2) JURIDICTION

26 Février 2017

France : les policiers municipaux doivent éviter une partie d’un quartier de Nantes

La consigne est tombée hier matin : les policiers municipaux nantais ne doivent plus aller patrouiller dans une partie du quartier de la Bottière, à Nantes, « jusqu’à nouvel ordre« .

Troublante coïncidence, glisse le syndicat FO, qui dénonçait justement la veille devant la presse locale l’insuffisance des moyens de protection alloués aux agents, sur le terrain.

Au début du mois, la Ville avait lancé un plan d’îlotage. Il avait été demandé aux agents de se rendre, par équipe de deux, à pied ou à vélo dans les quartiers dits « populaires ».

Objectif ? « Se montrer à l’écoute des habitants et des commerçants ».

Les coups de feu tirés lundi soir rue de la Rivetterie à la Bottière ont incité la Ville à prendre des mesures. Elle a indiqué jeudi soir avoir pris cette décision « pour ne pas exposer les agents alors que des risques sont connus«.

Source : http://www.presseocean.fr/actualite/nantes-les-policiers-municipaux-doivent-eviter-un-secteur-du-quartier-bottiere-24-02-2017-220357

16 Février 2016

Une employée de la RATP refuse de prêter serment à cause de sa foi, son licenciement jugé discriminatoire

Peut-on licencier un employé qui a refusé de prêter serment en raison de ses croyances religieuses ? A cette question épineuse, portant sur la laïcité au travail, la Cour de cassation a répondu non, mercredi 1er février. La chambre sociale de cette juridiction a cassé la décision de la cour d’appel de Paris, dans un litige opposant la RATP à Marie B., une ex-employée du groupe.

Les faits remontent au 28 septembre 2007. Ce jour-là, Marie B., qui vient d’être embauchée comme agent permanent à la RATP, refuse, en raison de sa foi catholique, de prêter serment par la formule « Je le jure », condition nécessaire à l’exercice de sa profession. Elle propose, à la place, un serment alternatif au président du tribunal de grande instance, qui refuse et acte la décision de Marie B. Cette dernière est licenciée, le 12 novembre 2007, pour faute grave. Une mesure jugée discriminatoire par la Cour de cassation, qui a statué dix ans après les faits.
Le refus de prêter serment : pas une faute grave

Dans l’arrêt que s’est procuré franceinfo, la Cour de cassation motive sa décision par le fait « qu’aucun salarié ne peut être licencié en raison notamment de ses convictions religieuses ». Sur ce point, la RATP, contactée par franceinfo, assure avoir « nullement licencié son ex-salariée pour des ‘faits religieux’ », mais parce qu’elle n’était pas assermentée.
Reste que, pour la Cour de cassation, le refus de prêter serment ne peut en aucun cas constituer une faute grave, d’autant que Marie B. avait proposé un texte alternatif « reprenant les prescriptions de la loi ». Pour elle, la cour d’appel n’aurait jamais dû exiger que Marie B. dévoile sa religion chrétienne et a ainsi violé la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales.
« La discrimination vaut pour toutes les religions »

Dans cette affaire, « il y a eu deux rigidités », décrypte Françoise Champeaux, rédactrice en chef de la revue juridique La Semaine sociale Lamy, interrogée par franceinfo. « On a un juge qui n’accepte pas une autre prestation et la RATP qui décide de licencier et de ne pas donner une seconde chance » en reprogrammant une prestation de serment. A la Cour de justice de l’Union européenne, il existe d’ailleurs deux types de prestations de serment, pour éviter ce genre de cas.
L’affaire pose la question de la laïcité au travail, comme ce fut le cas lors de l’affaire de la crèche Baby Loup. En 2008, une salariée portant le voile islamique avait été licenciée pour avoir ainsi transgressé le règlement intérieur de cet établissement privé. A l’époque, la chambre sociale de la Cour de cassation avait jugé que ce licenciement constituait « une discrimination en raison des convictions religieuses ». Mais, en 2014, l’assemblée plénière de cette même Cour avait déjugé cet arrêt et confirmé le licenciement de la salariée.
Dans le cas de la RATP, la chambre sociale de la Cour de cassation se montre tout aussi ferme. Son arrêt va désormais s’appliquer à toutes les prestations de serment similaires, dans de nombreuses professions. Elle oblige en tout cas la Cour d’appel à restatuer.
« La chambre sociale aurait pu dire que la formule ‘Je le jure’ est laïque. Elle dit l’inverse, souligne Françoise Champeaux. Ce qui est intéressant, c’est que là on ne parle plus de voile, mais de la religion chrétienne. La discrimination pour raisons religieuses vaut évidemment pour toutes les religions. Médiatiquement, on avait beaucoup commenté les affaires de salariées voilées. Là, on voit bien que la question se pose quelle que soit la religion. »

France TV Info

06 Février 2017

La gauche est à géométrie variable

Indignation gauchiste
Les gauchistes de toute l'Europe manifestent contre Trump et contre son décret anti-immigration, mais jamais contre les pays Arabes qui interdisent l’entrée des Israéliens…
16 pays musulmans : l’Algérie, le Bangladesh, Brunei, l’Irak, l’Iran, le Yémen, le Koweït, le Liban, la Libye, la Malaisie, Oman, le Pakistan, l’Arabie Saoudite, le Soudan, la Syrie et les Emirats Arabes Unis, refusent depuis des décennies d'accorder des visas aux israéliens
Cela va même beaucoup plus loin... Si un citoyen français s'avise de passer par Tel Aviv et que son passeport soit tamponné d'un visa israélien il ne pourra plus rentrer dans aucun des pays susnommé. Qui s'en indigne ?

27 Janvier 2016

France : une cellule terroriste opérationnelle resterait introuvable

Le commando des attentats belges de mars 2016 comptait sur des « frères » basés en France pour frapper l’Hexagone avec d’autres attentats. Des documents versés récemment au dossier d’instruction, auxquels nous avons eu accès, semblent démontrer la présence d’une cellule terroriste en France.

Le disque dur n’en finit pas de livrer des secrets, parfois glaçants. En fouillant l’ordinateur portable du commando des attentats de Bruxelles, les services de renseignement belges ont trouvé la trace d’une « potentielle cellule terroriste présente en France », dans des documents transmis à leurs homologues français.

L’origine de cette information sensible s’appelle « Carved001884 », du nom du fichier audio retrouvé dans cet ordinateur, découvert au fond d’une poubelle de la rue Max-Roos à Schaerbeek – la planque de l’équipe – dans la foulée des attentats suicides contre l’aéroport et le métro bruxellois.

Les enquêteurs ont vite mis un nom sur la voix entendue dans ce fichier audio : celle de Najim Laachraoui, l’artificier de ces attaques comme de celles du 13-novembre à Paris. Dans des conversations enregistrées entre le 15 février et le 15 mars 2016, l’Islamiste radical belge discute via Internet avec « Abou Ahmed », l’un de ses commanditaires. Cet « émir » a depuis été identifié comme étant Oussama Atar, un djihadiste belge de 32 ans actuellement en Syrie.

Au cours de cette conversation, Najim Laachraoui demande à cette vieille figure du djihadisme si les « frères » toujours présents en France sont encore opérationnels. Le futur kamikaze de l’aéroport de Zaventem aimerait qu’ils soient formés à la confection de « produits ». « Afin qu’ils puissent fabriquer à leur tour des explosifs, être armés et mener des attaques », résument les policiers belges.

L’artificier confie que lui comme certains de ses complices préféreraient « frapper » la France plutôt que la Belgique, celle-ci pouvant servir de « base de repli » une fois l’attentat commis. Ces « frères » français peuvent y louer des appartements servant de planques car ils connaissent bien les lieux, argumente en substance Najim Laachraoui, qui plaide pour éviter les allers-retours entre la France et la Belgique, trop dangereux à ses yeux.

Cette possible cellule terroriste basée en France n’a, à ce jour, toujours pas été identifiée (…)

Source : http://www.lci.fr/societe/info-tf1-attentats-de-bruxelles-la-piste-d-une-cellule-dormante-en-france-evoquee-2023662.html?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

18 Janvier 2016

« Malheureusement, Juvisy-sur-Orge est tout sauf une exception ! »

Un groupe d’une trentaine de jeunes, armés notamment de sabres, de machettes, et de barres de fer, a saccagé un quartier de Juvisy-sur-Orge dans la nuit de samedi à dimanche. Un véritable déchaînement de violence qui a vu des portes de hall d’immeubles défoncées, des véhicules abîmés et un appartement ravagé sous les yeux d’un père de famille et de son bébé.

Les habitants du quartier sont encore aujourd’hui sous le choc.

Réaction de Xavier Raufer.

https://www.dailymotion.com/video/x58usr7_xavier-raufer-malheureusement-juvisy-sur-orge-est-tout-sauf-une-exception_news

06 Janvier 2016

En Suède, des migrants se plaignent de leurs conditions de vie et de la difficulté à trouver une petite amie

Mohammad Jumaa, migrant, dénonce des conditions de vie qui le « tuent une seconde fois »


Mohammad Jumaa, réfugié syrien, n’en accuse pas moins la Suède de l’avoir condamné, lui et ses congénères, à une « vie misérable ».
Sa tribune a été accueillie par un média public suédois, où il a donc pu exprimer son insatisfaction vis-à-vis des pouvoirs publics locaux.
 Cela fait plus d’un an, dit-il, que lui-même et d’autres migrants attendent de se voir proposer « une vie bonne et naturelle », emploi bien rémunérateur à la clé. « Nous sommes des êtres humains, pas des animaux qui ont seulement besoin de manger et de dormir ! », se plaint-il.


En Suède, les migrants sont « obligés d’attendre » dans de mauvaises conditions, notamment en ce qui concerne le logement. 
« Je suis un homme honnête et honorable. De nombreux réfugiés maudissent le jour où ils sont arrivés ici. Je n’arrive pas à croire que c’est la Suède ! », écrit Juuma, accusant le pays de se vanter à tort d’être une « superpuissance humanitaire » : « Pourquoi nous avez-vous ouvert la porte en tant que réfugiés, si vous ne pouvez pas nous aider à vivre une vie digne, respectable et bien remplie ? »

Lorsque l’on sait dans quelles conditions sont arrivés des centaines de milliers de migrants qui se sont imposés en Europe sans demander s’il y avait de la place pour eux, cela ne manque pas de sel.
 
La Suède accueille mal ses migrants, et tant pis s’il y en a trop

Mais Mohammad Jumaa ne veut même pas en entendre parler : « Ne me dites pas que c’est parce que vous avez tant de réfugiés en Suède. Je le sais. Mais je ne comprends pas pourquoi vous voulez nous tuer une seconde fois. Ce temps d’attente, c’est la même chose que de nous tuer… Attendre c’est la même chose que de mourir… Cela provoque beaucoup de stress… Beaucoup de ressentiment… »
 Et de mettre en garde : beaucoup de réfugiés pensent comme lui et c’est aux Suédois de leur montrer leur vraie préoccupation à leur égard, de les traiter « comme des êtres humains et non comme les animaux ou des numéros ».

Mardi dernier, un autre Syrien, réfugié comme lui, avait la parole sur la radio publique suédoise : Mahmoud a une revendication simple.
 « Je veux une maison », a-t-il répété, parce qu’il est en appartement et que cela réduit ses chances de trouver une petite amie.
La journaliste Katarina Gunnarsson ose observer que la chambre où il lui vit – payée par le contribuable suédois – « ressemble à une chambre d’hôtel ».
Mahmoud s’attendait à autre chose, et il veut le faire savoir :

« J’espérais fortement avoir ma propre maison particulière. Et alors ils me donnent cet appartement. C’est comme un camp de réfugiés. Quelle est la différence ? », tempête cet ancien habitant de Damas. « J’ai 25 ans et je n’ai jamais eu de petite amie. Je suis encore vierge. Je cherche une petite amie, je cherche une femme. Mais c’est impossible, comment vais-je pouvoir vivre dans cette chambre ? »

 
De la difficulté à trouver une petite amie, un bon emploi, une maison de rêve…

La journaliste lui a quand même rappelé que beaucoup de Suédois seraient ravis de disposer d’un tel appartement à Stockholm à l’heure où le pays est aux prises avec une grave crise du logement. Réponse : « Je suis venu en Suède et j’avais le fort espoir de pouvoir me créer une vie ici. Mais après avoir vécu ici pendant un an et huit mois, j’ai commencé à perdre espoir. » Réfugié ou migrant économique ?
Pas besoin d’être devin pour répondre…

Dans le complexe d’appartements modulaires spécialement construits pour les migrants à Norrtälje, Mahmoud n’est pas le seul à se plaindre.
De nombreux migrants – près de la moitié des habitants de l’ensemble – ont participé à une manifestation en août pour faire comprendre qu’ils s’attendaient à se voir attribuer des appartements indépendants et permanents, des logements à part entière, plutôt que de devoir partager une cuisine avec les autres migrants.
 
Certains d’entre eux souffrent de dépression et même de pensées suicidaires, ont fait savoir leurs porte-parole.

Mais pourquoi ne rentrent-ils pas en Syrie ?
 
 Il auraient au moins la satisfaction d’être chez eux.
 
Anne Dolhein

27 Décembre 2016

Belgique : un fonctionnaire de l’Otan enquêtant sur le financement du terrorisme retrouvé « suicidé »

Un cadre de l’Otan travaillant au quartier général de l’alliance atlantique a été retrouvé mort suite à ce qui ressemble à un assassinat maquillé en suicide. Fait troublant, la victime, Yves Chandelon, travaillait notamment sur le financement du terrorisme.

Le journal belge La Meuse revient sur les circonstances du drame :

Vendredi matin, près d’Andenne, le corps sans vie d’Yves Chandelon (62 ans) était découvert dans sa voiture. Il était mort d’une balle dans la tête et tenait encore l’arme dans sa main droite. Tout porte à croire que ce haut fonctionnaire de l’Otan s’est suicidé. Mais la famille et ses amis n’y croient pas du tout !

Et poursuit .

« Les constatations révèlent qu’il est mort d’une balle dans la tête tirée par une arme à bout touchant qu’il tenait toujours dans sa main droite », explique un ami de la famille. « Or, Yves Chandelon était… gaucher ! Et lorsqu’on se suicide à bout touchant, le choc fait que l’arme ne reste pas dans la main. Ça a tout l’air d’un meurtre qu’on a voulu déguiser en suicide. »

Ces doutes sont corroborés par des confidences de la victime auprès de ses proches.

7sur7.be :

Mais l’homme se sentait menacé. Comme il l’avait évoqué à son entourage, il pensait avoir été suivi et avait déjà reçu des appels « étranges ». Au sein de l’OTAN, ce sexagénaire exerçait la fonction d’auditeur général qui l’amenait à traiter des dossiers liés au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme. Un profil susceptible d’exposer Chandelon au danger.

Le soutien aux djihadistes en Irak et en Syrie par différents états n’est plus un secret. En Syrie, des documents de la CIA déclassifiés indiquent que le gouvernement français a, avec d’autres, soutenu l’émergence de l’Etat Islamique dans l’est du pays.

Lors de l’intervention russe en Syrie, en septembre 2015, des révélations très détaillées ont été faites au sujet des liens du gouvernement turc avec les divers groupes djihadistes, y compris avec l’État Islamique. La Turquie, membre de l’Otan, peut être – parmi d’autres – extrêmement soucieuse de révélations sur son soutien aux forces djihadistes.

En plus d’accueillir la capitale de l’UE et le quartier général de l’Otan, la Belgique est aussi une des principales bases arrières djihadistes en Europe de l’Ouest.

Sources : – http://breizatao.com/2016/12/26/belgique-un-fonctionnaire-de-lotan-enquetant-sur-le-financement-du-terrorisme-retrouve-suicide/

http://www.lameuse.be/1747368/article/2016-12-22/le-fonctionnaire-de-l-otan-avait-le-pistolet-dans-la-main-droite-alors-qu-il-est

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/3036541/2016/12/21/Un-fonctionnaire-de-l-OTAN-retrouve-a-Andenne-avec-une-balle-dans-la-tete.dhtml

18 Décembre 2016

France : une islamiste agresse une secrétaire médicale lui reprochant d’être « une mauvaise musulmane »

Le cabinet médical du centre commercial de la place Saint-Paul, dans la cité de la Mosson-la Paillade à Montpellier a connu une vive agitation, jeudi matin, quand une femme de 68 ans a débarqué dans la salle d’attente, où se trouvaient quatre patients. Après les avoir menacés, elle s’en est pris d’abord verbalement, puis physiquement à la secrétaire médicale, âgée de 47 ans, furieuse qu’on lui refuse un rendez-vous par téléphone et ce depuis mardi.

Avant de lui tordre une main et de la frapper, ce qui a entraîné un arrêt de travail de 5 jours, la sexagénaire a tenu des propos en Arabe constituant une atteinte à la religion de la victime, notamment en lui reprochant, « d’être une mauvaise musulmane, car elle ne porte pas le voile », proférant également des menaces de mort réitérées. La secrétaire médicale a pu traduire les déclarations de la visiteuse, qui a fini par alerter la doctoresse qui était en train de soigner un malade.

La doctoresse n’a pas pu calmer la colère de la retraitée et aidée par les quatre patients en salle d’attente qui ont assisté à toute la scène a réussi à expulser manu-militari la sexagénaire du cabinet médical. Celle-ci a tranquillement regagné son domicile, avenue de l’Europe, où elle a été interpellée vers midi par les policiers de la Sécurité publique du bureau des quartiers nord (…)

Source : http://e-metropolitain.fr/2016/12/17/montpellier-coups-menaces-racistes-et-de-mort/

11 Décembre 2016

Berlin va dépenser 150 millions d’euros pour rapatrier les migrants

La devise de la politique migratoire allemande «Nous y arriveront» marche-t-elle encore, Mme Merkel? Il semblerait que non! Le gouvernement allemand va dépenser 150 millions d'euros pour un programme chargé de renvoyer les migrants dans leur pays d’origine.

C'est le ministre allemand de la Coopération économique et du Développement, Gerd Müller, qui a annoncé l'intention du gouvernement de créer un programme de renvoi des migrants qui coûtera 150 millions d'euros.
Dans le cadre de ce programme, le pays dépensera 50 millions d'euros chaque année pour aider les migrants qui ont échoué à obtenir le statut de réfugié en Allemagne ainsi que ceux qui souhaitent retourner dans leur pays natal. Le programme vise des migrants irakiens, afghans et ceux en provenance des Balkans, a précisé le ministre dans une interview au journal allemand Augsburger Allgemeine.

Grâce à ce programme, les migrants seront capables de « recommencer une nouvelle vie » dans leur pays d'origine, a-t-il expliqué. Sur les 900 000 migrants arrivés en 2015 en Allemagne, près de 21 000 demandeurs d'asile ont été renvoyés du pays, alors qu'au cours des sept premiers mois de l'année en cours, ce nombre a atteint 35 000, selon le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière.

Plusieurs programmes ont été mis en place dans le pays afin d'aider les migrants et les demandeurs d'asile à s'adapter à leur nouvel environnement. Dans le même temps, les autorités allemandes ont décidé de resserrer le processus d'obtention du statut de réfugié et le contrôle aux frontières.

Au cours des célébrations du Nouvel An à Cologne en 2015, des migrants ont perpétré des attaques massives contre les habitants locaux. Après cet incident, les autorités ont décidé de simplifier le processus d'expulsion des migrants qui avaient violé les lois allemandes.


En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/international/201612091029086923-allemagne-depenser-150-millions-euros-rapatrier-migrants/

04 Décembre 2016

 Argenteuil, Mohamed tabasse deux « pédés ». Son « homophobie trouve ses racines dans un intégrisme religieux »

La scène s’est déroulée à Argenteuil, dans le Val d’Oise, le 24 novembre dernier. Mohamed, au volant d’une voiture, aperçoit deux hommes qui lui semblent homosexuels. Il s’arrête, descend, les traite de « pédés », puis leur assène « une série de coups de poing avant de prendre la fuite », non sans avoir dérobé à l’un deux son téléphone portable, histoire de rentabiliser l’opération. Difficile de perdre ses habitudes : selon Le Parisien, Mohamed compte « dix-sept mentions à son casier judiciaire pour vol, violences, stupéfiants » !

