je me dois de réagir à la petite entreprise de désinformation à laquelle s’est livré le député-maire de Nice dans les colonnes de Nice Matin ce lundi.*

Cea-tgqW8AIZ5nU

Christian Estrosi déclare que lors de son arrivée aux affaires il y avait 21 mosquées à Nice, il y a un an il avait déclaré sur une radio qu’il y en avait même 40… Puis il enchaîne en avouant – car c’est la première fois qu’il reconnait un tel chiffre ! – qu’il y en aurait aujourd’hui 17. En réalité 18 ou 19, selon les musulmans eux-mêmes, et il s’agit bien à leurs yeux de MOSQUÉES et non de « lieux de culte » comme le député-maire l’énonce pudiquement, sans doute pour ne pas affoler les Niçois. On aura bien compris le sens de ce soudain étalage de chiffres : Christian Estrosi veut ainsi expliquer que l’islamisation de notre ville a reculé grâce à lui. On croit rêver.

Les chiffres avancés sont évidemment tout à fait discutables, le député-maire n’apportant pas la moindre démonstration. Il n’évoque que la fermeture de la petite mosquée rue Saint-Joseph, qui n’a été qu’un déplacement (les salafistes se réunissant désormais ailleurs, das le même secteur) lié à un départ volontaire et non pas à ses fanfaronnades médiatiques. Par ailleurs, quand Christian Estrosi a poussé à la fermeture d’une autre petite mosquée, au foyer ADOMA, c’est pour favoriser l’ouverture de celle installée dans les locaux de Côte d’Azur Habitat aux pieds des HLM Roquebillière, sur plusieurs centaines de mètres carrés, et sous le contrôle des islamistes de l’UOIF. On est en droit de s’interroger sur l’initiative. D’autant que la mosquée en question porte un nom charmant : Al-Fath, c’est-à-dire « la conquête ». Christian Estrosi n’a-t-il pas pourtant reprocher à Dalil Boubakeur de faire de la France « une terre de conquête » à travers ses déclarations ? Le voici servi avec cette mosquée nommée « la conquête » dont il a lui-même permis et favorisé l’ouverture dans des locaux gérés par la municipalité ! Vous avez dit double-discours ?

Le jugement que Christian Estrosi porte sur ses partenaires de l’UOIF reste le passage le plus déconcertant de cet entretien : « organisation proche des Frères musulmans – des fondamentalistes » selon ses propres mots. Fort bien, c’est ce que je m’efforce de lui expliquer depuis 7 ans.
Mais alors pourquoi a-t-il donc tout fait depuis son arrivée à la mairie pour favoriser l’emprise de ces « fondamentalistes » sur les musulmans niçois ?! Pourquoi a-t-il fait de l’imam Otmane Aissaoui (président de l’UMAM) son interlocuteur privilégié et quasiment unique, l’invitant toujours à ses côtés ? Pourquoi a-t-il installé des imams liés à l’UMAM-UOIF et donc aux Frères Musulmans dans des locaux municipaux ? Pourquoi subventionne-t-il l’association Jeunes Musulmans de France, excroissance directe de l’UOIF ?

Ces faits sont publics, mais pourtant il ne se trouve personne pour porter la contradiction au tout-puissant député-maire de Nice quand celui-ci se permet de telles affirmations. Je considère pour ma part qu’il est de mon devoir de continuer, inlassablement, à informer les Niçois sur la politique que mène réellement leur maire. Ce sera le cas tant que ses paroles ne refléteront pas ses actes, et inversement.

Philippe Vardon
Auteur de « L’imam Estrosi – Demain à Nice, 20 mosquées »

* http://www.nicematin.com/…/le-maire-de-nice-soppose-fermeme…

01 Juillet 2016

Une cinquantaine de cas de radicalisation dans l’armée surveillée par le ministère de la Défense

L’armée n’est pas épargnée. Un rapport d’information, daté du 22 juin dela commission défense de l’Assemblée nationale, analyse « la présence et l’emploi des forces armées sur le territoire national ». Présenté par Olivier Audibert Troin (député du Var LR) et Christophe Léonard (député des Ardennes PS), celui-ci a été mis en ligne mercredi 29 juin, rapporte L’Opinion.

Dans ce document très dense, plusieurs informations relatives à l’emploi des forces sur le territoire nationale sont exposées, notamment concernant le coût et le nombre de soldats déployés sur le territoire, comme le note Philippe Chapleau, spécialiste Défense pour Ouest France. Mais outre ces enseignements, le rapport fait état d’un sujet autrement plus sensible: la radicalisation au sein de l’armée. Et selon ce document parlementaire, la Direction de la Protection et de la Sécurité de la Défense (DPSD) suit « en priorité » une cinquantaine de cas dans les rangs des armées tricolores.

« La première brique de la lutte antiterroriste »

Pour prévenir les cas de radicalisation dans l’armée française, la première mesure -qui tombe sous le sens- est d’accroître la vigilance au moment du recrutement des soldats. Et c’est ce qui ressort de ce rapport d’information. « Selon le général Jean-François Hogard, 92% des candidats à l’engagement bénéficient d’un avis ‘sans objection’ de la DPSD, les 8 % restant se voyant attribuer d’un avis ‘restrictif’ ou ‘défavorable’ lié à une vulnérabilité ou à un antécédent constitué », détaille le document parlementaire. Ce faisant, la DPSD considère qu’elle « constitue la première brique de la lutte antiterroriste ». Ce qui est plus délicat, ce sont les cas de radicalisation chez des soldats déjà engagés. Pour les recenser, la DPSD compte sur les signalements émis en interne.

Ainsi, « le général Jean-François Hogard a indiqué que la DPSD suit en priorité ‘une cinquantaine de dossiers de radicalisation' », poursuit le rapport qui précise que ce nombre « évolue en permanence », les signalements émis n’étant pas forcément tous probants. Une fois le signal reçu, la DPSD engage des « opérations de renseignement de durée variable, les investigations se menant systématiquement à charge et à décharge ».

« Le traitement des signalements doit être prudent, car il faut éviter de stigmatiser certaines personnes, faute de quoi on risque de les pousser dans les bras de l’ennemi », a aussi précisé le général Jean-François Hogard cité par le rapport. « Pour les mêmes signes extérieurs ‒port de la barbe, refus de parler à une femme, etc.‒, il faut savoir distinguer des cas de réelle radicalisation de ce qui peut n’être que l’expression d’un refus de la discipline ou d’un simple mal-être, et veiller à limiter les effets de stigmatisation, qui nuisent à la cohésion dont ont besoin les armées », a encore indiqué l’officier.

Aucun détail en revanche n’est communiqué sur la façon dont l’armée traite ces cas (mesures disciplinaires ? renvois ?). Interrogé sur ce sujet au moi de mai par Le HuffPost, le ministère de la Défense s’était refusé à tout commentaire. En juillet 2013, cette question préoccupait déjà la DSPD.

Un phénomène qui touche d’autres armées européennes

L’armée française n’est pas la seule a être confrontée à ce genre de problématique. Au mois d’avril, le contre-espionnage allemand a rendu public un rapport portant sur une infiltration jihadiste dans ses rangs. Les chiffres évoqués alors étaient supérieurs à ceux communiqués par l’armée française puisque le document recensait pas moins de 320 soldats sous surveillance au sein de la Bundeswehr.

Idem du côté de la Belgique. Au mois de mai, nous apprenions que « quelque 60 membres de la Défense présentent un comportement suspect » dans l’armée belge. Toutefois, « aucun soldat n’a été démis en raison d’extrémisme islamique » et « tous les soldats, éventuellement concerné ont quitté l’armée de leur propre initiative ou ont été licenciés pour d’autres raisons », faisaient savoir les autorités belges.

Pour l’heure, aucun cas de renvoi de soldats radicalisés n’a été communiqué côté français. Tout juste sait-on que cette question préoccupe au plus niveau et qu’une cinquantaine d’individus sont surveillés pour cette raison.

Related Posts

01 Juin 2016

Un camp salafiste dans les Ardennes le week-end dernier

Une association néerlandaise réputée salafiste a organisé du 27 au 29 mai un troisième week-end « d'incentive » dans la commune de Trois-Ponts.

Sur Facebook, Halal Event se définit comme un organisme communautaire. Cette association néerlandaise a-t-elle organisé un camp salafiste ce week-end sur le territoire de Saint-Jacques, à Trois-Pont ? Elle y a en tous les cas tenu son rassemblement annuel, explique Télévesdre.

 Au programme des 26 participants: activités diverses, randonnées mais aussi partie de air soft en tenue de combat. Ce qui alerte les autorités, c'est entre autres la présence de Remy Soekirman, un imam réputé radical.

Le premier camp de ce type s'était déroulé en aout 2014 et avait fait couler beaucoup d'encre. En octobre 2015, un rapport du comité P dénonçait le manque de surveillance de ce genre d'évènements.

Le bourgmestre de Trois-Ponts, Francis Bairin, dit ne pas cautionner ce genre de rassemblement: "Nous sommes impuissants au niveau politique, c'est ce que déplore les responsables de la formation radicalisme. Le radicalisme n'est pas une infraction, ce n'est pas punissable".

Il explique que ce camp a fait l'objet d'une surveillance de la part des polices locales et fédérales.

"S'occuper de mouvements radicaux comme ceux-là, je ne pense pas que ce soit dans les compétences d'un bourgmestre d'une petite ville comme ici", déplore-t-il à l'antenne de Télévesdre avant d'en appeler au ministre de l'Intérieur afin d'effectuer un contrôle efficace de ce genre de manifestations.

source

28 Mai 2016

Égypte: une femme chrétienne de 70 ans agressée et déshabillée en pleine rue par 300 musulmans

Une chrétienne a été prise à partie, déshabillée et traînée dans la rue par une foule de musulmans. Le fils de la femme agressée aurait eu une relation avec une musulmane.

La scène se déroule vendredi dernier, dans la ville d’Al-Minya, à 300 kilomètres au sud du Caire (Égypte). Une femme chrétienne, âgée de 70 ans, est déshabillée et conspuée en pleine rue. Les agresseurs, au nombre de 300, sont de confession musulmane. Leur motif : ils soupçonnent le fils de la victime d’avoir eu une relation avec une musulmane.

Plusieurs maisons appartenant à des chrétiens sont pillées, saccagées et brûlées. Six habitants ont été interpellés et la police en cherche douze autres.

La police égyptienne a été plus que silencieuse sur cette affaire. Rien n’est sorti dans les médias avant mercredi, cinq jours après l’agression. « Personne n’a rien fait et la police a pris aucune mesure de sécurité pour anticiper l’attaque », a dénoncé Anba Makarios dans une interview télévisée. Le prêtre chrétien de la ville indique que la famille a notifié aux autorités, la veille de l’agression, avoir reçu des menaces de la part de villageois musulmans. [...]

Ouest-France Merci à YOYOFAAA

22 Mai 2016

Aéroport de Roissy : on dénombre encore sur la plateforme « 400 cas inquiétants de radicalisation »

Après les attentats de novembre à Paris, les autorités ont décidé de passer au crible les 86.000 autorisations d’accès à la zone dite « réservée » de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle. Au total, entre janvier 2015 et avril 2016, plus de 600 personnes se sont vu retirer ce sésame, ou refuser son attribution ou son renouvellement. Parmi elles, 85 étaient soupçonnées de radicalisation, selon la préfecture déléguée aux aéroports.

Malgré ces dispositions, on dénombre encore sur la plateforme « 400 cas inquiétants de radicalisation », selon une estimation de source proche du dossier, mais contestée par des sources policières. Pour les identifier, les autorités s’attachent à chaque détail: le refus par un salarié de sexe masculin de s’adresser à une femme ou de recevoir des consignes de sa part suffisent à motiver le retrait d’un badge.

Charente Libre

18 Mai 2016

Sera t-il puni, lui aussi ??????? pour sa franchise..... Le commandant du GIGN ?

Sécurité. Le commandant du GIGN a livré sa vision des choses à propos de la lutte contre le terrorisme. Il pointe du doigt notre immense vulnérabilité face à un ennemi qui s'est adapté à la "faiblesse" de nos sociétés démocratiques, selon des propos rapportés par Le Point.

"Je ne fais pas de politique, moi". Le colonel Hubert Bonneau avait annoncé la couleur, il n'a pas menti. Invité à s'exprimer en clôture du forum Technology Against Crime (TAC) de Lyon ce vendredi, le commandant du GIGN a exprimé très clairement et sans langue de bois la situation sécuritaire de la France, comme le rapport Le Point. Les attentats de janvier et de novembre, la menace qui pèse sur le pays, ouvertement en guerre contre l'Etat islamique… Les conclusions et les explications du militaire sont effrayantes.

"Les groupes terroristes profitent d'une véritable faiblesse de nos démocraties, j'ose le dire" a-t-il lancé à l'assistance. Selon lui, le mode opératoire des terroristes est redoutablement efficace et très difficile à contrer, avec un"rapport coût-efficacité terrible pour nous". "Ca peut taper n'importe où, n'importe quand, sachant qu'on attaque des cibles molles, pas renforcées. Le champ des possibles est très vaste", a-t-il continué. Des déclarations qui vont à l'encontre des discours rassurants diffusés par les autorités depuis plusieurs semaines, à l'approche notamment de l'Euro 2016. La compétition de football, qui rassemblera des millions de supporters dans les villes françaises hôtes, est une cible de choix pour qui voudrait commettre un attentat. Les "fans zone", ces places publiques où de nombreux supporters pourront venir assister aux matchs sur un écran géant, font notamment débat, mais devraient être maintenues. De la folie, si l'on considère les propos du colonel Bonneau.

"On n'a pas vu en France les choses arriver"
Le patron du groupe d'intervention de la gendarmerie a d'ailleurs critiqué l'aveuglement français quant à la menace terroriste. "Il faut être honnête et clair : on n'a pas vu en France les choses arriver. Malgré les attentats de Londres et de Madrid, malgré les événements en Afghanistan, au Pakistan. Si on ne les a pas vus, c'est parce que cela se passait loin de chez nous". Aujourd'hui, les ennemis vivent au contraire chez nous, dans nos villes et leurs banlieues : "A part quelques personnages en novembre, tous ceux qui agissent sont Français. C'est avant tout une problématique de sécurité intérieure. C'est quelque chose qui nous a beaucoup surpris". Et ces guerriers préparent un coup d'éclat, leurs tours jumelles à eux : "Ces terroristes vont rechercher un 11 Septembre 2.0. On est passé d'une entreprise centralisée et secrète à, aujourd'hui, une entreprise décentralisée qui marche sous forme de franchise".

Autre sujet abordé par le militaire, les moyens de communication et la propagande extrêmement efficace mis en place par l'Etat islamique. Les réseaux sociaux, la facilité pour les djihadistes de communiquer et de diffuser des contenus… Le meilleur exemple est à ce titre Inspire, le magazine de l'Etat islamique. Il est "remarquable et intéressant", notamment le numéro paru après les attentats de janvier : "On a cinquante pages qui disent ce qui a été bien fait et ce que les Kouachi et Coulibaly ont mal fait ou n'auraient pas dû faire. En substance, le magazine dit : Pour l'avenir, voilà ce qu'on vous propose. Inspire, c'est le petit marmitton.com du terrorisme : comment créer des grenades, confectionner des armes; etc". C'est précisément ici que les terroristes profitent de la faiblesse de nos démocraties, qui ne peuvent contrôler ce qui circule sur internet comme le font des régimes plus autoritaires. Les déclarations d'Hubert Bonneau sont donc à la fois terrifiantes et extrêmement précieuses.

http://www.valeursactuelles.com/societe/terrorisme-le-chef-du-gign-denonce-une-veritable-faiblesse-de-nos-democraties-61470

16 Mai 2016

Pour boire et conduire il faut choisir .. . d’être députée !

Que voulez-vous, il y a des alcootests pour le commun des mortels et des alcootests pour ministres ou parlementaires.

Tout le monde sait qu’il est dangereux de prendre le volant après avoir consommé trop d’alcool. Mais il arrive à tout le monde de boire un verre de trop et de prendre quand même le volant. Prenez garde, le code de la route est de plus en plus sévère concernant l’alcoolémie. Du moins, il est sévère pour les personnes lambda, pour le tout venant, c’est-à-dire (entre autres) pour ceux qui ne sont pas des élus de la nation.

Mais voyons les faits : Le 8 mai, dans un quartier du Havre, un automobiliste remarque une voiture qui zigzague sur la voie publique. Accomplissant son devoir de citoyen et redoutant un accident, il appelle le commissariat. Rapidement une voiture de patrouille se déplace et rattrape la conductrice. Celle-ci n’est pas n’importe qui, elle est députée de la majorité et se nomme Catherine Troallic. Comme tout le monde, elle doit alors souffler dans le ballon ; malheureusement pour elle, le résultat de l’éthylotest est d’un beau vert pomme, ce qui est loin des motivations écolos mais clairement synonyme d’un dépistage positif. Et oui, notre parlementaire est bien « pompette ».

Là vous me direz pas de problème la loi est claire : « Si le dépistage est positif ou encore, si le conducteur a refusé de s’y soumettre, le taux d’alcoolémie est vérifié soit par détection d’alcool par air expiré (éthylomètre) soit par prélèvement sanguin (prise de sang) ».

Et que risque alors au minimum la personne contrôlée positive ? Conduire avec un taux d’alcool dans le sang égal ou supérieur à 0,5 gramme (ou 0,2 gramme, si vous avez un permis probatoire ou êtes en apprentissage) et inférieur à 0,8 gramme par litre de sang constitue une contravention. Vous risquez les sanctions suivantes : « Une amende forfaitaire prévue pour les contraventions de 4e classe d’un montant maximum de 750 € et le retrait de 6 points du permis de conduire, Éventuellement, une suspension du permis de conduire. Ces sanctions s’appliquent même en l’absence de tout signe d’ivresse. »

On imagine l’angoisse de notre élue : son compte est bon car de plus ses deux enfants étaient à l’arrière. Et bien pas du tout, le commissaire magnanime lui a simplement demandé de rentrer chez elle à pied, le tout sans passer par la case police ou hôpital. Après une telle mansuétude, notre égérie a tenu à s’expliquer auprès du journal Le Havre Libre : « Je sortais de chez des amis, j’avais bu deux verres. Oui, c’est vrai, le dépistage s’est révélé positif, mais je n’étais pas en état d’ébriété; d’autres paramètres peuvent influencer sur le résultat du test. Quant au choix du commissaire de police, je pense très clairement qu’il a pris sa décision en se fondant sur mon comportement d’automobiliste et non sur ma qualité de parlementaire ».

Attention bonnes gens : si vous êtes dans les mêmes circonstances, n’essayez pas de demander aux braves policiers si « d’autres paramètres ne peuvent pas être pris en compte pour les résultats du test » ? La réponse sera une montée directe dans le panier à salade.

Que voulez-vous, il y a des alcootests pour le commun des mortels et des alcootests pour ministres ou parlementaires avec une case « bon comportement » qui eux restent obstinément sur la couleur jaune. Au fait, il parait que cette histoire fait rire jaune la population havraise.
Heureusement depuis pour se venger, ils ont trouvé un surnom à leur députée :
« Troa litres ! »

Ancien officier de Gendarmerie
 

13 Mai 2016

Black M à Verdun: un petit-fils de poilu porte plainte contre l’Etat

 A ce différend s’ajoute la plainte du petit-fils d’un poilu, qui a demandé jeudi à la justice de suspendre le concert. Selon son avocat, Me Antoine Beauquier, qui a saisi le tribunal administratif de Paris, la présence du rappeur « dont la seule ambition est de +s’amuser+ à Verdun, et dont on peut légitimement craindre qu’il use de termes outrageants pour la mémoire des soldats de Verdun, serait particulièrement inopportune, sinon attentatoire à l’ordre public ». Dans un entretien accordé à L’Est Républicain, le chanteur avait invité lundi ses détracteurs à venir à son concert du 29 à Verdun. « Qu’ils aiment ou pas (s)a musique: on va s’amuser », a-t-il dit.

Loractu

11 Mai 2016

Beaumont-en-Véron (37) : les habitants déjà «radicalement contre» le centre de prévention du djihad

Pour l’instant, les petits oiseaux de Beaumont-en-Véron chantent. Complètement indifférents à la polémique naissante. Coincée entre la Loire et la Vienne, cette bourgade de 2.900 habitants, tapissée de vignes, devrait accueillir le premier centre de prévention de la radicalisation en France visant à réinsérer dans la société quelques-uns des 1.600 jeunes Français tentés par le djihad en Syrie et en Irak.

Selon nos informations, ce centre doit accueillir une trentaine de jeunes hommes et femmes âgés de 18 à 30 ans qui n’ont pas fait l’objet d’une procédure judiciaire. «Ces personnes ont simplement été signalées au numéro vert comme étant susceptibles de ‘’basculer’’, indique notre source. Elles seront volontaires pour intégrer le centre. Il ne s’agit pas de terroristes ! »

Pour les riverains qui ont déposé une pétition « radicalement contre » ce projet, c’est du pareil au même. « Ils sont éduqués pour tuer, amalgame tranquillement Michel Carrier dont la véranda donne sur la vieille et élégante bâtisse qui abritera les volontaires. La centrale nucléaire de Chinon n’est qu’à deux kilomètres à travers les bois. C’est de l’inconscience de les installer à cet endroit. »

La centrale n’est pas le problème majeur de Carole. L’abribus, si. « Nos enfants prennent le car scolaire juste devant le centre, s’insurge cette maman à la sortie de l’école. Que va-t-il se passer si ces jeunes radicalisés les contaminent avec leurs idées ? »

Florence, elle, s’y prépare déjà. Habituée des lieux pour y promener son chien régulièrement, elle avoue que la question de la sécurité la « titille » un peu. « Mais ce serait quand même formidable de sauver des personnes en perdition… » Bernard Château, le maire, va encore plus loin. « Je ne sais pas vous mais moi, je n’ai pas envie de revivre l’année 2015. »

20 minutes

07 Mai 2016

LES HARKIS MANIFESTENT DEVANT LA PRÉFECTURE

28 Boulevard Limbert, 84000 Avignon

            Les rapatriés harkis ont manifesté samedi 28 MAI à 14H devant la préfecture d'Avignon, « La responsabilité de la France dans le drame des harkis est actée ».
            C’est « pour l’honneur de nos parents, pour notre reconnaissance et pour une loi de réparation sans cesse promise et jamais votée » Kamel Ben Moussa, Said Hamkache,Hocine Louanchi, militants de la cause harkie, appellent à la manifestation.
            Le Collectif National Harkis Rapatriés Français d’Algérie et leurs Amis demande à François Hollande, le Président de la République, de tenir sa promesse électorale :
            « Si le Peuple Français m’accorde sa confiance, je m’engage à reconnaître publiquement les responsabilités des gouvernements français dans l’abandon des Harkis, le massacre de ceux restés en Algérie et les conditions d’accueil des familles transférées de nuit dans des Camps en France » (François Hollande le 5 avril 2012).
            « Devant le mutisme du chef de l’état qui refuse de tenir son engagement », les responsables des associations, les harkis et leurs amis organiseront donc ce nouveau rassemblement pacifique, en Mai prochain à Avignon

Hocine Louanchi porte parole du Collectif National Harkis

03 Mai 2016

Un chant islamique de l’EI interprété en français par des enfants : « Tous nos sabres sont limés pour trancher des cous »

Le 29 avril 2016, la société de médias internationale de l’Etat islamique Al-Hayat a diffusé une vidéo d’un nashid (chant islamique) en français interprété par des enfants. C’est la première fois que les médias officiels de l’EI produisent un nashid chanté par des enfants. La vidéo a été mise en ligne avec des sous-titres en anglais et en arabe, et diffusée via Twitter et Telegram ; elle est en outre hébergée sur Archive.org et YouTube.

Le nashid, intitulé « Sang pour sang », montre des enfants marchant à travers des décombres et promettant de se venger des ennemis de l’EI, accusés de perpétrer et de dissimuler des atrocités. La vidéo comprend des images de dirigeants occidentaux tels que Barack Obama, François Hollande, Vladimir Poutine et Bachar al-Assad. La chanson menace l’Occident en ces termes : « Nos guerriers sont partout, prêts à se sacrifier. »

Les enfants reçoivent un entraînement militaire, revêtent des uniformes de combat et préparent des armes.

Les paroles présentent l’EI comme une victime des forces de la coalition qui le combattent. Les enfants chantent qu’ils se vengeront pour les souffrances qu’ils subissent. Ils promettent aux ennemis de l’EI que leur « sang coulera » et qu’ils sont « prêts à s’exploser ».

http://www.memri.fr/2016/05/02/un-nashid-de-lei-en-francais-chante-par-des-enfants-jurant-de-se-venger-tous-nos-sabres-sont-limes-pour-trancher-des-cous/

30 Avril 2016

Un policier nancéen lynché depuis une année, pour avoir expulsé des clandestins !

A Nancy, un flic exemplaire est dans la tourmente depuis un an, alors qu’il appliquait, le 30 avril 2015, une décision de justice visant des clandestins.

 

https://docs.google.com/file/d/0B1bWcD6GGTjtcU13ZUhwRjNBak0/edit?p

 

Victime du devoir accompli (il exécutait une décision de justice) un commandant de police de Nancy a été, jour après jour, semaine après semaine, lynché par les médias et par les associations qui s’opposent à l’expulsion des migrants en situation irrégulière. Nous nommerons ce policier irréprochable le Commandant P., afin qu’il ne subisse pas le même sort que le policier Sébastien Jallamion dans les rues de Lyon.

 

 13076577_830479363724628_4547910741377580254_n

 

Le Commandant P témoigne : « Où va-t-on ? Je suis fonctionnaire de police depuis 22 ans, j’ai toujours fait mon travail en respectant les lois, je paie mes impôts, je suis inconnu des services de police ou de gendarmerie, je respecte les lois, je suis Officier de Police Judiciaire, je suis Fonctionnaire d’État et aujourd’hui, après avoir fait mon travail, je suis mis en cause par les médias, les associations angéliques et bien pensantes, le Gouvernement et la Justice … Pourquoi ?

 

« Parce que, à 6h00 du matin, j’ai fait reconduire une famille arabe vers son pays d’origine (qui n’est pas un pays dangereux), une famille arrivée en France irrégulièrement en 2011 et depuis hébergée, nourrie, soignée, rémunérée de la somme de 800 euros/mois, cela grâce à nos impôts.

 

« Durant son séjour, le père a couché avec des mineurs et la mère a volé mais cela, la Justice a décidé que ce n’était pas grave et a classé sans suite.

Au terme d’une procédure administrative de 2 ans qui a coûte à la France environ 15.000 euros (appels, référés, Conseil d’État, OFPRA,… ), la famille a été déboutée et devait être reconduite ce mardi .

« Mon équipe et moi, nous sommes donc allés vers le centre d’accueil des demandeurs d’asile d’Essey les Nancy pour mettre à exécution la mesure d’éloignement.

 

« Si le mari a accepté de quitter la chambre que le couple occupait dorénavant illégalement, la femme a refusé de partir et nous avons dû faire ouvrir la porte par un serrurier.

Nous avons alors eu affaire à une furie qui nous a fait la comédie habituelle de la victime (comme on le leur apprend).

« C’est alors que nous fûmes pris à partie par les occupants du foyer et que nous nous retrouvions face à une foule d’une trentaine de personnes vindicatives.

« A aucun moment nous n’avons frappé qui que ce fût ou proféré d’insultes. Les collègues ont assuré la mission avec sang-froid et professionnalisme devant l’agression de la foule, plus nombreuse, bien plus nombreuse que nous.

« Autant vous dire que j’ai rarement autant craint pour ma sécurité, les arabes sont violents et n’ont pas peur de nous, témoigne  le Commandant P. »

« Comme c’est maintenant la mode, nous avons été filmés et la vidéo est en tête du présent reportage ».

 

« Les associations ont saisi le Ministre qui, dans ces cas-là, répond immédiatement et maintenant, je dois rendre des comptes.

 

« Depuis hier, je ne vis plus, entre le ministère, la préfecture, les médias,… »

 

Le Commandant P ajoute : « je suis mis en cause pour avoir fait respecter la loi et je dois rendre des comptes à un couple arabe, voleur et pédophile, qui a profité du système pendant 3 ans…, qui, il faut le faire savoir n’est pas un cas isolé. »

 

Ce nouveau témoignage, haut en couleurs et en saveurs, démonte la mécanique relationnelle entre les islamistes et migrants irréguliers, les policiers qui font appliquer la loi et les autorités.

Quand donc un véritable ministre de l’Intérieur saura-t-il enfin, en France, taper le poing sur la table et protéger ses hommes ?

 

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

28 Avril 2016

Abdeslam ne s’est pas fait exploser : il est sifflé à son arrivée à la prison de Fleury-Mérogis

Salah Abdeslam a passé sa première nuit au centre pénitentiaire de Fleury-Mérogis. Alors que de nombreuses précautions de sécurité ont été prises le concernant, jeudi matin, c’est l’attitude d’autres prisonniers qui inquiète. Le terroriste présumé des attentats du 13 novembre a été sifflé par les autres détenus, a indiqué un syndicaliste à BFMTV.

Il s’agirait de détenus radicalisés qui reprocheraient à Salah Abdeslam de ne pas avoir été jusqu’au bout, de ne pas s’être fait exploser, le soir des attaques de Paris. Le terroriste présumé, arrivé mercredi en France, a été placé à l’isolement à Fleury-Mérogis, plus grand centre pénitentiaire d’Europe. Une mesure de sécurité à la fois pour éviter tout contact avec les autres détenus, mais aussi pour le protéger d’éventuelles représailles.

(…) BFM TV

25 Avril 2016

Nuit Debout : distribution de sifflets contre les agressions sexuelles

Place de la République à Paris – samedi 23 avril 2016

Annonce de la distribution de sifflets contre les agressions sexuelles

http://rutube.ru/video/5d8c27d25a4f91e6fc8f992248039a53

22 Avril 2016

Paris: Une centaine de migrants prennent possession d’un lycée désaffecté du 19e

Depuis minuit, des réfugiés qui campaient jusque-là à la station de métro Stalingrad occupent le lycée technique Jean-Jaurès…

Dans la nuit de jeudi à vendredi, vers minuit, une centaine de réfugiés ont pris possession du lycée technique désaffecté Jean-Jaurès, rue Clavel, dans le 19e arrondissement. Des Afghans, des Pakistanais, des Yéménites, des Soudanais…
« Puisqu’Anne Hidalgo a dit que Paris était ville refuge »
« Ces personnes faisaient partie des 450 migrants vivant dans le camp de fortune qui s’était créé à Stalingrad, sous le métro, indique Valérie Osouf, de La Chapelle Debout. Les conditions de vie étaient déplorables. Il y a eu des cas de gale, de tuberculose… »
C’est ce collectif, La Chapelle Debout, créé pour venir en aide aux migrants dans la foulée de l’évacuation policière de la Halle Pajol, en juillet 2015, qui a chapeauté l’occupation du lycée Jean-Jaurès. « Nous ne faisons qu’appliquer à la lettre les paroles d’Anne Hidalgo, qui a déclaré Paris comme ville refuge, reprend Valérie Osouf. Nous occupons ainsi un lycée inoccupé depuis plusieurs années. Cette occupation doit servir de levier pour entamer une négociation visant à améliorer le sort de ces réfugiés. »

(…) 20minutes.Fr

19 Avril 2016

Conseil d’Helmut Kohl à Merkel : l’Europe ne peut devenir «le nouveau foyer» de tous les migrants

L’ex-chancelier Helmut Kohl, à qui l’Allemagne doit sa réunification et Angela Merkel sa carrière, a prévenu «sa disciple» que l’Europe ne pouvait pas devenir «le nouveau foyer» de millions de migrants pour une question de différence de valeurs.

Depuis le début de la crise migratoire, Helmut Kohl a gardé le silence et ne s’ingérait pas dans les affaires d’Angela Merkel, qu’il a choisie comme sa successeuse après 16 ans à la tête du gouvernement allemand, poste que Merkel a finalement occupé après la parenthèse Gerhard Schröder.
Mais ce weekend il a envoyé un avertissement à l’actuelle chancelière dans une interview pour Tagesspiegel : «L’Europe ne peut pas devenir la terre d’accueil de tous les nécessiteux du monde. En général, leurs valeurs et leur ordre social se distinguent de ceux que nous, chrétiens et juifs, avons». Helmut Kohl a souligné qu’il fallait résoudre la crise non pas en Europe, mais directement dans les régions touchées par les conflits.

Il convient par ailleurs de noter que même cette fois-là, il n’a pas critiqué Angela Merkel directement, bien que selon les derniers sondages, sa politique de portes ouvertes fasse fuir les électeurs de son parti. Au contraire, lors des mandats gouvernement de Kohl, sa base électorale de chrétiens-démocrates a continué à le soutenir.

L’interview a précédé sa rencontre controversée avec le Premier ministre hongrois, le conservateur Viktor Orbán, sur l'initiative duquel la Hongrie va tenir, quelque part entre août et décembre, un référendum sur le plan européen de réinstallation des réfugiés dans les pays membres de l'UE. Depuis l’automne 2015, la Hongrie, la Serbie, la Pologne et la Croatie ont pris l’initiative de monter des clôtures barbelés le long de leurs frontières. Varsovie est allé jusqu'à dire, à la suite des attentats de Bruxelles, qu'elle refusait désormais d'accueillir des migrants sur son territoire.

15 Avril 2016

Les pirates somaliens meurtriers pourront, après leurs peines, rester en France

Cette semaine, la cour d’assises de Paris vient de les condamner à des peines de 6 à 15 ans de prison.

8 septembre 2011, le soleil décline dans le golfe d’Aden, la mer est calme, il est 16 h. Évelyne Colombo et son mari Christian, après avoir quitté le Yémen, naviguent pour rejoindre le sultanat d’Oman. Ce couple de plaisanciers a vendu sa maison d’Ollioules trois ans plus tôt pour un catamaran de 17 mètres et compte entreprendre le rêve de jeunesse de l’ancien infirmier de la marine marchande : un tour du monde à la voile.

Le couple est sur le pont. Soudain, ils entendent « un bruit métallique », une barque bleue à moteur remplie de bidons en plastique fonce vers le Tribal Kat. Brutalement de la chaloupe partent des tirs d’AK-47. « C’est une attaque », hurle le retraité de 55 ans. Il se précipite à la radio et lance un premier appel au secours. Puis sa femme prend son relais et continue à émettre des messages de détresse. Lui, l’ancien de la Royale, fait face aux neufs assaillants. Debout, il réplique avec pour toute arme un Flash-Ball et un pistolet. Hélas, il ne peut rien contre les tirs nourris des fusils d’assaut (38 impacts seront relevés sur le voilier). C’est la dernière fois qu’Évelyne verra son mari vivant.

Au milieu des assaillants qui pillent le catamaran, prenant des vêtements, un stylo de marque et 400 dollars, elle trouve encore le temps de mettre à jour le livre de bord : « 16 h 15, Christian décédé. » Le voilier étant trop malaisé à manœuvrer, les agresseurs décident de regagner la barque, avec leur nouvel otage. Contrainte de sortir de la cabine, elle aperçoit le corps recroquevillé de son mari baignant dans une mare de sang, couché sur ce bateau qu’il a lui-même construit. Pour ajouter à l’horreur, deux des attaquants jettent en partant le corps par-dessus bord : « You are murderers! », hurle-t-elle au milieu de ses larmes.

Évelyne Colombo croupira dans le skiff des pirates, cachée sous une bâche trempée, avec trois armes braquées sur sa tête. Heureusement, la justice immanente se présente 48 heures plus tard sous la forme d’un bâtiment de guerre espagnol. Celui-ci repère la barque des pirates, un commando de la Marine les aborde et ouvre le feu sur ces derniers. La Française est libérée, les deux chefs sont tués, les sept autres sont appréhendés et remis une semaine plus tard aux autorités françaises. Ils sont immédiatement incarcérés à Fresnes (Val-de-Marne) et à Fleury-Mérogis (Essonne) en vertu de la loi française anti-piraterie de 2011.

Cette semaine, la cour d’assises de Paris vient de les condamner à des peines de 6 à 15 ans de prison pour l’attaque meurtrière du voilier. L’avocat général avait requis des peines plus lourdes, de 16 à 22 ans de réclusion criminelle, contre ces hommes « unis par une volonté commune » de piller et rançonner le Tribal Kat. Elle avait aussi demandé une « interdiction définitive du territoire ». Elle n’obtint pas satisfaction, la défense expliquant qu’on ne peut expulser un Somalien.

