7) LA SOCIETE

Publié le 14/10/2013

05 Mars 2017

The Economist choisit Macron et le plombe

L’hebdomadaire anglais The Economist est l’une publications les plus respectées du monde. Et assurément pas l’une des plus francophiles. La France est l’une des cibles favorites de ses fameux commentaires aussi perfides qu’élégants et intelligents. L’analyse de la campagne présidentielle française parue dans son dernier numéro en est témoin une fois de plus.

En quelques mots, The Economist brosse un tableau sévère de la France : pessimisme des citoyens, obésité du secteur public, chômage des jeunes, expatriation des entrepreneurs, répercussions des attentats et de l’état d’urgence dans un pays qui compte la plus forte communauté musulmane d’Europe. Bien que tout le monde admette qu’il faut faire quelque chose, aucune réforme sérieuse n’a prospéré depuis plus de vingt ans.

Mais la campagne en cours brouille le tableau d’une France irréformable, inévitablement partagée entre une vieille droite et une vieille gauche. Comme ailleurs dans le monde, le glacis politique ancien s’effrite. Mais, prévient The Economist, ce mouvement « pourrait revitaliser l’Union européenne ou la ruiner ».

Cette perspective binaire résume le choix de l’hebdomadaire : pour lui, l’élection se jouera entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Oh ! The Economist, qui a plus de recul que la plus grande partie de la presse française, voit bien que le coup d’après n’est pas joué. Marine Le Pen n’a pratiquement aucune chance d’obtenir une majorité à l’élection législative ; quant à Emmanuel Macron, il n’a même pas de véritable parti.

Néanmoins, en tout état de cause, l’élection de l’un des deux serait « une répudiation du statu quo » préludant à de futures réformes qui pourraient être la meilleure ou la pire des choses. « Une victoire de M. Macron prouverait que le libéralisme attire encore les Européens », assure The Economist. Pour The Economist, c’est donc clair : il faut voter Macron, car il est « pro-libre-échange, pro-concurrence, pro-immigration et pro-Union européenne ». Et aussi, pour faire bonne mesure, « pro-mondialisation ». Un portrait qui se veut flatteur dont Emmanuel Macron se serait probablement passé.Crédit photo  : [cc] photo officielle LEWEB, Flickr 
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

23 Février 2017

Un rapport secret divulgué révèle que six millions de migrants veulent entrer en Europe !!!

Un rapport secret divulgué par les autorités allemandes de sécurité a révélé que près de six millions de migrants en provenance des pays autour de la Méditerranée veulent entrer en Europe.

Le rapport, qui a été obtenu par le tabloïd allemand Bild, affirme qu’il y a au moins 5,95 millions de migrants dans les pays du pourtour méditerranéen qui cherchent à entrer en Europe. Dans la seule Turquie, le rapport estime qu’il y a 2,93 millions de migrants qui ont mis leur dévolu sur les avantages d’être un demandeur d’asile dans un pays d’Europe occidentale comme l’Allemagne.

La Libye, selon le rapport, héberge actuellement 1,2 millions de migrants qui veulent se rendre en Europe. L’année dernière, un nombre record de migrants a traversé la mer vers l’Europe avec la plupart d’entre eux arrivant en Italie. Le gouvernement italien a promis de sévir contre l’immigration illégale cette année, mais le pays a connu peu de ralentissement du nombre de migrants arrivant jusqu’à présent.

La Jordanie, qui a accueilli une grande quantité de Syriens fuyant la guerre civile, est également mentionné dans le rapport. Les services de sécurité allemands estiment qu’il pourrait y avoir jusqu’à 720.000 migrants en Jordanie qui veulent venir en Europe.

Les migrants d’Afrique centrale sont également pris en compte dans le rapport (…)

Source : http://www.breitbart.com/london/2017/02/22/leaked-report-six-million-migrants-want-to-enter-europe/

18 Février 2017

Affaire Théo : ce que coûte le vandalisme chaque année aux Français

Alors que de nombreuses manifestations en soutien au jeune homme arrêté à Aulnay-sous-Bois se transforment en émeutes chaque jour, "Capital" a fait le point sur le coût des incivilités pour les contribuables.

 

Chaque jour ou presque depuis le déclenchement de l'affaire Théo, des manifestations ont lieu en soutien au jeune homme qui aurait été violé par un policier lors d'une interpellation à Aulnay-sous-Bois. Seulement, ces manifestations se terminent toujours par des affrontements avec les forces de l'ordre, et des dégradations de mobiliers urbains sur le passage de casseurs. 

Depuis la semaine dernière, au moins une trentaine de véhicules et des dizaines de poubelles ont été incendiés et des vitres brisées dans plusieurs banlieues parisiennes, ainsi qu'à Rouen et Lille.

En tout, les incivilités coûtent 115 milliards d'euros par an

Des échauffourées qui ont un coût, comme les 300 000 actes de vandalisme recensés chaque année par le ministère de l'Intérieur. Comme le rappelle Capital, "l'économiste Jacques Bichot, membre honoraire du Conseil économique et social, estimait dans un rapport de 2011 à plus de 5,2 milliards d’euros le coût du préjudice par an du vandalisme en France (dont 2,9 milliards d’euros liés à des incendies volontaires)." Au total, toutes les incivilités (vandalisme, fraude fiscale, etc.) coûtent à l'Etat 115 milliards d'euros par an.

Normalement, le remboursement des dégâts est à la charge des casseurs. S'ils ne sont pas identifiés, ce sont les assurances qui prennent le relais. Mais "les bâtiments et le mobilier public ne sont quant à eux pas assurés. Chaque dégradation est à la charge de la société", souligne le magazine économique.

Les départements les plus touchés par ces incivilités sont la Seine-Saint-Denis (9,03 actes de vandalisme pour 1 000 habitants), Paris (8,25), la Marne (6,37) et les Hauts-de-Seine (6,27).

SOURCE

16 Février 2016

Creuse : les médecins roumains (4 ans d'études) ne restent pas et les Camerounais ne peuvent s’installer

Depuis 2009, pas moins de cinq médecins roumains se sont installés en Creuse. Une aubaine, sauf que quatre sont repartis sans laisser d’adresse… Face à ces nombreux départs, le maire de Bénévent explique avec colère que les médecins roumains viennent pour « faire de l’argent et repartir ».

À l’heure où le manque de médecins commence à se faire sentir en Creuse, les jeunes médecins français boudent le département… et les médecins étrangers qui se laissent tenter n’y restent pas. [...]

« Il n’a pas réussi à gagner la confiance de sa clientèle, alors que la succession s’est faite en moins de quinze jours et qu’il avait une clientèle promise ! » explique André Mavigner, maire de Bénévent. Il évoque des « pratiques douteuses » et surtout un rapport à l’argent malsain. « Il négociait ses tarifs partout, au restaurant ou chez le coiffeur, et la première question qu’il posait à ses patients était de savoir comment ils allaient payer, avant même de parler santé », explique le magistrat bénéventin.

Les communes ou Com-com investissent énormément pour accueillir ces professionnels de santé, allant parfois jusqu’à leur offrir logement et cabinet, et passant par des cabinets de conseils en recrutement très onéreux. À Bénévent, la mairie avait investi 130.000 € pour acheter un bâtiment avec cabinet et logement, et dépensé plus de 10.000 € pour le cabinet de recrutement Persuader Consult qui leur a trouvé le Dr Baltesiu.

Le départ précipité du Dr Baltesiu laisse Bénévent-l’Abbaye en manque de médecin, encore une fois. Pourtant, le maire de la commune, André Mavigner, indique avoir trouvé un médecin prêt à s’installer, et en qui il a entièrement confiance. Il s’agit du Dr André Serge Nguepi et son épouse, médecin elle aussi. Oui mais voilà, le couple Nguepi est camerounais, et ils n’ont de ce fait pas de diplôme européen, et donc pas le droit de s’installer en tant que médecin libéral en France. « Les médecins roumains peuvent venir s’installer en France après quatre années d’études et un niveau de français approximatif, mais un couple camerounais qui parle français et qui a fait huit ans d’études ne peut pas », enrage le maire bénéventin.

La Montagne

Merci à Lilib

28 Janvier 2017

Eurostar : Londres impose des quotas pour les voyageurs non britanniques

Les autorités anglaises ont décidé pour une raison de «sécurité interne» d’imposer dès lundi 30 janvier des quotas de voyageurs non britanniques sur l’Eurostar Bruxelles-Londres qui s’arrête à Lille. Le nombre de places sera limité à 68.

Hebergeur d'image

Dès le lundi 30 janvier, les abonnés qui empruntent l’Eurostar Bruxelles-Londres pour s’arrêter à Lille devront composer avec de nouvelles restrictions imposées par les autorités anglaises. Désormais, seul le wagon 18 leur sera accessible : une voiture de 68 places, 48 places assises et 20 places debout. Une mesure imposée par les autorités britanniques pour des raisons de « sécurité internes ».

Cette nouvelle « mesure de sécurité » découle d’un article du Daily Mail paru dans l’édition du 23 janvier dans lequel un reporter s’étonne que des usagers lillois puissent effectuer la liaison Bruxelles-Londres sans aucun contrôle d’identité. Ce reporter a ainsi remarqué qu’à l’embarquement de Bruxelles pour Lille, le voyageur est orienté vers des places « Intra-schengen », sans contrôle d’identité. Seul un contrôle de bagage est mis en place. Les autorités britanniques ont dès lors constaté une « Lille loophole » (« faille lilloise » en français) ouverte sur leur territoire. Ainsi, ces dernières ont exigé que les voyageurs en direction de Lille soient regroupés dans un seul wagon, quelle que soit l’affluence.

(…) Le Figaro

19 Janvier 2016

France : le Maroc a racheté la mosquée de Mantes-la-Jolie

La mosquée de Mantes-la-Jolie, dans la cité du Val Fourré, désormais sous pavillon marocain … L’association Othmane qui gère la mosquée de cette ville des Yvelines l’a cédé récemment au Maroc. D’après Le Parisien, l’acte de vente doit en effet être signé sous peu. Ce qu’a confirmé, lundi 16 janvier, le consul du Maroc.

Mais d’après le site d’information franco-maghrébin, Atlasinfo, l’acte de cession de la mosquée au Maroc a été signé ce mercredi 18 janvier. La signature de cette vente a été faite sous l’égide du président de l’Association gestionnaire de ce lieu de culte, Ahmed Oumouli, et un représentant du ministère des Habous et des affaires islamiques au Maroc.

Ce rachat va permettre la reprise des travaux de construction, entamés il y a une dizaine d’années, à l’arrêt depuis plusieurs mois.

Source : https://www.valeursactuelles.com/societe/le-maroc-rachete-la-mosquee-de-mantes-la-jolie-61172

07 Janvier 2017

Six Fours (83) : le maire ne veut pas de cours d’arabe à l’école primaire, il envoie la police municipale

Une ordonnance du tribunal administratif de Toulon nous apprend que le député-maire de Six-Fours-Les-Plages, Jean-Sébastien Vialatte (LR), a envoyé la police municipale devant une école afin de signifier l’opposition de la mairie à la tenue d’un cours d’arabe facultatif. Contacté par LCI, l’élu confirme l’envoi des policiers municipaux.

Souvenez-vous. C’était à la rentrée 2016. Un message diffusé sur Facebook sème la panique parmi les parents d’élèves. Une mère de famille assure que sa fille, scolarisée à l’école primaire Reynier de Six-Fours-les-Plages, dans le Var, va devoir suivre des cours d’arabe. Une polémique montée en épingle à partir d’un énorme malentendu.

[...] Nous sommes donc le 28 novembre 2016. Un déféré préfectoral a été déposé pour contrer la volonté du maire d’interdire ces cours, et une audience se tient devant le juge des référés. Pourquoi amener à nouveau ce dossier devant la justice, alors que la rentrée est passée depuis déjà quelques mois ? L’ordonnance rendue le jour même, que nous avons pu consulter dans son intégralité, nous apporte la réponse. Jean-Sébastien Vialatte a en effet demandé, à deux reprises, l’intervention de la police municipale auprès de la personne en charge de ces fameux cours d’arabe. [...]

LCI

via http://www.fdesouche.com/808099-six-fours-83-le-maire-ne-veut-pas-de-cours-darabe-lecole-primaire-il-envoie-la-police-municipale

23 Décembre 2016

On continue le massacre ?

Olivier Pfister

Près de 2.000 attentats par an au nom d’une religion qu’on nous présente de paix. Il serait peut-être temps de se réveiller, non ?

Souvenons-nous. Martin Niemöller (1892–1984)
« Quand ils sont venus chercher les socialistes, je n’ai rien dit

Parce que je n’étais pas socialiste
Alors ils sont venus chercher les syndicalistes, et je n’ai rien dit

Parce que je n’étais pas syndicaliste
Puis ils sont venus chercher les Juifs, et je n’ai rien dit
Parce que je n’étais pas juif
Enfin ils sont venus me chercher, et il ne restait plus personne pour me défendre. »

De nos jours, on pourrait dire :

Quand ils sont venus tuer les gens de Charlie Hebdo, je n’ai rien dit
Parce que je ne suis pas caricaturiste
Alors ils sont venus tuer des militaires, et je n’ai rien dit
Parce que je suis antimilitariste
Puis ils sont venus tuer un prêtre, et je n’ai rien dit
Parce que je suis laïque
Puis ils sont venus tuer des spectateurs d’un concert, mais je n’ai rien dit
Parce que je n’aime pas la musique
Puis ils sont venus tuer des policiers, mais je n’ai rien dit
Parce que je n’aime pas l’autorité
Puis ils sont venus tuer des spectateurs d’un feu d’artifice, mais je n’ai rien dit
Parce que je n’aime pas les spectacles
Puis ils sont venus tuer des visiteurs d’un marché de Noël, mais je n’ai toujours rien dit
Parce que je suis devenu aveugle et sourd
Et enfin ils sont venus me tuer, sans raison, mais personne n’a rien dit
Parce que leurs cibles sont des innocents, et que personne ne leur dit jamais rien.

Depuis le 11 septembre 2001, l’islam, c’est près de 30.000 attentats. Ce nombre sera certainement atteint avant la fin de l’année.

Près de 2.000 attentats par an au nom d’une religion qu’on nous présente de paix. Il serait peut-être temps de se réveiller, non ? De prendre les mesures face aux conséquences qui se répètent mois après mois, mais aussi – et surtout – de faire taire tous ces pro-islam qui vomissent leurs inepties et leurs excuses à longueur d’antenne, se refusant à tout prix de remettre en question et l’islam et l’immigration massive, alors qu’elle amène toujours plus de divisions, de « faits divers », de surcoûts et d’attentats. 1.200.000 « réfugiés » en Allemagne en 2016, pour 34.000 qui ont trouvé un emploi. Parmi ces « réfugiés », moins de 15 % viennent de Syrie.

On continue le massacre ou on se décide à ouvrir les yeux ?

21 Décembre 2016

Une ceinture de chasteté version XXIe siècle recréée en Allemagne contre le viol

Une société de maroquinerie allemande a relancé une vieille tradition délaissée depuis des siècles en relançant un modèle de sous-vêtement féminin censé prévenir les viols sur fond de la hausse de la criminalité due aux flux migratoires dans le pays.


(…) Sputnik

19 Décembre 2016

Ne l’appelez plus jamais Farid…

Farid fillon

Les quelques « Farid Fillon » qui ont commencé à fleurir sur le Web effraient l’équipe du gagnant de la primaire républicaine. Le phénomène « Ali Juppé » a bien rendu service, mais les plaisanteries les meilleures sont les plus courtes, n’est-ce pas ? Il suffit, maintenant. Pour Alain, on a bien rigolé, mais ça va… On arrête !

Campagne de caniveau, fake, photomontages… La presse politiquement correcte n’en peut plus de dénoncer ces odieuses campagnes. La petite fille voilée posant aux côtés de François Fillon à l’occasion de l’inauguration de la grande mosquée d’Argenteuil ne semblait pas déranger le Premier ministre qu’il était, venu tout spécialement couper le ruban au mépris de la loi de séparation de 1905. Il n’y a aucun photomontage, pas plus que de caniveau, zéro fake, juste une réalité insoutenable pour le journaliste bien-pensant. Rappeler cette réalité est mal. Un acte nauséabond, horrible et, bien entendu, d’extrême droite. En règle générale, tout ce qui contrarie la ligne définie par le bobo est d’extrême droite. Bientôt, le monde entier sera d’extrême droite, excepté quelques héros dont on rencontre les plus beaux spécimens dans les rédactions de BFM TV, Europe 1, France 5, etc.

Dans l’album photos-souvenirs, celle de François Fillon (encore lui) posant tout sourire aux côtés de l’imam de Stains dont les relations avec les milieux extrémistes sont, pour le moins, très floues a scandalisé l’entourage du saint homme. « C’est un photomontage », se sont-ils écriés ! Et puis se sont ravisés devant la vidéo qui confirmait, sans aucun trucage possible, la rencontre des deux hommes dans un esprit de franche cordialité. « Tout compte fait, oui, il l’a rencontré. Eh ben, dis donc, on avait oublié… »

Le photomontage disqualifié, reste le caniveau.

La vérité dans les égouts. Seul l’oubli doit prévaloir. Pour le rédacteur du Huffington Post qui dénonce ces campagnes « nauséabondes », un bon citoyen est un citoyen atteint d’Alzheimer. Les autres, du balai ! Avec l’anathème « extrême droite » pour seul bagage, le journaliste acquis à la cause « fillono-juppesque » s’épuise à dénoncer. Jamais il ne démontre. Comme un cycliste sur un tapis roulant, il pédale… Et s’étonne que le décor ne change pas. Chapeau, l’artiste !

Face à la menace de prolifération du sobriquet « Farid », le staff de l’outragé compte riposter en adjoignant à son site une page anti-intox. Carte d’identité à l’appui, livret de famille, extrait d’acte de naissance… Il s’appelle bien François. Photo des chaussures : il ne porte pas de babouches. Toujours rasé de près. « Il veut lutter contre le totalitarisme islamique… Il est remonté comme un coucou… Si on ne l’arrête pas, il est capable d’aller taguer des mosquées. Retenez-le ! Il devient islamophobe, on ne le tient plus. » C’est dingue, ce que les campagnes électorales vous changent un homme ! Allez, c’est entendu, on ne l’appellera pas Farid. Que diriez-vous de « François Filons à la mosquée » ?

17 Décembre 2016

«Quand les caméras s’éteignent, les Casques blancs laissent les gens sous les décombres»

Lizzie Phelan de RT, qui est sur le terrain à Alep, a parlé à plusieurs survivants qui accusent les activistes antigouvernementaux d'être des «poseurs d'appareil photo, des voleurs et des pilleurs».

 

Les militants financés par l’Occident et appelés «Casques blancs» ont fait la Une des journaux, les principaux médias les qualifiant de «héros de la paix» pour leur travail. Cependant, les habitants d'Alep récemment libérés par les forces gouvernementales syriennes ont une opinion toute différente.

Les Casques blancs sont un groupe de défense civile soutenu par les Occidentaux, composé de «volontaires» opérant en Syrie. Alors que, officiellement, leur mission est d’assurer les premiers secours aux victimes de bombardements, les autorités syriennes et russes les ont accusés de répandre de la propagande antigouvernementale, de publier de fausses nouvelles et de maintenir des liens étroits avec des groupes terroristes islamistes comme le Front Fatah al-Cham, ce qui a été en partie filmé par le caméra.

source

14 Décembre 2016

Caen (14) : une retraitée convoyait de la drogue par amour pour un Roumain de 33 ans

L’amour a ses raisons que la raison ignore. Une retraitée de 74 ans, «ancienne salariée des Eaux et forêts», est en prison à Caen (Calvados) depuis cet été pour avoir convoyé – au moins – 85 kilos de résine de cannabis… par amour.

(Photo d’illustration)

«Pour les beaux yeux d’un Roumain élégant» la septuagénaire, au volant de son Audi, aurait multiplié les voyages entre l’Espagne, la Belgique, l’Allemagne, l’Italie ou encore la Suisse. L’enquête du Service régional de police judiciaire (SRPJ) a conduit à son placement sous écoute Anna, au volant de son Audi, annonce au téléphone en septembre 2015 qu’elle quitte l’Espagne par le réseau secondaire : « Je préfère éviter les flics et les chiens. »

Mais, à 60 ans, elle est tombée follement amoureuse d’un élégant Roumain de 33 ans.. Elle a d’abord versé de l’argent, puis fermé les yeux sur les nombreuses maîtresses de son jeune mari : l’une d’entre elles lui donnera un enfant

Le Point

Merci à T M

09 Décembre 2016

1.750 djihadistes pourraient revenir en Europe, selon un rapport officiel de l’UE

Le rapport qui doit être présenté aux ministres de l’Intérieur européens est alarmant. «Les chiffres les plus récents suggèrent que sur le total de combattants étrangers, environ 15 à 20 % sont morts sur place, 30 à 35 % sont déjà rentrés et 50 % sont encore en Syrie et en Irak», estime le coordinateur de l’Union européenne Gilles de Kerchove contre le terrorisme dans le texte qui sera présenté lors d’une réunion des ministres de l’Intérieur européens à Bruxelles ce vendredi 7 décembre.

Le texte confirme ainsi que 5 000 ressortissants européens sont partis en Syrie et en Irak rejoindre les rangs des nombreux groupes terroristes, dont Daesh et al-Nosra. Mais, après les revers des «rebelles», l’Union européenne s’inquiète du retour de quelque 1 750 combattants, durcis au combat, extrémistes et radicalisés.

Avec le risque que ces derniers ne continuent la lutte en Europe même. Une fois rentrés, les ex-combattants de Syrie et d’Irak pourraient rester en contact ou intégrer des réseaux terroristes locaux, notamment via les réseaux sociaux et, plus particulièrement l’application Telegram, laquelle permet un encryptage total de ses fils de discussions.

Mais ce n’est pas le premier rapport qui tire la sonnette d’alarme. Le 2 décembre 2016, c’est l’organisme européen Europol qui s’inquiétait d’un changement de mode opératoire des terroristes en Europe, avec, notamment un recours accru aux voitures piégées, technique utilisée jusque-là plutôt sur les théâtres irakiens et libyens. Dès octobre 2016, le chef du renseignement allemand Hans-Georg Maassen, prévenait que les défaites de Daesh pouvaient avoir pour conséquence une recrudescence des attentats en Europe.

Source : https://francais.rt.com/international/30335-terrorisme-retour-1750-djihadistes-europe

03 Décembre 2016

Les migrants, une bombe sanitaire

Quelles sont les  inquiétudes majeures des Français ?

Selon une étude sur le moteur de recherche Google, les interrogations des Français sur le programme de Fillon, révèlent les questions qui inquiètent le peuple :

1/ l’IVG

2/ L’immigration

3/ L’islam

En quatrième position vient, seulement, le chômage et, en cinquième, l’économie.

Nous ne nous étions pas trompés, sur RL, lorsque nous vous affirmions que cette prochaine campagne à l’élection présidentielle se ferait, essentiellement, sur les thèmes de l’islam et de l’immigration.

Et, vous le verrez, elle ne fera que se conforter dans les jours et les mois qui viennent. Car, si  la primaire des droites a inondé le paysage médiatique ces dernières semaines, il n’en reste pas moins que les côtes européennes continuent de recevoir des milliers d’africains et moyen-orientaux, bien décidés à rester chez nous.

Pour la seule journée d’hier,  1 400 personnes ont été secourues au large de la Libye.

Ce week-end, un reportage d’Itélé, sur l’île de Lesbos, en Grèce, dévoilait l’horreur du camp où sont retenus des centaines d’immigrés en attente de transit. Et nous savons que Lesbos n’est pas la seule de ces îles grecques, autrefois paradisiaques, défigurées par l’hémorragie humaine africano-musulmane. Ce seul petit pays européen a accueilli près de  60 000 migrants entre janvier et août 2016.

Dans le même temps, l’ayatollah turc, Erdogan, brandit la menace d’ouvrir les portes de ses camps de rétention s’il n’obtient pas rapidement satisfaction de l’EU à ses exigences d’adhésion. Le chantage de cet islamiste et la dhimmitude des dirigeants européens nous laissent entrevoir un avenir très sombre, au propre et au figuré.

À Paris, ce dimanche, une manifestation pro-migrants, ne laissait aucun doute sur l’identité de ces immigrés. Les immenses banderoles écrites en langue arabe, le confirment.

Nous  ne pouvons, donc, dissocier le mot immigration du mot islam.

Et c’est bien là,  l’immense inquiétude des Français face à cette invasion continue mais non contenue.

A l’heure où nous devrons élire le prochain chef d’État, nous ne pouvons pas faire l’impasse sur cette question majeure qui déterminera notre avenir.

Parce que le mot «invasion» va toujours de pair avec «endémie».

Et parce que la santé est un bien précieux que les Français ont toujours eu le souci de protéger en se pliant aux règles de la Santé publique.

Il y a quelques jours, une lectrice de RL nous faisait parvenir pour info, le rapport de 2016 publié par l’Observatoire de Médecins du Monde. Elle se reconnaîtra et nous  l’en remercions.

rapportdelobservatoire-2016

Ce rapport est une source inestimable d’informations que nous cachent soigneusement les dirigeants et les media complices car il met en exergue les soins reçus, dans les pays européens, par les populations ne pouvant pas accéder à la médecine payante.

Nous apprenons, par exemple que, sur quelque 10 000 patients examinés :

63,3 % sont des ressortissants extra-européens dont  53,1 % avouent avoir émigré pour des raisons économiques.

Bien entendu, ces chiffres ne valent que pour les personnes ayant eu recours aux soins de cette organisation et ayant accepté de répondre aux questions qui leur étaient posées.

A noter que : la France n’a que très peu participé à ce «sondage» et qu’elle n’a pas posé les questions aux réfugiés , lesquelles nous auraient permis de connaître exactement la situation de tous ceux que l’on nomme, ici et à tort, «réfugiés» de guerre !

La France, toujours sournoise, toujours menteuse, lorsqu’il s’agit de révéler la vérité aux Français.

Nous pouvons, d’ores et déjà, nous faire une idée de la réalité de cette immigration, en France, de sa provenance mais, surtout, de celle qui va arriver, le constat est sans appel :

« L’ Afrique (Maghreb compris) reste le principal continent d’origine des patients rencontrés en Belgique, en France, aux Pays-Bas, en Norvège, en Turquie et en Suisse. »

Par exemple, en Turquie, chez celui qui nous menace d’ouvrir les portes à ces migrants,  sur 837 patients ayant consulté, 90 %  sont originaires d’Afrique subsaharienne.

Qui ose encore parler de réfugiés Syriens fuyant la guerre ayant trouvé refuge en Turquie ?

Nous sommes bien face à une migration alimentaire (pas économique) des pays africains à majorité musulmane qui vient s’installer en Europe pour vivre mieux. Que nous, Européens, vivions dès lors, plus mal, n’intéresse pas les dirigeants européens. Nous pouvons même dire que cette migration sans précédent a été voulue par eux.

Et, la Commission européenne confirmait, déjà en 2015, une communication majeure en matière de migration, invitant à prendre des mesures immédiates pour éviter les pertes de vie humaine, en mer, comme cela a été déploré par le passé.

Mais qu’en est-il des populations arrivant sur notre continent ? Quel est leur état de santé en dehors de la fatigue et du stress auxquels ils sont évidemment soumis ?

Y a-t-il une recherche systématique des maladies graves qu’elles pourraient transmettre ? Non.

Bien sûr, la seule préoccupation de cet organisme réside dans l’accès aux soins des populations immigrées qu’elle juge discriminatrice.

Et si elle reconnaît que leur santé n’est que très rarement citée comme étant la cause de leur migration, elle n’écarte pas les cas de maladies parfois contagieuses dont ils sont atteints, souvent, sans le savoir.

Comment accueillir des millions de réfugiés qui, demain, se mêleront à la population autochtone, sans qu’un bilan de santé personnel ait été établi. Comment espèrent-ils les dépister après les avoir regroupés par centaines, voire par milliers (à Calais), sans hygiène, avec les risques de contamination inhérents.

Si Médecins du Monde s’inquiète du fait que, en Europe, environ 40 % des sans papiers disent ne pas consulter par peur d’être arrêtés, nous nous inquiétons, quant à nous, de savoir quel est le nombre de sans-papiers, atteints de maladies contagieuses évoluant dans notre pays.

Aucun dépistage pour le VIH, le VHB et le VHC n’est prévu alors qu’ils devraient être  systématiquement imposés aux migrants dans les centres d’accueil. Ce serait un minimum de prévention pour les personnels bénévoles ou non qui s’en occupent. Un  minimum de protection pour les populations qui se devront de les recevoir.

 Médecins du Monde fait état des cas de sida, d’hépatite C, de syphilis,de tuberculose, de maladies mentales, de maladies aiguës qui ont été décelés dans ces populations quand – et quand, seulement – ces sans-papiers ont sollicité des soins.

S’ils ne demandent pas à être auscultés, nous pouvons nous demander combien d’entre eux, aujourd’hui lâchés dans la nature, sont porteurs de ces maladies qui pourraient être contagieuses.

L’invasion migratoire que nous subissons est une catastrophe identitaire et économique, c’est ainsi que nous l’avons jugée. Elle pourrait bien, d’ici très peu de temps, se révéler être un fléau pour les populations européennes.

Nous vous invitons à lire ce document de l’Observatoire de Médecins du Monde qui est un cri d’alarme que nous ne pouvons pas occulter. Notre santé, notre vie, en dépendent.

Danièle Lopez

29 Novembre 2016

Robert Ménard et l’ultime provocation : des affiches prônant… la fidélité !

Elle a les mêmes codes que celles de la campagne anti-VIH du ministère de la Santé, mais pour le reste, est diamétralement opposée.

Pub robert fidelite

L’affiche fleurit actuellement dans les rues de Béziers. Elle a le même format et les mêmes codes graphiques que celles de la campagne anti-VIH du ministère de la Santé, mais pour le reste, est diamétralement opposée.

Il est beau et viril, elle est belle et féminine. Simplement mais élégamment vêtus, ils s’enlacent, les yeux dans les yeux. Dans ce regard, il y a de l’émotion et de la gravité, car ce qui se passe entre eux est sérieux et les bouleverse. Cela ne s’appelle pas du « sexe entre hommes », mais de l’amour entre un homme et une femme. Pas le « coup d’un soir » mais l’histoire d’une vie, pour « aimer, donner, tout donner ».

Marisol Touraine – où avait-elle la tête ? – n’y a même pas pensé : la meilleure des préventions contre les MST est la fidélité. Et elle ne coûte pas un sou !

Certains maires courageux avaient fait retirer, par arrêté, les affiches de Marisol Touraine, Robert Ménard a riposté, en virtuose de la communication, par une contre-campagne. Qui est inattaquable : quel parent sensé – même menant, lui-même, une vie sentimentale chaotique – ne préfère pas mille fois que sa progéniture, cartable au dos sur le chemin d’école, entende parler d’amour durable plutôt que de sexe jetable, de fidélité plutôt que de préservatif ? Même les médias ménardophobes peinent à trouver l’angle d’attaque. L’Express s’essaie laborieusement à un « Affiches anti-VIH : Ménard ravive la polémique avec une image louant la fidélité ». Attends, la fidélité, c’est vachement provocateur ! Mouais. Pour la diabolisation, il va falloir ramer.

Robert Ménard recommandait, il y a quelques semaines, à un parterre de Franciliens venus le rencontrer, de ne jamais laisser dire à un maire « qu’à son niveau, il ne [pouvait] rien faire », qu’un édile, au contraire, s’il allait au bout de sa fonction, « pouvait » beaucoup.

Il nous le montre. En utilisant adroitement cette formidable bouffée d’oxygène offerte par le buzz sur les réseaux sociaux.

Il se dit que la « droite des valeurs » a remporté une victoire dimanche. Si tant est qu’il n’y ait pas erreur de casting – l’avenir nous le dira… -, elle ne se traduira dans les faits que par une reconquête culturelle. Et par des gestes de reconstruction comme celui-là. Tant de Français sont lassés, choqués, usés, blessés par le trash, le glauque, le moche. Ils aspirent au bon, au bien, au vrai. En particulier pour leurs enfants.

Lors du dernier débat de la primaire, François Fillon a affirmé : « Mon motif de fierté est (…) d’avoir gagné une bataille idéologique. » Il va un peu vite en besogne. Si c’était le cas, il n’aurait pas mis autant d’énergie à se justifier : « Je n’ai rien promis à Sens commun, je n’ai d’ailleurs fait aucune manif ; l’IVG, je suis contre à titre personnel mais je n’ai jamais émis la moindre réserve à son sujet et j’ai voté chaque loi le favorisant… » pour se rendre compte, aujourd’hui, que la campagne orchestrée par la gauche a fait pschitt. Il était donc inutile d’en faire des tonnes.