Mohamed devait être jugé le 30 novembre en comparution immédiate pour violences volontaires commises « en raison de l’orientation sexuelle des victimes » mais son procès a été reporté au 23 décembre. A sa demande. Il a réclamé le temps de préparer sa défense. L’accusation, elle, est prête. Le procureur a expliqué que son « homophobie trouve ses racines dans un intégrisme religieux, comme le montrent les déclarations de sa compagne ». On n’a pas entendu dire que SOS Homophobie se soit portée partie civile…

Sources : – http://fr.novopress.info/202159/a-argenteuil-mohamed-tabasse-deux-pedes-au-nom-de-lislam/

http://www.leparisien.fr/argenteuil-95100/argenteuil-deux-homosexuels-roues-de-coups-devant-le-lycee-30-11-2016-6396966.php#xtor=AD-1481423554

26 Novembre 2016

France : colère en Ardèche, département submergé par le chômage et les migrants

L’accueil imposé de 65 nouveaux migrants de Calais dans la commune des Vans provoque une manifestation d’envergure ce 26 novembre, à l’appel d’élus.

Le département de l’Ardèche a longtemps fait rêver avec la magnifique chanson de Jean Ferrat « La montagne ».Une chanson directement inspirée du cadre local puisque le célèbre chanteur habitait Antraigues sur Volane, village du Sud Ardèche. L’image idyllique chantée par Jean Ferrat est désormais mise à mal par la situation réelle du département.Ainsi, Annonay, première ville d’Ardèche, 16 400 habitants, compte 3 098 chefs de famille inscrits à Pôle-Emploi, suite à la crise industrielle et de nombreuses fermetures d’entreprises ces dix dernières années. La majorité des habitants ont voté à gauche lors de tous les scrutins, en espérant l’implantation de nouvelles entreprises. A défaut d’emplois, le gouvernement socialiste leur impose, depuis un an et demi, des dizaines de Migrants par vagues successives. Cela va de 16 migrants orphelins imposés en août 2015 à la maison d’enfants « Maison Pour Vivre » de Tournon sur Rhône à des dizaines d’arrivées d’adultes migrants,les mois suivants, du côté de Privas.

La dernière arrivée de migrants, annoncée le 4 novembre par la Préfecture de Privas, concerne la commune des Vans, dans le Sud du département. L’ancien hôpital de la commune a été réquisitionné pour accueillir 65 migrants de Calais. Il devient un centre d’accueil et d’orientation. Colère chez un certains nombre d’élus de droite. Avec Alain Barnier, élu de la commune de Viviers à leur tête, ils ont créé une association « Sauvons notre Pays », afin de faire entendre la voix du Pays réel. Avec le « franc parler » qu’on lui connaît, et avec détermination, Alain Barnier explique : « Une action est mise en place ce samedi 26 novembre 2016 pour dénoncer et combattre l’arrivée imposée d’illégaux en Ardèche… ». « Pendant ce temps, fustige l’élu de Viviers, l’Etat a laissé mourir 327 SDF depuis le début de l’année 2016 ».

Proche de Jacques Bompard, maire d’Orange, et de l’avocat Gilbert Collard, l’élu Ardéchois dénonce un véritable déni de démocratie. S’adressant au Préfet de l’Ardèche, il écrit et dénonce « un mépris pour les citoyens, et un camouflet cinglant pour les élus ». Pour déjouer tout musellement ou interdiction de la manifestation par la préfecture de Privas, les organisateurs ont décidé de « communiquer le lieu et l’heure exacte dans l’heure précédent le rassemblement et la manif…. ». En somme, une action commando pour empêcher le Préfet de l’Ardèche d’interdire la manifestation.

Après les polémiques liées à la responsabilité de l’Etat lors des attentats du Bataclan et de Nice, cette nouvelle « jacquerie » en Ardèche, conduite par des élus qui affirment agir en dehors de toute étiquette politique, ravive les questions. Surtout après que le député Georges Fenech, président de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats et le terrorisme, ait dévoilé que des menaces précises avaient été connues en 2009. De quoi se poser des questions sur la gestion des migrants, dont les groupes peuvent contenir des éléments infiltrés.

Source : http://lesobservateurs.ch/2016/11/26/colere-en-ardeche-departement-submerge-par-le-chomage-et-les-migrants/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

17 Novembre 2016

TRUMP MENACÉ par la Nomenklatura des béni-oui-oui d'Europe, à mourir de rire

C’est une missive édifiante. Elle est signée des «présidents» de l’UE et se veut une lettre de félicitations au POTUS nouvellement élu, Donald Trump. Or ce courrier banal en apparence contient entre les lignes un véritable ultimatum au trublion anti-Système à qui il est dit en substance: «Ok, vous nous avez bien eu, mais maintenant voici la Règle: ou vous vous soumettez, ou nous vous détruisons.» Bien sûr, les opérateurs-bouffons de la succursale européenne que sont les signataires Tusk et Juncker ne sont dans cette affaire que les messagers transparents de l’oligarchie du Système néolibéral atlantiste. Mais en cette période de flottement à la tête de l’Empire US, il fallait bien rappeler officiellement Donald Trump à l’ordre en lui précisant les règles du jeu dans la «cour des grands» où il vient de pénétrer par effraction. De l’autre côté de la tenaille, c’est l’inépuisable Soros qui s’occupe de faire monter la pression aux Etats-Unis en organisant l’agitation des habituels bobos de service, pour bien faire comprendre au presque 45e président US qu’il n’est pas à l’abri d’une «révolution orange» s’il ne rentre pas dans le rang. Le Système sort donc l’artillerie lourde, mais son effondrement reste pourtant inéluctable et il a lieu sous nos yeux.

Globalisation néolibérale et messianisme militarisé

La lettre du duo de comiques européens (1) est une pathétique tentative d’intimidation déguisée, et l’on imagine fort bien dans quelle ambiance d’hystérie feutrée elle a dû être pondue par une brochette de spin-doctors-system triés sur le volet. Ainsi, après une glaciale phrase de félicitations, la missive va directement à l’essentiel pour réaffirmer le catéchisme officiel du Système au travers des «valeurs communes que sont la liberté, les droits de l’homme, la démocratie et une croyance en l’économie de marché.»

La pompeuse évocation de la Sainte-Trinité des vertus-vernis du Système ne sont là que pour promouvoir le cœur de la machinerie: la globalisation néolibérale, c’est-à-dire le Marché. La connotation religieuse du mot «croyance» (est-ce un acte manqué?) confirme d’ailleurs que pour le Système il n’y a pas d’autre Dieu que le Marché (et que l’élite néolibérale atlantiste est son prophète).
Vient ensuite un verset d’auto-adoration avec l’affirmation que l’UE et les USA «se sont employés à garantir la paix et la prospérité au monde» (ne riez pas…), puis c’est le rappel à l’ordre sur l’importance de «renforcer les relations transatlantiques», notammentpour faire face aux «menaces pour la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine».
Le Système rappelle ici très clairement à M. Donald Trump qu’il n’est pas question de réchauffer les relations avec Moscou et que les Russes sont et doivent rester les méchants de l’histoire pour l’instant. Et s’il devait subsister un doute dans son esprit, une piqûre de rappel arrive au paragraphe suivant déjà où l’on évoque le «partenariat stratégique UE-Etats-Unis» pour faire face aux «menaces sur la sécurité des voisins orientaux (suivez mon regard) et méridionaux de l’Europe».

Enfin, avant de promettre d’adouber le bon Trump s’il se couche, le Système rappelle la marche à suivre au plan économique en insistant sur l’importance des «négociations relatives au partenariat transatlantique de commerce et d’investissement». On voit bien ici que malgré le rejet du TAFTA par les peuples européens, le Système exige donc que l’on poursuive dans cette voie et le fait savoir (les peuples? Combien de divisions?).
Puis le Système psalmodie un peu, non sans cet humour involontaire et impayable dont le passage suivant est un morceau d’anthologie: «Les Européens ne doutent pas que l’Amérique, dont les idéaux démocratiques (SIC) ont toujours représenté une lueur d’espoir dans le monde entier (SIC), continuera à investir dans ses partenariats avec ses amis et ses alliés, afin de contribuer à offrir à nos citoyens et aux populations du monde davantage de sécurité (SIC) et de prospérité (SIC).» On se pince…

Enfin, la lettre-ultimatum se termine comme il se doit par une invitation «dès que possible» à un sommet UE-États-Unis, avec la promesse implicite d’adouber le trublion pour les «quatre prochaines années» au moins si la Règle est respectée.
En résumé, via ses opérateurs-bouffons européens, le Système rappelle donc à M. Trump qu’au-delà d’enfantillages antisystèmes qu’on pourra bien lui pardonner, il ne peut y avoir d’alternative sérieuse ni à la globalisation néolibérale ni au messianisme militarisé d’un Bloc atlantiste uni car porteur de la vrai foi pour une humanité enfin soumise et nivelée, pardon, éclairée.


Lire la suite sur http://reseauinternational.net

 

source: http://www.entrefilets.com/Trump_menace_d_une_revolution_orange.html

source Le Colonel ( 15 novembre 2016)

10 Novembre 2016

La députée socialiste Sylvie Andrieux définitivement condamnée pour détournement de fonds publics

La Cour de cassation a rejeté, ce mercredi, le pourvoi de Sylvie Andrieux. La députée socialiste marseillaise est définitivement condamnée à quatre ans de prison dont trois avec sursis, 100.000 euros d'amende et cinq ans d'inéligibilité.

La députée Sylvie Andrieux a été définitivement condamnée à quatre ans de prison dont trois avec sursis, 100.000 euros d'amende et cinq ans d'inéligibilité pour avoir, entre 2005 et 2008, alors qu'elle était conseillère régionale, distribué 700.000 euros de subventions à des associations fictives, sur la base de faux devis grossièrement falsifiés.

Une pratique clientéliste

L'enquête débutée à la mi-2007 par un signalement à la justice de la cellule Tracfin, qui avait relevé des flux financiers suspects sur les comptes d'associations censées permettre la réhabilitation des quartiers. Des associations qui étaient en fait des coquilles vides. Les fonds versés servaient en réalité à assurer un train de vie confortable à leurs dirigeants. En contrepartie, ils devaient aider Sylvie Andrieux à se faire élire.

"Une pensée pour Sylvie Andrieux" (Jean-David Ciot, premier secrétaire du PS dans les Bouches-du-Rhône)

Sur France Bleu Provence, Jean-David Ciot le premier secrétaire du PS dans les Bouches-du-Rhône a indiqué qu'il avait "une pensée pour Sylvie Andrieux qui a été au PS avant d'en être exclue" et rappelé qu'"il n'y a pas eu d'enrichissement personnel". "C'est une nouvelle vie qui commence pour elle," a poursuivi Jean-David Ciot, qui a précisé qu'il avait réclamé un sondage pour déterminer qui porterait les couleurs du PS dans la troisième circonscription des Bouches-des-Rhône pour les prochaines Législatives.

Thibault Maisonneuve France Bleu Provence

06 Novembre 2016

Les migrants au cœur d’un bras de fer entre l’Etat et la mairie de Saint-Gaudens

Pour protester contre l’ouverture d’un centre d’accueil sur sa commune, le maire de Saint-Gaudens suspend le contrat de ville passé avec l’Etat en 2014.
 

Réfugiés attendant d’être évacués du camp de Calais, le 24 octobre. OLIVIER LABAN-MATTEI / MYOP POUR LE MONDE

Réfugiés attendant d’être évacués du camp de Calais, le 24 octobre. OLIVIER LABAN-MATTEI / MYOP POUR LE MONDE

Le maire de Saint-Gaudens (Haute-Garonne) a décidé, jeudi 3 novembre, de maintenir la suspension du contrat de ville passé avec l’Etat en 2014. Il entend ainsi protester contre l’implantation d’un centre d’accueil pour les demandeurs d’asile (Cada) de trente-huit places, destiné à accueillir des migrants de Calais dans sa ville. Une première en France« Nous avons été mis devant le fait accompli, sans concertation avec la populationargumente le maire (divers gauche) Jean-Yves Duclos. Je suis d’accord pour accueillir des réfugiés, mais pas dans ces conditions et pas dans ce périmètre, qui compte plus de 29 % de chômeurs. »

« Inadmissible », « incompréhensible », « un gâchis », « complètement irresponsable ». La décision, votée par le conseil municipal le 12 septembre, provoque depuis lors les foudres des collectivités parties prenantes du dispositif : communauté de communes, département, conseil régional, Etat.

De fait, cette suspension inédite bloque toutes les aides, exonérations fiscales ou subventions dont bénéficient commerçants, entreprises et associations. Le maire assure que les crédits concernés, environ 58 000 euros, représentent peu par rapport au budget de la ville, et que personne ne souffrira de cette situation.

« Je ne veux pas subir de diktat »

Ce n’est pas l’avis de Jean-Raymond Lépinay, président de la communauté de communes du Saint-Gaudinois, et ancien maire socialiste de Saint-Gaudens. « Le maire a accepté de devenir maître d’ouvrage du contrat de ville et c’est donc lui qui tient toutes les manettes. Prendre ainsi en otage sa population, ce n’est que basse manœuvre politicienne », commente celui qui avait été battu aux élections par M. Duclos.

Le 10 octobre, le ministre de la ville Patrick Kanner était déjà venu, entouré de la présidente de région Carole Delga, ainsi que du président du conseil départemental Georges Méric, tous deux socialistes, pour essayerde faire revenir le maire sur sa décision. Mais rien n’y a fait. Depuis cette rencontre, M. Duclos campe sur ses positions. « Pour moi, ce n’est pas une bataille politique, je ne suis candidat à rien, lance-t-il. Je ne fais pas le lit du Front national, je ne veux simplement pas subir de diktat. »

A la préfecture de région, le sous-préfet de Saint-Gaudens admet « être dans une impasse, un flou juridique ». Au ministère de la ville, on avance que le manque à gagner pour la commune sera plus important qu’annoncé : il pourrait avoisiner plusieurs centaines de milliers d’euros. Des exonérations de taxe d’habitation ou de cotisation foncière des entreprises sont par exemple incluses dans ces contrats de ville. Elles pourraient être annulées.

Vendredi 4 novembre, à la sortie d’une réunion avec les maires des communes alentour, Georges Méric a reçu des représentants associatifs, inquiets de la tournure que pourraient prendre les événements. La maison des jeunes, le centre d’art contemporain, des associations sportives ou culturelles bénéficient en effet des crédits du contrat. M. Méric a tenu à les rassurer, affirmant que le département continuerait à verser ses subventions. Et il a proposé de faire avec toutes les collectivités concernées un courrier commun au préfet de région.

 


source Le Monde.fr

29 Octobre 2016

La policière municipale qui avait dénoncé "des pressions" après l'attentat de Nice sera jugée le 4 janvier pour diffamation

Sandra Bertin, chef du centre de supervision urbain de Nice.

Sandra Bertin soutient avoir subi des pressions de la part de la police nationale lors de la rédaction de son rapport après le 14-Juillet

Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, a choisi la procédure de citation directe pour que Sandra Bertin comparaisse le 4 janvier prochain devant la 17e chambre du Tribunal de grande instance de Paris.

Il lui reproche ses propos rapportés par le JDD du 24 juillet 2016.

"Un acharnement scandaleux contre une policière municipale exemplaire", a aussitôt commenté Chrisitian Estrosi, l'ex-maire de Nice, aujourd'hui premier adjoint.

source Nice-matin

18 Octobre 2016
Une femme interprète victime d’un viol dans la « jungle »

Une interprète en langue pachtoune, qui accompagnait un journaliste dans la « jungle », a été violée dans la nuit de lundi à mardi. Les faits se seraient produits à l’entrée du bidonville, selon le procureur de Boulogne-sur-Mer Pascal Marconville, qui a confié l’enquête à la police judiciaire de Coquelles.

Selon le procureur de la République de Boulogne-sur-Mer, Pascal Marconville, «  le viol est avéré  » : «  La victime a été examinée par un médecin légiste, qui confirme le viol. Des prélèvements ont été réalisés afin de tenter de déterminer le profil génétique de l’auteur  ».

Plainte déposée

Les faits se sont déroulés dans la nuit de lundi à mardi, vers 2 h 3 0  : «  Une interprète de 38 ans d’origine afghane, domiciliée à Paris, accompagnait un journaliste freelance d’une société de production, qui préparait un documentaire pour France 5 sur les mineurs étrangers isolés  », explique le procureur. Tous deux avaient un rendez-vous, et c’est en arrivant à la « jungle », «  apparemment dans la bande des 100 mètres  » qui sépare le bidonville de la rocade portuaire, qu’ils se sont retrouvés nez à nez avec «  trois individus parlant pachtoune, munis de couteaux  ». «  Ils leur sont tombés dessus, ont volé leur matériel et leur caméra. Pendant que deux des individus maintenaient le journaliste sous la menace d’un couteau, le troisième violait la jeune femme interprète  ».

 

enquête à la police judiciaire de Coquelles.’Mer a confié l-sur- Le procureur de BoulogneUne plainte a été déposée auprès du commissariat de Calais.hôpital dans la nuit. ’Prise en charge par les pompiers de Calais, la victime a été transportée à l

 

12 Octobre 2016

Les prisons européennes, une « pépinière » pour jihadistes

L’émergence du groupe État islamique a renforcé les liens entre terrorisme et criminalité, souligne une étude britannique du Centre international d’étude de la radicalisation et de la violence politique (ICSR). Et les organisations extrémistes délaissent de plus en plus les écoles religieuses au profit des « ghettos » européens, où ils peuvent trouver des candidats aguerris possédant déjà un passé criminel.

Les prisons en particulier offrent un réservoir « de jeunes hommes en colère » qui sont « prêts à l’emploi ». « Nous observons des radicalisations de plus en plus rapides en prison. Avoir été incarcéré pour des crimes violents facilite le passage à l’extrémisme violent », souligne Peter Neumann, directeur du ICSR et co-auteur du rapport. La familiarité pour certains détenus avec les armes et les circuits de financement occulte contribuent à la tendance.

Pour étayer leur étude, les chercheurs de l’ICSR, basé au King’s College de Londres, se sont penchés sur les profils de 79 jihadistes européens, qui se sont rendus à l’étranger pour combattre ou ont été impliqués dans des actes de terrorisme en Europe. Ils sont originaires de Belgique, du Danemark, de France, d’Allemagne, des Pays-Bas et de Grande-Bretagne (…)

Des personnes étudiées par l’ICSR, 57% ont passé du temps en prison avant leur radicalisation et au moins 27% de celles qui ont été incarcérées ont été radicalisées pendant leur séjour derrière les barreaux. Certains ont vu dans le jihadisme un moyen de « rédemption ». L’étude cite notamment Ali Almanasfi, un Londonien d’origine syrienne qui dit: « je veux faire quelque chose de bien pour une fois, quelque chose de pur » (…)

Source : http://www.bfmtv.com/societe/les-prisons-europeennes-une-pepiniere-pour-jihadistes-1046787.html

07 Octobre 2016

Lisez le commentaire d'un lecteur de"cette-lettre-devrait-etre-lue-par-tous

Je suis juif et je voterai Marine Le Pen
Le coup de gueule d’Uncle contre les bienpensants.
Depuis quelques semaines, la meute médiatico-politique est lâchée. Leur agressivité est à la hauteur de la cote de popularité de Marine Le Pen. Agissant sur ordre du pouvoir ou parce qu’ils sentent que leur ère s’achève, par instinct de conservation, telles des bêtes aux abois, ils mordent et griffent pour tuer.

Voter FN, je l’entends à longueur de journées depuis, c’est faire partie du camp du mal, d’une race à part, celle des primaires, imbéciles, racistes, antisémites, fascistes, nazis, xénophobes, bas du front, moisis, c’est avoir peur de l’autre, c’est sortir tout droit du ventre fécond de la bête immonde que l’on croyait morte, gisant dans les cendres du troisième Reich, c’est forcer le camp du bien à revivre le cauchemar des heures les plus sombres de notre Histoire.

Ces heures les plus sombres, je les connais messieurs les ricaneurs. Oui, il se trouve que je suis juif et que ma famille, comme tant d’autres, a fait la douloureuse expérience de la guerre et des camps de la mort.