Les sept accusés ont été reconnus coupables de détournement de navire ayant entraîné la mort, de séquestration et vol en bande organisée, mais pas d’association de malfaiteurs, ce qui explique l’important écart entre réquisitions et peines prononcées.

Un verdict accueilli par les pleurs du côté de la famille de la victime et par une joie discrète pour le jeune Farhan Abchir Mohamoud, mineur au moment des faits (selon son avocat) et condamné à la peine la plus légère. Lui pourra sortir dans moins d’un an (compte tenu des années passées en prison), lui pourra continuer sa vie dans cette France « accueillante », patrie de sa victime.

Pour la famille Colombo, comme elle l’a publié sur les réseaux sociaux, cela fait quatre ans que le verdict est tombé : « perpétuité sans réduction de peine possible. »

Ancien officier de Gendarmerie

11 Avril 2016

1,6 million de musulmans prêts à devenir des terroristes ?

Statistiques intéressantes…

La « Zone Grise » de l’État Islamique en Europe : combien de divisions ?

  • Le soutien des jeunes musulmans européens aux attentats suicides va de 22% en Allemagne à 29% en Espagne. En Grande Bretagne, un musulman sur cinq affiche sa sympathie pour le Califat. Les musulmans britanniques sont plus nombreux à rejoindre les rangs de l’Etat islamique que les bataillons de l’armée britannique. Aux Pays Bas, un sondage indique que 80% des Néerlandais d’origine turque ne voient « rien de répréhensible » dans les faits d’armes de l’Etat islamique.
  • Les sondages et autres enquêtes de population doivent être maniés avec précaution, mais tous révèlent une « zone grise » large et vibrante dont se nourrit le djihad en Europe et au Moyen Orient. Il s’agit de ces millions de musulmans qui affichent leur sympathie, leur compréhension et leurs affinités avec l’idéologie et les buts de l’Etat islamique.
  • Combien de musulmans seront infectés par le virus Etat islamique au sein de la vaste « zone grise » européenne ? La réponse à cette question sera déterminante pour notre avenir.

Au cours des années 1970 et 1980, l’Europe a été ravagée par les attentats terroristes des groupes communistes armés comme la Bande à Baader en Allemagne et les Brigades Rouges en Italie. Ces terroristes paraissaient déterminés à saper les fondements de la démocratie et du capitalisme. Ils ciblaient par dizaines les journalistes, les hommes politiques, les chefs d’entreprises et les politiciens. En Italie, en 1978, ils ont même enlevé et exécuté le premier ministre italien, Aldo Moro.

A l’époque, la question de « la taille de la « zone grise » se posait déjà : de quel réservoir de sympathie le terrorisme dispose-t-il dans les usines, les syndicats, les universités ?

Depuis l’année dernière, les hommes de main de l’Etat islamique ont abattu des centaines d’européens et d’occidentaux. Leur dernier assaut à Bruxelles a frappé au cœur de l’Occident : la Mecque post moderne de l’Otan et de l’Union européenne.

La même question se pose : quelle est la taille de la « zone grise » de l’Etat islamique en Europe ?

Peggy Noonan a tenté de donner une réponse dans le Wall Street Journal :

« Le nombre de musulmans dans le monde est estimé à 1,6 milliard d’individus… Disons que 10% seulement éprouvent de la rancœur envers l’« Occident », ressentent le besoin d’éradiquer les infidèles ou cultivent l’espoir de rétablir le Califat. Ces petit 10% représentent 160 millions de personnes. Disons maintenant que 10% de ce second ensemble aspire au djihad, soit 16 millions. Et faisons le pari que seulement dix pour cent sont prêts à passer à l’action, à pratiquer le djihad ou à lui venir en aide. On obtient 1,6 million de personnes ».

C’est beaucoup.

Selon une étude ComRes commanditée par la BBC, 27% des Britanniques musulmans éprouvent une franche sympathie pour les terroristes qui ont attaqué Charlie Hebdo, à Paris (12 morts). Un sondage ICM publié par Newsweek révèle que 16% des Français musulmans soutiennent l’Etat islamique. Ce pourcentage grimpe à 27% pour les 18-24 ans. Dans plusieurs dizaines d’établissements scolaires français, des élèves musulmans ont perturbé la « minute de silence » destinée à commémorer l’assassinat des journalistes de Charlie Hebdo.

En Belgique ? Le degré de popularité de l’Etat islamique est immense. Voices From the Blogs, l’étude la plus pertinente sur le sujet, a recensé et analysé plus de deux millions de messages en arabe tout autour du monde sur Twitter, Facebook et différents blogs évoquant l’Etat islamique au Moyen Orient.

Les commentaires les plus favorables à l’Etat islamique venaient du Qatar (47%) ; puis du Pakistan (35%) tandis que la Belgique (31%) s’inscrivait en troisième position mondiale, devant Oman (25%), la Libye (24%), la Jordanie (19%), l’Arabie Saoudite (20%) et l’Irak (20%). S’il fallait une preuve des capacités de recrutement de l’Etat islamique dans le monde et en Belgique, ces statistiques sont suffisantes en soi.

Dans d’autres pays européens, la popularité de l’Etat islamique atteint 24% en Grande Bretagne, 21% en Espagne et 20% en France.

En Grande Bretagne, un musulman sur cinq affirme ressentir de la sympathie pour le Califat. Les musulmans britanniques rejoignent plus volontiers les rangs de l’Etat islamique que les bataillons de l’armée britannique.

Aux Pays Bas, une étude Motivaction montre que 80% des Turcs néerlandais ne voient « rien de répréhensible » dans les actions de l’Etat islamique.

Le soutien des jeunes musulmans européens aux attentats suicide atteint 22% en Allemagne, 29% en Espagne, 35% en Grande Bretagne et 42% en France indique un sondage du Pew Research center.

De nombreux travaux ont démontré l’audience de l’Etat islamique dans le monde arabe : leClarion Project, est une méta étude qui reprend et compile diverses sources comme un sondage réalisé en mars 2015 par un institut de recherche indépendant irakien, l’Institute for Administration and Civil Society Studies ; un sondage de novembre 2014 mené par le Zogby Research Services ; un sondage de novembre 2014 réalisé par le Arab Center for Research and Policy Studies ; et un sondage d’octobre 2014 accompli par le Fikra Forum. Résultat final ? 42 millions d’arabes dans le monde affichent ouvertement leur sympathie à l’Etat islamique.

Après les massacres à Charlie Hebdo, Al-Jazeera, a publié un sondage qui demandait : « Soutenez-vous les victoires de l’Etat islamique ? ». 81% des personnes interrogées ont répondu « oui ».

Ces études et sondages doivent être maniés avec précaution mais, mis bout à bout, ils révèlent une profonde et vibrante « zone grise » susceptible de nourrir le djihad islamique en Europe et au Moyen Orient. Des millions de musulmans affirment ouvertement leur sympathie, leur compréhension et leurs affinités avec l’idéologie et les buts de l’Etat islamique.

Anthony Glees, spécialiste anglais du radicalisme en politique, a précisé la « zone grise » de la bande Baader-Meinhof en Allemagne : « En 1977, les services de police criminelle fédérale d’Allemagne de l’ouest avaient établi un index qui contenait les noms de quelques 4,7 millions de suspects et sympathisants du mouvement terroriste, dont de nombreux étudiants à l’université ».

Les chefs terroristes à cette époque venaient tous de bonnes familles allemandes : Andreas Baader était le fils d’un professeur d’histoire, Ulrike Meinhof était la fille d’un directeur de musée et la célèbre journaliste Gudrun Ensslin était la fille d’un pasteur évangéliste, tandis que Horst Mahler avait pour père un juge.

La « zone grise » de l’Etat islamique se révèle être plus large et plus profonde encore dans les communautés musulmanes d’Europe.

Dans les années 1970 et 1980, l’Europe subissait le terrorisme de groupes communistes comme la Bande Baader-Meinhof (en noir et blanc), en Allemagne qui disposaient d’une « zone grise » de plusieurs millions de sympathisants. Aujourd’hui, les djihadistes européens comme Abdelhamid Abaaoud (droite), cerveau des attaques à Paris, ont une « zone grise » de sympathisants beaucoup plus large dans les communautés musulmanes d’Europe.

Si la bande à Baader était en guerre contre les « schweine » (bourgeois, « pigs ») et ciblait des figures politiques spécifiques, les volontaires du Califat ont eux, déclaré la guerre aux « koufars » (les incroyants ou infidèles). Ils ont visé les restaurants, les bars et les stades à Paris ; un café à Copenhague où se tenait un débat sur la liberté d’expression et l’islam ; des touristes occidentaux en Tunisie ; des voyageurs à la station de métro Maalbeek et à l’aéroport de Bruxelles.

L’Etat islamique mène une guerre éternelle au nom du Prophète. Ainsi que l’expliquait Graeme Wood dans « What ISIS Really Wants», les « djihadistes sont saisis d’ivresse génocidaire… et se considèrent comme le messager annonciateur – et un acteur de premier plan – d’une imminente fin du monde ».

Le livre publié en français par Ivan Rioufol, journaliste du Figaro, « La guerre civile qui vient »détaille les dangers de l’« idéologie apocalyptique » de l’islam radical en Europe. Combien de musulmans seront infectés par le virus de l’Etat islamique au sein de la « zone grise » européenne, ? La réponse à cette question déterminera notre futur.

Giulio Meotti, journaliste culture a Il Foglio, est un journaliste et auteur italien.

07 Avril 2016

Fraudes en tout genre : socialistes, balayez derrière votre porte

Avez-vous regardé les questions au gouvernement du 5 avril ? Cette séance valait son pesant de cacahuètes. Bernadette Laclais, députée socialiste de Savoie, a posé sa petite question autour de la fraude fiscale, affaire « Panama Papers » oblige. À ce propos, elle a remercié les lanceurs d’alerte – George Soros, peut-être ? – sur cette affaire qui révèle « une nouvelle fois que les paradis fiscaux restent très fréquentés par des personnes et des entreprises totalement déconnectées des populations et de leurs difficultés ».

Et de l’entendre, la pauvrette, s’apitoyer sur le sort des Français « qui payent leurs impôts, qui travaillent, cotisent », participent à « l’effort national » pendant que d’autres ne pensent qu’à frauder ou à fiscalement s’évader. Mais là, stupeur ! Alors que la gentille députée PS dévide sagement sa question, qui vois-je en arrière-plan, juste derrière elle ? Cette blonde comac, ne serait-ce point Sylvie Andrieux ? Tout à son aise, l’air détaché, et qui finit par discuter avec son voisin comme si elle n’était pas intéressée par les propos de sa consœur ?

Pas de doute, c’est bien elle : Sylvie Andrieux, députée ex-socialiste (et non ex-députée socialiste) des Bouches-du-Rhône, reconnue coupable d’avoir, entre 2005 et 2008, distribué, à des fins électorales, 716.000 euros de subventions à des associations fictives. Sylvie Andrieux, condamnée, en septembre 2014, à quatre ans de prison, dont un ferme. Mince, alors ! Elle a payé sa dette à la société ? Son casier judiciaire serait-il redevenu vierge ? Pas exactement. Notre justice permettant la non-exécution de la peine, comme l’avait annoncé la présidente du tribunal, un député peut ainsi continuer de siéger avec… un bracelet électronique ! Il est vrai, aussi, qu’elle s’est pourvue en cassation.

Ce qui n’empêche nullement l’ingénue Bernadette Laclais de s’interroger sur la présence et sur le maintien de fraudeurs au sein de nos grands ordres nationaux – Légion d’honneur et ordre national du Mérite – car pour la députée, lutter contre la fraude est non seulement un impératif financier mais aussi un impératif moral. À ces mots « impératif moral », madame Andrieux ne semble visiblement pas concernée…

Ah oui, Mme Laclais peut bien parler de « la sourde et profonde colère » de ses concitoyens face aux fraudes en tout genre quand, dans le même temps, sa collègue, nourrie au biberon socialiste, continue de trôner sur les bancs de l’Assemblée. Cette collègue « qui se foutait de savoir si ce qu’on finançait était bon ou pas à partir du moment où ça augmente sa popularité », selon les propos de son ancien assistant parlementaire. Cette collègue – socialiste depuis le berceau sur lequel s’était penché feu Gaston Defferre – pour qui l’argent distribué à ces pseudo-associations servait à acheter scooters ou voitures pour certains habitants des « quartiers », avouera un prévenu, lors du procès.

C’est bien de cadrer son discours comme l’a fait Mme Laclais. Le problème, c’est que Mme Laclais ne maîtrise pas le cadrage des images. Des images plus éloquentes que sa petite leçon de morale. Balayer devant sa porte, elle a jamais entendu cette expression populaire, cette madame Laclais ? On peut même aussi le faire derrière chez soi…

05 Avril 2016

Milices armées dans les trains : c’est bien à la SNCF et mal à Béziers !

On avait cru que la création de milices armées, qu’elles soient plus ou moins civiles, allait contre les « valeurs de la république »…

Il y a un nouveau shérif en ville – pardon, à la SNCF -, et son nom est Pepy, Guillaume Pepy. À la suite des événements qu’on sait – ceux du Thalys, tout particulièrement -, nos gares devraient donc être mieux surveillées, avec contrôles renforcés, grâce à des portiques et des caméras désormais « numériques et intelligentes ». Parce qu’avant, elles étaient stupides et fonctionnaient à la pompe à vélo ?

Sur le Thalys, les portiques de sécurité devraient aussi être maintenus, même si le Pepy en question, auditionné par l’Assemblée nationale, avait naguère reconnu leur « inutilité ». Et le même d’assurer, lors du « Grand Rendez-vous » Europe 1-Le Monde-i>Télé : « La SNCF change. On ne prendra plus le train de la même façon. » Fort bien.

Son autre mesure phare ? Celle-ci, à en croire Le Figaro de ce lundi 4 avril : « Parmi les mesures les plus emblématiques, la possibilité pour 3.000 agents de sûreté de la SNCF, en civil, de patrouiller armés dans les trains. Ce dispositif de “train marshals”, à l’image des “sky marshals” présents sur certaines lignes aériennes, est permis par la loi Savary, entrée en vigueur mercredi dernier. La SNCF disposait jusque-là d’agents en uniforme, notamment sur certaines lignes  de banlieue, autorisés à faire usage de leur arme. » Fort bien encore.

Au fait, on avait cru que la création de milices armées, qu’elles soient plus ou moins civiles, allait contre les « valeurs de la république »… On en déduit donc que ce qui est ignoble dans la ville de Béziers serait opportun dans les trains de la SNCF. Pourtant, qu’avait proposé Robert Ménard, premier édile de la ville en question, si ce n’est d’avoir voulu rassembler des citoyens chevronnés – non armés, eux ! -, afin de sécuriser la population biterroise ? Mieux : le profil de ces auxiliaires de police – anciens policiers, gendarmes et autres militaires, des gens donc censés pouvoir se servir d’une arme sans jouer à l’inspecteur Labavure – présentait un principe de précaution que Guillaume Pepy s’est, pour le moment, bien gardé de garantir. En effet, si ces « marshals » ont vocation à être des adjoints de sécurité ayant officié en tant que voyous dans un proche passé, l’honnête citoyen aurait tout de même quelques soucis à se faire dans un proche avenir.

De là à en conclure que les élégances médiatiques du moment stigmatisent – pour reprendre un mot en vogue – plus celui qui tient tel ou tel propos que le propos lui-même, il n’y a qu’un pas ; pas que l’homme de bon sens aura tôt eu de franchir.

Langage de misère et misère du langage ? Nous y sommes plus que jamais.

03 Avril 2016

Le ministère de la Justice n’a plus les moyens de payer ses factures »

Terrorisme, déchéance, prison, finances, CSM… Le garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas se confie au JDD et alerte : « Le risque existe que [la machine judiciaire] se grippe. »

L’État a une dette de 170 millions d’euros » de frais d’interprètes, de laboratoires d’analyses ADN, d’experts, d’écoutes téléphoniques… « Tous ces prestataires privés sont payés au minimum avec quatre mois de retard », déplore le ministre.

Vous êtes garde des Sceaux depuis deux mois et la démission de Christiane Taubira. Quel est votre constat?

Dans un souci de vérité et de transparence, il faut reconnaître que la justice est à bout de souffle. Le ministère n’a plus les moyens de payer ses factures. D’ailleurs, la direction de l’administration pénitentiaire a 36 millions d’euros de factures impayées pour des hospitalisations de détenus. Voilà la réalité. Celle d’une vraie situation de sinistre. […]

Comment l’expliquez-vous ? La faute de vos prédécesseurs ?

Nous avons fait énormément d’efforts depuis 2012 sur les créations de postes. En 2015, pour la première fois, il y a eu davantage de magistrats nommés que de départs à la retraite. Mais un nouveau magistrat a besoin d’un bureau, d’un téléphone et d’un greffier. Or les budgets de fonctionnement n’ont pas suivi ! Les juridictions ont déjà fait baisser toutes leurs dépenses, de nettoyage et d’entretien, par exemple… Elles n’ont même plus de ressources disponibles. Je connais même un tribunal où on n’imprime plus les jugements, parce qu’il n’y a plus d’argent pour les ramettes de papier! Or on ne peut notifier un jugement que lorsqu’il est imprimé ! [...]

Le JDD ; Le Figaro

Merci à mickaloch et T M

01 Avril 2016

Un juge interdit à un père britannique d’emmener son fils à l’église parce que la mère est musulmane

Les « Elites » françaises ne sont pas les seules à pratiquer la collaboration : en Grande-Bretagne, un homme d’origine Pakistanaise, non pratiquant, s’est rapproché de l’Eglise Chrétienne. Divorcé de la mère de son fils, cette dernière l’a assigné au tribunal pour avoir emmené l’enfant à l’Eglise. Devinez qui a eu gain de cause : http://www.dailymail.co.uk/news/article-3511018/Judge-bans-British-father-taking-son-church-mother-Muslim.html
Le père déclare ne pas vouloir que son fils soit endoctriné et veut lui montrer les différentes cultures. Il dit aussi qu’on lui a ensigné que les Chrétiens étaient immoraux et sans coeur, que seuls les musulmans avaient une foi pacifiques et que tous les autres étaient maléfiques. Il a réalisé, après avoir côtoyé les Chrétiens, que tout ceci était faux.
Mais le juge n’est visiblement pas de son avis, ayant trop peur d’être taxé d’islamophobe…

Un juge interdit à un père britannique d’emmener son fils à l’église parce que la mère est musulmane.

  • Un père britannique interdit d’emmener son fils à l’église
  • La mère musulmane du garçon à gagné en justice interdisant la présence de l’enfant [dans une église].
  • Le père a été avisé qu’il encourait une interdiction [de voir son fils] si il passait outre la décision du juge.

La mère ayant gagné, suite à une décision judiciaire controversée, un père britannique a été interdit d’emmener son fils à l’église.

Divorcé de la maman du garçon, le père, musulman non pratiquant, qui a lié des liens étroits avec la communauté chrétienne locale, a été prévenu qu’il pouvait être interdit de voir le garçon de 9 ans si il essayait de l’emmener dans une église ou au centre de loisir qu’il dirige.

Le père, né au Royaume-Uni de parents pakistanais se trouve face au jugement prononcé tôt dans le mois par le juge Williscroft de Derby County Court.

Divorcé de la maman du garçon, le père, musulman non pratiquant, qui a lié des liens étroits avec la communauté chrétienne locale, a été prévenu qu’il pouvait être interdit de voir le garçon de 9 ans si il essayait de l’emmener dans une église ou au centre de loisir qu’il dirige.

 La semaine dernière, il a fait appel auprès de la High Court pour casser le jugement. Le père à déclaré : « cette juge a tout simplement peur de passer pour islamophobe ». « Je veux que mon fils ait le choix quant à la religion qu’il veut choisir si tant est qu’il veuille en pratiquer une ».

Le père dont, pour des raisons légales nous tairons le nom, dit que pour son ex femme, qui élève l’enfant dans la foi musulmane, si l’enfant est mis en contact avec d’autres religions, qu’il pourrait en être perturbé.

Le père déclare  « mon enfant est endoctriné et la seule solution que j’aie c’est de l’emmener dans d’autres endroits afin qu’il puisse voir d’autres choses ».

« Si je ne lui fais pas découvrir d’autres styles de vie il deviendra aussi idiot qu’un mouton. Je veux qu’il voie et apprenne d’autres cultures ».

« Il subit un lavage de cerveau. Déjà il dit de moi que j’ai le cœur noir, que je suis un homme mauvais parce que je ne suis pas un musulman pratiquant. Cela me brise le cœur de devoir l’empêcher de se mêler aux autres enfants ».

« On lui farcit la tête avec les mêmes bêtises [dont on m’abreuvé] moi-même. Je veux quelque chose de mieux pour lui. Mais le juge était tellement occupé à faire du politiquement correct qu’elle en a oubliée l’influence que je pouvais avoir [sur mon fils] en tant que père aimant. Je suis terrifié à l’idée qu’il ne voudra plus me voir à cause de l’endoctrinement dont il est victime ».

Le couple s’est marié en 2003 et avait une vie à l’occidentale.

Le père continue en disant  « ayant eu une stricte éducation religieuse, [vivre à l’occidentale] était important pour moi ».

« [Dans cette éducation] il m’a été dit que les chrétiens étaient des gens sans cœur et immoraux et que seuls les musulmans avaient une foi pacifique et que les autres étaient habités par le mal. C’est seulement quand j’ai commencé à fréquenter les chrétiens que j’ai réalisé que tout cela était dénué de sens ».

Traduction par Denis

30 Mars 2016

Calais: Incendie volontaire de l’église St Pierre. Où est Valls ?

Cinq départs de feu, vraisemblablement d’origine criminelle, ont été constatés dans l’Eglise Saint-Pierre de Calais.

« Les auteurs ont dû profiter d’un moment où il n’y avait personne », a confié l’abbé Poidevin à la Voix du Nord. L’église Saint-Pierre de Calais a été victime ce dimanche de dégradations qui auraient pu s’avérer bien pires puisque les paroissiens ont découvert ce dimanche pas moins de cinq départs d’incendie à l’intérieur de l’édifice.

 « Il y a des dégâts. Le petit orgue est abîmé, le lectionnaire a été brûlé, tout comme une nappe d’autel. Ils ont fait le tour de l’église et ont brûlé ce qu’ils voulaient » a souligné l’ecclésiastique en précisant qu’il s’apprêtait à déposer plainte au commissariat de la ville. La messe prévue ce mardi matin a été annulée et l’église, fermée pour les besoins de l’enquête. Une « messe de réparation » devrait toutefois y être organisée en fin de journée. Pour l’heure aucun suspect n’a été identifié

26 Mars 2016

Guilberville (50) : des habitants excédés par les migrants

Depuis le démantèlement de la jungle de Calais, davantage de migrants circulent sur l’axe Calais-Caen-Cherbourg, en espérant prendre le bateau depuis les côtes ouest de Normandie vers l’Angleterre. 10 d’entre eux ont notamment été retrouvés ces derniers jours à Guilberville, près de Saint-Lô (Manche), où la tension était palpable avec les habitants.

Des migrants viennent d’être retrouvés à Guilberville (Manche), entre l’A84 et Torigni, au sud de Saint-Lô. Ces migrants avaient investi sans infraction un bâtiment privé à l’entrée du bourg de Guilberville. « Ils arrivent de Syrie, d’Irak et d’Iran, et après avoir été expulsés de Calais, Ouistreham, ils veulent monter dans des camions pour rejoindre Cherbourg », explique le maire de Guilberville, Mickaël Grandin, qui en a rencontrés certains avec le major Besançon de la brigade de Torigny-les-Villes, en cette fin mars. « 350 camions s’arrêtent tous les jours sur les parkings de Guilberville, le secteur est donc stratégique », reconnaît Mickaël Grandin. La gendarmerie a opéré des rondes dans le secteur. Le maire de Guilberville cite ainsi un groupe de « 10 jeunes qui ont séjourné à Guilberville, et qui étaient courtois et coopératifs ».

Cet afflux de migrants a toutefois énervé certains habitants proches. Et puis, « les gens font vite des amalgames avec les attentats », note le maire. « J’ai passé un mauvais week-end, les gens m’ont dérangé à n’importe quelle heure de la journée, énervés, inquiets aussi ». Mardi 22 mars, les services de l’État et le maire ont réussi à convaincre les 10 migrants en question de quitter Guilberville. « Ils ont été pris en charge par France Terre d’Asile et l’office de l’immigration et de l’intégration », explique Mickaël Grandin. « La coopération et le dialogue depuis samedi ont été la clé pour mener à bien cette opération délicate pour les réfugiés, mais aussi pour canaliser des réactions excessives de certains habitants ».

La Manche Libre Merci à cathyB

23 Mars 2016

Veut-on vraiment COMBATTRE LE TERRORISME !

Nos politiques ont-ils vraiment l'envie de combattre le terrorisme avec, comme les jounalistes nous rabachent les oreilles, des lumières qui s'allument, des fleurs, des rassemblements, des slogans "avec le nom de la ville", et des informations stupides nous avouant que ces kamikazes étaient connus pour du grand banditisme, ou qu'ils étaient surveillés, qu'on les avaient remarqués à des postes de frontières. On construit de nouvelles moquées, c'est donc qu'il y a de plus en plus de musulmans, on ne ferme pas les mosquées salafistes ! Les politiques dispersent dans les petites villes et campagnes des "migrants", dont on ne sait rien, si ce n'est ce qu'ils nous racontent ! est-ce vrai ? Avons-nous les moyens de vérifier ? Daesh a annoncé fièrement que 5000 terroristes étaient entrés parmi les "migrants" ! Il ne faut considerer ces fous avec  des yeux d'occidentaux ! Ce sont des barbares qui n'ont pas peur de la mort, qui n'ont qu'une seule Loi, la Loi d'Allah!

Il ne faut plus aucune pitié, considération, il faut les combattre avec les mêmes armes qu'eux, même si l'on doit sacrifier quelques victimes innocentes ! Tous ces morts et blessés n'étaient-ils pas des innocents ? Combien va-t-il en falloir ?

 Quand vont-ils vraiment réagir ? Y trouvent-ils un avantage ? Ils ont déjà laissé entrer le loup dans la bergerie ! C'est la guerre ! C'est l'armée qui doit prendre ses responsabilités et ne pas laisser des politiques ignares de ces choses là prendre des décisions ! Ces politiques qui ne savent pas ce que c'est que la guerre , sinon derière leur poste de télévision. Ils ne savent même pas tirer les enseignements  de la guerre d'Algérie, avec les méthodes employés par ces barbares.....

José CASTANO nous l'écrit

« La croyance superstitieuse en la force historique des complots (quand bien même ils existeraient, de type individuel ou collectif) laisse complètement de côté la cause principale des échecs subis aussi bien par les individus que par les Etats : les faiblesses humaines » - Alexandre Soljenitsyne

            Qu’ils soient intégristes, fanatiques religieux ou anarchistes, les terroristes prêchent le viol de la société, et, par conséquent, ils ne sauraient être traités comme des adversaires réguliers. Car « vouloir donner aux choses le sens de ses désirs est la pire forme de dérèglements de l’esprit ». Ainsi s’est exprimé Bossuet dans une de ses prédictions au souffle lyrique de ses visions grandioses.

            Le caractère d’extrême gravité que revêt le terrorisme international a fait de la France (et désormais de la Belgique) l’une de ses plaques tournantes et nous met dans l’obligation de réagir avec fermeté contre tous ceux qui tentent de faire de notre pays un « champ de tir » du terrorisme, son refuge ou son « laboratoire d’expériences » révolutionnaires… d’autant plus que ces actions terroristes impliquent nécessairement une chaine de connivence et d’appui logistique sur notre sol et une préparation minutieuse…

            A la guerre révolutionnaire ou « guerre sainte » prônée par les islamistes, nous devons opposer la guerre populaire totale ou guerre de libération nationale. Face à une menace terroriste, il faut faire le choix majeur qui s’impose et en tirer toutes les conséquences ; agir sans oublier la foi formulée par Engels : « Ne jamais jouer avec l’insurrection armée et, quand on la commence, la mener jusqu’au bout ». La France est aux yeux de l’islam une aire de guerre, « dâr al-harb », et elle se doit de traiter ce dernier de la même manière qu’il la traite.

            Nous n’arriverons probablement jamais, en dépit de toute fermeté, à réduire totalement les actions criminelles mais il serait possible d’en limiter le nombre par l’instauration d’une juridiction et de tribunaux d’exception identiques à ceux créés par le régime gaulliste durant la guerre d’Algérie afin d’éradiquer l’OAS… et qui menèrent sans le moindre état d’âme au poteau d’exécution quatre soldats français dont deux officiers.

            Puisque cela fut accompli contre des patriotes dont le seul crime fut de vouloir conserver l’Algérie française, pourquoi cette juridiction ne serait-elle pas reconduite contre les ennemis de la France reconnus coupables d’avoir sacrifié des victimes innocentes ? Dès lors, le rétablissement et la mise en application immédiate de la peine de mort seraient prononcés à leur endroit. Qui a tué doit être tué !L’horreur du mal est le principe même de la justice. Elle doit s’imposer comme une règle impérative, car elle est notre propre raison. « La loi, en général, est la raison humaine –disait Montesquieu- en tant qu’elle gouverne tous les peuples de la terre »

            Les demi-mesures, comme c’est le cas actuellement, ne mènent à rien car les vices impunis s’accroissent à l’infini. Mais châtier les coupables, les condamner à mort ou leur infliger une sanction à la hauteur de leurs crimes, ne ferait -dans notre société émolliente, indifférente, conservatrice- que révolter les consciences de la « bien-pensance », des associations « humanistes » et provoquer la colère des islamo-compatibles issus de la gauche bobo-caviar et de la droite capitularde et louvoyante toujours prompts à brandir le carton rouge au nom de leur angélisme républicain.

            Dostoïevski écrivait déjà, dans la "légende du Grand Inquisiteur" :« Qui aime trop l’humanité en général est en grande partie incapable d’aimer l’homme en particulier. Qui plaint trop le malfaiteur est fort souvent incapable de plaindre la victime ». Et le drame actuel c’est que nos sociétés vieillottes s’interdisent tout moyen coercitif. Elles ont lentement accumulé pendant une longue procession de siècles, les règles, les précautions et les interdits destinés à protéger l’idée qu’elles se faisaient de la civilisation. Elles ont imaginé couler la sagesse dans des lois… codifier l’indulgence et la mesure, pour défendre l’homme contre lui-même. Préoccupées d’exorciser la violence qui bouillonne toujours confusément dans des instincts mal maîtrisés, elles ont naturellement été conduites à interdire la seule forme de violence sur laquelle elles pouvaient peser : la cruelle mais indispensable gamme des châtiments qui prétendent moins punir le crime, que décourager le criminel.

            Négligeant cette suprême mise en garde d’Aristote « Tolérance et apathie sont les dernières vertus d'une société mourante », elles ont inventé un arsenal de répression humain conçu à l’exacte mesure de coupables considérés comme des « égarés » ou des « déséquilibrés ». Or, on ne combat pas des terroristes avec de simples lois. On doit adopter une riposte appropriée afin de les arrêter dans leur élan velléitaire et agressif. « Plus l’Etat est corrompu, plus les lois se multiplient » clamait Tacite, cet historien et sénateur de l’antique Rome.

            La France vit sous des menaces de plus en plus récurrentes que l’on ne peut contenir par la seule force de la loi. « Les français vont devoir s’habituer non à la menace des attentats, mais à la réalité des attentats qui vont, à mes yeux, immanquablement survenir. Nous sommes désormais dans l’œil du cyclone, le pire et devant nous » a déclaré dans « Ouest France », le 14 novembre 2015, au lendemain des attentats de Paris, le juge Marc Trévidic.

            Bruxelles vient à son tour d’en subir les affres… et les terroristes vont de nouveau frapper. La France, confrontée à l’un des plus graves périls de son histoire ne doit pas s’embarrasser de préjugés pour prendre les mesures appropriées afin d’assurer sa propre survie. « Celui qui s’incline devant des règles établies par l’ennemi ne vaincra jamais » soutenait Léon Trotski.

            Mais, empêtrée dans ses règles, ses décrets et ses scrupules, voilà notre civilisation chrétienne paralysée par les dogmes qui la fondent et les lois qui la défendent, qui ne peut transgresser sans se renier. Et voici les barbares, forts de cette assurance, qui répandent leur terreur en voulant tout détruire, tout raser pour tout recommencer sur les décombres d’un passé qu’ils haïssent parce qu’ils ne le comprennent pas. Et ils tentent d’imposer leur loi par l’assassinat et la terreur à des sociétés qui ont su dissiper ces cauchemars depuis si longtemps qu’elles n’en imaginent plus l’éventuel retour. Voici qu’enchaînées par les règles qu’elles ont accumulées pour se prémunir contres les excès de leur propre colère, les sociétés stupéfaites s’abandonnent aux coups que leur portent des colères inconnues… Et voici que s’écroule la civilisation parce que les barbares puisent dans son raffinement, ses complications et son indulgence, la seule force qui rend leurs débordements irrésistibles. Ils retrouvent naturellement le plaisir d’égorger sachant combien timide sera la répression. Jamais les passions déchaînées n’ont fait autant de ravages… semé autant de morts… Jamais on n’a assassiné autant d’hommes au nom du bonheur de l’humanité… Jamais le mot de Malaparte n’a été plus juste : « Jamais on n’a couché autant de Christs dans les charniers du monde ».

            Et nous, pauvres occidentaux, sommes en passe de perdre cette ultime guerre qui nous est imposée parce qu’irrémédiablement condamnés à capituler… au nom de la défense de la civilisation qui n’est autre qu’un suicide devant un assaut qui en nie l’essentiel.

            Soljenitsyne a écrit : « Toute notre vie là-bas nous a appris qu’il existe un seul moyen de résister à la violence : c’est la fermeté ! »

           Dans la lutte contre la subversion et le terrorisme, rien n’est plus important que l’application d’une politique de défense préventive ferme et impitoyable à l’égard des adversaires de la Nation. Celui qui sème le vent doit récolter la tempête.

José CASTANO

19 Mars 2016

Amnéville (57) : Bazine Boulkaboul fonce sur un policier. Un déséquilibré ?

Dans la nuit de mardi à mercredi, sur le site thermal et touristique d’Amnéville, une patrouille aperçoit une voiture qui en accroche une autre, sans s’arrêter. Les policiers tentent d’interpeller le conducteur ; celui-ci obtempère dans un premier temps, avant de repartir. L’un des agents est obligé de se jeter sur une voiture pour ne pas être renversé.

Après une « mini course-poursuite », l’automobiliste refuse de descendre et s’agrippe à son volant. Le Messin assure qu’il a eu peur. Le mis en cause n’a plus de permis depuis six ans, a bu une partie du contenu de la bouteille de whisky retrouvée sur le siège passager. Et, dans sa poche, se trouvaient 5 g de cocaïne et 0,2 g d’héroïne appartenant, selon lui, « à quelqu’un d’autre ».

« On pourrait croire à un coup de sang, si vous n’aviez pas un casier long comme un jour sans pain, avec 26 condamnations, notamment pour des délits routiers et des stupéfiants », note Hadrien Baron, pour le ministère public. Bazine Boulkaboul a été condamné à 12 mois ferme avec mandat de dépôt, une peine qu’il effectuera sous le régime de la semi-liberté. Il faudra combien de morts pour qu'il soit vraiment condamné.

Le Républicain Lorrain Merci à Jesse James

16 Mars 2016

Pédophilie : et si Manuel Valls commençait par balayer devant sa porte ?

La protection des écoliers du « public » importerait-elle moins que celle des scouts catholiques ?

Mardi, Manuel Valls a demandé au cardinal Barbarin, qui fait l’objet d’une plainte pour « non-dénonciation de faits pédophiles », de « prendre ses responsabilités » : « Je respecte la présomption d’innocence. Je ne suis pas juge », cependant, « j’attends non seulement des paroles mais aussi des actes ».

De fortes paroles. Qu’on lui recommande de s’appliquer d’abord à lui-même.

Nous aussi, nous attendons non seulement des paroles mais des actes. Il dit qu’il respecte la présomption d’innocence ? Qu’il le fasse ! En se taisant. Et en laissant la justice suivre son cours, en dehors de tout contexte cinématographique, médiatique, idéologique.

Nous aussi, nous attendons qu’il prenne ses responsabilités de chef du gouvernement.