Doit-on lui rappeler — comme à certaine autre, au FN — que les politiques n’ont de comptes à rendre ni aux journalistes, ni au camp adverse, mais à leurs électeurs, rien qu’à leurs électeurs ? D’autres, tel Alain Juppé, qui ont cru malin de tenter des calculs différents, s’en mordent aujourd’hui les doigts.

LMPT a été volontiers qualifiée de « Mai 68 à l’envers », les mêmes aspirent aujourd’hui à une « contre-culture à rebours ». Robert Ménard ouvre la voie. D’autres maires lui emboîteront-ils le pas ?

Gabrielle Cluzel

25 Novembre 2016

Analyse : la partialité de France Inter et France Culture sur la crise des migrants

Une analyse empirique des thèmes des émissions et des messages véhiculés concernant les « migrants » sur france inter et france culture permet de constater que dans nombre d’émissions du service public, le sujet est essentiellement traité sous l’angle humanitaire (conditions de vie des migrants en france),

...l’accent étant également mis sur l’insuffisance numérique de l’accueil par la france.

Les difficultés liées aux différences de culture, de religion, de langue, celles liées au manque d’emplois et de logements des résidents français sont quasiment absentes du message véhiculé. Les informations communiquées par la commission européenne sur l’impact économique de l’accueil de migrants dans les pays d’accueil ont par ailleurs été relayées par ces chaines de radio de service public avec peu de recul. (…)

Il ressort de l’analyse des thèmes des émissions (tableau ci-dessous, annexes 1 et 2) sur le sujet des migrants que certains aspects sont peu abordés, voire carrément absents : le coût de l’accueil des migrants, l’insertion dans une culture différente du pays d’origine, la possible différence de traitement avec une population précaire pour laquelle des solutions n’ont pas été trouvées depuis des années, la nécessité de freiner les flux migratoires y compris de demandes d’asile compte tenu du potentiel migratoire, etc. (…)

On cherchera vainement parmi les différents invités des émissions mentionnées un intervenant réticent à l’accueil des migrants.

 La question sur les ondes publiques n’est pas : faut-il accueillir des migrants ? Ou bien comment freiner l’afflux de migrants ? Une seule question revient en boucle : comment en accueillir plus et mieux ? (…)

16 Novembre 2016

Croisilles (62). Manuel Valls : « L’immense majorité des personnes qui étaient à Calais auront le statut de réfugiés

Le Premier ministre est en déplacement, ce lundi matin, à Croisilles (Pas-de-Calais) pour rencontrer les migrants du Centre d’accueil et d’orientation (CAO), avant de se rendre à Bapaume. Fabienne Buccio, préfète du Pas-de-Calais, Gérard Dué, maire de Croisilles, et Jean-Jacques Cottel, député-maire de Bapaume, ont accueilli le Premier ministre.

 

Trois exilés soudanais ont reçu leur statut de réfugié à l’occasion de la visite de Manuel Valls. «Nous remercions la France et espérons être à la hauteur», a lancé un des migrants à l’adresse du Premier ministre.

Lors de sa réunion avec les élus, Manuel Valls a appelé de ses vœux «une République ferme, qui refuse le désordre, et bienveillante vis-à-vis des réfugiés». «L’État doit être ferme pour condamner les messages de haine», a-t-il également souligné.

Fabienne Buccio a, quant à elle, fait savoir qu’«une annonce sera faite cette semaine sur l’après lande de Calais et l’accueil des exilés sur place».

Lors de sa rencontre avec la trentaine de migrants soudanais accueillis depuis un peu moins de trois semaines dans l’ancienne maison de retraite, Manuel Valls a salué ces «maires courageux qui font vivre les valeurs de France». D’après le Premier ministre, « l’immense majorité des personnes qui étaient à Calais auront le statut de réfugiés».

La Voix du Nord

11 Novembre 2016

Après le séisme Trump, Marine va gagner en 2017 par

Le sourire jusqu’aux oreilles de Marine face à l’air constipé du trio Juppé, Hollande, Sarkozy, est un régal. Ce ramassis d’hypocrites a tout faux.

Juppé veut “rassembler” et nous vend son “identité heureuse”, éternel refrain qu’il rabâche tel un perroquet, mais pas un mot sur l’immigration et les raisons du vote Trump. Pas un mot sur les iniquités et l’arrogance des élites de la côte Est qui gouvernent sans partage. La détresse de l’Amérique profonde, New-York et W.S s’en foutent.

Sarkozy, qui se disait proche d’Hillary et se pinçait le nez en déclarant “n’avoir rien à voir avec ce monsieur Trump”, retourne prestement sa veste, une spécialité chez lui, et se réjouit désormais de cette “victoire contre la pensée unique” !

S’il était élu, il tournerait le dos à son programme dès le lendemain des résultats.

Quant à Hollande, il prend son air grave de circonstance, pour nous dire qu’il sera vigilant ! Les citoyens de la plus grande démocratie du monde viennent de choisir leur leader en toute légalité et c’est l’Apocalypse ! Encore à côté de la plaque !

Seule Marine pariait depuis des mois sur la victoire de Trump. Notre trio de bras cassés quant à lui, a misé sur le mauvais cheval et n’a toujours pas compris pourquoi le milliardaire a gagné. Pourtant, les raisons sont les mêmes qu’en France, islamisation en moins.

Ils ont tous ruiné la France et bradé son identité, plongeant le pays dans un climat insurrectionnel, mais leur seule obsession c’est la contagion du vote Trump qui pourrait favoriser le FN en 2017. De Raffarin à Cambadélis, c’est l’angoisse.

Si Trump a gagné c’est parce qu’un vent de colère souffle sur tous les peuples, et pas seulement en Amérique. Le “non” à la Constitution européenne, le vote autrichien, le Brexit, le ras le bol des Hongrois et des Polonais vis à vis de la politique migratoire imposée par Bruxelles, la montée des mouvements patriotes et identitaires, le refus de voir le pays s’islamiser, tout cela a systématiquement été évacué par les élites qui ne savent que mépriser les électeurs ignares.

Et quand un citoyen se rebelle contre la pensée unique, il est condamné !

Nos élus pensent comme BHL, que les patriotes sont des racistes et des incultes.

Il faut être un con et un salaud pour voter FN, c’est le postulat incontournable depuis 1980.

Voilà 30 ans que ces élites arrogantes se bouchent les oreilles pour ne pas entendre le cri d’alarme des peuples, se contentant de dénoncer le populisme de ces électeurs bas du front, qui ne comprennent rien à rien.

Mais la victoire de Trump vient de balancer un formidable coup de pied au c… de ces élites qui ont la science infuse et se croient sorties de la cuisse de Jupiter.

Marine va gagner parce que tout s’aggrave et que la caste au pouvoir n’a pas de solutions crédibles puisque la mondialisation qui nous ruine est son credo.

Le chômage, l’insécurité, l’immigration-invasion totalement incontrôlée, l’islamisation de la société qui disloque la nation et le déclassement de toute la classe moyenne qui se paupérise d’année en année, sont les raisons de la colère, une colère aggravée quand les sans-dents constatent que rien n’est trop beau pour les migrants, alors que le pouvoir les a abandonnés depuis des lustres.

Tous les centres d’accueil des SDF, lesquels sont plus de 140000 rappelons le, sont saturés. Mais pour les migrants, toutes les communes déstockent des logements rénovés, quand ce ne sont pas des châteaux réquisitionnés pour la circonstance.

C’est le modèle social que le monde entier nous envie, comme chacun sait…

Le tout gratuit, c’est réservé aux sans papiers, mais la misère, c’est pour les natifs qui ont décroché du marché du travail et sont devenus SDF dans l’indifférence générale. Eux, couchent au mieux dans leur voiture, au pire sous les ponts.

Quand on s’appauvrit et qu’on s’inquiète pour l’avenir de ses enfants, on n’attend pas des leçons de morale comme aime en faire BHL, on attend des solutions.

De même que les Américains se souviennent de leur niveau de vie des sixties et des seventies, les Français se rappellent le bonheur des Trente Glorieuses.

Croissance forte, plein emploi, sécurité totale sans problèmes d’immigration.

Les musulmans, encore très minoritaires, n’exigeaient rien.

Mais la mondialisation et l’ouverture des frontières ont balayé tout ça. Aujourd’hui, les migrants font l’actualité quotidienne et monopolisent toute l’énergie du pays. L’augmentation du niveau de vie des pays émergents s’est faite sur le dos des classes moyennes des pays riches. C’est cela la mondialisation, des riches toujours plus riches, mais de plus en plus de pauvres dans les pays occidentaux.

Le 1% des plus riches détient 50% des richesses mondiales et le fossé s’élargit d’année en année. La crise de 2008 a laminé les classes moyennes.

J’en terminerai en donnant la parole à Marine, qui avait anticipé la victoire de Donald Trump et envoyé à New-York son conseiller aux affaires européennes, pour qu’il transmette directement ses félicitations au nouveau président élu. Mission accomplie.

“La victoire de Donald Trump est celle d’un peuple souverain et ami de la France, ayant su s’affranchir d’une campagne de dénigrement”.

Elle ajoute que, comme elle, Trump s’oppose au traité atlantique Tafta et à la “mondialisation sauvage”.

“Pacification des relations internationales, notamment avec la Russie”.

“Rupture avec les entreprises belliqueuses à l’origine des grandes vagues migratoires dont les Français sont directement victimes”.

Tels sont les points qu’elle souligne dans le programme de Trump.

Son nouveau slogan de campagne ? : “Pour le peuple et au nom du peuple”.

Estimant que les “élites politiques et médiatiques avaient été lourdement sanctionnées” par le résultat de la présidentielle américaine, elle ajoute :

“La défense d’intérêts catégoriels, la soumission à des puissances d’argent insensées et dévastatrices, l’abdication devant les dictatures islamistes sont des choix qui isolent chaque jour un peu plus ceux qui, ici ou ailleurs, persistent à les défendre”.

Se sentant proche de Trump et de Poutine, elle se voit moins isolée sur la scène internationale, que François Hollande auquel elle reproche une absence totale de vision.

Oui, Marine peut l’emporter en 2017 car tous ses adversaires sont pour le statu-quo : frontières ouvertes, libre circulation, immigration de masse, maintien du regroupement familial et du droit du sol, laxisme judiciaire et renoncement permanent face à l’islam politique. Juppé, Sarkozy, Hollande ou Mélenchon, même combat. Aucun ne défendra notre identité.

Trump a prouvé que les peuples étaient devenus imperméables aux odieuses campagnes de diabolisation. Il a été élu seul contre tous, seul contre les élites, contre WS, contre les stars d’Hollywood, contres les médias aux ordres, contre son propre camp. Seuls les généraux et les amiraux de la première armée du monde étaient de son côté.

Mais après des années d’humiliation, le petit peuple bas du front a balayé tout ça, tel un ouragan.

En 2017, le peuple français aura donc l’occasion unique d’en faire autant.

08 Novembre 2016

Les Kabyles de France mettent les Français en garde : “ne vous faites pas voler votre identité par les Arabes”

France-Kabylie » est une  jeune et nouvelle association (loi 1901) dans le tissu associatif des bouches du Rhône. Elle se veut d’être un trait d’union entre la Kabylie et la France en renforçant l’amitié et la solidarité entre deux peuples Français et Kabyle. Elle veut donner de la visibilité aux kabyles en France pour qu’ils puissent s’y intégrer avec leur vraie identité et leur vraie culture kabyle et  non pas avec une fausse identité qui les nies.

Le programme de Solidarité France-Kabylie (SFK)  est riche et varié, nous pouvons citer quelques unes de ses futures activités, les conférences, l’enseignement de la langue kabyle, les fêtes des dates importantes de la nation kabyle, les expositions sur la Kabylie, la défense de la laïcité en France et en Kabylie…etc.

Comme première activité SFK a appelé à un rassemblement le 12 novembre à 15h au vieux port de Marseille, pour condamner la répression permanente qui s’abat sur les militants kabyles pacifistes et aussi pour soutenir Slimane Bouhafs,  un kabyle chrétien, qui purge une peine de 3 années de prison pour délit de chrétienté.

Soyons nombreux pour défendre nos libertés et notre patrie la Kabylie.

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Source : Tamurt

05 Novembre 2016

Belgique : le quartier de Molenbeek est au bord de l’explosion

Près de 600 nouveaux habitants sont attendus d’ici cinq ans dans la rue Brunfaut, à Molenbeek. Un quartier déjà trop densifié et qui manque de mixité sociale.

Alors que la Région compte en moyenne 7.209 habitants par km2, le chiffre est multiplié par quatre dans cette partie de la commune, grimpant à 26.515.

« Le quartier est déjà trop densifié et est au bord de l’explosion. Il n’y a aucun financement pour des espaces publics, aucune vue globale des pouvoirs publics pour l’avenir. Ces deux projets immobiliers rendront la situation intenable. Au sein de l’immeuble, le seul constitué de logements moyens de la rue, plusieurs propriétaires pensent à partir depuis un certain temps« , insistent plusieurs habitants du 33 de la rue Brunfaut, située dans le centre historique de Molenbeek. Dans ce quartier jouxtant le canal, l’un des plus précarisés de l’entité, deux importants projets immobiliers inquiètent fortement un certain nombre de riverains. L’arrivée de 600 nouveaux habitants dans un des quartiers déjà parmi les plus densifiés de la capitale, pourrait faire dégénérer la situation, expliquent-ils.

Outre le problème de densification, les habitants du quartier Brunfaut soulignent également le manque de mixité sociale. Selon un document publié dans le cadre du contrat de quartier local, lequel reprend des chiffres de l’Institut Bruxellois de Statistique et d’Analyse (Ibsa), le pourcentage de logements sociaux dans le quartier Brunfaut atteint ainsi le chiffre hallucinant de 98 % (…)

Source : http://www.dhnet.be/regions/bruxelles/molenbeek-le-quartier-est-au-bord-de-l-explosion-581a5341cd70958a9d5b9e54

29 Octobre 2016

Marre d'être succé juqu'a l'os !

-

J’avais décidé depuis longtemps, de mourir en bonne santé, après avoir passé paisiblement si possible, le cap des cent ans… Mais avec les criminels censés gouverner la France, s’appliquant au contraire journellement à pourrir la vie des citoyens, il semblerait que le challenge devienne de plus en plus difficile… chaque jour mettant mon cœur en grand danger d’exploser (ou de s’arrêter brutalement) à la lecture des nouvelles particulièrement scandaleuses de ces nuisibles.

C’est ainsi que régulièrement, l’idée d’une nouvelle manière de piquer des sous aux affreux propriétaires d’un appartement ou d’un pavillon (en plus des taxes foncières et d’habitation, évidemment), refait surface… plane un moment sur le Net, puis repart aux oubliettes pour un temps, après avoir engrangé nombre de commentaires scandalisés… jusqu’à la fois suivante.

Alors compte tenu des circonstances et du fantastique bilan hollandesque, je suis saisie d’une angoisse à l’idée que ces pourris pourraient bien finaliser cette idée qui tel un insecte têtu revient tourner autour de nous … menaçant d’atterrir si nous baissons notre garde.

Déjà en août 2012, le regretté Roger Heurtebise relevait un article hallucinant, dans lequel Libération nous expliquait que le nouveau think tank « Cartes sur table » composé de jeunes âgés de 25 à 35 ans, proposait à Hollande ses brillantes idées pour de nouvelles rentrées d’argent … dont celle qui ne laisse pas indifférents les millions de français moyens s’étant endettés pour de longues années, afin de pouvoir s’exonérer d’un loyer puis, en fin de vie, transmettre un avoir appréciable à leurs enfants.

« Plus audacieuse, l’idée de soumettre à l’impôt sur le revenu les « revenus fictifs », que constitue l’absence de loyer pour les millions de propriétaires ayant remboursé leur emprunt, rapporterait 5,5 milliards par an. »

http://ripostelaique.com/vous-avez-fini-de-payer-votre-maison-des-partisans-dhollande-veulent-vous-faire-payer-un-loyer-toute-votre-vie.html

http://www.fdesouche.com/782059-lidee-de-taxer-les-proprietaires-occupant-leur-propre-appartement-refait-surface

Les racailles en col blanc du gouvernement étant aux abois, puisque les vraies infos contredisent cruellement leurs messages « bidons » annonçant que « tout va mieux » ; la courbe du chômage s’entêtant à ne pas vouloir s’inverser, les vrais sondages les annonçant dans les choux… Il paraîtrait que cette vicieuse idée serait en passe de leur revenir en tête…

Euh… Mais pas ceux qui occupent leur propre appartement, quand même ???

Mais bien sûr que si !

C’est bien là justement le côté vicieux de l’affaire, n’ayant pu naitre que dans le cerveau corrompu d’un politique, accessoirement aidé de quelques copains aussi fourbes que lui : puisque lesdits proprios occupent un appartement leur appartenant, sans payer de loyer (!!!), il est logique que l’Etat se voit contraint (ça le contrarierait beaucoup, mais quand il faut, il faut …) de remplacer ce loyer par une taxe… destinée à secourir les pauvres gens, bien évidemment, comme par exemple, trouver de quoi loger les S.D.F. locaux (pour changer !) … voilà qui aurait de l’allure, bien dans l’esprit humanitaires de ces bons gauchos-collabos-socialos-cocos !

« C’est une vieille lune, une obsession de certains fonctionnaires du ministère de l’Economie, une idée qui a la vie dure. C’est la fameuse théorie du loyer fictif. Le principe ? Taxer les propriétaires de leur résidence principale ayant fini de rembourser leur crédit, à hauteur d’un pourcentage de la valeur locative du bien… Cette théorie économique part du principe que celui qui n’a plus de charge de remboursement auprès de sa banque économise ensuite l’équivalent d’un loyer. Puisqu’il n’en expose pas la dépense, c’est comme s’il se versait cette somme à lui-même. En conséquence, il perçoit des revenus locatifs non externalisés, qu’il convient de taxer. Simple, non ? Les tenants de cette théorie ajoutent que cette imposition serait une mesure de justice sociale : elle rétablirait l’équilibre entre propriétaires et locataires. »

Source Capital – Août 2016

http://www.capital.fr/immobilier/tribune/henry-buzy-cazaux/taxation-des-proprietaires-selon-un-loyer-fictif-simple-chimere-ou-vraie-menace-1159539

Vous avez tout saisi là ? Non, ben relisez lentement… vous verrez, passé le premier choc on finit par comprendre qu’on est en face d’un nouveau tour de passe-passe politique pour nous piquer des sous !

On remarquera néanmoins le petit côté « humain » du projet, dans la précision « ayant fini de rembourser leur crédit » ! C’est vrai quoi, on n’est pas des sauvages à Bercy, on peut très attendre sagement 15, 20, 25 ans … que vous ayez fini de rembourser vos crédits (en vous privant de beaucoup de choses), avant de fondre sur vous (ou sur vos héritiers) pour vous présenter la note !

On savait déjà que question originalité, le fisc n’était jamais en peine de trouver de nouvelles idées pour nous racketter, mais là ce serait le summum…

Mais que voulez-vous, il faut bien assumer le train de vie de l’état, à commencer par le coût faramineux des « gorilles » pour la garde rapprochée de tout ce beau monde…

Par exemple, tout à fait au hasard, celle de Julie Gayet, maitresse du sieur Hollande, donc forcément personnalité précieuse (!!!) couterait la bagatelle de 400.000 euros par an !

Michel Sapin pour faire passer la pilule, évoquerait l’éventualité de menaces envers la comédienne… précisant que « la République est là pour protéger TOUS les citoyens » :

Bon d’accord ! Alors dans ce cas, avec tous les « cas isolés » et autres « malades mentaux » capables de se livrer à des actes sanglants, pullulant dans les rues à leur sortie de prison… j’exige d’avoir, moi aussi, une garde rapprochée (Brun, 1 m 95 de préférence, si possible) aux frais de l’Etat ! Non mais sans blague.

Tout à fait entre nous, mon appartement ne vaut pas cette somme… et je devrais payer un loyer à l’Etat… pour lui permettre de garantir les galipettes du président ?

Non, mais ça va bien la tête là-haut ? C’est le pouvoir qui vous enivre à ce point que vous partez de plus en plus en « live » dès qu’il est question de sous, ne mettant aucun frein à vos fantasmes ?

http://www.ladepeche.fr/article/2015/02/13/2048914-julie-gayet-escortee-protegee-gardes-corps-francois-hollande.html

http://www.vanityfair.fr/monde-de-vf/articles/la-garde-rapprochee-de-julie-gayet-coute-400-000-euros-par-an-a-letat/37575

Quand on pense au nombre de « personnalités » politiques (souvent bonnes à rien, en plus) qu’il faut « protéger » le coût pourrait nous faire cauchemarder si nous le connaissions, mais si en plus il faut protéger les personnalités « annexes » telles les maitresses de ces messieurs, leurs ex, leurs enfants … cela devient absolument terrifiant.

Et d’ailleurs, les protéger de quoi au juste ? Des vilains citoyens enragés qui voudraient peut-être se venger de toutes les avanies que ce beau monde lui inflige ?

Est-ce que par hasard, ils n’auraient pas la conscience tranquille ???

Impossible !  Nous savons depuis longtemps qu’ils n’en possèdent aucune !

Alors tout simplement la trouille, surtout que les policiers se mettant à regimber, imaginez qu’ils se mettent à faire la grève des protections rapprochées …

J’avoue avoir pensé, pour me rassurer, que si ce gouvernement de crapules désirait brusquement réaliser ce qui pour l’instant n’est qu’un projet, il verrait immédiatement des millions de citoyens dans les rues…

Hélas, quand je pense que depuis quelques années nous payons une CSG « non déductible », c’est-à-dire que nous payons un impôt sur de l’argent qu’on nous a « soustrait » ce qui semble être le summum de l’injustice… et ce sans moufter, sans avoir manifesté notre mécontentement… j’avoue que parfois le doute me prend sur la valeur des citoyens  d’aujourd’hui !

Parce que finalement, si on y réfléchit bien, c’est quoi au juste un citoyen Français aujourd’hui ?

Eh bien j’ai bien peur que, pour beaucoup, ce ne soit plus que cela :

Non, vraiment, mon pauvre cœur ne résistera pas encore 30 ans, sauf si dans un sursaut de dignité, la grande majorité des électeurs élisent Marine Le Pen en 2017, et ce dès le premier tour, c’est in-dis-pen-sable !

Josiane Filio

21 Octobre 2016

Amsterdam: Seul enfant blanc de sa classe, il est maltraité et victime d’intimidation de la part de Turcs et de Marocains

 

Amsterdam: Seul enfant blanc de sa classe, il est maltraité et victime d’intimidation de la part de Turcs et de Marocains

Un garçon de 13 ans d'Amsterdam était le seul enfant blanc dans sa classe. Et cela n'a pas été facile. Il a été maltraité et victime d'intimidations. L'adolescent a tenu pendant deux mois complets mais il s'est alors effondré.

Ses camarades de classe ne parlaient que le turc et le marocain. Le garçon n'avait pas de lien et était encore seul à la cantine.

La semaine dernière, il est revenu la maison en pleurant. "L'école n'a pas pu lui offrir un environnement sûr. Nous avons alors décidé de le chercher à l'école", a déclaré Peter van der Lichte, père de l'enfant victime d'intimidation à RTL Nieuws. Les parents de l'enfant avaient choisi le Collège Waterland parce qu'il y avait un département de sport.

"Il n'a pas été dit lors de l'entrevue d'admission que Mees serait le seul garçon blanc. (...) "Mon fils a vraiment fait de son mieux, mais cela n'a pas suffi."

"Vous ne souhaitez pas utiliser le mot, mais c'est de la discrimination", ajoute la mère Trudy."

Source Traduction Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

13 Octore 2016

L’incroyable pactole du trafic de faux certificats médicaux pour clandestins

Une psychiatre a vendu pendant des années des faux certificats médicaux à des sans-papiers. Un trafic qui aurait généré des millions d’euros.

Pour s’assurer un confortable train de vie et assouvir sa passion du jeu, une médecin-psychiatre est soupçonnée d’avoir monnayé pendant plusieurs années des certificats attestant des troubles psychiatriques à des étrangers sans papiers, leur permettant ainsi d’obtenir un titre de séjour provisoire pour raison médicale.

La praticienne peu scrupuleuse a été interpellée, lundi, au domicile qui lui sert aussi de cabinet, boulevard Voltaire dans le XIe arrondissement de Paris. Deux responsables d’association humanitaire ont également été arrêtés à Villejuif (Val-de-Marne) et Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) par les enquêteurs de la direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP). Hier soir, les auditions des trois suspects étaient toujours en cours.

Plus de 100 patients par jour

Les policiers de la DRPP ont été mis sur sa piste au deuxième semestre 2015, après une dénonciation de l’agence régionale de santé (ARS). Selon nos informations, le docteur P., 68 ans, aurait été démarchée en 2012 par un président d’association d’aide aux étrangers, qui lui aurait proposé de délivrer des « certificats médicaux de complaisance », garantissant l’obtention d’un titre de séjour. « Il apparaît dans cette affaire que la psychiatre semble avoir été prise en main par ce président d’association, confie une source proche du dossier. Ce dernier est clairement suspecté de lui avoir ensuite envoyé des dizaines de ressortissants étrangers, sans papier. » La docteur recevait plus de 100 « patients » par jour, et chaque consultation était facturée près de 200 €. Les investigations ont établi que la psychiatre avait parfois déclaré jusqu’à 200 patients par jour alors qu’elle ne se trouvait même pas à son cabinet…

(….) « Elle a quand même soutenu avoir agi dans un but humanitaire et non par appât du gain, révèle un proche de l’affaire. Elle a engrangé plusieurs millions d’euros et, surtout, creusé un peu plus le trou de la sécurité sociale. Plusieurs centaines d’étrangers sans titre ont ainsi pu obtenir des papiers provisoires après s’être vu délivrer des certificats de syndrome post-traumatique lié à un conflit armé, par exemple. »

Le docteur P. est soupçonnée d’avoir écoulé une partie de ses importants revenus en jouant au casino et en achetant des biens immobiliers. Plusieurs d’entre eux pourraient désormais faire l’objet d’une saisie par la plate-forme d’identification des avoirs criminels (Piac).

Le Parisien

08 octobre 2016

Daech projette de contaminer l’eau des grandes villes de l’UE et de la CEI

Les djihadistes de l’État islamique (Daech) projettent une attaque chimique d’envergure dans les grandes villes du Proche-Orient, de l'Union européenne et de la Communauté des États indépendants (CEI).
Le ministère russe de l'Intérieur a appris que les djihadistes de Daech envisagent de lancer une attaque chimique d'envergure contre les grandes villes du Proche-Orient, de l'Union européenne et de la Communauté des États indépendants (CEI), lit-on dans un document dont la presse a obtenu copie.

Daech prépare la "prochaine génération" de djihadistes Les terroristes ont choisi pour cible le système central d'approvisionnement en eau et se proposent notamment de diluer de puissants médicaments dans l'eau qui alimente les immeubles afin d'empoisonner le plus de gens possible, apprennent les médias russes. « Les djihadistes entendent utiliser de puissants médicaments et des substances chimiques se trouvant en vente libre », dit le document évoqué.

L'aviation syrienne élimine une centaine de djihadistes de Daech Pour exécuter ces actes de terrorisme, ils se proposent de faire appel à des « loups solitaires », personnes ayant déserté les zones d'hostilités et ayant regagné leurs pays d'origine.

06 Octobre 2016

Calais : pompiers et policiers caillassés par des « jeunes »

Difficile de comprendre les événements qui ont marqué le quartier du Beau-Marais, ces dernières nuits, en particulier aux alentours de la rue Henri-Matisse. Dans la nuit de dimanche à lundi, un homme a été interpellé pour défaut de permis de conduire et délit de fuite. D’après la préfecture du Pas-de-Calais, « les policiers qui sont intervenus ont été la cible de jets de projectiles de la part de jeunes du quartier ». Un mineur a été interpellé.

Par ailleurs, le gérant du café Le Matisse, rue Henri-Matisse, a vu la porte de son commerce forcée, plus tôt dans la soirée. [...]

Ce même soir, non loin de là, rue Maurice-Utrillo, « des poubelles ont été vidées sur la chaussée et on a mis le feu aux détritus, poursuit le commissaire. Les pompiers de Calais ont maîtrisé les flammes mais ont été victimes de jets de projectiles. Il n’y a ni blessé ni dégâts. Cela a entraîné une intervention des forces de police. Par la suite, d’autres poubelles ont été brûlées. Vers minuit, la situation a été rétablie. Il n’y a eu aucune interpellation ». La préfecture évoque « des individus armés de barres de fer détenant des «cocktails molotov» ».[...]

Philippe Mignonet, adjoint à la maire en charge de la sécurité, explique « ne pas connaître la raison de ces tensions. J’ai entendu plusieurs versions différentes. En tout cas, ce qui s’est passé est inqualifiable. Calais n’a pas l’habitude de ce genre de choses ».

La Voix du Nord

Pour la deuxième fois en deux jours, la nuit n’a pas été de tout repos au Beau-Marais. Les incidents ont commencé vers 21 h 30, quand une poubelle est renversée et son contenu enflammé. Les pompiers de Calais doivent intervenir sur place et parviennent sans mal à contenir les flammes, mais un groupe d’individus jette des pierres dans leur direction, sans toutefois les atteindre. Un peu plus tard, vers 23 h 30, les pompiers interviennent à nouveau, cette fois avec la protection des forces de police, là encore pour un feu de poubelles, mais cette fois rue Paul Gauguin. [...]

Dans la nuit de dimanche à lundi, le quartier avait déjà passé une nuit agitée où une course-poursuite avait eu lieu entre les forces de l’ordre et un homme qui conduisait sans permis. [...] Le parquet a demandé un mandat de dépôt… après avoir remarqué qu’il avait déjà des peines à purger ! Le parquet a d’ailleurs précisé que le jeune homme de 19 ans était déjà bien connu des services de police. Pour les faits d’il y a deux jours, il a reçu une convocation au tribunal correctionnel pour le 30 novembre prochain.

Nord Littoral

27 Septembre 2016

Mikael Sala ? Un putain de rocker chez Marine Le Pen !

Derrière le Mikael Sala du FN du Val-d’Oise se cache un musicien de rock, batteur émérite et manager de nombre d’artistes du siècle dernier.

Ce que c’est, quand même, que de nous autres et de ces idées préconçues qui nous pasteurisent le cervelet au lieu d’éventuellement le rafraîchir… Un petit exemple ? Celui-ci : Mikael Sala, président du collectif Croissance Bleu Marine, chargé de la défense des PME et PMI au sein du FN.

Il y a un peu plus de dix jours, il débat avec Nicolas Sarkozy sur France 2, lors de « L’Émission politique », défendant son bout de gras en bon petit entrepreneur qu’il est ; bref, évoque ce qu’il connaît : la petite entreprise, la sienne, MS Phoenix, chargée de former de jeunes étudiants en BTS dans les métiers du commerce.

Mikael Sala vient plus de la France d’en bas que de celle d’en haut, puisque descendant de Français espagnols issus d’Algérie, et de vagues Suédois ; les restes de la dynastie se répartissant entre boulanger, professeur d’art dramatique, cadreur à l’ORTF et professeur de danse.

Aujourd’hui, interrogé par Le Journal du dimanche, il se présente de la sorte : « J’ai grandi dans une banlieue ravagée par le chômage. Moi, j’ai eu la chance, grâce à la République, de pouvoir intégrer une classe de mathématiques supérieures à Janson-de-Sailly. C’est cela que je veux rendre aujourd’hui auprès des jeunes. »

Mais comme, dans la vie, rien n’est jamais simple, derrière le Mikael Sala, secrétaire départemental FN du Val-d’Oise, se cache également un autre Mikael Sala, musicien de rock, batteur émérite et manager de nombre d’artistes ébouriffés du siècle dernier. Au premier rang d’iceux ? L’excellent duo de power pop Niagara, la très mamelue Ophélie Winter et le tout excellent Gérald de Palmas, du temps de son imparable tube « Sur la route ». À cet égard, prière de se reporter au remarquable album du Palmas en question, « La dernière année », pressé en 1994 : Mikael Sala y cosigne la presque moitié des titres. Alors, respect…

Du coup, les anciens copains de sa vie d’avant toussent en coulisses, mais sans parvenir à le condamner vraiment, puisque « ami très sympa »… Une fois encore, le poids des clichés, comme si les nationalistes français ne savaient jouer que du tromblon ou de la trompette de cavalerie, mordaient les enfants, arrachaient les ailes des mouches tout en refusant le bassin aux ancêtres, au moment de la petite commission.