Mon engagement politique a toujours été marqué par le rejet de tout ce qui de près ou de loin relevait du totalitarisme : Nazisme, fascisme, communisme et, aujourd’hui, islamisme.

Mes parents m’ont élevé dans des valeurs simples, mais essentielles à leurs yeux, de patriotisme, de respect et d’amour de la France, d’admiration de sa grandeur, son Histoire, sa littérature, son art, ses vins, ses paysages et terroirs, ses traditions, ses clochers, son élégance, sa diversité culinaire, ses fromages et tout un ensemble de choses jugées probablement désuètes et ringardes aujourd’hui. Dans la voiture, lorsque nous partions en vacances, ce ne sont pas des comptines que notre père, ancien résistant, nous faisait chanter, mais des chants patriotiques et révolutionnaires. Ils étaient de gauche, d’une gauche qui défendait les travailleurs, protégeait les plus faibles et les nécessiteux, une gauche pour qui progrès social rimait avec amour sacré de la patrie. Mais il est loin le temps où la gauche levait le glaive en s’exclamant « quoi ces cohortes étrangères feraient la loi dans nos foyers »… Il y a longtemps qu’elle a rallié les « Tyrans et les perfides ».

A moins de sombrer dans la plus profonde schizophrénie, lorsqu’on réalise que l’on est globalement d’accord avec ce que dit Marine Le Pen et en complet désaccord avec ce que disent ses adversaires de gauche ou de droite, lorsque l’on constate que les idéaux défendus par son parti sont dans la droite ligne de ce qui a forgé votre identité politique, vos valeurs et vos engagements, eh bien, on se doit d’ouvrir les yeux, de passer outre des années de conditionnement et de lavage de cerveau anti-FN, et de soutenir le parti qui incarne vos idées.

Oui, ils me font doucement rire ceux qui brandissent le drapeau du « Front républicain » et du « Cordon sanitaire » pour « faire barrage » au Front National. On ne les entend pas réclamer un Front Républicain contre les communistes, trotskystes, maoïstes, léninistes, polpotistes, castristes, chavezistes et autres marxistes en tout genre et aux mains pourtant tachées du sang des dizaines et dizaines de millions de morts, victimes de leur insupportable et infâme barbarie, fruit d’une idéologie totalitaire abjecte faisant encore régner la terreur sur une partie du monde, ce qui ne semble pas déranger les Drucker, Ruquier et toute cette clique puante de Canal+ qui reçoit à qui mieux mieux toute cette gauche criminelle.

Pas de cordon sanitaire pour nous protéger des socialistes, de cette gauche et de tout ce qu’ils ont compté de collabos pendant la seconde guerre mondiale, les Marcel Déat, Laval, Doriot, François Mitterrand, décoré de la Francisque des mains de Pétain pendant que d’autres, comme le Colonel De La Rocque, Croix de Feu, pourrissait dans un camp de concentration en Allemagne pour avoir dit non à cette abjection ! Ah les pourris ! Ah qu’ils ont l’indignation sélective et l’âme tranquille tous ces donneurs de leçons ! Tous ces « résistants » ! Vous en voulez des « heures les plus sombres » ? Vous en avez été les acteurs privilégiés ! Et je ne parle même pas des communistes qui, jusqu’en août 1941 étaient les alliés d’Hitler !

Ce n’est pas Jean-Marie ou Marine Le Pen qui se sont jetés dans les bras du Maréchal ou du Führer ! Et c’est cette gauche qui me traite aujourd’hui de facho ? Laissez moi rire !

Et vous tous, les usurpateurs qui prétendez parler « au nom des juifs », vous les gens du Crif qui ne représentez que vous-mêmes, de la Licra qui faites régner la terreur antiraciste et mémorielle en pourchassant des gens comme Eric Zemmour, oui, vous tous membres des associations communautaires qui vous permettez de passer outre vos fonctions en imposant votre propre idéologie qui n’est pas celle de tous les Français Juifs, vous de radio J qui avez infligé à Marine Le Pen cet affront de l’inviter puis de la jeter comme une malpropre, je vous le dis tout net : c’est terminé ! Game Over ! Votre chantage ne marche plus !

Vous prétendez aimer Israël mais vous appelez à voter pour des partis de gauche ou de droite pour qui Israël n’est qu’une parenthèse bien encombrante, pour l’UMP ou le PS, tous complices d’Eurabia pour quelques gouttes de pétrole, des contrats juteux et qui mènent une politique qui fera disparaître Israël ! Pour des gens qui aiment les juifs, morts, mais haïssent ceux qui, en Israël, bien vivants, se battent pour que leur pays et leur peuple survivent. Et vous nous dénieriez à nous, Français, le droit de vouloir que la France survive en tant que nation et en tant que peuple ? Je vous invite à la cohérence ! Ce n’est pas Marine Le Pen qui est tombée dans les bras du criminel Mahmoud Abbas qui fait offrir des gâteaux à son peuple pour fêter le massacre de la famille Fogel ! C’est Prasquier, président du Crif, Nicolas Sarkozy, président en exercice, et toute cette gauche palestinophrène ! Croyez vous que le FN fera pire ? Mais vous plaisantez ! Croyez vous que les Juifs rasent les murs dans certains quartiers en n’osant même pas porter une Kippa parce qu’ils craignent les militants du FN ? Allons donc !

J’aime la France, ma patrie, et je ne veux pas qu’elle meure ; là est ma priorité. Je suis français, patriote, juif, je voterai Marine Le Pen et, pardonnez moi cette grossièreté, messieurs du camp du bien, je vous emmerde

1er Octobre 2016

Les chiffres de l’INSEE confirment le grand remplacement

Forte baisse des naissances de deux parents nés en France, augmentation de celles de parents nés à l’étranger : tels sont les enseignements des données détaillées de l’Insee sur les naissances en France. Une tendance qui témoigne du caractère pluriethnique de la France de demain.

Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.


Atlantico : Depuis 2011, alors que les naissances d’enfants issus de deux parents nés en France diminuent (de 580 756 en 2011 à 535 302 en 2015, soit une baisse de 7,8%), celles d’enfants dont l’un ou les deux parents sont nés à l’étranger sont en hausse de 6,07%. Quels enseignements peut-on tirer de ces tendances quant au visage de la France de demain ?

Laurent Chalard : Ces évolutions récentes de la natalité, consécutives de la poursuite d’une immigration à un niveau élevé ces dernières années alors que la population née en France vieillit sensiblement, confirment que le renforcement du caractère multiculturel de la France est inscrit dans sa démographie. En effet, qu’on s’en réjouisse ou non, la France des années 2030 sera une France à la population bigarrée, ressemblant de plus en plus aux Etats-Unis, à la différence que les principales communautés ethniques ne seront pas tout à fait les mêmes.

D’une certaine manière, les Maghrébins en France joueront le rôle des Mexicains aux Etats-Unis, constituant une minorité ethnique importante sur laquelle il faudra compter, alors que les personnes originaires d’Afrique subsaharienne pourraient conduire à l’émergence d’un communautarisme « noir » comme en Amérique.

Xavier Saincol : Cette tendance est en effet très spectaculaire. Elle souligne le mouvement de fond d’une société dans laquelle les flux migratoires exercent une influence croissante sur la démographie. Elle montre l’attractivité du modèle français pour les populations étrangères. Il est clair que le visage de la France de demain sera de plus en plus diversifié. Comment conserver à la société française sa cohésion ? C’est la grande question du jour que les élites médiatiques et intellectuelles refusent de se poser en niant cette réalité. Il faudra réinventer un modèle qui combine la tolérance vis-à-vis des cultures venues de l’extérieur et la puissance du creuset français par l’école notamment. L’idée d’assimilation totale n’a pas beaucoup de sens. Sauf à entrer dans une logique totalitaire, comment forcer une famille à renoncer à son histoire et à tous les aspects de sa culture ? Donc il faut accepter une dose de différence et de diversité dans la société de l’avenir. Mais en même temps, il est essentiel de renforcer l’autorité des grands principes sur lesquels on ne doit pas transiger : la laïcité, l’égalité homme/femme, la scolarité obligatoire. C’est au prix de ce double impératif, de tolérance et d’exigence que la cohésion de la société française pourra être préservée à long terme.

Par ailleurs, alors qu’entre 2011 et 2015 les naissances d’enfants de père étranger et de mère française sont restées relativement stables (avec une légère hausse de 1,3%) celles d’enfants de père français et de mère étrangère ont connu une forte augmentation de 9%. Comment expliquer ce phénomène ?
Laurent Chalard : Ce phénomène correspond tout simplement à un phénomène de rééquilibrage, puisque, jusqu’ici, il y avait (et il y a toujours en 2015) plus d’enfants issus d’un père étranger et d’une mère française que d’un père français et d’une mère étrangère. Ce rééquilibrage s’explique par la féminisation de l’immigration. En effet, nous sommes passés en France d’une immigration à forte dominante masculine pendant les Trente Glorieuses, en particulier chez les personnes originaires du Maghreb, à une immigration beaucoup plus équilibrée entre les sexes depuis les années 1990, avec désormais autant, voire plus, de femmes que d’hommes.

Néanmoins, si l’on fait remonter la comparaison temporelle plus loin, on remarque que le pourcentage d’enfants nés de deux parents nés en France était de 69% en 1985, soit un niveau comparable à celui de l’année 2015 (70,40%). Quelles sont les différences entre les deux périodes ?
Laurent Chalard : En fait, la stabilisation des naissances d’enfants nés de deux parents nés en France entre 1985 et 2015 apparaît en trompe-l’œil car l’évolution a été très irrégulière entre les deux dates. Entre 1985 et 1993, les naissances d’enfants nés de deux parents nés en France ont connu une légère baisse, liée à la réduction de la fécondité, puis, entre 1993 et 2000, elles ont connu une hausse de leur nombre, du fait d’une augmentation de la fécondité. Ensuite, elles se sont stabilisées à un niveau légèrement moindre jusqu’en 2011. Depuis cette dernière date, se constate une brusque forte baisse, liée à une diminution de la fécondité, mais aussi à une structure par âge plus défavorable du fait du vieillissement de la population autochtone. Nous sommes donc sur une tendance baissière (les chiffres du premier semestre 2016 s’inscrivent dans la même tendance).

Cependant, la principale différence entre les deux périodes concerne l’origine de la population. En 1985, la quasi-totalité des enfants nés de deux parents nés en France étaient d’origine européenne, alors qu’en 2015, c’est moins vrai, puisqu’une partie des enfants d’origine extra-européenne ont désormais deux de leurs parents nés en France. Le chiffre de 2015 ne peut donc être totalement comparé avec celui de 1985 si l’on prend en considération le critère de l’origine ethnique de la population et non seulement celui du lieu de naissance. Le nombre d’enfants nés de deux parents nés en France d’origine européenne est probablement un peu moindre en 2015 qu’en 1985.

Atlantico

Merci à Victoire

22 Septembre 2016

Ils jouent à quoi, là, sur BFM TV ?

Horreur : des tirs de kalachnikov lors de la manifestation contre la loi Travail, en pleine place de la République, à Paris ! C’est ce que relate BFM TV, tout naturellement, dans son journal du 15 septembre.

C’est ce qu’ont « vu » Caroline Mier et son équipe, présentes sur les lieux, et qu’elle relate en direct avec Ruth Elkrief : « Des manifestants blessés par des tirs de kalachnikov et c’est ce qui explique cette défiance de plus en plus forte aujourd’hui entre les Français qui manifestent […] et les policiers […] ! »

On écarquille les yeux, on se pince, on demande à son conjoint si, lui aussi, à bien entendu. On se dit que la brillante Ruth Elkrief, en direct avec Mier, va immédiatement démentir pareille ineptie. Eh bien, non ! Pas le moins du monde perturbée d’entendre dire que les policiers utiliseraient désormais des armes lourdes lors de manifestations, icelle s’inquiète aussitôt de savoir quel est le « profil des casseurs ».

Des « Black box », répond Mier. Késako ? Des « Blocs identitaires », dit-elle à la suite, toujours aussi sûre d’elle. Confondre le terme employé avec les enregistreurs de vol dans les avions (les fameuses boîtes noires) — alors que les Black Blocs, eux, sont issus de l’extrême gauche, des proches des No Borders — avec le mouvement identitaire estampillé extrême droite parce qu’il dénonce, entre autres, le racisme anti-blanc, quelle « heureuse » coïncidence ! Mais quel terrible contresens !

Sur Twitter, des réactions ont alors fusé. « Dis, BFM TV, ta stagiaire, faut qu’elle arrête la coke », « Parler de “blessés” par des tirs à la kalachnikov, ce n’est pas un lapsus, c’est grave ». Même l’Action française antifasciste Paris-Banlieue se moque en évoquant, pour Caroline Mier, une rentrée dure cette année, c’est dire… Et quel effet ça lui fait, à cette grande spécialiste, d’être prise en flagrant délit d’ignorance, de sottise, de malhonnêteté, ou les trois ? Rouge de honte d’avoir proféré pareilles inepties, elle se fait toute petite, n’ayant qu’une envie : rentrer dans un trou de souris ?

Vous n’y êtes pas du tout ! Si elle a confondu « kalachnikov » avec « cocktails Molotov », c’est parce qu’elle a « couvert énormément de conflits armés », en conséquence de quoi elle parle beaucoup plus des premières que des seconds.

Ben voyons. Surmenée, la demoiselle Mier ?

Ils jouent à quoi, là, sur BFM TV ?

Récapitulons. D’un côté, Mier, l’habituée des guerres, ne trouve rien à redire à ce que des policiers, dans un État dit démocratique, tirent à la kalach’. Alors que ce sont les policiers qui ont essuyé à plusieurs reprises des jets de cocktails Molotov et de bombes artisanales lancées sur eux par des émeutiers. Un CRS a, d’ailleurs, été brûlé à la jambe. Elle ne trouve pas davantage à redire que ces tirs soient dirigés contre des défenseurs de la patrie. De l’autre, Ruth Elkrief qui ne dément rien. Et au-dessus des deux, l’État ne s’est toujours pas fendu d’un communiqué rectificatif… Mais que fait le CSA ?

13 Septembre 2016

Denain (59) : il s’en prend aux policiers, « nous les musulmans, on va faire respecter l’ordre en France »

 Vous n’en avez pas assez avec Daesh, vous allez voir ce que vous allez voir », « nous les musulmans, on va faire respecter l’ordre en France. Vous n’avez rien à faire en Libye et en Syrie ». Le 29 juillet dernier, ce quinquagénaire a refusé la palpation de sécurité obligatoire avant d’entrer à Denain plage. Ce qui lui a valu de passer devant le tribunal vendredi.

[...] S’énervant, il a porté un coup au plexus d’un des policiers municipaux, néanmoins protégé par son gilet pare-balles. Les fonctionnaires ont finalement dû appeler leurs collègues de la nationale pour interpeller l’homme, tenant des propos injurieux et menaçants. Lors de sa garde à vue, il a continué sur le même ton, avec les propos cités plus haut qualifiés par le parquet d’apologie du terrorisme.

[...] D’après lui, il n’a jamais parlé de Daesh et les policiers en ont rajouté, mais plusieurs témoins confirment la version des fonctionnaires. « J’étais en manque de traitement », a-t-il également indiqué, faisant état de troubles schizophréniques. [...]

Le tribunal l’a bien déclaré coupable mais lui a permis de retrouver la liberté en prononçant la peine de dix mois de prison dont neuf avec sursis et mise à l’épreuve, la période de ferme couvrant celle déjà effectuée en détention provisoire. [...]

La Voix du Nord

09 Septembre 2016

Nous nous sommes procurés cette note de la police

 

03 Septembre 2016

Elisabeth Badinter : «Je redoute que le calme ne se maintienne pas s’il y a de nouveaux attentats

La philosophe Elisabeth Badinter, « laïque acharnée », analyse la situation en France depuis les derniers attentats. Elle est interrogée par la Tribune de Genève.

La vue sur le Jardin du Luxembourg est à couper le souffle. Au dernier étage d’un immeuble parisien, à deux pas de ce Quartier latin si mythique, la philosophe Elisabeth Badinter (72 ans) reçoit dans son salon. [...]

La photo d’une femme en burkini verbalisée par des policiers sur la plage de Nice a fait le tour du monde. Elle a choqué une partie de l’opinion publique. Et vous ?

Si je n’approuve pas du tout le fait qu’on puisse embêter une dame qui porte un maillot de bain non conforme aux usages, je trouve extrêmement choquant que l’on vienne sur la plage de Nice dans cette tenue. C’est le comble de l’impolitesse et de l’indifférence d’aller se baigner à Nice dans cette tenue après l’attentat de juillet.

Chaque burkini aurait une revendication politique ?

Je ne peux pas parler pour chacun, mais c’est une tenue islamiste. Et l’islam en France ne nous avait jamais montré ça. [...]

Les musulmans devraient-ils être invisibles sous peine de cliver la société ?

Qui provoque ce clivage? La maladresse des musulmans de France, après Charlie, a été de dire: on n’y est pour rien, ce n’est pas notre affaire ! auraient dû dire: nous les combattrons avec vous. [...]

L’islamophobie aussi monte…

Je le sens et cela m’inquiète. Je redoute que le calme ne se maintienne pas s’il y a de nouveaux attentats. [...]

Vous saluez ces femmes qui disent «Ça suffit!» Pourquoi cette parole est-elle parfois catégorisée islamophobe ?

L’une des grandes erreurs des politiques de droite comme de gauche a été le déni. Dans toutes les administrations, pendant longtemps, le mort d’ordre était: «Pas de vagues! Surtout ne parlons de rien.» Ceux qui protestaient étaient quasi considérés comme les causes du conflit qu’ils dénonçaient. On leur disait, vous fantasmez, vous êtes islamophobe… Ces gens sont devenus fous de rage et de désespoir. Et beaucoup sont partis au Front national. Ce déni a été mortifère. Ceux qui au sein même de la communauté musulmane, filles et garçons, disent «Nous ne voulons plus de ça», nous devons les écouter. [...]

TDG

28 Août 2016

Emmanuelle Cosse veut réquisitionner des lieux publics pour accueillir les réfugiés

Dans une interview accordée au JDD, la ministre du Logement Emmanuelle Cosse dresse un constat alarmant de la crise des réfugiés qui frappe le Moyen-Orient, et par ricochet l’Europe, depuis plus d’un an. Alors que les exilés se massent aux portes de l’Union Européenne, la ministre tire la sonnette d’alarme. 

« Nous sommes face à un phénomène migratoire sans précédent, avec ces derniers temps soixante-dix migrants arrivant à Paris chaque jour » estime Emmanuelle Cosse.

Pour tenter de faire face à cette situation, Emmanuelle Cosse réitère son appel aux particuliers qui voudraient accueillir chez eux des réfugiés, et fait une autre proposition. La ministre explique qu’elle souhaite lancer une « mobilisation générale » qui pourrait impliquer la « réquisition » de lieux publics.

« L’Etat fait face. (…) Nous allons par exemple ouvrir prochainement un nouveau centre avec la Ville de Paris. (…) Comme je l’ai dit cet été en lançant un dispositif de soutien aux particuliers qui accueillent des migrants, nous devons organiser une mobilisation générale. Au besoin, je n’hésiterais pas à réquisitionner des lieux publics. » Souce

21 Août 2016

L’administration verse 21 950 euros à un islamiste assigné à résidence

Actuellement assigné à résidence à Toulouse en raison de sa dangerosité supposée, Farouk Ben Abbes, a reçu un dédommagement de 6 000 € de l’État pour préjudice moral.Selon le Parisien, cet islamiste a aussi bénéficié d’un trop-perçu de 15 000 € versé par l'administration se basant sur une mauvaise décision de justice.

Arrêté au Caire en 2010, cet islamiste avait passé trois mois en détention entre 2010 et 2011, car il était soupçonné de préparer un attentat contre la salle de spectacle du Bataclan, avant de bénéficier d’un non-lieu « faute de charges suffisantes ».