Qui n’est plus un militant socialiste goguenard pour lequel l’Église est une cible facile en même temps qu’horripilante, comme tous les boucs émissaires courbant l’échine sans répondre – la littérature en est truffée -, qu’ils soient femme battue, esclave noir ou enfant du placard.

Qui ferait bien de commencer par balayer devant sa porte. Il veut parler de pédophilie ? Parlons-en.

Il y a un an, en mars 2015, éclatait le scandale de l’école de Villefontaine dans l’Isère – où le nouveau directeur, qui était aussi instituteur, a avoué avoir violé des fillettes de CP : il est apparu qu’il avait été condamné en 2008, pour possession d’images pédopornographiques, sans que cela n’empêche sa promotion – et aussi celui du professeur d’EPS d’Orgères, près de Rennes, dont l’ex-compagne avait alerté sans succès le ministère.

Il ne s’agit pas de faire un concours sordide. Ni de minimiser les faits. « C’est encore plus horrible quand c’est fait par un prêtre », a affirmé Mgr Barbarin. Et les catholiques, dont je suis, partagent son avis, pour mille raisons, dont l’une, bien égoïste, est que leurs enfants sont les premiers concernés, et une autre encore que les coupables ne peuvent ignorer ces paroles de l’Évangile : « Si quelqu’un scandalisait l’un de ces petits enfants qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on suspendît à son cou une meule de moulin, et que l’on jette au fond de la mer. »

Il ne s’agit pas non plus d’exonérer sans savoir Mgr Barbarin – on ne peut reprocher à Manuel Valls de se substituer à la justice et l’imiter – mais de faire montre d’un minimum d’équité : Manuel Valls a-t-il demandé à l’inspectrice, à Najat-Vallaud-Belkacem ou à tout autre échelon de la chaîne hiérarchique de l’Éducation nationale de démissionner ? La protection des écoliers du « public » importerait-elle moins que celle des scouts catholiques ?

Rappelons que les derniers « attouchements » dans l’affaire lyonnaise ont eu lieu en 1991, soit 11 ans avant que Mgr Barbarin ne soit nommé archevêque, 17 ans avant qu’il n’en soit informé par la rumeur publique.

Si l’on veut remonter en arrière, remontons ! Mais pour tout le monde. Dans un article de 2001 intitulé « École, le tableau noir de la pédophilie », Libération parle de « culture de l’étouffement » jusqu’à la fin des années 90, quand « le combat laïque était vif » et l’école publique préférait « tenir secrètes ses mauvaises histoires » en « refilant le mistigri » – entendez en mutant le problème. Et le papier fourmille d’exemples.

On le sait, le célibat des prêtres dans ce monde libertaire est une anomalie. Suscite tous les fantasmes. Il faut mettre les curés sur un bûcher, comme on brûlait, dit-on, les roux. Que des études anglo-saxonnes, comme celle du professeur Thomas Plante de Stanford, montrent que les prêtres sont statistiquement deux à quatre fois moins concernés que la population masculine en général par la pédophilie importe peu. On connaît le comique de répétition. Il y a aussi la vérité de répétition.

À force d’entendre bruisser côte à côte les mots « prêtre » et « pédophile », ils finiront bien par former pléonasme, n’est-ce pas ?

14 Mars 2016

15 ans, interdite de partir en Syrie, elle prépare un attentat, poignarde un officier de police…

Des apprenties djihadistes partent en Syrie ? Peu importe. Le problème c’est si elles reviennent. L’endoctrinement est terrible, comme on le voit au récit ci-dessous.

A 15 ans, passeport allemande, voleuse multirécidiviste, elle a voulu rejoindre l’état islamique mais a été arrêtée et ramenée en Allemagne par sa mère, marocaine. Son frère est, lui, détenu en Turquie. Alors qu’elle était interrogée, avouant qu’elle comptait commettre un attentat en Allemagne puisqu’incapable de rejoindre la Syrie, elle a poignardé un officier à la nuque avec un couteau.
Cette petite M. , pardonnez ma vulgarité, aurait été endoctrinée depuis l’âge de 7 ans par un imam du nom de Pierre Vogel, ancien chrétien converti.
Imaginez combien d’enfants lobotomisés gonflent les rangs de ces ordures

Voici l’histoire d’une marocaine musulmane au joli minois (uniquement connue sous le nom de Safia S.) qui a poignardé un agent de police allemand au cou, attaque survenue dans une gare à Hanovre le 4 mars 2016. Cette affaire est profondément déstabilisante à plusieurs degrés.

Bien que d’origine marocaine, la jeune fille âgée de 15 ans, avait un passeport allemand et a eu de multiples ennuis avec la police pour vols et agressions. Elle est aussi connue pour avoir séjourné le long de la frontière turco-syrienne, apparemment dans le but d’entrer dans la zone de conflit pour rejoindre l’EI (état islamique).

Âgée de 15 ans avec un visage d’ange, endoctrinée à l’extrême dans cette idéologie qu’est la charia (loi islamique), elle montre déjà, par ses actions et son foulard, que les sentiments humains l’ont désertée et qu’elle est définitivement perdue pour [notre] société civilisée.

Selon le journal britannique Daily Mail, la jeune fille a essayé de se rendre en Syrie pour rallier l’EI et faire le jihad, mais a été ramenée en Allemagne par sa mère marocaine Hasna L. Son frère Saleh est emprisonné en Turquie après avoir été arrêté en tentant de traverser la frontière pour rejoindre l’EI. Alors qu’elle était très occupée à ajuster son hijab (lequel s’était défait pendant l’attaque), l’ado au couteau a déclaré à la police que, étant dans l’impossibilité de rejoindre la Syrie, elle voulait commettre une attaque en Allemagne [NdT : faute de grives, on mange des merles !].

D’où peut bien provenir la haine qui habite cette jeune fille envers le peuple et le pays qui l’a accueillie ainsi que sa famille comme immigrants ? Il semble que, la police comme les médias, ne saisissent pas pleinement ce à quoi ils ont affaire. Le journal berlinois BZ newspaper parle d’un « contexte islamiste ». Olivier J.J. Lane, journaliste au Breitbar fait état d’une « idéologie islamiste radicale ».

L’agence de presse Reuters cite les procureurs allemands lesquels pensent que la jeune fille « pourrait avoir été radicalisée ». Le journal britannique Daily Mail donne la meilleure piste en notant que, dès l’âge de 7 ans, elle a été sous la coupe d’un imam allemand, Pierre Vogel, un chrétien converti à l’islam connu aussi sous le nom de Abu Hamza.

On ignore complètement comment une enfant de 7 ans peut se retrouver sous l’emprise d’un imam adepte de la charia, à l’insu de sa famille, et rester sous cette influence pendant 8 ans. Il est, en revanche, très clair que durant cette période, elle a acquis un savoir très pointu quant à la doctrine autoritaire de l’islam, ses lois et ses écrits. Pas l’islam « extrémiste », ni le « radical », ni l’islam dévoyé : elle a appris l’islam orthodoxe.

Par exemple, le fait de se concentrer sur le réarrangement de son hijab (son voile) montre son obéissance au coran,verset 24:30 : « Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères … » [NdT : erreur ici : le verset cité est le 24:31]. C’est du pur islam conventionnel.

Plus troublant bien que, comme ci-dessus, tout à fait dans la doctrine standard de l’islam, est le fait que les attaques meurtrières viennent tout droit du verset du coran 47:4 : « Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous …». Cette jeune fille musulmane a fait exactement ce que le coran lui commande de faire (coran que les musulmans prennent pour exact, contenant le verbe incréé d’Allah), c’est à dire, frapper directement avec un couteau le cou d’un agent de police allemand, lequel n’aurait jamais pu envisager un tel comportement. L’attitude de la jeune fille a été qualifiée de « glaciale » par un porte-parole de la police.

Maintenant, multipliez [ce cas] par autant d’individus inconnus, parce que, parmi les millions de migrants, « de travailleurs invités », des réfugiés et leurs enfants que l’Europe a déjà accueillis dans les villes et les villages, à n’en pas douter, il y a des djihadistes en herbe tout comme cette jeune fille (et son frère) .

Des imams comme Vogel préoccupent depuis longtemps les autorités allemandes, lesquelles se soucient précisément de l’influence qu’ils ont sur les jeunes de deuxième et troisième génération issues de l’immigration. Les [autorités] semblent incapables d’endiguer ce courant [d’endoctrinement] en instituant des procédures plus strictes ou en faisant des efforts sur l’assimilation.

Pendant que des jeunes font la hijra, des migrants musulmans de sexe masculin continuent de submerger l’Europe, alors que l’EI se vante d’avoir infiltré [les vagues de migrants] par des djihadistes, les autorités semblent incapables, ou n’ont pas la volonté, de faire le lien entre les statistiques des agressions en relation avec la doctrine islamique, laquelle inspire des jeunes filles comme Safia S. Elles ne font pas non plus le lien avec les familles, ni avec les imams, ni avec les mosquées qui endoctrinent ces jeunes avec un tel enseignement [haineux] et ce, depuis l’enfance.

L’Occident fait face à un défi civilisationnel : comment préparer nos enfants pour qu’ils comprennent suffisamment bien ces doctrines pour se prémunir contre des enfants comme Safia S, lesquels sont élevés dans une doctrine suprémaciste islamique, avec le djihad et la charia ?

Traduit de l’anglais par Denis.

Source : http://www.breitbart.com/london/2016/03/07/face-of-an-angel-with-a-heart-full-of-hate/

10 Mars 2016

Une voiture fonce sur le commissariat : un homme d’origine algérienne. Déséquilibré ?

Firminy (42) : une voiture fonce volontairement sur le commissariat  : un homme d’origine algérienne

L’ homme âgé de trente ans est de nationalité franco-algérienne.Hospitalisé,il a été placé en garde à vue.Il n’a émis aucune revendication et n’a fait aucune déclaration.Si aucune piste n’est privilégiée, il s’agit quoi qu’il en soit d’un acte délibéré de sa part.

Source

L’homme originaire d’Algérie, dont l’identité n’a pas été communiquée, a foncé sur l’entré. La voiture est une Laguna immatriculée dans le Rhône, avec un autocollant « A » jeune conducteur posé à l’arrière du véhicule. Selon la Directrice départementale de la sécurité publique Noëlle Deraime qui s’est rendue sur place il s’agirait d’un acte volontaire.

Source

07 Mars 2016

Doit-on vraiment attendre 2017 pour en finir avec Hollande ?

Ob da9ca0 hollandedehors

La talentueuse journaliste Sophie Coignard, en compagnie de Romain Gubert, vient d’écrire un livre, « Ça tiendra bien jusqu’en 2017 » (Editions Victor Michel). C’est une phrase que répète en permanence Hollande. L’auteur y fait un résumé accablant sur la manière dont nous ne sommes pas gouvernés. Elle ne parle pas que du gouvernement Hollande, et montre que la lâcheté de ceux qui dirigent le pays remonte à très longtemps. Elle évoque Chirac, Sarkozy, Guigou et quelques autres « apprentis ».

Elle disserte sur le courage politique, sur les réformes nécessaires, et affirme que, jusqu’à ce jour, aucune équipe gouvernementale, de droite ou de gauche, ne s’y est aventurée. Elle évoque Schroëder en Allemagne, Paul Martin au Canada, ou Matteo Rizzi en Italie.

Elle démontre que cela ne peut pas tenir plus longtemps, avec le surendettement de la France, le déficit des caisses de santé, l’abondance du personnel politique, du nombre de fonctionnaires et de prébendiers du système. Tout ce qu’elle dit est pertinent, mais avec Hollande et sa clique, le pire est ailleurs.

Les deux premières années avaient été catastrophiques, comme l’avaient montré, avec humour, Pierre Cassen et Ri7 dans leur bande dessinée « Le Guignol de l’Elysée« , où ils montraient férocement toutes les méthodes utilisées par Hollande et les siens pour accélérer l’islamisation de la France et gagner de nouveaux électeurs, tout en diabolisant en toutes circonstances le Front national.

Mais 2015, la troisième année, a été marquée par l’invasion migratoire et les attentats musulmans qui ont causé plus de 150 morts à Charlie Hebdo et au Bataclan.

Nous savons que 2016 marquera une accélération de la venue sur notre sol de dizaines de milliers d’envahisseurs musulmans, qu’ils appellent migrants. C’est dans les valises de Bruxelles, avec l’accord de notre gouvernement.

Nous savons que cela marquera l’accélération de la mort de notre agriculture, et du suicide de nombre de paysans.

Nous savons que nombre de petites entreprises, minées par des charges ahurissantes (il faut bien payer les nouveaux venus et les parasites politicards), vont fermer, et que des petits patrons, comme un malheureux entrepreneur de BTP à Strasbourg, vont mettre fin à leurs jours.

Nous savons que nombre de compatriotes vont perdre leur travail, comme les 800.000 Français qui ont perdu le leur depuis 2012.

Nous savons qu’il y aura forcément de nouveaux attentats musulmans, que cela soit par décapitation, style Hervé Cornara, kalachnikov style Charlie-Bataclan, attentats-suicides, dans les transports en commun ou dans des lieux très fréquentés, style Stade de France.

La nounou voilée décapiteuse russe pourrait faire des émules en France. Nous pouvons faire confiance à la culture de mort des musulmans disciples de l’Etat islamique pour continuer en 2016 en France ce qu’ils ont fait en 2015 dans notre pays et partout où ils le peuvent.

Nous savons que nombre des nôtres seront agressés physiquement par des délinquants majoritairement issus d’Afrique ou de Syrie, Irak, Afghanistan.

Nous savons que s’ils se défendent, ils seront traînés devant les tribunaux, suite à la plainte de leurs agresseurs, et condamnés par les « Juges Mur des Cons ».

Nous savons que certains seront tués gratuitement par des assassins que les autorités, relayées par des médias aux ordres, qualifieront de déséquilibrés et remettront en liberté.

Nous savons que le nombre de cambriolages, parfois extrêmement violents contre les occupants des lieux, vont se multiplier, sans que les victimes n’aient le droit de se défendre même en levant le petit doigt contre leurs agresseurs.

Nous savons que dans des centaines de petits villages français, où il faisait bon vivre, Cazeneuve et ses complices vont imposer des dizaines, parfois des centaines, de migrants qui mettront fin, par leur présence, à un mode de vie que ces habitants avaient choisi.

Nous savons que la presse aux ordres, plus gavée de subventions que jamais, va multiplier les campagnes de propagande sur les joies du « Vivre ensemble » et les articles crapuleux et hostiles à ceux qui contestent cela.

Nous savons que nombre de résistants vont se retrouver devant les tribunaux, et que les milices fascistes du régime, appelées antifas, essaieront, comme à Clermont-Ferrand avec la venue de Bernard Lugan, d’empêcher toute tenue d’initiatives patriotiques.

Nous savons que, comme Simone à Calais, nombre de Français, ruinés, seront expulsés de leur maison, et devront laisser la place à des clandestins qui n’ont jamais donné un sous au pays.

Nous savons qu’à l’image de l’Allemagne du 31 décembre, le nombre de viols de Françaises par des nouveaux venus va se multiplier.

Nous savons que dans nos écoles, nos gosses seront de plus en plus minoritaires, et trop souvent malmenés et rackettés.

Nous savons qu’ils n’apprendront plus l’Histoire de notre pays, et qu’au nom de l’égalité et de l’ouverture à l’autre, le niveau d’enseignement va encore baisser.

Nous savons que nous aurons dans nos rues de plus en plus de voilées, de djellabas et d’uniformes de soldats d’Allah.

Nous savons que l’offensive du halal dans tous les lieux collectifs va s’accroître.

Nous savons que plus l’islam nous fera la guerre, plus les socialistes et les Républicains lécheront de babouches musulmanes, au nom d’un islam de France qui protégerait notre pays des ravages de l’islam-extrémiste-qui-n’est-pas-l’islam.

Nous savons que Hollande et sa clique sont même capables, en cachette, de décorer de la Légion d’honneur un prince héritier d’Arabie saoudite. Il a fallu la presse de réinformation pour que les journaleux en parlent, voire même approuvent, à l’image de l’islamo-collabo Askolovitch.

Nous savons que tout cela, pour reprendre la démonstration de Sophie Coignard, a un coût, et que la clique au pouvoir va creuser sans vergogne les déficits pour se maintenir par tous les moyens.

Nous savons qu’ils sont même prêts à instrumentaliser un prochain attentat musulman pour renforcer encore l’Etat d’urgence, voire annuler le processus électoral de 2017.

Bref, nous savons que nous sommes gouvernés par des traitres, des incapables, des vendus aux pays musulmans (comme l’a dénoncé Philippe de Villiers, sans être contredit), prêts à brader notre pays, notre peuple, notre culture, notre civilisation, notre histoire, notre démocratie, notre laïcité, notre rapport hommes-femmes, pour garder leurs privilèges.

Cela sera le prix à payer si Hollande va au bout de son mandat. Comment empêcher cette catastrophe qui, en une année, aggraverait dramatiquement la situation de notre pays, et la vie de nos compatriotes ? D’abord notons qu’une retraite anticipée du Guignol de l’Elysée n’en ferait pas un cas social, car on parle pour lui d’une future retraite à 36.000 euros par mois.

Une situation à la Pompidou, en 1974, avec une crise cardiaque de Hollande étant hautement improbable, les Français ne peuvent compter que sur eux.

Un mouvement social suffisamment conséquent, autour de la loi El-Khomri, qui fasse tomber ce régime ? Peu probable.

A moins que la lettre à Hollande, écrite par trois généraux, dont Antoine Martinez, invité à Rungis par RL et RR, ne fasse tâche d’huile, et que l’armée française, devant l’incapacité du gouvernement à faire respecter les lois de notre pays, ne prenne toutes ses responsabilités, pour sauver le peuple et la France…

http://www.bvoltaire.fr/jeanpierrefabrebernadac/la-grande-muette-frappe-fort,242796

Les trois généraux, ainsi qu’Ivan Blot et Nicolas Stoquer, parlent cru.

« Le président de la République française, en vertu de l’article V de la Constitution de 1958, est le garant de l’intégrité du territoire. »

« Sa responsabilité est donc engagée dès lors que des migrants illégaux entrent massivement en France, avec des points de fixation comme Calais et le Calaisis. »

« Cette partie du territoire est abandonnée de facto par les autorités de la République. »

Et manifestement, l’épisode Piquemal a laissé des traces.

« Qu’il s’est rendu pacifiquement sur place pour constater cette capitulation de l’État » et que « par une ironie blessante, il a été arrêté au nom de l’ordre public alors que les migrants illégaux demeurent libres de leurs faits et gestes pendant ce temps ». Ils demandent au Président de « prendre la mesure de l’indignation que ce paradoxe provoque dans le cœur de beaucoup de Français »

« Il convient, au lieu de s’acharner sur un soldat, fût-il général et patriote, de rétablir l’ordre public à Calais, ce qui suppose l’éradication de la “jungle” (une “jungle” peut-elle exister en République ?). Et le renvoi de tous les clandestins dans leurs pays d’origine. »

C’est pourquoi il faut saluer la démarche de nos généraux, et souhaiter (c’était le dernier chapitre du livre « Opération Pédalo », de Paul Le Poulpe), que l’armée française, appuyant les patriotes en danger, prenne ses responsabilités. Il lui faudrait alors mettre fin au plus vite à la catastrophe qui s’accélère en France, qu’elle renvoie chez eux les clandestins (ce qui est demandé dans le texte envoyé à Hollande) et remette enfin de l’ordre… avant de permettre un processus électoral normal, une fois le travail effectué. Cela serait une aubaine pour notre pays, et ses habitants.

Faute de quoi, la France attendra 2017, avec le supplément exorbitant à payer…

Pour mémoire, voilà ce qu’écrivait, dans Opération Pédalo, Paul Le Poulpe, dans le dernier chapitre. Le Général Larochelambert s’adressait au pays.

« Mes chers compatriotes, Françaises, Français, devant la gravité de la situation, et l’incapacité du chef de l’Etat et de son gouvernement d’assurer la sécurité de notre pays et de ses habitants, l’armée française a pris toutes ses responsabilités et m’a demandé de mener les opérations. Nous devons répondre tout de suite aux premières urgences. Nous savons notamment que ce vendredi, des émeutiers, soutenus par des pays étrangers, se préparent, misant sur le laxisme du précédent pouvoir, à lancer une véritable insurrection contre notre pays, ses lois et ses habitants. Nous ne voulons pas que des milliers de nos compatriotes y laissent leur vie à cause de l’incompétence et de la lâcheté du gouvernement. Nous avons mis l’ancien président Laslande et tous ses ministres en état d’arrestation. Je tiens à rassurer les Français, nous avons mis en place, partout, des mesures et des hommes pour que les insurrections qui pourraient voir le jour soient matées sans concession et que force reste à la loi. J’autorise nos compatriotes, s’ils sentaient leur vie menacée, à user de la légitime défense.

Les stations de radio et de télévision seront sous contrôle du nouveau pouvoir, le temps que cette crise grave soit résolue. Les responsables religieux, syndicaux ou associatifs susceptibles de vouloir lancer des actions de subversion contre le nouveau gouvernement seront mis sous contrôle. J’interdis aux verlamans, demain, de rejoindre leurs cosmeques, qui seront fermées jusqu’à nouvel ordre. En cette journée où l’avenir de la République dépendra de l’efficacité de nos forces de l’ordre, policiers et gendarmes, je vous demande de ne rien faire qui puisse les empêcher de faire correctement leur travail. Dans les heures qui viennent se jouera un combat décisif entre notre République et un fascisme venu d’ailleurs, que des traîtres ont implanté sur notre sol. Toutes nos forces sont mobilisées pour que ce soit la France qui gagne.

Vive la République et vive la France ! » Source

01 Mars 2016

Le "Biter", le nouvel outil de Daech pour torturer les femmes

L'État islamique a conçu un nouvel instrument de torture à mi-chemin entre une pince et un crochet pour punir les femmes qui ne respecteraient pas la charia dans les territoires sous sa coupe.

Le "Biter" : c'est le nom de l'instrument diabolique conçu par l'État islamique pour châtier les femmes qui désobéissent aux règles que l'organisation a édictées. Mais de quoi s'agit-il ? D'après un refugié échappé de Mossoul qui en a fait une description au site The Independent, il s'agirait d'une sorte de pince destinée à arracher des lambeaux de peau. Mais d'autres comparent plutôt cette arme avec une sorte de piège à rats en acier, dont les mâchoires implacables se referment sur la peau pour mieux arracher des morceaux de chair, provoquant ainsi une douleur infinie.

Fatima, une femme au foyer de 22 ans qui ne souhaite pas divulguer son nom complet pour des raisons de sécurité, a ainsi déclaré au site anglais avoir pris la décision de s'échapper en grande partie pour sauver ses enfants qui mouraient de faim mais également parce qu'elle redoutait les tortures infligés par les miliciens de Daech. L'organisation terroriste se montre en effet de plus en plus sadique avec les femmes, comme en témoigne l'introduction de cet instrument de torture terrible.

"Le 'Biter' est devenu un cauchemar pour nous. Ma soeur a été punie très durement le mois dernier car elle avait simplement oublié de mettre ses gants qu'elle avait laissés à la maison,", raconte la jeune réfugiée, qui se trouve désormais au camp de Mabrouka, en Syrie. D'après la jeune femme, sa soeur portait encore les stigmates des blessures infligées sur ses bras avec le 'Biter' plus d'un mois après avoir été avoir subi cette torture. Elle aurait été jusqu'à comparer la douleur ressentie avec celle qu'on éprouve lors de l'accouchement.

D'autres témoins décrivent cet instrument de torture comme une sorte de piège en métal avec des mâchoires qui se referment sur la peau et la tranchent.

L'État islamique se montre intraitable avec les femmes dans les territoires sous son contrôle. Ces dernières doivent obéir à des règles très strictes, notamment en ce qui concerne leur habillement. Elles doivent en effet être entièrement couvertes et accompagnées par un homme à chaque sortie. Source

26 Févier 2016

Rennes (35) : la police recommande de ne plus sortir seul pour ne pas être agressé par des migrants

Un étudiant a été pris à partie, dans la nuit de mardi à mercredi, à Rennes. Deux jeunes, qui se disent mineurs, lui ont volé son portefeuille. La police met en garde.

Il est 2 h, dans la nuit de mardi à mercredi. Un étudiant marche place des Lices, à Rennes, quand il est abordé par deux jeunes.

Aucune violence de leur part, juste une accolade insistante, mais amicale. Du moins, en apparence. Car, l’un des jeunes profite de la manoeuvre pour faire les poches de l’étudiant, lui dérobant son portefeuille.

Ne pas circuler seul
La police met en garde contre une recrudescence de ce type d’agression, pas simplement le week-end, mais aussi en semaine.

Elle incite les jeunes à circuler la nuit, en ville, si possible en groupes, en empruntant des artères éclairées. Les cibles privilégiées sont les personnes seules, vulnérables et en état d’ébriété. Source

24 Février 2016

Le car de Puisseguin.... Une nouvelle fois nous avons tous été manipulés par les politiques !

  Accident de CAR de Puisseguin ??…VOUS VOUS RAPPELEZ ?...

Le Car qui a percuté un Camion en travers de la route …avec de nombreux morts et des survivants gravement brulés ...

CE N’EST PAS SI LOIN ...Une nouvelle fois nous avons tous été manipulés par les politiques !

Prémices des accords Commerciaux Transatlantique ?

Le bus très récent (environ 1 an) était équipé de la climatisation. Son système rempli avec le nouveau gaz réfrigérant R1234yf en remplacement du R134a.

Le bus a touché le camion qui était en portefeuille sur la route, choc minime puisque le chauffeur du car qui est la personne la plus exposée en cas de choc frontal était chez lui le soir même.
 Sur les bus, tout le système de climatisation est à l'avant ; donc lors du contact avec le camion, au niveau du réservoir gazole  du camion, le radiateur (échangeur) de la clim qui est tout  à l'avant du bus a été perforé ...et le gaz  s 'est échappé ...
Ce nouveau gaz OBLIGATOIRE dans l'UE depuis 2 ou 3 ans  environ ? est très dangereux: explosif, inflammable très rapidement, toxique.... Le truc très bien, quoi ! Ce qui explique la rapidité de l’incendie des 2véhicules

Il a été imposé par les technocrates de l'union Européenne malgré les mises en garde des constructeurs automobiles, et la diffusion du rapport de tests effectués par Mercédès.

Mercédès refusant son utilisation notre gouvernement à interdit l'importation des cars Mercédès n’utilisant pas ce gaz.

En brulant, il dégage du fluorure d'hydrogène très toxique, qui se transforme en acide fluorhydrique au contact de l'eau, donc danger également pour les pompiers !! donc les pauvres malheureux n'avaient aucune chance de s'en sortir vivant ou alors de s’en sortir soit intoxiqués, soit brulés par l'acide ou le feu....

Tout ceci, de l’avis de spécialistes, explique le fait que 200 gendarmes aient été envoyés sur le lieux de l'accident ainsi que 120 pompiers…pour “sécuriser” l’endroit et éviter l’approche du public ou des journalistes qui n’ont pu filmer que de loin les 2 épaves 

Les journalistes muselés (car à la solde du gouvernement) n’ont donc fait que répéter la version officielle en nous racontant que le réservoir de gazole du camion a mis le feu au bus.

Deux minutes de réflexion : avez-vous vu du gazole s’enflammer aussi facilement et rapidement, au point de mettre le feu aux deux véhicules dans un très court laps de temps ???? (Quasiment instantané.)

Plus ignares les uns que les autres, les journalistes ont même diffusé un reportage où on voyait (de loin) les employés de la DDE de Libourne racler la terre des bas-côtés de la route (route fermée pendant quelques jours) et la remplacer par de la nouvelle terre !  Ils avaient sans doute cru que c'était pour faire des plantations ! mais c’était pour enlever la terre polluée par l’acide fluorhydrique (voir ci-dessus) Ces employés maintenus dans l’ignorance du danger ont-ils été intoxiqués en manipulant cette terre ...

Le Président mondial Flamby n’en a pas parlé à la COP 21 ....

Ce gaz développé et produit exclusivement par les américains et une société mixte où ils sont majoritaires, fait qu'une recharge de climatisation sur nos voitures qui avant coutait moins de100EUR avec l'ancien gaz, passe à 200/300EUR avec le nouveau gaz suivant le véhicule. Equipements plus cher nécessitant des installations plus sophistiquées.  (Prémices des accords Commerciaux Trans- Atlantique ?)

Quand nos chers gouvernants nous donneront ils le résultat de leurs cogitations, sur l’expertise de cet accident ??? Les survivants plus ou moins gravement touchés ont-ils été informés des conséquences d’éventuelle intoxication ????

Maintenant que Daech et les élections monopolisent toutes leurs attentions …. Et qu’ils nous amusent avec la menace, que le FN fait peser sur la France …il ne faut pas y compter.  Dans un échange très intéressant, Philippe de Villiers, qui a maintenant quitté le monde politique, dénonce indirectement la cause de cette malheureuse tragédie qui n'est finalement due qu'aux députés européens qui, à la solde des lobbyistes qui arpentent à longueur d'années les couloirs du parlement de Bruxelles, ont accepté une telle aberration. Une parmi tant d'autres

Attendons d’autres accidents ou des véhicules s’enflammeront …et où il y aura des dizaines de morts

En attendant... lorsque vous allez acheter votre prochain véhicule informez-vous sur le système de climatisation et le gaz utilisé …Une précaution utile ...

21 Février 2016

Migné-Auxances : le maire PS Florence Jardin se comporte en fasciste

Migné-Auxances est une petite ville du Poitou, forte de près de 6000 habitants. Ses habitants ont élu une majorité socialiste, communiste et écologiste en 2014. La commune comporte 9 % de chômeurs. Son maire, Florence Jardin, a décidé d’accueillir ceux qu’on appelle des migrants, et qui ne sont que des clandestins, d’origine irakienne, syrienne et afghane.

Elle a juste oublié de consulter sa population, rien de moins. Exerçant son rôle d’opposant politique, le Front national et son secrétaire départemental, ont diffusé dans la ville un tract s’opposant à cette décision, avec des arguments qui peuvent s’entendre.

« A Migné-Auxances, Florence Jardin et sa majorité socialiste, communiste, écologiste inscrivent la ville dans le dispositif d’accueil des réfugiés syriens, irakiens, érythréens, sans même consulter la population locale […] Qui en subira les conséquences ? C’est vous. La criminalité explosera, l’éducation de vos enfants en souffrira, la valeur de vos biens s’effondrera. Face à un chômage à plus de 9 % à Migné-Auxances, il y a autre chose à faire pour notre ville. On constate, une fois de plus, que le système aux affaires pratique délibérément la préférence étrangère. »

Si nous étions dans un pays normal, avec une culture du débat démocratique, on pourrait considérer que cette approche peut se confronter à celle du maire et de ses élus, et que c’est aux habitants de se faire leur propre opinion.

Mais de plus en plus, les socialistes et leurs complices, avec une véritable culture totalitaire, voire fasciste, considèrent qu’il est interdit de se poser la moindre question sur l’immigration, voire même qu’oser s’interroger sur l’opportunité de l’immigration de clandestins en France est un délit.

Ainsi, le maire de la vile, s’appuyant sur les moutons du conseil municipal, a-t-elle décidé de déposer plainte contre le FN, pour « incitation à la haine raciale », rien de moins.

« Oui, les élus de Migné-Auxances sont fiers de participer à l’hébergement d’urgence, quelle que soit la nationalité des personnes […] Ce discours de haine renvoyant les uns contre les autres n’a aucun sens et ne fait qu’engendrer d’autres haines […] Il est plus simple de stigmatiser, de diviser, d’insuffler la peur que de rassembler, d’agir et de répartir des richesses biens réelles. Nous avons choisi un autre combat : celui du respect des conventions internationales des droits et de l’Homme et de l’Enfant, celui du partage, des valeurs fondatrices de citoyenneté, de laïcité et de cohésion sociale. Face à l’abject, je n’aurai aucun seuil de tolérance. »

Résumé : Salauds d’habitants du Poitou, vous êtes des privilégiés et des nantis, et je vous donne l’ordre de vous pousser, et de faire de la place aux nouveaux venus. Il paraît que les lois internationales l’ordonnent. Et ceux qui, comme Alain Verdin, osent s’y opposer sont forcément des racistes haineux.

En agissant ainsi, Florence Jardin et ses obligés montrent ce qu’ils sont vraiment : des petits fascistes de gôche intolérants, déguisés en socialistes, qui auraient fait merveille en URSS, en Chine, au Cambodge ou dans tout autre régime dictatorial, Pinochet ou les colonels grecs compris.

A part cela, les habitants de Migné-Auxances, qui ont réélu un tel maire, n’ont que ce qu’ils méritent.

Paul Le Poulpe

18 Février 2016

Les conseillers de Taubira ont broyé leurs archives en partant

Derrière les sourires de circonstance, la transition entre Christiane Taubira et Jean-Jacques Urvoas a été mouvementée.

Signe du climat délétère qui s’est installé entre les partants et les entrants, la quasi-totalité des conseillers de Christiane Taubira n’ont laissé que des miettes de leurs documents au nouveau garde des Sceaux, puisqu’ils ont broyé leurs archives et « écrasé les données » de leurs ordinateurs, selon le Canard enchaîné du mercredi 17 février. Un épisode qui rappelle une autre passation de pouvoir orageuse, celle entre Nicolas Sarkozy et François Hollande en mai 2012. Le Canard enchaîné rapportait alors que le courrier envoyé au nouveau président depuis son élection avait été tout simplement passé à la broyeuse…

Il faut dire que Jean-Jacques Urvoas a tenu à imposer son style en arrivant place Vendôme. Selon Le Monde, ce proche de Manuel Valls a d’abord assuré le directeur de cabinet de Christiane Taubira, Alain Christnacht, qu’il le conservait à son poste. Avant de changer d’avis et de le congédier quelques jours plus tard pour le remplacer par Thomas Andrieu, haut fonctionnaire venu du… ministère de l’Intérieur, où il a notamment été directeur de cab adjoint de Manuel Valls.

Faut-il y voir un lien de cause à effet ? Le cabinet de Christiane Taubira comptait plusieurs magistrats proches du Syndicat de la magistrature (SM), minoritaire dans la profession mais célèbre malgré lui pour son ancien « mur des cons ». Un syndicat qui entretenait déjà des relations tendues avec Jean-Jacques Urvoas lorsque celui-ci présidait la commission des lois de l’Assemblée nationale.

Source Merci à jiji84

15 Février 2016

Sète: prison avec sursis pour les parents d’une « terreur » de 12 ans, dont la mère ne parle pas le français

A 12 ans, leur fils est déjà bien connu de la justice. Ses parents étaient poursuivis pour manquement à leurs obligations.

C’est au titre de parents qu’un couple de Sétois était jugé par le tribunal correctionnel de Montpellier pour un motif peu banal. La justice leur reproche d’avoir manqué à leurs obligations légales envers deux de leurs sept enfants. Risquant ainsi de compromettre leur santé, leur sécurité, leur moralité et même leur éducation.

Depuis juin 2014, leur fils de 12 ans est une petite terreur que plus aucun établissement scolaire ne veut accueillir depuis deux ans. Tags, violences contre des camarades d’école, vol de bijoux, de bateau, cambriolages, etc. Haut comme trois pommes, le gamin est déjà impliqué dans treize procédures devant le juge des enfants.

De leur propre aveu, les parents n’ont plus aucune autorité sur lui. Et aucune mesure sociale ne fait effet. Le garçon, qui fugue de tous les établissements spécialisés où il atterrit, retourne à chaque fois chez ses parents, où il passe le plus clair de son temps à dormir et regarder la télé. « Quand il sort, je lui dis ‘Ne fais pas de bêtises’, je ne lui impose rien », admet le père. Sa mère, qui a élevé sept enfants, ne parlant pas le français, vivant « dans l’ombre de son mari », n’a jamais eu de prise sur son cadet.

Dernier méfait du délinquant en culotte courte : le 27 janvier dernier, il se sert dans la caisse d’un restaurant en pénétrant par une baie vitrée. Pour le ministère public, les parents sont responsables de cette spirale infernale et « mettent la vie de leur fils en danger ». Et ce n’est pas faute d’un suivi poussé par le juge des enfants, de nombreuses mesures éducatives ou encore du bénéfice de « toutes les allocations possibles en France », a rappelé le procureur de la République, Carole Gonzalez, à l’audience.

Le Midi Libre

13 Février 2016

Pôle emploi ne veut pas se séparer de moi, Je suis motivée, sortez-moi de là !