Parmi les plus augustes de ses participations, celle qui le lia longtemps avec Stéphane Eicher, Suisse francophone… Dommage qu’on ne puisse l’entendre marteler ses fûts sur le sublime album live « Non ci badar, guarda e passa » (cru 1994), sur le magnifique break placé au milieu de l’hymne « Des hauts et des bas » (paroles de Philippe Djian), sur lequel vient se nicher la tout aussi sublime rengaine « Putain putain » d’Arno, Belge lui aussi francophone et très apprécié des lecteurs de Télérama

Petit extrait :

« Je ne suis pas une communiste. Je ne suis pas une cycliste. Je ne suis pas une catholique. Je ne suis pas une footbaliste. Allez allez circulez, avec ton cul de pédé. […] Putain, putain, c’est vachement bien : nous sommes quand même tous des Européens ! »

Soient des vers pas tout à fait en raccord avec l’actuelle vulgate politico-médiatique…

Voilà, voilà… Le dernier mot, en forme d’ultime rappel, revient évidemment au principal intéressé, par ailleurs adepte des arts martiaux : « Auprès de Marine Le Pen, j’ai trouvé une famille de femmes et d’hommes convaincus et dévoués à une cause qui illustre bien la phrase de Saint-Exupéry, la fraternité, le don commun à quelque chose de plus grand que soi. » Avoir été batteur de rock, un handicap ? : « Ça paraît être un grand écart, mais en fait, j’exerce depuis toujours le même métier, celui de donner un rythme et de servir de support et de soutien. Chez un batteur, il y a toujours une certaine abnégation… »

Au même moment, Enrico Macias déclarait au Figaro : « Si Marine Le Pen est élue, je pars pour la Suisse, la Corse ou Israël. » Pourquoi la Suisse et la Corse ? Sacré Enrico ! Et bonjour à toi, Mikael.

https://www.dailymotion.com/video/x4ut237_gerald-de-palmas-sur-la-route_music

22 Septembre 2016

Moins de 4 millions de musulmans en France : on nous prend pour des idiots

L’objectif de la publication des chiffres fantaisistes donnés serait-il de rassurer le bon peuple afin qu’il ne vote pas « trop à droite » ?

Une enquête « rassurante » de l’IFOP a été effectuée pour l’Institut Montaigne, think tankd’obédience libérale, publiée dimanche 18 septembre par le JDD.

Selon l’enquête, il y aurait 28 % de musulmans ayant« adopté un système de valeurs clairement opposé aux valeurs de la République » (charia). Les jeunes, les moins insérés dans l’emploi et les convertis sont les plus disposés à adhérer à ce modèle – jusqu’à 50 %.

Elle montrerait également que la population musulmane est estimée à moins de quatre millions en France.

Et c’est là que le bât blesse.

D’abord, parce qu’on ne sait pas d’où est issu ce chiffre puisqu’il n’y a pas, en France, de recensement des individus en fonction de la religion.

Mais surtout, dans les années 1990, les médias, les gouvernants s’accordaient sur environ cinq millions de musulmans en France.
Par exemple, La Croix du 10 décembre 1996 rapportait les propos tenu par M. Charles Pasqua à l’émission 7 sur 7 de l’avant-veille où, s’exprimant à propos des attentats terroristes, il soulignait« l’existence [en France d’une] importante communauté musulmane : cinq millions de musulmans, un million de pratiquants, 50.000 intégristes et probablement 2.000 radicaux ».

Toujours dans La Croix, du 23 novembre 1996 cette fois, dans un article signé Bernard Gorce et intitulé « L’islam européen passe par l’Alsace », on pouvait lire : « Dix millions de musulmans d’Europe : on compte 4,2 millions de musulmans en France. »

Or, chaque année depuis 30 ans, il faut ajouter aux cinq millions de M. Pasqua l’arrivée de 200.000 immigrés légaux annuels (certes pas tous musulmans, mais c’est sans compter les clandestins) et les apports d’une natalité bien supérieure. Les retours au pays définitifs étant négligeables, le nombre de musulmans a sans doute doublé depuis les années 1990. Par ailleurs, je serais tenté de dire que nos yeux ne nous trompent pas…

L’objectif de la publication des chiffres fantaisistes donnés serait-il de rassurer le bon peuple afin qu’il ne vote pas « trop à droite » ?

NDLR : Dans une interview accordée ce mardi au site atlantico.fr, Michèle Tribalat, démographe, estime elle aussi que l’estimation du nombre de musulmans en France réalisée par l’Institut Montaigne est très éloignée de la réalité.

source Boulevard Voltaire (21 septembre 2016)

20 Septembre 2016

France : vers un Calais bis à 3 km du château de Versailles ?

C’est ce qu’annonce l’un des journalistes les plus célèbres de France sur sa page facebook. Jean-Pierre Pernaut écrit : « L’inquiétude monte et la colère gronde entre Versailles et Saint Germain en Laye. Rumeur d’annonce imminente de l’ouverture d’un gigantesque camp de migrants sur 24 hectares à Louveciennes, à 10km de Paris, au bord de l’autoroute A13. Ce serait le plus grand camp de France , un « Calais bis « , à deux pas de l’ énorme centre commercial Parly 2, mitoyen du parc historique de Marly et à 3 km du château de Versailles . Si ça se confirme ce serait une hérésie en terme de sécurité pour les petites communes de la région. »

Source : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1257675520938664&set=a.335425919830300.80398.100000886841158&type=3&theater

13 Septembre 2016

Le communautarisme gangrène nos quartiers : assez !

Le communautarisme islamiste gangrène nos institutions, rendant caduc ce « vivre ensemble » qui ne ressemble plus qu’au vœu pieux d’un gouvernement aux abois. La Lorraine n’est pas épargnée par le phénomène. Lors de la rentrée scolaire à Essey-lès-Nancy, en banlieue de Nancy, la première sortie des enfants a été perturbée par une mère assez provocatrice.

Vêtue d’une tenue islamique (peut-être un niqab, selon les rumeurs), la mère de famille a choqué les parents d’élèves présents. Dans son dos, des inscriptions en lettres arabes qui ne faisaient pas mystère des orientations idéologiques de cette femme. En effet, plusieurs témoins affirment qu’il s’agissait d’une apologie du terrorisme. Si les enquêteurs restent prudents quant aux raisons d’un tel acte, ils privilégient la thèse de la simple « provocation ».

Une « provocation » grave dans un tel contexte. Les terroristes de l’État islamique ont directement menacé les établissements scolaires, qualifiant les fonctionnaires de l’Éducation nationale de « corrupteurs » en décembre 2015 dans leur organe officiel de propagande. Les terroristes jugent aussi que l’éducation française a pour objectif de « cultiver chez l’enfant et l’adolescent les plus abjects comportements et de l’affaiblir », demandant à leurs supplétifs « français » d’assassiner « les mécréants qui enseignent la laïcité ».

L’apologie du terrorisme est sanctionnée par l’article 421-2-5 du Code pénal qui prévoit que « le fait de provoquer directement des actes de terrorisme ou de faire publiquement l’apologie de ces actes est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75.000 € d’amende ». Je serais même favorable à un durcissement de la législation en raison de notre état présent, qui est celui de la guerre.

Qu’une mère de famille puisse faire l’apologie du terrorisme devant l’école où se trouvent ses enfants est beaucoup plus qu’inquiétant. C’est un témoignage de l’aggravation des tensions intercommunautaires dans le pays. Nos écoles sont très insuffisamment protégées. Philippe Tournier, à la tête du principal syndicat des personnels de direction, indiquait que les établissements ne disposent d’aucun personnel de sécurité dédié, « alors que la moindre boutique de T-shirts a un vigile qui fouille les sacs à l’entrée ».

Nos enfants ont donc des cibles dans le dos.
Déjà victimes du racket des caïds, d’agressions quotidiennes, d’une baisse générale du niveau éducatif, seront-ils bientôt visés par des attentats islamistes ?
Nous ne pouvons plus exclure ce risque majeur, a fortiori quand un certain nombre d’enfants scolarisés ont des parents sympathisants de la cause takfiriste en France.
Qui peut-dire que, demain, une mère de famille islamiste, comme cette jeune femme d’Essey-lès-Nancy, ne commettra pas un acte terroriste pour se venger d’un professeur qui aurait « injurié » l’islam ?

source

04 Septembre 2016

Bilger : « pourquoi ‘Soumission’ de Houellebecq devient de plus en plus plausible »

L’actualité navigue entre islamisme meurtrier et islam provocateur, remarque Philippe Bilger. Le magistrat honoraire fait le constat d’une islamisation rampante du pays qui aboutit à une « identité angoissée ».

Nous avons l’identité angoissée. Parce que nous avons peur du terrorisme et de l’islam meurtrier et que nous sommes inquiets face à l’islam apparemment innocent et tranquille.
Soumission de Michel Houellebecq devient de plus en plus plausible.

 

[...]

L’islamisme meurtrier, l’islam provocateur et l’islamisation imposent une approche très différente.

Le premier, quelles que soient les divergences sur l’adaptation ou non de l’état de droit, sur le sort à réserver aux fichés S, sur les sanctions à infliger à ceux qui veulent partir pour le djihad ou en reviennent et sur les modalités et l’exécution des peines pour les terroristes, suscite tout de même une adhésion quasi générale en ce qui concerne l’impitoyable répression qui doit lui être appliquée quand la Justice a encore des vivants à se mettre sous la sévérité.

Le deuxième a trait à ces incidents qui se multiplient et qui opposent des musulmans donneurs de leçons, parfois sur le mode de l’injonction ou de la violence, à des Français attachés à leur liberté. Cela s’est passé en Corse ou ailleurs. Même quand la responsabilité incombe, pour le rejet, le refus ou la discrimination, à celui qui en est l’auteur, comme pour le restaurateur qui s’est d’ailleurs excusé, on sent de l’autre côté une volonté de pousser le malentendu jusqu’à ses extrêmes limites en constituant le musulman comme un martyr.

«La discrétion» souhaitée par Jean-Pierre Chevénement est au contraire délibérément, avec une concordance qui ne laisse pas d’intriguer, mise au ban publiquement au profit d’une affirmation inutilement ostensible de l’islam et de certains de ses préceptes en rupture avec notre humus.

On sent une volonté de pousser le malentendu jusqu’à ses extrêmes limites en constituant le musulman comme un martyr. [...]

Il est dramatique que face à ces perverses et subtiles avancées, notre appareil juridique administratif se satisfasse d’une lucidité étriquée sans mesurer le poids politique de ce qu’il est appelé à interdire ou valider.

Pour cet islam provocateur, le consensus a déjà volé en éclats puisque certains de nos concitoyens, pas les moindres ni les moins influents, nient la machine de guerre soyeuse qui se dissimule derrière ces coups de force qui révèlent un islam militant de moins en moins timide.

Impression diffuse, intuition majoritaire que quelque chose se déroule en France qui n’est pas loin d’une dépossession quantitative et qualitative, d’une islamisation progressive et rampante. [...]

Le Figaro

Merci à oxoxo

25 Août 2016

Cannes, France : attentat terroriste, 11 victimes – silence média total

Nice Matin est le seul média à avoir rapporté l’attentat terroriste qui s’est produit dimanche soir, à Cannes, et
il l’a enfoui dans la rubrique « Faits divers ».

Oui chers lecteurs, les médias à court d’excuses pour protéger l’islam (loup solitaire, drame conjugal, désespoir, déséquilibre mental, Vladimir…) jettent l’éponge et les attentats terroristes sont relayés aux faits divers, tant ils sont devenus banals et presque quotidiens.

Les faits : Un mahométan de 42 ans a violemment attaqué onze personnes sur le Vieux Port de Cannes, puis les a jetés dans l’eau pour les noyer, en hurlant Allahou Akbar. Le terroriste – que Nice matin qualifie de « sans domicile fixe » pour fabriquer l’image d’une victime de la société alors qu’il s’agit d’un homme extrêmement agressif et violent, avait ciblé des victimes faciles : un groupe de retraités, vacanciers insouciants.

Selon des témoins, le musulman a violemment frappé ses victimes, puis les a jetés à l’eau en hurlant Allahou Akbar.

Les victimes ont été légèrement blessées par l’agresseur, mais elles sont très choquées, rapporte Nice Matin, qui s’en est pris aux pompiers arrivés rapidement sur place.

L’agresseur a été arrêté par la police et placé en garde à vue, pour rien : la semaine précédente, il agressait sa mère et un voisin, à Antibes, et était remis en liberté.

 

Il a comparu aujourd’hui mercredi devant le tribunal correctionnel de Grasse qui l’a condamné et fait emprisonner.

 Christian Larnet pour Dreuz. Source unique : nicematin.com/faits-divers/il-agresse-onze-personnes-sur-le-vieux-port-de-cannes

22 Août 2016

Les femmes, premières victimes des migrations de masse

Les femmes venues en France parce que leur vie était menacée sont six fois plus à risque de subir un rapport forcé après leur arrivée.

Thomas Clavel Professeur

 Mardi 16 août, un tribunal autrichien a placé en détention provisoire neuf migrants irakiens après le viol collectif d’une jeune femme, survenu à Vienne pendant cette même nuit de la Saint-Sylvestre que les habitantes de Cologne se rappellent si tristement. De son côté, le quotidien The Sun a révélé, le 31 juillet dernier, des chiffres alarmants communiqués par la police britannique : en 2015, 897 infractions, incluant des viols et des agressions sexuelles, ont été commises par des réfugiés syriens en Angleterre et au pays de Galles.

Tandis qu’en Europe un grand nombre de femmes subissent un véritable calvaire consubstantiel à la submersion masculine, il existe en amont une autre vérité tout aussi douloureuse et qui frappe les femmes africaines – ces oubliées du voyage vers le Vieux Continent. En effet, si les Syriennes sont presque à parité avec les hommes dans les camps de réfugiés de guerre au Proche-Orient, beaucoup moins nombreuses sont celles qui se risquent à traverser la Méditerranée – et très minoritaires les femmes en provenance du Maghreb ou d’Afrique subsaharienne. Tandis que les stricts migrants de guerre fuient paritairement les zones de combat, sans aucune distinction de sexe ou d’âge, la proportion des femmes est inférieure à 10 % sur les routes maritimes et africaines des grandes migrations économiques. Comment interpréter ce chiffre ? Pourquoi les femmes africaines ne sont-elles pas candidates à l’émigration massive ? Peut-être parce que si les hommes s’exposent au risque de la mer, elles en courent un second, qui meurtrit l’âme autant que le corps : celui des viols commis sur le long chemin des migrations, le nomadisme frappant toujours les femmes prioritairement.

Ainsi, une grande majorité d’entre elles restent seules au pays, prises en otage par la fuite de leurs fils, l’abandon de leurs frères. Si elles partent, elles s’exposent au risque du viol – chaque étape, chaque convoi, chaque navire devenant pour elles un piège en puissance. Si elles restent, elles sont désormais totalement vulnérables aux agressions sexuelles des hordes qui sévissent, n’ayant plus aucun protecteur au foyer. Ainsi, le Soudan a connu une épidémie de viols collectifs en juillet, dus aux conflits interethniques mais aussi à la fragilisation des femmes livrées à elles-mêmes au sein de structures familiales défaites, à surreprésentation féminine.

Pour celles qui se risquent au grand voyage, Le Figaro rapportait le 1er août dernier le témoignage édifiant d’une jeune femme d’Afrique de l’Ouest, emprisonnée pendant cinq mois en Libye pour clandestinité, torturée et menacée quotidiennement de viol dans sa geôle. Étape incontournable, la Libye est devenue un territoire de non-droit où les femmes qui s’y hasardent paient presque toujours le tribut du déshonneur. Lorsqu’elles parviennent sur nos rivages, leur sort n’est pas plus enviable. Ainsi, une équipe de l’Agence nationale de recherche sur le SIDA et les hépatites virales (ANRS) a présenté un rapport aux conclusions alarmantes le 19 juillet dernier : un tiers des femmes d’origine subsaharienne vivant en France et diagnostiquées séropositives ont ainsi été contaminées sur notre sol – leur immense précarité les conduisant à la prostitution pour obtenir de l’argent ou un logement, ou les livrant à toutes les prédations dans les foyers d’hébergement précaires.

Par ailleurs, précise ledit rapport, les femmes venues en France parce que leur vie était menacée dans leur pays d’origine sont six fois plus à risque de subir un rapport sexuel forcé après leur arrivée

Sur les promoteurs médiatiques de l’accueil systématique pèse le poids de la prédation des femmes d’Europe et d’Afrique. Mais ils s’en lavent les mains. Ni leurs épouses ni leurs filles n’empruntent ni ne croisent la route des clandestins.

14 Août 2016

Sisco : vives tensions après une rixe entre Corses et Maghrébins

Une rixe a éclaté aux alentours de 18h30 dans une crique au niveau de la sortie Nord de Sisco, vendredi 13 août.
Deux groupes de jeunes sont impliqués dans l’altercation : des Corses résidant dans la commune de Sisco et des jeunes issus de la communauté musulmane.

Parmi les deux groupes, cinq jeunes ont été blessés à l’arme blanche.Ils ont été transportés en urgence à l’hôpital. Leur pronostic vital n’est pas engagé.

Apprenant la nouvelle de cette rixe, une centaine d’habitants de Sisco se sont attroupés sur les lieux, provoquant d’importants mouvements de foule.

Une trentaine de personnes ont mis le feu à trois véhicules appartenant aux jeunes Maghrébins.

40 gendarmes et 30 CRS ont été dépêchés sur place. La circulation a été coupée dans les deux sens au niveau de Sisco.

On ignore à ce stade les causes qui ont déclenché la rixe.

France 3 Régions

___________________________________________________________________________

Une rixe s’est produite en fin d’après midi sur une plage de Sisco.

La situation actuellement très tendue sur place serait également due aux origines maghrébines de certains belligérants. Il y aurait un blessé.

Corse Matin

(merci à Domi et SPQR)

10 Août 2016

Décapiteront-ils aussi la laïcité ?

Tout a commencé par un message laconique du syndicat le plus proche du gouvernement, interdisant à ses membres tous débat sur les réseaux sociaux, à propos de la laïcité. Pour des gens se réclamant de l’ « Esprit Charlie », donc supposés favorables à la Liberté d’Expression sans limite, cela avait de quoi surprendre !

Las ! Nous n’en étions qu’au début d’un long processus de désintégration.

« Les militants (...) reconnaissent et acceptent que leur liberté d’expression soit limitée (sic) par l’expression de leur organisation syndicale. Leur expression doit rester conforme aux valeurs de la CFDT. » (Extrait de la Charte de la laïcité de la CFDT, disponible dans toutes les mauvaises librairies)

Histoire d’une trahison.

Dans une France secouée régulièrement par les attentats islamistes, comment comprendre cette brutalité dans le ton et cet immobilisme sur le fond ? « 1905, tout 1905, rien que 1905 » aurait pu être le slogan accompagnant ces oukases !?

Le gouvernement et son syndicat croupion remettaient-ils ça, comme en 40 ? Espéraient-ils gagner la guerre contre les Salafistes, planqués derrière leur Ligne Maginot : la loi de 1905 ?

C’eût été, bien sûr, une erreur, personne n’a jamais gagné une guerre enfermé dans une forteresse, mais au moins eut ce été moral ! A la lecture de ces interdits, il était encore permis de rêver que le gouvernement et ses sbires allaient se battre contre les Islamistes !

Las ! C’eût été mal les connaître que d’imaginer chose pareille !

Il y a quelques jours de cela, la vérité paraissait enfin.

M. Valls se préparait à signer, avec les Musulmans... un concordat. Le terme consacré est bien celui là. Il s’agit d’un concordat, donc de la fin de la laïcité.

Le comportement antérieur du gouvernement et de son satellite, s’éclairaient alors d’un jour nouveau ! Il ne s’agissait pas du tout de se battre pour la laïcité de 1905, mais de faire taire toute velléité de débat autour de ladite laïcité pour mieux… la décapiter !

Concordat ou laïcité, quelle différence ?

Le Concordat, système inventé par le regretté Napoléon Bonaparte n’est pas la laïcité. Il ne prévoit pas de séparation absolue, d’étanchéité entre les églises et l’état ! La laïcité consiste simplement à donner au pouvoir politique, le contrôle des églises ! Tel est son but ultime, et d’ailleurs unique !

Notez que ce concept était révolutionnaire, au moins en Occident, car la séparation de l’Église et de l’Etat conçue sous l'Ancien, et pas si mauvais que ça, Régime, ne prévoyait pas un contrôle aussi serré du Politique sur l’Église – ni l’inverse d’ailleurs - d’où les rapports, souvent houleux, entre le Pape et les souverains européens ! Jusqu’à la Révolution Française, le pouvoir politique et l’Église étaient imbriqués. Le Roi se réclamait de Dieu. L’évêque pouvait lever des impôts etc, il n’y avait donc pas de laïcité, mais comme aucun des deux pouvoirs, temporel ou spirituel ne contrôlait complètement l’autre, nous n’étions pas, non plus, dans un système de Concordat !

Le Concordat correspondait donc à un renforcement du pouvoir politique au détriment de l’église, renforcement qui annonce la toute puissance du pouvoir politique sur l'ensemble de la société qui sera l’œuvre des grandes dictatures du XXem siècle : fascistes, nazie, communistes et… kémaliste !

Kémaliste, car en Turquie, le Mussolini local, Mustapha Kemal Atatürk récupéra pour son compte, et celui de son pouvoir cet outil qu’est le Concordat. Ce que Mustapha Kemal établit en Turquie était un contrôle serré du pouvoir politique, le sien en l’occurrence(!), sur l’église du coin, c'est-à-dire l’Islam Sunnite ! D’où la suppression du Califat, trop compliqué à soumettre au pouvoir politique !
Et oui, désolé de décevoir certains lecteurs, mais la Turquie n’a jamais été, n'est pas, et ne sera jamais, un état laïque. L’ « église » et l’état n’ont jamais été séparés en Turquie. Si vous avez des doutes, regardez quel est le symbole qui figure sur le drapeau turc !

Certes la laïcité n’aurait pas déplu à Mustapha Kemal qui était un vrai islamophobe comme on en fait plus ! Mais les résistances de la société turcomane musulmane étaient trop fortes !

Il n’y a pas de laïcité musulmane.

Nous nous éloignons de la France et de nos problèmes, me direz-vous ?

Pas tant que cela. Car le fait que la Turquie n’ait jamais été un état laïque, brise un mythe sur lequel nous vivons : celui de la laïcité possible en terre d’Islam.

Jusqu’à aujourd'hui, il n'a jamais existé de société musulmane laïque ! Donc, la laïcité est une notion exogène à l’Islam. Ce n’est pas une opinion, comme dirait SOS-Racisme, c’est un fait. C'est un fait historique. Là, ce dernier mot, ils ne l'utiliseraient pas à SOS-Racisme puisqu'ils en ignorent la signification !

On pourra s’interroger sur les sociétés musulmanes issues de l’ex-URSS, ultérieurement. Actuellement, je pense que l’histoire de ces sociétés musulmanes post-soviétiques reste à écrire. Peut être la laïcité l’emportera-t-elle ? Rêvons un peu... Mais pour l’instant, dans la plupart des cas, il s’agit de dictatures dirigées par des potentats de l’ex-URSS, pas vraiment préoccupés par le sujet.

Le gouvernement court donc, derrière un concordat musulman

La laïcité musulmane n’a jamais fonctionné nulle part et échoue en France. Le gouvernement, guère plus préoccupé de démocratie réelle que feu Atatürk, quoique nettement moins islamophobe, a donc décidé, pour faire obéir les Musulmans, au moins le temps de dissoudre ce qui reste de notre pays… d'établir le Concordat !

Nous y voilà ! Le pouvoir a donc choisi, sciemment de liquider la laïcité dès aujourd’hui, non pour tout le monde, mais pour les Musulmans ! En effet, il ne vous aura pas échappé, comme dirait Normal Ier, que ce Concordat à venir ne vaudra pour vous, que si vous êtes Musulman !

Si vous êtes Chrétien, Juif, Bouddhiste, Hare Krishna ou pire, athée, alors, comme moi-même, vous êtes un gueux ! Si vous êtes plusieurs, vous êtes des gueux, indignes du Concordat et juste bons à la soupe laïcarde, balalaïcarde si vous êtes Russe Orthodoxe, consistant à taper surtout sur les Chrétiens ! Tant pis, il ne fallait pas vous faire pirater !

La suite à prévoir

C’est à nous de l’écrire ! Les Mondialistes ont cru trouver dans les Fondamentalistes Musulmans des alliés pour détruire la France et en faire un vaste espace ectoplasmique livré aux lois du Marché ; mais ça ne fonctionne pas ! Cela parce que les Islamistes ne l’entendent pas du tout de cette oreille. Détruire la France, oui, mais pour en faire une République Islamique, pas pour en faire l'esclave du Marché ! Il y a, à terme, conflit d'intérêt ! Et les Islamistes se retourneront naturellement contre ceux qui, en France, les aident aujourd'hui, comme ils se sont retournés contre les Occidentaux en Iraq et en Syrie !

Dans ces conditions, la guerre civile paraît difficilement évitable.

Source

06 Août 2016

« Si les attentats continuent : la soumission ou le soulèvement ? »

Comment expliquer que depuis maintenant plusieurs semaines, le rythme des attentats en Europe se soit intensifié, au point que plusieurs attaques surviennent désormais chaque semaine ?

Alexandre del Valle : C’est le résultat d’une stratégie que j’appelle la « démocratisation du terrorisme 3ème génération« . Celle-ci consiste en une déprofessionnalisation, dès lors que nous n’avons plus à faire à une structure pyramidale qui donne des ordres – et donc démantelable – mais à un appel mondial au meurtre qui devient autonome, qui s’autoalimente et se développe comme un virus. Cela change tout.

C’est la première fois que nous faisons face à un terrorisme globalisé qui s’appuie sur le religieux et le choc apocalyptique des civilisations mais aussi sur les technologies modernes et réseaux sociaux pour appeler tous les fanatiques, psychopathes et autres ressentimentaux du monde, à commettre, de n’importe quelle manière, des meurtres contre les « infidèles » diabolisés.

 

A ces éléments s’ajoute le phénomène de mimétisme qui fait que plus un nombre important d’individus commet ce genre d’actes, plus cela donne d’idées à des psychopathes et ou fanatiques potentiels. Il y a donc là un double phénomène d’autonomisation et de globalisation du terrorisme, caractérisé par sa déprofessionnalisation et son expansion virale. Dans ces conditions, si Al-Qaïda et Da’esh étaient définitivement détruits, cela ne changerait pas forcément la donne, car des simples idéologues charismatiques improvisés ou des groupes connaissant les techniques de communication modernes sachant surfer sur la vague anti-occidentale et islamiste radicale mondiale et le culte de la violence mimétique et s’appuyant sur des textes religieux pourraient avec succès multiplier des appels meurtre. Aussi faut-il préciser que dans nos sociétés culpabilisées par leur identité judéo-chrétienne et leur patriotisme et productrices de haine de soi et d’autoflagellation, le discours haineux des islamo-terroristes rencontre un succès presque naturel.

[...] Le but des attentats est donc avant tout de provoquer un changement dans l’opinion publique par la peur, de provoquer un phénomène de soumission, or nos sociétés européennes, contrairement aux Israéliens, aux Russes ou même aux Américains, ne sont pas prêtes au combat ; en revanche, elles veulent de la sécurité et de la protection, d’où l’inévitable « demande » de flicage et de contrôle puis de régression des libertés .[...]

Alain Rodier : L’objectif est simple et bien connu : monter les populations les unes contre les autres pour en arriver au deuxième niveau de la guerre révolutionnaire enseignée depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale par tous les mouvements révolutionnaires. Pour mémoire, il y en a trois :

- le terrorisme ; nous y sommes déjà mais cela devrait empirer ;

- la guérilla ;

- la guerre « classique ».

L’objectif est donc de passer au niveau « guérilla » qui se traduirait par des émeutes en commençant par les zones de non-droit. Cela pourrait ensuite s’étendre à d’autres portions du territoire.

Pour l’instant, les idéologues islamistes radicaux ne voient pas un objectif politique à court ou moyen terme mais un but tactique : créer le chaos maximum pour, à terme (dans de longues années), parvenir à leurs fins : la création d’un califat mondial obéissant à la Charia.[...]

 

Atlantico

Merci à oxoxo

21 Juillet 2016

Il revendait sur Internet des objets des victimes de l'attentat de Nice

Depuis la tragédie, certains délinquants se sont distingués. Comme ce Niçois qui revendait en ligne des objets ramassés sur la Prom’.
Hommage des victimes de l'attentat de Nice du jeudi 14 juillet. Photo Sébastien Botella

Hommage des victimes de l'attentat de Nice du jeudi 14 juillet. Photo Sébastien Botella

Ce Niçois de 39 ans est-il un tordu, relevant de la psychiatrie, ou un abject opportuniste? Repéré par les policiers de la Cybercriminalité de la police judiciaire, l’individu revendait sur le site Le Bon Coin, "des objets récupérés sur la Prom’", dixit le libellé de son annonce.

La police l’a aussitôt interpellé lundi soir et placé en garde à vue. Garde à vue prolongée ce mardi soir à la caserne Auvare alors que la brigade criminelle de la Sûreté départementale est chargée d’enquêter sur ce singulier personnage.

Lors de la perquisition à son domicile, les enquêteurs ont découvert tout un tas d’objets à l’origine douteuse: bracelet, bague, lunettes, drapeaux...

«Des objets de récupération», affirme le suspect, qui se défend d’avoir profité du chaos apocalyptique de jeudi soir pour se livrer à ce qui s’apparente à du pillage, voire à de la violation de sépulture.

L’individu sera fixé sur son sort aujourd’hui et sera vraisemblablement présenté au parquet de Nice.

source VAR-MATIN (20 juillet 2016)

17 Juillet 2016

Le vice-président des imams de France démissionne pour dénoncer le silence des institutions musulmanes

Au lendemain du massacre de Nice, le vice-président de la Conférence des imams de France, Hocine Drouiche, a présenté sa démission pour dénoncer les institutions musulmanes en France, “incompétentes”, selon lui.

“Je vais présenter ma démission”, écrit-il sur sa page Facebook pour protester contre ces institutions qui “ne font rien pour assurer la paix sociale et ne cessent de répéter que l’extrémisme n’existe pas”.

L’imam franco-algérien s’insurge contre le silence de ses homologues et des prédicateurs musulmans devant ce qu’il considère comme un “attentat terroriste”.

L’islam aujourd’hui déshumanisé

En juillet de l’année dernière, déjà, dans un discours lors d’une rencontre interreligieuse à Bruxelles consacrée à la persécution des chrétiens, il dénonçait “le fait qu’aucun imam n’était venu se recueillir devant la rédaction de Charlie Hebdo ou devant le supermarché casher”. Pour lui, “l’islam est aujourd’hui déshumanisé”.

“L’absence de grands concepts des anciennes civilisations islamiques nuit aux musulmans d’aujourd’hui, soutenait Hocine Drouiche. Des valeurs comme le dialogue, la tolérance, la raison et l’accueil des autres n’ont pas résisté aux assauts d’un littéralisme islamique qui sépare les amis des ennemis de Dieu, les croyants des incroyants, les musulmans des infidèles. Dans un tel environnement, l’émergence du fanatisme était inévitable”.

“Sortez de votre réserve!”

Pour l’imam, “les derniers attentats survenus en Occident et dans le monde musulman montrent à quel point la réforme religieuse est devenue nécessaire pour la continuité de l’existence de l’Islam et des musulmans. De tels événements ont montré l’importance de cette réforme pour la paix mondiale”.

Hier, sur Facebook, Hocine Drouiche réitérait son appel aux imams français à “sortir de leur réserve”, rappelant que si “l’islam est innocent, il faut des hommes courageux pour le prouver”. Une tâche ardue tant, selon lui, “il est aujourd’hui très difficile de différencier l’islam religieux de l’islam idéologique”. (cath.ch-apic/pp)

11 Juillet 2016

Belgique: 96,4% des demandeurs d’asile sans emploi

111 c’est le nombre de demandeurs d’asile qui ont trouvé un emploi, rapporte le quotidien flamand De Morgen . Parmi ceux qui sont hébergés dans un centre Fedasil, 54% remplissent pourtant les conditions requises pour pouvoir travailler. Il s’agit de 3.056 personnes, dont seulement 111 ont un employeur, cela représente donc 96,4% des demandeurs d’asiles qui sont sans emploi.

Pour le Parti Populaire: la Belgique, en pleine crise financière, économique et sociale, ne peut plus se permettre d’absorber une immigration impossible à mettre au travail. L’immigration doit impérativement être conditionnée aux besoins de l’économie, et plus spécifiquement du marché de l’emploi. Tout immigrant devra apporter la preuve de ses qualifications et assurer de sa volonté d’intégration. 