  • Le 3 mars 2014, un arrêt de la Cour d’appel de Paris reconnaissait à Farouk Ben Abbes un préjudice moral à hauteur de 6 000 euros en réparation des trois mois passés en détention. Les magistrats de la Cour d’appel décidèrent d’indemniser également le « préjudice matériel » correspondant à ses frais d’avocats, soit une facture de 20 000 euros.
  • Le ministère de la Justice forme un recours devant la Cour de cassation. Le 13 janvier 2015, la haute juridiction va rejeter le préjudice matériel de Farouk Ben Abbes, mais valide son préjudice moral. Soit pour l’État, une facture finale de 6 000 euros, hors frais de procédure.

Par erreur, la Commission nationale des réparations des détentions prend en compte la décision de la cour d’appel, et non la décision de la cour de cassation. L’organisme de paiement du ministère de la justice verse ainsi sur le compte de l’islamiste, 21 950 euros (augmentation due à l’ajout d’indemnités de retard).

Selon le Parisien, Farouk Ben Abbes aurait « omis » de signaler ce trop-perçu à l’administration, qu’elle devrait prochainement lui réclamer. L’homme, qui réside aujourd’hui à Toulouse, aurait donc empoché 21 950€ sur le dos des contribuables, dont 6 000 euros pour préjudice moral.

En raison de sa dangerosité, l’homme est assigné à résidence chez lui à Toulouse, depuis les attentats du 13 novembre 2015. Peu de temps après, il violera cette assignation et sera condamné en mars 2016 à trois mois de prison…

14 Août 2016

« Si l’Etat accepte de marier des homosexuels, il doit accepter la polygamie » – La nouvelle revendication musulmane

En novembre 2012, lors du débat précédent la loi Taubira légalisant le « mariage » homosexuel, Civitas avait fait campagne avec le message « Aujourd’hui le mariage homo, demain la polygamie ». Les détracteurs de Civitas avaient prétendu qu’il n’y avait aucun rapport entre les deux.

L’actualité italienne vient pourtant donner raison à l’organisation catholique française.

Le fondateur de l’Union des communautés islamiques d’Italie, le converti Hamza Roberto Piccardo, vient insidieusement, sur les réseaux sociaux, de demander à l’Italie qui a reconnu les unions homosexuelles comme un «droit civil», de faire de même avec la polygamie.

« Si c’est seulement une question de droits civils, eh bien, la polygamie est un droit civil», a écrit Piccardo sur son compte Facebook en commentaire d’une photo où le maire de Milan, Giuseppe Sala, apparaît à côté de l’un des duos homosexuels unis civilement le 5 août.

italie-islam-polygamie

Le leader musulman a déclaré: « Moi et des millions de personnes n’approuvons pas les relations homosexuelles et pourtant c’est la loi et nous la respectons. Les personnes concernées (par cette loi) sont une minorité, comme le sont les polygames. La société peut accepter toutes les minorités. »

Précisons qu’Hamza Roberto Piccardo a été désigné en 2005 porte-parole du Réseau Musulman Européen, lobby installé à Bruxelles et présidé par Tariq Ramadan. L’un de ses fils, Davide Piccardo, dirige la Coordination des Associations Islamiques de Milan et collabore à la version italienne du Huffington Post.

polygamie-islam

 

Extrait de: Source et auteur

12 Août 2016

Déjà 30.000 attentats au nom de l’islam depuis septembre 2001 !

Pouvait-il en être autrement d’un journal comme Libération (Observatoire des actes islamophobes), qui nous libère essentiellement de notre bonne humeur, pour dresser un tableau des « actes islamophobes en France depuis le 14 juillet » (au moins 20, rendez-vous compte !) sous l’intitulé « Racisme » ? Nous compatissons donc avec les musulmans, et espérons que les catholiques, protestants, bouddhistes ou autres manifesteront la même solidarité à l’égard de la religion musulmane que celle-ci n’en manifesta à leur égard lors des divers massacres commis à Nice ou au Bataclan au nom de cette théologie. Notons, sur ces 20 « actes », une seule agression physique, à laquelle survécut sans trop de problèmes l’infortuné représentant de la communauté musulmane, contrairement aux 32 morts des attentats de Bruxelles (mars 2016), des 130 morts des attentats de Paris (novembre 2015) ou encore des 85 morts de Nice (juillet 2016).

Plus sérieusement, le site thereligionofpeace.com a répertorié, pour le mois de juillet 2016, 194 attaques terroristes commises au nom de la théologie islamique ou musulmane dans 24 pays, et qui ont fait 1.671 victimes. L’attaque de Nice ainsi que l’égorgement du prêtre de Saint-Étienne-du-Rouvray figurent au palmarès. Pour rappel, le même site répertorie le nombre d’attentats commis au nom de l’islam depuis septembre 2001 : il se chiffrait, le 8 août, à presque 30.000 !

À part, donc, cet infortuné sympathique musulman bousculé près de Rouen, nulle atteinte physique contre le moindre représentant de la théologie musulmane. Mais jugez plutôt de la gravité de certaines attaques : « Un journaliste franco-marocain de Ouest-France suspecté dans une église. Un paroissien a téléphoné à la gendarmerie pour signaler qu’un homme jugé suspect se trouvait dans l’église. Il s’agissait d’un correspondant de Ouest-France. Le prêtre a présenté ses excuses au nom de la paroisse. »

On vous passe les lardons dans la boîte aux lettres d’une mosquée, ou la traditionnelle tête de porc et autres tags, pour signaler tout de même ce crime barbare et odieux commis contre un gâteau islamique : « Une femme voilée transportait un gâteau d’anniversaire dans le tramway. Elle s’est fait agresser par un groupe de jeunes. Ils lui ont demandé si c’était une bombe et ont mis le gâteau en bouillie. » Autre attentat contre la communauté islamique : « Échange sur la promenade des Anglais, quatre jours après l’attaque. Un homme estime que l’islam est incompatible avec l’Occident. »

Pour tout homme encore un peu censé, cela s’appelle la liberté d’opinion, en démocratie. D’autres objecteront encore que ces dizaines de milliers d’attentats touchent majoritairement les musulmans eux-mêmes : pas forcément faux, mais cela (dé)montre surtout que l’islam lui-même est gangrené par l’islamophobie, et que quantité de musulmans n’aiment pas d’autres musulmans. Cela n’exonère donc en rien la communauté musulmane de la violence qui la traverse, et cela s’appelle aussi une guerre civile. Cette guerre civile est maintenant en voie d’implantation sur le sol français, et plus largement européen, sous le triple effet migratoire, multiculturel et de l’absence de frontières (ces effet relèvent tous du politique).

08 Août 2016

Faits divers en France L'immigration, une chance pour la France ? Agressions,braquages,meurtres,escrocs,bandes,viols,attentats…

Les médias cachent systématiquement l’origine ethnique des agresseurs (voir ici)

30/07: Farid.G, multirécidiviste, menace une mère et sa fille avec une serpette à Alès (source)
29/07: Nice: L’accrochage s’était réglé à coups de cric, Ossama et Fedir condamnés (source)
29/07: Go fast: I. El Haoudi, A. Ismaël, M. Omar, D. Nusret et B. Youssef en prison (source)
29/07: Apologie du terrorisme en récidive : 1 an de prison ferme pour Rachid Mourad (source)
29/07: Orange: Sofian et Mehdi Riah, Les dealers de l’épicerie Chez Bubu, condamnés (source)
29/07: Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray : Un demandeur d’asile Syrien interpellé (source)
29/07: Attentats de novembre: Adel.H, Algérien et Mohamad.U, Pakistanais, arrêtés (source)
28/07: Nord Franche-Comté : 24 fichés S pour islamisme radical dangereux présents (source)
28/07: (50) Il tire sur un automobiliste et la caserne de pompiers en criant Vive Daesh (source)
28/07: (54) Un fiché S d’Alsace rentre sans payer dans un cinéma et crée la panique (source)
27/07: (60) Aboubakary Yattabaré, un an de prison ferme pour une extorsion de fonds (source)
27/07: (84) Ahmed et Issam Jabour condamnés pour trafic de drogue+arme à Avignon (source)
27/07: (78) Emeute entre clandestins Soudanais et Afghans dans un car pour Rouen (source)
27/07: (62) Fabrice Lokembo-Lokaso,ex-footballeur reconverti en passeur de migrants (source)
26/07: Boulogne (62) Ils brûlent le drapeau français en hurlant La France aux Arabes (source)
26/07: Un prêtre égorgé dans une église près de Rouen, ils ont crié Allah Ouakbar (source)
26/07: Un imam Sadouni de Nice: ‘La laïcité française est responsable des attentats’ (source)
26/07: Clandestins étrangers: bientôt deux centres d’hébergements à Paris Nord/SE (source)
26/07: Toulouse: Il menace un chauffeur de bus+fait l’apologie de Mohamed Merah (source)
26/07: Le rappeur Gradur interpellé en possession d’héroïne+cash+scooter volé (source)
26/07: Sète: prison ferme pour le clandestin Tunisien pour apologie du terrorisme (source)
25/07: Agen: Un clandestin Marocain blesse un policier municipal: prison ferme (source)
25/07: Deux apprentis djihadistes Orléanais condamnés à 4+5 ans de prison ferme (source)
25/07: Une etrangère: ‘Les attentats de Nice, c’est bien fait pour vous les Français’ (source)
25/07: Samir.B interpellé pour meurtre et tirs à la kalachniknov à Compiègne (60) (source)
25/07: (78) Nouvelle montée de la violence dans le quartier ‘sensible’ du Val Fourré (source)
24/07: Samir Djabri, Huit mois de prison ferme pour un trafic de drogue à Noyon (source)
24/07: Samir Mekki et sa complice condamnés pour une série de vols à la roulotte (source)
23/07: Oise: Idris, Turc, fiché S, interpellé à nouveau pour apologie du terrorisme (source)
23/07: A16: Marsa Asyas.M: prison pour le migrant Érythréen qui caillasse les CRS (source)
23/07: Farid, multirécidiviste, délits routiers, outrages, course-poursuite…prison (source)
22/07: Dzemal Osmanovic, voleur Bosnien de statuettes de cimetières condamné (source)
22/07: Mohammed Abdi, 24 condamnations au compteur, menace la police à Metz (source)
22/07: Sarcelles (95) 280 clandestins hébergés dans l’ancienne maison de retraite (source)
22/07: Maurepas – Versailles (78) L’arrivée des clandestins fait grincer des dents (source)
21/07: Rachid Armani, Fawzi Harraflou: 18 mois ferme pour sévices et enlèvement (source)
21/07: Jawad, cinq mois de prison ferme pour apologie du terrorisme au Mans (72) (source)
21/07: (95) Opération anti-terroriste près d’une mosquée et d’une librairie islamique (source)
21/07: Nouvelle nuit de violences par des racailles de cité après la mort d’Adama.T (source)
20/07: Un jeune migrant Afghan tente de poignarder son educateur vers Montpellier (source)
20/07: Violences dans une fête de village en Dordogne: Hamid condamné au tribunal (source)
20/07: Adama, extorsion et agression meurt en interpellation: émeute+tirs sur police (source)
20/07: (30) Un Marocain agresse une grand-mère et menace de faire comme à Nice (source)
20/07: Idriss.K, procès+mis en examen pour apologie de terrorisme à Beauvais (60) (source)
20/07: Un Camerounais frappe quatre policiers et hurle ‘Allah Akbar’ à Poitiers (86) (source)
20/07: Hamid Makar, hyper violent et forcené dans un hôtel Formule 1 à Bollène (source)
20/07: Conflans (78) Hospitalisé après avoir crié à plusieurs reprises ‘Allah akbar’ (source)
20/07: Menaces, apologie du terrorisme: depuis l’attentat c’est tous les jours à Nice (source)
20/07: (86) Apologie terroriste: il menace de faire sauter l’hôpital et évoque Al-Qaïda (source)
20/07: Allonnes (72) Un récidiviste: ‘Les attentats de Nice, c’est bien fait. Vive Daech!’ (source)
19/07: Une mère+ses 3 filles poignardées par Mohamed car leur tenue est trop légère (source)
19/07: Bordeaux: une Somalienne tente d’enlever un enfant de 4 ans dans un parc (source)
19/07: (94) Un Islamiste fiché S avec deux détonateurs et quatre bâtons de dynamite (source)
19/07: (75) Un homme vêtu d’une djellaba sème la panique devant l’École Militaire (source)
18/07: (77) Prison ferme pour Achraf: vol, violence graves, conduite sans permis .. (source)
18/07: La Rochelle: prison pour Ayoub, le chauffard qui avait foncé sur des piétons (source)
18/07: La Courneuve (93) prison ferme pour Kamal après des arrachage de colliers (source)
18/07: (50) En djellaba, il crie Allah akbar, pays de merde, je vais tous vous tuer !  (source)
18/07: (54) Un Algérien crache sur la police: ‘Nique la France, Nique les Français’ (source)
18/07: Paris: des touristes Suédois agressés au couteau par des voleurs Roumains (source)
18/07: Ibrahim lance un pavé sur les pompiers et les caillassent à Sarcelles (95) (source)
18/07: Campement de clandestins à Paris sous très haute tension, violences, rixes (source)
17/07: L’arme Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a été fournie par un couple d’Albanais (source)
15/07: (06) Mohamed Lahouaiej Bouhlel tue 84 personnes et en blesse des dizaines (source)
14/07: Mehdi Dilmi, 43 mentions au casier, contrôlé au volant d’une voiture volée (source)
14/07: (83) Mohamed, 34 condamnations, insulte, menace et poignarde un policier (source)
14/07: (93) Attaques racistes de ‘jeunes de cité’ contre la communauté Asiatique (source)
14/07: Anwar.G, meurtre de 2 femmes avec des ciseaux dans une cité de Pantin (93) (source)
14/07: Moktar.B, 25 fois condamné, hurle ‘Vive Daesh, Daesh va niquer ta famille’ (source)
14/07: Des voleuses des pays de L’Est (‘Roms’) ciblent les touristes à Avignon (84) (source)
13/07: Calais: des clandestins lancent des cocktails Molotov sur la rocade porturaire (source)
13/07: Une Africaine se fait passer pour une victime du Bataclan: tribunal+amende (source)
12/07: Nordine Mofaraj, 4 ans ferme pour avoir percuté et tué un piéton à Basseau (source)
12/07: 14 condamnations, Karim pelote les fesses des jeunes filles à Montpellier (34) (source)
12/07: (59) Adlene Yakoubi, 13 mentions au casier, encore au tribunal pour incendie (source)
12/07: Normandie, 3 passeurs Erythréens interpellés après l’évacuation d’un camp (source)
11/07: (60) Issa Camara tué par balles, Amine activement recherché par la police (source)
11/07: Saône-et-Loire: la vie de château pour une trentaine de migrants clandestins (source)
11/07: Khaled El Sayed+Amer Raghib agressent et dépouillent un homme ivre, prison (source)
11/07: (60) Karim.M, tête de réseau d’un trafic d’héroïne, de cocaïne et de cannabis (source)
11/07: (60) Célim et Medhi, déjà connus de la justice, retournent au tribunal pour vol (source)
11/07: Nîmes (30) Justice: 24 clandestins Africains libérés après un vice de procédure (source)
09/07: Rennes (35) 2 mineurs clandestins Lybiens interpellés pour vol de carte bleue (source)
08/07: Filière syrienne: prison ferme pour Sofiane, Mohamed, Abdel-Atif et Gaëtan (source)
08/07: Carpentras (84) Mohamed frappe deux ‘amis’ Sabhi et Mohsen avec une hache (source)
08/07: (77) Malgré la fin de réquisition, les clandestins squattent toujours le gymnase (source)
07/07: Mantes-la-Jolie (78) Prosélytisme Islamique dans une salle de sport: fermeture (source)
07/07: Un prédateur sexuel Marocain multi-récidiviste condamné à 8 ans de prison (source)
06/07: Mastaneh Djazayeri, avocate et escroc: 1,2 M d’€ de fraudes, tribunal de Grasse (source)
06/07: Marseille: prison ferme pour Vianney Mamboundou le marabout footballeur (source)
06/07: (59) Islamistes en prison: ateliers art,yoga,ciné-débats, les détenus apprécient (source)
06/07: Mohamed.A: ‘Grosse salope. Sur le Coran de la Mecque je vais passer à l’acte’ (source)
06/07: (78) Versailles–Houdan : agression+tentative de viol par un groupe d’Afghans (source)
06/07: La région Ile-de-France s’attaque à la radicalisation dans les clubs sportifs (source)
06/07: Attentats de novembre à Paris: Mohamed Amri et Ali Oulkadi mis en examen (source)
06/07: Un djihadiste français en Turquie veut rentrer en France avec ses 4 épouses (source)
05/07: Arras: Fatia Founas, faux billets sur internet et menace de mort sur la police (source)
05/07: Aulnay: un prédicateur radical invité dans un gymnase prêté par la mairie LR (source)
04/07: Aubervilliers: Bagarre entre Arabes: un Tunisien grièvement blessé au couteau (source)
04/07: (34) Un Marocain agresse sexuellement une ado, un an de prison avec sursis (source)
04/07: (47) La voleuse dit comprendre ses frères musulmans qui attaquent la France (source)
04/07: Paris Xe: un supporteur de l’Islande poignardé par un étranger ‘déséquilibré’ (source)
03/07: Fleury-Mérogis: une salle de sport particulière+la télé pour Salah Abdeslam (source)
02/07: (30) Des policiers menacés de mort par des hommes se réclamant de Daech (source)
02/07: Un Sri-Lankais tue son colocataire Géorgien dans un foyer à Poitiers (86) (source)
02/07: Abdelhakim Dekhar, le tireur de Libé+BFM sera bien renvoyé aux assises (source)
02/07: 4 ans de prison pour Mohamed, prédateur sexuel, Guinéen et clandestin (source)
02/07: (21) Un aumônier Musulman mis en examen pour proxénétisme aggravé (source)
01/07: Rachid.A. âgé de 33 ans, menaces de mort sur 3 policiers à Montpellier (source)
01/07: Abdelhakim Belkacemi, 3 ans ferme pour le marchand de sommeil du 93 (source)
01/07: Un Malien mis en examen pour une agression au sabre à Chatillon (92) (source)
01/07: Vincennes (94) Émeute et incendie au centre de rétention de clandestins (source)
01/07: (75) Attentats: l’ADN de Jawad Bendaoud découvert sur un gilet explosif (source)
01/07: (94/92/77): Le matériel médical volé partait pour l’Afrique du Nord: tribunal (source)
01/07: Bollène (84) 8 ans de prison pour Kader Chali, meurtrier de Thierry Simon (source)

lire chaque mois sur : https://faitdiversfrance.wordpress.com/

 

30 Juillet 2016

Petitjean était encore bagagiste dans un aéroport 3 mois avant l’attentat

Abdelmalik Petitjean avait un emploi à temps plein à l’aéroport de Chambéry en France
Il y travaillait encore trois mois avant l’attaque sur l’église normande.
Il n a pas été détecté par les services de police et a pu facilement décrocher le job

(…) DailyMail

25 Juillet 2016

Liste des attentats commis par des terroristes islamiques en France ces 50 dernières années

La liste des crimes de l’islamisme depuis les origines, a de quoi faire tourner la tête.

Voici plus précisément la liste des crimes de l’islamisme – sur le sol français cette fois.

09 janvier 1973: bombe à l’Agence juive à Paris.

5 septembre 1973: prise d’otages à l’ambassade d’Arabie saoudite par un commando palestinien.

15 septembre 1974: Attentat à la grenade au drugstore Saint-Germain-des-Prés à Paris, 2 morts et 34 blessés.

13 janvier 1975: A l’aéroport d’Orly, des Palestiniens du FPLP (dont un des membres sera décoré de la médaille des droits de l’homme par Christiane Taubira) avec Carlos à leur tête, tirent au lance-roquettes et manquent un Boeing 707 de El Al, atteignent un DC-9 yougoslave. Trois blessés. L’attentat est revendiqué à Beyrouth par l’organisation palestinienne « Septembre noir ».

19 janvier 1975: Carlos réattaque l’aéroport d’Orly et obtient un avion pour s’enfuir à Bagdad. Il y aura 21 blessés.

10 mars 1975: Attentat de la gare de l’Est à Paris, 1 mort et 7 blessés.

20 mai 1975: des Palestiniens tirent contre le comptoir d’El Al d’Orly, et tuent une personne.