Si les conseillers Pôle emploi jouent aux syndicalistes dogmatiques, la courbe du chômage n'est pas près d'être inversée...

Inscrite à Pôle emploi depuis quelques mois, je me suis renseignée sur les formations que propose l’institution. Au milieu d’un vaste choix qui ferait rougir d’envie la plupart des salariés pourtant bien casés, on trouve cette convention AFPR, d’aide au retour à l’emploi. Une formule qui permet au candidat d’« enrichir ses compétences dans une entreprise » tout en percevant les Assedic ; à l’employeur, de bénéficier d’un stagiaire gratuit en échange d’une promesse d’embauche en CDD à la sortie. Le tout grassement subventionné par l’Etat. Chacun en sort gagnant, François Hollande le premier, bon, le contribuable un peu moins.

Dotée de ces nouveaux arguments, j’ai trouvé employeur à mon goût, et lui avait bien envie d’y goûter. C’est le moment où dans les films, on s’embrasse. Sauf que mon conseiller Pôle emploi n’a pas apprécié que je lui fasse des infidélités. Insistant très très lourdement, il réclame à l’entreprise une promesse d’embauche en CDI, tout simplement. Comme si ça ne suffisait pas à effrayer un honnête PDG – parle-t-on mariage au premier rendez-vous ? – il ajoute que je pourrais traîner la société aux prud’hommes, si l’embauche n’avait pas lieu.

On aurait dit un syndicaliste CGT acharné, qui à force de trop en demander, fait capoter le maintien des salariés dans une entreprise en difficulté. Merci Monsieur le conseiller de Pôle emploi, mais je n’avais pas besoin de toi. J’assume les risques du métier et surtout, je voulais travailler.

Source Nastia Houdiakova

11 Février 2016

Cologne : les plaintes pour motifs sexuels ont presque quadruplé

ALLEMAGNE - Le nombre de plaintes pour motifs sexuels ont connu une forte hausse cette année lors des festivités du carnaval de Cologne. Au total, 66 plaintes ont été enregistrées pendant cet événement.

Il y en avait eu 18 l'année dernière, il y en a presque quatre fois plus cetre année. Les plaintes pour motifs sexuels ont connu une forte hausse lors des festivités du carnaval à Cologne en Allemagne, a annoncé mercredi la police de la cité rhénane marquée par des violences en bandes contre des femmes commises lors du réveillon du Nouvel An.

Entre jeudi 6 heures du matin, premier jour du carnaval des rues, jusqu'à ce mercredi, 6 heures du matin, 66 plaintes pour insultes et agressions sexuelles ont été déposées, contre 18 l'an dernier, selon un communiqué de la police. L'ampleur de l' augmentation a toutefois été relativisée par la police. "L'une des explications possibles pourrait être un changement d'attitude des victimes et des témoins", a-t-elle souligné. Les autorités locales ont en effet appelé ces dernières semaines toute victime à porter plainte ou à se rendre dans un poste de police.

Une nuit de cauchemar

Des associations de femmes sont intervenues dans le débat virulent autour des violences du Nouvel An pour expliquer que des victimes d'attouchements de l'entrejambe ou des seins, par exemple, ne portaient généralement pas plainte.

La Saint-Sylvestre s'était transformée en nuit de cauchemar pour des centaines de femmes à Cologne. Ce soir-là, sur le parvis de la gare, des femmes étaient devenues des proies sexuelles pour des jeunes migrants, éméchés et présentés par la police et les responsables politiques comme principalement d'origine nord-africaine.

Ces viols, attouchements sexuels et vols de téléphones portables ont provoqué un immense choc en Allemagne, qui avait jusqu'ici accueilli plutôt favorablement les quelque 1,1 million de migrants arrivés en 2015. De jeudi à mercredi, apogée de la saison du carnaval dans la plupart des régions de l'ouest du pays, les autres délits ont plutôt reculé dans l'ensemble.

La police, dont le dirigeant avait été poussé vers la sortie après les violences du Nouvel An, avait déployé d'importants moyens pour assurer la sécurité du carnaval, un des événements les plus ancrés dans la culture populaire en Allemagne mais qui donne aussi lieu à une consommation d'alcool au delà du raisonnable.

source Metronews

08 Février 2016

Le général Piquemal ne sera pas présent aujourd'hui. Il est hospitalisé, annonce l'un de ses avocats.

L'un des avocats du général Piquemal indique qu'il ignore son état de santé de précis.

Selon des militants proches du général Christian Piquemal, arrêté samedi pour avoir participé à une manifestation interdite par la préfecture du Pas-de-Calais, l’homme se serait sentit mal lors de sa détention au poste de police. Il a été interrogé pendant plus de trois heures à 75 ans. Respect !

Son état aurait justifié son transfert à l’hôpital afin de procéder à des examens médicaux.

L'avocat se plaint de n'avoir eu accès ni au dossier, ni à son client. Il comparaîtra le 12 mai.

À la fin de leur conférence de presse, les deux avocats du général Piquemal invitent les soutiens à chanter "La Marseillaise".

Sans titre 21

07 Février 2016

Arrestation du général : un syndicat des Policiers Municipaux dépose plainte après une vidéo

56b6d29ac361881e1f8b4605

Le Syndicat de Défense des Policiers Municipaux (SDPM) a décidé de saisir la justice après la publication par RT France d’une vidéo montrant le moment de l’arrestation du général Piquemal lors d’une manifestation anti-migrants ce samedi à Calais.

Dans une vidéo diffusée sur la chaîne YouTube de RT France, le SDPM a aperçu à la 20ème seconde «un agent équipé de matériels de maintien de l'ordre, en uniforme réglementaire d'agent de Police Municipale, alors qu'un mouvement de foule est visible», lit-on dans le communiqué publié sur le site du syndicat.

Cependant, comme le rappelle le SDPM, la loi interdit d’affecter des agents de la police municipale à des missions de maintien de l’ordre, qui relèvent de l’autorité préfectorale et sont déployées lors d’événements de grande ampleur présentant un risque de dégénérer. Ces agents ne participent normalement qu’aux opérations de «surveillance du bon ordre», un dispositif applicable aux grands rassemblements pacifiques tels que marchés, foires etc.

Estimant que les Policiers Municipaux, ne doivent pas participer à ce type de dispositif auxquels ils ne sont pas formés, le SDPM décide de saisir la Justice. La mairie de Calais devra s'expliquer sur cette affaire», a annoncé le syndicat, qui a saisi également le Défenseur des droits.

«Si les faits sont établis, ceci constitue une mise en danger des agents de Police Municipale que le Syndicat condamne très fermement», conclut le document.

Les faits en question ont eu lieu le 6 février à Calais, lors d’une manifestation du mouvement d’extrême-droite Pegida contre l’immigration, qui a été maintenue par les organisateurs malgré une interdiction du ministère de l’Intérieur. Lors de ce rassemblement qui se déroulait sous haute sécurité, une vingtaine de personnes ont été interpellés par la police, dont le général Piquemal, ancien commandant de la légion étrangère. Cette arrestation a suscité une tempête de réaction sur les réseaux sociaux, une grande partie des internautes l’ayant fermement condamné.

05 Février 2016

Crespin (59) : Le clandestin commet 4 délits à peine sorti d’un centre de rétention et de prison, encore une"chance pour la France" qui a compris qu'il ne serait pas encore expulsé.

 A sa sortie, étant en situation irrégulière, il avait été placé en centre de rétention en attendant d’être renvoyé dans sa Tunisie natale. Mais ayant formulé un recours, il avait été libéré il y a à peine quelques jours, dans l’attente de la décision finale.

Placé en garde à vue, il a explosé de rage dans sa cellule, frappant murs et porte et se lacérant le torse avec ses ongles. Les policiers ont alors voulu l’emmener à l’hôpital, mais l’homme a refusé de se laisser menotter et les a couverts d’insultes. (…)

La Voix Du Nord Merci à Yabonlaseku

04 Février 2016

Migrants à Calais : de nouvelles ratonnades par des milices armées

Jeudi soir, une dizaine d’Afghans se sont fait attaquer, la moitié a fini à l’hôpital », explique Maya, de l’Auberge des migrants. Des Syriens ont été tabassés «sévèrement» courant janvier, au moins deux auraient déposé plainte vers le 22 janvier. 9 janvier, passage à tabac près de la jungle. Tabassés à coups de matraque ou de barre de fer. Parfois gazés par des hommes, souvent nombreux, vêtus de vêtements sombres, qui sortent d’une voiture. L’expédition punitive sent la ratonnade, l’agression raciste ciblée. Les descriptions faites par les exilés font penser au pire. « Les fachos parlaient de création de milice, ils l’ont fait », s’inquiète un autre bénévole associatif. Pour le coordinateur de Médecins du monde, Amine Trouvé-Baghdouche, il y a une nette « augmentation de la violence de la part de civils organisés, qui font des descentes ».

Des agressions « hyper violentes » par des milices?

Dans la nuit du 20 au 21 janvier, trois Syriens sont agressés en centre-ville de Calais. Peut-être plus cette même soirée selon divers témoignages mais sans confirmation.
Depuis, la recrudescence des agressions se ferait sentir. Au moins sept selon des bénévoles associatifs qui suivent cela de près. Et depuis la fin de la semaine dernière, ce serait « toutes les nuits», assure un autre bénévole.

Suspicion d’exilés enlevés, les rumeurs enflent

Le 24 janvier ça recommence, et une personne aurait été portée disparue. « C’est toujours entre la jungle et le centre-ville », explique une bénévole. « Les gens surgissent de nulle part, de buissons, de véhicules. Les gars se font tabasser, c’est hyper violent.» Maya, comme d’autres bénévoles, confirme que « les gens en parlent beaucoup à la Jungle ». Le 28, rebelote. Le 29 aussi. Là, cinq exilés auraient été roués de coups, insultés, et trois d’entre eux eux auraient été emmenés en voiture. Jusqu’à hier, le flou persiste. Ont-ils vraiment été enlevés ? Sont-ils à l’hôpital ?

(…) Nord Littoral

03 Février 2016

Le Premier ministre finlandais renonce finalement à héberger des migrants dans sa maison de campagne. Il se voyait mal alerter la justice pour des dégradations

Le Premier ministre finlandais, Juha Sipilä, a temporairement renoncé à héberger des réfugiés dans sa confortable maison de campagne, invoquant des raisons de sécurité, a-t-on appris mardi auprès des autorités.
Il avait proposé en septembre d’ouvrir sa vaste résidence secondaire aux réfugiés, estimant qu’elle pourrait accueillir trois ou quatre familles. Mais il ne l'avait pas encore fait. Source

02 Février 2016

Le Mans (72) : ils chassent les blancs, la justice ne les poursuit pas pour racisme

Les trois garçons, qui ne se connaissent pas, ne sont pas loquaces. Le plus âgé, celui qui a le plus cogné, en donnant notamment un coup « en traître » assure qu’il n’était pas là pour en découdre : « Je n’ai pas d’explication. J’étais remonté. Je suis désolé. »

Questionné sur le mobile, ce futur papa, qui vit à Pontlieue, assure que les deux premières victimes auraient cassé le téléphone flambant neuf de son amie. « Ils étaient bourrés, ils parlaient mal. Ma copine est partie, j’avais peur de me retrouver tout seul dehors. » D’après une témoin, il aurait ensuite proféré des menaces de mort, avec des références à l’islam et des allusions racistes anti-blancs. « C’est faux », avance-t-il.

Pour les deux autres agresseurs, le mobile est flou : « Embrouille, provocation ». « Rien qui ne justifie une telle violence. Les victimes ont juste le tort de se trouver là », estime le procureur, qui requiert 44 mois de prison ferme, en cumulant la révocation du sursis de précédentes condamnations, à l’encontre du principal agresseur, au casier judiciaire chargé.

Interdiction de séjour dans le centre-ville

Pour « rétablir la sérénité » dans ce quartier, où, trois jours après ce déchaînement de violence, une agression au couteau a fait un mort, le magistrat réclame aussi une interdiction de séjour, d’une durée de trois ans, autour de la rue du Port : rue des Minimes, rue du Dr-Leroy, place d’Alger, place de la République…

« La vidéo ne dit pas tout »

« Des réquisitions tragiques, estime Me Ifrah. Ce n’est pas de l’insertion, mais de la désinsertion. Les faits sont graves, mais on ne sait pas ce qui s’est passé au début. La vidéo ne dit pas tout. Et ces jeunes gens n’ont pas agi de concert dans un but déterminé. » L’avocat du principal agresseur tord le cou au scénario « des Blacks contre les Blancs » : « Le Mans a peur, c’est vendeur. Mais on est d’abord dans le procès de l’immaturité. »

Le plus jeune agresseur -19 ans, casier vierge – est condamné à huit mois de prison avec sursis.

Le second, Clinton West, est condamné à un an de prison ferme, avec mandat de dépôt. Ce Guyanais, qui n’avait pas respecté son contrôle judiciaire, est également interdit de séjour en métropole pendant trois ans.

Quant à Nidal Boto, avec la révocation de ses sursis, il écope de 27 mois de prison ferme. Avec interdiction de séjour dans le centre-ville.

(…) Ouest France


29/01/16

Le 27 décembre 2015 dans le centre-ville du Mans, une dizaine de personnes sortant de discothèque sont attaquées et violemment frappées « gratuitement ». Plusieurs témoins ont entendu les agresseurs s’exclamer : »on va se faire des blancs ». Un mois plus tard, la police a fini par arrêter cinq individus, tous d’origine africaine ou antillaise et qui ont reconnu les faits.

Source

Merci à statch_79

01 Février 2016

La Verrière (78) : La police prise à partie par 15 individus tire pour se dégager

Des policiers ont été pris à partie, dans la soirée de dimanche, à La Verrière. Peu après 18 h 30, la voiture de police qui circulait dans les rues de la résidence du Bois de l’Étang, a été ciblée par une quinzaine de personnes.

Ces derniers ont encerclé le véhicule de police en menaçant et insultant les fonctionnaires qui se trouvaient à l’intérieur. Les policiers ont ouvert le feu avec leur lanceur de grenade pour se dégager. Aucun blessé et aucun dégât n’est à déplorer.

Source Merci à bleu marine

31 Janvier 2016

Attaques terroristes : Europol s'attend à des attentats « en particulier en France »

Les faits : Dans un rapport présenté par Europol, les experts estiment que l’Etat islamique prépare de nouvelles opérations d’envergure en Europe et notamment en France.

Europol prévient l’Europe. Dans un rapport mis à la disposition du public, l’organisme considère que le groupe Etat islamique et d’autres organisations djihadistes préparent de nouvelles opérations d’envergure en Europe, notamment en France.

« Il y a tout lieu de s’attendre à ce que l’EI, des terroristes inspirés par l’EI ou quelque autre groupe terroriste d’obédience religieuse commettent de nouveau une attaque terroriste quelque part en Europe, en particulier en France, destinée à faire de nombreuses victimes parmi la population civile », a déclaré, lundi 25 janvier, Rob Wainright, le directeur d’Europol. Et d’ajouter : « Cela s’ajoute à la menace d’attaques de la part d’éléments isolés, qui n’a pas diminué ».

Il prenait la parole à Amsterdam à l’occasion du lancement du nouveau Centre européen de contre-terrorisme au sein d’Europol.

Un rapport de huit pages. Les experts estiment que les récentes attaques de Paris « semblent indiquer une évolution vers une stratégie plus large d’internationalisation, consistant à attaquer en particulier la France, mais en envisageant aussi des attentats dans d’autres pays membres de l’UE dans un proche avenir ».

Europol avertit même que les nouveaux attentats pourraient se produire « sous peu ». De plus, le rapport de huit pages pointe la possible mise en place par l’Etat islamique d’un « commandement d’opérations extérieures chargé des attaques de type ’forces spéciales’ dans le domaine international ». Les experts soulignent que l’EI « a la volonté et la capacité de mener à bien de nouvelles attaques en Europe ».

Concernant les cyberattaques, Europol précise ne pas disposer d’éléments attestant que les djihadistes cherchent à utiliser des armes chimiques, biologiques ou radiologiques en Europe.

(avec Reuters)

30 Janvier 2016

TAUBIRA : TROIS ANS ET DEMI DE DÉGÂTS COLOSSAUX, TROIS ANS ET DEMI DE TROP !

 

Symbole d'une France où rien ne va plus, d'une France amoindrie livrée aux voyous, l'ancienne indépendantiste guyanaise Christiane Taubira n'aura pas cessé, en près de quatre années au pouvoir, de déconsidérer la fonction qu'elle occupait."Ceux qui me ressemblent sont les plus nombreux et il vaut mieux ne pas trop défier ce monde-là","Je suis en capacité de les écraser tous !" avait-elle même déclaré, perdant toute retenue face aux critiques pourtant bien légitimes. Si les criminels la regretteront sans doute, les policiers - et avec eux tous les Français qui subissent l'insécurité - beaucoup moins.
Son refus de chanter la Marseillaise lors des cérémonies républicaines, exercice qu'elle a qualifié de "karaoké d'estrade", rappelle combien Christiane Taubira ne méritait aucunement, ni dans ses paroles, ni dans ses actes, l'immense responsabilité qui lui incombait. Les faits l'ont confirmé.
La réforme pénale, qui signe la fin de la prison comme élément central des peines à travers l’instauration d’une "contrainte pénale" pour tous les délits passibles de moins de 5 ans d’emprisonnement dans un premier temps, puis pour l’ensemble des délits à partir de 2017, est une véritable catastrophe. Cette réforme irresponsable renforce le sentiment d'impunité de tous les malfrats, et fait donc le terreau de la criminalité. Est-ce un hasard si la hausse spectaculaire de l'insécurité a coïncidé avec l'application de cette politique pénale permissive ?
Hélas, les dégâts ne s'arrêtent pas là. Alors que la société française était déjà en proie à d'importants troubles - Nicolas Sarkozy et ses ministres étant passés par là - et profondément divisée, c'est Christiane Taubira qui a lancé la charge du gouvernement contre la famille et la filiation.
Matrone de l'ouverture du mariage et de l'adoption aux couples de même sexe, Christiane Taubira est en effet aussi celle qui a facilité la délivrance de certificats de nationalité aux enfants nés par GPA à l'étranger, au mépris de tous nos repères culturels et du sixième principe de la Déclaration des Droits de l’Enfant du 20 Novembre 1959, selon lequel "l’enfant en bas âge ne doit pas, sauf circonstances exceptionnelles, être séparé de sa mère", cela au nom de son intérêt supérieur. Mais de nos valeurs et de nos traditions, Madame Taubira semble bien s'en moquer. La marchandisation du corps de la femme, et même celle de l'enfant à naître, ne semblent pas lui poser de cas de conscience.

   

 

Nicolas Bay
Secrétaire Général du Front National

28 Janvier 2016

Taubira ? Bon débarras !

8 Français sur 10 approuvent la démission de Christiane Taubira

Toutes les victimes de “récidivistes” vont pouvoir faire un livre…

Les sympathisants de la droite et du centre saluent la démission de Christiane Taubira :
– 96% des partisans du Front national
– 92% chez Les Républicains
– 93% à l’UDI
sont à ne pas regretter la ministre….

Entre 80.000 et 100.000 peines de prison ferme sont actuellement «en attente d’exécution»

.«En trahissant la décision de justice prononcée au nom du peuple français, Christiane Taubira introduit l’impunité»

La ministre avait même en septembre 2013 diffusé une circulaire aux juridictions dans laquelle elle avait adressé diverses consignes pour favoriser les aménagements de peine et les voies alternatives à la prison.

«Pour mettre fin à la surpopulation carcérale et au scandale de l’inexécution des peines de prison prononcées tout en assurant la sécurité des Français, il faut construire au moins 20.000 nouvelles places de prison qui manquent dans notre pays».

Christiane Taubira a annoncé la suppression des peines planchers mais, faute de loi contraire, les magistrats continuent de les appliquer, estimant qu’elles ont une utilité.

Merah, Nemmouche, les frères Kouachi, Coulibaly auraient dû passer «10-20 ans en prison» dans un «Etat de droit normal». Or, «dans la France de Taubira, ils se promènaient dans la nature»…

26 Janvier 2016

Personnes âgées : l’indifférence coupable des politiques

L’histoire se passe dans un établissement qui accueille des personnes âgées dépendantes, aussi dit EHPAD. Trois adolescentes se présentent aux portes de l’établissement pour commencer leur stage pratique en vue de devenir auxiliaires de vie. Jusque-là, tout va bien. Mais à peine quelques heures plus tard, elles humilient trois résidents atteints d’Alzheimer. Photos, vidéos puis insultes, tapes. Tout sera visible sur Internet quelques instants après.

Ce petit billet ne concerne pas ces trois idiotes, dont j’espère que la justice s’occupera comme il le faut. Non, ce petit billet sera davantage un coup de gueule contre les médias mais surtout, oui surtout, contre les politiques qui laissent nos anciens crever dans l’indifférence.

Car quand on en vient à penser que, au moins avec ce scandale, on parlera des conditions de vie des personnes âgées, c’est bien qu’il y a un problème. En effet, si un quelconque intérêt était porté à ces personnes – qui, n’en déplaise à certains, restent des personnes humaines dont la dignité devrait être sauvegardée -, cela ferait bien longtemps qu’une bonne partie des EHPAD seraient fermés ou au moins recadrés. Et souvent dans la ville où vous vivez

Il n’est pas rare, au détour d’une conversation avec l’employé d’un de ces établissements, d’entendre des histoires faisant froid dans le dos. Allant du manque de personnel jusqu’aux soins prodigués par des personnes qui n’en ont pas l’autorisation en passant par, au mieux, les humiliations et les remarques et, au pire, carrément la perte d’un patient – parfois gravement malade – pendant plusieurs heures à cause de négligences.

On en vient alors à se demander : « Mais pourquoi rien n’est fait ? » Puis on devient moins naïf et on se rend compte que ces personnes ne votent pas. Parfois malades – physiquement ou mentalement – et souvent abandonnées, elles ne sont plus en état de réclamer. Dans une grande dignité, elles se contentent de prendre. Prendre ce qu’on leur donne. Sans rien demander de plus. Alors, on les oublie. Elles ne font pas partie des meubles, elles SONT les meubles. Elles ne représentent plus rien. À force d’être sans voix, elles ne donnent plus la leur.

Dans un sens, nos personnes âgées sont dans le même cas que nos dizaines d’agriculteurs qui ont mené leurs dernières revendications au bout d’une corde. Beaucoup préfèrent partir dans le silence, par honte de déranger et la crainte d’être encore ignorées.

24 Janvier 2016

Paris Match : dans le quartier salafiste d’Avignon, « on est revenu quatorze siècles en arrière »

L’hebdomadaire Paris Match consacre un reportage de quatre pages sur le quartier de la Reine-Jeanne à Avignon, intitulé « la cité des salafistes ». Sur France Bleu Vaucluse, l’auteur de l’article Djaffer Ait Aoudia explique sa démarche. Et la mairie s’offusque.

Le journaliste affirme aussi l’existence d’un tribunal islamique à Avignon.

Le journaliste de Paris Match se met en scène pour critiquer le quartier et ses habitants : »Quand j’avance entre les immeubles lépreux » (c’est ainsi que Djaffer Ait Aoudia décrit la Reine-Jeanne, NdlR), je suis sidéré. C’est la cour des miracles islamistes. On est revenu quatorze siècles en arrière. »

Le reporter compare le quartier avec ce qu’il était dix ans auparavant : le cabinet médical et le kiosque à journaux ont fermé, les salafistes se sont installés dans un garage-mosquée pour lancer leurs tentacules vers le quartier Saint-Jean voisin. Djaffer Ait Aoudia affirme entendre des religieux dire qu’ils n’ont rien à voir avec les rites de l’Occident, mais leur ton change pour parler aux politiques ou à la police :

« Il n’y a pas de sensationnel, il suffit de sortir des remparts pour voir la réalité des quartiers, avec un islamisme. La majorité des quartiers populaires, difficiles, sont aujourd’hui pour la plupart gagnés par les salafistes. En partant de Monclar jusqu’à Montfavet, nous comptons dix mosquées avec sept mosquées dites salafistes. » [...]

Le maire adjoint délégué aux quartiers nord Amine El Kathmi est sidéré par cet article. Il a relevé beaucoup d’erreurs et assure que depuis deux ans, la ville investit massivement pour rénover le quartier. [...]

Djaffer Ait Aoudia assure qu’il peut prouver la présence de salafistes à Avignon avec d’autres vidéos, notamment celle de cours coraniques dans la salle municipale du château de Saint-Chamand.

France bleu

22 Janvier 2016

Les Petites sœurs des pauvres encore plus pauvres ?

Cela se passe aux États-Unis. Les religieuses des Petites sœurs des pauvres viennent d’être condamnées à l’invraisemblable. À payer une amende extraordinaire de 70 millions de dollars au gouvernement fédéral. Autant d’argent qui n’irait pas aux pauvres pourtant de plus en plus nombreux aux États-Unis, comme chez nous d’ailleurs, si jamais cette amende devait ne pas être… amendée.

La congrégation religieuse a fait appel devant la Cour suprême mais ce n’est certainement pas le président Obama qui va vouloir influencer les juges. Car si son gouvernement a exigé le paiement de cette amende, c’est pour une raison chère au cœur des démocrates : celle de la liberté d’avorter. Les Petites sœurs ont, en effet, détourné la loi fédérale en refusant de prendre en charge le remboursement des médicaments contraceptifs, abortifs et stérilisants à leurs employées. Des employées forcément laïques puisque les religieuses ne sont pas censées être dans le besoin d’avorter si elles ont appliqué la règle d’abstinence sexuelle. Elles se sont contentées d’appliquer leur loi, celle des Dix Commandements, et à commencer par le premier d’entre eux : tu ne tueras pas.

En condamnant cette congrégation religieuse éminemment respectable et respectée, le gouvernement d’Obama s’est-il laissé prendre dans un piège très impopulaire ? Car les Petites sœurs ne sont pas seules à faire appel. Se sont jointes à elles plusieurs écoles catholiques et autres institutions, et une campagne de presse est en train de prendre de l’ampleur. On attend avec intérêt ce que va dire le candidat Donald Trump face à cette obligation décidée, en juillet dernier, par la cour d’appel de Denver d’obliger ces religieuses à se soumettre à l’Obamacare. Et sur le plan politique, ce sont 207 membres du Congrès qui soutiennent depuis la semaine dernière les religieuses.

Face à ce gouvernement, et face aux juges de la Cour suprême des États-Unis, il y a un homme, Mark Rienzi, avocat du Fonds Becket pour la liberté religieuse. « Les Petites Sœurs consacrent leur vie à s’occuper des plus démunis, a-t-il déclaré. Le gouvernement devrait les applaudir et non les punir. Elles ne devraient pas se battre contre leur propre gouvernement pour obtenir une dérogation déjà accordée à des milliers d’autres employeurs dont de grands groupes comme Exxon ou Pepsi-Cola. »

Comme chez nous en France, où Marisol Touraine vient de donner un sérieux coup de pouce avec le remboursement intégral de tous les actes concernés par l’IVG, le gouvernement américain a investi des milliards de dollars dans la communication destinée à promouvoir l’avortement. « Il est ridicule que le gouvernement avance qu’aujourd’hui il ne sait pas comment distribuer des contraceptifs sans impliquer des religieuses », dit encore Mark Rienzi.

Sœur Lorraine Marie Maguire, mère provinciale qu’avait rencontrée le pape François lors de sa récente visite à Washington, a déclaré ces propos, rapportés par le site catholique Aleteia : « En tant que Petites sœurs des pauvres, nous offrons aux personnes âgées les plus démunies de toute race et de toute confession un foyer où elles sont accueillies par le Christ. Nous menons notre ministère d’amour guidées par notre foi et ne pouvons, ni ne devrions avoir à choisir entre les soins que nous prodiguons et notre foi. Tout ce que nous demandons, c’est de conserver nos droits. »

La réponse de la Cour suprême interviendra en mars.




21 Janvier 2016

Pour Cazeneuve, un jambon sur une mosquée ou le Bataclan, c’est kif-kif

810 actes anti chrétiens… commis par qui ? Des bouddhistes ?

806 actes anti juifs… commis par qui ? Des chrétiens ?

400 actes anti musulmans… Commis par qui ?

On se souvient que la mosquée de Pau avait été taguée par son propre imam pour faire croire à une attaque criminelle de l’extrême droûate, croque-mitaine moderne des contes pour enfants et autres gogos infantilisés par la télévision. Combien d’autres tags de ce type ont été commis par d’autres imams ?

A côté de cela, deux vagues d’attentats meurtriers ont touché notre pays en 2015, causant la mort de 147 personnes, en dehors des terroristes musulmans eux-mêmes. Les personnes visées ? Elles sont et représentent ce que l’islam désigne comme des « infidèles », ceux qu’Allah ordonne par le biais du coran à combattre (sourate 9 post-hégire), à convertir de force ou à tuer. En clair, les victimes ultra majoritaires de ces attentats et des actes quotidiens perpétrés chaque jour dans notre pays sont des Gaulois agressés et tués parce que gaulois, parce que répertoriés comme chrétiens, y compris les athées de culture historiquement chrétienne à défaut de croyance, l’athéisme étant en soi une variable incompréhensible pour la communauté musulmane.

Tout cela sans compter les égorgements divers réguliers, les attaques « à la carotide » ou « au cou » par ceux que les médias nomment pudiquement des « déséquilibrés » qui se donnent du courage en invoquant Allah, comme le faisait déjà Mahomet lorsque lui-même et/ou ses fidèles commettaient leurs propres attentats contre des tribus. Ainsi ces malheureux polythéistes en février 627, ces 600 décapités des Banu Qurayza, ces Banu Murrah en 628 pour s’emparer de leurs biens, ces tués et ces 6 000 femmes et enfants capturés en janvier 630 pour leur refus de se convertir à l’islam (« nulle contrainte en religion », prétendent les imams la main sur le cœur), en avril 631 sur d’autres avec des « pertes humaines sévères », cette tribu des Banu Harith contrainte à se convertir pour ne pas mourir en juin 631, avec aussi ces 300 tués chez les Bajila et Khatham pour n’avoir pas embrassé la « religion » d’Allah, celle encore en 632 sur des villageois égorgés par des musulmans sans doute modérément intégristes « détruisant, brûlant et faisant autant de captifs qu’ils pouvaient ».

L’islam, une religion de paix, d’amour et de tolérance qui n’en finit décidément plus de porter ses bienfaits à travers le monde depuis sa naissance dans le cerveau d’un individu qui entendait des voix dans sa tête…

Mais la priorité de M. Cazeneuve est de s’émouvoir de traces de peinture, de tranches de jambon et autres têtes de cochon déposées devant des mosquées ! Notre ministre favorable au djihad déplore que les actes antimusulmans auraient « triplé » en 2015 et que les actes antisémites seraient restés « à un niveau élevé ».

Combien de victimes tuées par une dangereuse tranche de jambon découennée ? Zéro victime.

Hervé Cornara a été décapité, Aurélie Châtelain a, pour son malheur, croisé la route d’un adepte de Mahomet ressurgi du fin fond du 7e siècle. Ce 1er janvier, pour fêter et bien commencer la nouvelle année sans doute, un Tunisien forcément déséquilibré, s’était mis en tête d’écraser quelques militaires devant une mosquée, un vendredi en plus, jour particulièrement auspicieux, histoire de multiplier la récompense de son geste. Bien entendu, n’étant immédiatement pas repéré comme étant d’extrême droite, ce qui aurait bien entendu arrangé tout le monde, « des interrogations sur sa santé mentale » se sont posées. Le Gaulois qui dépose une tranche de jambon devant une mosquée est un islamophobe sain d’esprit, le musulman qui essaie d’écraser des non musulmans ne peut qu’être excusé pour sa fragilité mentale. Le scénario est désormais bien rôdé et reste invariablement le même.

Le 7 janvier, un de ses « frères » s’est attaqué à un commissariat du 18e arrondissement de Paris avec un hachoir. Mais là encore, nous sommes gentiment priés de ne pas amalgamer.

Comme M. Cazeneuve, on redoute avec une anxiété fébrile une attaque à la trancheuse à jambon par un charcutier déséquilibré offensé par un mauvais regard ou désireux de convertir un pieux musulman à la rosette de Lyon…

La DILCRA, énième machin gouvernemental et républicain (on en manquait), créé pour lutter contre le racisme et l’antisémitisme évoque les « citoyens français de confession juive, de confession musulmane, et plus largement tous ceux qui sont victimes de racisme et de discrimination en raison de leur couleur de peau, de leurs origines ou de leurs croyances », mais répugne manifestement à nommer les premiers attaqués / tués, infiniment plus nombreux, pour ce qu’ils sont, à savoir les assimilés chrétiens (croyants et de culture), bref les simples Gaulois non musulmans pudiquement confondus dans un « tous ceux » anonyme et méprisant. On attend de voir les listes des musulmans zigouillés pour ce qu’ils sont. C’est simple, il n’y en a pas la queue d’un. Contrairement aux non musulmans.

Mais ce serait ces derniers qu’il conviendrait de protéger. Cherchez l’erreur

« Nombre des personnalités préférées des Français sont susceptibles et désireuses, d’apporter leur contribution » à la lutte, promet le plan de la Dilcra. C’est vrai qu’un Lilian Thuram frappant sa compagne et réclamant de faire une photo seulement « entre blacks », cela rassure tout de suite quant à la fiabilité de ce plan d’action à 100 millions d’euros…

D’ailleurs, l’action 10 du document annonce clairement la couleur (si j’ose dire) : « Aujourd’hui, les faits enregistrés par la police et la gendarmerie sont connus et recoupés tant pour les actes antisémites que pour ceux visant les musulmans ». Les autres, passez votre chemin. Les agressions anti chrétiennes, anti athées ou plus généralement anti blancs ne comptent tellement pas qu’elles ne sont même pas citées. L’action 14 enfonce le clou « Garantir la sécurité des lieux de culte, des écoles et des points de rassemblement juifs et musulmans ». Quid de la sécurité des lieux de culte chrétiens, de très loin les plus visés ?

Tableau-actes-anti-religieux

Ils sont si impatients de nous voir remplacés qu’ils en oublient que nous sommes encore là.

Il est prévu des stages de citoyenneté visant à rappeler « l’existence des crimes contre l’humanité ». On se doute sans trop de risque de se tromper que les victimes chrétiennes et blanches des Barbaresques ou les 100 millions de morts du communisme ne seront jamais évoqués. Ces crimes-là peuvent être oubliés sans problème, c’est même fortement recommandé. Car tous les morts ne se valent pas en Socialie.

Devoir-de-memoire-1

Devoir-de-memoire-2

Et combien de centaines ou de milliers d’adeptes de la religion de paix et d’amour ont sifflé, ont ricané ou ont acclamé les terroristes durant les différentes minutes de silence dédiées aux victimes de ces crimes religieux ? Combien ? Entre ceux qui préparent froidement leurs crimes et ceux qui les commettent de manière spontanée, soudainement inspirés par le verset 47:4 les enjoignant à trancher toute carotide mécréante qui leur passerait sous le couteau, que bien sûr, ils ont toujours dans la poche.

Quoi ?! Vous n’emportez jamais de couteau à carotide quand vous allez vous promener ?!

Dans les deux cas, la finalité reste la même : un mécréant en moins sur terre. Car un bon mécréant en islam est un mécréant mort. Ou converti.

Tout cela a beau être mis sur le compte du déséquilibre, du radicalisme, d’internet, de Daesh ou de tout ce qu’on veut, ce n’est que de l’enfumage. La source de ce fleuve toxique charriant des tombereaux de morts sur ses quatorze siècles d’existence est dans un livre lu chaque jour par un milliard d’individus dans le monde, un livre vendu tout à fait légalement dans nos librairies, un mode d’emploi d’une bombe idéologique exigeant de tuer quiconque ne s’y soumet pas.

Mais selon M. Cazeneuve, ça ne serait pas un crime que de prôner ce djihad assassin.

Caroline Alamachère

19 Janvier 2016

Jungle de Calais : des riverains demandent à l’État de racheter leurs habitations

Les travaux de défrichement ont commencé. Lundi matin, dès 9 heures, les engins de chantier ont entamé leurs manœuvres. Leur objectif : créer une « bande » d’une centaine de mètres aux abords de la rocade portuaire et de la route de Gravelines. Une zone délestée de toute végétation pour permettre aux forces de l’ordre de pouvoir contenir les migrants et les empêcher de prendre la route d’assaut. De l’autre côté, route de Gravelines, la volonté de la préfecture du Pas-de-Calais est d’éloigner la Jungle des riverains. Mais certains n’y voient qu’une faible tentative pour tenter d’apaiser les tensions qui règnent à proximité de la Lande.