Pourquoi nos « élites » déconnectées de la réalité, continuent-elles donc à dire que les réfugiés contribuent à la richesse économique du pays ?

Bertrand ROCHETTE

03 Juillet 2016

Aubervilliers : le récit effarant de la vie d’un émigré canadien

Nous avons reçu le récit de l’expérience qu’a vécu Jean-Sébastien, un Canadien installé depuis 10 ans dans les environs de Paris. L’époque où Michel Mallory chantait « Le cowboy d’Aubervilliers » semble bel et bien révolue.

Son témoignage nous montre  l’état de déliquescence de certains territoires français. De tels  territoires vont de plus en plus se multiplier,  et dans toute l’ Europe.

Il n’est plus minuit moins une, mais minuit trente !

Je suis un ressortissant Canadien français de 47 ans, admirant la culture française depuis l’enfance, ce qui m’a poussé à m’y installer en 2003, pour exercer ma profession dans les métiers de l’image (montage-vidéos, photographie).

En 2006, j’ai choisi de vivre en Ile-de-France, en particulier dans la ville d’Aubervilliers où j’ai trouvé l’espace idéal pour créer un lieu d’échange d’art et de vie en n’utilisant que des matériaux innovants sur le plan écologique, me permettant de m’épanouir personnellement et professionnellement.

En tant que Québécois fraîchement arrivé, je ne connaissais ni les codes de classes sociales, ni les problématiques des banlieues, ni la politique communiste de la ville d’Aubervilliers qui, à ma plus grande surprise, a qualifié mon projet de «spéculation immobilière» alors que mon but était d’apporter quelque chose, d’attirer des gens de l’extérieur, bref d’amener des professionnels de l’image à travailler à Aubervilliers.

Ma vie d’Albertivillarien s’est rapidement transformée en cauchemar. Depuis 2006, au lieu de consacrer mon énergie à la réalisation de mon projet, je passe mon temps à pallier aux graves dysfonctionnements de la ville. On m’avait prévenu qu’il ne fallait pas que je m’installe là. Mais n’ayant jamais été confronté à ces problématiques au Québec, je n’en ai pas pris la juste mesure et cela me pourrit la vie depuis 10 ans. Aubervilliers est une ville à l’abandon, dans une vrai situation de pourrissement, ce qui m’oblige, si je veux y rester, à faire le travail qui incombe normalement à la commune. C’est un travail temps à plein et une tension intérieure qui ne me permet aucune autre activité.

Voici les problèmes que j’ai rencontré et les alertes que j’ai données.

Je reste étonné qu’une ville qui touche Paris accumule autant de problèmes. Pourquoi Aubervilliers se retrouve avec 50 kebabs par rues ? Pourquoi elle ne laisse pas la Police régler les problèmes ? Pourquoi une ambiance constante d’insécurité et d’anarchie ? Pourquoi tant de saleté ? Pourquoi les fonctionnaires incompétents ne sont jamais embêtés ? Pourquoi durant le mois d’août la ville est laissée à elle même d’où l’impossibilité de partir en vacance sans laisser une personne chez soi ? Pourquoi la ville compte environ 450 offres d’alcool dont 200 licences IV (40 de trop) ? Pourquoi la Police ne dispose que d’une seule voiture la nuit* ? Pourquoi la ville de Pantin est mieux structurée face à ces questions ?
J’ai travaillé sans relâche sur ces dossiers avec la Police Nationale, la préfecture de la Seine Saint-Denis, le Préfet de Paris, la police municipale et la mairie d’Aubervilliers. Ayant fait 4 ans dans la Marine Canadienne, il est normal pour moi de servir les pouvoirs régaliens de l’État, mais là, ça fait beaucoup… !
Au regard de tout ce que j’ai pu voir et expérimenter, l’avertissement qu’on m’avait donné à l’époque, de ne pas m’installer à Aubervilliers m’apparaît des plus pertinents. Les gens qui réfléchissent comme moi, qui ont les mêmes principes que moi, ne veulent pas s’installer ici et je les comprends.

Je suis arrivé avec un état d’esprit de tolérance il y a 15 ans. Aujourd’hui, je glisse dans l’intolérance de l’autre par rapport à certaines populations très mal éduquées. J’en viens à espérer la pluie chaque jour à cause des dealers, voyous, et badauds insignifiants qui occupent la voie publique et font hurler leurs radios de voiture toutes les nuits du printemps à l’automne. La France m’a rendu très méfiant des pouvoirs régaliens, choses que j’aurais aimé ne pas connaître. Il y a pourtant des ressources en France. La ville d’Aubervilliers a un très fort potentiel mais on ne donne peut être pas les moyens aux bonnes personnes pour agir, ce qui est incompréhensible. La ville changera peut être par des actions individuelles un peu comme la mienne mais multipliées à l’ensemble des citoyens.

C’est pourquoi, je vous confie mon histoire, celle d’un homme qui aime la France pour sa richesse culturelle et ses savoirs faire, mais la déteste à cause de sa mollesse due à une politique immorale et suicidaire.

* « Il est de notoriété générale que l’efficacité de la police n’est pas la même dans les beaux quartiers de l’ouest de la capitale, où le moindre délit fait l’objet d’une enquête minutieuse, et les arrondissements moins aisés du Nord-Est, où la force publique tolère un certain nombre de trafics (drogues, prostitution) ainsi que des actes violents (dont les «guerres» entre bandes). La puissance publique porte aussi une lourde responsabilité du fait de ses nombreuses inerties et renoncements dans tous les domaines, révélateur d’une crise plus globale de l’autorité de l’État 2»…Le Figaro, Laurent Chalard, le 32/05/2016

.
ANNEXES

1 – L’immeuble voisin sur ma droite

– Signaler les 3 ateliers clandestins qui s’y trouvaient, y faire aussi cesser la mécanique sauvage et les dégradations, affronter les violences physiques et verbales.

– Signaler, régulièrement et durant 5 ans aux services les déposes sauvages devant chez moi. Endurer insultes et menaces lorsque je demandais au marchand de sommeil de ne pas laisser ses gravats devant l’immeuble, sans que jamais celui-ci ne soit verbalisé.

– Signaler, aux services de l’hygiène de la décrépitude des bâtiments. Une réhabilitation des 2 deux édifices a finalement été proposée, contraignant le marchand de sommeil à faire des travaux… A cette occasion j’ai été gratifié de 10 jours d’ITT et blessures volontaire de la part du marchand de sommeil, sans que celui-ci ne soit poursuivi. La petite phrase récurrente du marchant de sommeil était : « si t’as un problème va voir la mairie ! » laissant sous entendre qu’il était couvert…

2 – Le bâtiment voisin sur ma gauche

– Un promoteur du 16e arr. de Paris, s’est vu accorder par la mairie l’autorisation de créer 4 logements sociaux, alors même que le bâtiment n’était pas en zone d’habitation, construits sans isolation phonique, carrelage à même le béton, sans fenêtres, avec seulement des vélux en toiture pour les entrées de lumière et d’air frais, je ne comprends toujours pas pourquoi de tels logements existent et pourquoi la mairie a laissé faire.

– A cause des travaux entrepris par le promoteur, le mur que nous avions en mitoyenneté s’est effondré sur notre verrière. Nous avons été évacué par les pompiers, ma femme et moi, en pleine nuit en janvier 2007. Le propriétaire n’avait pas encore son permis de construire, il n’a pas été inquiété par la mairie. Nous sommes restés 2 ans sans toiture, le temps que les assurances nous permettent la réparation. Je ne pouvais pas travailler. Le manque à gagner a été très important.

– Le promoteur des logements sociaux a créé au rez-de-chaussée un local commercial, exploité successivement par des restaurants et une association religieuse africaine. Une hotte d’extraction des fumées nocives a été installée en dépit de tout bon sens. Celle-ci pollue les locataires (et notre habitation) puisqu’elle donne directement sur les vélux. Malgré mes nombreux signalements à la mairie durant 5 ans, j’ai toujours été renvoyé au privé (les services d’hygiène de la mairie m’ont simplement offert une étude de qualité de l’air intérieur de mon habitation, ce que j’ai refusé)

– J’ai dû lutter plusieurs années pour faire déloger l’association religieuse africaine (violence volontaire à mon encontre de la part du gardien, condamné à une amende de 300€) et les 2 bars-restaurants africains (précédant et suivant l’association religieuse) qui causaient des nuisances incessantes dans une zone comptant déjà 5 offres d’alcool (dans un rayon de 50 mètres d’une synagogue !) … Je n’ai toujours pas compris pourquoi la mairie a octroyé 2 licences III à cet endroit, malgré la loi et mes mises en gardes à répétition … (article de loi, + loi Royale-Guigou)
– J’ai assisté, impuissant, à la spoliation d’une voisine sans défense, le promoteur du 16e ayant obtenu le droit de créer une ouverture sur sa cour, sur simple déclaration de travaux… Il faut voir aujourd’hui dans quel état de décrépitude est l’ouverture !
Ce propriétaire s’est permis cette petite phrase : « On n’est pas au Canada ici ».

3 – Le quartier

– Agression sur ma femme en 2007, devant un bar sur ma rue, par deux jeunes en scooter. Elle est trainée sur le bitume plusieurs mètres par les cheveux. La Bac arrive, le gérant du bar et les badauds donnent des indications contraires aux policiers et s’en amusent… Ce bar est fermé depuis 1 mois et exproprié… après 5 ans de procédures et d’enquêtes policières.

– Cerné par les 5 offres d’alcools, je ne peux entrer et sortir librement de mon garage. Les stationnements abusifs, les incivilités et agressions verbales et menaces physique font que j’ai décidé de stationner mon véhicule devant mon garage (bateau construit à mes frais). Pendant ces années, la police municipale nous verbalise.

– J’ai alerté la police municipale de l’installation d’un camp de roms, sur un terrain vague juxtaposant d’une synagogue à 16 mètres de notre habitation. Fait dans les temps (dans les 72 heures), l’expulsion a pu se faire.

– J’ai signalé les barbecues sauvages qui s’installaient chaque week-end durant juillet et août sur le terrain de foot à 50 mètres de chez moi. Ils urinaient sur la voie publique, enfumaient le quartier et faisaient du bruit toute la nuit (musique, hurlements, etc.). Le terrain de foot va être déplacé et remplacé par un ensemble d’immeubles.

– Signalé aussi les stationnement en triple files et les accidents à répétition (quasi hebdomadaires) à l’intersection de ma rue (une anarchie qui existait depuis 1984). J’ai pu obtenir plus tôt que prévu le réaménagement de l’intersection. La situation s’est nettement améliorée.

– Signalé encore les auvents de commerces fermés depuis longtemps, dont certains rouillés et cassés volent au vent et peuvent présenter des dangers pour les passants. La mairie nous envoie au privé… Normalement les commerces sont tenus de payer quelque chose à la mairie pour les auvents. Apparemment pas à Aubervilliers. Pourtant la mairie avait lancée en 2013, une charte d’embellissement des façade des commerces de la ville…

– J’alerte aujourd’hui la police de la confiscation de l’espace public par des dealers qui se croient au pied d’une cité alors que ce n’est pas le cas. Dotés de chiens Pitbulls sans muselière ni laisse ils cherchent à imposer leur loi en nous menaçant. Ces gamins nous proposent leur protection…

4 – La ville

– Pour avoir la fibre optique, j’ai dû mandaté un installateur privé (avec facture de 4000€). L’implantation de la fibre sur la ville est très en retard en comparaison avec Paris. L’OPHLM avait laissé trainé les dossiers avec les opérateurs historique (SFR, Orange, Free)…

– Intimidation du personnel de la Mairie qui ne se privent pas de nous dire que si nous les dérangeons, ils nous chercherons des ennuis…« Omerta » un sentiment pesant d’impunité sur la ville d’Aubervilliers, quelques « anciens » élus considèrent qu’ils ne doivent pas collaborer avec la Police Nationale… rejet du droit de propriété,

– J’avais personnellement insisté auprès de la rédactrice en chef du journal local l’Aubermensuel pour faire parler du projet Impulse (un projet Européen de rapprochement police/population)

– La ville fait face à des incivilités constantes, violences, abus de pouvoir, spoliations , incompétences, vols à la portière, prédations, déprédations, populations résignées qui ont abandonné tout combat.

Jean-Sébastien (nom connu de la rédaction).

Relayé par Danielle Borer Source

29 Juin 2016

Brexit : Les perdants sont ailleurs qu’en Angleterre… Liliane Held-Khawam

Avec 51.9%, soit 17 410 742 de voix, la Grande Bretagne quitte avec fracas le paquebot européen ! Les médias grand public leur annonce les pires calamités… Mais ici nous n’y croyons pas.

Au contraire, dans l’article « Brexit ou pas, le navire UE commence à tanguer…« , nous relevions deux points essentiels :

  • la panique des tenanciers de Bruxelles à l’idée de voir sortir la grande Bretagne de l’UE. Preuve en est l’accord signé entre les deux parties qui y acceptaient de remettre en question les textes fondateurs de l’union sur des sujets aussi sensibles que le financement de l’immigration, la monnaie unique ou la souveraineté des Etats.

De fait, le management de Bruxelles est le grand perdant du Brexit. Ce référendum vient sanctionner une gouvernance typique du 21ème siècle qui pense se passer des peuples pour imposer SA vérité.

  • Nous relevions aussi dans cet article, les dangers quotidiens et systémiques que faisaient courir les banques européennes quotidiennement à l’ensemble de la zone euros.

Bien que la Grande Bretagne ne soit pas membre de cette plateforme T2S à risque atomique, le signal envoyé par le Brexit fut effectivement hautement néfaste à ce noeud gordien supranational qui regroupe même des pays qui sont officiellement hors de la zone euros. Voici quelques données relevées ce jour (pour des raisons de confort, les graphiques illustratifs sont publiés ci-dessous en annexes)

1.- Des pertes considérables sur la bourse de l’Eurozone :

  • L’Eurostoxx 50 qui regroupe 50 groupes de l’Eurozone. Il perd en ce moment plus de 9%
  • Le « palmarès » des banques françaises n’est guère brillant : Société générale est à plus de 21% de perte, BNP à 18,245 et Natixis à 16,6%…
  • Les banques allemandes, talon d’Achille de l’Eurozone, effectuent une sérieuse plongée. Commerzbank n’en menait pas large cette nuit avec 5, 41 euros l’action…

Quant à la Deutsche bank, elle perdait plus de 155 sur son titre…Bref, les pertes sur le marché boursier de l’Eurozone sont considérables…

2.- Les pertes sur le marché boursier britannique

Avec -4,37% les pertes sur le FTSE sont nettement plus limitées… Les prévisionnistes mainstream annonçaient l’apocalypse pour la Grande Bretagne.

Les faits leur donnent tort. Il suffit de regarder les données pour comprendre où se trouve la faiblesse…

3.- Les impacts sur les monnaies

Au niveau des monnaies, effectivement la livre est en train de perdre près de 8.58% par rapport au dollar. Mais est-ce une mauvaise chose ? Nous venons de vivre des années de politique monétaire non conventionnelle supposée dans le cas de la Banque centrale suisse affaiblir un franc trop fort et donc néfaste aux exportations.

D’un coup, dans le cas du Brexit, on nous explique que la chute de la livre est mauvaise.

 

Alors une monnaie faible est bonne ou mauvaise pour les experts du 21ème siècle ? Faudra se mettre d’accord une fois pour toute.

Force est de constater qu’en quelques heures, la Banque d’Angleterre a atteint à zéro frais les objectifs recherchés par la BNS qui ont coûté des centaines de milliards…

4.- Au niveau américain

Le dollar américain est en train de gagner face à toutes les monnaies y compris face au franc suisse… (graphique ci-dessous).

Bref, si nous disions il y a deux jours que le bateau bruxellois tanguait. Nous pouvons dire aujourd’hui, que la zone euro pourrait risquer la faillite. Une faillite systémique grandeur nature qui relèguerait les crises de 2008 ou de 2011 à des épiphénomènes… Les sauveteurs qataris qui ont renfloué plusieurs banques dont le Credit suisse ou la Deutsche Bank n’y pourraient plus rien cette fois tant la zone euro et ses partenaires ont été financiarisés de manière systémique et systématique dans une grande fuite en avant…

L’ampleur du crash qui menace aujourd’hui encore plus qu’hier des banques comme la Deutsche Bank ou la Commerzbank est à prendre très au sérieux dans les temps à venir. nous suivrons de près l’évolution de cet ensemble….

Voilà ce qu’il en coûte à vouloir construire un projet sans le facteur humain. Bruxelles a voulu gouverner par la force en augmentant la résilience des peuples à travers des normes écrasantes et aliénantes. Le tout se retourne aujourd’hui contre elle.

La propension à l’échec se poursuivra jusqu’au jour où le facteur humain sera intégré dans la réflexion, la vision et les actions qui en découlent. L’humain est la base et l’assise sans lesquelles aucune structure ne peut tenir et encore moins durer…

Faire sans l’Humanité mènera systématiquement à l’échec. C’est une loi de la nature.

Liliane Held-Khawam

31 Mai 2016

Le personnel des urgences n’est pas à la noce pendant le ramadan…

 


Le personnel des urgences n’est pas à la noce pendant le ramadan…

 
 

Une fête du cochon distraira le personnel soignant saturé du fait des urgences pendant le ramadan :

Ramadan : faux jeûne, business, orgies de nourriture, indigestions massives, gaspillage, dégâts sociaux

Le terme « jeûne » n’est pas vraiment adapté pour désigner les pratiques musulmanes lors du ramadan…

En Algérie, en 2010, le nombre de personnes admises aux services des urgences médicales après l’Iftar (repas de rupture du « jeûne ») durant les 10 premiers jours du « mois sacré » avoisinait les 10 000. « La quasi-totalité des cas personnes souffrant de troubles digestifs, d’hypertension et de troubles de diabète ont été enregistrés au niveau des hôpitaux du nord du pays », a indiqué à Echorouk le président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem), le professeur Mustapha Khiati.

Au Qatar, dès le soir du premier jour du ramadan, les hôpitaux ont reçu l’année dernière des dizaines de patients souffrant de douleurs. Douleurs non pas dues un manque de nourriture ou d’eau, mais à l’inverse dues à un excès. En effet, les patients, qui se sont suralimentés au cours de l’iftar, se sont plaints principalement de brûlures d’estomac, et de vomissements répétés. Tout au long du ramadan, les hôpitaux qataris reçoivent régulièrement des patients ayant trop mangé. L’an dernier, une centaine de personnes ont été admises au service des urgences au cours de la première nuit du ramadan.

Le ramadan est aussi l’occasion d’un formidable gaspillage de nourriture :
« Les musulmans jettent plus de 40 % des plats préparés chaque jour pendant le Ramadan. C’est le constat d’une étude réalisée par Mohammed Aman, un écologiste du Bahreïn spécialiste de l’environnement et des déchets. « Les gens ont tendance à multiplier par trois la quantité de nourriture qu’ils consomment durant l’Iftar », a
déclaré Mohammed Aman.

Par ailleurs, en Algérie, femmes et enfants battus au sein du foyer durant le ramadan : +120% ; rixes et disputes causant des blessures : +400% ; voies de fait, agressions : +320% ; vols de voitures, escroqueries, faux et usage de faux : +180% ; rendements dans les entreprises : -62% ; nombre de sinistres : +410% ; nombre de blessés : +214% ; nombre de décès : +80%. Ces chiffres ne sont pas le fait d’islamophobes rabiques, mais résultent d’une enquête menée par l’Institut algérien Abassa, dans 24 régions administratives d’Algérie, auprès d’un échantillon représentatif de 3.004 individus. L’objectif de cet institut était d’identifier et de quantifier les principales conduites sociales individuelles et collectives durant le mois du Ramadan. On voit les résultats… Depuis, l’Institut Abassa a été démantelé par les autorités algériennes.

http://www.contre-info.com/ramadan-faux-jeune-business-indigestions-massives-gaspillage-degat-sociaux

Le métier de soignant pendant le ramadan est d’autant plus difficile que ces « jeûneurs » ne sont pas réceptifs à tous les soins :

28 Mai 2016

Grande-Bretagne : entre 30 et plus de 85 «conseils» clandestins de la charia dans le pays

Plusieurs dizaines de tribunaux officieux appliquent des règles de la charia au Royaume-Uni. Le ministère de l’Intérieur se penche sur les discriminations engendrées.

Le gouvernement britannique lance une enquête sur les pratiques des tribunaux islamiques officieux établis dans le pays. Entre 30 et plus de 85 «conseils» de la charia, qui se présentent parfois comme des «cours de justice», agissent de façon plus ou moins clandestine en Grande-Bretagne. Ils arbitrent des litiges civils, le plus souvent liés au droit de la famille, dans le respect de la loi islamique, sans que leurs décisions n’aient de portée légale. [...]

Le Figaro

23 Mai 2016

En Seine-Saint-Denis, des instituteurs qui « ne savent pas écrire le français »

Un instituteur qui fait cours les mains dans les poches, qui parle à ses CM2 comme un « grand frère » de banlieue, avec « ouais » et « j’en ai marre » à foison.

Une autre qui explique à ses élèves la signification du verbe « dérider » en prenant l’exemple d’une maman qui s’applique une crème anti-âge. Un troisième, pourtant professeur des écoles lui aussi, incapable de formuler une phrase sur le mode interrogatif ; l’inversion du verbe et du sujet constituant une prouesse apparemment hors d’atteinte.

A Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne), des professeurs réunis dans les locaux de l’école supérieure du professorat et de l’éducation (Espe) de l’académie de Créteil égrènent les anecdotes pour le moins préoccupantes.

« C’est une catastrophe, assène franchement une formatrice, qui préfère conserver l’anonymat. Je ne veux pas tirer sur l’ambulance, les Espe font ce qu’elles peuvent avec des moyens riquiqui, mais je constate une telle dégradation depuis cinq ans ! Ce n’est plus possible, il faut que les gens sachent : dans la Seine-Saint-Denis, on recrute des instituteurs qui ne savent pas écrire le français. »

Marianne

20 Mai 2016

L’ »alya interne » des juifs franciliens

Les familles juives d’Ile-de-France déménagent en nombre au sein de la région pour fuir l’insécurité. Des mouvements qui ne sont pas sans conséquence.

Un jour d’été, Alain Benhamou retrouve son logement cambriolé pour la seconde fois. Sur un mur, une insulte : « Sale juif ». Les mots de trop : il décide de partir. Comme lui, des juifs déménagent en nombre pour fuir l’insécurité, une « alya interne » à l’Ile-de-France qui interpelle. La France compte la plus importante communauté juive d’Europe, avec un demi-million de personnes. La moitié vit en région parisienne, où les chercheurs constatent une « forte mobilité géographique d’une partie de cette population », globalement de l’Est vers l’Ouest parisien, explique à l’AFP Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l’Ifop. Ce mouvement s’ajoute aux chiffres déjà spectaculaires de l’« alya », l’émigration juive vers Israël, qui a atteint près de 8 000 départs en 2015. Sans compter les installations dans d’autres pays, comme la Grande-Bretagne, les États-Unis ou le Canada, à un niveau comparable à celui de l’alya.
En Ile-de-France, « sur une quinzaine d’années, des effectifs de populations ou de familles juives se sont effondrés dans toute une série de communes de Seine-Saint-Denis », relève le politologue. « À Aulnay-sous-Bois, le nombre de familles de confession juive est ainsi passé de 600 à 100, au Blanc-Mesnil de 300 à 100, à Clichy-sous-Bois de 400 à 80 et à La Courneuve de 300 à 80 », recense-t-il dans son ouvrage L’An prochain à Jérusalem, se basant sur des données communautaires. Le phénomène commence lors de la seconde Intifada, en 2000. Le conflit israélo-palestinien s’exporte alors dans la métropole, avec « une multiplication exponentielle des actes et menaces antisémites, qui rendent la vie quotidienne très difficile dans un certain nombre de quartiers ».

Le Point

Merci à Dura Lex

18 Mai 2016

François Hollande est-il un kouffar, il veut assurer le bon déroulement du concert de Black M ? Ahurissant !

L’affaire de la commémoration de Verdun par Black M n’est pas terminée et est maintenant devenue une affaire d’État.

Ce matin, François Hollande a déclaré que l’État est prêt à mettre « les moyens pour sécuriser » un éventuel concert du chanteur Black M à Verdun : « Si le maire voulait – c’est à lui d’en décider -, eh bien l’État mettrait les moyens pour sécuriser le concert. Et de toute façon, les subventions qui avaient été promises pour ce spectacle ou pour d’autres seraient maintenues. » Bref, l’affaire de la commémoration de Verdun par Black M n’est pas terminée et est maintenant devenue une affaire d’État.

Cela n’est pas vraiment étonnant. Hollande applique depuis longtemps la stratégie développée par le think tank Terra Nova, c’est-à-dire délaisser le vote des ouvriers, qui désormais votent majoritairement FN, afin de capter celui de la « diversité », et plus spécifiquement ceux venant de pays musulmans. Ainsi, et en incitant le maire socialiste de Verdun à reprogrammer le rappeur Black M pour la commémoration du centenaire de Verdun, François Hollande envoie un signal très fort : en échange de voix, il est prêt à être un kouffar.

Tout le monde sait que, pour Black M, les Français sont des kouffars. Ce qui est important à saisir, c’est qu’un « kouffar » est certes un « mécréant » mais, dans la rhétorique musulmane, c’est avant tout un « sous-homme », quelqu’un qui, en échange de protection, doit payer un impôt supplémentaire et perdre ses droits civiques. François Hollande a donc choisi son camp. En transformant une commémoration nationale en une fête communautaire, notre Président abandonne les valeurs républicaines afin de promouvoir les valeurs communautaires.

Cette affaire, que beaucoup ressentent à juste titre comme un viol mémoriel, aura au moins le mérite d’éveiller les consciences. En effet, beaucoup se rendent compte que le « relativisme culturel », célébré et glorifié depuis près de quatre décennies, n’est qu’un instrument qui prépare le terrain au « Grand Remplacement ». Ceci explique pourquoi la mobilisation des patriotes fut aussi importante et a rassemblé au-delà des clivages habituels. C’est seulement en temps de crise, quand nous voyons que notre avenir est en jeu, que nous arrivons à comprendre avec pleine reconnaissance et dévouement ce qu’est notre nation et ce que nous lui devons.

Ceux qui, jusqu’à présent, voulaient que l’on vive sous l’illusion du « vivre ensemble » se rendent compte que nous y préférerons toujours le « vivre français ». Nos opposants pensent que nous sommes comme des autruches et qu’il suffira de nous effrayer pour que nous planquions bêtement notre tête dans le sable. Mais ils ne comprennent pas que nous sommes fidèles au coq français, oiseau tellement méprisé et moqué par l’anti-France, mais qui est comme un poilu de Verdun : tenace au combat, résistant à la douleur et doté d’une volonté absolue de vaincre. Et nous vaincrons… car jamais nous n’accepterons, comme François Hollande et ceux qui le soutiennent, d’être des kouffars.

17 Mai 2016

Washington, Londres, Paris et Kiev défendent publiquement Al-Qaïda

Comme prévu, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France et l’Ukraine ont tenté tout ce qui était possible (et impossible) de faire pour saboter la tentative russe d’inscrire les organisations de Jeich Al-Islam (Armée de l’Islam) et Ahrar Al-Sham (les hommes libres du Levant) sur la liste des organisations terroristes de l’ONU.

En fait, Jeich Al-Islam et Ahrar Al-Sham, deux puissantes organisations armées ultra-radicales dérivées d’Al-Qaïda et semant mort et désolation en Syrie, bénéficient officiellement de la protection de Washington, Londres, Paris et Kiev. Inimaginable?

Si les motivations des Ukrainiens sont connues et par ailleurs bien puériles, celles animant Américains, Britanniques et Français demeurent fort obscures. Elles contredisent même toute la rhétorique de ces pays concernant la lutte contre le terrorisme et prouve par la même occasion la faillite totale des stratégies suivies jusque là en matière de politique étrangère. « Moi ou le déluge! » On y est.

Désormais, on se moque ouvertement de l’opinion du pauvre citoyen américain ou européen moyen. Lutte contre Al-Qaïda et Daech. Puis protection de ces derniers par tous les moyens possibles.

Qui sont les vraies terroristes en fin de compte?

16 Mai 2016

Silence médiatique : Le rappeur patriote Goldofaf agressé à Paris

Alors que tous les médias nous bassinaient avec « Black M », que les politiciens de gauche (Taubira, Cambadélis, Lang…) et le pseudo-philosophe mais vrai cosmopolite Bernard-Henri-Lévy pleurnichaient sur l’annulation du concert prévu à Verdun dans le cadre des commémorations du centenaire de la guerre de 14-18 et criaient au retour d’un « fascisme » fantasmé, un rappeur se faisant appeler « Goldofaf » (mélange de Goldorak et de faf) a été brutalement agressé le 13 mai au soir à la terrasse d’un café du XVème arrondissement de Paris par des individus armés de marteaux et de matraques qui l’ont abandonné couvert de sang.

http://www.contre-info.com/le-chanteur-goldofaf-agresse-a-coups-de-marteau-par-5-antifas

Quelle différence y a –t- il entre « Black M » et « Goldofaf » ?

Il existe une opposition fondamentale entre ces deux individus, l’un crache sur la France et les « kouffars », a été adoubé et largement promu par le système médiatique. Moins populaire, le second se pose en défenseur inconditionnel de la France et de la tradition catholique. Tandis que « Black M » est accueilli à bras ouverts partout et peut donner des concerts où il le souhaite (après l’épisode de Verdun, peut-être que les choses vont légèrement changer mais j’en doute), les rappeurs patriotes tels « Goldofaf » ou « Kroc Blanc » ne peuvent pas se produire sur scène, excepté dans des événements privés dont l’adresse sera bien entendu divulguée au dernier moment afin d’éviter que des nervis d’ultra-gauche viennent jouer les trouble-fêtes aux cris de « No pàsaran », « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté ».

On a parfaitement le droit de ne pas aimer du tout le rap, de ne pas être de foi catholique et contre-révolutionnaire comme « Goldofaf ». Cependant ce rappeur, et il en va de même pour les autres chanteurs de la mouvance, dérange l’oligarchie. L’agression dont il a été la cible est inacceptable (si « Black M » avait été passé à tabac, j’aurais également condamné l’acte mais toutes les chaînes de télévision en auraient parlé accusant certainement au passage l’intolérance des « fachos ». Là, c’est le silence médiatique. Et comme dit le dicton, qui ne dit mot consent.) C’en est assez de l’impunité de l’ultra-gauche, de ces groupuscules sectaires qui se comportent en véritables milices et manipulent des jeunes désœuvrés qu’ils poussent ensuite à lutter contre une menace imaginaire. Un embrigadement qui se fait en ce moment, y compris dans les lycées, sur fond de lutte contre la loi El Khomri. Bien que je ne me fasse guère d’illusions, je prie les autorités de réagir pour retrouver les responsables au plus vite et souhaite bon rétablissement à cet artiste engagé à contre-courant de l’idéologie dominante.

La reprise devenue célèbre de « Gravé dans la roche » du groupe anti-français Sniper, que Goldofaf avait réalisée il y a quelques années et qui lui a permis de gagner en notoriété. (A voir dans les vidéos)

14 Mai 2016

Décret sur mesure pour un proche de Hollande

L’annonce tient en trois lignes dans le compte-rendu du conseil des ministres de ce mercredi 11 mai. Le patron de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), Bernard Bajolet, est prolongé à son poste « dans la limite d’une année, à compter du 21 mai 2016″. Il est donc certain de rester aux commandes des services de renseignements extérieurs jusqu’à la présidentielle de 2017… alors qu’il était atteint par la limite d’âge.

Bernard Bajolet, ambassadeur de son état, Les deux hommes se connaissent depuis bien longtemps. (…)

Le problème, c’est que Bernard Bajolet allait atteindre le 21 mai prochain, jour de ses 67 ans, la dernière limite d’âge possible pour les fonctionnaires civils de l’Etat. Qu’à cela ne tienne ! Comme le relevait  dès le mois de janvier, le gouvernement s’est débrouillé pour retarder son départ à la retraite.

Il a pour cela glissé dans le projet de loi Lebranchu sur la déontologie de la fonction publique un amendement prévoyant que « les fonctionnaires occupant un des emplois supérieurs participant directement à la défense des intérêts fondamentaux de la nation et figurant sur une liste fixée par décret en Conseil d’Etat » peuvent être prolongés « d’une année supplémentaire ». La loi comportant  a été promulguée le 20 avril dernier, juste à temps ! Il ne restait plus qu’à prendre, en mentionnant le patron de la DGSE dans la liste des fonctionnaires autorisés à bénéficier de cette mesure spéciale – ce qui a été fait le 6 mai dernier – et le tour était joué.