22 février 1976: attentat à l’Office de tourisme algérien (revendiqué par le Front de libération unifié de la nouvelle Algérie).

2 novembre 1976: tentative d’assassinat contre Homayoun Keykavoussi, attaché culturel de l’ambassade iranienne (revendiqué par les Brigades internationales Reza Rezayi, groupe maoïste issu de la Gauche prolétarienne.)

7 juillet 1977: tentative d’assassinat contre l’ambassadeur de Mauritanie (revendiqué par les Brigades internationales Mustapha El Wali Sayed).

20 mai 1978: A l’aéroport d’Orly, un commando de trois hommes ouvre le feu dans la salle d’embarquement d’El Al, faisant 4 morts et 5 blessés. L’attentat est revendiqué par une organisation libanaise inconnue, « les Fils du Liban ».

31 juillet 1978: Prise d’otages à l’ambassade d’Irak à Paris exécuté par un militant de l’Organisation de libération de la Palestine et commandité par Yasser Arafat, son président (qui recevra des obsèques nationales en France). 1 policier trouve la mort.

3 août 1978: Assassinat à Paris du représentant de l’OLP Izz al-Din al-Kalak et un de ses assistants, par l’organisation Abu Nidal.

2 décembre 1978: Attentat du BHV. Huit blessés dont un grave

31 août 1978: attentat au domicile d’Yves Mourousi, revendiqué par la section franco-arabe du front du Refus (10 blessés).

27 mars 1979: Une explosion fait 33 blessés dans un foyer israélite, rue Médicis, à Paris VIe, au lendemain de la signature du traité de paix israélo-égyptien, revendiqué par une organisation antisioniste, le Collectif autonome d’intervention contre la présence sioniste en France et la paix israëlo-égyptienne.

17 janvier 1980: Assassinat du directeur de la librairie palestinienne à Paris, Yusef Mubarak, par l’organisation Abu Nidal.

18 Juillet 1980: L’ancien Premier ministre iranien Chapour Bakthiar échappe à une tentative d’assassinat menée par un commando iranien. 2 personnes sont tuées et 6 sont blessées durant l’attaque.

3 octobre 1980: Une bombe dissimulée dans la sacoche d’une moto explose devant la synagogue de la rue Copernic, à Paris XVIe. 4 morts et une vingtaine de blessés. Trente-quatre ans après, en novembre 2014, un suspect libano-canadien, Hassan Diab, est extradé du Canada et écroué en France. Considéré comme proche du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), il est accusé d’avoir confectionné et posé la bombe.

29 août 1981: attentat par un groupe terroriste palestinien à l’hôtel Intercontinental à Paris. 15 blessés.

18 janvier 1982: assassinat de Charles Robert Ray, attaché militaire américain, à Paris. Revendiqué par les FARL, fractions armées révolutionnaires libanaises.

3 avril 1982: Le diplomate israélien Yacov Barsimantov est assassiné à Boulogne-Billancourt. Le Libanais Georges Ibrahim Abdallah, chef des Fractions armées révolutionnaires libanaises (FARL), condamné à perpétuité à Paris en 1987, notamment pour complicité de ce crime, est détenu depuis octobre 1984.

22 avril 1982: une voiture piégée explose au siège du magazine Al Watan Al Arabi rue Marbeuf à Paris. Un mort, 63 blessés (attentat revendiqué par Carlos et semblant être commandité par la Syrie)

9 août 1982: Un commando de 5 arabes appartenant au Fatah et au Conseil révolutionnaire d’Abou Nidal – un groupe palestinien dissident de l’OLP, ouvre le feu rue des Rosiers, à Paris, et jette des grenades à l’intérieur du restaurant juif Goldenberg, faisant 6 morts et 22 blessés.

17 septembre 1982: Le diplomate israélien Amos Manel est gravement blessé à Paris par l’explosion de sa voiture piégée, rue Cardinet. Une cinquantaine de personnes sont blessées, en majorité des élèves du lycée Carnot. L’attentat est revendiqué par les FARL libanaises.

30 septembre 1983: Une bombe explose au Palais des congrès de Marseille, près des pavillons américain, soviétique et algérien lors d’une foire internationale. 1 mort, 26 blessés. Revendiqué par les FARL.

7 février 1984: Assassinat de Gholam Ali Oveisi, ex gouverneur militaire de Téhéran, et de son frère, en exil à Paris. L’attentat est revendiqué par le Jihad islamique.

8 février 1984: Assassinat de l’ambassadeur des Etats arabes unis en France, Khalifa Abdel Aziz al-Mubarak dans une rue de Paris, attribué à l’organisation Abu Nidal.

23 février 1985: Explosion d’une bombe au magasin Marks & Spencer du boulevard Haussmann, revendiquée par l’Organisation Arabe du 15-Mai faisant partie du Hezbollah, fait un mort et 14 blessés.

29 mars 1985: A Paris, une explosion fait 18 blessés au cinéma « Le Rivoli Beaubourg », lors du 4e festival international du cinéma juif. L’attentat est attribué au Hezbollah.

7 décembre 1985: Double attentat au Printemps Haussmann et aux Galeries Lafayette, 43 blessés. Revendiqués par le CSPPA, Comité de Solidarité avec les prisonniers politiques arabes et du Proche-Orient, organisation marxiste liée au Hezbollah et au Djihad islamique animé par des Musulmans chiites inspirés et financés par Téhéran.

3 février 1986: Une explosion au rez-de-chaussée de la galerie du Claridge, avenue des Champs-Elysées, également attribuée au Hezbollah, fait un mort et huit blessés.

3 février 1986: Le même jour, un engin explosif est désamorcé au troisième étage de la Tour Eiffel.

4 février 1986: Une explosion suivie d’un incendie au sous-sol de la librairie Gibert-Jeune, place Saint-Michel, fait cinq blessés. L’acte s’inscrit également dans la liste des attentats commis par le Hezbollah.

5 février 1986: Explosion à la FNAC-Sports au Forum des Halles. 22 blessés, dont un très grave. Revendiqué par le CSPPA à Paris.

17 mars 1986: Explosion dans le TGV Paris-Lyon à la hauteur de Brunoy. Neuf blessés légers. Revendiqué par le CSPPA à Paris.

20 mars 1986: Attentat Galerie «Point Show», avenue des Champs-Elysées. Deux morts et 29 blessés, dont neuf graves. Revendiqué par le CSPPA à Beyrouth.

8 septembre 1986: Attentat au bureau de poste de l’Hôtel de Ville de Paris. Un mort et 21 blessés. Revendiqué par le CSPPA à Beyrouth et à Paris et le PDL affilié au Hezbollah à Beyrouth.

12 septembre 1986: Explosion à la cafétéria de l’hypermarché Casino du centre commercial des «Quatre-Temps» à la Défense. 54 blessés. Revendiquée par le CSPPA à Paris et le PDL à Beyrouth.

14 septembre 1986: Attentat au sous-sol du «Pub-Renault» sur les Champs-Elysées. Deux policiers morts, un blessé grave. Revendiqué par le CSPPA et le PDL à Beyrouth.

15 septembre 1986: Attentat dans la salle de délivrance des permis de conduire de la préfecture de police de Paris. Un mort, 56 blessés. L’attentat est revendiqué par le Hezbollah (CSPPA et PDL à Beyrouth).

16 septembre 1986: Une bombe explose dans un restaurant au nord de Paris.

17 septembre 1986: A Paris, attentat rue de Rennes, dans le magasin Tati, sept personnes trouvent la mort et 55 autres sont blessées lors de l’explosion revendiquée par le CSPPA, Comité de Solidarité avec les prisonniers politiques arabes et du Proche-Orient.

7 avril 1987 : Assassinat d’Ali André Mécili, avocat et politique algérien, à Paris. Le principal suspect, Mohamed Ziane Hasseni, bénéficie d’un non lieu dans des conditions floues qui ressemblent à une collusion entre l’Etat français et algérien.

24 décembre 1994 – 26 décembre 1994: détournement du vol AF 8969 par le GIA, Groupe islamique armé. Après deux jours de prise d’otage du vol Alger-Paris par des membres du GIA algérien, l’assaut du GIGN à l’aéroport de Marignane fait 3 morts (plus les 4 preneurs d’otages).

11 juillet 1995: assassinat de l’imam Abdelbaki Sahraoui, cofondateur du Front islamique du salut (organisation concurrente du GIA), et son secrétaire, abattus dans la mosquée de la rue Myrha à Paris par deux musulmans armés d’un fusil à pompe et d’un pistolet.

15 juillet 1995: Fusillade à Bron entre les policiers et Khaled Kelkal, du GIA qui tente de forcer un barrage de police. Kelkal sera abattu le 29 septembre 1995.

25 juillet 1995: Gare Saint-Michel une bombe explose dans un train du RER B. Revendiqué par le Groupe islamique armé algérien. L’attentat a coûté la vie à 8 personnes et a fait 117 blessés.

17 août 1995: Une bonbonne de gaz avec des clous, signature du GIA, explose à Paris près de la place Charles-de-Gaulle. 16 blessés.

26 août 1995: une bombe est découverte sur la ligne TGV Sud-Est près de Lyon avant d’exploser au passage du TGV. Les empreintes de Khaled Kelkal et de Boualem Bensaïd sont retrouvées sur la bombe.

3 septembre 1995: une cocotte-minute remplie de clous et d’écrous explose sur le marché du boulevard Richard-Lenoir dans le 11e. Quatre blessés légers. C’est toujours la signature du GIA.

7 septembre 1995: L’explosion d’une voiture piégée devant l’Ecole juive de Lyon à Villeurbanne (Rhône) fait 14 blessés. Elle est attribuée aux extrémistes islamistes dirigés par Khaled Kelkal, directement lié à l’attaque.

27-29 septembre 1995: Fusillade dans les monts du Lyonnais. Karim Koussa, Abdelkader Bouhadjar et Abdelkader Mameri sont interpelés. Khaled Kelkal est abattu.

6 octobre 1995: Le jour de l’enterrement de Khaled Kelkal, une bombe du GIA (bouteille de gaz avec des clous et boulons) explose près de la station de métro Maison-Blanche. 12 blessés légers. On retrouve sur la bombe les empreintes de Boualem Bensaïd.

7 octobre 1995: Le leader du GIA, Djamel Zitouni annonce qu’il lance le « jihad », des « frappes militaires au cœur même de la France » pour la punir de son soutien au régime d’Alger. Il exige que le président Jacques Chirac se convertisse à l’islam.

17 octobre 1995: Attentat du RER C, une rame est perforée par l’explosion d’une bombe à la station Musée d’Orsay. Smaïn Aït Ali Belkacem, du GIA, est responsable de l’attentat.

(En 2010, Amedy Coulibaly (auteur de l’attentat de la supérette casher en 2015), Djamel Beghal (maître à penser des frères Kouachi qui ont commis l’attentat contre Charlie Hebdo) et une quinzaine de musulmans projettent de faire évader Smaïn Aït Ali Belkacem. Ils sont arrêtés, font un peu de prison, et sont relâchés)

27 mai 1996: Reza Mazlouman, ancien vice-ministre iranien de l’éducation à l’époque du Chah d’Iran est assassiné à Créteil.

3 décembre 1996: Paris, attentat du RER B à Port-Royal. Une bonbonne de gaz remplie d’explosif éclate dans une rame de train. Une lettre du groupe islamique armé (GIA) envoyée à Jacques Chirac signe implicitement la revendication qui fera 4 morts et 91 blessés.

3 décembre 1996: attentat contre le journal Tribune juive. L’attentat est revendiqué dans une lettre anonyme, qui explique que les terroristes «font partie de la grande nation arabe comme certains font partie de la grande nation juive». Le texte poursuit: «A ce titre nous nous sentons solidaire du sort qui est fait à nos frères palestiniens, en particulier à Hébron ».

31 décembre 2001: Une classe de l’école Ozar-Hatorah de Créteil est détruite par un incendie criminel.

1er avril 2002: La synagogue Or Aviv, à Marseille, est détruite par un incendie criminel et terroriste, alors qu’une vague d’attentats aux cocktails Molotov vise des synagogues.

10 avril 2002: Un autocar scolaire est la cible de jets de pierre, rue Piat, à Paris. Une élève est légèrement blessée.

22 mars 2003: En marge du défilé contre la guerre en Irak, deux membres du mouvement juif Hachomer Hatzaïr sont agressés près de leurs locaux.

8 juillet 2003: Des élèves de l’école Jeunesse Beth Loubavitch à Paris sont attaqués à coups de barres de fer.

17 octobre 2003: Le rabbin Michel Serfaty, reconnu par ses vêtements, est frappé au visage à Ris-Orangis (Essonne). Son agresseur, Abdelrahim criait « Palestine, Palestine, on vous casse la gueule, Youd! » pendant l’agression.

17 octobre 2003: L’agression du rabbin Michel Serfaty à Ris-Orangis (Essonne) provoque un intense émoi. L’agresseur est condamné en décembre 2004 à 6 mois de prison dont 2 mois avec sursis.

15 novembre 2003: Un établissement scolaire juif fréquentée par 200 élèves est dévasté par un incendie criminel à Gagny (Seine-Saint-Denis). Le président Jacques Chirac préside le lendemain une réunion interministérielle sur l’antisémitisme qu’il déclare « intolérable » – et offrira des obsèques nationales au terroriste et tueur de juifs Yasser Arafat.

20 novembre 2003: Dans le garage du 5 rue Louis Blanc, à Paris Xe, Adel Amastaibou prend un long couteau et poignarde Sébastien Salem de plusieurs coups de couteau à la poitrine, jusqu’à la mort. Puis il rejoint l’appartement de sa mère et déclare : « J’ai tué un Juif. J’irai au paradis. Allah m’a guidé ! »

8 octobre 2004: attentat contre l’ambassade d’Indonésie à Paris, revendiqué par le Front islamique français armé. 10 blessés.

25 mai 2005: deux jeunes musulmans lancent trois bouteilles d’acide chlorhydrique sur une école juive du XVIIIe, à Paris.

20 janvier 2006: Un jeune juif, Ilan Halimi, 23 ans, est enlevé par le gang des barbares, un gang musulman dirigé par Youssouf Fofana, qui espère faire payer les juifs. Il est torturé pendant trois semaines dans une cité HLM de Bagneux et retrouvé agonisant au bord d’une voie ferrée le 13 février 2006, et meurt lors de son transfert à l’hôpital.

19 avril 2007: le rabbin de la communauté du Nord-Pas-de-Calais, Elie Dahan, reconnaissable par ses vêtements, est violemment frappé par un jeune musulman, gare du Nord à Paris.

6 décembre 2007: À 12h50, l’explosion d’un colis piégé au un cabinet d’avocats du 52 boulevard de Malesherbes à Paris où est domiciliée la Fondation pour la mémoire de la Shoah fait 1 mort et 5 blessés. Le coursier, une jeune femme « brune, d’un mètre cinquante-cinq, la vingtaine et portant un casque », et de type « nord-africain » est activement recherchée.

16 décembre 2008: Le Front révolutionnaire afghan informe les autorités après avoir déposé des bâtons de dynamite (sans détonateurs) au Printemps à Paris.

20 décembre 2008: Arrestation à Paris de Rany Arnaud, 29 ans, un islamiste isolé soupçonné d’avoir voulu faire sauter le bâtiment de la DCRI.

5 janvier 2009: Une voiture bélier est lancée contre la grille d’une synagogue à Toulouse, qui est incendiée.

8 septembre 2009: Des engins explosifs sont lancés depuis l’extérieur et explosent dans une école juive du Xe arrondissement de Marseille dans le but de la faire brûler avec tous les élèves. «Un riverain aurait aperçu quelqu’un de jeune» au moment du drame.

11 et 15 mars 2012: Mohamed Merah assassine trois militaires à Toulouse et Montauban.

19 mars 2012: Trois enfants et l’un de leurs parents sont sauvagement assassinés dans une école juive de Toulouse par Mohamed Merah, un musulman français.

25 mai 2013: La Défense. Un islamiste arrive par derrière et poignarde Cédric Cordier, un militaire français au cou, dans l’intention de le décapiter. L’agresseur portait une barbe et une djellaba de couleur claire.

20 décembre 2014: Joué-lès-Tours. Un homme armé d’un couteau hurle « Allahu Akbar » en entrant dans un commissariat, et se jette sur un officier de police pour le tuer. 3 policiers sont blessés, dont deux gravement. Le musulman est tué.

21 décembre 2014: Dijon. Un homme hurlant « Allahu Akbar » écrase 13 piétons avec sa voiture.

22 décembre 2014: Nantes. Un homme que les témoins entendent crier « Allahu Akbar » écrase des piétons avec sa voiture sur un marché de Noël. 1 mort et 9 blessés dont 3 graves.

7 janvier 2015: Les frères Kouachi commettent un attentat contre le siège de Charlie Hebdo qui fait 12 morts et 11 blessés.

8 janvier 2015 : Amedy Coulibaly abat une jeune policière de 25 ans, Clarissa Jean-Philippe, à Montrouge (Hauts-de-Seine), et blesse un policier.

9 janvier 2015: Yoav Hattab, Yohan Cohen, Philippe Braham et Michel Saada, des clients de la supérette casher HyperCasher de Vincennes sont tués, et cinq autres sont pris en otages par Amedy Coulibaly, membre de l’Etat islamique.

9 janvier 2015 : prise d’otages à Dammartin-en-Goële par les frères Kouachi. Les 2 terroristes sont abattus. Un membre du GIGN est blessé, l’otage est sain et sauf.

3 février 2015: 3 militaires qui protègent un centre communautaire de Nice, sont attaqués par Moussa Coulibaly (sans relation avec Amédy Coulibaly).

19 avril 2015: Un djihadiste algérien tue une jeune femme accidentellement en voulant voler sa voiture, se tire une balle dans la jambe, ce qui l’obligera à renoncer à son attentat terroriste contre deux églises de Villejuif pendant la messe du dimanche.

26 juin 2015: Attentat terroriste dans l’Isère à Saint-Quentin-Fallavier contre une usine de gaz de la société Air Products dans l’intention de la faire exploser. Un cadavre sera retrouvé, décapité, avec des inscriptions en arabe et un drapeau de l’Etat islamique.

21 août 2015: Attentat du Thalys. Un islamiste qui venait de déclencher un attentat terroriste est terrassé par des héros américains. Les employés à la sécurité du train s’étaient enfuis. Quatre blessés, y compris le terroriste.

Eric Denécé évaluait à 102 le nombre de victimes françaises du terrorisme islamiste entre 2001 et 2015.

A cette liste doit être ajouté le Bataclan, le couple de policiers égorgés en région parisienne, et le dernier en date, Nice.

J’ai compté 91 attentats terroristes...

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pourDreuz.info.

Sources:
L’humanite.fr
franceinter.fr
nouvelobs.com
lexpress.fr
fr.wikipedia.org
liberation.fr
sunugalsene.com
mamietitine.centerblog
lefigaro.fr
francetvinfo.fr
francetvinfo.fr
wikipedia.org
news.yahoo.com

21 Juillet 2016

Agressées au couteau pour leur tenue trop légère ? (MàJ : l’agresseur se justifie)

L’agresseur justifie son acte

Un jour après les faits, Raphaël Balland, le procureur de la République de Gap, a indiqué que le père et mari des victimes, qui sont toutes tirées d’affaire, avait croisé le suspect juste après les faits. L’agresseur lui aurait alors déclaré : « tu n’aurais pas dû faire ça devant ma femme ». Et il aurait joint le geste à la parole en se grattant « au niveau de l’entrejambe par-dessus son short ». Une attitude que le père de famille ne se rappelle pas avoir eue devant la femme du suspect dont l’appartement était voisin du sien. Les deux familles n’avaient pas eu ni mots ni différends depuis le début de leur séjour.

Lors de son audition, l’homme placé en garde à vue a indiqué qu’il « souffrirait de dépression, mais aussi de schizophrénie depuis plusieurs années ». Selon sa famille, il serait ainsi suivi et en invalidité depuis 2009.

20 minutes


Le suspect crie « Allah akbar » au cours de sa garde à vue

L’homme suspecté d’être l’agresseur d’une mère et de ses trois filles dans un village vacances des Hautes-Alpes s’est emporté lors de sa garde à vue prolongé ce mercredi matin, rapporte, Raphaël Balland, le procureur de la République. « Il a refusé qu’on lui prenne ses empreintes et a alors crié à trois reprise « Allah akbar ».