« C’est une bonne chose de reculer le camp, avoue Yves, qui habite à quelques mètres de l’entrée du chemin des Dunes. Les forces de l’ordre pourront mieux voir ce qui se déroule, mais après, est-ce que ça va diminuer le nombre de migrants ? » En déplaçant les migrants situés dans cette zone (vers le centre d’accueil provisoire), le but de la préfecture est justement de réduire leur nombre, en multipliant les départs vers des centres dispatchés sur tout le territoire national. Route de Gravelines, les riverains interrogés n’y croient pas. « Ça bouge un peu, mais s’ils ne peuvent plus se mettre là, les migrants iront ailleurs, lâche un autre voisin. De toute manière, on n’y croit plus. On a tous envie de vendre nos maisons mais elles ne valent plus rien. Si l’État voulait vraiment nous aider, il rachèterait nos maisons pour que l’on puisse s’installer ailleurs. »

(…) Nord Littoral

16 Janvier 2016

Le peuple Français se réveille et tranche

Le policier jugé pour la mort d'Amine Bentounsi, un braqueur en cavale, a été acquitté vendredi par la cour d'assises de Seine-Saint-Denis.

Un verdict qui a provoqué l'indignation de nombreuses personnes présentes, qui ont crié à l'injustice. Amel Bentounsi, la soeur du défunt, a déclaré : "c'est la démonstration de l'impunité policière qui continue". "Aujourd'hui la justice n'est pas encore prête à condamner des policiers". Un soutien du délinquant Amine Bentounsi : « Si un braqueur est en danger, je lui conseille de tirer sur les flics »

Quelle honte d’entendre de telles paroles, ceux qui les prononcent doivent être ceux que l’on appelle ‘La chance pour la France » C’est une incitation au meurtre qui devrait être retenu et condamné fermement par notre justice.

Nous, nous sommes indignés par ces multirécidivistes qui continuent, en toute liberté à voler, violer et tuer. Nous sommes satisfaits de ce verdict qui donne force aux représentants de la Loi.

Si les délinquants et leurs familles sont révoltés quand le peuple tranche, le monde est vaste et nous ne les retenons pas, nous serions même heureux de leur payer un aller sans retour.

Il est temps de soutenir nos policiers, sans condition, sinon, bientôt, nous aurons droit en France, à voir se développer ces groupes de citoyens tel celui  qui fait actuellement parler de lui en Finlande. «Les soldats d’Odin» patrouillent dans plusieurs villes afin de «protéger» les citoyens. Une situation de moins en moins marginale sur le Vieux Continent.

A l’aune de la crise migratoire qui frappe l’Europe, «les soldats d’Odin» se sont investis d’une mission : celle de «défendre» les Finlandais de souche contre les migrants.

Selon les médias du pays, ils seraient environ 500, vêtus de leurs vestes noires, à patrouiller dans les centres urbains. Si aucun affrontement n’a pour l’instant été signalé entre le groupe d’auto-défense et les migrants, leur présence inquiète dans les plus hautes sphères de l’Etat.

Si cette défiance de certains citoyens envers leurs élites en matière de sécurité existe dans ce pays qui a accueilli environ 30 000 demandeurs d’asile en 2015, imaginez la situation en Allemagne, où ils ont été plus d’un million.

CCalais, laboratoire français de l’auto-défense citoyenne ?

Le groupe des «Calaisiens en colère» fait régulièrement l’actualité depuis quelques mois. Ce collectif d’habitants de la ville du Pas-de-Calais s’est formé pour dénoncer les violences régulières dont la ville est le théâtre. Contenant l’un des camps de migrants les plus importants du pays (plus de 5000 résidents), «la Jungle», la ville a été en proie à plusieurs nuits de violences qui ont vu des migrants s’affronter ainsi que s’en prendre aux CRS. Plusieurs habitants se sont plaints de ne pas être en sécurité dans leur propre ville et ont multiplié les manifestations et les «rondes de surveillance».

Nous soutenons tous nos services de sécurité qui s’investissent un maximum pour assurer notre défense. Nous remercions nos forces de l'ordre, qu'ils soient militaires, policiers ou agents de sécurité.

Nous pensons aussi à nos services de renseignements qui se sont relayés jour et nuit pour assurer le suivi des dossiers terroristes et permettre ainsi d'avancer un maximum dans les perquisitions au cœur des filières djihadistes.

Nous remercions également toutes les personnes qui assurent les services d'urgence via des gardes dans divers secteurs afin de soutenir les plans catastrophes établis par les autorités compétentes : pompiers, médecins, infirmières etc...

Un grand merci à tous pour votre engagement, votre courage et le temps que vous avez consacré et consacrez encore aujourd'hui à vos missions.

Sachez que la population vous soutient...vous-même ainsi que vos familles.

Nous sommes fiers de vous.

12 Janvier 2016

Bar de gauche attaqué , kébab caillassé … : Incidents à Leipzig (Allemagne)

Incidents hier soir à Leipzig (Allemagne) suite à l’affaire des viols de Cologne… Bar de gauche attaqué, snack kebab caillassé…etc

"https://vid.me/e/undefined?stats=1&tools=1"

<iframe src="https://vid.me/e/undefined?stats=1&amp;tools=1" width="854" height="480" frameborder="0" allowfullscreen webkitallowfullscreen mozallowfullscreen scrolling="no"></iframe>

08 Janvier 2016

Attaque dans le 18e: l’assaillant faisait l’objet d’une obligation de quitter le territoire

Selon les informations du Monde, le texte de revendication commence par une phrase en français déclinant une kounya (surnom musulman) : « Je suis Abou… ». A la ligne suivante, il est fait mention d’une identité commençant par « Tarek B. » et, à la troisième ligne, de la ville de « Tunis ». La suite, rédigée en arabe, contient une allégeance à Abou Bakr Al-Baghdadi, chef de l’organisation Etat Islamique, et affirme que cette attaque est une réponse aux bombardements en Syrie.

Le Monde

 La police ne confirme pas l’identité de l’assaillant

La police explore une piste obtenue, selon nos informations, grâce à des empreintes relevées sur le courrier de revendication et menant à Sallah Ali, un sans-abri d’une vingtaine d’années impliqué dans un vol en réunion commis à Fréjus en 2013. Mais l’identification n’est pas établie formellement, l’âge ne semble pas correspondre à celui de l’assaillant de la Goutte d’Or, a priori de dix ans son aîné. Ni au patronyme qui est mentionné dans la revendication, comme le révèle une source informée.

Source

L’assaillant aurait été identifié

D ’après les informations d’Europe 1, ses empreintes digitales correspondent à celles d’un homme connu des services de police pour avoir été mis en cause, en 2012, pour vol en réunion, à Sainte-Maxime dans le Var. Il s’était alors présenté aux policiers sous le nom d’Ali S., né en mai 1995 à Casablanca, au Maroc. L’homme n’a pas de domicile connu et, selon nos informations, il n’apparaît pas dans les fichiers des services de renseignement français. Source

L’assaillant est un Marocain âgé de 20 ans, selon nos informations. Il avait été mis en cause pour un vol en 2013 à Sainte-Maxime, dans le Var. Source

Une revendication manuscrite en arabe

Le papier retrouvé sur l’assaillant évoque «des actes pour venger les morts en Syrie» et contient un dessin d’un drapeau de l’organisation jihadiste Etat islamique (EI), a précisé une source proche de l’enquête. Source Un papier sur lequel figurent le drapeau de Daesh et une revendication manuscrite retrouvé sur le corps de l’assaillant. Selon le communiqué de presse du procureur de Paris, la revendication, écrite en langue arabe, est «non équivoque». A aussi été retrouvé sur l’homme un téléphone portable.

Source Dans la revendication retrouvée sur lui, le suspect prête allégeance à al-Baghdadi, le leader de Daesh. Le papier évoque également « des actes pour venger les morts en Syrie ». Dans le téléphone du suspect, les enquêteurs ont découvert des messages en arabe et en allemand. L’appareil est en cours d’expertise, a appris BFMTV auprès d’une source proche du dossier. Source

06 Janvier 2016

Elisabeth Guigou: J’ai bien entendu l’injustice des musulmans…je propose d’étendre la déchéance de nationalité à tous. Et la Loi internationale ?

Les socialistes ne savent plus où ils habitent. Il y a à peine deux mois ils s’opposaient à l’idée de faire des apatrides.
On voit bien que leurs lignes de défenses et leurs insultes anti-FN sont des postures.
Ces gens ne vivent que de mensonges et de cynisme…

https://amp.twimg.com/amplify-web-player/prod/source.html?embedded=1&json_rpc=1&rpc_init=1

03 Janvier 2016

Etat d’urgence et seulement 800 voitures brûlées : champagne chez Cazeneuve !

Ce début d’année 2016 débute comme il a commencé en 2015 où, en dépit de l’état d’urgence, on voit plus de 800 véhicules incendiés avec une baisse de 14,5 %, dixit le ministère de l’intérieur que cela semble réjouir ! On se pince, on se dit qu’avec toutes les mesures de sécurité engagées dans ce pays, des individus ont quand même réussi à échapper aux forces de maintien de l’ordre, au déploiement des forces armées, pour se livrer à ce rituel débile qui consiste à priver de simples citoyens de leurs moyens de locomotion. ON trouve cela normal dans le monde de Normal 1er. Encore bravo au sinistre de l’intérieur et au ministre des armées pour leur efficacité ! Dormez bonnes gens, vous êtes sous bonne protection.

« Mon premier devoir c’est de vous protéger », encore heureux ! Mais, nous protéger contre qui ? Nous sommes en état d’urgence sécuritaire, dixit Normal 1er, et on assiste encore et encore à ces spectacles de désolation qui n’auraient JAMAIS dû se reproduire. On met des soldats de l’Armée Française devant une mosquée, qui ne risque rien sinon une oreille de cochon (sic), en mettant leurs vies en péril tant la haine des musulmans est vive envers notre Pays et nos institutions. Et bien évidement ces mêmes musulmans ramènent la couverture médiatique à eux, miaulant comme des chattes en chaleur sur le thème « cette attaque est inadmissible », alors qu’ils n’étaient pas visés, et osent nous rebattre les oreilles avec leurs jérémiades du vivre ensemble. L’auteur de cette attaque à la voiture bélier (souvenez de celles de 2015) est inconnu des services de police, bien évidemment sera déclaré loup solitaire ou déséquilibré, ses motivations non motivées par l’islam, j’en passe et des pires, et bien sûr son origine n’est pas franchement gauloise. Ras le bol !

 Quant à Normal 1er, la France crispée, rabougrie qui se divise, vous savez ce qu’Elle vous dit ? Et l’autre qui insiste lourdement avec son « ouverture au monde, jamais dans le repli, la fermeture, la discrimination ou la nostalgie ». Mais comment faut-il lui faire comprendre à Normal 1er que son disque est rayé. On s’en fout de ses bavassages itératifs, il nous bassine avec son pseudo vivre ensemble, sa mixité sociale, ces thématiques sur le terrorisme des petits hommes verts venant de la planète Mars et sur l’emploi. Il va nous faire le coup des commémorations en mémoire de toutes les innocentes victimes du terrorisme musulman (sans jamais le nommer). Il va présenter ces vœux (meilleurs) à un tas d’institutions et parader comme un coq, la cravate de travers comme à son habitude. Nous, nous attendons le chant du cygne.

Pour 2017, les sondages sur les futurs candidats aux présidentielles sembleraient donner la préférence à Ali Juppé et alors là, on a le droit de s’interroger sur le Droit Français. Un ex-délinquant peut-il, effectivement, prétendre à l’investiture suprême de Président de la République Française ? Y a t’il eu des précédents ou une quelconque jurisprudence dans ce cas d’école en France depuis l’avènement de la République ? Nous tomberions vraiment de Charybde en Scylla, dans le cul de basse fosse de la Démocratie et de la Morale. Bien que…

Cassandra Troie

31 Décembre 2015

Menace terroriste : des forces de l’ordre épuisées par les menaces et la charge de travail

Cette année et plus particulièrement depuis le 13 novembre, la menace terroriste engendre une présence quasi-permanente des forces de l’ordre sur le terrain. Une situation qui épuise certains policiers, au bord du burn-out.

Charlie Hebdo, l’Hyper Cacher, la crise des migrants, les attentats du 13 novembre, la COP21… La police a été très sollicitée en 2015. Depuis novembre, 2898 perquisitions ont été effectuées, annonçait le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve la semaine dernière. A cela s’ajoutent en plus des horaires à rallonge, la surveillance de certains lieux jour et nuit, une situation lassante pour les membres des forces de l’ordre. «

Il y a une sensation de perte de sens de la part de beaucoup de nos collègues sur des gardes statiques où l’on a l’impression de « servir à rien », explique Patrice Ribeiro, secrétaire général du syndicat Synergie Officiers, au Figaro.

En plus de ce travail supplémentaire aux tâches habituelles, certains policiers ont été soumis à des restrictions de congés en fin d’année. [...]

En plus de ses missions habituelles, les forces de l’ordre devront l’année prochaine sécuriser l’Euro 2016 et encadrer les nouvelles arrivées de migrants dès le printemps.

Le Figaro

30 Décembre 2015

La chienne Diesel décorée, mais pas par la France, en France, ils préfèrent décorer leurs petits copains inutiles à la grandeur et la défense de la France

La chienne malinoise âgée de sept ans, tuée en même temps que trois islamistes dont Abdelhamid Abaaoud, sera décorée par les autorités britanniques

Le monde entier avait été touché par la disparition de Diesel lors de l’assaut des hommes du RAID (Recherche, Assistance, Intervention, Dissuasion) mené contre les terroristes ayant perpétré les attentats du 13 novembre.

Sous couvert d’anonymat, son maître a témoigné lors d’une émission sur RMC. Il a rappelé le minutage de l’intervention. Les échanges de coups de feu et de grenades sont suivis par une période de silence. Le chien est alors envoyé en reconnaissance : « Il a fait le tour d’une première pièce, qui était dégagée », explique son maître. Puis d’une seconde pièce : « Je l’ai vu s’élancer, je l’ai perdu de vue. Et là, des coups de feu ont retenti », poursuit-il. Des tirs fatals pour Diesel, qui selon toute vraisemblance est morte sur le coup. Pourquoi les chiens policiers entraînés au combat ne sont-ils pas remplacés par des moyens mécaniques ? Le maître de Diesel l’a expliqué. Entraînés au combat, ils ne peuvent en aucun cas être remplacés par des robots ou des drones. Simplement, il est regrettable que n’ait pas été conçu de gilets pare-balles pour ces animaux.

« Le chien ouvre la voie au reste de la colonne. Il utilise tous ses sens pour détecter la présence d’individus : l’audition, la vue, le flair. » Autant de capacités qui imposent beaucoup d’entraînement, une très grande entente et une véritable connivence entre le chien et le maître : « C’est une confiance mutuelle, il a parfaitement confiance en moi, j’ai parfaitement confiance en lui, chacun sait comment réagira l’autre sur le terrain », a-t-il expliqué.

Ce type de chien est également entraîné pour sauter en parachute et descendre en rappel. Une formation qui dure, pour les chiens policiers aptes au combat, entre 12 et 18 mois. Cette perte a affecté les hommes du RAID. Mais aussi la population entière. Tant en France qu’à l’étranger. « Tous ces messages de soutien sont vraiment importants pour surmonter l’épreuve de la perte de Diesel », a expliqué le policier. Diesel devait, l’année prochaine, être mise à la retraite et placée dans une famille d’adoption. Le maître-chien a tenu à conclure par ces quelques mots : « Sans son intervention, des policiers auraient pu être abattus. »

Diesel recevra à titre posthume la médaille Dickin, la plus haute distinction récompensant les animaux pour leur courage, a annoncé l’association britannique Dispensaire populaire pour les animaux malades (PDSA). « Cette décoration reconnaît l’accomplissement remarquable du sens du devoir sur le théâtre des conflits, et Diesel est un récipiendaire particulièrement méritant », a indiqué Jan McLoughlin, directrice de l’association. Créée en 1943, cette décoration a été remise à des pigeons lors de la Deuxième Guerre mondiale, ou encore à des chiens de l’armée qui ont détecté des bombes déposées par les talibans en Afghanistan.

« Nous avons été inondés de messages du public nous demandant de reconnaître l’héroïsme de Diesel », à poursuivi Jan McLoughlin. L’émotion avait également touché la Russie. Le ministère de l’Intérieur russe avait promis d’offrir un jeune chiot « Dobrynia » à leurs homologues français ; ce qui fut fait.

Et la France, me direz-vous ? On attend toujours de savoir, suite à une pétition, si notre Président honorera ce chien en lui donnant à titre posthume la Légion d’honneur. Certes, le code de la Légion d’honneur ne le permet sans doute pas actuellement. Mais le grand maître de notre premier ordre national, qui n’est autre que François Hollande, a sans doute tout loisir de modifier ce code. Après tout, bien des bipèdes arborent le ruban rouge sans vraiment l’avoir mérité… et après s’être mis à quatre pattes pour l’obtenir !

Source

29 Décembre 2015

Merci de rapporter les restes du fou d’Allah à sa maman

Une maman musulmane résidente au Maroc demande à la France de lui rapatrier le corps de son fils décédé en France. Comportement rationnel et en principe tout le monde est d’accord, du consulat du Maroc aux autorités françaises en passant par les pompes funèbres et les banques … et pourtant rien ne bouge ! Et pour cause, sans aucun respect pour les morts semble-t-il, la préfecture de Paris a apposé des scellés sur le cercueil du fiston. C’est tout simplement navrant pour cette maman chérissant son fils défunt et qui souhaite lui donner une sépulture digne de ce nom avec orientation mesurée au degré près vers la Mecque. Ignoble vous. Sauf que la maman s’appelle Fatima Hadfi, que son fils se prénomme Bilal et que son bambin s’est transformé volontairement en steak haché halal aux abords du stade de France avec l’intention de faire le plus de dégâts possible, entendons par là le plus de mécréants assassinés. Sachez chère madame Fatima qu’il faut du temps pour reconstituer un puzzle étalé sur des dizaines de mètres, qu’il n’y a pas eu de retard à l’allumage et que les autorités font de leur mieux pour restituer l’intégralité de votre chéri. C’est un travail minutieux qui demande du temps, on en est à faire l’inventaire et ce serait maladroit de vous envoyer par la suite les morceaux manquants par Colissimo. Patience donc pour obtenir la fripouille dépouille de votre fils harcelé quand il était à l’école, qui subissait des mauvais regards et qui était exclu de la société …

Vous reprochez aux occidentaux d’avoir considéré votre fils comme un marocain et aux marocains de l’avoir considéré comme un Belge. Le pauvre petit était rejeté de partout, alors pour son suicide il voulait entraîner le plus de kouffar possibles. Mais dans ce cas il fallait accoucher au Maroc tout simplement, vous auriez eu un 100% halal, pas en Belgique, le royaume de l’humour et des moules-frites. Et il faudra expliquer comment il avait la nationalité française et marocaine alors que né en Belgique ! Mais ceci est un autre débat, votre descendance aurait pu avoir sa déchéance. Passons, ce point est polémiste.

En fait, je pense que vous êtes déçue, déçue parce que l’objectif n’a pas été atteint. Non, le cher fiston n’occupe pas la première place sur le podium. Dans le grand concours de Mister France Pan-pan-Boom-boom il a été recalé à l’étape finale et c’est Sami Amimour qui prend la place de martyr. Ecoutons la réaction à chaud de son épouse :  « j’ai encouragé mon mari à partir pour terroriser le peuple français qui a tant de sang sur les mains » … « Je suis tellement fière de mon mari et de vanter son mérite, ah là là, je suis si heureuse… » … « tant que vous continuerez à offenser l’islam et les musulmans vous serez des cibles potentielles, et pas seulement les flics et les juifs mais tout le monde. » … « J’ai un appart tout meublé avec cuisine équipée, deux salles de bains toilettes, et trois chambres, et je paye pas de loyer, ni l’électricité et l’eau. La belle vie quoi !!! »

Bah oui Madame Fatima Hadfi, c’est difficile d’admettre que toute une éducation dès la naissance ne conduit pas au succès annoncé par le prophète. Hélas, pas de chance, il ne pourra pas se représenter l’année prochaine mais promis on vous enverra ses miettes sous blister.

Philippe Legrand

28 Décembre 2015

104 églises profanées en 4 mois : aucun twitt de Valls-Estrosi-Cambadelis !

Alors que les Corses viennent d’administrer une leçon de patriotisme à la France entière, aux citoyens timorés du continent, mais surtout aux poltrons qui sont censés nous gouverner, l’excité qui nous sert de premier ministre a raté une magnifique occasion de « prendre la main » en approuvant avec fermeté la réaction des Ajacciens suite à l’agression des pompiers et policiers, quitte à condamner le saccage de la salle de prières, pourtant bien compréhensible, qui a suivi. Notamment lorsqu’on apprend qu’en fait, ce sont des racailles musulmanes qui ont mis le feu aux poudres, en criant « Sales Corses, cassez-vous ! »

En lieu et place, ce blanc bec se prenant pour un aigle, ne moufte pas dans un premier temps lors du guet-apens contre les pompiers mais se fend immédiatement d’un message dès qu’il apprend l’horreur perpétrée contre une mosquée… Sacrilège ! Message qui fait honte à la fonction qu’il occupe si mal puisqu’il y mêle les deux actions dans un même degré de gravité dans l’offense à la République.

Cette République dont il nous gave en la mettant à toutes les sauces, hélas seulement en mots, parce qu’en actions véritables on peut toujours se brosser, puisque son principal souci est toujours la priorité au bien-être de la communauté musulmane, comme il se fout comme de son premier voyage en Falcon de la sécurité des citoyens athées ou d’autres confessions !

Il n’est d’ailleurs pas le seul à manifester une telle différence d’indignation, puisque bien évidemment le répugnant Estrosi, intronisé grand sachem de PACA grâce aux voix de ses pseudo-adversaires PS, et l’inénarrable Cambadélis que l’on ne présente plus, se sont tous deux fendus d’un tweet où ils s’offusquent et dénoncent (fermement) l’attaque contre la salle de prières … sans un mot pour les pompiers et les policiers …

J’espère que parmi les naïfs qui ont cru aux simagrées d’Estrosi en votant pour lui dernièrement, il en est qui ont encore suffisamment de fibre patriotique, même sacrément endormie, pour se scandaliser de ce manquement au premier devoir de ceux qui prônent un poste d’élu, à savoir la protection des citoyens dont ils ont la charge !

Il est également curieux de constater le silence assourdissant des médias en début d’année, lors du saccage de 104 églises en 4 mois … pour lesquels Valls et son âme damnée Cazeneuve auraient dû avoir carrément une attaque proportionnelle à leur courroux d’aujourd’hui à propos de la salle de prières, laquelle paraît-il serait peut-être clandestine …

http://www.bvoltaire.fr/florisdebonneville/104-eglises-profanees-4-mois-nos-gouvernants-parlent-dislamophobie,175929

http://lagauchematuer.fr/2015/05/14/104-eglises-profanees-en-4-mois-silence-des-medias-et-du-gouvernement/

Comment peut-on se prétendre représentant des citoyens et afficher une si grande arrogance en minimisant à ce point ce qui touche une majorité de citoyens, pour au contraire toujours crier au scandale dès qu’on effleure les intérêts d’une communauté encore minoritaire…  mais pour combien de temps ?

Il ne se passe pas une semaine, pour ne pas dire un jour, sans que l’un ou l’autre de ceux qui sont censés nous protéger violent à tours de bras les lois de la République, tout en dénonçant ceux prétendus perpétrés par le F.N. ! Mais quand donc certains Français vont-ils enfin se décider à ouvrir vraiment les yeux et les oreilles et utiliser leur cerveau pour penser par eux-mêmes et ne plus avaler la bouillie des médias aux ordres ?

Il est grand temps que le Peuple de France dans sa grande majorité prenne exemple sur les Corses qui ont admirablement réagi en signifiant aux racailles qu’il y a des limites à ne pas franchir. Les voyous violents ne connaissent que le langage de la violence … pourquoi s’étonner alors quand des agressés répondent en employant le même langage ?

Une petite recommandation à ceux qui n’ont pas encore terminé leurs achats de cadeaux pour leurs proches … surtout si parmi ceux-ci figurent certains des pleutres qui nous « gouvernent » :

Bon, je vais me mettre illico à l’étude de la langue Corse, au cas où l’air deviendrait encore plus irrespirable sur le continent en 2016.

Josiane Filio

Comme je la comprends ! P. NIVAGGIOLI

23 Décembre 2015

Près de 120.000 personnes ont une fausse identité en France

Selon l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), près de 120 000 suspects «mis en cause dans une affaire pénale» en 2014 ont déclaré «au moins deux identités». En cinq ans, les fausses identités ont progressé de 21%.

Depuis les attentats du 13 novembre, la fragilité du système de reconnaissance des identités a éclaté au grand jour. Interpol estime que 450.000 faux passeports circulent désormais en Europe.

Contrefaçon ou falsification de documents, vols de passeports et de cartes d’identité vierges… le dernier rapport de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) révèle le nombre de suspects d’actes de délinquance, près de 120.000, agissant sous une fausse identité en 2014. Selon Christophe Naudin, expert en criminalité identitaire, le chiffre réel est probablement bien supérieur, «sans doute 200 000 fraudes à l’état civil, si l’on croise [les chiffres du ministère de l’Intérieur] avec les données des acteurs privés, comme les organismes sociaux ou les banques».

Ce phénomène n’a cessé de prendre de l’ampleur (plus de 20% en cinq ans) et pourrait encore progresser en 2015 avec l’explosion des flux migratoires et leur cortège de fraudes orchestrées par les passeurs.

22 Décembre 2015

Manuel Valls, un ministre endetté sans réel patrimoine" titraient nos confrères du Figaro en juin dernier, lors de la publication de la déclaration de patrimoine de Manuel Valls à son arrivée à Matignon. Selon ce document (absent au moment ou nous avions publié cet article, voir plus bas), le Premier ministre ne revendiquait que 93 000 euros d'actifs, le plaçant dans le "peloton de queue" sur le plan patrimonial du gouvernement Valls I.

Avec la nomination du nouveau gouvernement (Valls II) et même si la plupart des ministres sont restés à leur poste, toutes les déclarations de patrimoine ont été retirées du site de la Haute Autorité pour la Transparence de la vie publique, et seront republiées prochainement (http://www.hatvp.fr/pages_nominatives/valls-manuel.html) . Ce qui ne signifie pas pour autant, normalement, que les "anciennes" déclarations, vieilles de quelques mois à peine, étaient fausses. En revanche, à en croire Charlie Hebdo paru jeudi 9 octobre, certaines étaient habilement (et parfaitement légalement) rédigées ! Ainsi, sur celle de Manuel Valls, outre les 93 000 euros d'actifs déclarés (déduction faite de ses dettes, des emprunts), le Premier ministre déclarait posséder un appartement de 88 m2 à Evry, et un autre de 44 m2 à Paris. C'est dans cet appartement parisien du XIe arrondissement (Bastille) que Manuel Valls vit avec son épouse, la violoniste Anne Gravoin. Un premier ministre dans un F2, cela laisse songeur...

Il y avait évidemment un truc, que Charlie Hebdo a révélé dans son édition papier du 1er octobre puis mis en ligne sur son site Internet un peu plus tard : Marié sous le régime de la séparation de biens, Manuel Valls ne possède qu'une seule part de la SCI Homère qui détient l'appartement du XIe arrondissement. Les 99 autres parts (sur 100) sont détenues par son épouse. Mais surtout, la SCI Homère ne détient pas un simple studio de 44 m2, mais 16 lots de copropriété, pour un total de 210 à 250m2, le tout étant valorisé entre 1,6 et 2 millions d'euros !

PUBLICITÉ

On se pince à lire le descriptif des lots sur le plan de cadastre. Outre les 4 chambres, ce qui est tout à fait normal sur cette surface, il y aurait également 5 salles d'eau ou salles de bains (soit une par chambre, ce qui est déja assez luxueux) mais aussi.... 7 pièces de sejour, ainsi que 5... cuisines et 2 terrasses ! On imagine aisément que certaines pièces décrites comme "cuisine" dans le cadastre aient pu depuis changer d'affectation. Charlie Hebdo se souvient que Le Point avait qualifié le logement de "bohème". Il n'empêche, le F2 se transforme tout d'un coup en un somptueux appartement (duplex ?) de 11 pièces, 15 si l'on considère qu'une seule cuisine suffit au couple Valls, et que les 4 autres ont été transformées en bureau, salon télé, dressing ou encore buanderie... "On en connaît d'autres qui adoreraient vivre dans une telle bohème" dixit Charlie Hebdo.

La part de Manuel Valls dans la SCI montée avec son épouse ne vaut donc en effet que quelques milliers d'euros, en fonction du montant de l'emprunt probablement contacté par la société civile pour acheter les 16 lots de copropriété. La déclaration de patrimoine de Manuel Valls raconte donc l'histoire d'un homme politique "sans réel patrimoine" comme le disait le Figaro, ce qui est comptablement exact. En revanche, même sous le régime de la séparation de biens, les époux sont solidaires pour un certain nombres de choses, à commencer pour les impôts qui taxent les revenus et les biens du couple, quel que soit le contrat de mariage auquel ils ont souscrit.

Alors, Manuel Valls et Anne Gravoin devraient il payer l'ISF ? A priori, non, s'ils ne possédent absolument rien d'autre (de valeur), ou encore, s'ils sont (lourdement) endettés par ailleurs. L'appartement logé dans la SCI est certes valorisé autour de 1,25 million d'euros (abattement de 30% sur la résidence principale déduit), soit juste sous la limite des 1,3 million, déclenchant l'ISF. Mais la SCI s'est certainement endettée en 2010 pour en faire l'acquisition : Cette dette vient en déduction de l'actif taxable, ce qui "laisse de la place" dans le patrimoine des époux Valls pour posséder d'autres biens. Justement, Manuel Valls a déclaré un appartement de 88 m2 à Evry, dont on ne connaît pas la valeur, mais cela représente tout de même quelques centaines de milliers d'euros, puisque situé en banlieue parisienne (Sud). En fait, pour que les époux Valls ne soient pas soumis à l'ISF en 2015, il faut que leurs dettes (dans la SCI ou ailleurs) soient équivalentes au montant de leurs autres actifs, en dehors de l'appartement du XIe. S'ils possédent pour 600 000 euros d'autres biens immobiliers, , la SCI (ou eux-mêmes directement) doivent être endettés à hauteur du même montant, pour ne pas dépasser le seuil ISF des 1,3 million d'euros.

Au final, la déclaration de patrimoine transmise par Manuel Valls lors de son arrivée à Matignon (et avant, quand il était ministre de l'Intérieur) était manifestement réguliére, mais en revanche, tout sauf sincère ou loyale. Cacher 99 % des parts d'une SCI détenant un actif de près de 2 millions d'euros, en les mettant au nom de sa femme, pour ne pas avoir à en déclarer le montant ou l'existence en tant qu'homme politique est certes permis par la loi. les juges aux affaires familliales connaissent cependant la chanson : lors de la dissolution d'un mariage, on recherche toujours l'origine des fonds ayant servi à l'acquisition des biens detenus en indivision. Anne Gravoin, violoniste, payerait avec ses cachets 99 % des mensualités de l'emprunt de la SCI, et aurait apporté 99 % de l'apport initial? Peut-être... ou peut-être pas. Tout laisse cependant penser qu'il s'agit d'une manoeuvre destinée à "blanchir" Manuel Valls d'une etiquette de bourgeois nanti. C'est sûr qu'il est plus difficile de demander aux français de se serrer la ceinture quand on est millionnaire, voire multimillionaire, que lorsque l'on déclare un "patrimoine" de 93 000 euros à 52 ans !

Le patrimoine de François Hollande aussi a été ausculté (pour ce qui en est connu) afin d'estimer s'il aurait du s'acquitter de l'ISF, tant avec Ségolène Royal que Valérie Trierweiler. Plus récemment, c'est Emmanuel Macron dont on s'est demandé pourquoi les 2 millions d'euros (bruts) touchés chez Rotschild ne l'avaient pas soumis à l'ISF les années suivantes... Mais l'intéresssé a expliqué avoir fait d'énormes travaux de rénovation dans sa maison du Touquet. Oubliant cependant au passage que ces travaux, sauf si la maison menaçait de s'effondrer et qu'il s'agissait de la sauver, ont fort logiquement créé de la valeur, et augmenté celle de la maison aux yeux du fisc... Sauf à admettre que ces deux millions d'euros ont été investis dans la maison à fonds perdus.

Frederic Legrand / Shutterstock.com

18 Décembre 2015

Calais : des centaines de migrants tentent d'entrer dans le tunnel sous la Manche ​

Ce jeudi, une vague de migrants a tenté d'envahir l'entrée du tunnel sous la Manche, l'autoroute a été coupée dans les deux sens et près de 400 grenades lacrymogènes ont dû être tirées par les CRS. Les heurts entre clandestins et forces de l'ordre se multiplient.

«Depuis le début de l'après-midi, nous tentons de contenir les vagues de migrants qui se succèdent mais la situation devient de plus en plus compliquée», indique Rodolphe Guilhem, CRS de la compagnie 57 envoyée de Carcassonne à Calais pour sécuriser les lieux. Par centaines, les migrants ont tenté depuis 14 heures de s'introduire dans le tunnel sous la manche ou dans les camions aux abords de Calais. L'autoroute a été bloquée plusieurs heures et sur plusieurs kilomètres pour que les policiers et gendarmes mobiles puissent empêcher les migrants de traverser illégalement la Manche.

Certains échangeurs ont également dû être fermés et le trafic était particulièrement compliqué sur l'A16, au niveau de la sortie 42 et aux abords du tunnel sous la Manche. Les tentatives des clandestins pour se rendre en Angleterre sont plus fréquentes en milieu de semaine lorsque le trafic des camions est plus dense, expliquent les policiers. D'autant que les migrants tentent désormais de passer en pleine journée alors qu'ils attendaient la tombée du jour auparavant.

«Notre rôle consiste à refouler les migrants qui tentent de se rendre en Angleterre pour éviter les accidents et aussi les empêcher de se rendre illégalement en Angleterre», explique Rodolphe Guilhem. «Cet après-midi, nous avons été face à plus de 400 migrants par moment. Ces derniers sont de plus en plus organisés: ils surgissent pas dizaines sur des distances de plus en plus étendues pour que nous dispersions nos forces. Ils n'hésitent plus à venir à notre contact. Nous avons reçu des projectiles. Sur les dernières 24 heures, nous avons utilisé plus de 400 grenades lacrymogènes pour les repousser», témoigne Rodolphe Guilhem.

«Des collègues se sont faits braquer à l'arme blanche, nous avons saisi une hache. Nous nous faisons caillasser»

Ils ont en outre démonté certains grillages sur les autoroutes et des grilles métalliques à l'abord du tunnel, selon des témoins. Par ailleurs, certains d'entre eux ont coupé au cutter des bâches et sont montés sur les toits de poids lourds, a constaté un photographe de l'AFP. Selon ce dernier, plusieurs migrants ont réussi à s'introduire sur le site du tunnel, d'une superficie de 650 hectares.

«Ça fait deux jours que les tensions sont particulièrement exacerbées autour de Calais et à proximité du tunnel sous la Manche», ajoute David Michaux, délégué national CRS Unsa Police également présent à Calais au moment des faits. «La situation est de plus en plus critique. Plus les jours passent et plus les vagues de clandestins sont importantes et difficiles à contenir», indique les policiers. «Des collègues se sont faits braquer à l'arme blanche, nous avons saisi une hache. Nous nous faisons caillasser», indique Rodolphe Guilhem.

Pourtant, les CRS ont augmenté leur présence sur place. Aujourd'hui, 10 compagnies et demie sont présentes à Calais, soit environ 1000 hommes et sept escadrons de gendarmes sont également sur place pour sécuriser les lieux.

Un dispositif mis en place pour surveiller la «jungle» de Calais où se regroupe environ 6000 clandestins, venant principalement d'Afrique de l'Est, du Moyen-Orient et d'Afghanistan. Par ailleurs, près de 3500 migrants vivent également dans des conditions très précaires, sur le camp de Grande-Synthe, situé à proximité de la «jungle» à une heure à pied du centre-ville. Depuis début juin, au moins dix-huit personnes ont perdu la vie en tentant de rallier l'Angleterre, qu'ils considèrent souvent comme un eldorado.