Source

11 Mai 2016

Commémorer Verdun avec des rappeurs : ils iront cracher sur nos tombes

Les Augustin, Albert, Lucien et autres Ferdinand doivent se retourner dans leurs tombes, eux qui étaient la lignée de la France d’hier, de la France éternelle, une lignée longue comme la nuit des temps.

Alpha, Lefa et Abou, rappeurs de leur état, incarnent la France d’aujourd’hui, ce sont donc eux qui ont été désignés pour venir festoyer sur leur souvenir et leurs ossements le 29 mai prochain, afin de commémorer une guerre particulièrement sanglante.

Hollande s’est montré désireux d’inviter le rappeur Black M, un « artiste populaire », en espérant acheter ainsi l’apaisement et surtout les voix des cités. On s’en doute, la symbolique de la commémoration de la bataille de Verdun ne signifie absolument rien pour un homme qui méprise les sans-dents. Alors tous ces tués, la belle affaire ! L’important, n’est-ce pas, c’est qu’on s’amuse.

Avec ce spectacle au goût douteux, ce sont des centaines de milliers de tombes et de dépouilles que l’on profane, ce sont les morts et tous leurs descendants que l’on insulte.

Capture d ecran 2016 05 10 a 15 24 52

Alpha Diallo, connu sous le nom de Black M, M pour Mesrimes en hommage au tueur Jacques Mesrine, a fait partie du groupe Sexion d’Assaut, un nom qui trouve son origine dans la fameuse Section d’Assaut des nazis. Dans le genre artiste de bon goût, on a fait mieux…

En quoi Black M est-il légitime à célébrer nos Poilus, lui qui est originaire de Guinée ?

Les membres de ce groupe s’étaient déclarés ouvertement « homophobes à cent pour cent », avant de rétropédaler face à l’indignation générale. Dans l’une de leurs chansons on pouvait entendre : «Je crois qu’il est grand temps que les pédés périssent. Coupe-leur le pénis, laisse-les morts, retrouvés sur le périphérique»… Des rappeurs peuvent sans problème déclarer vouloir tuer des blancs, il n’y aura aucun recadrage, mais gare à eux s’ils visent des minorités.

« On s’est dit qu’il était mieux de ne plus trop en parler parce que ça pouvait nous porter préjudice ». Oui, la carrière tout de même, ça vaut bien quelques petites concessions oratoires. « Pareil pour les autres religions, on ne les attaque pas parce qu’on respecte quand même un minimum les autres et qu’on ne peut pas les forcer à être dans le vrai et musulmans comme nous », avaient-ils ajouté.

Black M promet que pour cette commémoration, il fera un concert où « on va s’amuser », ajoutant que « si le public est chaud, on donnera tout » !

S’amuser… 

A quand un concert de Rammstein à la Mecque pour commémorer la mort de Mahomet en s’amusant sur sa tombe ? En quoi cela serait-il plus choquant ?

Voilà donc ce qui est censé rendre hommage à nos malheureux arrière-grands-pères. Voilà donc toute l’obscénité d’un spectacle offert (donc payé par les contribuables) par les mondialistes fous de l’UE, Merkel et Hollande, avec la complicité lamentable du secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants, Jean-Marc Todeschini, pour qui la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun qui a vu la mort effroyable de centaines de milliers de jeunes hommes serait un « événement populaire », en somme une sorte de franche poilade.

Avec un peu de chance, qui sait, on pourra peut-être même s’y approvisionner en cannabis. Je suggèrerais aussi une partouze géante parce qu’une fête populaire sans partouze c’est un peu comme un manège sans électricité.

En permettant un si monstrueux affront, Hollande et Merkel démontrent leur volonté de nuisance et leur traîtrise à leur pays respectif. Le concept de Nation, de patrie, pour lequel des millions d’hommes se sont battus, est appelé de leurs vœux à disparaître. Tout doit être bradé, il faut mondialiser, métisser, anéantir les nations pour mieux les asservir, pour faciliter la surconsommation. Alors évoquer les Poilus, on s’en fout pas mal ! Ils sont le symbole de la France rance, de la France d’avant, celle qui se battait bravement pour ses libertés. Aujourd’hui place au Qatar, à l’Arabie Saoudite, à l’Algérie, à toute l’Afrique ! A bas les Poilus ! Vive le rap et la mondialisation effrenée, vive la langue anglo-saxonne et à mort les racines ! Au Roundup la France d’avant, déracinez-moi tout ça, les Poilus et les vivants !

Ce régime effarant n’a tellement plus rien à promettre de crédible et de sérieux qu’il ne lui reste plus qu’à proposer de l’amusement, des festivités décadentes de fin de civilisation.

Verdun a été un carnage où, tout comme, non loin de là à Vauquois, s’est perpétré une véritable boucherie dont il subsiste encore cent ans après des trous d’obus tels que les malheureux touchés ont fini en purée.

J’avais ramassé un jour une poignée de terre à Vauquois, un peu de cette terre de France qui a gardé la mémoire des combats, cette terre de France où tant de nos braves Poilus sont tombés, où mon arrière-grand-père s’est fait trouer le bide pour avoir défendu son pays de l’envahisseur allemand, avant que ses propres descendants ne subissent, dans la ville même où il vivait, des hordes parlant des dialectes inconnus.

Voici une lettre adressée à sa femme par un blessé de Verdun, Charles Guinant, le 18 mars 1916. On jugera à sa lecture de l’incommensurable insulte qui lui est faite par cette abjecte « commémoration » :

« Ma chérie,

Je t’écris pour te dire que je ne reviendrai pas de la guerre. S’il te plaît, ne pleure pas, sois forte. Le dernier assaut m’a coûté mon pied gauche et ma blessure s’est infectée. Les médecins disent qu’il ne me reste que quelques jours à vivre. Quand cette lettre te parviendra, je serai peut-être déjà mort. Je vais te raconter comment j’ai été blessé.
Il y a trois jours, nos généraux nous ont ordonné d’attaquer. Ce fut une boucherie absolument inutile.

Au début, nous étions vingt mille. Après avoir passé les barbelés, nous n’étions plus que quinze mille environ. C’est à ce moment-là que je fus touché. Un obus tomba pas très loin de moi et un morceau m’arracha le pied gauche. Je perdis connaissance et je ne me réveillai qu’un jour plus tard, dans une tente d’infirmerie. Plus tard, j’appris que parmi les vingt mille soldats qui étaient partis à l’assaut, seuls cinq mille avaient pu survivre grâce à un repli demandé par le Général Pétain.

Dans ta dernière lettre, tu m’as dit que tu étais enceinte depuis ma permission d’il y a deux mois. Quand notre enfant naîtra, tu lui diras que son père est mort en héros pour la France. Et surtout, fais en sorte à ce qu’il n’aille jamais dans l’armée pour qu’il ne meure pas bêtement comme moi.
Je t’aime, j’espère qu’on se reverra dans un autre monde, je te remercie pour tous les merveilleux moments que tu m’as fait passer, je t’aimerai toujours.

Adieu »

Caroline Alamachère

Courriel adressé à la ville de Verdun :

07 Mai 2016

Michèle Tribalat : « White flight » ou la fuite des Blancs hors de Londres (Rediff)

600 000, c’est le nombre de Londoniens blancs qui ont quitté leur ville entre 2001 et 2011. Ce que les Britanniques appellent le « White Flight » est d’autant plus inquiétant qu’il est le signe d’une séparation ethnique profonde. Plus de la moitié des minorités ethniques vivent dans des quartiers comptant moins de 50% de Blancs, selon une étude pour Demos.

L’exploitation des résultats du recensement de population de 2011 au Royaume-Uni continue de livrer ses secrets. Contrairement à la France qui a opté pour une série d’enquêtes annuelles en remplacement des recensements traditionnels, le Royaume-Uni procède à un recensement exhaustif tous les dix ans. C’est toujours l’occasion de publications nombreuses dans les années qui suivent sur l’évolution démographique du pays.

En février dernier, les données publiées sur l’effacement de la présence des Britanniques blancs dans la capitale avait déjà fait la une des journaux. C’est à nouveau le cas avec les résultats d’une étude, apparemment non encore publiée, sur les migrations internes des blancs et sur les concentrations ethniques locales. On parle à nouveau du White Flight pour désigner ces Londoniens qui quittent la capitale. Entre 2001 et 2011 le nombre de Britanniques blancs y a baissé de plus de 600 000, alors même que le nombre de Londoniens s’est accru d’un million. Le nombre des premiers a baissé de 14 % quand le nombre des autres Londoniens augmentait de 56 %. La proportion de Britanniques blancs a ainsi perdu 13 points en dix ans (45 % en 2011 contre 58 % en 2001). La part des minorités s’est donc fortement accrue et pas seulement à Londres.

Eric Kaufmann, auteur de l’étude pour Demos, explique que l’afflux de nouveaux immigrants a très largement surpassé la diffusion des minorités ethniques dans des voisinages où les blancs étaient plus nombreux. On trouve donc à la fois plus de personnes appartenant aux minorités ethniques dans des lieux où tel n’était pas le cas autrefois et des concentrations ethniques accentuées dans les lieux où elles étaient déjà élevées. En 2011, 41 % des non blancs (britanniques et autres blancs compris) vivent dans des circonscriptions dans lesquelles moins de la moitié des habitants sont des blancs, contre 25 % en 2001.

La mobilité plus grande des blancs peut expliquer la mise en minorité des Britanniques blancs à Londres et l’augmentation des concentrations ethniques ailleurs. Il suffit que les logements libérés par des Britanniques blancs ne soient plus occupés par des Britanniques blancs, mais par des immigrants fraîchement arrivés ou des ménages d’enfants d’immigrés pour que la concentration en minorités ethniques s’accroisse mécaniquement. Une étude en Suède a montré que les concentrations ethniques se formaient plus en raison de l’évitement de la part des natifs que d’un départ accéléré de ces derniers.

Article paru en 2013

Atlantico

06 Mai 2016

Immigration : branle-bas de combat ! 

 

Le 4 mai, la Commission européenne présentait un plan qui signe la mort de l’Europe et des peuples qui la composent.

 

429

Le piège infernal de l’immigration-invasion est en passe de se refermer : le 4 mai, la Commission européenne présentait un plan qui signe, sans autre forme de procès, la mort de l’Europe et des peuples qui la composent.

Après l’assouplissement des règles pour l’obtention des visas turcs, celle proposée pour les visas kosovars, voici donc la taxation pour tout pays de l’Union européenne qui aurait l’outrecuidance de refuser son quota de migrants imposé : 250.000 euros par tête de pipe en guise d’une « contribution de solidarité » versée au pays qui, lui, acceptera les réfugiés à sa place ! Autant dire que d’est en ouest et du nord au sud, chaque pays européen se trouve devant un non-choix : continuer de se laisser envahir et à payer quitte à se ruiner, ou ne pas y souscrire et se ruiner. Mais, dans les deux cas, mourir s’avère la finalité.

Alors, l’Europe, dans sa grande mansuétude, peut bien préciser que « ce quota de répartition de référence théorique » prendra en compte la taille et le PIB de chacun des pays membres ainsi que ses efforts déjà fournis en accueil des demandeurs d’asile, elle fixe néanmoins un dépassement de 150 % des demandes d’asile par rapport au quota imposé avant de répartir le trop-plein d’un pays dans d’autres… Natifs comme assimilés sont à bout, la Commission (envers et contre tous) continue.

Qui, en toute honnêteté, devant cet envahissement-engloutissement programmé, peut encore croire aux arguments de « solidarité » et autre gestion de « crise migratoire » ? Les peuples européens, de moins en moins endormis, ne risquent-ils pas, cette fois, de se réveiller et de s’insurger ? Cela serait à même d’expliquer le financement, par la Commission, d’exercices d’entraînement menés par 600 membres parmi les diverses polices de l’Union européenne et des forces militaires « en vue de l’agitation sociale et même de guerre », le dernier ayant eu lieu en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, le 15 avril. C’est ce que rapporte le site Breitbart, le 29 de ce mois. Trois du même genre datent, d’ailleurs, de 2008.

En outre – fait pour le moins inquiétant et surprenant -, en 2014, on comptait dans ces exercices de préparation des forces spéciales du Kenya, du Cameroun, du Rwanda, de l’Ouganda et du Soudan. Le plus, cette année, est la présence de gendarmes… turcs et tunisiens. Le but de ces EUPST (European Union Police Services Training/Entraînement des services de police de l’Union européenne) est bien d’« augmenter les qualifications des policiers à se déployer en cas de situation de conflit », aussi bien qu’« en vue de situation de crise internationale ». La guerre, en effet. La devise du l’EUPST ? « Une langue, une procédure commune ». Un avant-goût d’un Ordre mondial, en quelque sorte…

En Angleterre aussi, c’est le branle-bas de combat. Le 15 avril dernier, dans des casernes abandonnées, des troupes de policiers et de militaires se sont préparées à leurs « futures missions », à savoir le « maintien de l’ordre de la communauté et répression des émeutes ». Et dans cette perspective parfaitement prévue, donc, un pays de l’Union européenne victime d’une attaque armée pourra demander de l’aide à ses voisins. Lesquels, de toute façon et compte tenu du traité de Lisbonne, seront obligés d’y répondre. Et dire que l’Europe devait nous apporter « la paix » !

« Nous allons vers une armée de l’Union européenne beaucoup plus rapidement que les gens ne le croient », déclarait le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, en octobre 2015. À comparer les traitements réservés aux réfugiés, qui ne semblent avoir que des droits, avec celui des autochtones qui n’auraient que des devoirs, la concomitance des décisions ci-dessus apparaît, disons… doublement préoccupante !

05 Mai 2016

Vous allez encore acheter des graines chez Vilmorin qui n’embauche pas ceux de « culture française » ?

Vilmorin3

Vilmorin recrute un cadre, pour un poste basé en France, en Maine et Loire, « avec une sensibilité interculturelle (sic !) et idéalement de culture non française« .

En droit français cela s’appelle de la discrimination

Non seulement la chose est scandaleuse en l’état mais, témoin de l’évolution des mentalités, elle est affichée clairement sur le site, comme s’ils étaient certains que cela ne poserait pas de problème…

Il apparaît que le futur recruté aura à gérer les équipes multiculturelles… Cela signifie-t-il que, à Vilmorin, en Maine et Loire notamment, on a recruté largement parmi la diversité et que l’on se retrouve, de ce fait, avec une équipe impossible à diriger, qui nécessiterait   une gestion du changement ? Qui faut-il gérer ? Les employés de culture française encore récalcitrants à la vision multiculturelle de Vilmorin et qu’il faudrait intégrer à un Vilmorin multiculturel ? Les employés de culture non française qu’il faudrait intégrer à la dite société ?

– Gestion du changement :
– Accompagner les projets d’entreprise : Analyses des impacts sur les populations concernées, favoriser l’adhésion au projet
– Proposer et mettre en œuvre le plan de changement (formation, communication et accompagnement des populations concernées),
– Mettre en place des indicateurs permettant de suivre l‘évolution du changement,
– Gestion de projets transverses RH

Communication interne :
– Définir et mettre en place le plan de communication interne,
– Assurer le bon déroulement du parcours d’intégration,

Quoi qu’il en soit, le remplacement de population c’est maintenant, avec une impudence incroyable. Vilmorin confirme, avec cette annonce, que la gestion de la diversité est problématique mais qu’ils ont décidé de la prendre en compte et de modifier une entreprise française afin qu’elle devienne la moins française possible.

Et avec impunité ?

On se souvient que la chanteuse Marie Laforêt avait été condamnée pour avoir mis une petite annonce spécifiant que, puisqu’elle avait un chien les candidats musulmans orthodoxes au poste de femme de ménage qu’elle proposait devaient s’abstenir.

C’était en 2012. En 2016, même  le gouvernement finance, avec nos sous, une campagne anti-discrimination, mais gageons que la discrimination à la sauce Vilmorin ne le dérange pas, au contraire…Source

02 Mai 2016

Propagande et manipulation: BFM utilise une photo d’antifa pour accuser le « FN »

BFMTV modifie son article et s’excuse :

[…] ERRATUM: Contrairement à ce qui a été annoncé dans un premier temps, les débordements décrits dans cet article se sont déroulés lors du rassemblement organisé ce dimanche matin par Jean-Marie Le Pen, et non pas lors de celui organisé par le Front national. Quant à l’illustration de l’article, présentant des manifestants aux prises avec les forces de l’ordre la semaine dernière, elle était inadaptée. Nous présentons nos excuses aux lecteurs qui ont pu se voir tromper par nos imprécisions.

Source


Premièrement: BFM prétend que le Fn a défilé. Faux:Le FN n’a pas défilé, seul jean-marie Le Pen qui n’est plus au FN a défilé.

Article de BFMTV

Deuxièmement: La photo utilisée pour illustrer l’article est un cliché de l’AFP sur lequel on voit des « antifa » attaquer les forces de l’ordre. Elle date du Jeudi 28 avril et a été prise place de la Nation après une manifestation contre la loi Travail.

1605012015440090

Il n’y a donc eu aucun débordement au défilé de jean-marie Le Pen, et encore moins à celui du Fn puisque celui-ci n’a jamais  eu lieu.

Encore une fois les média français tentent de manipuler l’opinion. Quand on voit ce niveau de propagande il est normal que nous soyons classé 45ème dans le classement mondial de Reporter Sans Frontière en matière de liberté de la presse. Prêt à tout ces journalistes pour conserver leurs avantages

28 Avril 2016

Vrais chiffres du chômage en mars 2016: 7 600 chômeurs de moins, mais 323 400 radiations

7 600 chômeurs de moins ce mois, mais aussi 9 200 radiés de + ce mois, même scénario qu'au mois d'aout donc ... (sans doute pire, vu qu'ils atténuent les coups de massues en lissant sur 3 mois les calculs)

 

 

6 486 100 privés d'emploi et travailleurs occasionnels officieux, toutes catégories confondues, + 4 030 000 environ d'invisibles qui n'entrent pas ou plus dans les statistiques officieuses ( chiffres détaillés bas de page ).

Total : + de 10,51 MILLIONS de chômeurs en France (fourchette basse), et autant de pauvres largement sous les seuils de pauvreté.

Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, moyenne mensuelle (basée sur 1 trimestre) de Mars 2016 :


- Défauts d'Actualisation (bugs informatiques + oublis + des découragés non indémnisés) : 225 800, 44 % des sorties des listes. (+ 9,3 % sur 1 an)

- Radiations Administratives (les punis) : 43 700, 8,5 % des sorties. (-2,2 % sur 1 an)

- Autres Cas (morts, suicidés, emprisonnés, expulsés etc) : 53 900 et 10,5 % des sorties. (+ 6,1 % sur 1 an)
 
soit 323 400 radiés des listes (63 % des sorties) ce mois (moyenne mensuelle sur 1 trimestre) pour autres motifs que :

- Stages parking : 49 200, 9,6 % des sorties. (+ 10,6 % sur 1 an)

- Arrêts maladie, maternité, départs en retraite : 39 600, 7,7 % des sorties. (+ 7 % sur un an)

- Reprises d'emploi déclarées : 100 600, ne représentent que 19,6 % des sorties des listesde pôle emploi. ( + 15,1 % sur 1 an )

 

Demandeurs d'emploi par catégories :

 
 
 
A : 3 531 000 -1,4 % ( + 0,5 % sur 1 an ).

B : 720 200 +2 % ( + 4,8 % sur 1 an ) travailleurs pauvres moins de 78 heures.
C : 1 209 900 + 3,2 % ( + 10 % sur 1 an ) travailleurs pauvres de + de 78 heures. 

D : 273 100 -0,4 % ( -2,1 % sur 1 an ) stages parking, occupationnels etc.
E : 424 200 +0,4 % ( +12,2 % sur 1 an ) contrats aidés etc.

TOTAL : 6 151 400 ( données corrigées ), hors DOM TOM, soit + 3,3 % sur 1 an, 7 600 chômeurs de moins, par rapport à Février

TOTAL, dom-tom compris : 6 486 100

Quelques chiffres qui parlent :

Chômage Longue durée (entre 2 et 3 ans) : + 3,8 % sur 1 an.
Chômage Très Longue Durée + de 3 ans : + 12,7 % sur 1 an.

Chômage des 50 ans et +, + 7,7 % sur 1 an.

1 chomeur inscrit à pôle emploi sur 2 (49,59 %) ne perçoit AUCUNE INDEMNITE, ni ARE (allocation retour à l'emploi), ni allocation de solidarité (ASS, AER)

Offres d'emploi disponibles, dernier chiffre connu : 663 127, environ 150 000 collectées via pole emploi, les autres via des "partenaires" privés, certaines pouvant apparaitre 7 fois, d'autres sont fictives et/ou mensongères (remplissages de candidatures de boites d'intérim, annonces faussement classées en CDI, etc).

26 Avril 2016

Toulouse : le halal gagne du terrain

La plus grande boucherie «halal» toulousaine sera inaugurée jeudi à Borderouge. Une belle consécration pour un marché en pleine expansion et qui ne s’adresse plus qu’aux seuls musulmans.

Le commerce, et en particulier les boucheries «halal», est en pleine expansion sur Toulouse et il n’y a pas que les quartiers populaires où la pression musulmane est prégnante pour l’alimenter. Que l’on se situe au Mirail, aux Izards, à Empalot ou tout simplement en centre-ville toulousain (rue Bayard par exemple), le consommateur se voit proposer de la viande et produits dérivés obéissant en amont à l’abattage rituel de rigueur. [...]

Borderouge, mais aussi le Mirail auparavant. À Bellefontaine [...] Et plus loin, sur les hauteurs de Basso-Cambo, c’est une géante boucherie halal qui accueille depuis peu les consommateurs à l’entrée de la galerie commerciale de l’hypermarché Géant Casino. [...]

Chez Zahir Oubouzar, on propose le fameux jambon ibérique halal «Balkis Gourmet» [...]

La Dépêche

24 avril 2016

Libéralisation du rail : le saccage de l’Union européenne continue

Imperturbablement, en dépit de ses échecs répétés et au mépris des oppositions démocratiques, l’Union européenne poursuit son travail de destruction de nos services publics.

C’est ainsi que le 19 avril, la Commission européenne et le Parlement européen ont conclu un accord sur le « quatrième paquet ferroviaire », qui achève de libéraliser le secteur du rail dans notre pays, ouvrant notamment à la concurrence le transport commercial des passagers.

Cette dernière mesure va inévitablement priver la SNCF de parts de marché sur ses lignes les plus rentables, affaiblir sa santé financière et donc mettre en péril ses autres activités.

C’est toute la logique du service public qui est ici cassée. Les lignes les moins rentables continueront de fermer, comme cela se produit déjà depuis des années, accélérant la désertification rurale et le délitement de notre cohésion territoriale.

Les échéances marquant la fin du service public français du rail approchent à grand pas, et il ne faut pas aller chercher plus loin l’origine des cars de Monsieur Macron. 2019 pour l’ouverture à la concurrence, 2023 pour l’obligation faite aux collectivités territoriales et à l’Etat de procéder à des appels d’offres européens pour les contrats de service public. En d’autres termes, il sera bientôt interdit de favoriser une entreprise nationale, donc la SNCF, pour des missions de service public.

Ce schéma destructeur pour notre modèle national nous est imposé par l’Union européenne, avec la complicité active du PS et des Républicains ex-UMP. La France et les Français n’y gagneront rien : ni emploi, ni baisse des prix, ni meilleure qualité du service, comme on l’a déjà constaté dans les autres grands secteurs libéralisés (énergie, transports maritimes).

Le service public français du rail doit être défendu et le monopole de la SNCF réaffirmé, mais il faut pour cela récupérer notre souveraineté nationale, ce que seuls nous proposons. Marine LE PEN

 

21 Avril 2016

Service d’ethnopsychiatrie de Milan : un migrant sur trois présente des troubles mentaux

Un rapport choc du service d’ethnopsychiatrie de l’hôpital Niguarda de Milan dévoile qu’au cours de ces dernières années, les cas de migrants présentant des troubles mentaux se sont multipliés de manière démesurée.

Ce rapport fait peur, non seulement par le grand nombre de malades, mais également par le manque de moyens de l’hôpital pour les soigner.

D’où le risque concret de retrouver dans les rues du pays d’autres fous comme Adam Mada Kabobo, le Ghanéen qui le 11 mai 2013 se saisit d’une pioche et tua trois personnes.

Pour le responsable du service d’ethnopsychiatrie de l’hôpital – le professeur Bassi, – l’état d’urgence ne fait aucun doute.

D’après l’enquête menée par le quotidien « Libero », 250 migrants ayant des problèmes mentaux sont actuellement hospitalisés à Niguarda : 176 hommes et 74 femmes.

Parmi ces patients, 119 débarquèrent en Italie l’année dernière. Aucun de ces migrants n’a encore obtenu le permis de séjour. C’est la Préfecture de la ville elle-même qui a signalé leurs cas à l’hôpital. Seuls quelques malades ont été transférés du centre d’accueil, où ils sont hébergés. Ce chiffre de 250 est néanmoins à prendre avec des pincettes, car il représente la capacité d’accueil maximum de l’hôpital, explique le professeur Bassi, autrement ils seraient beaucoup plus nombreux…

Au moins un migrant sur trois souffre de troubles psychiques

Selon une étude menée par la société italienne de psychiatrie, au moins un migrant sur trois souffre de troubles psychiques.

⇒ 17% de la population des hôpitaux psychiatriques judiciaires est composée de migrants.

Le problème n’est pas seulement lié aux arrivées incessantes. Ce qui préoccupe le plus, c’est le manque de moyens pour les soigner. Plus les débarquements augmentent, plus les migrants avec des problèmes mentaux sont laissés à eux-mêmes.

Et le flux n’est pas prêt de s’arrêter.

Après la Libye et la Turquie, le pays des Pharaons pourrait devenir le point de départ de nouvelles vagues massives de migrants africains vers l’Italie. Sur internet, les passeurs multiplient déjà les « offres de voyage » vers l’Italie au départ de l’Egypte, à partir de 4.000 Euros/personne.

« Une fois démis du service spécialisé de l’hôpital, que deviennent-ils ? » se demande Mario Giordano, à la fin de son enquête pour le journal Libero. Qui les suit ?

Réponse effrayante, qui donne froid dans le dos :

« dans la plupart des cas, les patients se présentent à la première consultation, puis ils disparaissent dans le néant, pour réapparaître dans les pages des faits divers sanglants. »

L’enrichissement de l’Europe par des populations venues d’ailleurs ne finit pas de m’émerveiller.

 Rosaly pour Dreuz.

19 Avril 2016

RECASAGE DES SYNDICALISTES : FRANÇOIS CHÉRÈQUE NOMMÉ HAUT-COMMISSAIRE À L’ENGAGEMENT CIVIQUE

Hollande vient de nommer François Chérèque, l'ancien leader de la CFDT, au poste de haut-commissaire à l’engagement civique, spécialement créé pour lui. Décret daté du 14 avril 2016 et paru aujourd'hui au Journal officiel.

L’OPA des syndicats sur la République continue : ils ont commencé par prendre l’argent (public), maintenant, ils prennent les postes. Vous avez aimé Thierry Lepaon, ex-patron de la CGT, nommé à l’Agence de la langue française pour la cohésion sociale ? Vous allez adorer François Chérèque, ancien leader de la CFDT, nommé par le gouvernement haut-commissaire à l’engagement civique…

Comme Lepaon, Chérèque a trouvé chaussure à son pied grâce à Hollande et Valls. Le gouvernement monte une nouvelle agence de toutes pièces pour lui avec le Haut-Commissariat à l’engagement civique, dont la création a été annoncée mercredi en conseil des ministres. Eh oui, encore un machin bureaucratique qui va nous coûter bonbon…

Chérèque avait déjà été bombardé à un poste de 1ere classe par François Hollande qui l’avait intronisé inspecteur général des affaires sociales en janvier 2013. Devenu haut fonctionnaire, l’ancien éducateur spécialisé en pédo-psychiatrie touchait à l’IGAS 7 257,55 euros net par mois (primes et indemnités incluses), selon Le Point. Il avait été chargé par Jean-Marc Ayrault, Premier ministre à l’époque, de superviser le plan quinquennal de lutte contre la pauvreté.

Depuis lors, il avait été placé à la tête de l’Agence du Service Civique (poste qu’il conserve en plus du Haut-Commissariat à l’engagement civique), où son prédécesseur le haut fonctionnaire Martin Hirsch (la figure-même du technocrate qui a la dépense publique ancrée dans ses gènes) était, selon LCI, rémunéré 9 200 euros net par mois. Merci les contribuables…

Jean-Baptiste Leon

Décret du 14 avril 2016 paru aujourd’hui au Journal officiel.

RECASAGE DES SYNDICALISTES : FRANÇOIS CHÉRÈQUE NOMMÉ HAUT-COMMISSAIRE À L’ENGAGEMENT CIVIQUE

Le 15 avril 2016

JORF n°0089 du 15 avril 2016

Texte n°58

Décret du 14 avril 2016 portant nomination d’un haut-commissaire – M. CHEREQUE (François)

NOR: PRMX1609994D

Le Président de la République,

Sur le rapport du Premier ministre,

Vu la Constitution, notamment son article 13 ;

Vu la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires ;

Vu la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l’Etat ;

Vu le décret n° 85-779 du 24 juillet 1985 portant application de l’article 25 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 fixant les emplois supérieurs pour lesquels la nomination est laissée à la décision du Gouvernement ;

Vu le décret n° 2016-433 du 11 avril 2016 portant création du haut-commissaire à l’engagement civique ;

Le conseil des ministres entendu,

Décrète :

Article 1

François Chérèque est nommé haut-commissaire à l’engagement civique.

Article 2

Le Premier ministre est responsable de l’application du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 14 avril 2016.

François Hollande

Par le Président de la République :

Le Premier ministre,

Manuel Valls

source Contribuables associés

16 Avril 2016

Deux chauffeurs du Parlement européen avaient du matériel de propagande de Daesh

Deux chauffeurs du Parlement européen avaient en leur possession du matériel de propagande de Daesh, indique samedi le magazine allemand Der Spiegel. Les intéressés ont été licenciés. Le Parlement européen n’a pas souhaité réagir dans l’immédiat.

Les faits concernent à la fois les villes de Bruxelles et Strasbourg, souligne encore Der Spiegel.

La police a ouvert une enquête. Le moment précis de la découverte du matériel de propagande n’est pas connu. Le service de transport des députés européens fait l’objet de discussions depuis quelques temps, surtout après qu’il est apparu que l’un des auteurs des attentats à Bruxelles avait travaillé pour le Parlement européen.

Le Soir

15 Avril 2016

Caf : comment la diversité rend le travail des agents impossible…

La Caf a publié une étude commandée en 2015, La Production d’incivilité et de civilité dans les espaces d’accueil de la branche Famille. Parmi ses préconisations : plus de diversité chez les agents. Pendant 16 jours, ses auteurs ont mené une enquête de terrain dans deux Caf, l’une en région parisienne, l’autre en province. Ils ont observé et interrogé les agents, les cadres et les allocataires. Extraits :

« Plusieurs agents et cadres évoquent l’importance de la mixité du personnel affecté à l’accueil, que ce soit sur le plan du sexe ou sur celui des origines. Le face-à-face avec l’usager demeure, même pour les agents qui « aiment l’accueil », une activité gourmande en énergie, en patience, génératrice de tension. Elle ne peut être exercée de façon continue, ni trop fréquente, tant dans la journée ou la semaine qu’au niveau de la carrière (« pas pendant 20 ans… ! »

Les Caf reçoivent des allocataires d’origines, de langues et de cultures très variées, dont la plupart des agents ne connaissent pas les codes sociaux. Ainsi, outre les simples incompréhensions directement liées à la langue ou l’illettrisme, des actes naturels pour les uns peuvent être perçus comme des agressions par les autres (agents ou allocataires) : parler fort, tutoyer, s’adresser à une femme en présence de son mari…

(…) Le manque de considération réciproque se manifeste en général verbalement, par l’emploi d’expressions méprisantes, voire injurieuses (allocataires), mais aussi par la posture condescendante ou indifférente des agents (répétition mécanique de l’explication de la situation, évitement du regard de l’allocataire et fixation de l’écran…):

« T’es qu’une femme, je te parlerai pas. Je veux voir un responsable. » (Allocataire, Caf Indigo)
« Ici, les allocataires, c’est un dû : on est là pour leur donner de l’argent. Mais souvent je leur dis : « On n’est pas un distributeur de billets à la Caf ! » » (Agent, Caf Vermillon). »

Extrait des conclusions :

« L’extrême diversité des publics des Caf exclut la standardisation des pratiques. Elle exige au contraire que chaque Caf se dote de règles et d’outils permettant de prendre en compte la diversité à laquelle elle est confrontée.