Mais je répète que pour le moment, les perquisitions et premières exploitations des documents et objets saisis n’ont mis en évidence aucun phénomène de particulière radicalisation de type islamiste, ni aucun élément permettant d’affirmer que son acte était en rapport avec les événements terroristes qui ont ensanglanté notre territoire ces derniers mois. » [...]

France Info


Le préfet dément, le témoin s’obstine

Incompréhension après ces coups de couteau. L’homme de 37 ans reste muet sur les raisons de son geste. Le procureur évoque des rumeurs, mais plusieurs témoins affirment qu’il les a bel et bien agressées en raison de leur tenue légère. C’est Chantal, la meilleure amie de la femme poignardée, qui le raconte. Elle était présente au moment de l’agression. Selon elle, l’homme est arrivé, a ordonné immédiatement aux filles de se vêtir. C’est l’heure du petit déjeuner et il fait alors 26 degrés. Toujours selon Chantal, face à leur incompréhension, les insultes sont arrivées et les coups de couteau ont commencé à pleuvoir.

Rien ne va dans le sens d’un acte religieux. Edmond Francou, le maire de Garde-Colombe s’est entretenu avec la femme de l’agresseur. Son témoignage confirme pour l’instant ce que pensent les enquêteurs : rien ne va dans le sens d’un acte religieux. « C’est une dame très traumatisée bien sûr, elle a dit ‘mais mon mari il est fou, qu’est-ce qu’il a fait ? Mais depuis hier, il n’est pas bien, il ne prend plus ses médicaments’. Elle nous a dit qu’il était sous tranquillisants », confie cet élu.

(…) Europe 1

[...] Dans les Yvelines, les voisins étaient effarés de découvrir la nouvelle. La famille vit dans une petite résidence sociale proprette du centre-ville, pas très loin du pont de Limay [...]

Le Parisien


19/07/16

A la fin de la conférence de presse, le procureur de la République Raphaël Balland a tenu à démentir la « rumeur » sur le mobile qui a poussé l’auteur présumé à agresser les quatre victimes. « Je tenais à démentir la rumeur qui court car en aucun cas cet homme a eu de tels propos sur les fait que l’agression serait motivée par les tenues vestimentaires des victimes, court-vêtues ou autres ».

(…) Le Dauphiné


L’agresseur, Mohamed B., est un marocain connu pour des faits de délinquance

Selon les informations recueillies par iTÉLÉ, l’agresseur a d’abord poignardé les trois filles devant leur bungalow, avant de pénétrer dans l’habitation et de s’en prendre à la mère. L’homme de 37 ans, musulman pratiquant, connaissait la famille. Il logeait dans le bungalow voisin avec sa femme. La cohabitation s’était jusqu’ici déroulée sans problème. L’agresseur, né au Maroc, est connu de la justice pour des faits de délinquance remontant à plus de dix ans. Le parquet de Gap a ouvert une enquête en flagrance, confiée aux gendarmes de la Brigade de recherche (BR) de Gap et à la Section de recherche (SR) de Marseille.

(…) Itélé


Leur agresseur présumé, Mohamed B., âgé de 37 ans, aurait agi possiblement pour un motif religieux. Il leur aurait en effet reproché leur tenue trop légère. Le procureur de la République de Gap a cependant indiqué à l’AFP que le motif de l’attaque était encore « très flou ». La mère et sa fille de 14 ans ont été grièvement blessées et transportées par hélicoptère à Gap pour y être hospitalisées.

Inconnu des services de renseignement

Le pronostic vital de la fillette de 8 ans est engagé, son état de santé étant jugé très inquiétant par les médecins. Selon Edmond Francou, le maire de la commune, cité par Reuters, la fillette souffrirait d’un poumon perforée. L’état de santé du troisième enfant n’est pas jugé inquiétant.

L’agresseur présumé est en garde à vue. Selon nos informations, il est inconnu des services de renseignement et n’est pas fiché S. Les gendarmes de la section de recherches de Marseille sont chargés de l’enquête.

(…) TF1


Une mère de famille et ses trois filles ont été violemment attaquées à coups de couteau ce matin vers 10 heures dans un centre de vacances VVF situé à Garde-Colombe, dans les Hautes-Alpes. La mère et sa fille de 14 ans ont été grièvement blessées et transportées par hélicoptère à Gap pour y être hospitalisées. Le pronostic vital de la fillette de 8 ans est engagé, son état de santé étant jugé très inquiétant par les médecins.

C’est dans un centre de vacances des Hautes-Alpes que les faits se sont produits. Une mère de famille et ses trois filles, âgées de 9, 12 et 14 ans, ont été violemment attaquées à coups de couteau ce matin vers 10 heure, situé à Garde-Colombe. Le pronostic vital de la plus jeune, âgé de 9 ans, est engagé, selon TF1. Le suspect a pris la fuite en voiture et a été interpellé quelques minutes plus tard par les gendarmes.

Leur agresseur présumé, âgé de 37 ans, aurait pu agir pour un motif religieux, selon certaines sources. Il leur aurait en effet reproché leur tenue trop légère. « Le motif de l’agression est très flou« , a cependant déclaré à l’AFP Raphaël Balland, procureur de la République de Gap.

 

17 Juillet 2016

Le gouvernement français a « étouffé » la « torture abominable » de victimes du Bataclan

Une enquête révèle que certains on été châtrés, et ont eu les yeux percés par les tueurs de l’Etat Islamique.
-Des policiers sur place ont vomi en voyant les victimes
-Mais l’instruction met en doute les affirmations, citant l’absence de couteaux
-89 personnes trouvèrent la mort l’an dernier au Bataclan
Des sources et témoignages affirment que le gouvernement français a étouffé les médias tentant de rapporter la torture effroyable subie par plusieurs victimes du Bataclan.
Une commission d’enquête a entendu les policiers sur la scène du crime décrire leurs vomissements après avoir vu des victimes aux yeux crevés. Ils ont affirmé que certains avaient été châtrées, leurs testicules mises dans leur bouches, et que des femmes avaient eu leurs parties génitales poignardées.
Cependant, le Procureur a mis en doute ces témoignages, affirmant qu’aucun couteau ne fut trouvé sur la scène du crime.

Il est supposé que les terroristes avaient prévu de filmer les victimes torturées à des fins de propagande.
L’enquête a aussi appris qu’un père rendant visite à la dépouille de son fils à la morgue avait été informé que le visage de celui-ci était méconnaissable, les terroristes lui ayant crevé les yeux, et défiguré la moitié droite de son visage.

Daily Mail

(Merci à Europe Espérance pour la traduction)


14/07/2016

M. N. B., gardien de la paix. [...]
Nous sommes ensuite partis au Bataclan.
M. O. B. Lorsque nous étions à l’angle du passage Saint-Pierre-Amelot, alors que des personnes dans le Bataclan subissaient des choses atroces, nous avons eu beaucoup de chance. Nous sommes retournés sur place, et le propriétaire du magasin de carrelage derrière lequel nous nous étions abrités nous a expliqué que sa boutique était une ancienne banque dont les vitres étaient blindées. Cela nous a protégés – je n’avais qu’un bouclier balistique sans plaques additionnelles.
À l’angle, nous entendions des gens gémir, mais nous ne pouvions pas aller les aider parce que nous ne disposions pas du matériel adéquat.
M. le président Georges Fenech. Pour l’information de la commission d’enquête, monsieur P. T., pouvez-vous nous dire comment vous avez appris qu’il y avait eu des actes de barbarie à l’intérieur du Bataclan : décapitations, éviscérations, énucléations… ?
M. T. P. Après l’assaut, nous étions avec des collègues au niveau du passage Saint-Pierre-Amelot lorsque j’ai vu sortir un enquêteur en pleurs qui est allé vomir. Il nous a dit ce qu’il avait vu. Je ne connaissais pas ce collègue, mais il avait été tellement choqué que c’est sorti naturellement.
M. Alain Marsaud. Les actes de tortures se sont passés au deuxième étage ?
M. T. P. Je pense, car je suis entré au niveau du rez-de-chaussée où il n’y avait rien de tel, seulement des personnes touchées par des balles.
M. Alain Marsaud. À votre connaissance, ils étaient trois sans aucun doute ? Il n’y a aucune chance qu’un quatrième se soit enfui ?
M. T. P. On est certains qu’ils étaient au moins trois, mais ils étaient peut-être quatre. Les ondes retransmettaient les appels au numéro d’urgence de la police, le 17 : on entendait parler de trois individus, voire quatre.
M. Alain Marsaud. Est-il exclu qu’une quatrième personne ait pu s’enfuir en se faisant évacuer parmi les blessés ?
M. T. P. Ce n’est pas exclu. C’est la raison pour laquelle mes collègues ont procédé à des palpations sommaires de toutes les victimes, même blessées, qui sortaient par l’entrée principale.
M. L. S. Nous effectuions systématiquement une palpation sommaire, au moins au niveau du plexus, de la base du torse, et des jambes.
M. Alain Marsaud. Un quatrième terroriste aurait pu être blessé lui-même ou s’enfuir parmi les blessés ?
M. T. P. Parmi les blessés, je ne pense pas.
M. Alain Marsaud. On ne retrouve que trois armes de guerre.
M. L. S. Cela relève des investigations. Pour notre part, nous n’en savons rien.
M. le président Georges Fenech. Messieurs, nous vous remercions vivement d’avoir livré ce très important témoignage. La commission d’enquête salue votre courage et l’intervention qui a été la vôtre.

Audition, à huis clos, de fonctionnaires de la BAC de nuit du Val-de-Marne intervenus le 13 novembre 2015 : M. T.P., brigadier-chef, M. L. S., brigadier-chef, M. O. B., brigadier, M. N. B., gardien de la paix, M. A. D., gardien de la paix, et M. P. T., gardien de la paix
Audition, à huis clos, du lundi 21 mars 2016

M. T. P. Le commissaire N est entré avec son chauffeur. On entend alors ses tirs et une explosion. Une fois que l’individu visé est neutralisé, nous essuyons les premières rafales côté passage Saint-Pierre-Amelot. Pendant les dix minutes durant lesquelles le terroriste nous tire dessus, nous n’entendons plus d’autres tirs à l’intérieur.
M. le président Georges Fenech. Parce que l’autre est mort.
M. T. P. L’un d’entre eux a été neutralisé. L’autre est là-haut en train de… J’ai tendance à me dire que, tant qu’on tire sur moi, on ne tue personne d’autre.
M. Pierre Lellouche. Que voulez-vous dire par « en train de… » ?
M. le président Georges Fenech. Je crois que certaines choses n’ont jamais été dites. Je pense que l’on pourrait peut-être, à ce stade, éclaircir les choses.
M. T. P. Des corps n’ont pas été présentés aux familles parce qu’il y a eu des gens décapités, des gens égorgés, des gens qui ont été éviscérés. Il y a des femmes qui ont pris des coups de couteau au niveau des appareils génitaux.
M. le président Georges Fenech. Tout cela aurait été filmé en vidéo pour DAECH !
M. T. P. Il me semble. Les victimes en ont parlé.
M. le rapporteur. Ces actes ont été commis par les deux survivants. Savez-vous si vous avez blessé celui sur lequel vous avez tiré dans le passage Saint-Pierre-Amelot ?
M. T. P. Je pense, mais je n’ai aucune certitude. Comme ils se sont fait sauter, on ne peut pas savoir s’il était blessé au tronc. Je pense l’avoir touché car les tirs ont cessé, et la porte s’est refermée. Le fait que la kalachnikov s’affaisse et que les portes se referment me semble significatif. Plus tard, nous avons parlé avec le civil qui nous faisait des signes dans le passage Saint-Pierre-Amelot : il nous a dit que nous avions touché le tireur et que c’est pour cela qu’il avait cessé de tirer.
Après ce moment, les tirs que nous avons entendus à l’intérieur n’étaient que très sporadiques. Il n’y a plus eu de rafales. Selon toute vraisemblance, un des terroristes ou plusieurs achevaient les gens. Ensuite, j’avoue que je n’ai fait que quinze mètres à l’intérieur du Bataclan derrière la BRI. Ma présence n’était pas nécessaire, je suis donc ressorti. Ce que j’avais vu m’avait suffi.
M. Pierre Lellouche. Les exactions sur les gens se sont déroulées à quel endroit ?
M. T. P. À l’étage.
M. Pierre Lellouche. Cela se passe après que l’individu que vous avez blessé est remonté ?
M. T. P. Je pense même que ça s’est produit avant, mais ce n’est que mon avis personnel. Pendant que nous fixions un terroriste à la porte de secours, un autre faisait toutes ces choses ignobles à l’étage.
M. Pierre Lellouche. La vidéo est partie ?
M. le président Georges Fenech. Je crois savoir que des vidéos sont parties.
M. Pierre Lellouche. On peut le savoir si l’on a récupéré les portables des victimes. On les a ?
M. T. P. Ils se sont fait exploser. Il y a eu des personnes décapitées, égorgées, éviscérées. Il y a eu des mimiques d’actes sexuels sur des femmes et des coups de couteau au niveau des appareils génitaux. Si je ne me trompe pas, les yeux de certaines personnes ont été arrachés.

Audition, à huis clos, de M. Michel Cadot, préfet de police de Paris, M. Christian Sainte, directeur de la police judiciaire à Paris, M. Jacques Méric, directeur de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne, et du général Philippe Boutinaud, commandant la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP)
Compte rendu de l’audition, à huis clos, du mercredi 23 mars 2016

M. le rapporteur. Les terroristes du Bataclan ont-ils commis des décapitations ou des mutilations ? Des décès se sont-ils produits autrement que par fusillade ou explosion ? Nous sommes saisis d’informations contradictoires – dont certaines nous ont été communiquées lors de nos auditions – qu’il faut éclaircir.
M. le président Georges Fenech. En effet, la commission est troublée par ces informations, qui n’ont filtré nulle part. Ainsi, le père de l’une des victimes m’a adressé la copie d’une lettre qu’il a transmise au juge d’instruction, que je cite en résumant : « Sur les causes de la mort de mon fils A., à l’institut médico-légal de Paris, on m’a dit, et ce avec des réserves compte tenu du choc que cela représentait pour moi à cet instant-là, qu’on lui avait coupé les testicules, qu’on les lui avait mis dans la bouche, et qu’il avait été éventré. Lorsque je l’ai vu derrière une vitre, allongé sur une table, un linceul blanc le recouvrant jusqu’au cou, une psychologue m’accompagnait. Cette dernière m’a dit : ‟La seule partie montrable de votre fils est son profil gauche.” J’ai constaté qu’il n’avait plus d’œil droit. J’en ai fait la remarque ; il m’a été répondu qu’ils lui avaient crevé l’œil et enfoncé la face droite de son visage, d’où des hématomes très importants que nous avons pu tous constater lors de sa mise en bière. »
Ce témoignage précis pourrait corroborer les propos que nous a tenus l’un des fonctionnaires de la BAC, selon lequel l’un des enquêteurs a vomi immédiatement en sortant du Bataclan après avoir constaté une décapitation et des éviscérations. Avez-vous connaissance de tels faits ?
M. Michel Cadot. Je n’ai eu aucune connaissance de ces faits, ni par l’Institut médico-légal ni par les fonctionnaires en question. Il appartient de toute évidence à l’enquête judiciaire d’en apprécier la véracité. J’ai néanmoins compris qu’il n’a été retrouvé sur le site de l’attaque aucun couteau ni aucun autre engin tranchant qui aurait permis ce type de mutilations. Il sera aisé de le vérifier dans le cadre de l’enquête. En ce qui me concerne, encore une fois, je n’ai reçu aucun message de la sorte provenant de l’Institut médico-légal ou de la direction de tutelle de la BAC concernée.
M. Christian Sainte. Je ne peux guère m’avancer sur ce point, compte tenu de l’état de l’enquête, mais rien, en l’état actuel de mes connaissances, ne me permet de penser que ce qui vient d’être lu est juste. Je précise, pour que les choses soient claires, que certains des corps retrouvés au Bataclan étaient extrêmement mutilés par les explosions et par les armes, à tel point qu’il fut parfois difficile de reconstituer les corps démembrés. Autrement dit, les blessures que décrit ce père peuvent aussi avoir été causées par des armes automatiques, par les explosions ou par les projections de clous et de boulons qui en ont résulté.
M. le président Georges Fenech. On lui aurait mis ses testicules dans la bouche…
M. Christian Sainte. Je ne dispose pas de cette information et, si ces faits avaient été établis, je pense qu’une telle information ne m’aurait pas échappé.

Audition, à huis clos, de M. François Molins, procureur de la République près le tribunal de grande instance (TGI) de Paris, Mme Véronique Degermann, procureure de la République adjointe près le même TGI, et Mme Camille Hennetier, vice-procureure de la République près ledit TGI
Compte rendu de l’audition, à huis clos, du mercredi 30 mars 2016

M. le président. À la suite des attentats de novembre, il a été évoqué la commission d’actes de barbarie.
M. François Molins. C’est une rumeur. Les médecins légistes ont été formels : il n’y a pas eu d’acte de barbarie, pas d’utilisation, notamment, d’armes blanches. Selon un témoignage, les testicules d’une personne auraient été coupés, mais aucune constatation n’a permis de le corroborer.
M. Sébastien Pietrasanta, rapporteur. Je salue, monsieur le procureur, votre travail. Votre parole est entendue et respectée par tous.

RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 / TOME 2 : COMPTES RENDUS DES AUDITIONS

source

01 Juillet 2016

Le scandale du financement syndical que personne ne dénonce

Derrière les désaccords entre syndicats se cache une communion d’intérêts profonde portant sur le financement des syndicats. Un sujet à 30 milliards qui pèse sur l’économie française !

Officiellement, l’échec de la manifestation d’hier contre la loi Travail témoigne d’une division syndicale intense. Les uns sont réformistes et ne défilent pas, les autres sont contestataires et battent le pavé. Les uns ne veulent pas entendre parler d’inversion de la hiérarchie des normes, les autres la soutiennent.

Mais derrière ces paravents de la discorde, se cache une entente plus profonde, une coalition d’intérêts où la division syndicale n’a plus sa place et qui tient en un mot : le financement des syndicats.

Une intersyndicale en pleine division

Il faut lire, dans les colonnes de la Tribune, la publication d’une lettre àMarisol Touraine signée par les cinq syndicats représentatifs au niveau interprofessionnel, pour comprendre quelle unité les organisations syndicales sont capables de trouver dès qu’il s’agit d’assurer leur financement.

La lettre porte bien la signature de Philippe Martinez, de Laurent Berger, de Jean-Claude Mailly, de Philippe Louis et du tout nouvel élu de la CGC François Hommeril. On rêve ? Non, c’est bien vrai !

Alors que les centrales se déchirent sur la loi Travail, elles font, dans l’ombre, leur unité sur une question énigmatique pour le grand public : l’application de la loi du 11 février 1950 sur les pratiques conventionnelles en matière de protection sociale complémentaire.

Un étrange amour pour les très petites entreprises

Dans leur courrier, les organisations syndicales jouent un étrange rôle de composition : elles parlent au nom des très petites entreprises. C’est bien connu ! les syndicats de salariés, en France, sont là pour défendre les patrons et les employeurs, rôle qui ne revient pas du tout aux organisations patronales.

Donc, dans l’intérêt des très petites entreprises, ces petites choses en sucre qui ont besoin de la CGT et de la CFDT pour exprimer leurs revendications, la bande des 5 demande à la ministre de préserver les désignations en prévoyance, c’est-à-dire l’interdiction faite aux très petites entreprises de choisir elle-même l’assureur qui couvre les risques de leurs salariés. 

La question du financement des syndicats

Bien sûr, ce sujet, qui pèse 30 milliards environ dans l’économie française, est présenté dans l’intérêt des entreprises. Et, comme toujours quand on entend un syndicat de salariés parler au nom des entreprises, il cache une affaire de gros sous.

Car les syndicats ne précisent pas que les accords de branche que leurs représentants négocient en prévoyance complémentaire profitent à peu près systématiquement à un cartel de groupes de protection sociale… gouvernés par les syndicats eux-mêmes et qui sont pour ceux-ci de superbes pompes à finances.