17 Décembre 2015

Une école de commerce parisienne abritait près de 1000 clandestins chinois

Selon le Figaro, une perquisition menée le 7 décembre par des policiers de l'Office central pour la répression de l'immigration et de l'emploi des sans papier sans titre (Ocriest) a dévoilé les pratiques peu orthodoxe d'une école de commerce.

La perquisition déclenchée à 6 heures du matin a permis la saisie d'un important lot de documents et de chèques sans ordre dont la valeur est estimée à 180 000 euros en plus des 80 000 euros en espèces retrouvés sur place. Si ces montants demeurent colossaux, il semblerait que cela ne représente qu'une très mince partie des gigantesques bénéfices engendrés par un système bien rodé.

Et pour cause, toute une équipe basée en France et en Chine était mobilisée pour permettre la constitution de fausses inscriptions et permettre ainsi la venue, de jeunes chinois, essentiellement des garçons, désirant s'installer en France. Selon les premières révélations, 500 à 1000 personnes auraient bénéficié de ce procédé. «M. Feng» et «Mme Chang» aidés par la comptable de l'école étaient chargés du recrutement des candidats dénichés par des «rabatteurs» basés dans la région parisienne et en Chine.

Ce système mafieux avait à sa tête le directeur de l'établissement, Bruno C. âgé de 56 ans qui pouvait compter sur le directeur pédagogique et un certain nommé «M. Baffes» missionnés pour faire en sorte d'effacer tout soupçons de fraude.

Bulletins de note, certificats de scolarité et diplômes officiels étaient délivrés par la suite aux pseudos étudiants fraîchement arrivés pour leur permettre de bénéficier de titres de séjour après le paiement des soit disant frais d'inscription qui variaient entre 2800 et 4200 euros.

Après avoir mené des investigations plus poussées, les policiers ont découvert que l'école utilisait des chèques émis sans ordre par les étudiants fantômes pour blanchir l'argent en espèce provenant notamment de réseaux mafieux de l'est parisien.

Entre février 2014 et août 2015, les policiers ont mise à jours des mouvements financiers estimés à 6 millions d'euros. Une partie de ces recettes était réinvestie et donc blanchie dans un restaurant ardéchois appartenant à l'ex-femme du directeur de l'école. Ce dernier risque par ailleurs une peine de 7 ans de prison.

Face à l'ampleur d'un phénomène longtemps semble-t-il sous-estimé, le Rectorat de Paris a décidé de dédié un numéro d'appel pour les étrangers. Quant aux écoles non-agrées par l'Etat, elles seront d'avantage contrôlées.  Source

16 Décembre 2015

Les tribunaux confrontés à l’islamisme «ordinaire»

Apologies du terrorisme, violences, outrages aux forces de l’ordre… Les attentats de janvier et de novembre ont déclenché une vague de délinquance relevant de la justice du quotidien et révélant les fractures de la société française.

Ed6rggp

Un bilan confidentiel du ministère de la Justice, auquel a eu accès Le Figaro, établit que, depuis l’attentat contre Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015, plus d’un millier d’affaires et 650 gardes à vue ont été traitées par la justice concernant des faits «périphériques» (apologies du terrorisme, outrages aux forces de l’ordre…), distincts des enquêtes sur les terroristes proprement dits, mais étant quand même «liés» à la séquence des attentats de janvier et de novembre. Riche en tableaux, graphiques, encadrés, ce document décrit tout ce qui a pu remonter des tribunaux sur l’ensemble du territoire.

(…) Le Figaro

11 Décembre 2015

Cv5cgxfwuay2nss

Est- ce lui ? Nous n'arrivons pas à le croire, c'est le seul Dr Lecoquièrre inscrit au tableau du Conseil de l'Ordre des médecins.

LECOQUIERRE THIERRY

Département d'inscription:76
Identifiant RPPS: 10001905453 (En activité)
Discipline exercée: SPECIALISTE EN MEDECINE GENERALE
 

Wtjyvn8 1

06 Décembre 2015

La Valentine (Marseille) : le terrain d’une entreprise occupé par des gens du voyage depuis 3 mois

Un groupe marseillais spécialisé dans les produits phytosanitaires et les engrais partage son parking avec des caravanes des gens du voyage depuis début septembre.

C’est une situation ubuesque que vit la trentaine de salariés du site SBM, au 160, route de la Valentine (11e). Ce groupe marseillais spécialisé dans les produits phytosanitaires et les engrais, partage depuis début septembre son parking et les abords de ses bureaux avec une vingtaine de caravanes des gens du voyage. « Ça s’est produit un week-end, se souvient Alexandre Simmler, directeur général. Ils ont cassé le portail principal et se sont installés tout autour de notre bâtiment. Nous nous sommes sentis assiégés. » Coutumière des faits (1), la direction entame alors toutes les actions juridiques nécessaires et obtient un jugement en sa faveur le 21 octobre. « Le jugement a été rendu de manière plutôt accélérée car des enfants de cette communauté, après avoir ouvert un bâtiment, jouaient avec des produits encore en test. Nous avons bien sûr alerté leurs parents du danger qu’ils couraient. »

Venu les 4 et 6 novembre pour délivrer aux gens du voyage le commandement de quitter les lieux rapidement, l’huissier de justice sollicite finalement, le 9 novembre, le concours de la force publique auprès du préfet. Mais on lui répond qu’une enquête de police est nécessaire pour s’assurer qu’il n’y aura pas de troubles à l’ordre public lors de l’évacuation. En période de réserve, la préfecture n’a pas souhaité s’exprimer.

Depuis, silence radio. Au grand dam des salariés de cette entreprise. Installée au rez-de-chaussée du bâtiment, Audrey Darthuy, directrice en R&D, témoigne de « l’impossibilité d’ouvrir les fenêtres en raison des jeux de ballons contre les vitres et de la musique à fond », des « excréments qui jonchent les abords de l’entreprise », du « sentiment d’insécurité ambiant avec la consigne de fermer la porte d’entrée derrière soi… » Des conditions de travail compliquées, mais aussi des conséquences à plus long terme sur les contrats du groupe. [...] C'est le bien vivre ensemble

Source

05 Décembre 2015

La Turquie fournit-elle des soins médicaux gratuits aux djihadistes syriens ?

https://francais.rt.com/international/11549-turquie-fournit-soins-medicaux-djihadistes

Des informations relayées par les médias turcs laissent entendre que certains hôpitaux turcs admettent des combattants djihadistes blessés sur les champs de bataille syriens. RT a parlé au journaliste qui a visité ces établissements.

«Le gérant et les administrateurs de l’hôpital ont indiqué que leurs patients étaient tous des combattants djihadistes et qu’ils n’avaient aucune autre profession», a raconté dans une interview à RT Dogu Eroglu, un des correspondants turcs qui a révélé cette histoire au monde. Cet homme a visité un hôpital public à Gaziantep, où il a appris que la nourriture et les médicaments étaient fournis par la ville de Gaziantep.

«Tout cela a été autorisé sous la table, cela est certain. Cet hôpital a fourni des services aux combattants du Front islamique», est convaincu Dogu Eroglu. Plusieurs médias turcs ont de fait relayé ces informations, qui concernent les structures médicales de plusieurs villes frontalières de la Turquie.

Ce sont donc principalement les provinces frontalières avec la Syrie qui sont concernées, notamment celle de Hatay, qui aurait accueilli, aux côtés des combattants du Front islamique, ceux de Daesh.

«Hatay compte plus de 50 hôpitaux, et les djihadistes y sont soignés depuis cinq ans», a confirmé à RT Mehmet Ali Ediboglu, un député turc qui a également visité ces centres médicaux. «Ce ne sont pas des civils. Il y a deux ou trois mois, des combattants qui avaient toujours des bombes sur eux ont été ramenés à l’hôpital», a-t-il expliqué.

source

28 Novembre 2015

Près de 800 armes à destination de la Belgique saisies par la police italienne

La police italienne a annoncé ce jeudi la mise sous séquestre de 781 fusils à pompe de type Winchester SXP fabriqués en Turquie, qui se trouvaient à bord d'un camion à destination de la Belgique.

"Etant donné la nature particulière du chargement, son origine et sa destination, un examen approfondi des documents de transport a été effectué", a expliqué la police italienne dans un communiqué. Le chargement était bien déclaré et aucune irrégularité douanière n'a été relevée, mais il manquait l'autorisation nécessaire délivrée par la sûreté publique, indispensable pour transporter des armes de gros calibre en Italie, même en cas de simple transit.

Selon le quotidien italien La Stampa, les fusils disposés dans des boîtes en carton, se trouvaient à bord d'un poids-lourd immatriculé aux Pays-Bas et conduit par un citoyen turc, arrivé lundi dans le port de Trieste (nord-est). Un examen au scanner du véhicule n'a pas révélé de caches pouvant contenir d'autres armes, celles-ci non déclarées. "Etant donné les récents épisodes de terrorisme et la gravité de la situation sur la scène internationale, la police a sensiblement élevé le niveau d'attention dans les contrôles frontaliers, aux ports et aéroports", assure le communiqué.

Les fusils "Winchester SXP" sont généralement vendus dans les armureries pour le tir récréatif et la défense. Source

26 Novembre 2015

J’APPELLE AU BOYCOTT DE L’HOMMAGE NATIONAL RENDU AUX VICTIMES ET VOUS INVITE A PARTAGER MON STATUT, "nous le partageons"

Votre main tendue, votre hommage, nous n’en voulons pas et vous portons comme partie responsables de ce qui arrive ! C’est plus tôt qu’il fallait agir. Les attentats du mois de janvier auraient dû suffire, termine, implacable, Emmanuelle Prévost.

Comment ne pas la comprendre ? Lorsqu’un lotissement est inondé, on ne poursuit pas seulement l’entrepreneur véreux qui a bâti, mais aussi l’élu local qui, avec une légèreté criminelle, a laissé faire. Lorsqu’un patient meurt sur la table d’opération d’un chirurgien alcoolique notoire, ce n’est pas seulement celui qui tenait le scalpel qui est mis en cause, mais la hiérarchie de l’hôpital qui, bien qu’au courant, n’a pas viré – par insouciance, copinage, démagogie, désorganisation ? – le toubib. Et quelle famille supporterait de voir le maire, le chef de service la serrer avec emportement contre son cœur et plastronner, avec une mine de circonstance, le jour de l’enterrement ?

Alors au-delà des terroristes, qui est responsable ?

Sa déclaration, qui a fait un gigantesque buzz sur Facebook, est reprise désormais par la presse. Déjà, dans Var-Matin, le père d’une autre victime – Aurélie de Peretti – lui emboîte le pas. Jean-Marie de Peretti a fait savoir qu’il ne se rendrait pas à l’hommage auquel il a été convié et dit pourquoi : « L’espace Schengen est devenu une passoire. » « [Il] a laissé passer toutes ces personnes pourtant signalées par le fameux fichier S. »

Le père de Nathalie Jardin, qui a perdu la vie lors de la sordide fusillade du Bataclan, a ouvertement soutenu la proposition lancée plus tôt par la sœur de François-Xavier Prévost, décédé dans les mêmes circonstances. Et pour cause, Patrick Jardin estime que les politiques ont «du sang sur les mains» et éprouve «autant de haine pour eux que pour ceux qui ont tiré sur ma fille», comme il l’explique au journal La Voix du Nord.

Si l’homme dit être «complètement d’accord» avec les positions de la famille Prévost, il indique qu’il se rendra tout de même à la cérémonie organisée par l’Etat français parce que son «fils tient à s’y rendre», mais précise qu’il compte bien y interpeller François Hollande.

François Hollande demande aux Français, vendredi, de pavoiser leurs fenêtres. Ces familles endeuillées ne peuvent supporter l’idée que ce soit lui qui pavoise, sans rendre de comptes à personne.

25 Novembre 2015

1259336623 b977156184z 1 20151124163908 000 gm95m21sr 1 0

Bravo à cette jeune fille

La sœur de François-Xavier Prévost, Lambersartois tué dans la fusillade au Bataclan, a lancé sur sa page Facebook un appel au boycott de l’hommage national qui sera rendu aux victimes des attentats, vendredi 27 novembre.

 Repéré par France 3, l’appel a été déjà partagé près de 3 000 fois. Emma Prévost s’y fait la porte-parole de sa famille : « Nous refusons cette main tendue par les représentants politiques de la France… »

La sœur de François-Xavier Prévost, Lambersartois âgé de 29 ans tué dans la salle du Bataclan alors qu’il assistait avec deux amis au concert des Eagles of Death Metal, explique son appel par plusieurs raisons :

« Parce qu’en France, les attentats perpétrés du 7 au 9 janvier de cette année ont fait 17 victimes, que depuis, rien n’a été fait (…).

Parce qu’en France, il est possible d’être en lien avec un réseau terroriste, de voyager en Syrie, et de revenir, librement (…).

Parce qu’en France, des personnes fichées S (pour « atteinte à la sûreté de l’État » ou visées terroristes) circulent librement (…).

Parce qu’en France, 89 mosquées sont recensées comme étant radicales, c’est-à-dire qu’elles appellent ou profèrent la haine. Qu’il a fallu attendre les événements tragiques du 13 novembre pour que se pose enfin la question de leur dissolution.

Parce qu’en France, un homme ayant perpétré un homicide en 2006, condamné en 2008, est libre en 2013. Parce que ce même homme n’a pas peur de dire à la France entière après avoir hébergé plusieurs jours des terroristes « On m’a demandé de rendre service, j’ai rendu service ». Ben oui…

Parce que les représentants de l’État français ont décidé de mener des raids aériens contre l’État Islamiste en Irak puis en Syrie sans se soucier de préserver, avant d’agir, la sécurité de leurs concitoyens. »

« C’est plus tôt qu’il fallait agir »

Emma Prévost conclut en s’adressant directement au président de la République ainsi qu’aux « politiciens » : « Votre main tendue, votre hommage, nous n’en voulons pas et vous portons comme partie responsable de ce qui nous arrive ! C’est plus tôt qu’il fallait agir. Les attentats du mois de janvier auraient dû suffire ! »

22 Novembre 2015

Un détenu fiché comme islamiste radical n'est pas rentré de permission

L'homme, qui s'est radicalisé en prison, a confié à ses codétenus qu'"on entendra bientôt parler de [lui]". Il est recherché depuis une semaine.

Un individu condamné pour braquage en 2013 et placé en détention à la prison de Meaux-Chauconin (Seine-et-Marne) n'a pas regagné sa cellule après une permission dimanche dernier. Il est toujours recherché. Ce jeune homme d'une trentaine d'années s'est, selon son entourage, radicalisé religieusement en prison. Selon nos informations, il a confié à ses codétenus qu'« on entendra bientôt parler de [lui] ». Aucun fonctionnaire du cabinet de la ministre de la Justice Christiane Taubira n'a répondu aux appels du Point depuis vendredi. « Certes, il s'est radicalisé, mais la situation est sous contrôle », prétend une source policière.

C'est également à la prison de Meaux-Chauconin qu'un certain Jérémy Bailly est en détention provisoire. Considéré comme la tête pensante du groupe terroriste de Torcy-Cannes, l'homme a été mis en examen après une tentative d'attentat contre un magasin casher de Sarcelles. Ce réseau était composé d'une trentaine de personnes, une majorité d'entre elles est écrouée. Le danger, pour des délinquants de droit commun, de se radicaliser en prison, est donc plus que jamais d'actualité.

AZIZ ZEMOURI source

20 Novembre 2015

Interpellé pour apologie du terrorisme,il "monte" sur un cambriolage dans l'Yssingelais

Interpellé pour apologie du terrorisme,il &quot;monte&quot; sur un cambriolage dans l'Yssingelais

Dans la nuit de lundi à mardi, les gendarmes interpellaient à Saint-Didier-en-Velay, un homme de 31 ans, suspecté d'être l'auteur du cambriolage perpétré quelques minutes plus tôt dans le salon de coiffure de la Grand-place, Amanda, au cœur de la cité désidérienne. Poursuivie par les forces de l'ordre, sa voiture finissait au fossé, sur la RD 500, la route de la Séauve-sur-Semène.

Le cambrioleur présumé était légèrement blessé, par conséquent pris en charge par les pompiers, hospitalisé dans la nuit à Firminy, avant d'être placé en garde à vue. On apprenait qu'il n'était pas seul dans le véhicule ayant servi au cambriolage : deux autres individus se trouvaient à ses côtés. Ces derniers parvenaient à fausser compagnie aux gendarmes. Ils n'auraient toujours pas été à cette heure arrêtés.
Au cours de sa garde à vue, l'homme était peu disert. S'il reconnaissait le vol de Saint-Didier-en-Velay, il n'aurait pas lâché le nom de ses comparses.
Interpellé deux jours plus tôt à Lyon
Lui en revanche est connu de la justice. Son profil est plutôt inquiétant. Natif de Saint-Etienne, il demeure dans un foyer de la région lyonnaise. Samedi, alors que le pays se réveillait sous le choc des attentats de Paris, il était interpellé à Lyon pour apologie du terrorisme. Le parquet lyonnais n'avait pourtant pas jugé bon d'engager des poursuites. Le Stéphanois faisait l'objet d'un simple rappel à la loi. Son casier judiciaire comporte plusieurs mentions, essentiellement des vols, vols aggravés. Plus préoccupant en revanche : le trentenaire d'origine maghrébine a fait l'objet d'une fiche "S". Toujours est-il qu'il n'a pas hésité deux jours après avoir été inquiété à Lyon à "monter" sur un minable cambriolage en Haute-Loire qui ne devait lui rapporter qu'un maigre butin, un fond de caisse et quelques objets dérobés dans la boutique. L'équipe envisageait-elle de commettre d'autres cambriolages ce soir-là ? Ce n'est pas impossible.
Présenté mardi en fin de journée au parquet, puis devant le juge des libertés et de la détention, l'homme sera jugé selon le procédure de comparution immédiate jeudi à 14 h 30, au palais de justice du Puy. Dans l'attente de son jugement, il a été placé en détention provisoire au cours de la soirée.
Quand au véhicule accidenté, ayant servi au casse, une Renault Clio, il a été récupéré par les gendarmes à des fins d'analyses de police scientifique et technique.

source L'Eveil.fr

19 Novembre 2015

VAINCRE LE TERRORISME 

« L’expérience des dernières générations me convainc pleinement que, seule l’inflexibilité de l’esprit humain, fermement dressé sur le front mouvant des violences qui le menacent, et prêt au sacrifice et à la mort en proclamant : « Pas un pas de plus ! » Seule, cette inflexibilité de l’esprit assure la véritable défense de la paix de l’individu, la paix de tous et de toute l’humanité. » (AlexandreSoljenitsyne)

Qu’ils soient intégristes, fanatiques religieux ou anarchistes, les terroristes prêchent le viol de la société, et, par conséquent, ils ne sauraient être traités comme des adversaires réguliers. Car « vouloir donner aux choses le sens de ses désirs est la pire forme de dérèglements de l’esprit ». Ainsi s’est exprimé Bossuet dans une de ses prédictions au souffle lyrique de ses visions grandioses.

Le caractère d’extrême gravité que revêt le terrorisme international a fait de la France l’une de ses plaques tournantes et nous met dans l’obligation de réagir avec fermeté contre tous ceux qui tentent de faire de notre pays un « champ de tir » du terrorisme, son refuge ou son « laboratoire d’expériences » révolutionnaires… d’autant plus que ces actions terroristes impliquent nécessairement une chaine de connivence et d’appui logistique sur notre sol et une préparation minutieuse…

Cependant, notre juridiction actuelle est mal adaptée à l’action répressive que la société doit exercer contre les criminels qui mettent en cause sa légitimité. Devant pareil danger, la réaction doit non seulement s’adapter à l’adversaire en retournant contre les terroristes le conseil de Lénine : « Ne laissez jamais se constituer de Vendées », mais conduire aussi à une prise de conscience populaire. A la stratégie de déstabilisation des terroristes, la Nation doit répondre par une « stratégie de répulsion ». Cette stratégie implique en premier lieu le contrôle étroit des communautés étrangères dans le pays, afin de prévenir le prolongement sur notre territoire de luttes extérieures, partant : se protéger d’un terrorisme par « vases communicants » ou par osmose.

La mise en œuvre du plan « Sentinelle » qui mobilise actuellement 10 000 hommes sur le territoire national (et cela pour « aussi longtemps que la situation l’exigera (sic) » a précisé le ministre de la Défense -ce qui peut se traduire, comme ce fut déjà le cas pour le planVigipirate, par le maintien définitif du dispositif- ne saurait être la solution idéale car envisager la mobilisation de nos soldats (hébergés de surcroît dans des conditions précaires alors que les « sans papiers » bénéficient de chambres d’hôtels) dans la durée n’est pas la mission des armées. Un soldat est préparé à faire la guerre ; il n’a aucune formation de police et ce n’est pas sa vocation. On ne pourra donc, indéfiniment, le maintenir dans des missions statiques en limitant sa tâche à un rôle de vigile ou de « supplétif des forces de police » sous peine de l’« user », de le démotiver et d’éroder son potentiel de combat.

A la guerre révolutionnaire ou « guerre sainte » prônée par les islamistes, nous devons opposer la guerre populaire totale ou guerre de libération nationale. Face à une menace terroriste, il faut faire le choix majeur qui s’impose et en tirer toutes les conséquences ; agir sans oublier la foi formulée par Engels : « Ne jamais jouer avec l’insurrection armée et, quand on la commence, la mener jusqu’au bout ». La France est aux yeux de l’islam une aire de guerre, « dâr al-harb », et elle se doit de traiter ce dernier de la même manière qu’il la traite.

Nous n’arriverons probablement jamais -en dépit de toute fermeté- à réduire totalement les actions criminelles mais il serait possible d’en limiter le nombre par l’instauration d’une juridiction et de tribunaux d’exception identiques à ceux créés par le régime gaulliste durant la guerre d’Algérie afin d’éradiquer l’OAS… et qui menèrent sans le moindre état d’âme au poteau d’exécution quatre soldats français dont deux officiers.

Puisque cela fut accompli contre des patriotes dont le seul crime fut de vouloir conserver l’Algérie française, pourquoi cette juridiction ne serait-elle pas reconduite contre les ennemis de la France reconnus coupables d’avoir sacrifié des victimes innocentes ? Dès lors, le rétablissement et la mise en application immédiate de la peine de mort seraient prononcés à leur endroit. Qui a tué doit être tué ! L’horreur du mal est le principe même de la justice. Elle doit s’imposer comme une règle impérative, car elle est notre propre raison. « La loi, en général, est la raison humaine –disait Montesquieu- en tant qu’elle gouverne tous les peuples de la terre »

Les demi-mesures, comme c’est le cas actuellement, ne mènent à rien car les vices impunis s’accroissent à l’infini. Mais châtier les coupables, les condamner à mort ou leur infliger une sanction à la hauteur de leurs crimes, ne ferait -dans notre société émolliente, indifférente, conservatrice- que révolter les consciences de la « bien-pensance », des associations « humanistes » et provoquer la colère des islamo-compatibles issus de la gauche bobo-caviar et de la droite capitularde et louvoyante toujours prompts à brandir le carton rouge au nom de leur angélisme républicain.

Dostoïevski écrivait déjà, dans la « légende du Grand Inquisiteur » : « Qui aime trop l’humanité en général est en grande partie incapable d’aimer l’homme en particulier. Qui plaint trop le malfaiteur est fort souvent incapable de plaindre la victime ». Et le drame actuel c’est que nos sociétés vieillottes s’interdisent tout moyen coercitif. Elles ont lentement accumulé pendant une longue procession de siècles, les règles, les précautions et les interdits destinés à protéger l’idée qu’elles se faisaient de la civilisation. Elles ont imaginé couler la sagesse dans des lois… codifier l’indulgence et la mesure, pour défendre l’homme contre lui-même. Préoccupées d’exorciser la violence qui bouillonne toujours confusément dans des instincts mal maîtrisés, elles ont naturellement été conduites à interdire la seule forme de violence sur laquelle elles pouvaient peser : la cruelle mais indispensable gamme des châtiments qui prétendent moins punir le crime, que décourager le criminel.

Négligeant cette suprême mise en garde d’Aristote « Tolérance et apathie sont les dernières vertus d'une société mourante », elles ont inventé un arsenal de répression humain conçu à l’exacte mesure de coupables considérés comme des « égarés » ou des « déséquilibrés ». Or, on ne combat pas des terroristes avec de simples lois. On doit adopter une riposte appropriée afin de les arrêter dans leur élan velléitaire et agressif. « Plus l’Etat est corrompu, plus les lois se multiplient » clamait Tacite, cet historien et sénateur de l’antique Rome.

La France vit sous des menaces de plus en plus récurrentes que l’on ne peut contenir par la seule force de la loi. « Les français vont devoir s’habituer non à la menace des attentats, mais à la réalité des attentats qui vont, à mes yeux, immanquablement survenir. Nous sommes désormais dans l’œil du cyclone, le pire et devant nous » a déclaré dans « Ouest France », le 14 novembre 2015, le juge Marc Trévidic.

En effet, la France est confrontée à l’un des plus graves périls de son histoire et ne doit pas s’embarrasser de préjugés pour prendre les mesures appropriées afin d’assurer sa propre survie. « Celui qui s’incline devant des règles établies par l’ennemi ne vaincra jamais » soutenait Léon Trotski.

Quand la liberté est frêle, en péril, alors on ne transige pas et Saint-Just d’annoncer en ces termes la répression sanglante des mouvements contre-révolutionnaires et royalistes pendant la Révolution : « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté ! ». C’était, certes, La Terreur mais cette célèbre citation revient en pleine actualité.

Aujourd’hui, empêtrée dans ses règles, ses décrets et ses scrupules, voilà la civilisation paralysée par les dogmes qui la fondent et les lois qui la défendent, qui ne peut transgresser sans se renier. Et voici les barbares –forts de cette assurance- qui répandent leur terreur en voulant tout détruire, tout raser pour tout recommencer sur les décombres d’un passé qu’ils haïssent parce qu’ils ne le comprennent pas. Et ils tentent d’imposer leur loi par l’assassinat et la terreur à des sociétés qui ont su dissiper ces cauchemars depuis si longtemps qu’elles n’en imaginent plus l’éventuel retour. Voici qu’enchaînées par les règles qu’elles ont accumulées pour se prémunir contres les excès de leur propre colère, les sociétés stupéfaites s’abandonnent aux coups que leur portent des colères inconnues… Et voici que s’écroule la civilisation parce que les barbares puisent dans son raffinement, ses complications et son indulgence, la seule force qui rend leurs débordements irrésistibles. Ils retrouvent naturellement le plaisir d’égorger sachant combien timide sera la répression. Jamais les passions déchaînées n’ont fait autant de ravages… semé autant de morts… Jamais on n’a assassiné autant d’hommes au nom du bonheur de l’humanité… Jamais le mot de Malaparte n’a été plus juste : « Jamais on n’a couché autant de Christs dans les charniers du monde ».

Et nous, pauvres occidentaux, sommes en passe de perdre cette ultime guerre qui nous est imposée parce qu’irrémédiablement condamnés à capituler… au nom de la défense de la civilisation qui n’est autre qu’un suicide devant un assaut qui en nie l’essentiel.

Soljenitsyne a écrit : « Toute notre vie là-bas nous a appris qu’il existe un seul moyen de résister à la violence : c’est la fermeté ! »

Dans la lutte contre la subversion et le terrorisme, rien n’est plus important que l’application d’une politique de défense préventive ferme et impitoyable à l’égard des adversaires de la Nation. Celui qui sème le vent doit récolter la tempête.

José CASTANO

18 Novembre 2015

Saint Denis (93) : une voisine des terroristes raconte la fusillade (vidéo)

Saint-Denis (93) : Fusillade et assaut du Raid, en rapport avec les attentats. Encore une fois, la rapidité avec laquelle on a repéré ces terroristes prouve que nous avons de bon renseignement. La loi de valls sur les renseignements de janvier était une opération de communication. Il aura fallu plus de 130 morts et 300 blessés pour qu'enfin les politiques laissent la police faire son travail.

Dans quelques semaines, c’est à Marseille, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Lille, Nantes que ce type d’événement va se produire, peut être tous en même temps….Et alors là, elle fera quoi cette génération de français, ces Français trop intéressés par leurs i-phones, leurs blogs, leur Facebook, leurs tweets, leur look, leur inculture … Cette génération fera encore des marches et des pleurs, elle allumera des bougies et déposera des fleurs, organisera des rassemblements et des réunions, et fera de beaux discours sur la tolérance et la religion de l'amour …

Notre pays va tomber aux mains de ces terribles islamistes si personne ne dit à cette génération que la fraternité entre les peuples n’existe pas, même entre Français, elle n’arrive pas à exister ! Il n'y a qu'à constater, tous les jours, la haine que certains portent à l'encontre du FN et de ses adhérents.  Tous les musulmans ne sont pas nos amis, que trop d’Africains nous haïssent parce que nous sommes blancs, que l’islam est la pire des religions, et surtout, surtout, qu’aimer son pays et être fier d’être Français n’est pas une tare, mais un honneur.

Cette génération va tomber de haut, elle va avoir mal, parce qu’elle est trop bête pour comprendre quoi que ce soit…On va peut-être pouvoir sauver les jeunots de 5 à 10 ans, en les reformatant correctement… et encore. Ce qui est sûr, c’est que le réveil des bobos gauchos va être pire qu’un lendemain de cuite !

17 Novembre 2015

COP21 : Face aux menaces, l'Etat se prépare à l'utilisation d'antidotes aux gaz neurotoxiques

Dans la perspective de l’organisation de la COP21 et du risque d’attentats terroristes, un arrêté pris le 14 novembre paru au Journal Officiel autorise l’utilisation de sulfate d’atropine, antidote aux gaz neurotoxiques, dont le gaz sarin fait partie

L’arrêté, publié le 15 novembre dernier, soit trois jours après les attentats qui ont endeuillé la France, indique que «l’accueil sur le territoire français d’un sommet de chefs d’Etat préparatoire à la COP21 le 29 novembre 2015», ainsi que «l’accueil de la COP 21 du 30 novembre au 11 décembre» induisent un «risque d’attentats terroristes», ainsi qu’un «risque d’exposition aux neurotoxiques organophosphorés» constituant des «menaces sanitaires graves» appelant à des «mesures d’urgence».

15 Novembre 2015

Un journaleux du Monde, le « journal » de Pierre Bergé, celui qui se réjouissait à l’idée qu’une bombe explose sur les manifestants de la Manif pour Tous, a trouvé le moyen de filmer durant 2.46mn la scène de chaos consécutive à l’attentat du Bataclan avant de se décider à se porter secours aux victimes. Qui sait si durant ces 2.46 il aurait pu sauver une vie, soulager un blessé… Journaleux avant d’être humain.

Les tueurs, eux, ont probablement des papiers français eux aussi (merci Giscard, Chirac) mais eux vont chercher leur inspiration mortelle dans des mosquées-casernes qui n’existaient pas dans la France d’avant, dans la France normale. D’ailleurs, l’EI qui a revendiqué les attentats a affiché la sourate du coran qui l’a inspiré, celle de l’exode, fichant par terre toute la communication médiatico-politique de ceux qui nous serinent, la main sur le cœur en nous traitant « d’islamophobes » que « l’islam, ce n’est pas ça ». Le coran est en vente libre, il prône la mort, l’égorgement, la décapitation, toutes ces choses qui se pratiquent de plus en plus sur notre sol depuis quelques années.

Un islamologue aux arguments un peu fumeux tente de nous faire croire que « la vie est précieuse dans le Coran » alors que ce bouquin ne fait que parler de djihad et d’égorgements qui ne sont sans doute qu’une vue de l’esprit, à l’en croire. Il ajoute qu’il n’a pas l’habitude de voir ce verset comme ça et qu’« on n’a pas l’habitude de l’utiliser » parce qu’il serait périmé mais c’est ce que disent les modérés de toutes les sourates abrogeantes, tout en soutenant derrière que le coran est valable en tout temps. L’argument serait à hurler de rire s’il n’y avait pas eu tous ces morts.

Reste que ceux qui ont appliqué ce verset sont les rejetons de cette république française éduqués dans les mosquées par des imams agréés par celle-ci.

Le président du CFCM, Anouar Kbibech, a eu le culot d’affirmer que les auteurs des attentats ne pouvaient « se réclamer d’aucune religion, d’aucune cause », demandant que nous nous regroupions « autour des valeurs qui font la France ». Le cri de « Allah Ouakhbar » semble quand même faire partie d’un dogme assez spécifique.

Mais les autres coupables sont la caste politique, Cazeneuve, Valls, Hollande en tête, et tous les autres : Bergé, Attali, Juppé, BHL qui a initié toutes ces guerres d’ailleurs, Mélenchon qui appelait aujourd’hui à « ne pas montrer du doigt une religion », Plenel, Guénolé signifiant qu’il n’y a « pas de lien de cause à effet entre l’immigration et le terrorisme », et tant d’autres. A en croire ce dernier, on pourrait penser que ce sont donc les Français d’origine qui seraient des terroristes depuis toujours.

Les gauchistes fous ne sont pas en reste dans la course au délire, puisqu’il s’en est tout de même trouvé pour proposer des mesures d’accompagnement dans les transports pour les pauvres musulmans victimes de racisme et d’islamophobie, des fois que ça les tuerait, sait-on jamais.

Autre fait troublant de ce jour, les longues files de donneurs de sang attestant, comme je l’ai dit plus haut, de la générosité et de la compassion des Français pour les victimes de catastrophes. On avait déjà vu de telles démonstrations spontanées, notamment lors du tsunami de 2004 ou du tremblement de terre au Japon en 2011. Ce dernier avait d’ailleurs fait l’objet d’un déchainement raciste assez impressionnant de la part de certains musulmans sur Youtube commentant la minute de silence lors du match Maroc-Algérie.

Dans le 9e arrondissement, des Parisiens faisaient donc la queue, des Félix, des Juliette… Etrangement, il ne semblait pas y avoir de Mohamed ni de Mokhtar, même hyper modérés. La démarche aurait pourtant eu le mérite de prouver leur compassion et leur soutien aux victimes de leurs coreligionnaires intégristes.

Si des « modérés » étaient venus offrir leur sang, on aurait pu croire à leur sincérité, à leur compassion, à leur souhait de se regrouper « autour des valeurs qui font la France », or, il est manifeste qu’ils n’avaient aucune volonté de se regrouper, contrariant catégoriquement les propos lénifiants de Anouar Kbibech. Leur absence criante, à l’heure où ils auraient dû, eux, tout particulièrement être là pour aider à sauver des vies humaines, semble confirmer qu’ils n’ont pas l’intention de se ranger à nos côtés contre les fous d’Allah.

13 Novembre 2015

Depuis plusieurs mois, l’invasion migratoire de la France s’accroît à un rythme de plus en plus effréné. Chaque jour qui passe apporte son lot de nouvelles plus alarmantes et plus choquantes les unes que les autres. Le nouveau scandale, c’est que, à présent, Hollande et Valls ont décidé de loger les envahisseurs clandestins dans les châteaux de notre pays !

37 clandestins dans le château du Clos à Tantonville : Voici en effet l’incroyable nouvelle révélée par le quotidien « L’Est Républicain » : « Le gouvernement aurait voulu se mettre à dos les 670 habitants de Tantonville qu’il ne s’y serait pas pris autrement ! Mercredi soir, le maire de la petite commune a reçu un appel téléphonique de la préfecture de Meurthe-et-Moselle lui annonçant qu’un certain nombre de demandeurs d’asile allaient séjourner au château du Clos à partir de la semaine suivante, jusqu’au 31 mars. »

« Depuis jeudi, le maire est assailli de réactions hostiles de la part d’élus et d’habitants de Tantonville. Les migrants seraient au nombre de 37. Il s’agirait de Soudanais en provenance de Calais. Le château du Clos 1, route d’Affracourt, est un centre de vacances appartenant à la caisse d’activités sociales d’EDF-GDF, qui vient de mettre les lieux à disposition de l’État pour loger des demandeurs d’asile durant la période hivernale de fermeture du château. »

Une décision unilatérale de l’État contre la volonté des habitants : Le maire de cette petite commune précise : « Il n’y a eu aucune concertation, aucun débat, aucune réunion préparatoire, on a appris ça comme ça, brutalement, sans que rien ne soit discuté. Les gens ont la trouille des demandeurs d’asile qui doivent arriver. On n’en veut pas ! 37 migrants, c’est beaucoup trop par rapport à la population de Tantonville. On n’est pas raciste, mais ce n’est pas possible. Les gens ont peur. Il y a des risques. Le week-end, comment vont-ils s’occuper ? Qu’est-ce qui va se passer en cas de bagarres ? Quel va être l’appui de la gendarmerie ? »

Un maire peut s’opposer à la réquisition d’un bâtiment dont la commune est propriétaire, mais pas à la location d’un bien privé. Les habitants de Tantonville n’ont donc aucun recours possible contre cette brutale invasion de leur ville, causée par un scandaleux diktat des dirigeants socialistes.