Suggestions :

- Accompagner aux machines ; expliquer les fonctionnements ; modes d’emploi en vidéo / icônes.
- Donner au premier accueil des fiches mode d’emploi sur le fonctionnement de l’accueil et des machines dans la langue d’origine de l’allocataire.
- A l’embauche des agents, chercher à diversifier les langues parlées et les origines culturelles.
- Dans la formation des agents, offrir des cursus de sensibilisation aux codes sociaux des ethnies majoritaires dans chaque Caf. »

Le rapport complet

12 Avril 2016

Le Japon continue de limiter l’immigration : « Nous ne voulons pas nous retrouver dans la situation de la France »

Historique : le nombre de travailleurs étrangers au Japon franchira la barre du million d’individus cette année, a calculé le gouvernement. Depuis 2009 cette population a crû de 49%. Une poussée exponentielle, visible surtout dans le grand Tokyo, où est concentrée 30% de la main d’œuvre étrangère: il suffit de pousser les portes d’un konbini, une des épiceries de proximité qui quadrillent le pays, pour se retrouver devant des caissiers généralement chinois.

Serait-ce le signe d’une tolérance nouvelle du Japon à l’immigration ? Pas encore. A tous égards, l’Archipel demeure extraordinairement strict et circonspect sur la question. Le Premier ministre ne manque jamais une occasion de rappeler que la troisième économie du monde n’a pas de politique d’immigration, à la grande joie de l’opinion publique et des syndicats nippons, qui n’ont jamais été bercés par l’ »Internationale » quand on leur parlait d’ouvriers étrangers. Même si le nombre des étrangers augmente, il est au même niveau qu’en 2008, avant le terrible choc Lehman et la catastrophe de Fukushima, qui ont provoqué énormément de retours aux pays.

Les critères d’obtention de visas professionnels demeurent drastiques.

« Le problème d’accepter des étrangers est qu’ils risquent d’acquérir la nationalité japonaise. Nous ne voulons pas nous retrouver dans la situation de la France », déclare crûment Akira Morita, directeur général de l’institut national de la population IPSS avant d’opposer des arguments définitifs à une ouverture du pays  « le Japon n’est de toute façon pas attirant pour les travailleurs immigrés. Ils peuvent aller partout sur la planète, où ils seront mieux payés qu’au Japon. Et leur propre pays leur offrira bientôt le même salaire que le nôtre ». [...]

Challenges Merci à Stormisbrewing

11 Avril 2016

Suède : le finnois, seconde langue la plus parlée depuis 1000 ans, dépassé par… l’arabe

L’arabe est en train de devenir la seconde langue la plus parlée de Suède, devant le finnois, qui était la langue la plus parlée après le suédois, et ce depuis plus de 1 000 ans.

C’est bien entendu le résultat de la politique de porte ouverte aux arabo-musulmans et africains, explique une étude très sérieuse comme s’il fallait sortir de l’ENA pour le comprendre.

Le finnois qui est en train d’être délogé à pourtant des racines profondément ancrées dans l’histoire du pays.

Il y a 560 ans, la Finlande faisait partie du royaume de Suède. En 1809, la Suède offrait la Finlande à la Russie dans le cadre des accords de paix qui mettaient fin à la guerre de Finlande, mais 150 ans plus tard, un grand nombre de migrants finlandais continuent d’immigrer en Suède, et en 2012, à peu près 200 000 personnes possédaient le finnois comme première langue.

D’ailleurs le suédois est l’une des deux langues officielle de la Finlande.

Tout comme il faut trente ans pour faire pousser un arbre, et 10 minutes pour le couper, l’arabe sera la seconde langue la plus parlée de Suède d’ici 5 ans.

« La plupart des personnes qui parlent le finnois sont des migrants. Mais ils sont arrivés il y a plusieurs décades » explique le professeur Mikael Parkvall à Sveriges Radio, un linguiste de l’université de Stockholm trop intelligent pour comprendre que les migrants d’Afrique, avec l’islam pour seule référence culturelle et religieuse, sont aussi compatibles avec les Suédois que l’huile avec le vinaigre : au bout d’un moment, les deux se séparent.

En 2012 Suède, plus de 155 000 personne parlaient l’arabe comme première langue – voire comme seule langue – un nombre qui était voué à croitre de façon exponentielle.

Rien qu’en 2015, la Suède a accueilli 165 000 migrants et réfugiés, essentiellement musulmans – sur un population totale de moins de 10 millions.

Cependant, les autorités ont refusé de recenser formellement la langue maternelle des résidents, car cela permettrait de révéler le nombre exact de migrants.

Pour ne pas voir la fièvre, cassez le thermomètre est toujours la perversion humaine la plus répandue.

 Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.

10 Avril 2016

Avignon (84) : Des quartiers entiers sous la coupe d’islamistes radicaux ? C'est pour quand à Argentan ?

 

Pendant la prière à la mosquée Assunnah, carrefour des prédicateurs les plus extrêmes.

Dans sa dernière livraison, jeudi dernier, et avant la mise en ligne d’une vidéo de l’école coranique installée dans le quartier, Paris-Match remet une couche sur cette « banlieue provençale où la charia apparaît déjà« . De quoi immédiatement relancer la polémique.

Pointer le nez à la Reine-Jeanne est une mauvaise idée quand on a publié une enquête révélant que, vu de ce quartier, Avignon mériterait de s’appeler « république des salafistes » plutôt que cité des Papes…
Depuis la parution de mon enquête dans Paris Match, j’ai eu droit à toutes les insultes : « Impie… Traître… Mécréant… » J’ai fait l’objet d’un prêche qui a appelé les musulmans à me maudire. Ma photo galope d’un site Internet islamiste à l’autre. C’est l’ensemble des imams d’Avignon qui me voue à l’enfer.

Mais je viens voir si des mesures ont été prises pour freiner la montée des « émirs » et autres « émirs en chef », qualifiés pour prendre en main petits voyous et gamins perdus. Notre document avait fait réagir les autorités locales, la préfecture avait diligenté une enquête… Sur les trottoirs, pourtant, ce sont toujours les mêmes hommes en pantalon à larges pans, les femmes voilées et même de toutes petites filles drapées dans le linceul islamique.

J’ai maintenant rendez-vous dans l’Avignon du Festival, celui de la place de l’Horloge et du palais des Papes, avec une personne qui peut m’éclairer sur le rôle de ces imams face au radicalisme. « Ici, dans un rayon de 3 kilomètres, il y a dix mosquées. Deux turques, une algérienne, plutôt “light”, et sept salafistes où exercent des imams formés pour la plupart au Maroc, là où la pensée wahhabite [version moderne du salafisme] fait des ravages. »

La mosquée El-Boukhari, par exemple, celle qui « a abrité le tribunal islamique » de mon interlocuteur. Tous les hommes politiques locaux en ont foulé le sol, même le ministre Cazeneuve. Le président de la mosquée, Bellaghzari, sera bientôt décoré de la Légion d’honneur ! Et la maire d’Avignon, Cécile Helle, travaille en fusion avec l’imam El-Mahdi Krabch, sur lequel elle ne tarit pas d’éloges : « Homme tolérant […] qui respecte nos valeurs et les lois de la République », mais qui préside un tribunal islamique ! Connaissent-ils Mustapha Abou Oumama, le fondamentaliste parisien qui veut voiler les Françaises, comme il le clamait en 2014 pendant une rencontre ­organisée par l’association de la Croix des Oiseaux, Etude et partage ? Oumama était alors accompagné par un imam belgo-marocain, Ilyass Azaouaj. Lui a fini par rejoindre Daech, il est mort en Syrie. C’était quelques mois seulement après son passage à Avignon. Complaisance politique ou simple ignorance ? Mme la maire n’a pas daigné répondre à notre demande d’interview. Au château de Saint-Chamand, une salle municipale est prêtée à une école d’enseignement de l’islam et de l’arabe.

Related Posts

09 Avril 2016

Les Français du clip « En Marche » de Macron… sont en fait quasiment tous des étrangers, il nous prend pour des c...

http://www.fdesouche.com/718033-les-francais-du-clip-en-marche-de-macron-sont-en-fait-quasiment-tous-des-etrangers

07 Avril 2016

Et si Mme Rossignol allait siffler là-haut sur la colline ? Dans notre société orwellienne, l’Etat s’arroge le pouvoir exorbitant d’élever nos enfants à notre place.

Comme toujours préoccupé par les soucis quotidiens des Français, le gouvernement vient une fois encore de lancer une action utile, urgente et peu coûteuse à destination des parents. Présenté par Laurence Rossignol, ministre « des » Familles (sic), de l’Enfance et des Droits des femmes, le « Livret des parents » sera envoyé à tous les futurs parents entre le quatrième et le cinquième mois de grossesse à partir de la semaine prochaine. Selon Le Figaro Madame qui annonce la nouvelle entre deux douzaines de publicités pour des produits de maquillage, cet ouvrage « réalisé avec la CNAF et la Caisse de mutualité sociale agricole » a pour objet de « donner des repères éducatifs et pratiques aux parents avant la naissance d’un premier enfant ».

De mon temps, on avait le livre de Laurence Pernoud J’attends un enfant. Désormais – modernité oblige -, on a celui de Laurence Rossignol. Le titre a changé puisque la grossesse n’est plus obligatoire et que l’achat d’un enfant n’est plus considéré comme totalement intolérable. Il faut vivre avec son temps. Le livret en question remplace aussi le livret de paternité, institué par Ségolène Royal en 2001, la notion étant, par la grâce de la loi Taubira, fortement démonétisée.

Mais l’essentiel de ce texte fondamental pour les parents est ailleurs : on y apprend que la fessée n’a aucune vertu éducative. Elle pourrait même provoquer de graves troubles chez l’enfant. Et, à titre d’exemple, les auteurs expliquent doctement que le bébé « ne crie pas pour vous énerver » et que « se fâcher après un bébé qui pleure ne sert à rien ». Merci pour le rappel, et pour cette manière délicate de nous faire la leçon.

À vrai dire, je ne connais pas beaucoup de parents qui donnent des fessées à leurs bébés. Ou alors je les croise aux audiences correctionnelles. Mais les parents normaux, eux, savent que le bébé ne crie pas pour les énerver. Ils savent aussi qu’un enfant de deux ans qui se roule par terre dans un supermarché ne sera jamais traumatisé par une fessée courte, sèche et méritée qui lui rappellera, après tout, que ce n’est pas un comportement normal. De même qu’un enfant de six ans comprend très bien que jeter le chat par la fenêtre – il paraît que ces bêtes retombent toujours sur leurs pattes – mérite aussi quelques rougeurs cuisantes et postérieures, et qu’il n’en mourra pas. La leçon porte généralement ses fruits.

Mais dans notre société orwellienne, l’État s’arroge le pouvoir exorbitant d’élever nos enfants à notre place et de nous apprendre ce que nous devons faire. C’est finalement une conception assez fasciste : l’enfant appartient à l’État, pas à ses parents. Il paraît que ce livret vise à donner des « repères-clefs » aux parents : mais de toute éternité, les parents ont élevé leurs enfants sans le moindre besoin de conseils de l’État. C’est leur première responsabilité, leur rôle essentiel, difficile et combien important. Il est de la responsabilité de la société de protéger les enfants soumis à de vrais actes de maltraitance. Pas d’éduquer les parents à l’éducation.

Surtout quand, en même temps, le même gouvernement prive délibérément certains enfants de père ou de mère. Et si madame Rossignol partait siffler là-haut sur la colline et nous foutait la paix une fois pour toutes ?

06 Avril 2016

Juppé veut restreindre le droit du sol en Guyane et à Mayotte… Et ici ?  

 

Il semblerait que M. Juppé commence, au contact de ses électeurs et des Français, à se réveiller timidement. Mieux vaut tard que jamais.

Alain Juppé serait-il comme la tortue de la fable ou la bonne vieille Diesel de grand-père, lente au démarrage, mais serrant bien sa droite une fois lancée sur la bonne route ? Ou plus simplement sentirait-il (enfin !) d’où souffle le vent, en ce moment, dans une France sidérée par la guerre qui lui est aujourd’hui déclarée par des islamistes… français et par les divers degrés de rejets anti-français émanant de jeunes ou moins jeunes… Français ?

On savait la droite dite républicaine partagée, pour ne pas dire brouillonne et frileuse, sur les questions d’acquisition de la nationalité. Nicolas Sarkozy avait, comme souvent, bien imprudemment et péremptoirement fermé le débat en 2012 en déclarant : « Le droit du sol, c’est la France. » C’était faux, historiquement. Et c’était une erreur, vu la situation critique de la France sur les plans migratoire, communautariste et terroriste. Mais laissons M. Sarkozy à ses considérations stratégiques et à ses palinodies.

D’ailleurs, en juin 2015, Charlie étant passé par là, le président de LR avait proposé de rouvrir ce débat et, déjà, ses concurrents cherchaient à se démarquer de lui. François Fillon jugeant que « La France est depuis longtemps un pays acquis au droit du sol. » Xavier Bertrand, lui – mais c’était avant sa métamorphose des régionales -, plaidait pour un « droit de la volonté »… Quant à Alain Juppé, déjà, il jugeait que la question du droit du sol « n’était pas taboue ».

Hier, en déplacement à Cayenne, il a enfoncé le clou, pointant le cas des « personnes de pays voisins » venant « accoucher dans les maternités » de ces « territoires français », comme la Guyane et Mayotte.

Il semblerait que M. Juppé commence, au contact de ses électeurs et des Français, à se réveiller timidement. Mieux vaut tard que jamais. Et l’aggiornamento de la droite sur la question du droit du sol, si elle veut être crédible, devra être total, clair et unanimement partagé. Cela n’est évidemment pas le cas aujourd’hui. Et, sur ce sujet comme sur bien d’autres, l’électorat de droite sera intraitable avec les aménagements, les compromis, les abandons, les reculades.

Car il a bien vu que, dans l’affaire de la déchéance de nationalité qui constituait un angle pour rouvrir ce débat, il n’y a pas que François Hollande qui a fait preuve d’inconséquence. Une fois de plus, seul le Front national aura été cohérent… Or, il y avait là une occasion pour mettre à plat les chiffres et les abus liés au droit du sol et à la binationalité. La droite a préféré se contenter de moquer le Président, ses rires cachant mal son manque de convictions sur la question du droit du sol.

Si Alain Juppé et ses amis veulent faire autre chose que du Hollande (aucune conviction et beaucoup de reculades) à partir de 2017, il faut leur conseiller de lire la tribune du comité Plessis, dans Le Figaro – « Déchéance de nationalité : la double faute politique de la droite » -, d’en tirer un programme dès maintenant et de faire voter dès le printemps 2017 cette grande réforme d’acquisition de la nationalité.

Pour Alain Juppé et son camp, ce serait l’occasion, aussi, de sortir de trente ans d’atermoiements, de reniements et de trahison de leur électorat depuis la réforme avortée du Code de la nationalité en 1986, quand, déjà, Alain Juppé était ministre…

04 Avril 2016

Ville-La-Grand (74) : des parents radicalisés font plier l’école maternelle

Comment la radicalisation débute dès à l’école maternelle dans une commune de moins de 10000 habitants.


Sans-titre-1

Le Matin.ch Merci à Sallanchard

03 Avril 2016

Supprimez la directive sur les travailleurs détachés

Voilà le résultat d’une Union européenne devenu le parfait petit soldat du nivellement par le bas.

La semaine dernière était diffusée, sur France 2, l’émission « Cash Investigation ». Le documentaire pointait du doigt la fameuse directive sur les travailleurs détachés et les conséquences dramatiques qu’elle a pour l’emploi des Françaises et des Français.

En effet, alors même que nos TPE-PME, qui sont pourtant le socle de l’emploi en France, sont soumises à toujours plus de pression fiscale, elles doivent en outre faire face au dumping social ahurissant que représente cette directive. Rappelez-vous : qui dit travailleurs détachés dit entreprises payant les charges sociales dans leur pays d’origine, et donc un déficit de la Sécurité sociale qui se creuse.

Il faut bien comprendre qu’avec ce système, on marche sur la tête. Soit les entreprises délocalisent des emplois vers les pays émergents, soit elles relocalisent des salariés low cost pour faire baisser leurs coûts de production, soit elles créent des filiales dans les pays membres à bas salaires pour y affilier leurs salariés français.

N’oublions pas non plus que certaines entreprises ne respecteraient même pas la réglementation sur le salaire minimum et les horaires de travail. Il y a quelques mois, je publiais ici même un papier, suite à une révélation de « L’Œil du 20 heures » de France 2 intitulé « Directive “travailleurs détachés” : un peu de courage, chers dirigeants ! ». Papier dans lequel je reprenais les propos d’un salarié slovaque du sous-traitant d’une société d’événementiel travaillant sur le chantier de la COP21, qui déclarait alors qu’il ne touchait que « 70 euros pour des journées de 10 à 12 heures » de travail.

J’y évoquais les conséquences dramatiques de cette directive : premièrement une concurrence déloyale entre les entreprises, et deuxièmement une altération de la protection des travailleurs résidents comme détachés.

Voilà le résultat d’une Union européenne devenu le parfait petit soldat du nivellement par le bas.

Ce gouvernement doit avoir le courage de supprimer purement et simplement cette directive. Ah, bien sûr, l’on pourrait me rétorquer qu’il s’agit d’une directive européenne et que, par conséquent, les gouvernements nationaux se doivent de s’adapter à la nouvelle réglementation. Mais on a déjà vu le Conseil d’État suspendre la transposition d’une directive européenne sur l’étiquetage d’aliments pour l’élevage animal. Pourquoi, alors, ne pourrait-il pas suspendre l’application de la directive « travailleurs détachés » ?

30 Mars 2016

Daech a créé en Europe une "fabrique" de kamikazes dès 2014

Selon le New York Times, les djihadistes de Daesh qui commettent des attentats en Europe ne sont pas apparus du jour au lendemain. C'est depuis 2012 qu'ils préparaient des attaques.

C'est vers le début de l'année 2014 que le groupe terroriste Daech a mis en place une "fabrique" de terroristes-kamikazes en Europe. Quant au recrutement des djihadistes au sein des musulmans de l'UE, il date des années 2012-2013, écrit le New York Times, se référant à des "protocoles d'interrogatoires des suspects, des conversations téléphoniques, des courriels interceptés et des comptes rendus d'audiences" en Europe.

"C'est une véritable usine. Ils font tout pour attaquer la France ou un autre pays européen", indique la source, citant l'investigation faite sur Reda Hame, 29 ans. Reda et un autre combattant de Daech ont été interpellés dans la capitale française en août dernier, avant qu'ils ne commettent des attentats.

Reda Hame a suivi en une semaine un entraînement express. Son instructeur n'était autre que Abdelhamid Abaaoud, un des auteurs des attentats de Paris.

Actuellement, les officiels disent que l'on pouvait noter les indices de la formation en Europe d'une machine terroriste ciblée encore en 2014.

 

Roses are placed in bullet holes of the window of a Japanese restaurant along the Rue de Charonne in central east Paris, on November 15, 2015, two days after deadly attacks across the city
© AFP 2016 Kenzo Tridouillard
 
Toutefois, les autorités locales ont souvent minimisé l'importance d'un complot réussi pris à part, le qualifiant de cas isolé ou d'acte aléatoire. Quant au lien avec Daech, soit on ne s'en apercevait pas, soit on n'y accordait pas d'attention", souligne le journal.

 

 

Des soldats belges contrôlent les abords de l'aéroport de Bruxelles le 22 mars 2016
 
"Ceci n'est pas apparu soudainement au bout de six mois. Ils programmaient des attaques dans d'autres pays depuis le déplacement du groupe en Syrie en 2012, rapporte le quotidien se référant à Michael T. Flynn, lieutenant-général des renseignements américains à la retraite "Quoique le groupe ait entamé un recrutement actif des étrangers, avant tout des Européens, en 2012 et 2013, les hommes politiques européens et américains continuaient à le considérer (Daech) comme une aile mineure d'Al-Qaïda" qui se contentait d'envahir des territoires, écrit la source.

27 Mars 2016

Ils connaîtraient le nombre de chrétiens d’Orient mais pas celui de musulmans en France ?

Si quelqu’un pouvait faire une recherche et une capture d’un extrait du JT de TF1 du samedi 26 (le 20h) ça serait bien je crois.

En effet, dans un de leurs reportages, ils ont parlé de l’inauguration d’une église pour les Chrétiens d’Orient, dans le Val de Marne il me semble.

L’église, ils y célèbrent la messe en Chaldéen, elle semble s’intégrer pas mal à ce qui l’entoure, franchement, moi j’y vois pas de problème.

MAIS (c’est habituel chez moi)
ILS ONT ÉTÉ CAPABLES DE CITER LE NOMBRE DE CHRÉTIENS D’ORIENT VIVANT EN FRANCE ! (12 000 selon eux)

Alors je me pose la question, du comment ils ont pu faire puisque les statistiques religieuses sont interdites en France…

J’apprécierais vraiment si quelqu’un pouvait s’en charger car j’ai été choqué, certains des fidèles de cette église sont des réfugiés…
ssourtant ils parlent déjà mieux français que certaines racailles musulmanes qui sont nées ici, et eux sont reconnaissants envers la France, ils veulent y vivre en paix et ça se voit.

Mais eux on les compte ! De quel droit ?

Notre « gouvernement » a-t-il peur que ces gens deviennent trop nombreux et que leur Foi rappelle à certains Français de souche un trop gros pan de leurs racines ?

Je précise que même si je suis chrétien moi même, je ne cherche pas à faire du prosélytisme, ma Foi c’est entre Dieu et moi et je lui gueule assez souvent dessus et je n’ai fait baptiser AUCUNE de mes filles !

NON, c’est le procédé qui me révulse, le deux poids deux mesures, si une chaîne de télé possède le nombre de Chrétiens d’Orient …
Alors notre « gouvernement » possède forcément celui concernant le nombre de musulmans, et si une de ces informations est révélée …
L’autre doit l’être également !

Avis donc à meilleur que moi en informatique.

Note de Christine Tasin

25 Mars 2016

Le chômage repart à la hausse. Le détail par département de Normandie

Le chômage repart à la hausse, en Normandie. Après une très légère baisse de 0,2% en janvier 2016, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (sans activité) a grimpé de 1,5% sur le mois de février. Le détail des chiffres, publiés jeudi 24 mars 2016.

Forte hausse en Seine-Maritime

Le département de Seine-Maritime est le plus fortement touché en Normandie, avec une hausse de 2,3% du nombre de demandeurs d’emploi sans activité par rapport à janvier. Ils sont désormais 76 470 dans le département. Sur un an, leur nombre a augmenté de 6%.
Au total, il y a 117 800 demandeurs d’emploi inscrits, toutes catégories confondues, en Seine-Maritime.

L’Eure également très touchée

L’Eure aussi est également particulièrement touchée par cette hausse du chômage, puisqu’elle enregistre 1,8% de demandeurs d’emploi de catégorie A en plus en un mois, et 4,9% en plus sur un an. Le département compte donc 33 510 inscrits en catégorie A, pour 53 210 inscrits toutes catégories confondues.

Hausse plus légère dans l’Orne et le Calvados

L’Orne et le Calvados semblent plus épargnés que les autres départements de Normandie, enregistrant tous les deux une hausse de 0,6% du nombre de demandeurs d’emplois de catégorie A. Ils sont 13 530 dans l’Orne (pour 21 620 inscrits toutes catégories) et 36 490 dans le Calvados (pour 58 540 inscrits toutes catégories). Sur un an, l’Orne et le Calvados enregistrent respectivement une hausse de 2% et 5,4% du nombre de demandeurs d’emploi sans activité.

Légère augmentation dans la Manche

La Manche n’échappe pas non plus à la tendance. Elle enregistre une hausse de 0,8% d’inscrits en catégorie A, établissant leur nombre à 21 060. Le département a connu une augmentation de 4,4% du nombre de demandeurs sans activité sur un an, et compte 35 620 inscrits toutes catégories confondues.

La Normandie, durement touchée par le chômage

Avec cette nouvelle progression du nombre de demandeurs d’emploi, la Normandie s’inscrit une fois encore comme une des régions les plus touchées par le chômage. La région accuse en effet une hausse supérieure à la moyenne nationale, qui enregistre 1% de demandeurs d’emploi sans activité en février. Source

24 Mars 2016

Calais : Avec les migrants, l’hôpital a dû s’adapter, à cause des migrants

Saturé et infréquentable. Tel serait devenu l’hôpital de Calais, en raison de l’afflux de migrants. Ces messages très négatifs sont remontés via les médecins généralistes qui racontent que leurs patients ne veulent plus aller sur Calais, qui est pourtant un hôpital tout neuf

 Nous n’avons pas du tout de cas particulier d’épidémies, ni dû à la population migrante, ni dû aux Calaisiens. Nous n’avons pas non plus de germes très résistants, comme ceux qui commencent à poser problème dans certains hôpitaux de la région. » [...]

Les migrants  ne représentent pourtant que 4% des séjours à hôpital et ils ne sont pas prioritaires, c’est ce que réplique l’urgentiste Rémi Dumont, patron des médecins de l’hôpital. [...] Ces derniers mois, l’État a pris le relais des associations (Médecins du Monde et Médecins sans frontières), avec installation d’un dispensaire au centre Jules-Ferry. Cette permanence d’accès au soins (PAS) permet une centaine de consultations par jour.

Et l’hôpital s’apprête à ouvrir, sur place, un centre de soins de suite. 16 lits pour les migrants qui ne peuvent pas, comme les Calaisiens, repartir chez eux, après une hospitalisation. L’hôpital a reçu une subvention de 635.000 euros de l’État. Ben voyons, pendant ce temps, les  Français ne peuvent se soigner, faute d'argent.....

France Bleue

Merci à cathyB

20 Mars 2016

Université anglaise : femmes séparées des hommes par une cloison pour le dîner du syndicat

Segregation sexuelle

Evidemment ça se passe de commentaires !!! On appréciera tout particulièrement la réaction des femmes qui ne voient pas le problème… Comment d’ailleurs peut-on avoir un syndicat d’étudiants musulmans ??? Les Femen auraient dû aller faire une démonstration..........

Le syndicat des étudiants musulmans d’une grande université de Londres pratique la ségrégation sexuelle

Le syndicat des étudiants musulmans de la London School of Economics pratique la ségrégation des sexes lors de son dîner annuel, y compris pour l’achat de billets par téléphone. La présidente de l’association des étudiants de l’Université, qui se dit féministe, ne voit aucun problème avec cette pratique.

(Mail) – Le syndicat des étudiants musulmans d’une grande université fait face à des critiques pour avoir organisé un dîner de gala où les hommes et les femmes étaient séparés par une cloison installée au milieu de la salle.
Les étudiants musulmans de la London School of Economics (LSE) devaient acheter leurs billets séparément, selon qu’ils étaient un «frère» ou une «sœur».
Lors du dîner, qui a eu lieu dans une salle de banquet au centre de Londres, une grande cloison séparait les tables des hommes et des femmes et les empêchait même de se regarder.

Les billets pour l’événement, à Grand Connaught Rooms près de l’université à Holborn, ont tous été vendus après avoir été annoncés en ligne au prix de £ 20 par personne. Ils étaient vendus séparément aux hommes et aux femmes, avec deux numéros de téléphone différents pour les «frères» et les «soeurs».
Lors du dîner dimanche soir, chaque table était unisexe et une cloison de plus de 1,80 mètre de hauteur séparait les deux groupes de tables. Des photographies prises lors de l’événement et mises en ligne par le syndicat étudiant montrent uniquement le côté des hommes, avec les étudiants qui rient et sourient à la caméra. Un étudiant s’est même moqué de la ségrégation en postant une photo où on le voit regarder autour de la cloison avec la légende : «Le côté des frères vous dit Hello» – une allusion à la populaire chanson «Hello» de Adele.
Nona Buckley-Irvine, présidente de l’association des étudiants de l’Université, et qui se présente comme féministe, a participé au dîner et a insisté sur le fait que l’atmosphère était «confortable et détendue» malgré la ségrégation sexuelle.
«J’ai passé une soirée agréable et j’ai à peine remarqué la séparation entre les hommes et les femmes, a-t-elle dit au Mail. «L’événement a été organisé tant par les frères que les sœurs, et j’étais heureuse d’avoir l’occasion de dîner avec mes collègues et amis dans un environnement où l’on se sentait à l’aise et détendus».
Elle a ajouté: «Quand des groupes souhaitent s’organiser d’une manière conforme à leurs croyances religieuses, culturelles et personnelles, et que les deux sexes consentent et qu’il n’y a pas de souci, ça ne me pose aucun problème. Ce n’est pas à moi de décider ce qui est bien ou mal pour le syndicat des étudiants musulmans, qui est l’un des syndicats les plus inclusifs avec lesquels j’ai eu à travailler».
D’autres étudiants ont toutefois dénoncé la ségrégation, affirmant que cela «intimide» certains musulmans qui souhaitent célébrer leur foi sans une stricte ségrégation des sexes.
«Cela se passe ainsi depuis longtemps, a dit un étudiant de la LSE. Je ne pense pas que cette situation a été signalée à l’Université. Une amie m’a dit qu’elle se sent vraiment intimidée car elle ne croit pas à la ségrégation, elle a donc cessé de participer à ces événements».
Le syndicat des étudiants musulmans a déclaré dans un communiqué: «Notre dîner annuel a été vérifié et approuvé par tout le personnel requis au sein du syndicat.» (…)

La ségrégation lors de dîners pourrait être une violation de la politique de l’Université sur l’égalité des sexes, laquelle stipule que toute forme de ségrégation doit être «entièrement volontaire». (…)
L’Université a été critiquée ces dernières années pour des restrictions alléguées à la liberté d’expression de ses étudiants : l’association de rugby a été démantelée pour sexisme ; des tabloïds ont été interdits sur le campus ; et l’association des étudiants athées a été réprimandée pour des T-shirts montrant Jésus tenant la main de Mahomet.

Un porte-parole de la LSE a déclaré aujourd’hui : «Ce dîner était un événement privé, à l’extérieur du campus, organisé par un syndicat membre de l’association étudiante, laquelle est un organisme juridiquement distinct de la LSE. La LSE discute de cette question avec le syndicat et l’association étudiante.»
La société qui gère Grand Connaught Rooms a refusé de commenter.

Source : London School of Economics Islamic Society holds segregated dinner with a curtain across the room to separate male and female students, Mail, 15 mars 2016. Traduction Poste de veille

http://www.postedeveille.ca/2016/03/etudiants-musulmans-londres-segregation-sexuelle.html

19 Mars 2016

Quand l'exécutif socialiste prend l'eau de toute part

« Je ne veux être jugé que sur un seul objectif : est-ce que les jeunes vivront mieux en 2017 qu’en 2012 ? Je demande à être évalué sur ce seul engagement, sur cette vérité, sur cette seule promesse », avait claironné le candidat François Hollande avant d'accéder aux plus hautes responsabilités de l'État. Quatre (longues) années se sont déjà écoulées, et c'est un président aux abois, désavoué par les Français, contesté par ses propres ministres - ainsi, M. Mandon, secrétaire d'État à la Réforme de l'État, a jugé « indispensable » une primaire pour le PS et ses supplétifs ! -, n'ayant même plus de majorité solide et menaçant en permanence de recourir au 49.3, qui tente aujourd'hui désespérément de sauver la face. À défaut de s'efforcer de sauver la France... Reconnaissons–lui au moins qu'il se fixe des objectifs à sa mesure.

L'échec de l'exécutif socialiste est d'autant plus incontestable que François Hollande a promis à de multiples reprises qu'il parviendrait à « inverser la courbe du chômage » avant la fin de l'année dernière, allant jusqu'à ériger cet engagement en véritable totem de la réussite (espérée) de sa politique économique. Las, les tripatouillages statistiques n'y font rien : le chômage massif continue de frapper notre pays, des plus jeunes aux plus âgés. Et ce n'est pas en radiant des chômeurs, ni en revenant sur leur indemnisation, qu'on améliorera la situation ! Ce n'est pas non plus avec le projet de loi El-Khomri qui cumule fragilisation des salariés et oubli total des TPE et PME, entreprises à taille humaine qui sont pourtant les plus à même de créer de l'emploi durable.

Les dégâts causés par son action, et très souvent son inaction aussi, ne se limitent pas là. L’école, la famille, la justice, notre tradition d'une voix forte et indépendante en politique étrangère, rien n'aura été épargné ! Et à l'approche de 2017, seuls comptent désormais dans les choix qu'il fait (repensons à la composition du gouvernement) les petits équilibres et les petites tensions de sa famille politique décomposée. On s'échinerait en vain à chercher, dans tout ça, l'intérêt général...

François Hollande voulait laisser une « trace dans l'histoire ». C'est chose faite : celle d'un fiasco absolu que nos compatriotes n'oublieront jamais. Marine, vite !