Autrement dit, les syndicats viennent de demander à Marisol Touraine de préserver un système (dénoncé par l’Autorité de la Concurrence comme attentatoire à la libre concurrence) censuré par le Conseil Constitutionnel parce que contraire à la liberté d’entreprendre, aux seules fins de garantir la continuité de leur financement.

Sur le web

03 Juin 2016

Un quart des personnes condamnées en France en 2014 pour vol sont de nationalité étrangère

Une étude révèle que près d’un quart des personnes condamnées en France en 2014 pour vol sont de nationalité étrangère.

Un quart des personnes condamnées en France en 2014 pour vol sont de nationalité étrangère

source FDESOUCHE (1 juin 2016)

31 Mai 2016

Quand Emmanuel Macron sous-évaluait un bien pour éviter de payer l’ISF

Les vérifications faites autour de la situation fiscale d’Emmanuel Macron après son entrée au gouvernement, en août 2014, ont révélé que le ministre de l’Economie devait payer l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) pour les années 2013 et 2014 révèle Mediapart ce mardi. Le rattrapage ne devrait pas dépasser les 10 000 euros.

Depuis «l’affaire Cahuzac», chaque membre du gouvernement fait l’objet d’une enquête sur sa situation fiscale. Au moment d’arriver à Bercy, Emmanuel Macron n’y a pas échappé. Le ministre estimait alors qu’il n’avait pas à payer l’ISF, dont le seuil est fixé à 1,3 million d’euros, mais aurait sous-évalué la maison de son épouse de 200 000 euros d’après les chiffres du Canard Enchaîné. Après un an et demi de discussion avec le fisc, Emmanuel Macron s’est donc résolu à payer l’ISF.

Ces révélations arrivent alors que le locataire de Bercy a lancé son propre parti politique «En Marche» et que certains de ses proches le voient se lancer dans la course à l’Elysée en 2017. Du côté du cabinet d’Emmanuel Macron, on assure qu’il n’y a pas d’affaire et qu’il s’agit seulement d’une erreur d’estimation. [...]

Le Parisien

30 Mai 2016

LES CROIX DE BOIS OU CEUX DE VERDUN

Ce dimanche 29 mai 2016 restera à tout jamais la date de l'infamie et de l'abjection la plus totale.

Le président de la République française, François Hollande, en permettant la profanation de la nécropole nationale de Verdun, vient de franchir l'indicible en souillant son rôle de chef de l'état et de chef des armées.

La vue des ces milliers de jeunes français et allemands, piétinant les tombes des poilus de la Grande Guerre, m'a profondément blessé.

Ce lieu de mémoire et d'inhumation pour des centaines de milliers d'hommes tombés dans cette bataille gigantesque, n'avait pas objet à être désacralisé par des "tambours du Bronx" ou autres chorégraphies dans cet immense cimetière.

Le recueillement et le silence que nous devons à nos morts, a été bafoué ce jour par les socialistes.

En ce jour de fête des mères, mes pensées vont vers toutes ces mamans qui n'ont jamais revu leurs fils tombés dans l'enfer de Verdun et dont les ossements furent dispersés par les obus. Source

25 Mai 2016

Des parents de victimes du Bataclan : « Hollande, vous avez amené la mort à nos enfants

Ça commence à sortir. Ça commence à transpercer l’omerta et médiatique et politique. Des parents en deuil accusent.

Non seulement ils refusent que leurs impôts payent avocats et entretien de ceux qui ont tué leurs enfants, mais ils ciblent carrément Hollande et là, ça fait très mal :

Ces parents, qui ne souhaitent pas apparaître publiquement, déplorent en effet «des criminels entretenus, qui n’auraient jamais dû être libres et tuer en pleine rue en toute opportunité». Enfin, selon eux, leurs enfants «sont morts en victime en raison de votre laxisme et ingérence», écrivent-ils à François Hollande.

In fine, c’est le rétablissement de la peine de mort qui est demandé en creux dans cette missive. Et cette volonté de revenir sur la loi votée en 1981 est partagée par les parents d’une autre victime française d’attentat perpétré à l’étranger. De même que par ce père de deux enfants qui a perdu sa femme au Bataclan.

La lettre ouverte se termine avec la «honte» d’être dirigés par François Hollande. «Nos enfants avaient voté pour vous nous leur avions dit… cet homme vous amènera le mal! Nous ne croyons pas si bien dire! Vous leur avez amené la mort», peut-on enfin lire.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/05/23/01016-20160523ARTFIG00177-attentats-du-13-novembre-des-parents-de-victimes-refusent-de-payer-leurs-impots.php

Que répondre à des parents qui voient clair, qui ne se laissent pas manipuler, qui n’ont plus rien à perdre ?

La seule chance de voir ces révoltés aboutir à quelque chose, à part la modification de la loi de 1981 permettant à nouveau la peine de mort, ne serait-ce que pour les terroristes, serait que la presse d’empare du sujet, que les parents soient invités sur les plateaux de télé, ce dont ils n’ont pas nécessairement envie,que le scandale oblige Hollande à se cacher, à démissionner… Ne rêvons pas, à part le Figaro qui commence la campagne de 2017 pour Juppé ou un autre LR, silence radio partout.

Pourtant, ces parents peuvent faire mal S’il st clair que rien ne fera revenir leurs enfants à la vie, ils peuvent, au moins, faire payer celui qui, « par son ingérence  et son laxisme » et surtout son impéritie et ses trahisons a armé les bras des djihadistes. S’ils pouvaient obtenir son départ et sauver ainsi la vie d’autres enfants menacés, forcément…

Ingérence ? en Syrie, pour faire tomber Assad, oui, rappelons-nous Fabius se félicitant d’armer les alliés de l’EI contre le Président syrien… Puis, le vent a tourné, il a bien fallu se battre contre les djihadistes… Hollande, comme Sarkozy avant lui, s’étaient engagés sur la scène internationale et suivait Obama,les yeux fermés, tantôt contre Assad, tantôt avec.

Laxisme ? Oh que oui, merci la préférence étrangère, merci les musulmans engagés en nombre dans des secteurs sensibles comme les aéroports, la RATP… Merci Taubira qui a laissé sortir de prison des auteurs de délit qui n’étaient pas des anges, qui a laissé en liberté des fichés S…

Mais c’est, surtout, la politique d’immigration et d’islamisation folles de Hollande qui ont tué. Parce qu’il a laissé nos frontières ouvertes, respectant un Schengen suicidaire qu’il fallait dénoncer, parce qu’il a donné l’ordre d’accueillir à tour de bras des migrants auxquels se sont joints des tueurs du Bataclan, parce qu’il a tu et tait, plus que jamais, la nocivité de l’islam, permettant aux futurs terroristes de rencontrer leurs alliés dans les mosquées qui devraient être fermées. Parce qu’il n’a pas chassé de France tous les étrangers délinquants, parce qu’il n’a pas mis hors d’état de nuire les fichés S, parce qu’il a utilisé nos forces pour garder des mosquées ne risquant rien au lieu de préserver les concerts et autres lieux de rassemblement… Parce qu’il est Hollande et est incompatible avec la France.

22 Mai 2016

Béziers : les socialistes refusent de voter la motion condamnant les perturbateurs du conseil municipal

C’est la chienlit partout. Partout. Et les socialauds soutiennent ceux qui, partout, enfreignent les lois, veulent empêcher les débats.

On remarque avec intérêt et sans surprise la collusion entre les casseurs, les antifas, les pro-palestine (ou anti-Israël) et les islamophiles et autres islamistes.

Ils ne parlent tous que d’une seule voix, celle de la haine de l’autre, la haine de celui qui ne pense pas comme eux. La haine de la parole libre. La haine de l’être libre.

Qui relève ce scandale ? Qui interpelle le préfet ? Qui interpelle Hollande ?

Tout cela est infiniment plus grave qu’un étron devant une  mosquée et pourtant Valls ne se précipite pas à Béziers pour soutenir Robert Ménard et pour dire que les responsables seront châtiés. Non, rien de cela, mais qui s’en étonne puisque les conseillers socialistes, en refusent la motion de condamnation encouragent ce genre de comportement.

Les conseillers municipaux socialistes se comportent comme les agresseurs en véritables petits fascistes refusant la liberté d’expression et en imposant leur vision du monde par la force.

Ils ont voté pour Hollande. Qui s’en étonnera ?

 

Béziers (34) : le conseil municipal perturbé par des gauchistes et des islamistes
Par Francois le 20/05/2016

Un groupe d’une vingtaine d’individus, composé de militants communistes, anti-israéliens, islamistes, est venu semer le trouble hier soir au conseil municipal de Béziers. Ce même groupe avait déjà attaqué le conseil municipal à deux reprises, sans que la justice, du moins pour l’heure, ne s’en émeuve malgré les plaintes déposées.
Cette attaque préméditée, orchestrée, qui est une récidive, est un fait grave, punissable pénalement devant un tribunal correctionnel.

Ce groupe était dirigé, comme l’indique Midi Libre en donnant leurs noms, par Omar Khatiri et Linda Mendy-Hamdani. Prudemment en retrait, comme souvent, Mehdi Roland dirigeait l’opération tout en la diffusant en direct sur l’application périscope.

Conformément à une méthode apprise dans les comités d’agitateurs pro-palestiniens, les fauteurs de trouble ont provoqué la police, tout en la filmant, et en s’opposant physiquement à leur expulsion de la salle du conseil municipal.

Certains de ces militants ont insulté un policier noir, le traitant « d’esclave » et lui conseillant de « retourner dans son champ de coton ». Ce policier a déposé plainte.

L’un d’entre eux, un certain Marwin Doucet, a insulté les policiers, les traitant de « fils de pute », comme on peut le constater sur la vidéo.

Enfin, concluons sur une note révélatrice de l’état d’esprit de ce groupuscule : à la fin de leur action, on peut voir un des militants provoquer en criant : « One, Two, three, viva l’Algérie ! ».

Suite à ces incidents, le maire a fait voter une motion condamnant cette agression. Cette motion a été votée par la majorité et le groupe des Républicains. Le groupe socialiste n’a pas voulu prendre part au vote. Seul l’élu communiste, Aimé Couquet a voté contre, se solidarisant avec les agresseurs.

Bien naturellement, la Ville de Béziers a décidé de porter plainte contre les organisateurs de cette attaque et les membres de leur groupuscule. De leur côté, quatre policiers municipaux ont déjà déposé plainte pour menaces de mort, outrages, ou pour avoir été molestés. Source

20 Mai 2016

Marine Le Pen : «Malhonnête de la part du gouvernement de profiter de l’état d’urgence»

Pour la présidente du Front national, la France est «la risée du monde». Interrogée ce matin sur Europe 1, Marine Le Pen s’est montrée très incisive : «Comment (le gouvernement) peut-il laisser penser aux Français qu’il est capable de les protéger contre des attentats terroristes alors qu’il laisse [agir], en toute impunité, des groupements anarchistes ultraviolents ?» «En situation d’état urgence, il n’y a pas de manifestation», avance la députée européenne pour qui, en conséquence, «le gouvernement ne devrait pas faire passer des lois dont il sait pertinemment que ce sont des lois qui sont rejetées par les Français». Et de conclure : «Je crois que c’est malhonnête de la part du gouvernement de profiter de l’état d’urgence pour faire passer une loi.»

http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwiyq-DF8-jMAhWCSxoKHat7AaIQqQIIIDAA&url=http%3A%2F%2Factu.orange.fr%2Fpolitique%2Fvideos%2Fmarine-le-pen-malhonnete-de-la-part-du-gouvernement-de-profiter-de-l-etat-d-urgence-VID000000285gi.html&usg=AFQjCNEBFcV3i22d_t8VVBdXJD7w-ycBbw&bvm=bv.122448493,d.d2s

18 Mai 2016

Sébastien Jallamion : « J’invite les fonctionnaires de police à la Résistance ! »

 

… policier pour expliquer son appel à la Résistance à destination de ses anciens collèguesnancie’explique l, « obéïr, c’est trahir »une grave agression. Dans certains cas, ’être victime d’islam radical. Il vient d’il eut publié sur son compte Facebook images et propos fustigeant l’après qu» provocation à la haine raciale et religieuse  «chef de la police à Lyon, a été suspendu pour 24 mois de ses fonctions de policier pour -Sébastien Jallamion, brigadier

 

https://soundcloud.com/bvoltaire/sebastien-jallamion

14 Mai 2016

Belgique : L’État condamné à indemnniser un terroriste tunisien, 70.000 € déjà versés

Nizar Trabelsi, terroriste tunisien condamné en 2003 à 10 ans de prison pour avoir planifié un attentat contre la base militaire de Kleine-Brogel, a déjà touché 78.791 euros de l’État belge, condamné par la Cour européenne des droits de l’Homme pour avoir livré l’intéressé aux États-Unis en 2013.

Les États-Unis avaient demandé en 2008 l’extradition de Nizar Trabelsi, également suspecté d’avoir préparé un attentat contre l’ambassade américaine à Paris. Il avait finalement rejoint les USA en 2013.  Ce qui a valu à la Belgique d’être condamnée par la Cour européenne des droits de l’Homme [...]

La Belgique avait été condamnée à lui verser 90.000 euros de dommages et intérêts [...]

7Sur7

Merci à red78

09 Mai 2016

TRAITÉ TRANSATLANTIQUE : LES NATIONS D'EUROPE EN DANGER

 

L’accord de libre-échange entre les États-Unis et l’Union Européenne (dit TAFTA) fait face à une vague d’hostilité croissante, et cela dans toute l'Europe, dont nous ne pouvons que nous réjouir.
Depuis plusieurs mois, le Front National ne cesse de dénoncer ce projet visant à libéraliser au maximum le commerce entre les deux rives de l’Atlantique tout en réduisant les normes, les droits de douane et les barrières réglementaires. Ses conséquences, non seulement pour notre économie mais aussi pour notre environnement et notre mode de vie, seraient catastrophiques.

Le projet de traité prévoit également un mécanisme d’« arbitrage des différends » entre États et investisseurs privés. Ce mécanisme, permettrait aux entreprises multinationales de traîner devant un tribunal les États qui tenteraient de protéger leurs intérêts nationaux. Ainsi, plus concrètement, toute entreprise américaine investissant dans un pays européen aurait le droit de réclamer devant un tribunal d’arbitrage privé des dédommagements financiers de la part d’un État dès lors que celle-ci s'estimerait lésée par une nouvelle loi ou une norme (sanitaire, environnementale, sociale...) susceptible de restreindre ses profits.

Bœuf aux hormones, carcasses de viande aspergées à l’acide lactique, volailles lavées à la chlorite, est-ce donc ce qui nous attend si François Hollande ne met pas un terme aux négociations en cours ? Il faudrait vraiment faire preuve de cécité ou de cynisme pour ne pas voir que ce traité transatlantique ne répond qu'aux intérêts de Washington et ne bénéficiera qu'à des multinationales souhaitant s'affranchir autant que possible des normes.

Il ne peut y avoir de souveraineté et d'indépendance nationale sans maîtrise des échanges commerciaux. C'est pourquoi le gouvernement doit annoncer son retrait des négociations sur le traité transatlantique et affirmer un NON définitif.

   

 

 

Nicolas Bay
Secrétaire Général du Front National

05 Mai 2016

Romain Caillet : le "M. Djihadisme" de BFMTV est fiché "S"

Bbse1ci

EXCLUSIF. Promu il y a quelques semaines "M. Djihadisme" de la chaine BFMTV et appointé comme tel, Romain Caillet est fiché "S" par les services antiterroristes depuis plusieurs années. "L'Obs" a consulté son dossier.

# Sa principale antenne :

BFMTV où il est "consultant djihadisme" (sic).

# Sa carrière :

Après une enfance remuante et un BEP dans la vente, il se convertit à l'islam en 1997, puis, en 2005, il obtient brillamment un DEA en histoire médiévale. Il ne se plonge dans l'étude du djihadisme qu'après son diplôme, en allant vivre d'abord en Egypte, puis en Jordanie et au Liban, pays dont il s'est fait expulser en mars 2015 pour d'obscures raisons.

# Son expertise :

Excellente aussi bien sur la doctrine, l'histoire et les animateurs du djihadisme international.

# Sa face cachée :

Au milieu des années 2000, Romain Caillet, qui intervenait sur les forums islamistes sous le pseudonyme de "Colonel Salafi", ne cachait pas ses positions en faveur du djihad. Vivant en Egypte, il suivait notamment les cours de l'institut Qortoba, fermé en 2005 à la demande des services de renseignements occidentaux qui y voyaient une officine de recrutement djihadiste.

Il y fréquentait notamment les frères Clain, dont l'aîné, Fabien, réputé être aujourd'hui un cadre important de Daech, a revendiqué les attentats de novembre dernier pour le compte de l'organisation terroriste. Il le reconnaîtra au cours d'une garde à vue dans les locaux de la Sous-Direction anti-terroriste (SDAT) en janvier 2008. Il précisera :

"Sur le djihad, je ne suis plus d'accord avec les Clain. Depuis mars 2007, je ne suis plus pour le djihad parce que je m'oppose au fait d'entraîner des jeunes pour se sacrifier à mourir sans avoir acquis au préalable les bases de l'islam."

Et de préciser, doctement : "Les dirigeants d'Al-Qaida sont des ignorants." Dans cette confession inédite, que "TéléObs" a pu consulter, il fera également part de ses remords d'ancien propagandiste djihadiste : "J'espère ne pas avoir été la cause d'enrôlement de jeunes au djihad. J'ai essayé de réparer mes erreurs en postant [sur internet, NDLR] des repentirs publics." Après cet interrogatoire, il changera effectivement de pseudo sur les sites islamistes, expliquant à ses correspondants son revirement : "Quand j'étais djihadiste, je dormais mal la nuit en pensant aux attentats." La justice ne retiendra aucune charge contre lui.

Mais de ce passé controversé, Romain Caillet a hérité d'une fiche "S" à son nom, toujours active dans les services antiterroristes aujourd'hui. Elle a notamment ressurgi en marge de la récente enquête sur l'affaire Sid Ahmed Ghlam, cette tentative d'attentat contre une église de Villejuif dans laquelle une jeune fille a été assassinée. Le seul tort de Romain Caillet était d'avoir été en contact avec un ancien ami du temps de l'Egypte, en relation avec le réseau terroriste. Il ne sera d'ailleurs pas inquiété par la justice dans ce dossier. Romain Caillet n'a pas souhaité revenir pour "TéléObs" sur ces épisodes. "Je ne désire pas évoquer ma vie privée", esquive-t-il.

# Sa marque de fabrique :

Une tendance à éluder la connaissance personnelle qu'il a de certains djihadistes combattant aujourd'hui dans les rangs de Daech, "pour des raisons évidentes de sécurité et pour ne pas interférer avec leurs éventuels problèmes avec la justice, s'ils reviennent", explique-t-il.

A lire dans TéléObs de cette semaine : "Terrorisme : la face cachée des consultants", par Olivier Toscer.

03 Mai 2016

Reportage au cœur d’un Molenbeek français

Reportage au cœur d’un Molenbeek français.

Pacte avec le diable à Argenteuil​

Clientélisme. PC, PS, LR… Depuis des années, les élus ont déroulé le tapis rouge à l’islam radical. Reportage au cœur d’un Molenbeek français.

« Désolé, mais vous ne trouverez rien ici. Il n’y a que des kebabs ! » L’homme qui daigne nous répondre, djellaba impeccable et barbe longue comme le bras, repart comme si de rien n’était, nous laissant à notre désarroi. Difficile de trouver le moindre bistrot traditionnel à Argenteuil. Les kebabs et les fast-foods halal ont cannibalisé le centre-ville. Même le restaurant de sushis, sur l’une des artères principales de la ville, s’est autoproclamé… « spécialiste asiatique halal » !

Cette situation ne date pas d’hier. Mais la découverte par la police, le 26 mars dernier, dans un appartement qu’occupait Reda Kriket, d’un véritable arsenal de guerre qui aurait pu servir à un nouvel attentat djihadiste en France a fini de convaincre beaucoup qu’il était temps d’ouvrir les yeux sur une réalité qu’ils ne voulaient pas voir. Et que l’immigration d’hier, qui avait fait les grandes heures de cette cité ouvrière lorsque les usines embauchaient à tour de bras Italiens, Polonais ou Espagnols, n’avait plus rien à voir avec celle d’aujourd’hui, dans une ville qui bat des records de chômage (17 %, quasiment deux fois supérieur à la moyenne nationale !) et qui agonise sous les dettes (lire l’encadré).