Un château luxueux pour des clandestins soudanais : Le château du Clos, où vont être logés les 37 clandestins soudanais, est « un édifice du XIXe siècle que l’on doit à la magnificence de la famille Tourtel, fondatrice des Brasseries de Tantonville. »

Chateau 1 

Le château du Clos à Tantonville. Sur le site de la Caisse Centrale d’Activités Sociales du personnel des industries électrique et gazière (CCAS d’EDF-GDF) qui est propriétaire de ce château luxueux, on apprend qu’il est « implanté au milieu d’un parc ombragé de 8 hectares » et que son équipement comprend « bibliothèque, salle d’activités, piscine, terrains de volley et de basket, tennis de table, mur d’escalade, labo photo, matériel informatique et radio ».

48 clandestins dans le château de Pessat-Villeneuve

Chateau villeneuve

Le château de Villeneuve à Pessat-Villeneuve. Dans le village auvergnat de Pessat-Villeneuve (Puy-de-Dôme), qui compte 530 habitants, ce sont 48 clandestins soudanais et érythréens qui viennent d’être royalement installés dans le château de Villeneuve dont la commune est propriétaire.

La majorité des habitants de cette petite ville sont furieux de cette décision unilatérale du conseil municipal. Mais ils n’ont aucun recours possible pour s’opposer à cette invasion barbare en plein cœur de leur village.

Le quotidien « La Montagne » rapporte ceci : « Gérard Dubois, le maire de Pessat-Villeneuve n’en démord pas : « Je ne regrette rien. Je m’attendais à ce que le choix d’accueillir des migrants ne fasse pas l’unanimité et soulève des questions ». Ce que l’élu n’avait par contre pas anticipé, c’est la violence des réactions : « J’ai dû fermer l’accueil téléphonique de la mairie tellement nous recevions d’appels insultants et menaçants. Plus de 200 en 24 heures ! Et l’association « Forum réfugiés » aussi a été submergée de coups de fil ». »

Un hébergement royal pour des clandestins soudanais et érythréens : Voici une vue aérienne de ce ravissant château du XIIIe siècle, situé dans un parc arboré de 7 hectares, que l’on peut admirer sur le site de la mairie :  

Le luxe pour les clandestins, la misère pour les Français !

Ainsi, les délinquants clandestins vont mener une vie de nababs dans ces beaux châteaux, s’y prélasser voluptueusement, nager dans leurs piscines chauffées, s’amuser au tennis de table ou au volley, pendant que nous, Français, continuerons à trimer du matin au soir pour tenter de survivre à la crise créée par les incompétents criminels du gouvernement socialiste !

Pour François Hollande et Manuel Valls, rien n’est trop beau pour les clandestins soudanais, somaliens, afghans, pakistanais, libyens et autres maliens, qui sont logés, nourris, blanchis, chauffés, engraissés, dorlotés à nos frais dans des châteaux luxueux, pendant que nous, méprisables Français, continuons à suer sang et eau du matin au soir pour payer les impôts écrasants décrétés par les traîtres de l’Élysée et de Matignon !

La vie de château pour les envahisseurs clandestins, — la misère pour les 3,5 millions de SDF et de mal-logés, pour les 5,7 millions de chômeurs, pour les 8,5 millions de pauvres, pour les 12 millions de handicapés, pour les 15,5 millions de retraités que compte la France ! Telle est la « justice » sociale des socialistes ! Jamais on n’avait vu un gouvernement de notre pays accueillir des milliers de délinquants étrangers, les loger dans le luxe, les chouchouter avec amour, tout en crachant sur les citoyens français, avec une morgue, un mépris, une haine absolument inouïs !

Dans quel état seront ces châteaux dans un mois ?

Tout porte à croire que ces ravissants châteaux, dans lesquels l’État socialiste a décidé d’héberger à nos frais des délinquants clandestins étrangers, seront dans seulement quelques semaines transformés en taudis insalubres, car les envahisseurs musulmans ont pour habitude de détruire tout ce qui est mis à leur disposition par des « belles âmes » dévoyées.

Sur leur chemin à travers l’Europe, ces envahisseurs ne laissent en effet derrière eux qu’une longue traînée de bâtiments dévastés, d’installations détruites, de vitres brisées, de murs tagués, de monceaux de détritus, de flaques d’excréments dégoulinants, afin de bien nous signifier leur mépris pour notre civilisation. Dans peu de temps, nos beaux châteaux, que Hollande et Valls offrent à ces barbares clandestins, ne seront plus que des dépotoirs du Tiers-Monde, saccagés et maculés de merde et de pisse. Et tout cela devra être nettoyé et réparé à nos frais ! Car, pour Hollande et Valls, les Français sont une espèce de sous-humains qu’on peut bafouer impunément et voler à volonté !

 Petit village

Voilà à quoi ressemblent les abords du petit village autrichien de Nickelsdorf, après le passage des clandestins musulmans : des ordures et des excréments partout.

La population française abandonnée ! Mais ce qui est encore plus préoccupant, c’est le sort des habitants de ces villages, dans lesquels l’État socialiste injecte de force des dizaines de clandestins, contre la volonté de la population. En effet, ces clandestins sont très majoritairement des hommes jeunes, célibataires et musulmans, élevés dans le culte de la violence et le mépris des femmes. Que va-t-il se passer, lorsqu’ils erreront dans les rues de ces villages ? Quelles pulsions vont les animer, lorsqu’ils croiseront des femmes et des fillettes ? Autant de questions légitimes, quand on sait qu’en Allemagne, le nombre de viols de femmes allemandes, par des clandestins musulmans, explose depuis quelques mois. Et comment penser que ces musulmans,  conditionnés dès leur plus jeune âge à égorger et décapiter les non-musulmans dans leurs pays d’origine, vont, comme par miracle, se transformer en doux pacifistes en déboulant dans les villages français, au milieu d’une population française abandonnée sans aucune protection par les dirigeants socialistes ? Bientôt, nous aurons des jungles de Calais un peu partout à travers la France, avec les mêmes exactions, vols, crimes, agressions, commis par les mêmes clandestins barbares !  

3 millions supplémentaires de clandestins en 2016 !

Cette invasion migratoire atteint des proportions inédites dans toute l’Histoire de l’humanité. Ce sont en effet des millions de clandestins, musulmans à plus de 80%, qui sont en train de déferler sur l’Europe, en vagues de plus en plus massives. Ainsi, rien qu’en 2015, plus de 1,5 million de clandestins seront entrés illégalement en Allemagne, selon un « document confidentiel » du gouvernement allemand ! Pour l’année 2016, la Commission européenne prévoit à présent l’arrivée illégale de plus de 3 millions de clandestins musulmans en Europe ! Et comme, selon la Cour des Comptes, 96% des déboutés du droit d’asile restent illégalement en France, nous sommes condamnés à voir notre pays se remplir de centaines de milliers de délinquants clandestins, tant que Hollande et Valls sont au pouvoir !

Guerre d’autodéfense ou génocide ? En installant cette armée sans cesse grandissante de clandestins musulmans à travers tout notre pays, les dirigeants socialistes créent délibérément les conditions d’une guerre civile généralisée.Car, dans une France saccagée et mise à feu et à sang par des hordes d’envahisseurs, le peuple français sera bien obligé d’avoir recours à la légitime défense. Sinon, les Français seront exterminés dans un génocide total et la France disparaîtra définitivement, remplacée par le califat que tous les musulmans appellent de leurs vœux.

Maxime Lépante

12 Novembre 2015

 A la sortie d’un grand magasin d’électroménager de La Chapelle-Saint-Aubin, rue Louis Delage, une femme insulte la gendarmerie et les employés du magasin : " Les français vous êtes des chiens".

https://www.facebook.com/538465696170173/videos/1206734239343312/?

Bègles (33) : Un malade de 85 ans ne peut plus rentrer chez lui car sa maison est squattée

http://www.francetvinfo.fr/france/logement-squatte-a-begles-un-homme-de-85-ans-prive-de-son-domicile_1170011.html"

10 Novembre 2015

L’incroyable aller-retour Calais-Toulouse de migrants

C’est un scénario finalement classique qu’a suivi une équipe de France 3 Midi-Pyrénées. Expulsés de Calais, ils sont transportés en avion à Toulouse, placés en centre de rétention puis… libérés par la justice. Ils reprennent alors le chemin de Calais.

"http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/haute-garonne/toulouse/video-l-incroyable-aller-retour-calais-toulouse-de-migrants-expulsables-transportes-en-avion-mais-finalement-liberes-848787.html"

09 Novembre 2015

Beaucoup de bruit, de blabla et d'argent pour la Cop 21, mais le gouvernement n'est même pas capable de faire respecter la Loi. La vidéo se suffit à elle-même. Un scandale ! La france est le seul pays où cela se passe !  http://embedftv-a.akamaihd.net/?ue=83abb6c20d35bddfce5cf589acc5a94f

08 Novembre 2015

Une curieuse nouvelle tendance en France : déchirer sa carte électorale en direct sur Internet

De plus en plus de vidéos montrant de simples citoyens qui déchirent leur carte électorale pour protester contre la politique du gouvernement circulent sur la toile. Une nouvelle tendance qui semble être contagieuse.

Est-ce un phénomène marginal ou va-t-il se généraliser ? Dans tous les cas, le geste est symboliquement très fort : de simples citoyens se filment avec leur webcam en train de déchirer leur carte électorale. Initiative lancée début novembre par une certaine Frédérique Teuma, elle a été très vite reprise par les déçus de la politique française.

Par ce geste fort, ces citoyens indignés veulent montrer leur désenchantement dans le processus démocratique en général qui selon eux, ne serait plus qu'une vaste blague.

Tout en procédant à la destruction en bonne et due forme de leur carte d'électeur, les personnes s'adonnant à cette pratique commentent leur geste : 

 «Je suis déçue par mon pays, par mon président. J'en ai gros sur la patate. Je me demande à quoi me sert ce machin [la carte d'électeur]», entend-on sur la vidéo de Frédérique Teuma.

Sur une autre, une jeune-femme explique que pour elle, la Démocratie «ce n'est pas élire quelqu'un pour ensuite le laisser gentiment faire ce qu'il veut sans consulter les citoyens». 

«Je ne souhaite plus participer à cette mascarade», poursuit une autre internaute tout en déchirant sa carte.

Si en soi, ce genre de phénomène n'est pas nouveau et arrive fréquemment à chaque période pré-électorale, il restait jusque-là le fait d'individus isolés et plutôt marginaux.

Mais cette fois, la mode s'emble s'être étendue aux citoyens qui avaient l'habitude de voter régulièrement et de faire confiance au processus démocratique. Dégoûtés de la politique, on dirait qu'ils préfèrent renoncer à leurs droits et devoirs de citoyens, à défaut de pouvoir faire confiance aux hommes et femmes politiques.

07 Novembre 2015

Moirans (38) : Manuel Valls conspué par des « jeunes »

Manuel Valls, en visite vendredi 6 novembre à Moirans (Isère), a assuré aux habitants que les auteurs des violences du 20 octobre seraient « poursuivis et sanctionnés ».

A la sortie de la mairie, Manuel Valls s’est fait conspuer par un groupe d’une petite vingtaine d’individus hostiles : « On le connaît le cinéma », a lancé un jeune homme au passage du chef du gouvernement. « Personne ici n’empêchera la République d’avancer », a répliqué Manuel Valls, qui s’est dirigé vers eux pour un face-à-face très tendu.

Une foule de plusieurs centaines de personnes attendait la sortie du Premier ministre, qui a été rapidement évacué par son service d’ordre.

02 Novembre 2015

Philippe Verdier licencié pour délit d’opinion

La nouvelle directrice de France Télévisions se dit perturbée par le fait qu'il a écrit une lettre ouverte à François Hollande sur du papier à en-tête de France 2

Philippe Verdier serait licencié. Bon, il y a tous les jours des gens licenciés en France, ça ne fait qu’un de plus. Sauf qu’il est licencié d’une chaîne publique pour délit d’opinion, alors qu’il n’est ni chroniqueur ni journaliste politique, mais chef du service météorologie et présentateur météo.

La nouvelle directrice de France Télévisions se dit perturbée par le fait qu’il a écrit une lettre ouverte à François Hollande sur du papier à en-tête de France 2. Quel manque de tact !

Sauf que, lorsqu’il y a un peu plus d’un an, tous les présentateurs météo de France et de Navarre ont été invités par notre ministre des Affaires étrangères à un petit déjeuner-briefing pour se voir enjoints de parler du « chaos climatique » dans leurs journaux météo, il n’a pas dû recevoir l’invitation à son domicile en tant que citoyen lambda (personnellement, je n’ai pas été invité) mais à son bureau de la chaîne publique.

Donc, il a été sermonné par Fabius Ier comme météorologue de télévision, et il a répondu en tant que météorologue de télévision, que cela plaise ou non à Delphine Ernotte. Convoqué ès qualités, il a répondu ès qualités.

En dehors du problème personnel de Philippe Verdier, c’est quand même extraordinaire de voir des choses comme ça se passer sur notre télévision nationale. Que TF1 ou Canal+ vire quelqu’un (on pense, bien sûr, à Éric Zemmour) relève du droit privé, je ne vois pas au nom de quoi on interdirait à une chaîne de télévision ou à une radio de s’engager politiquement. Qu’une chaîne publique, que nous payons fort cher par rapport au temps que nous passons à la regarder (nombreux sommes-nous à avoir arrêté de regarder les chaînes publiques depuis bien longtemps) se conduise comme un deuxième bureau du gouvernement est proprement scandaleux, même si ça n’a rien d’une nouveauté.

Et c’est d’autant plus scandaleux qu’en l’occurrence Delphine Ernotte vient au secours d’une cause qui relève de la croyance, à propos de laquelle aucune discussion n’est possible : la sainte parole du GIEC. Parole au nom de laquelle notre gouvernement va engager notre pays dans des dépenses inconsidérées alors que, j’en prends le pari, le gouvernement américain fera de beaux discours, comptant sur la majorité républicaine au Congrès pour refuser tout engagement de dépense. Et ces dépenses inutiles s’ajouteront aux amendes imposées par la justice américaine aux entreprises européennes sans aucune réaction de l’Europe, finissant de démolir notre économie.

Ces fameux deux degrés Celsius d’ici à 2100 dont on nous rebat les oreilles ont autant de sens que les 3 % de déficit décidés sur un coin de table. Une ineptie de plus.

Quelle est cette laïcité au nom de laquelle on remplace la religion historique du pays par des croyances écolo-climato-ushuaïo-déconnantes hors desquelles il n’y aurait point de salut ? S’il y a risque de cancer, à mon avis, il est là, plus que dans la viande rouge.

Yann Sergent

01 Novembre 2015

Un avocat remet en cause le comportement de certains bâtonniers, qu’il qualifie de comportement de « petits caïds », et la légalité du conseil de discipline ayant frappé Maître Scipilliti. (vidéo)

Maître Scipilliti militait au Parti socialiste dans les années 1980. Il n’était pas un avocat du sérail. Il avait choisi de quitter ce qui était encore un cocon, l’Éducation nationale, à quarante ans, pour se lancer avec succès dans le métier d’avocat.

Il n’était pas homme à courber l’échine et, dès son arrivée à Melun, il devint rapidement le vilain petit canard. Il avait osé tenir tête au bâtonnier de l’époque, et surtout montrer que le règlement intérieur du barreau de Melun, qui interdisait à un avocat de s’installer dans un immeuble où travaillait déjà un confrère, était tout simplement illégal. Il paiera très cher cette première rébellion.

Son journal, que nous avons appelé « J’accuse », montre, en 240 pages, les deux raisons pour lesquelles ce combattant inlassable, qui ne supportait pas l’arbitraire, ni les abus de pouvoir, a fini par être détruit. D’abord, l’acharnement de sa hiérarchie, qui multiplia à son encontre procédures disciplinaires, humiliations et sanctions sous le moindre prétexte, jusqu’à la mise à mort sociale finale : trois ans de suspension ! Ensuite, l’acharnement du fisc, qui se permit, par exemple, de lui demander, sous le prétexte de fraude fiscale, rien de moins que vingt-huit fois le montant de ses revenus de 1998 !

Maître Scipilliti – comme Henri Guaino – était le produit de l’assimilation républicaine et de la méritocratie. C’est cela qui avait permis à un petit garçon né en Italie en 1951 de devenir enseignant, puis avocat, en 1990, au prix d’un travail de tous les instants.

Monde hostile ? Celui des professionnels libéraux, qui ne sont pas « fils ou filles de », mais qui se sont hissés de vaillante lutte au rang de professions prestigieuses, sans en avoir ni les carnets d’adresses ni les finances ni les codes.

Ces petites professions libérales se retrouvent prises dans la spirale de l’URSSAF, des caisses d’assurance maladie et de retraite (dont la CNBF pour les avocats) et leur paperasserie, avançant tels des bulldozers sur des cibles désarmées.

Ce monde-là, si on exclut certaines professions réellement protégées comme, par exemple, les notaires ou les pharmaciens, est méconnu, comme il le raconte lui-même. Un avocat n’est pas toujours riche, au contraire. Pour plein de raisons qui n’ont pas forcément trait à un manque de qualités (notion de « bon » ou « mauvais » avocat), cela peut s’expliquer par un nombre insuffisant de clients, ou pas assez fortunés, mais aussi par sensibilité : ne pas toujours se faire payer ! C’était son cas.

On sent à la lecture des lignes de Joseph Scipilliti, en liquidation judiciaire, qu’il était harassé et à bout, écorché vif. Il avait touché le fond, le degré social zéro : plus de ressources, plus de biens (en procédure d’expulsion) et pas de droits au chômage, comme le sont aussi ces agriculteurs ou petits patrons sans droits qui se suicident.

Sensibilité ? Sensibilité à l’injustice et non sensiblerie. Il le dit lui-même : il n’a jamais pu supporter l’injustice et avait découvert qu’en faisant « preuve dans une situation donnée de courage, de dignité, on se met à dos non seulement ceux à qui on résiste (c’est bien normal) mais aussi ceux qui, placés dans la même situation, se sont soumis ». Refus de courber l’échine, révolte contre l’arbitraire, le mépris, l’amoralisme.

En 1975, Jacques Rouffio sortait le film Sept morts sur ordonnance, qui montrait comment, dans une ville de province, deux chirurgiens qui refusaient de plier devant les baronnies locales avaient été acculés au suicide. À la lecture du journal du disparu, on ne peut s’empêcher d’établir des comparaisons, qui montrent comment l’institution judiciaire peut broyer les insoumis et les rebelles.

 

31 Octobre 2015

Vincent Desportes : «Il y aura des attentats de masse en France»   http://dai.ly/x3bfvld

Le général Vincent Desportes, ancien directeur de l'Ecole de guerre, publie La dernière bataille de France (Gallimard), dans lequel il s'inquiète d'une armée dépourvue de moyens face à une recrudescence des conflits et une menace terroriste inédite.

29 Octobre 2015

Indécence: Le PS ignore les deux morts des émeutes de 2005 mais inaugure une stèle et une rue au nom de Zyed et de Bouna

Aucun socialiste n’a évoqué la mémoire des deux seules victimes des émeutes de 2005, Jean-Jacques Le Chénadec et Jean-Claude Irvoas. C’est certainement parce que leur noms n’étaient pas politiquement correct pour avoir les honneurs.

Deux Bretons, quasiment morts dans l’anonymat, parce qu’ils se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment. Deux Bretons tombés sous les coups, sans jamais susciter la flambée de violence qu’avait entrainée la mort de Zyed et Bouna, sans jamais susciter non plus la moindre envolée lyrique médiatique.

. Jean-Jacques Le Chénadec (61 ans)

Le drame s’était déroulé le 4 novembre 2005 à Stains (93) , un de ces soirs d’émeutes qui embrasaient les banlieues.

La victime était d’ailleurs descendue avec l’un de ses voisins éteindre un feu de poubelles, boulevard Maxime-Gorki, lorqu’avait éclaté une altercation avec un groupe de jeunes.

Frappé d’un coup de poing, au pied de son immeuble de Stains, la victime, âgée de 61 ans, avait sombré dans le coma et était décédée deux jours plus tard.

Salaheddine Alloul, son meurtrier, n’a été condamné qu’à 5 ans de prison pour le coup mortel qui a entraîné la mort de Jean-Jacques Le Chenadec.

Il s’appelait Jean-Claude Irvoas.

Salarié par un spécialiste de l’éclairage urbain, âgé de 56 ans, il voulait photographier un lampadaire pour enrichir son catalogue. Sa compagne et sa fille ont assisté à la scène tragique, filmée de surcroît par une caméra de vidéosurveillance.

Dans l’après-midi du 27 octobre 2005 à Épinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), une brève altercation mettait aux prises un homme et trois individus. Le premier chutait lourdement sur le trottoir : il succombait peu après, en dépit de tentatives de réanimation.

A l’issue du procès de novembre 2007, l’avocat général avait requis des peines allant de 5 à 18 ans d’emprisonnement pour les quatre comparses. Après un délibéré de plus de sept heures, la cour et les jurés ont revu à la baisse les sanctions : 2 ans de prison pour Sébastien Béliny, antillais, simple guetteur, 12 années de réclusion pour MM. Diallo, franco-sénégalais, et Brighet, franco-algérien, complices du crime, et, enfin, 15 ans pour Benoît Kusonika, franco-congolais, son auteur.


En revanche, dans un élan de repentance vulgaire et avec l’indécence crasse qu’on lui connait, le PS a trouvé utile d’inaugurer  une stèle et une rue en hommage à deux gamins morts dans un transformateur après avoir échappé à un contrôle de police.

Ils sont vraiment capables des pires bassesses. Et ils rendent hommage à des délinquants et cautionnent de ce fait les émeutes de 2005, qui ont causé la mort de deux hommes, le bilan matériel des émeutes s'avère considérable: près de 10 000 véhicules ont été incendiés par les émeutiers du 27 octobre au 17 novembre 2005 et plus de 230 bâtiments publics ont été dégradés ou brûlés.

28Octobre 2015

Les très chères colonies de vacances de La Poste

La Cour des comptes s'est penchée sur les oeuvres sociales de La Poste : un pactole de plus de 212 millions d'euros géré par les syndicats...Mais le timbre augmentent toujours pour le contribuables....

Parfois, on se dit que les magistrats de la Rue Cambon doivent bien rigoler. Par exemple quand ils se penchent sur les œuvres sociales de La Poste. Dans un épais rapport rendu public le 27 octobre, la Cour des comptes s'est immergée dans une sorte d'univers kafkaïen, une administration d'un siècle passé où l'on réserve ses vacances par courrier (normal !) plutôt que par Internet, où un entrelacs de commissions et sous-commissions gérées par la CFDT, FO et la CGT se surveillent et se contrôlent. Cet univers, c'est le Cogas, le Conseil d'orientation et de gestion des activités sociales de La Poste. Un trésor de 212,5 millions d'euros dépensés chaque année selon le bon vouloir de ses gestionnaires syndicalistes, un pactole dont le montant ne bouge pas alors que le nombre de postiers a baissé de 9 % entre 2009 et 2013. Les gestionnaires de ce paquebot social peuvent dormir sur leurs deux oreilles : quand il perd de l'argent, La Poste renfloue, avec la complicité des politiques qui augmentent les prix des envois !

Parmi les multiples activités ruineuses du Cogas, l'exemple le plus édifiant est celui de l'Association des vacances des enfants et des adolescents. L'Avea, c'est la colo des jeunes facteurs, le Club Med des petits postiers. Et rien n'est trop beau pour l'Avea : 13 centres de séjour (Urrugne, Rosporden…), dont 11 sont gardés toute l'année par des gardiens, soixante-dix salariés à temps plein au siège, une centaine d'animateurs à temps partiel… Et un budget qui grimpe : + 6,9 % entre 2009 et 2013 grâce à une subvention exceptionnelle les deux dernières années. Subvention de qui  ?

Le fonctionnement interne est à pleurer, surtout pour le client de la poste

Pourtant, l'Avea prend l'eau de toutes parts. L'association est gérée en dépit du bon sens. Les coûts fixes font flamber les tarifs des colonies. À cause des 70 salariés du siège (dont 13 téléconseillers à temps plein et 8 salariés responsables du catalogue papier !), les magistrats ont calculé un ratio de 191 séjours vendus par salarié à l'Avea, contre 550 séjours chez les principaux concurrents ! Ben voyons, ils sont fatigués ces pauvres salariés, et puis il faut bien qu' ils aient le temps de partir en vacances!

Le fonctionnement interne est à pleurer. Les séjours dans les 13 centres appartenant à l'Avea, gérés par le pôle "exploitation du patrimoine", sont commercialisés par le pôle "offre de séjours", qui préfère vendre des séjours chez d'autres prestataires, plus aguichants. Les magistrats notent aussi que les prix sont les mêmes dans "une grande station de ski des Alpes" et dans "une petite station de ski dans les Vosges". C'est le principe de l'égalité.....

Lancé en 2012, le système informatique est toujours inopérant ! Il faut leur laisser le temps de se retourner enfin ! Il faut donc réserver son séjour par courrier, et attendre jusqu'à trois mois avant d'obtenir sa confirmation. "Il en résulte un fort taux d'annulations", constate la Cour des comptes. Autre incongruité : chaque enfant de postier a droit à une place, c'est la règle, même s'il se réveille au dernier moment. Quand les séjours chez un prestataire sont remplis, l'Avea doit donc en acheter en catastrophe de nouveaux, d'où des "surcoûts élevés". Résultat de cette gabegie organisée : le coût de revient d'un séjour d'une semaine par enfant est de 1 435 euros à La Poste, contre 664 chez le principal concurrent, l'UCPA. Plus de deux fois plus, chapeau ! Là ce n'est plus l'égalité, c'est la liberté !

55 000 nuitées facturées pour une capacité totale de 583 560 ! Pourquoi ne pas faire profiter les migrants de ces nuitées non utilisées !

Les13 centres de vacances de l'Avea pâtissent de cette désorganisation. Avec une dizaine de semaines d'occupation par an, ils sont "surdimensionnés et sous-exploités", observent les magistrats. En 2013, l'Avea a facturé près de 55 000 nuitées, soit dix fois moins que sa capacité totale (583 560 nuitées). Certes, il est difficile de remplir un centre de séjour en bord de mer au cœur de l'hiver. Un peu de solidarité ! vous pouvez héberger les clandestins !  Mais "un ratio d'occupation inférieur à 10 % est particulièrement faible", relève le rapport.

La santé financière de l'Avea ne cesse, sans surprise, de se dégrader. Entre 2011 et 2013, l'association a cumulé près d'un million d'euros de pertes. Le Cogas, donc La Poste, est obligé de remettre au pot pour maintenir l'Avea à flot (plus de 90 millions d'euros entre 2009 et 2013). "Pour un même effort financier global, il serait possible d'aider sensiblement plus d'agents", observe sobrement le rapport, ou baisser le prix des timbres. Avec un même effort financier, et un peu de saine gestion.

27 Octobre 2015

Nouvelle évasion à Nantes

Jeudi 22/10, un jeune détenu de la maison d’arrêt de Nantes s’est évadé lors de son hospitalisation au CHU de Nantes pour une occlusion intestinale.

Le jeune homme de 24 ans s’est échappé par une fenêtre des toilettes, situées au premier étage.

Selon une source policière, l’homme, appartenant à la communauté des gens du voyage, serait coupable de « vols avec violence et délit de fuite après un accident de la circulation ».

Des recherches ont été effectuées à l’intérieur et aux abords de l’hôpital, et une équipe cynophile a remonté sa trace jusqu’à un arrêt de tramway, situé de l’autre côté de la Loire, mais l’évadé n’avait toujours pas été retrouvé…

La chancellerie a reconnu que, depuis le début de l’année, plus de 240 détenus se sont évadés lors d’une permission de sortie ou d’une hospitalisation, soit près d’une évasion par… jour !

Tout va bien, braves gens, payez vos impôts locaux et attendez les élections régionales qui auront lieu les 6 et 13 décembre 2015 pour signifier avec ce vote votre mécontentent à ce gouvernement.

24 Octobre 2015

Calais: les CRS ont l’interdiction de patrouiller dans le secteur musulman du camp de migrants

http://i.imgur.com/S12qSxJ.jpg

L’UNSA POLICE demande le droit de retrait des CRS qui sont en patrouille dans la NEW JUNGLE.

Actuellement, ce sont 6 patrouilles de 2 fonctionnaires qui doivent sécuriser le site. INACCEPTABLE POUR L’UNSA POLICE L’organisation tactique des CRS n’est pas respectée.

Ce matin, les consignes orales du GOP CALAIS, sont de ne pas patrouiller dans le secteur MUSULMAN !!! À quel TITRE, pour quels motifs ?

L’UNSA POLICE rappelle qu’actuellement nos collègues ne sont pas équipés en matériel de protection adéquat.

Résultat : 1 collègue de la 23 a contracté, le 21/10, la gale dans le cadre de cette mission.

L’UNSA POLICE vous défendra et mettra l’administration face à ses responsabilités.

UNSA-Police

22 Octobre 2015

Prières de rue: le procureur demande la relaxe de Marine Le Pen, Interview de Walerand de ST Just

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/prieres-de-rue-le-procureur-demande-la-relaxe-de-marine-le-pen-666822.html

Prieres

21 Octobre 2015

Nous vivons vraiment dans une drôle de démocratie !

La justice, ce mercredi 21 octobre,  vient de refuser la nouvelle demande de sortie sous escorte, il faut donc mobiliser toutes les forces de l'ordre pour éviter de nouveaux saccages, ou les gens du voyage vont-ils respecter la Loi. ?

Voies SNCF coupées, voitures en feu, saccages : des dizaines de gens du voyage se sont soulevés à Moirans pour demander la sortie de prison de l’un d’entre eux pour assister à des obsèques.

Soulèvement de gens du voyage en Isère : violents incidents autour de la gare de Moirans  (mutinerie dans la prison.)

Souvenez-vous il y a quelques mois des manouches qui voulaient que l’un des leurs assiste à un enterrement avaient bloqué une autoroute. L’État socialiste avait cédé à leur revendication.
Résultat: C’est aujourd’hui l’ensemble de la communauté manouche qui applique la même recette. Et face à un État faible (pas avec tout le monde) comme celui de Manolo et Cazeneuve, ils auraient tort de s’en priver.
Reconnaissons une chose: les manouches savent se faire respecter.

 Aucune interpellation n'a été faite par les forces de l'ordre. Pourquoi ?
Les directives, à chaud, étaient le seul "maintien de l'ordre", avec deux objectifs : empêcher la propagation des violences et permettre aux pompiers de travailler. Le but était donc sécuriser rapidement les lieux. Les 125 gendarmes et 14 policiers n'avaient pas de consignes d'interpellations. Il leur a été tout de même demandé de photographier et de filmer les émeutiers souvent cagoulés. Un hélicoptère a été mobilisé dans ce but et des vidéos ont été tournées

Ce n’est pas comme pour tous ces manifestants qui viennent pacifiquement, malgré la colère qui gronde sous les fenêtres du ministre de la Justice, on s’y bouscule pour râler, pester, récriminer. Sourde oreille n’entend rien, ne comprend rien, emmurée dans sa suffisance comme dans sa parole logorrhéique entêtée.

Jamais un ministre n’aura concentré sur sa personne autant de mécontentements : les policiers, les gardiens de prison, les avocats, les victimes, et aussi, les magistrats qui rechignent à appliquer ses réformes. Bientôt, il faudra un ticket pour aller manifester place Vendôme, tant ça se bouscule ! La dernière trouvaille de l’icône de l’onirique gauche judiciaire : une réforme de l’aide juridictionnelle qui oblige les avocats à se payer à eux – même ce que l’État devrait régler : autant dire, toute rhétorique mise au salon, qu’elle les prend pour des cons ! Dans le meilleur des cas, c’est un impôt, et, dans le meilleur des cas aussi, une entourloupe ! Imaginez qu’on aille demander aux médecins de financer la sécu, aux dirigeants des associations humanitaires de renoncer à leur salaire, ce qui, au demeurant, là, pourrait se comprendre, aux syndicalistes de financer les heures de formation, aux ministres, et à tous les Elus, de rembourser, la dette de la France,  j’en passe…

Dans un mouvement de générosité qui ne lui a rien coûté, comme d’hab, madame Taubira a décidé de supprimer les 35 euros de droit de timbre que devait payer tout justiciable, maintenant il faut combler ce vide en piquant d’une main ce que l’on donne de l’autre… Ensuite, il faut faire face à l’augmentation du budget de l’aide juridictionnelle, eh oui, c’est le bon cœur tirelire des autres ! Tout cela sans aucune concertation, sans aucune considération, en opposant, selon la ministresse, « le barreau de base au barreau d’affaires », les pauvres et les riches, vieux truc, vieille ficelle : les avocats vont devoir débourser 5 millions d’euros en 2016 et 10 millions en 2017. Tous les avocats, les pauvres, les riches, les connus, les inconnus, les discrets, les médiatiques, les cocus !

Ce n’est jamais bon signe pour une démocratie quand elle se fâche avec les avocats ; qu’on les aime ou pas, ils dérangent principalement le confort des pouvoirs ; ils s’opposent par vocation ; ils ont la liberté de la parole, même si certains n’en abusent pas ! Aujourd’hui, cette rébellion fondatrice se meurt assassinée à coups de tampon, de Macron, de violations, de liquidation !

Les avocats font grève ; le bâtonnier de Paris vent debout contre Vendôme a raison !

Les avocats viennent d'obtenir que les 15 millions ne soient pas puisés dans la caisse des avocats. Nous suggérons qu'ils soient prélevés sur toutes les indemnités des ministres, Elus et bien sûr le Président.

19 Octobre 2015

Accusé de torture, l'ancien Premier ministre du Qatar tente d'utiliser son immunité diplomatique. Ce n'est pas un peu déplacé et digne du siècle dernier de parler encore d'immunité diplomatique ? Combien de délits sont ainsi passé à la trappe avec cette simple excuse. Il serait temps d'abolir ce privilège !

Mais nous en sommes encore loin, bien que nous ayons coupé la tête du Roi, sous le prétexte de supprimer les privilèges et de doter la France du symbole «  Liberté, Egalité, Fraternité ». Nous sommes encore loin de cette belle pensée. Les partis politiques malheureusement exigent du « peuple » ce qu’ils ne s’appliquent pas à eux-mêmes. Tant au point de vue, pouvoir, indemnités, retraites, avantages, promotions, fonctions, protections etc. Bien sûr, de temps en temps, la Justice passe et fait un exemple.

  Ils font semblant de ne pas s’apercevoir qu’il n’y a pas d’égalité entre eux, les politiques et les « Français lambda ». Ils imposent leurs décisions en flattant, en trouvant des fausses excuses, en critiquant, en faisant semblant de comprendre, d’approuver ou d'ignorer. Mais le résultat est le même, la Loi du plus fort et l’argent sont toujours les plus forts.

La France est encore loin d’être une belle démocratie pour laquelle se sont battus nos aïeux. Faudra-t-il une nouvelle guerre pour que la Fraternité renaisse dans ce pays ?

L’homme est toujours avide de pouvoir et d’argent, ce qui va souvent ensemble, alors sous le prétexte de servir la collectivité, il va d’abord servir ses intérêts avant tout.  L’homme est ainsi fait qu’il a toujours besoin de se trouver un ennemi. Alors s’il n’en trouve pas contre son pays, il va en trouver parmi les siens.

© Mohamad Dabbouss Source: Reuters

Hamad bin Jassim, Premier ministre entre 2007 et 2013, tente d’utiliser l’immunité diplomatique dont il bénéficie en Grande-Bretagne afin d’enrayer une affaire judiciaire qui l’accuse d’avoir torturé un citoyen britannique.

Le britannique Fawaz al-Attiya accuse des agents du Qatar de l’avoir séquestré arbitrairement à Doha pendant 15 mois, et soumis à la torture. Ceux-ci auraient agi sous les ordres du Premier ministre d’alors, Sheikh Hamad bin Jassim bin Jaber al-Thani, surnommé HBJ.