17 Mars 2016

Le Foll fait son beurre en tuant 9 milliards d’abeilles

Av le foll avait promis son aide aux apiculteurs en 2012

Lorsqu’il a été nommé ministre de l’agriculture, Le Foll a visité des exploitations apicoles dans la Sarthe (ici chez Sophie Dugué), spécialisées dans l’élevage des reines d’abeilles. Il avait alors promis d’aider les apiculteurs et les abeilles. Aujourd’hui, Le Foll fait son beurre en tuant 9 milliards d’abeilles en soutenant les pesticides et insecticides tueurs d’abeilles. Si les abeilles collectaient des billets de banque à la place du pollen et du miel, elles seraient mieux défendues par les ministres socialistes, par les députés et les sénateurs. 

Suite au courrier de Stéphane Le Foll aux parlementaires, le quotidien de gauche « Le Monde » dévoile le drôle de jeu du Ministre Stéphane Le Foll qui demande aux députés de voter pour les insecticides et pesticides tueurs d’abeilles. A ce stade, deux hypothèses s’imposent. Soit Stéphane Le Foll est devenu fou, et il doit être interné. Soit Stéphane Le Foll est au service des multinationales de l’insecticide, dans un schéma à la Jérôme Cahuzac, et il doit être immédiatement démis de ses fonctions. Les principaux syndicats d’apiculteurs de France, dont l’Abeille Ardéchoise et Drômoise : défense des abeilles, des apiculteurs , ont vivement réagi ce jour en inscrivant, sur leurs sites internet et leurs pages Facebook « LE FOLL, VRP DES MULTINATIONALES DE L’INSECTICIDE TUEUR D’ABEILLES. COMBIEN GAGNE-T-IL DANS LA SERIE « CAHUZAC EST MON MODELE » ? ».

Certes, le combat des apiculteurs pour obtenir l’interdiction des néonicotinoïdes semblait bien inégal dans la République des profiteurs. D’un côté, les firmes qui fabriquent les insecticides tueurs d’abeilles (et d’humains ?) et qui déversent des dizaines de millions d’euros via leurs « lobbystes » présents dans les couloirs des ministères, de l’Assemblée Nationale, du Sénat. De l’autre, les apiculteurs qui n’ont pu offrir aux députés, le 14 mars 2016, que 577 petits pots de miel de 50g étiquetés « Ce miel est le fruit du travail précieux de pollinisation des abeilles dont notre alimentation dépend. Pour préserver ce service inestimable, interdisez les néonicotinoïdes. ».

Après la colère des agriculteurs au dernier salon de l’agriculture, tous s’estiment aujourd’hui victimes d’un ministre incompétent, « ayant pêté les plombs » puisque Le Foll a décidé de « faire son beurre » en tuant 9 milliards d’abeilles en France.  

Hier, jour de l’ouverture des discussions sur la loi biodiversité, les dirigeants des apiculteurs de France étaient aux abords de l’Assemblée Nationale pour un rassemblement avec les élus, les ONG et la presse afin de demander l’interdiction de ces pesticides. Le même jour, ils ont fait livrer à l’Assemblée Nationale 577 petits pots de miel de 50g étiquetés « Ce miel est le fruit du travail précieux de pollinisation des abeilles dont notre alimentation dépend. Pour préserver ce service inestimable, interdisez les néonicotinoïdes. ». Avec une lettre d’accompagnement expliquant la dangerosité pour les abeilles et pour es hommes des insecticides tueurs d’abeilles.

 Le 14 mars au soir, dans l’édition du Monde du 15/03, les apiculteurs ont fait publier un encart demandant l’interdiction des néonicotinoïdes. 

Durant le week-end, Nicolas Hulot a publié une tribune sur la question dans Le Monde, sur proposition de la coordination des apiculteurs de France.  

Toutes ces actions sont importantes au niveau national. Elles auront permis d’obtenir une interdiction desnéonicotinoïdes en Commission du Développement Durable, mais pour transformer l’essai lors du vote en séance, ce ne sera peut-être pas suffisant compte-tenu de la mobilisation du camp adverse et notamment du Ministre de l’Agriculture.

Aujourd’hui, suite au démentiel courrier de Stéphane Le Foll aux parlementaires, l’UNAF et 3 autres syndicats d’apiculteurs ont écrit de nouveau à l’ensemble des députés pour répondre à l’argumentaire du Ministre.

 

Par la voix d’Anne Furet, la coordinatrice de l’UNAF (l’Union Nationale de l’Apiculture Française qui rassemble 90 % des fédérations d’apiculteurs de France), les combattants de l’Apiculture adressent ce message aux lecteurs de Riposte Laïque : « Nous comptons sur vous pour continuer de contacter tous vos députés, afin de connaitre leur positionnement lors du vote (demain soir ou vendredi matin). » Pour les coordonnés des députés c’est ici (cliquez sur « contact » dans la fiche du deputé) => http://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/liste/tableau

Naturellement, dans ce dossier où il y a présomption de corruption de la part des multinationales des insecticides « tueurs d’abeilles » nous vous informerons du vote de vos élus, en publiant une liste nominative, département par département, avec les prénoms et noms des parlementaires concernés. 

Francis GRUZELLE Carte de Presse 55411

15 Mars 2016

Alain Nicolas rend sa légion d’honneur pour protester contre celle remise au prince saoudien Nayef

L’ancien conservateur en chef des Musées de France, a écrit à François Hollande afin de lui rendre sa légion d’honneur que Jacques Chirac lui avait remise. Il n’a pas apprécié que le prince héritier d’Arabie saoudite accède au même honneur.

Selon les informations du quotidien Libération, Alain Nicolas, Chevalier de la Légion d'Honneur et Officier de l'Ordre National du Mérite, a rendu sa décoration au président de la République. Le scientifique considère que la décoration du prince hériter d'Arabie saoudite représente «une insulte personnelle et collective insupportable» et ajoute qu'il «ne souhaite pas figurer aux côtés de telles personnalités qui ne partagent pas les valeurs humaines et démocratique de la France».

La remise de la Légion d'honneur au ministre saoudien de l'Intérieur, s'est déroulée le 4 mars au palais de l'Elysée mais la présidence française ne l'a annoncé que le 13 mars. Entretemps, l'agence de presse saoudienne SPA avait rendu compte de la visite du prince héritier à Paris, signalant qu'il avait été décoré de la Légion d'honneur. 

Cette décoration a suscité de nombreuses critiques en raison du bilan de l'Arabie saoudite en matière des droits de l'homme, sachant que depuis le début de l'année le royaume a procédé à 70 exécutions capitales. Pour justifier cette décoration, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a invoqué une «tradition diplomatique» française.

La France entretient des relations très suivies avec l'Arabie saoudite, allié important en Syrie dans la lutte contre le groupe Etat islamique et avec laquelle Paris a conclu d'importants contrats d'armement. 

14 Mars 2016

Elections régionales allemandes: chute historique du parti de Merkel

Ce dimanche, les électeurs allemands sont appelés aux urnes dans trois lands du pays: le Bade-Wurtemberg, la Rhénanie-Palatinat et la Saxe-Anhalt. Selon les premiers sondages réalisés à la sortie des bureaux de vote, le parti de la chancelière fédérale Angela Merkel est battu dans deux régions.

La campagne électorale qui était dominée par l'inquiétude des Allemands autour de la crise des réfugiés et de la politique des autorités fédérales envers ce problème énorme a eu également comme résultat la hausse sans précédent de la droite conservatrice, notamment le parti Alternative pour l'Allemagne (AfD). L'AfD prône la fermeture des frontières et la résolution de la crise migratoire par des mesures strictes.

Ayant obtenu de 11% à 23% des voix, l'AfD a ainsi enregistré de très bons scores dans les trois lands qui ont voté, selon les premiers sondages à la sortie des urnes de la chaîne ARD, annonce Les Echos. Ce succès électoral de l'AfD fragilise de façon considérable les positions politiques de la CDU.

L'AfD qui a obtenu 12,5% dans le Bade-Wurtemberg, 11% en Rhénanie-Palatinat et plus de 23% en Saxe-Anhalt a ainsi dépassé les sondages et a réussi à enregistrer le meilleur résultat jamais reçu par un parti d'extrême droite à un scrutin régional allemand depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, souligne Les Echos. Ce parti semble ainsi devenir de plus en plus fort dans le paysage politique du pays.

Bien que ce scrutin régional n'ait pas d'impact direct sur la majorité gouvernementale fédérale, il est capable de fragiliser les positions de Mme Merkel qui est largement critiquée pour sa politique de portes ouvertes à l'égard des migrants. Ces élections régionales représentent un test sérieux pour la CDU et sa présidente qui devront plus tard se préparer aux élections fédérales de 2017.

11 Mars 2016

Grande-Synthe : les migrants déambulent déjà le long de l’A16

Une loi, deux mesures, il est interdit de marcher sur l'autoroute, "mais selon que vous serez clandestin ou contribuable, les jugements de cour vous rendront coupable". mpossible de donner le vrai proverbe sans être taxer de raciste.

Si la préfecture du Nord avait refusé de donner son aval à la création du camp de la Linière, à Grande-Synthe, c’était en partie parce qu’elle craignait la présence de migrants sur l’A16. Des craintes qui se sont vite concrétisées.

C’était l’une des craintes de la préfecture du Nord qui justifiait, en partie, son opposition à l’endroit choisi pour accueillir le camp humanitaire de la Linière voulu par Médecins sans frontières et la ville de Grande-Synthe : trop de proximité avec l’autoroute A16 et le risque de voir les migrants déambuler le long des voies. Les craintes de l’État se sont rapidement concrétisées.

Depuis l’arrivée des premiers occupants à la Linière, lundi, les migrants se déplacent à pied le long de l’autoroute. Un danger pour eux-mêmes et pour les usagers.

Pour les exilés, l’A16 reste le chemin le plus court vers les zones portuaires. La ville de Grande-Synthe s’est engagée à dresser de hautes palissades le long du camp, côté A16. Elles auront un effet « brise-vue » pour les automobilistes mais sûrement pas un effet anti-intrusion sur l’autoroute.

L’entrée du camp se trouve tout près de la bretelle de l’échangeur nº 54. Ne reste plus qu’à longer la bretelle sur moins d’une centaine de mètres pour se retrouver sur l’A16.

07 Mars 2016

Le scandale européen passé inaperçu : comment la Commission étouffe Airbus et Ariane

Le 26 février, la Commission européenne a lancé une enquête sur la prise de contrôle d’Arianespace par Airbus. Damien Lempereur et Brice Wartel y voient la responsabilité du dogme de la concurrence libre et non faussée qui pénalise l’industrie des pays européens.

Le 26 février 2016 restera dans l’histoire de l’industrie spatiale européenne comme un jour de deuil, le jour où la Commission européenne a empêché le mariage d’Airbus et d’Ariane par crainte de créer un numéro un mondial qui écrase les concurrents américains, russes et chinois. Peut-on encore croire que l’avenir de l’Europe passe par les technocrates de Bruxelles après un tel fiasco?
En Europe, Airbus fabrique seul des satellites et, en partenariat avec Safran, les fusées. Quant à Ariane, elle envoie les satellites dans l’espace et les met en orbite. Ariane, Airbus et Safran souhaitent donc rassembler toutes leurs activités spatiales au sein d’une seule entreprise (appelons-la Airbus-Ariane). Cette association permettrait de diminuer les coûts et d’atteindre la taille critique pour faire face non seulement aux satellites de Boeing, mais aussi aux fusées américaines de SpaceX (le protégé de la NASA) et aux autres concurrents américains, russes et chinois – tous massivement subventionnés et protégés par leurs Etats respectifs.
La menace était sérieuse pour les concurrents d’Airbus et Ariane, notamment SpaceX et Boeing. Heureusement pour eux, l’Union Européenne vient d’intervenir pour les protéger… La Commission de Bruxelles vient en effet de bloquer jusqu’à nouvel ordre la création d’Airbus-Ariane parce qu’elle est «inquiète» et «craint un verrouillage» du marché des satellites au détriment de ses concurrents étrangers. La création d’Airbus-Ariane «risque» aussi d’encourager Ariane à avantager les satellites d’Airbus, notamment au détriment de Boeing. Source le Figaro

05 Mars 2016

La grande muette frappe fort

Armee 1 1500x660

La grande muette retrouverait-elle une partie de sa voix ?

On peut le croire quand on lit la lettre adressée par trois généraux au président de la République. Nous connaissions déjà l’aventure de Christian Piquemal, interpellé le 6 février par les forces de l’ordre alors qu’il manifestait, presque par hasard en écoutant ses dires, aux côtés du mouvement PEGIDA France. Placé en garde à vue immédiatement (normal, il n’est pas « No Border »), il est dans l’attente de son procès le 12 mai. Devant le silence de ses frères d’armes adorateurs de Ponce Pilate, notamment les présidents de l’UNP (Union nationale parachutiste) et de l’Amicale légionnaire, on pensait que l’affaire s’arrêterait là.

C’était sans compter sur la réactivité de certains anciens chefs de l’armée française. C’est ce que nous révèle Le Figaro. Trois généraux ont adressé, ce vendredi, à l’Élysée, une lettre au président de la République sur sa « responsabilité » face à cette « zone de non-droit » qu’est devenue Calais. Comme le général Piquemal, ce sont des généraux de 2e section (2s). Il s’agit du général de corps d’armée Pierre Coursier, ancien gouverneur militaire de Lille, et des généraux Antoine Martinez et Jean du Verdier, tous deux aviateurs.

« Le président de la République française, en vertu de l’article V de la Constitution de 1958, est le garant de l’intégrité du territoire. » Ainsi commence la lettre.

« Sa responsabilité est donc engagée dès lors que des migrants illégaux entrent massivement en France, avec des points de fixation comme Calais et le Calaisis. »

Ne mâchant pas leurs mots, ils expliquent : « Cette partie du territoire est abandonnée de facto par les autorités de la République. » Puis déclarent : « Vous ne pouvez pas vous dérober à vos devoirs. » Et s’indignent de « la situation existentielle désastreuse qui est faite aux habitants de cette région, qui vivent dans la terreur des bandes mafieuses ». Ces hauts gradés estiment que le chef de l’État doit « négocier avec Londres et Bruxelles des modifications » aux traités du Touquet et de Schengen.

Ils n’oublient pas de dire un mot sur l’arrestation du général Piquemal, indiquant « qu’il s’est rendu pacifiquement sur place pour constater cette capitulation de l’État » et que « par une ironie blessante, il a été arrêté au nom de l’ordre public alors que les migrants illégaux demeurent libres de leurs faits et gestes pendant ce temps ». Ils demandent au Président de « prendre la mesure de l’indignation que ce paradoxe provoque dans le cœur de beaucoup de Français ».

Enfin, pour terminer (cerise sur le gâteau), ils donnent une leçon de logique et de savoir agir au locataire de l’Élysée : « Il convient, au lieu de s’acharner sur un soldat, fût-il général et patriote, de rétablir l’ordre public à Calais, ce qui suppose l’éradication de la “jungle” (une “jungle” peut-elle exister en République ?). Et le renvoi de tous les clandestins dans leurs pays d’origine. » Oui, vous avez bien lu !

D’après le quotidien, de nombreux autres gradés ont encouragé et approuvent cette apostrophe au chef de l’État, sans pour l’instant l’avoir signée. Nicolas Stoquer, secrétaire de l’association Conférence France Armée, à l’origine de cette lettre, souligne : « C’est l’urgence et la situation de crise qui les ont poussés à s’exprimer de manière décomplexée. »

J’espère et propose que d’autres généraux, officiers et sous-officiers se joignent à ce mouvement courageux de défense des Français.

Va-t-on entrevoir dans quelques mois la « colère des légions » ?

L’avenir nous le dira. Soure

04 Mars 2016

Persécution des réfugiés chrétiens : même dans la jungle

C’est officiellement la capitulation de la République française devant un état de non-droit.

Je suis effaré ! Effaré par les films qui circulent sur Internet montrant la véritable bataille rangée entre migrants (pardon : entre clandestins illégaux) installés sur le territoire français et les CRS et autres gendarmes. Effaré de voir les pauvres camionneurs harcelés, obligés de s’arrêter et de voir leur cabine frappée à coups de barre de fer, certains migrants prenant d’assaut leur camion, grimpant sur le toit de la remorque. Effaré de constater que rien n’est fait pour arrêter cette violence. Effaré d’imaginer que les téléspectateurs du monde entier regardent ces scènes de guerre sans réaction des forces de l’ordre.

Ces forces qui n’en peuvent plus de subir sans pourvoir agir. Elles sont sous les ordres d’un gouvernement pleutre qui n’ose pas bouger. Dont le ministre de l’Intérieur et le Premier n’ont jamais ordonné la dissolution des groupes que l’on sait extrêmement violents comme les antifas, les No Border et autres black blocks auxquels sont soumis ces milliers de jeunes hommes, migrants économiques pour leur grande majorité.

Il est inadmissible, insupportable pour nous tous de voir à longueur de semaine ces affrontements violents au centre desquels sont souvent, soit les Calaisiens, soit ces malheureux routiers qui ne peuvent que subir la furie de certains migrants exprimant avec violence leur mécontentement d’être bloqués en France.

C’est officiellement la capitulation de la République française devant un état de non-droit. La faiblesse extrême de son Président qui préfère laisser des clandestins vivre en hors-la-loi plutôt que de soulager les Français qui n’en peuvent plus. Mais la politique du deux poids deux mesures n’a jamais été aussi active.

Car pendant ce temps-là, la France (enfin : le gouvernement) abandonne les rares chrétiens de ces camps de misère, véritables réfugiés parmi les migrants. Qui a parlé de cet Iranien de 19 ans, converti au christianisme, retrouvé égorgé rituellement dans le camp de Grande-Synthe pour avoir refusé de revenir à l’islam ? Et que penser d’un Cazeneuve qui n’a pas hésité à signer l’ordre de refoulement d’un autre Iranien converti au Christ et qui risque d’être pendu pour son apostat.

Le site christianophobie.fr cite un missionnaire qui alerte les internautes sur le cas de ce migrant arrivé en décembre avec l’espoir de faire venir sa famille, elle aussi convertie, mais en Iran, il leur est impossible de se rendre dans une église où seuls les catholiques de naissance ont accès.

"Ahmed avait décidé de demander l’asile politique à la France. Il a pris le train pour Paris afin de faire les démarches nécessaires, mais il y a été arrêté. Deux jours plus tard, il était expulsé vers l’Iran, via la Turquie."

Le missionnaire qui suit ce cas dramatique poursuit :

"À Téhéran, on lui a dit qu’il serait pendu pour apostasie. Mais dimanche matin, le 28 février, il a été libéré avec ordre de se présenter à la police toutes les semaines. Son téléphone est sur écoute, et il est difficile de communiquer avec lui."

Dunkerque abrite d’autres Iraniens chrétiens ayant fui le régime des ayatollahs, qui doivent subir toutes sortes d’attaques physiques et morales de la part des autres migrants en majorité musulmans, membres de cette religion si tolérante et aimante ! Notre gouvernement, avec le renvoi d’Ahmed, a commis une forfaiture puisqu’un étranger ne doit jamais être expulsé vers son pays d’origine s’il y a risque pour sa vie.

Allons-nous laisser, sans réagir, ce gouvernement continuer cette politique de favoritisme envers tous ces migrants qui combattent nos forces de l’ordre et frères chrétiens ?

Floris de Bonneville

03 Mars 2016

Absentéisme dans la fonction publique : qui remporte la palme?

Les personnels des services du premier ministre ou les troupes du ministère de l'Intérieur sont plus souvent absents que les enseignants.

Non, les enseignants ne sont pas les champions de l'absentéisme! Dans le monde de la fonction publique, ils sont largement devancés par les services du premier ministre, qui totalisent en moyenne 10,2 journées de «Congés de maladie ordinaire» (CMO) par an et par agent. Sur le podium, suivent les troupes du ministère de la Justice (8,7), du Travail (8,5), de l'économie et des finances (8,2) et de l'Intérieur (8)*.

Avec 6,6 journées, les enseignants sont donc moins absents que les policiers. Ils se situent en dessous de la moyenne pour la fonction publique. Quant aux personnels les plus présents, il faut les chercher au ministère de la Culture.

Reste que les absences de profs sont scrutées de très près par les parents. Comme l'exprime la formule très imagée du Médiateur de l'Éducation nationale dans son rapport de 2013, il y a, sur ce sujet, un écart entre le «froid ressenti» et le «froid réel». Le médiateur, qui a recensé 10.000 réclamations pour cause de non-remplacement des absences, met en avant «un sujet de société», qui pose «la question de l'égalité et celle du droit des usagers». Depuis 1988, il existe d'ailleurs une jurisprudence: le Conseil d'État avait condamné l'État pour «manquement à l'obligation légale d'enseignement des matières obligatoires inscrites au programme d'enseignement». Le collégien en question avait été privé d'une matière pendant une année entière…

Dans les écoles primaires, 15% des absences tous motifs compris (des congés maternités aux arrêts ordinaires) ne sont pas remplacées. Chez les professeurs des écoles, population fortement féminisée, 38% des absences sont liées à des congés maternité.

Dans le second degré, les choses sont différentes car la demande de remplacement n'est lancée qu'après un délai de deux semaines d'absence. Et si 97% des absences de longue durée sont effectivement remplacées, 38% des absences de courte durée le sont. C'est sans aucun doute ce qui exaspère le plus les parents. Source

02 Mars 2016

Scènes de guerre à Calais : Cazeneuve incapable de défendre ses flics !

Attention ! Tous aux abris… les nôtres, pas les 102 centres que l’Etat a disséminés sur tout le territoire, pour ceux qu’ils nomment désormais « migrants », n’osant plus employer le terme initial de réfugiés qui a fait long feu, dès que les premières images et vidéos ont pu nous parvenir.

Mais ne croyez pas qu’ils se soient calmés pour autant et ont décidé de mettre un frein à leur folie d’accueil tout azimut … Ce serait même le contraire ; ils sont de plus en plus dingues sur ce sujet, malgré les sondages, pétitions, manifestations des patriotes révoltés.

Et les deux malfaisants n’ont pas tardé à se mettre au taf : illico ils ont tenu la première réunion du « comité de suivi du plan de mise à l’abri des migrants ».

Et les mal-logés français, les SDF, les contribuables en attente de logements salubres… me direz-vous ?

Non mais vous débarquez ou quoi ? Vous n’avez pas encore remarqué que depuis 2012, tout ce qui vient d’ailleurs, et surtout s’il est un adepte de la belle religion d’amour, est obligatoirement prioritaire sur les autochtones, et ce dans tous les domaines !

Et Pourquoi demanderez-vous ?  PARCE QUE !

Bon je vous donne un indice, mais vous auriez pu trouver tous seuls si vous aviez suivi les nombreuses démonstrations de l’ex garde des sots : par-ce-que la colonisation !

Ce n’est pourtant pas faute de nous avoir expliqué à maintes reprises, que nous étions de répugnants égoïstes dont les aïeux s’étaient emparés de terres étrangères et avaient tenu leurs habitants en esclavages, les obligeant à construire des écoles, des hôpitaux, des maisons, des routes, des infrastructures pour le pays … Vous vous rendez-compte de l’horreur ?

Donc aujourd’hui, il faut payer la note, en acceptant que leurs pauvres héritiers viennent un peu profiter de tout ce que ces invasions nous ont apportées (sic) … sans compter que généreux et pas rancuniers, eux sont bien décidés à imposer partager leurs coutumes avec nous.

Alors le sort des SDF et Cie, vous comprenez bien que c’est le cadet des soucis des grandes âmes de ce gouvernement d’élites !

Bon ! Le second degré ayant permis de calmer quelque peu mon humeur belliqueuse sur ce sujet, passons aux choses sérieuses, pour de vraies infos.

Acte 1 : le vilain tribunal administratif de Lille, n’a pas souscrit aux vœux des associations affichant le monopole du cœur (comme dirait un autre traitre aux citoyens) qui refusaient l’évacuation des migrants du plus grand bidonville de France (bravo les socialopes !).

Acte 2 : le ministre de l’Intérieur et celle du Logement, ont immédiatement dégainé leur riposte à cette scandaleuse décision, touchant leurs petits chéris : le comité de suivi du plan de mise à l’abri des migrants !

« En pratique, ce comité de suivi rassemble les services des deux ministères, ainsi que l’Ofii (Office français de l’immigration et de l’intégration) et l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et des apatrides). Il doit se réunir tous les quinze jours avec l’ensemble des partenaires associatifs « investis pour intervenir à Calais ». »

« A l’occasion de la réunion, Bernard Cazeneuve et Emmanuelle Cosse ont indiqué avoir demandé aux préfets d’ouvrir, au sein des CAO, des places d’hébergement pour l’ensemble des migrants aujourd’hui présents sur la lande. D’ores et déjà, 500 places supplémentaires étaient disponibles le jour de la réunion et 500 autres le seront « dans les quinze prochains jours« .

De son côté, la ministre du Logement a indiqué que ses services travaillent à la mise en place de solutions d’accès au logement pour les demandeurs d’asile qui obtiendront le statut de réfugiés. Ainsi, « près de 1.000 logements sociaux vacants sont prêts à être utilisés et d’autres solutions de logement adaptées pourront être mobilisées« 

Curieux comme tout va extrêmement vite quand il s’agit de choyer les migrants !

Vont être contents toutes les familles qui attendent un hypothétique logement pendant de longs mois, voire des années, ou bien ceux qui dorment dans leur voiture, faute de confiance s’ils n’ont pas les revenus adéquats, sans oublier ceux qui vivent carrément dans la rue … en y laissant leur santé et même leur vie pour certains !

Mais à part cela, madame la marquise Cosse est contente, car pour elle tout baigne, puisqu’elle a finalement fait un immense effort sur elle-même pour consentir à entrer dans un gouvernement du « flan », comme elle désignait Hollande il n’y a pas si longtemps !

Acte 3 : Devinez qui va avoir l’immense joie de voir arriver, un peu partout en France de joyeuses bandes d’obsédés sexuels, y compris dans les petites villes, où ils pourront en toute impunité, imposer leurs coutumes de barbares … Personne n’est à l’abri, soit d’un maire trop lâche pour refuser, soit carrément d’un collabo (ils pullulent) qui ira même au-devant des ennuis en réclamant les migrants « auxquels il a droit » !

Mais ne croyez pas qu’au moins les Calaisiens pourront se réjouir du départ de ceux qui leur ont pourri la vie depuis déjà de long mois ; ah mais non, car parmi les migrants, certains vont refuser de partir, surtout ceux qui ne souhaitent que passer en Angleterre, (mais qu’ils y aillent !), et comme il ne faut pas brusquer ces petites choses fragiles …

 » Pour ceux qui auront besoin de plus de temps pour quitter la lande, le Comité travaillera à l’amélioration des conditions de vie dans la zone Nord, en installant des espaces de socialisation, des écoles et des lieux de culte « .

http://www.localtis.fr/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250270381714&cid=1250270378392

http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2016/03/01/pourquoi-les-migrants-de-calais-boudent-les-centres-d-accueil-et-d-orientation-prevus-pour-eux_4874486_1654200.html

http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/02/13/supprimer-la-jungle-de-calais-ne-fera-pas-disparaitre-les-migrants_4864738_3224.html

Mieux vaut ne pas laisser nos pensées se diriger vers le coût exorbitant de tout ceci, si nous voulons dormir tranquille, mais un doute m’envahit … Par hasard, ne nous prendrait-on pas pour des c..s ?

Naïvement (après m’être grandement réjouie) je croyais qu’après la terreur qu’il a eu au Salon de l’Agriculture, Hollande aurait fissa revu sa politique générale, histoire de calmer le jeu, même momentanément … mais il faut me rendre à l’évidence ; absolument rien n’a changé depuis et tout va continuer à aller comme avant, c’est-à-dire de plus en plus mal !

Mais qu’est-ce qui lui faut donc à l’hurluberlu de l’Elysée, si les jets de bouses ne lui font pas peur ; faudra-t-il que nous en venions aux pavés, comme en 68 ?

A l’époque j’avais désapprouvé cette détérioration des chaussées par les étudiants, entre autres, mais étant donné l’état actuel de nos rues après les manifestations des anti-fa, migrants … et autres racailles chéries des bouffons du pouvoir (les seuls à avoir droit de manifester sans se retrouver en garde à vue), et surtout le degré d’ignominie atteint par Hollande et son gang de malfaisants, ce genre de réaction ne me scandalise plus du tout … je dirais même qu’elle m’interpelle bougrement.

Sauf que n’étant pas une meneuse, j’attends impatiemment qu’un(e) leader se manifeste pour donner le signal de la révolte des citoyens outragés, et prenne la tête d’une armée bien décidée à donner une aubade sous les fenêtres de tous nos délinquants en col blanc !

Je n’en peux plus de toutes ces ordures se moquant de nous à longueur de temps, en mots, en postures et en actions.

Ma fourche et mon bâton sont fin prêts !

Josiane Filio

29 Février 2016

Crise de l’élevage, Intermarché accepte d’acheter plus cher, l’Europe refuse 

 Hollande ! Il s’est bien gardé d’évoquer la concurrence libre et non faussée hier ! A part répéter comme un perroquet les demandes des manifestants il n’était pas capable de prononcer les mots fatidiques : « nous ne pouvons pas garantir un prix plancher pour les éleveurs parce que la Commission européenne nous l’interdit, considérant cela comme de la concurrence déloyale vis à vis de pays tiers.

De quoi avoir envie de mettre des bombes sur Bruxelles. Ce qui ne résoudrait rien.

Par contre, sortir de cette Europe qui assassine nos éleveurs, ça on peut, sauf le minus qui préside la France, pour notre plus grand malheur. La Commission européenne a ouvert une enquête sur Intermarché, car elle estime que le choix de l’enseigne d’acheter la viande plus cher aux éleveurs français est une entrave à la concurrence étrangère

Le groupement de distributeurs indépendants Intermarché (Les Mousquetaires) est sous le coup d’une enquête de la Commission européenne, après s’être accordé l’an dernier avec son concurrent Leclerc pour acheter du porc à un prix plancher, a affirmé vendredi son président Thierry Cotillard.

« Sur le porc, l’été passé, Intermarché s’était accordé avec Leclerc pour acheter le kilo (de porc) 1,40 euro (…). Mais ça n’a pas tenu. Maintenant, Bruxelles nous tombe dessus et enquête », a déclaré le patron d’Intermarché, dans un entretien au quotidien Libération mis en ligne vendredi soir. Le libre marché avant tout

« L’Europe considère que cet accord était discriminant vis-à-vis des pays tiers. Donc maintenant, nous sommes très prudents pour trouver des solutions », poursuit le dirigeant, précisant que son groupe risque une amende potentielle « à hauteur de 5% de notre chiffre d’affaires ». 

L’an dernier, alors que les cours du porc s’étaient effondrés en-dessous du prix de revient des agriculteurs, le gouvernement avait fixé un objectif d’achat de 1,40 euro le kilo lors de négociations avec la filière, et des enseignes comme Leclerc et Intermarchés’étaient engagées à procéder à des achats de cochons à ce niveau. Intermarché poursuivra ses engagements

Le patron d’Intermarché a néanmoins réaffirmé sa volonté de continuer à soutenir les éleveurs, confirmant que son groupement allait lancer un contrat de cinq ans garantissant aux producteurs un prix d’au moins 1,50 euro par kilo, à condition de remplir des critères de qualité. 

« Les premiers contrats qui garantiront ce prix équitable de 1,5 euro sur cinq ans aux éleveurs seront signés la semaine prochaine avec une vingtaine de producteurs partenaires dans notre abattoir de Josselin (Morbihan) », dit il. 

« On n’a pas mis de prix plafond. C’est-à-dire que si ça monte à 1,80 euro, on paiera 1,80 euro. »

Intermarché et sa filière agroalimentaire Agromousquetaires possèdent 3 abattoirs de porcs et 7 unités de production de charcuterie en France. Ils collaborent avec 3 groupements de producteurs porcins. 

Les agriculteurs français manifestent leur colère depuis l’an dernier, se plaignant notamment de cours et de tarifs d’achat trop bas. La problématique sera au coeur du Salon de l’agriculture, qui s’ouvre samedi à Paris. Source

25 Février 2016

Le remaniement a coûté 250 000 euros rien qu'en frais de déménagement

Le jeu des chaises musicales n'a pas été que politique : il a également été logistique, détaille "Le Canard enchaîné

Derrière le remaniement ministériel, les retours au gouvernement et les arrivées parfois surprenantes, il y a un coût. Un coût non pas seulement politique mais également logistique. Le Canard enchaîné affirme, dans son édition du mercredi 24 février, que les différents déménagements liés au remaniement ont coûté environ 250 000 euros. Une estimation communiquée par le secrétariat général du gouvernement, précise l'hebdomadaire satirique.