Après plus de cinquante ans de gestion communiste, cette commune emblématique de la “banlieue rouge” n’a plus rien à proposer aux nouveaux immigrants qui s’entassent dans cette ville, la troisième plus grande d’Île-de-France. Pas de véritables boulots. Des cités-dortoirs. Et des élus, par conviction parfois, par clientélisme surtout, qui se sont attaché les bonnes grâces de ces populations désoeuvrées à grand renfort de subventions. Au point de « s’accoupler dangereusement » avec l’islam radical, selon certains. Et de composer dangereusement avec l’islam, jusqu’à accepter qu’une élue de l’actuelle majorité LR pose avec son voile pour la photo officielle.

« Pourquoi vous voulez aller là-bas ? interroge une commerçante lorsque l’on demande la direction du quartier du Val d’Argent-Nord, centre de toutes les tensions de la ville. On n’y va jamais par plaisir… Vous ne verrez rien à part les tours et la mosquée ! », prévient-elle encore, avant de nous indiquer de la main la direction à prendre. Séparés du reste de la ville par une voie ferrée, les quartiers nord d’Argenteuil sont tout de suite reconnaissables : grands ensembles en béton grisâtre délabrés, tours fatiguées entourées de voies ferrées où circulent des trains de banlieue. L’imposante mosquée Al-Ihsan — l’une des plus grandes de France, 3 000 mètres carrés — donne le ton. Ici l’islam conquérant a pignon sur rue et ce n’est pas l’interdiction d’exercer d’un imam salafiste en 2004 qui a empêché l’islam radical de prospérer. En témoignent les couples croisés ce jour-là aux abords de la mosquée et les confidences des plus anciens, qui ont vu se métamorphoser leur ville.

Aujourd’hui, les femmes sont toutes vêtues du niqab, pourtant interdit par la loi du 11 avril 2011. Les hommes, portant des qamis, jettent des regards insistants, avec l’air de dire que nous ne sommes pas les bienvenus. Au pied des tours HLM, au lieu surnommé “la dalle d’Argenteuil”, les violences sont récurrentes. Cette année comme la précédente, de nombreux braquages de commerces ont été commis. Les murs couverts de tags et les affiches collées par dizaines révèlent les tensions omniprésentes. Sur un tract, on peut lire que « la cour d’appel de Rennes a relaxé les policiers incriminés dans la mort de Zyed et Bouna. Il aura fallu attendre dix ans ». Une référence aux deux adolescents décédés en 2005 après une course-poursuite avec la police, point de départ des émeutes de banlieue dont Argenteuil avait été l’un des théâtres. C’est aussi à cet endroit que Nicolas Sarkozy avait promis aux habitants qu’ils seraient débarrassés de « cette bande de racailles »

Une affiche à moitié déchirée interroge : “Les policiers sont-ils au-dessus des lois ? ” La récupération politique n’est jamais très loin : une affiche du Front de gauche indique en grosses lettres rouges “Non à l’état d’urgence, pour les libertés démocratiques”. C’est dans ce triste décor que, ce jour-là, des parents viennent chercher leurs enfants à la sortie de l’école primaire en bas des tours. Les femmes sont voilées. Certaines entièrement. « Mais non y a pas de problèmes ici ! », témoigne une mère de famille dont le foulard ne dévoile que les yeux. « Je n’ai que des amies ici », explique-t-elle, et ajoute : « Des amies… enfin, des femmes comme moi, quoi ! »

Une inscription en lettres noires, “nique la Bac” est écrite en bas d’un immeuble. Plus personne n’y fait attention. Les “petits Blancs”, retraités des usines Dassault et Renault, grommellent en silence contre « les caïds et les barbus », comme ils disent. Pour les plus chanceux, ils ne sortent plus de leur pavillon, pour ceux qui ont eu la chance de quitter “la dalle”. Ils ne reconnaissent plus leur ville. Et se demandent seulement s’il est encore possible de faire marche arrière ?

Socialistes, communistes et républicains ont semble-t-il joué avec le feu pendant de trop nombreuses années. L’ancien maire PS — et actuel député —, Philippe Doucet, régulièrement accusé d’avoir favorisé le communautarisme musulman à des fins électoralistes, s’en défend avec vigueur : « Sur les accusations qui sont faites à mon encontre, je ne suis ni choqué ni blessé, mais scandalisé ! », affirme-t-il à Valeurs actuelles. Pourtant, plusieurs faits troublants semblent contredire les affirmations de ce proche de Manuel Valls.

Comment expliquer, peu avant les élections législatives, l’embauche au cabinet de Philippe Doucet de personnes spécialement « chargées des relations avec la communauté musulmane » ? Pis, l’ancien édile, après les élections législatives de 2012, a mis en place un “conseil des cultes”. L’opposition tout comme certains membres de la majorité ont à l’époque alerté l’Observatoire de la laïcité du Val d’Oise — qui n’est pas une instance régionale de l’Observatoire de la laïcité dirigé par Jean-Louis Bianco — à la suite de ce qu’ils considéraient comme une dérive. In extremis, et sous menace d’une action devant les tribunaux, ledit conseil des cultes deviendra le “conseil du vivre-ensemble”… « Je suis pour le dialogue, quand d’autres préfèrent la guerre civile », rétorque encore Philippe Doucet pour se justifier.

Mais le “dialogue” fait souvent place à la séparation des communautés. Au marché Héloïse ce vendredi matin, différents groupes se regardent en chiens de faïence. Aux abords, des enfants roms sont allongés sur le trottoir pour faire la manche. Quelques mètres plus loin, deux évangélistes distribuent des Bibles, en partie traduites en arabe, « pour évangéliser encore plus ». Dans les grandes halles couvertes, les stands regorgent de produits alimentaires. Les boucheries halal tiennent une bonne place. Derrière la partie alimentaire sont installés d’autres étals : sacs de contrefaçon, parfums, bibelots… On trouve de tout. Pour les femmes, des vendeurs proposent de longues robes noires et des foulards. L’actuel maire de la ville, le Républicain Georges Mothron, concède que « ces dernières années, on a vu poindre un certain communautarisme » avant de rejeter la faute… sur son prédécesseur. « Doucet a poussé ce communautarisme, pas de manière officielle… Il l’a fait au niveau des logements, des emplois à la mairie par exemple », explique l’édile, qui ajoute qu’« en récupérant la mairie en 2014, la situation était épouvantable. Mon prédécesseur avait embauché, sur la seule année 2013, 377 personnes ! Il a ajouté 20 % de personnel, […] par clientélisme, pour acheter des voix, notamment de la communauté maghrébine ».

Si tout semble être de la faute de son prédécesseur, Georges Mothron tombe des nues lorsqu’on lui apprend que certaines femmes sont encore entièrement voilées dans sa ville… Dans cette guerre du “à qui la faute”, qui dure depuis plusieurs années, les Argenteuillais sont les premiers perdants. Mais pour Philippe Doucet, pas d’inquiétudes. Il a affirmé à Valeurs actuelles qu’« il n’y a pas de phénomène de montée de l’islam radical à Argenteuil », mais qu’il peut y avoir seulement « des individus radicalisés ». Question de point de vue.

29 Avril 2016

Rennes est devenu un coupe-gorge : R2D2, devine qui a les poignards ?

 

 

EGORGEMENT
Une nouvelle fois (hélas ou pas), la capitale bretonne a été l’objet d’un « terrible » drame….

 

C’est vrai que, par chez nous c’est relativement rare, comparé à d’autres « charmants petits coins de France » où ce type de fait est d’un classique déconcertant….

Un homme a donc été égorgé par un autre homme, comme ça, en pleine rue, devant plein de gens, en pleine soirée reggae… et déjà sur les pavés souillés d’urine, de vomi et de bière, surgissent les bouquets de fleurs et les bougies…

Décidément, le massacre de Charlie a lancé une mode bien pitoyable… Ben oui, quoi, pensez un peu aux agents municipaux qui vont devoir tout ramasser, ils vont au moins demander une prime spéciale, appuyés par la CGT, c’est le moment en plus, vu que Grotoumou lâche sur tous les fronts….

hollande-tient-parole

Bon, bref, un meurtre a été commis, et c’est très grave…..

Un homme, vigile, dont on ne précise pas l’origine, a été égorgé par un autre homme, qui n’a pas supporté qu’on l’empêche de rentrer dans ce lieu. Dans les rues de Rennes, il est donc normal qu’un musulman se balade avec un grand couteau sur lui, et, à la première contrariété, tranche la gorge du premier venu qui lui aura tenu tête. Et nous autres, policiers, nous n’avons aucune consigne de fouiller massivement quiconque a l’apparence d’un musulman.

CazeneuveCazejuve2Si au lieu d’avoir R2D2 et ses yeux de poisson mort à Beauvau nous avions un vrai ministre de l’Intérieur, ce serait une priorité de la police que de fouiller systématiquement tout musulman que nous croisons et de vérifier s’il a un poignard sur lui. Et s’il y a un début d’émeute, comme lors des contrôles des femmes intégralement voilées, on utilise nos armes, devoir de légitime défense. Mais Cazeneuve nous l’interdit. Cela ferait de la peine aux vaillants antiracistes, qui nous reprocheraient de faire des contrôles au faciès, voire nous poursuivraient pour incitation à la haine. Tant pis donc pour les malheureux qui, de plus en plus souvent, viennent s’empaler la gorge sur le couteau d’un paisible musulman.

AppereEt Mme Appere, maire de Rennes, s’étonne et déclare dans les colonnes du journal gauchiste "Ouest torchon", qu’il n’y a pourtant aucun élément permettant de dire que cette rue est devenue plus dangereuse qu’avant (sic).

Alors, je dirais à cette bobo décolorée qui a une tête de bonne soeur socialiste, que si elle était un peu sortie de ses salons ouatés et qu’elle avait fait des études dans cette ville il y a quelques années, elle aurait constaté qu’il y a 20 ans vous pouviez allègrement vous arsouiller dans la rue de la soif sans risquer quoi que ce soit, sauf un mal de crâne le lendemain… Mais qu’à l’heure actuelle, et grâce à la politique de son équipe et de celles précédentes (toutes socialistes), la ville de Rennes est devenue un super marché de la drogue à ciel ouvert, et un coupe-gorge permanent dès 1 heure du matin.

Super marché de la came puisque, depuis des années, des Antillais, Guyanais (tiens donc des amis de Christiane…), des Africains et des Maghrébins dealent toute la journée en plein centre ville, au vu et au su de tous… sans que jamais ils ne soient condamnés après leurs interpellations par les juges gauchistes du TGI…

Et, depuis 2 ou 3 ans, une centaine de Mineurs Etrangers Isolés, (étrangers certes, mineurs non…) ont pris leur part du business et dealent également sur cette même place, agrémentant leurs affaires par des vols à la tire ou des vols de téléphones portables avec agression… sans compter les agressions verbales salaces dont sont victimes les jeunes filles qui passent à leur portée.

Ces mêmes Mineurs Etrangers Isolés se font donc un plaisir de pratiquer des razzias sur les benêts d’étudiants qui vont comme le veut la tradition ici, se « murger la gueule » tous les soirs de la semaine… et les portables disparaissent des poches ou des sacs… pour alimenter un autre business… Sachez qu’avec un I-phone envoyé au bled, ils font vivre une famille pendant 1 mois… et sachez qu’ils en volent au moins 30 par semaine…

MAIS, bien évidemment, tout cela n’apparait pas dans les journaux, et probablement pas dans les statistiques qui arrivent aux pieds de R2D2. Cela mettrait en péril le déroulement de carrière du directeur de la police rennaise….

En fait, la capitale bretonne est prise en otage et sous la coupe d’une bande de racailles, bien organisées, intouchables, prises en charge par les institutions (Conseil général, Mairie, associations d’aide aux étrangers…), inexpulsables car mineurs ou soi-disant Français pour les plus foncés, et tout le monde le voit ou le sait… Mais, selon le Premier magistrat de la ville, il n’y a pas à s’inquiéter…

Elle a bien appris le discours de Grotoumou, Mme Appéré. Il dit la même chose…

Et, pendent ce temps-là, les antifascistes fascistes continuent de défiler dans les rues, de Rennes et d’ailleurs, les manifestations se poursuivent jour après jour, les clandestins sont discrètement éparpillés à droite et à gauche, le pays s’enfonce dans la misère et la dette, Obama le nègre-blanc va nous en glisser une bonne avec la bénédiction de la grosse Bertha, les Turcs nous prennent pour des cons, et l’Europe s’écroule doucement……

Il ne manquerait plus qu’un accident type Tchernobyl… et comme disait M. DESPROGES, nous aurions alors un avenir RADIEUX…

GERONIMO

26 Avril 2016

Seules des mesures radicales stopperont l’islamisation de la France

L’islamisation de la France est désormais une évidence. Mais tout continue comme si cette réalité n’était qu’illusion. On se demande ce qu’un œil politique est capable de voir, sitôt qu’il appartient au Pouvoir. Des quartiers entiers ne sont plus français, les Français n’y ayant plus leur mot à dire, ou les ayant fui pour assurer leur sécurité. La France ressemble de plus en plus à Molenbeek, mais personne ne veut le reconnaître !

Certains diront que j’exagère, et ils auront raison, puisqu’ils voient le monde de leurs fenêtres, et que leurs fenêtres donnent sur des parcs luxuriants. Mais s’ils vivaient à Roubaix, à Sevran, à Torcy, à Trappes, à Lunel, à Marseille, ou dans des quartiers comme La Bourgogne (à Tourcoing), Les Moulins (à Nice), La Paillade (à Montpellier), Le Mirail (à Toulouse), La Guillotière (à Lyon), Barbès (à Paris), que diraient-ils ? Ne confirmeraient-ils point mes propos ?

Ce n’est même pas sûr ! Et c’est cela qui est grave. Nier la réalité est irresponsable. En l’occurrence, c’est criminel. L’omerta politique est la première faute politique. La seconde consiste à ne pas briser l’omerta, autrement dit à discuter avec les imams et les associations islamiques, comme si de tels échanges allaient transformer les imams en patriotes et les associations islamiques en œuvres de charité.

C’est donc bien sous nos yeux que s’islamise la France et, avec elle, le monde libre. Cette descente aux enfers a tous les aspects de l’irréversible. Pour la stopper, il faudrait recourir à des mesures radicales, mais ces dernières font peur au Pouvoir. Pourtant, le peuple de France n’attend que cela. Alors ?

Alors deux choses : ou le vent laïque et républicain souffle de nouveau sur l’Hexagone, et les Français seront fiers de leurs gouvernants ; ou leurs gouvernants les abandonnent à l’islam, et les Français sauront retrouver le chemin des barricades !

Maurice Vidal

24 Avril 2016

La garde rapprochée de Julie Gayet coûte 400 000 euros par an à l'État

L'Élysée Off, livre paru le 22 mars 2016, n'a de cesse de jeter des pavés dans la mare. Après avoir révélé le coût exhorbitant du coiffeur du président de la République, le sexisme de Michel Sapin qui aurait claqué l'élastique de la culotte d'une journaliste, c'est maintenant le prix faramineux de la garde rapprochée de Julie Gayet qui fait scandale.

Dans cet ouvrage qui lève le voile sur les coulisses du palais présidentiel, les deux journalistes Stéphanie Marteau et Aziz Zemmouri reviennent sur les conditions de protection de la compagne de François Hollande, qui disposerait de « deux équipes tournantes de deux policiers et deux gendarmes » – soit huit personnes à son service – pour assurer sa sécurité.

Selon la cour des comptes, sa garde rapprochée coûterait entre 287 000 et 400 000 euros par an au contribuable, « au bas mot », estime Metronews. D'après le quotidien, ce sont les déplacements de l'actrice qui sont hors de prix puisque ces huit policiers et gendarmes doivent la suivre, être logés, nourris et blanchis... à la charge de l'État.

Jean-Pierre Diot, président de la Fédération française de protection rapprochée et ancien garde du corps de Nicolas Sarkozy, interviewé par Metronews, affirme que Julie Gayet n'est pas la seule à bénéficier d'une sécurité tous frais payés. « D'autres personnalités qui ont eu besoin d'une protection rapprochée à un moment donné n'en ont plus besoin aujourd'hui mais personne ne prend la décision de la retirer », affirme-t-il.

21 Avril 2016

A Calais, les migrants bloquent les axes routiers avec des troncs d'arbre

Depuis plusieurs semaines, des migrants bloquent chaque nuit la circulation sur la rocade portuaire de Calais à l’aide de tronc d'arbre. Ces actes incessants provoquent un sentiment d’impuissance chez les entrepreneurs et les CRS.

Véritable poumon économique de la ville de Calais, le port voit son activité contrariée en raison du blocage intempestif des axes routiers par des migrants qui habitent la «Jungle». Les CRS «manquent de moyens» humains mais «surtout matériel» rapporte à la Voix du Nord Denis Hurth, délégué syndical UNSA-Police. «On les repousse avec des grenades lacrymogènes mais dès qu’on arrête de tirer, ils avancent de nouveau», ajoute-t-il. Avant de préciser qu'aucune interpellation n'est possible car le centre rétention de Coquelle est saturé. «On en interpelle, de temps en temps, mais il faut les transporter dans d’autres villes, ce qui implique des hommes en moins sur le terrain à Calais

19 avril 2016

 

Si les calculs conventionnels des PIB mondiaux classent la France 6e puissance économique, une récente étude du FMI relativise le niveau de vie des français à l’échelle internationale. 

Tandis que la méthode communément utilisée pour classer les économies mondiales consiste à pondérer les PIB nationaux à l’aide des taux de change en cours ; la méthodologie du FMI dite du « PIB corrigé des parités de pouvoir d’achat » permet de mieux estimer les conditions de vie réelles des citoyens. 
Ainsi la « parité de pouvoir d’achat » (PPA) évalue le coût d’achat relatif d’un même produit ou service en fonction du pays dans lequel on réside.

Ce classement place donc le PIB Chine à la première place. « La Chine, maintenant la plus importante économie du monde sur la base des parités de pouvoir d’achat, est en train de vivre une transition essentielle mais complexe vers une croissance plus soutenable fondée sur la consommation et les services », peut-on lire dans le World Economic Outlook, le rapport sur l’économie mondiale.
Pékin est suivi par les Etats-Unis, l’Inde et la Japon. La France elle, n’arrive qu’à la neuvième place du classement, derrière l'Allemagne, la Russie, le Brésil, et le Royaume-Uni.
 

Source

16 Avril 2016

À Marseille, le personnel municipal menacé de mort par la famille d’une musulmane qui refusait de montrer son visage

C'est donc bien une zone de non-droit, puisque cette femme se promène toute voilée malgré la Loi....Une femme a refusé d’ôter son voile islamique mercredi à Marseille alors qu’elle venait retirer un passeport. Comme les agents du bureau voulaient faire appliquer la loi, son fils et sa fille sont venus menacer le personnel. Très choquées, les 5 femmes agents ont fait valoir leur droit de retrait. Menace de mort. L'histoire ne nous dit pas s'ils ont été condamnés....Source

13 Avril 2016

Quand François Hollande refuse de voir la France des invisibles

C’était bien la peine de vomir sur l’ORTF, quand le ministre de l’Information du général de Gaulle dictait le sommaire des journaux.

C’était bien la peine de vomir sur l’ORTF, la « télé de papa », quand Alain Peyrefitte, ministre de l’Information du général de Gaulle, dictait le sommaire des journaux d’information. En effet, en ces temps de « transparence », tout a changé ; enfin, pas vraiment.

Ainsi, après le récent raout dominical d’Emmanuel Macron sur France 2, probable futur Premier ministre d’Alain Juppé, Manuel Valls, François Hollande, voire Jacques Cheminade (au lecteur de cocher la case idoine), c’est l’actuel Président qui s’apprête, jeudi prochain, à venir « dialoguer » avec les Français sur la chaîne de service public plus haut évoquée.