Niant les allégations, ce dernier s’apprêterait à faire jouer son immunité diplomatique pour contester la juridiction de la Cour de Londres, révèlent des documents judiciaires.

L’affaire, entamée par la justice du Royaume-Uni, porte sur un conflit de propriété entre HBJ et Attiya. Ce dernier possédait une terre qui lui avait été léguée par son arrière-grand-père, qui n’était autre que l’émir du Qatar

14 Octobre 2015

Karl Andree, 74 ans, aurait enfreint les lois saoudiennes contre la consommation d’alcool. Condamné à 350 coups de fouet, il risque de ne pas survivre aux châtiments, s’est alarmée sa famille auprès du Premier ministre britannique David Cameron.

La bouteille de vin artisanal qui aurait été retrouvée dans sa voiture l’année dernière par la police saoudienne pourrait lui être fatale. Patron d’un groupe pétrolier, Karl Andree, Britannique de 74 ans qui se trouve actuellement à la prison de Braiman à Jeddah, en Arabie Saoudite, a été condamné à 350 coups de fouet, rapporte The Guardian.

(…) Courrier international

Et pendant ce temps, en France : Cherchez l'erreur

Ajaccio : Kais, Aimen, Idriss et Raouf jugés pour un viol en réunion

A partir d’aujourd’hui et jusqu’au 16 octobre, elle se penchera sur un autre crime sexuel. Si la victime n’est cette fois pas mineure, la qualification pénale laisse présager de ce qui occupera les débats.

Trois hommes, Kais Ayadi, Aimen Djerbi et Idriss Tahhar, sont renvoyés devant la cour pour le chef de « viol en réunion » et « d’enlèvement*, séquestration ou détention arbitraire ». Raouf Herzi, qui comparait libre, répond de viol.

[...] Si deux des accusés reconnaissent avoir eu des relations sexuelles avec la victime, ils les estiment consenties. [...]

Ajaccio : Medhi Chemlal condamné à 20 ans pour viol avec actes de torture sur un bébé de 8 mois

Les jurés de la cour d’assises de la Corse-du-Sud ont reconnu coupable et condamné Mehdi Chemlal à 20 ans de réclusion criminelle pour actes de barbarie, torture et viol sur un bébé de huit mois. [...]

Au terme de trois heures de délibéré, les jurés de la cour d’assises de Corse-du-Sud ont reconnu coupable de viol et d’actes de barbarie sur un bébé de huit mois Mehdi Chemlal.

Cet homme âgé d’une trentaine d’années comparaissait depuis mardi devant les Assises d’Ajaccio. Les faits se sont déroulés le 4 octobre 2012, dans un HLM des Salines à Ajaccio. [...]

Source

Avignon (84) : multirécidiviste, jugé aux assises pour braquages, Rachid crie au complot

Confondu par son ADN, l’accusé assure qu’il est une victime

Hier matin, s’est ouvert devant la Cour d’assises de Vaucluse, présidée par Florence Treguier, le procès de Rachid Zourak, assisté de Me Christophe Tixador.

Il est reproché à ce Carpentrassien, âgé de 38 ans, d’avoir braqué quatre commerces en 2012 : le 27 août le magasin Aldi de Gargas, le 26 septembre Bazarland, à l’Isle sur la Sorgue, le 19 octobre Cash Express à Sorgues et le 26 novembre le Lidl du Thor. [...] Un mode de vie assumé qui lui a valu d’avoir passé, à l’âge de 38 ans, plus de dix ans en détention. [...] Avec 24 mentions sur son casier judiciaire, l’accusé, qui est en état de récidive légale, encourt la réclusion criminelle à perpétuité. [...]

Là, il aurait eu un conflit de voisinage avec une restauratrice qu’il accuse d’avoir ourdi un complot et orchestré sa mise en cause dans les vols à main qui lui sont reprochés. Ainsi, pour lui nuire, elle aurait embauché un homme de main qui a semé lors des braquages des indices portant son ADN pour le confondre. [...]

Source

09 Octobre 2015

Ils sont déjà en sous-effectifs, mais si en plus, on les maltraite, cela devient grave, il n'y a plus aucun respect pour la police. les politiques ne trouvent pas cela très important, à l'inverse des paroles vraies de Marine LE PEN, car on ne les entend pas s'offusquer de constater que les forces de l'ordre soient agressées quotidiennement. Cela devient banal....

Epinay-sur-Seine (93) : un contrôle dégénère, un policier blessé, leur voiture attaquée

Un contrôle a mal tourné jeudi soir à Epinay-sur-Seine. Des policiers sur le point d’arrêter le conducteur d’une mini moto, dans le quartier d’Orgemont, ont été violemment pris à partie par un grand nombre de personnes, a indiqué une source policière. « Ils ont chargé la voiture (NDLR : photo) et frappé les fonctionnaires », ajoute cette source.

Un policier a été blessé à la tête, avec une plaie saignante à l’arrière du crâne, peut-être occasionnée par un coup de barre de fer. Il a été transporté en urgence à l’hôpital. Son coéquipier a également été frappé.

Source

08 Octobre 2015

Le tribunal administratif de Caen va examiner le 14 octobre un recours en référé de la société Guy Dauphin Environnement (GDE) contre l'arrêté lui interdisant de rouvrir sa décharge située à Nonant le Pin, près de prestigieux haras normands.
L'audience aura lieu à 14h30
.

05 Octobre 2015

Calais, c’est la faute à Le Pen  

On l'a compris, les Calaisiens ont un droit, un seul : celui de se taire.  

FacebookTwitter

C’est non. À Calais, fort d’un arrêté, le maire de droite (LR) a interdit au collectif « Les Calaisiens en colère » de manifester, ce dimanche, pour dénoncer « l’insécurité liée aux migrants ».

« Pour la sérénité de tous, […] afin d’éviter des problèmes qui pourraient s’avérer graves », ainsi se justifie Natacha Bouchart. Qui, le 11 septembre, au vu des manifestations à répétition devant l’hôtel de ville, des migrants eux-mêmes comme celles des « Calaisiens en colère », avait néanmoins clairement évoqué une situation « incontrôlable ».

Madame le maire a-t-elle peur de certains des 3.500 et quelques migrants qui terrorisent les riverains, par exemple ceux du chemin des Dunes ? Ces migrants au sang chaud qui déclenchent des guérillas, qui se baladent bâton ou barre de fer dans les mains, qui caillassent les maisons de vieilles dames, qui pénètrent chez elles pour les voler ? Les pompiers, en revanche, n’ont pas honte de l’avouer qu’ils ne se déplacent plus qu’accompagnés des forces de l’ordre, quand ils se déplacent, raconte une Calaisienne.

Non, apparemment, le maire de droite Natacha Bouchart a peur… des « Calaisiens en colère » ! Même si elle comprend qu’ils soient « excédés », « ce n’est pas la violence physique ou verbale qui est la solution ». Mais qui fait montre de violence physique, dans la jungle de la ville ? Les riverains contraints de bunkériser leur habitation et qui dépensent leur argent en portail, clôtures, projecteurs et autres caméras et barbelés ? De vieilles dames terrifiées qui n’ont d’autre possibilité que de se réfugier à la cave ? Des cafetiers qui ont fini par mettre la clé sous la porte ?

On l’a compris, les Calaisiens ont un droit, un seul : celui de se taire. Parce qu’ils finiront bien par se faire une raison, n’est-ce-pas, les Calaisiens « qui ont l’impression que cette situation n’aura jamais de fin et qu’on les méprise, qu’on ne respecte pas leur personnalité » et qui voient que « la situation économique se dégrade », expliquait l’élue, le 31 août. Elle a donc proposé de mettre un terme aux souffrances de ses administrés ? D’appliquer la loi dans la « situation apocalyptique de la new jungle », comme la décrit fort justement Marine Le Pen, et donc de renvoyer les clandestins d’où ils viennent ? Que nenni !

Alors, récapitulons. Ouvrez le ban !

Primo, Natacha Bouchart avoue ne plus rien contrôler de la situation engendrée par la présence de plusieurs milliers de clandestins au bord de la rocade d’accès au port, tout en enjoignant la population… à « vivre avec la problématique des migrants » dans les meilleures conditions possibles ! Mais c’était précisément le motif de leur manifestation, les migrants qui posent des problèmes !

Secundo, Natacha Bouchart affirme que les clandestins – par définition, des gens que les autochtones n’ont pas invités – peuvent « être une richesse culturelle exceptionnelle » et que « les Calaisiens pourront s’enrichir encore plus de ces populations migrantes ». Mais si la cohabitation s’avère impossible avec 3.500 migrants, la Les Républicains qu’elle est a-t-elle réfléchi à ce qu’il adviendra avec 100, 1000 fois plus ?

Tertio, tenons-nous-le pour dit : tout cela est la faute du Front national, à l’image de Marine Le Pen « qui « instrumentalise Calais », dit-elle. Fermez le ban !

Caroline Artus

04 Octobre 2015

Les « drôles » de propos de Guy Bedos laissent la gauche de marbre

Je suis abasourdi que personne, à gauche, n’ait relevé ces déclarations et sommé M. Bedos de retirer ou de nuancer son propos. Mais les médias se taisent. Mais il fait honte à la plupart des "pieds-noirs"

Guy Bedos a fait très fort, la semaine dernière, sur France 5 dont il était l’invité d’honneur.

Il a déclaré : « Zemmour est juif. C’est un drôle de juif… il est devenu plus français que les Français. Mon arrière-grand-père était bâtonnier à Alger, il a contribué à faire passer le décret Crémieux qui a donné la nationalité française aux juifs d’Algérie. Quand je vois Zemmour, je culpabilise. »

On a beau tordre ces mots de la façon que l’on souhaite, ils ont malheureusement une coloration antisémite indéniable ! Ils sous-entendent que les juifs (enfin, ceux qui sont originaires d’Algérie) ne sont pas français ! Qu’ils sont différents du reste de la nation et, surtout, qu’ils doivent le rester, sinon ils sont « drôles » !

L’humoriste sous-entend également que la République a eu tort de prendre, en 1870, le décret Crémieux. Ce généreux arrêté, dont la France peut à juste titre s’enorgueillir, a octroyé la nationalité française à tous les habitants d’Algérie qui le souhaitaient : israélites, musulmans (oui, même eux !) ou étrangers. Il suffisait qu’ils renoncent à leur statut personnel (coranique ou rabbinique), ce qui explique que les musulmans aient préféré rester à l’écart. Sans céder à l’assommante rhétorique du point Godwin, M. Bedos se retrouve sur la même ligne que le maréchal Pétain qui, cédant aux pressions des antisémites, a déchu les Juifs d’Algérie de leur nationalité !

Je suis abasourdi que personne, à gauche, n’ait relevé ces déclarations et sommé M. Bedos de retirer ou de nuancer son propos. Mais les médias se taisent. On trouve, ici ou là, quelques protestations isolées (qui viennent de personnalités juives et marquées à droite).

Si M. Le Pen (ou un de ses partisans) avait traité M. Zemmour de « drôle » de juif, s’il avait remis en cause le décret Crémieux, le MRAP et SOS Racisme auraient sans doute immédiatement déposé plainte. Le parquet, toujours prompt à réagir d’ordinaire dès qu’un élu républicain ou frontiste dérape, aurait ouvert une enquête préliminaire. Les journaux télévisés feraient leurs gros titres sur cette affaire. Pourquoi une telle différence de traitement ?

Ce n’est pas parce qu’on s’affiche de gauche, qu’on est une icône de la « bienpensance », qu’on a le droit de faire des saillies d’une douteuse ambiguïté.

Christian de Moliner

03 Octobre 2015

Toulouse. Les occupants illégaux d’un immeuble d’Habitat Toulouse dénoncent une coupure d’eau

Les occupants d’un immeuble voué à la démolition, près du boulevard Sylvio Trentin, privés d’eau depuis une semaine, appelle Habitat Toulouse à revenir sur sa décision.

Les occupants habitent dans un immeuble rue du général Hoches, dans le quartier des Minimes à Toulouse © Google Map

Ils viennent de Bulgarie, de Tchétchénie, d’Albanie et d’ailleurs. Pour la plupart, sans-papiers ou demandeurs d’asile, selon Youssine Boutouba, président de l’association Solidarity Union qui leur vient ponctuellement en aide. Au total, 70 adultes et 25 enfants occupant illégalement un immeuble rue du général Hoche, dans le quartier des minimes à Toulouse, qui sont privés d’eau depuis un peu plus d’une semaine.

Ces familles sont pour la plupart issues d’un précédent squat boulevard Lascrosses, dans le quartier de Compans Caffarelli, aux alentours du 20 septembre.

Des vigiles pour surveiller les accès à l’eau

Selon le président de l’association Solidarity Union, « des vigiles surveillent 24h sur 24 les trappes permettant d’accéder à l’eau dans la rue ». L’association vient en aide aux habitants de l’immeuble en leur apportant régulièrement des packs d’eau.

L’Office Public d’Habitat de Toulouse, Habitat Toulouse, confirme avoir dépêché des vigiles pour surveiller l’immeuble sans toutefois préciser que leur mission consiste à garder un oeil sur les points d’accès à l’eau.

Ce qui nous inquiète, ce sont les conditions sanitaires dans lesquelles vivent ces familles , explique Youssine Boutouba. C’est inhumain de priver les gens d’eau.

Un collectif réclame le rétablissement de l’eau
Jusqu’ici, les sollicitations d’une membre de l’association Solidarity Union auprès d’Habitat Toulouse pour demander le rétablissement de l’eau avaient choux blanc.  Vendredi 2 octobre, des membres du collectif « Boulevard Lascrosses », qui soutient les habitants, se sont rendus devant les locaux d’Habitat Toulouse, dans le quartier de Bagatelle pour réclamer la remise en route de l’eau dans l’immeuble, selon nos confrères de
France 3.

L’Office Public d’Habitat refuserait de de revenir sur sa décision de couper l’eau du fait de la démolition prochaine tout en expliquant que la demande auprès des fournisseurs d’eau et d’électricité avait été effectué alors que l’immeuble était encore inoccupé.

02 Octobre 2015

Fusillade dans l'Oregon. Le tueur aurait ciblé les étudiants chrétiens

Un homme armé, âgé d'une vingtaine d'années a fait 9 morts et 7 blessés, jeudi matin sur le campus d'une université de l'Oregon, avant d'être abattu par les forces de l'ordre.

Un homme a abattu jeudi dix personnes sur un campus universitaire de l'Oregon, un nouveau massacre qui a provoqué la colère du président Barack Obama face aux fusillades devenues « une chose banale » aux Etats-Unis.

Selon le témoignage d'une étudiante, le tireur, qui a méthodiquement abattu ses victimes, passant d'une salle de cours à l'autre de l'Université d'Umpqua, dans le nord-ouest du pays, visait en particulier les chrétiens.

Quatre armes selon les médias

Il est mort sur le campus de l'université, lors d'un « échange de coups de feu » avec les policiers, a précisé M. Hanlin qui a refusé de donner le nom de l'auteur de la fusillade.

« Vous ne m'entendrez jamais prononcer son nom. Je ne vais pas lui donner la reconnaissance qu'il cherchait sans doute avant de commettre cet acte horrible et lâche », a-t-il lancé.

Des sources de CBS News ont fait état de « quatre armes - plusieurs pistolets et un fusil - (qui) ont été retrouvées sur la scène de la fusillade ».

Des étudiants paniqués

« J'étais dans la classe d'à côté de celle où le tireur » se trouvait, a témoigné une étudiante, Cassandra Welding, sur CNN. En entendant des coups de feu, « tous les étudiants dans la classe se sont jetés sous les bureaux et une femme, une de mes camarades de classe, a été voir ce qu'il se passait, a ouvert la porte et malheureusement le tireur lui a tiré dessus ».

Les étudiants paniqués ont alors fermé la porte, éteint la lumière et appelé la police et leurs familles, tentant de se protéger avec « nos sacs, chaises, tout ce qu'on pouvait trouver au cas où il entre », a poursuivi Cassandra Welding.

L'attaque aurait visé les chrétiens

Un homme dont la fille a été blessée, a déclaré, à CNN que le tireur avait ordonné aux étudiants de se lever s'ils étaient chrétiens, avant de tirer sur eux. « Ils devaient se lever et il disait : "Bien parce que si vous êtes chrétien vous allez voir Dieu dans juste une seconde" », a déclaré Stacy Boylan à la chaîne, rapportant le témoignage de sa fille.

Celle-ci a survécu en faisant le mort et a expliqué à son père que le tireur avait fait irruption dans la salle de classe et avait tiré sur l'enseignant à bout portant.

Des tirs méthodiques

Le tireur a méthodiquement abattu ses victimes, passant d'une salle de cours à l'autre de l'université d'Umpqua, selon les médias locaux.

L'université est installée dans une région reculée et rurale, vivant principalement de l'exploitation du bois.

« Le plus grand choc sera lorsque les noms (des victimes) seront rendus publics et que l'on va reconnaître certains de ces noms », s'est attristé le maire de Roseburg, évoquant un crime « insensé ».

Jeudi soir une veillée aux chandelles se tenait à Roseburg, et d'autres scènes similaires accompagnées souvent de prières se répétaient ailleurs dans l'Etat. 

01 Octobre 2015

Faux Syriens et vrais clandestins

Qui sont les hommes découverts dans la remorque d’un camion à Vivonne lundi ? La question reste sans réponse mais une chose est sûre : ils ne sont pas Syriens comme ils le prétendaient dans un premier temps.
Il est près de 22 h hier soir quand la préfecture communique enfin sur la situation des onze hommes femme et enfants découverts par des routiers russes dans leur remorque à l’intérieur de laquelle ils tambourinaient (lire notre édition d’hier).

« Il ressort des auditions qu’aucune de ces personnes n’est de nationalité syrienne, écrit la préfecture. Contrairement à leurs premières déclarations, elles n’ont pas été en mesure de présenter un document d’identité, ni un titre de séjour sur le territoire national. »

La conséquence est sans appel : des mesures d’obligations de quitter le territoire sans délai et sans mesure de rétention préalable ont été notifiées aux hommes adultes qui se trouvaient sans enfant. Ces hommes sont au nombre de sept a priori. D’après les éléments livrés lundi par les autorités, parmi le groupe découvert dans le camion, se trouvaient un homme voyageant avec un enfant ainsi qu’un couple avec enfants se présentant comme de nationalité iranienne.
Aucune information n’a été donnée sur la nationalité supposée de ce groupe ni sur le sort réservé aux personnes avec enfants.
Enfin, la préfecture assure qu’ « aucune des onze personnes n’a exprimé le désir de déposer une demande d’asile et d’obtention du statut de réfugié ». En quelques heures, le groupe de migrants fuyant la guerre et la répression est donc devenu un groupe de clandestins.
Après une nuit passée à l’hôtel pour les parents avec enfants et dans des chambres mises à disposition par la gendarmerie pour les autres, c’est une nouvelle errance qui commence probablement.

23 Septembre 2015

La Commission lance 40 procédures pour non-respect du droit d’asile contre notamment la France et l’Allemagne. Bruxelles veut aussi mobiliser 1,7 milliard d’euros supplémentaires.

La Commission européenne a épinglé 19 Etats membres de l’UE, dont la France et l’Allemagne, pour non-respect du droit d’asile, dans un communiqué diffusé mercredi.

«Il est grand temps que les Etats membres fassent ce qu’il est nécessaire de faire», a déclaré le numéro deux de la Commission, Frans Timmermans, avant un sommet extraordinaire des dirigeants européens à Bruxelles sur la crise migratoire.

«En Europe, tout le monde doit respecter les standards communément admis sur la manière d’accueillir les demandeurs d’asile», a intimé le commissaire européen responsable des migrations, le Grec c. (…)

La Commission a envoyé aux pays fautifs des lettres de mise en demeure, invitant les autorités nationales à formuler des observations sur la mise en conformité de leur législation dans un délai de deux mois maximum.

La Grèce, l’Italie et la Hongrie, situées tous trois à des frontières stratégiques de l’UE et par conséquent points d’arrivée du flux de migrants, sont parmi les 19 pays épinglés. (…

21 Septembre 2015

Allemagne : un centre d’accueil de migrants incendié

Situé dans la petite ville allemande de Wertheim, dans le Bade-Wurtemberg, le gymnase devait héberger quelque 400 migrants d’ici peu.

À en croire la police locale, le feu a été déclenché volontairement après la livraison de 300 lits pour les futurs occupants. La ville de Wertheim accueille déjà 600 réfugiés, logés dans un autre endroit et selon un responsable de l’administration municipale, la commune n’était pas en mesure d’ouvrir un autre foyer d’accueil, rapporte le site de Zeit. Le maire s’était d’ailleurs fermement opposé à l’ouverture d’un second centre d’accueil d’urgence, au motif que les volontaires et les ressources étaient limités. Selon les médias allemands, à la suite de cette attaque, aucun autre réfugié ne sera finalement accueilli dans la ville. [...]

19 Septembre 2015

Maroc : une piscine interdite aux chiens… et aux femmes de plus de 12 ans

Dans ce bassin du club de natation de La Noria, à Mohammedia près de Casablanca (Maroc), il est très classiquement interdit de sauter, de se pousser et de fumer. L’accès à la piscine est également interdit aux chiens mais aussi… aux femmes de plus de douze ans. C’est en tout cas ce que précise formellement une affichette, placardée à l’entrée de la piscine et dont Karim, habitant de Casablanca, s’est insurgé sur Twitter.

En balade samedi dernier avec sa femme, une cousine de 16 ans et ses deux enfants en bas âge, il n’en revient pas lorsqu’il découvre ce petit dessin, représentant une fillette en maillot de bain barrée d’un trait rouge. « C’est ma femme qui a vu l’affiche. On a pris la photo et on est allé voir la réception, raconte-t-il à metronews. « Et là, on nous a confirmé l’interdiction pour ma femme et notre adolescente de se baigner. Pour nous, pas question de revenir. » Il ajoute : « La dame de l’accueil a compris qu’on était en famille et qu’on voulait se baigner ensemble. Par la suite, j’ai compris que le club disposait d’une autre piscine couverte, réservée aux femmes. »

« Depuis cette polémique, nous avons eu un bond des inscriptions. Il y a des gens qui demandent ce genre de séparations au Maroc, les femmes voilées veulent pouvoir se baigner tranquillement. Vous savez, il y a des hommes, c’est des pervers !

Source

17 Septembre 2015

ges

Un journaliste travaillant pour un magazine néerlandais a pu se faire fabriquer un faux passeport syrien en moins de deux jours.

Harald Doornbos, actuellement basé en Syrie et qui travaille pour le magazine néerlandais Nieuwe Revu déclare que quiconque – y compris les djihadistes et les Syriens qui ont commis des crimes contre l’humanité et sont interdits d’entrer en Europe, peut facilement faire la même chose.

Un faux passeport et une carte d’identité coûtent 825 dollars d’après le journaliste

 

09 Septembre 2015

D'après DAESH, il y en aurait 4000

Dpcj47c

08 Septembre 2015

Ce qui est surprenant, dans tout cela, c'est que tous ces hommes, vigoureux pour la plupart, n'aient pas eu auparavant l'idée de se liguer et d'entrer en résistance.

FacebookTwitter

Il est des évidences qui sont tellement… évidentes qu’on s’étonne que les journalistes, toujours prêts (comme les hommes politiques, d’ailleurs) à déverser leurs affirmations péremptoires, n’aient pas pensé à celle qui saute pourtant tellement aux yeux.

La télévision nous montre depuis plusieurs jours des milliers et des milliers de migrants déferlant sur l’Europe. On y voit des femmes et des enfants et peu de vieillards. On y voit surtout des milliers et des milliers d’hommes dans la fleur de l’âge. Tous disent qu’ils fuient leur pays, parce qu’il est en guerre pour certains, et parce qu’il est dirigé par un dictateur cruel pour d’autres. On peut dans l’immédiat évidemment les comprendre.

Mais ce qui est surprenant, dans tout cela, c’est que tous ces hommes, vigoureux pour la plupart donc, n’aient pas eu auparavant l’idée de se liguer et d’entrer en résistance. Prenons le cas de la Syrie, par exemple. On sait qu’il y a là-bas des rebelles qui combattent à la fois Assad et Daech. Aussi, ces hommes vigoureux, ces milliers d’hommes, au lieu de fuir – car c’est bien de cela qu’il s’agit -, auraient été quand même bien inspirés de rester dans leur pays pour se battre avec leurs frères de sang rebelles, devenant eux-mêmes des rebelles et accélérant, par une résistance ainsi renforcée, la chute de leur tyran et l’éradication de la vermine islamique.

Qu’ils mettent à l’abri leurs femmes et leurs enfants en les accompagnant dans leur exil, rien de plus normal. Mais une fois cette mission familiale accomplie, leur devoir devrait être de revenir très vite dans leur pays pour prendre les armes et se battre. Et on peut parier, sans beaucoup de crainte de se tromper, que l’Europe, faisant le constat plus tard de leur victoire, n’hésiterait pas alors à mettre tous les moyens nécessaires pour assurer, avec la plus grande humanité, le retour de leurs femmes et de leurs enfants. Quand on pense qu’il y a des gens qui partent d’Europe et qui font donc le chemin inverse pour aller détruire justement le pays de ces déserteurs qui ne se soupçonnent pas comme tels, on ne peut être que confondus !

Il faut le crier très fort : le fait, pour ces hommes, de partir vivre en Europe est en fait de la lâcheté et un désintérêt total pour leur propre pays, ce pays qui les a vus naître. C’est finalement choisir le confort et la facilité plutôt que l’orgueil de l’honneur et la fierté d’être des hommes. On peut douter, d’ailleurs, quand les rebelles – leurs compatriotes, engagés, eux – seront sortis victorieux de cette guerre infâme qui n’en finit jamais, que ces milliers d’hommes vigoureux reviennent au sein de la mère patrie. Et si certains d’entre eux osent tenter ce choix, auront-ils au moins la décence de baisser la tête, comprenant qu’ils n’ont été finalement que des couards ?

La Syrie en ruine, l’Érythrée, l’Afghanistan, le Soudan, l’Irak… ne sont déjà plus que des mères stériles parce qu’abandonnées par leurs hommes. Leur ventre sera bientôt sec. Il y a peu encore, les Tunisiens, les Libyens, les Égyptiens, les Yéménites se sont battus. Alors, pourquoi pas eux ? Et qu’attends-tu, Europe, avec ta sensiblerie et ta fausse compassion, pour leur jeter cette vérité à la face ? Sans doute ton silence s’explique-t-il par le fait que tes hommes à toi ont perdu depuis bien longtemps leur virilité…

Philippe Arnon  

02 Septembre 2015

Saint-Chamond (42) : promise à un époux en Turquie, sa famille la roue de coups pour qu’elle fasse un test de virginité

Giflée, passée à tabac par son père et son oncle. Mordue par sa grand-mère. C’est le sort qui aurait été réservé à une adolescente de 15 ans résidant à Saint-Chamond dans la Loire. Tous ont été jugés mardi par le tribunal correctionnel de Saint-Etienne, relate Le Progrès.

Les faits remontent au mois d’avril. La victime a expliqué qu’elle avait refusé de se soumettre à un test de virginité, comme l’exigeait son aïeule. La grand-mère aurait alors sollicité l’aide musclée de ses fils pour faire entendre raison à la jeune fille, promise à un futur époux habitant en Turquie.

A la barre, les proches de l’adolescente se sont défendus, argumentant qu’elle se droguait et fréquentait un homme plus âgé qu’elle. Ils ont également affirmé qu’elle s’était elle-même infligé les coups reçus. La décision sera rendue le 22 septembre.

01 Septembre 2015

Mensonges et diffamations : Marion Maréchal-Le Pen dépose plainte contre Christian Estrosi

“Cela fait des semaines que Christian Estrosi raconte n’importe quoi sur mes déclarations, sur le Front National, sur mes colistiers, ou à mon encontre. Ce fut encore le cas ce matin même lors de son entretien sur la radio Europe 1.

Je ne sais pas s’il agit de la sorte sous l’effet de la panique ou de la chaleur, mais ça suffit ! J’ai donc décidé de siffler la fin de la récréation en demandant à mes avocats de déposer plainte contre M. Estrosi.

Il y a, dans ce seul entretien, au moins trois phrases méritant une plainte dont une particulièrement grossière : celle où il prétend que j’aurais considéré les protestants comme complices des nazis.

J’espère que cela va enfin mettre un coup d’arrêt à ses déclarations affligeantes et permettre d’élever un peu le niveau du débat. J’aimerais pour ma part que l’on parle de notre vision pour la région PACA, de notre ambition et de notre projet pour celle-ci. Si M. Estrosi n’a manifestement rien à dire sur le sujet, ce n’est pas mon cas.”

25 Août 2015

Jusqu’à six mois de prison et une amende illimitée. Les immigrants illégaux travaillant en Angleterre et au Pays de Galles pourront être condamnés à une peine de prison tandis que certaines entreprises, telles que les pubs, les commerces ou encore les restaurants de vente à emporter, pourront voir leur permis d’exercer leur activité retiré, a annoncé le gouvernement britannique mardi 25 août.

Selon une précédente annonce du gouvernement, les salaires des travailleurs clandestins pourront également être saisis.

« Si vous êtes ici illégalement, nous prendrons des mesures pour vous empêcher de travailler, de louer un appartement, d’ouvrir un compte en banque ou de conduire une voiture », a prévenu James Brokenshire, secrétaire d’État britannique à l’Immigrationdans le communiqué.

Le gouvernement conservateur de David Cameron avait ainsi annoncé début août que les propriétaires qui logeraient des clandestins pourraient être condamnés à de la prison.

Un projet de loi présenté dès l’automne

Toutes ces propositions seront incluses dans le nouveau projet de loi sur l’immigration que compte présenter le gouvernement à l’automne, alors que l’immigration est l’un des principaux sujets de préoccupation des Britanniques.

Des milliers de migrants venus du Moyen-Orient, d’Afrique ou d’Asie tentent notamment de passer vers le Royaume-Uni via le port français de Calais.

La tension dans cette zone a connu un pic cet été, avec chaque nuit des centaines de tentatives de pénétrer dans les installations du tunnel sous la Manche, emprunté par des trains navettes chargés de camions.

23 Août 2015

Il y a expulsés et expulsés : pour des clandestins, les « bonnes âmes » se mobilisent. Mais pour de modestes Français expulsés par le Grand Paris Express (GPE), aucune manif…

Parmi les premiers expulsés de leur « petit chez-soi » pour cette « grande cause » qu’est le futur GPE, un couple de… 87 et 86 ans vivant depuis 1974 à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) dans une caravane, sur un lopin inclus par la Société du Grand Paris (SGP) dans les 33 hectares du site de maintenance du GPE.

Aubaine pour des millions de propriétaires dont le bien va grimper, ce « super métro » est un drame pour d’autres ! Des commerçants voient le travail de toute leur vie s’effondrer et, pour des particuliers, l’univers qui était le leur depuis des décennies va disparaître ! Des réunions publiques ont-elles été organisées par la SGP ou par la ville – dont le maire n’est autre que M. Dominique Adenot (PCF), président de l’Association nationale des élus communistes et républicains (ANECR) – ? Toujours est-il que c’est par lettre que les « victimes du GPE » ont appris l’agréable nouvelle ! Tel ce jeune pro en mobilier qui, s’installant en mars, croyait que les travaux seraient terminés en 5 ou 6 mois avant d’apprendre, après avoir signé son contrat, que ce serait en 5 ou 6… ans !

Nos octogénaires, eux, sur leur bout de terrain tant aimé, ont fondé une famille. Ils pensaient y finir leurs jours mais des politiques et de hauts fonctionnaires sont passés – non par là mais – par-dessus ! Que représente, pour eux et leurs bulldozers, la vie de ces Français ! « Jusqu’ici, on ne nous a même pas proposé une cage à lapin. On n’est pas des étrangers, on est des Campinois. On a le même médecin depuis 40 ans. Comment faire si on doit partir ? », a confié cette famille au Parisien, l’un des rares médias à avoir évoqué ce problème.

Leur nom de famille n’a rien d’exotique : pensez, Duvivier, prénoms, Céline et Robert ! Alors pourquoi voulez-vous que leur tragédie émeuve la « grande presse » ou les amis d’expulsés à condition que ceux-ci soient entrés illégalement en France… Comme peut-être certains membres de « la pseudo-association Masjeb Abdellah Ben Massoud » accusée par le FN local d’avoir organisé sur l’un des marchés de cette ville de Champigny « une quête illégale pour la construction d’une mosquée ».

Et c’est encore le FN qui, cet été, dénonçant le « racket » sur les commerçants par le secteur public, a qualifié « d’insupportable » la situation de ces commerçants : pour certains, « c’est la double peine ! Non contents de subir de nouvelles extorsions légalisées, ils vont devoir survivre aux travaux du Grand Paris. Enfin, s’ils ont de la “chance”. Car au nom de cette gabegie régionale, un certain nombre d’entre eux vont être expropriés. » Mais quel poids a le privé face au public dans une France dirigée par le PS et dans le dernier département présidé par un PCF ?

Jacques Martinez

 

21 Août 2015

Avec 1.179 étrangers interpellés, les Alpes-Maritimes ont enregistré un nouveau pic d’interpellations de migrants en situation irrégulière venant d’Italie la semaine dernière (10 au 16 août), a indiqué jeudi la préfecture.

Un total de 1.179 étrangers ont été interpellés, dont les deux tiers ont été ramenés en Italie, a précisé Sébastien Humbert, sous-préfet des Alpes-Maritimes.

Le tiers restant a été laissé libre en France avec la consigne de quitter le territoire.

Le profil de ces migrants arrivés de l’Italie se compose majoritairement de Soudanais (environ 600 interpellés), suivis d’Afghans (150), de Pakistanais (120) et d’Erythréens (120).

Ces populations viennent pour la plupart directement d’Afrique, et arrivent dans le Sud de l’Italie par bateau.

Deuxième semaine la plus importante de l’année

Il s’agit de la deuxième semaine la plus importante de l’année en termes d’interpellations par les autorités françaises dans ce département frontalier, après celle du 8 au 14 juin (1.549 étrangers interpellés). (…)

20 Août 2015

Ce n’est pas sans raison que le vieil adage bien connu des Arabes et des machistes nous dit : « Bats ta femme ; si tu ne sais pas pourquoi, elle le sait bien. » SHARES

FacebookTwitter

C’est à la maison d’arrêt de Villepinte, nous apprend Le Parisien, où l’avaient conduit quelques peccadilles, que le nommé Geoffrey G., 23 ans, s’était, comme bien d’autres, converti à l’islam le plus radical. De fait, à sa sortie de prison, l’automne dernier, le jeune homme informa sa mère qu’elle devait désormais l’appeler Abou et qu’il ne tarderait pas à gagner la Syrie où il avait la ferme résolution de mourir en martyr.

Des considérations personnelles ayant apparemment amené le néophyte à différer son départ et son projet, il lui fallait bien vivre en attendant, et Geoffrey ne vit pas d’incompatibilité entre la pratique de sa nouvelle religion et celle du métier qu’il embrassa également avec la foi ardente du néophyte. Il se fit proxénète.

Des trois jeunes filles, âgées de dix-huit ou dix-neuf ans, qu’il mit sur les trottoirs de Paris, la préférée était sa régulière, qui répondait au doux nom de Nina, dont il vantait les charmes sur Internet, où il la décrivait aux clients éventuels comme une « Maghrébine en chaleur ». Au prix d’une disponibilité de tous les instants, Nina rapportait à son jules – je veux dire à son Abou- jusqu’à vingt mille euros par mois.

Quelle perversité de sa nature, intrinsèquement féminine, fit que Nina « lui manqua de respect en parlant à d’autres hommes » ? C’était plus que Geoffrey n’en pouvait tolérer. Une chose est de se prostituer pour son homme, une autre est de prendre plaisir à converser avec d’autres. On commence par bavarder avec les clients, et nul ne sait comment ça finit. Est-ce en tant que mac à la redresse, est-ce en tant que musulman rigoriste que Geoffrey se vit contraint de corriger sa petite amie ? L’islamisme selon Daech et les lois du milieu se rejoignent sur ce point que la femme est faite pour être commandée, exploitée, violée, et ce n’est pas sans raison que le vieil adage bien connu des Arabes et des machistes nous dit : « Bats ta femme ; si tu ne sais pas pourquoi, elle le sait bien. »

La cour d’appel de Paris vient de confirmer le jugement de première instance qui condamnait le jeune Geoffrey à trois ans de prison pour proxénétisme. Il y a de l’Abou.

Dominique Jamet

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 27/02/2017