Plusieurs ministres ont été contraints de changer de locaux à la suite de l'annonce du nouvel exécutif. L'Opinion avait déjà expliqué que Jean-Michel Baylet, ministre de l'Aménagement du territoire, avait réussi à déloger Emmanuelle Cosse, la nouvelle ministre du Logement, du cossu hôtel de Castries, dans le 7e arrondissement de Paris.

Effet domino

Le Canard enchaîné indique aussi que la ministre de la Santé Marisol Touraine, après avoir perdu ses attributions liées aux droits des femmes et vexée de ne pas avoir été nommée à la Défense, a "fait savoir à la nouvelle secrétaire d'Etat Laurence Rossignol qu'elle ne pouvait demeurer au 17 avenue Duquesne". La nouvelle ministre de la Famille, de l'enfance et des Droits des femmes s'est donc installée à l'hôtel Le Play, boulevard Saint-Germain, dans le 7e arrondissement.

Problème : Matthias Fekl, secrétaire d'Etat chargé du Commerce extérieur et du Tourisme, y était installé depuis décembre. Il a donc dû refaire ses cartons, une seconde fois en seulement deux mois, pour prendre ses quartiers à Convention, précise Le Canard enchaîné. Effet domino : les bureaux étaient déjà occupés par 150 personnes, "une partie de l'Inspection générale du Quai d'Orsay, la Direction générale de la mondialisation et une poignée 'd'ambassadeurs thématiques'", détaille l'hebdomadaire. Autant de personnes qui ont dû trouver un autre lieu de travail. Sourc

24 Février 2016

Loi El Khomri : un manifestant CGT poursuivi pour outrage à la police et au Premier ministre

1602240136280113

Les syndicats avaient appelé à une manifestation à Mulhouse devant l’agence de Pôle emploi où s’étaient rendus Manuel Valls, Emmanuel Macron et Myriam El Khomri. Joël Moreau, 69 ans, est poursuivi pour « outrages à personnes dépositaires de l’autorité publique », en l’occurrence des gendarmes mobiles, des CRS et le Premier ministre.

Selon des témoignages rapportés par la CGT Métallurgie Alsace, Joël Moreau aurait « haussé la voix, dénoncé le projet de loi, les attaques contre les acquis sociaux» tout en restant «dans le cadre du discours syndical». «On essaie d’apaiser dans ce climat pas évident de l’état d’urgence. Et on ne comprend pas pourquoi on essaie de nous désigner comme des casseurs et des voyous. Ce n’est pas acceptable», a dit M. Ladraa.

[...] Il comparaîtra vendredi devant un juge du tribunal de Mulhouse dans le cadre d’une audience simple de plaider-coupable, c’est-à-dire sur reconnaissance préalable de culpabilité.

Selon la CGT alsacienne, le militant syndical est ressorti «très choqué» de sa garde à vue.

22 Février 2016

France Des élèves obligés de se « convertir à l’islam » pour un devoir de classe

L’islamisation de l’Europe prend des chemins discutables : l’éducation. L’islam plante sa graine dans les cerveaux les plus maléables : les enfants.

Ainsi à Perpignan, où un professeur algérien supposé enseigner l’arabe fait du prosélytisme religieux dans les écoles primaires Pasteur-Lamartine, Ferry et Duruy. L’inspection académique a évidemment nié tout comportement suspect. Le maire lui, tient bon et demande qu’on enseigne le français et non l’arabe, et certainement pas l’incitation à devenir fanatique.

En Corse, un professeur avait créé une polémique inutile et stérile en demandant aux élèves de chanter Imagine de John Lennon, mais en arabe.

« pourquoi je me suis converti à l’islam, comment cette conversion a changé ma vie »

A Guernesey, une prof du lycée Les Beaucamps est allée plus loin encore.

Amber Stables a demandé à ses élèves, dans le cadre d’un travail écrit, d’écrire à leurs parents pour leur expliquer « pourquoi je me suis converti à l’islam » et « comment cette conversion a changé ma vie, combien j’aime mes parents et espère qu’ils accepteront mon choix. »

Précisons que l’ile de Guernesey, ce n’est pas Toulouse ou Trappes : il y tout juste une douzaine d’enfants musulmans pour 65 000 habitants.

Pourtant la prof a demandé à ses élèves : “concentrez-vous : que ressentiriez-vous si vous deviez dire cela à vos parents. Comment réagiraient-ils ?”

Stables a bien conscience de ce qu’elle faisait. Elle a écrit une note pour rassurer les parents, indiquant que l’exercice est un devoir fictif d’écriture créative, et a précisé :

VOUS NE VOUS CONVERTISSEZ PAS VRAIMENT À L’ISLAM »

“Il s’agit d’un test de connaissance de ce que vous avez appris cette année et de votre capacité à argumenter objectivement (sic) !!!!”

Je vous laisse imaginer le vietnam que j’aurais fait dans l’école si mes enfants avaient été exposés à ce genre de prosélytisme pervers.

Pourquoi ne pas continuer le devoir par un « expliquez que vous êtes heureux que votre frère soit devenu un shahid et se soit fait exploser au grand magasin Harrods parmi 300 clients, et maintenant il est au ciel avec 72 vierges… »

 Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz

21 Février 2016
On ne t’entend pas Najat sur la nomination au PS de Chaouat condamné pour violences conjugales : Elle attend qu'il tue une femme pour nommer une commission d'enquête
On ne t entend pas najat
En novembre 2011, Yacine Chaouat, militant socialiste et maire adjoint du XIX ème arrondissement de Paris était condamné, en appel, à 6 mois de prison avec sursis.

Il faudra attendre le 17 mars 2012, soit 4 mois pour que le maire du XIX ème retire à Yacine Chaouat sa délégation ! Il est jubilatoire d’écouter un élu vert de cet arrondissement parler du problème « Chaouat » (source Le Parisien) :

« C’était politiquement contre-productif de le maintenir, décrypte Sylvain Garel, patron des écologistes (EELV). Ça donne une mauvaise image de la gauche, on ne peut pas avoir un élu qui se comporte mal avec les femmes. » »

« un élu qui se comporte mal avec les femmes » !!! C’est une litote ! Voilà ce qu’on trouve dans « Gauchopedia » une encyclopédie en ligne spécialisée que je viens de découvrir :

Monsieur Chaouat a épousé en 2009 une demoiselle ramenée du bled. La lune de miel passée, il trouve qu’elle s’adapte rudement vite au mode de vie français. Ça l’énerve et il commence à lui flanquer des roustes. Il lui reproche notamment d’être « trop francisée » et de ne pas assez respecter les coutumes de là-bas. Pour mieux se faire entendre et comprendre

arrive même à l’impétueux et viril Yacine d’attacher sa belle au radiateur,

de lui claquer le beignet et le reste à coup de ceinture, et de la séquestrer.

Aujourd’hui, le PS passe l’éponge et vient de nommer Yacine Chahuta Secrétaire national à l’intégration :

Yacine chaouat

 

18 Février 2016

Nouvelle Charte de la laïcité à l’hôpital : reflet de notre société

L’islam est source de 95 % des incidents et cette charte montre que, désormais en France, existe un État mais deux peuples.

Les historiens, lorsqu’ils étudient une civilisation, se penchent avec avidité sur les édits qu’elle émet. Ils apprennent ainsi beaucoup sur cette société, sur les problèmes qu’elle a rencontrés et sur la façon dont elle a essayé de les résoudre. Ils se régaleront avec la charte de la laïcité à l’hôpital qui vient d’être adoptée. Qu’on soit obligé de préciser, noir sur blanc, certaines choses, qui paraissent pourtant de bon sens, montre l’état de « déliquescence » de notre société.

La charte a été élaborée après une enquête effectuée auprès des 1.200 établissements de soin. Mais seuls 172 ont répondu. Que la laïcité soit parfaitement respectée chez les « muets » serait surprenant ! Bien au contraire !

La charte rappelle qu’une patiente peut exiger d’avoir affaire à une femme si le choix est possible. Mais qu’en cas d’urgence, ni elle ni son mari ni son père ne peuvent s’opposer à ce qu’un homme l’examine. Le Figaro nous livre des témoignages édifiants de médecins hospitaliers : des époux affirment ainsi que « si Allah veut qu’elle meure, eh bien qu’elle meure ! » ou même (paraît-il) « c’est pas grave, j’en ai encore trois autres à la maison »… Sans commentaire.

La folie religieuse peut mener très loin : une femme, suspectée d’avoir une tuberculose contagieuse et prise en charge par une doctoresse, a refusé de faire une radio car un homme aurait pu deviner la forme de ses seins en regardant le cliché ! Elle a fini par quitter l’hôpital au bout de huit jours sans qu’aucun acte médical n’ait pu être pratiqué !

Mais le corps médical peut également poser problème. Ainsi va-t-on interdire au nom de la neutralité à une chirurgienne de faire ses visites voilée comme elle le faisait d’ordinaire ! De plus en plus de jeunes étudiantes en médecine portent le foulard et prétendent ne vouloir s’occuper que des femmes pendant leur future carrière ! Le parfait apartheid sexuel est en marche !

Accessoirement, on retrouve la sempiternelle question de la prière au travail. Des soignants abandonnent leurs patients, le temps de leurs cinq ablutions rituelles. On peut néanmoins espérer qu’aucun d’entre eux ne le ferait si le malade risquait sa vie !

Pour être honnête, les autres religions posent aussi parfois quelques problèmes. Les Témoins de Jéhovah refusent toute perfusion, ce qui déclenche des guérillas juridiques lorsqu’il s’agit de sauver la vie de certains enfants. Des aumôniers catholiques démarchent indistinctement tous les malades, quelle que soit leur foi. Plus problématique, des médecins catholiques refusent l’avortement (ce qui, heureusement, est leur droit) mais n’indiquent pas à leur patiente le nom d’un confrère le pratiquant, ainsi que la loi les y oblige. Ils espèrent, ainsi, que le délai légal pour avorter soit dépassé.

Néanmoins, au final, l’islam est source de 95 % des incidents et cette charte montre que, désormais en France, existe un État mais deux peuples, et qu’il faut organiser la cohabitation entre les deux !

16 Février 2016
Crise agricole : le gouvernement constate son impuissance à Bruxelles

Sans titre 26

Le ministre de l’agriculture M.Le Foll est rentré bredouille de Bruxelles, n’ayant rien pu obtenir de l’Union Européenne pour nos éleveurs. Tout au plus le commissaire européen à l’agriculture a daigné accepter de venir à Paris fin février. Les paysans français attendront.

Outre l’immense naïveté de cette démarche, qui feint de croire que ceux qui détruisent l’agriculture française pourraient aujourd’hui constituer une solution à la crise agricole, l’échec de M.Le Foll révèle le coût très élevé pour notre pays des abandons successifs de souveraineté, notamment en matière agricole.

La France ne peut pas décider de sauver son agriculture, ni l’alimentation et le mode de vie qui va avec, parce qu’elle n’en a plus le droit. Elle s’est enchaînée dans les traités et les directives.

Voudrait-on remettre en place des quotas laitiers ? Il faut l’accord de Bruxelles, et donc de l’Allemagne. Veut-on se retirer du traité TAFTA ? C’est à l’Union Européenne d’en décider. Idem sur tous les sujets majeurs, du protectionnisme agricole aux sanctions contre la Russie.

Sans souveraineté nous sommes condamnés à regarder l’agriculture mourir.

Or notre avenir ne peut pas dépendre du bon vouloir des autres. Notre devoir est de servir l’intérêt national et de nous en donner tous les moyens.

Cette même analyse a conduit le gouvernement britannique à organiser prochainement un référendum sur l’appartenance de son pays à l’UE, suscitant l’incompréhension de l’ensemble des élites auto proclamées, le gouvernement Hollande en tête.

C’est ce chemin de liberté que les Français doivent sérieusement envisager d’emprunter avant que les dégâts économiques et sociaux ne soient irréversibles. Marine LE PEN

15 Février 2016

Marine Le Pen apparaît dans la nouvelle vidéo d’AQMI

Sans titre 25

Cbi4arew8aakoii

Romain Caillet @RomainCaillet

Hormis Donald Trump, MLP est la seule personnalité occidentale n'ayant pas de fonction gouvernementale à apparaître

Romain Caillet @RomainCaillet

Celle-ci n'est pas menacée explicitement dans la vidéo, qui se sert d'une de ses interviews dans laquelle MLP évoque la menace de la sharia.

Cbi0yxtwaaa okz

13 Février 2016

Aéroport Notre-Dame-des-Landes : le référendum impossible ?

Notre-Dame-des-Landes François Hollande a annoncé jeudi soir la tenue d’un « référendum local » pour débloquer le projet d’aéroport près de Nantes. Mais, en l’état des textes, ce n’est pas possible.

Après plus de quarante ans de retards et de blocages, le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) va-t-il enfin sortir du bourbier ? Pour relancer le chantier à l’arrêt depuis 2012, François Hollande a annoncé jeudi sur les plateaux de TF 1 et France 2 qu’un « référendum local » serait organisé pour décider si oui ou non l’aéroport verrait le jour.

« D’ici le mois d’octobre », a-t-il précisé. Mais un détail pourrait réduire à néant cette belle idée de démocratie participative, une telle consultation est en l’état juridiquement impossible à organiser.

Il faudra changer la loi

« Il faudrait changer la loi, explique Arnaud Gossement, avocat de l’environnement. Concrètement, une commune, un département ou une région ne peut pas organiser de référendum sur une décision prise par l’État. » Le problème n’est pas tout à fait neuf : l’année dernière, Ségolène Royal avait aussi évoqué la piste du référendum local sur Notre-Dame-des-Landes, sans donner suite. Depuis novembre 2014, une commission parlementaire (la commission Richard) planche sur un nouveau type de « consultation locale » qui permettrait d’interroger à l’échelon de la commune ou du département sur des projets nationaux. « La commission a abouti à une ordonnance qui exclut spécifiquement les projets d’intérêt national… comme l’aéroport Notre-Dame-des-Landes », précise Arnaud Gossement. Ce texte sera toutefois examiné mardi lors du prochain Conseil national de la transition écologique. Soure

Il faudra choisir à qui l’on pose la question

Si ce verrou sautait, resterait la question du périmètre du référendum, « question capitale » pour la fondation Nicolas-Hulot. « Nous penchons pour consulter les deux régions impactées. A savoir les Pays de la Loire et la Bretagne », précise Denis Voisin, porte-parole de la fondation.

Ce n’est apparemment pas l’option à Matignon, qui indiquait hier que le périmètre du vote « pourrait correspondre au département de la Loire-Atlantique ». Interrogé plus tôt dans la matinée d’hier sur France 2, le tout nouveau ministre de l’Aménagement du territoire, de la ruralité et des collectivités territoriales, Jean-Michel Baylet, imaginait lui une consultation nationale : « Je ne sais pas encore [qui est concerné par le référendum], mais j’imagine que c’est l’ensemble de la population qui sera concerné », lâchait-il de son côté. OUPS ! encore un coup pour rien !

12 Février 2016

L'Algérie furieuse après la nomination d’Audrey Azoulay comme ministre de la Culture

Dénonçant une «marocanisation de la vie politique française», Alger a été le théâtre d’une véritable levée de boucliers après la nomination à l'Elysée de la fille de l’ancien conseiller du roi du Maroc.

Frère et conseiller spécial du président algérien, Saïd Bouteflika aurait déploré une manœuvre de «lobbying» de la part du Maroc, au sein d’une scène médiatique française qu'il estime «infestée» de politiciens, de journalistes et de stars d’origine marocaine, rapporte le site d’information Mondafrique. Celui-ci indique que l’homme politique algérien aurait fait part, à l’abri des micros, de sa désapprobation auprès de l’un des conseillers de François Hollande.

D’autres personnalités algériennes auraient également fait montre de leur irritation envers la «marocanisation» de la scène politique hexagonale, d’après le site.

Audrey Azoulay, symbole de la bi-nationalité et du rapprochement entre le Maroc et la France

Si Alger s’enflamme, c’est que la nouvelle ministre de la Culture de François Hollande n’est autre que la fille d’André Azoulay, ancien conseiller des rois du Maroc Hassan II et Mohammed VI.

La nouvelle ministre était d’ailleurs présente lors de la visite du président français à Rabat en septembre dernier, qui consacrait la réconciliation franco-marocaine après de longues années de gel diplomatique.

Mis à part Audrey Azoulay, Najat Vallaud-Belkacem et Myriam El Khomri, respectivement ministre de l’Education et du Travail, sont les deux autres membres du gouvernement qui possèdent la double nationalité franco-marocaine.

Alger voit ce rapprochement entre l'Hexagone et le Maroc d’un mauvais œil en raison de ses relations tendues avec ce dernier.

11 Février 2016

Le chômage en Suisse coûte cher à la France

Ils ont travaillé et cotisé en Suisse, mais habitent en France. Conséquence ? Une fois au chômage, ces frontaliers sont indemnisés par l'État français.

Quand le malheur des uns... fait le malheur des autres ! Alors que le taux de chômage en Suisse a atteint son plus haut niveau depuis mars 2010 (3,8 %), laFrance se retrouve à payer les pots cassés. C'est ce que révèle Le Figaroce mercredi. La raison ? La hausse du nombre de demandeurs d'emploi concerne principalement les travailleurs français. Comme le note le quotidien, le taux de chômage dans le canton de Genève (5,8 %) dépasse largement la moyenne nationale. Jean-François Besson, secrétaire général du Groupement transfrontalier européen, chiffre d'ailleurs le nombre de frontaliers chômeurs à 14 000.

Or, ces demandeurs d'emploi - qui habitent en France, mais qui ont cotisé en Suisse - se retrouvent indemnisés par l'assurance chômage française. En cause ? Une convention entrée en vigueur en 2009 et signée entre les deux pays voisins. Selon l'accord, la Suisse doit prendre en charge les six premiers mois d'indemnisation à condition que Pôle emploi en fasse la demande. Passé ce délai, la totalité de la dépense revient à la France.

Une indemnisation basée sur les salaires suisses

Et l'addition est d'autant plus salée, que le montant de l'indemnisation repose sur le salaire suisse, « supérieur de 75 % en nominal », précise Le Figaro, citant une étude de l'Insee. Si l'accord négocié en 2009 est particulièrement favorable pour l'État helvète, c'est aussi parce que la France prend en charge les allocations chômage des Suisses résidant en France. Pourtant, les choses n'ont pas toujours été aussi déséquilibrées. La précédente convention, signée en 1978, semblait bien plus avantageuse pour la France puisque la Suisse devait reverser les cotisations chômage qu'elle collectait sur les salaires des frontaliers.

Face à ce constat plutôt surprenant, une question se pose : comment la France a-t-elle pu se résoudre à signer un tel accord ? « Il y a eu des négociations en 2009 sur des accords bilatéraux de libre circulation des personnes entre la Suisse et l'Union européenne. Les Suisses en ont profité pour faire passer en arrière-plan cette nouvelle convention. Malgré nos alertes, il n'y a pas eu d'opposition », explique Jean-François Besson, qui ajoute que « les Suisses sont de meilleurs négociateurs que les Français ». Seul espoir pour la France : la convention pourrait être remise en cause puisque les Suisses entendent revenir sur la libre circulation.

source Le Point

10 Février 2016
Autodafé géant : l’EI brûle 2000 livres et détruit des oeuvres datant de 7000 ans

Autodafe ei

Illustration : poète entouré de femmes. Détail de la gravure du Livre de chansons d’Abou Al Faraj al Isfahari. © The Art Archive / National Library Cairo / Gianni Dagli Orti

C’est Goebbels je crois qui disait « quand j’entends le mot culture, je sors mon revolver » bien sûr on nous dira très vite : Daesch c’est pas nous ! pas d’amalgame !!

Pendant ce temps…

Daech brûle 2.000 livres et manuscrits et détruit des œuvres datant de plus de 7.000 ans

L’autodafé géant est passé totalement inaperçu. Les combattants de l’organisation Etat islamique auraient envahi la Bibliothèque centrale de Mossoul et le Musée. Bilan: des centaines de manuscrits, des œuvres antiques et des vieux journaux détruits et incendiés.
C’est une information d’Alarabtv (lien en arabe), qui relate avec force détails ce qui pourrait être le plus grand autodafé de l’Histoire. Cette information Associated Press mise en ligne le 1er février n’a pas été encore confirmée par les autorités. Selon Alarabtv, courant janvier, des combattants de Daech auraient pris possession de la Bibliothèque centrale pour «assainir» les fonds documentaires. Selon les habitants, ils auraient emmené avec eux dans six pickups plus de deux milles livres pour les détruire. Etaient concernés, les livres pour enfants, de poésie, de philosophie, de santé, de sport et de sciences, ainsi que les journaux datant du début du XXe siècle, des cartes ottomanes et des collections privées offertes par les vieilles familles de Mossoul. Seuls les livres traitant de l’islam auraient été épargnés.

Désobéissance à Dieu
Un homme en tenue afghane aurait harangué la foule : «Ces livres appellent à la désobéissance à Dieu, ils doivent être brûlés.» Les assaillants auraient ensuite mis le feu aux documents devant les étudiants. «Les extrémistes ont déjà commencé à détruire les livres dans les autres bibliothèques publiques de Mossoul le mois dernier (janvier, NDLR) », témoigne un professeur d’histoire de l’Université de Mossoul. Selon lui, les préjudices touchent les archives d’une bibliothèque sunnite, celle de l’Eglise latine et le monastère des Dominicains.

Les combattants de Daech s’en sont ensuite pris à la bibliothèque du Musée de Mossoul et ont détruit des œuvres datant de 5.000 ans avant Jésus Christ. Daech «perçoit la culture, la civilisation et la science comme des ennemis féroces», remarque le député irakien Hakim Al Zamili.

Les bibliothèques de Mossoul avaient déjà subi deux pillages : en 2003 avec la chute de Saddam Hussein et en juin 2014 lorsque les djihadistes ont pris le contrôle de la ville. De nombreux manuscrits ont été exportés clandestinement.Les Dominicains, eux, avaient commencé à numériser les manuscrits dans les années 90.

09 Février 2016

Les filles d'une école de Genève courent en salle à cause de la proximité d'une mosquée ?

Le média suisse lematin.ch rapporte que dans la plus grande école du canton de Genève, les filles pratiqueraient les cours d'endurance en salle, contrairement aux garçons, à cause de la présence d'une mosquée en face de l'établissement.

Selon les statistiques dévoilées par le directeur du Collège et école de commerce André Chavanne, Roland Jeannet, sur les huit derniers cours dispensés la semaine dernière, les filles ne sont sorties qu'une fois sur quatre contre près de deux fois sur trois pour les garçons. 

«Les filles du Collège et école de commerce André Chavanne ne peuvent pas pratiquer la gymnastique à l’extérieur le vendredi ; cela afin de ne pas indisposer les fidèles de la mosquée voisine. Certains profs imposent cette discrimination, d’autres non», selon «l'information» qui aurait été rapportée à lematin.ch.

Interrogé par le média, certains pensionnaires féminine de l'établissement auraient confirmé avoir déjà couru sur la piste d'athlétisme à l'extérieure mais de façon beaucoup plus rare que leurs homologues masculins.

« Si cela dérange des fidèles de voir des filles courir les jambes nues, une solution aurait été de planter une haie ou des arbres des deux côtés », avait indiqué le directeur de la Fondation de l'Entre-Connaissance et ex-porte-parole de la mosquée, Hafid Ouar,  après que des incidents aient éclaté  entre des lycéennes prises à partie par un groupe de musulmans qui leur reprochaient d'avoir couru en tenue impudique «durant l’heure de la prière». Source

08 Février 2016

La représentation de Hamlet dans la jungle de Calais écourtée : « trop de couteaux »

Le Shakespeare’s Globe a décidé d’annuler les représentations de la pièce « Hamlet » dans la jungle de Calais.
La production a tout d’abord expliqué l’annulation par le froid avant d’avouer qu’elle était liée à la présence d’un trop grand nombre de couteaux dans le public.

«  »Les gens essayaient de passer par les coulisses. Il y avait des couteaux tout autour ».

(…) Standard.co.uk

La réforme du collège ne fait que renforcer les inégalités entre les filières et, ce faisant, entre les élèves.

La réforme de l’orthographe de 1990 ne simplifie pas, quoi qu’on en pense, l’orthographe. Au contraire, elle va créer une nouvelle série de particularités dans la langue qui ne fera qu’en compliquer davantage la compréhension. Croit-on vraiment plus facile de retenir que je ne dois pas mettre de circonflexe à « il disparait » (puisque nos élèves liront encore des textes où cette graphie apparaîtra), mais le conserver dans « qu’il fût » ? Le circonflexe s’attache alors à un temps et à un mode, mais nos élèves ne savent déjà plus retenir la différence entre les temps et les modes… Ils ne mettront donc plus jamais de circonflexes, quels que soient le temps et le mode. Comment justifier, alors, que l’on garde le circonflexe dans telle occasion et non dans telle autre ? Jusqu’à la prochaine réforme qui le supprimera purement et simplement !

Par ailleurs, cette réforme accepte que des évolutions orthographiques justifiées scientifiquement soient abolies arbitrairement : en effet, si l’Académie française a jugé bon (certes tardivement) en 1935 d’écrire « nénuphar » et non plus « nénufar », c’est parce que les théories linguistiques ont montré que le son consonantique qui débute cette troisième syllabe est en réalité un « P » aspiré, plus proche du son « PH » des Grecs que de notre « F » français… Ces Grecs qui, par ailleurs et de manière anecdotique dans cette circonstance, ont longtemps fourni des pharaons à la civilisation égyptienne qui nous a justement permis de connaître cette plante… Le progrès est-il donc désormais d’éradiquer toute trace de connaissances et de savoirs sous le fallacieux prétexte que les connaissances sont élitistes ? Il me tarde de voir l’aile gauche de notre population se faire soigner par des médecins qui n’auront jamais appris une ligne d’anatomie…

L’intérêt d’une société n’est pas de supprimer l’objet de la difficulté et ne doit pas être non plus, bien sûr, de supprimer la personne qui éprouve cette difficulté : la civilisation la plus humaine et la plus avant-gardiste est celle qui conserve et transmet ses connaissances et, lorsque l’assimilation est partielle ou erronée, qui permet à la personne en difficulté de s’orienter vers les occupations qui lui conviennent avec les moyens qui sont les siens.
Est-il judicieux d’inciter tous les parents à placer leurs enfants dans des filières générales (et particulièrement la filière scientifique), forçant ainsi les enfants à souffrir dans des activités qui ne correspondent pas à leurs capacités ? Peut-on encore trouver acceptable aujourd’hui de considérer que les filières professionnelles sont moins prestigieuses et avantageuses que les filières générales ? Où se trouve, ici, la déconstruction des stéréotypes de profil ?

La réforme du collège ne fait que renforcer les inégalités entre les filières et, ce faisant, entre les élèves. Il fait partie de l’apprentissage de se rendre compte de ses forces et de ses faiblesses : supprimez le thermomètre de cette conscience et vous obtiendrez un monde où n’importe qui pourra se juger digne de pratiquer une opération à cœur ouvert ou un vol Paris-New York, car qui aura le droit de juger l’élève dont les parents voudront qu’il soit chirurgien ou pilote ? Et où pourrai-je trouver, dans ce monde idéal, le menuisier qui saura fabriquer pour moi la table dont j’ai besoin pour manger et écrire ?

07 Février 2016

Douze fois plus de migrants en janvier 2016 qu’en janvier 2015

Les documentaires à charge d’« Envoyé spécial » n’y feront rien. Les chiffres officiels de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés le montrent : le flux migratoire vers l’Europe se poursuit, et s’intensifie lourdement.

Selon ces statistiques, en janvier 2015, il y a eu 5.550 arrivées par mer (que ce soit via la Grèce ou via Lampedusa), tandis qu’en janvier 2016, il y en a eu 65.775. Soit près de 12 fois plus (11,85 pour être précis).

Autre donnée intéressante : la route de Lampedusa est de plus en plus délaissée, au profit de la route des Balkans. Du 1er janvier 2016 au 5 février 2016, il y a eu 67.413 arrivées par la Grèce et 6.029 par l’Italie. Soit un rapport de 11 à 1.

L’aide de trois milliards d’euros promise à la Turquie pour qu’elle maintienne sur son sol les réfugiés, ou contienne les migrants économiques (du Maghreb au Pakistan) qui se mêlent aux flux, est sans effet.

Les restrictions du passage de la frontière aux seuls Syriens, Afghans etIirakiens sont également sans effet. De toute façon, dès lors que ces pays n’ont plus d’État et qu’un faux passeport syrien s’achète aussi facilement qu’une barrette de shit dans une banlieue du territoire français (j’ai failli écrire une banlieue française, mais je me suis ravisé), les « contrôles » n’ont aucun sens.

Au demeurant, ceux qui n’ont pas réussi à obtenir de document de ces trois pays s’emploient à voyager avec des passeurs et essayent de continuer leur route via la Serbie, la Roumanie ou la Hongrie (malgré la barrière construite par Viktor Orbán).

Et sinon, en l’espace de cinq jours, le nombre de migrants venus en Europe par la mer en février 2016 a déjà dépassé celui de tout le mois de février 2015.

Quant à l’Allemagne, elle a reçu, d’après les statistiques du BAMF (Bundesamt für Migration und Flüchtlinge – Office fédéral pour la migration et les réfugiés), 91.671 demandes d’asile supplémentaires en janvier 2016.

Bref, l’année 2016 s’annonce d’ores et déjà dure et longue.

05 Février 2016

Cagnes (06) : leur syndic exige qu’elles retirent leurs drapeaux français

Deux résidentes cagnoises ont, depuis les attentats de novembre, accroché un petit étendard bleu blanc rouge à leur fenêtre. Par courrier, leur syndic vient de leur demander de l’enlever, cela risque de déplaire  à nos 'chances pour la France" Source1602051412150111

04 Février 2016

Etude du Cevipof
Malgré la visibilité des enjeux associés à l’homosexualité, l’effet de l’orientation sexuelle sur les attitudes politiques et, en particulier, sur les comportements électoraux, a été peu étudié jusqu’à présent en France. La question prend, cependant, une acuité particulière dans la mesure où le mariage pour tous a été adopté au début du quinquennat. La note examine, à partir des comportements électoraux déclarés lors des élections régionales de 2015, si l’introduction de nouveaux droits en faveur des couples homosexuels va de pair avec un alignement électoral favorable au PS et à la gauche parmi ces derniers.

03 Février 2016

La secrétaire d’État P. Boistard : Une « chappe de plomb » s’est imposée aux filles dans certains quartiers

La secrétaire d’État aux droits des femmes, Pascale Boistard, a estimé ce dimanche sur France Inter que la « sphère religieuse » s’était « emparée de l’espace public » dans certains quartiers populaires, imposant une « chape de plomb » aux filles.

« Il y a eu un basculement où la sphère religieuse s’est emparée de plus en plus de l’espace public et aujourd’hui, être une fille dans certaines zones du territoire, c’est compliqué« , a déclaré Pascal Boistard, qui a fait « toute sa scolarité dans ces quartiers populaires« .  Nous sommes surpris ! Nous n'arrivons pas à le croire ! Personne ne nous avait prévenus !

« Il y a eu ce phénomène, cette morale, il y a longtemps en France, qui n’était pas issu de la religion musulmane. Les droits des femmes ont toujours été une lutte contre une chappe de plomb de toutes les religions », a-t-elle souligné.

Interrogée sur le voile à l’université, elle a répondu avoir « beaucoup de réserves« , mais affirmé qu’elle n’était pas favorable à une loi. « Je n’ai jamais dit que j’étais pour l’interdiction du voile à l’université« , a-t-elle assuré. Source

02 Février 2016

Assurance chômage : le retour polémique de la dégressivité des allocations. On ose vouloir diminuer les allocations chômage, les petites retraites, pendant que : Chaque année, l'Etat débourse l'équivalent de 2,5 M€ pour Valéry Giscard d'Estaing. C'est un peu plus que pour Nicolas Sarkozy (2,2 M€) et pour Jacques Chirac (1,5 M€). Bientôt peut-être Hollande dans 1 an et demi, et il faut ajouter aussi  tous les anciens ministres, autres élus et aux hauts protégés... A eux, l'Etat n'applique pas les conditions  de ressources...Nous avons droit en France à plusieurs LOUIS XVI.......Il n'y a plus de guillotine!

Faut-il introduire la dégressivité des allocations chômage pour favoriser un retour à l'emploi ? Le débat fait de nouveau rage aujourd'hui. À l'approche d'une renégociation des règles d'indemnisation chômage, le gouvernement met la pression sur les partenaires sociaux et remet sur la table une option controversée : la dégressivité des allocations, déjà expérimentée avant 2001 sans avoir démontré son efficacité sur le retour à l'emploi. Le gouvernement a radicalement changé de discours sur le sujet. "Ce n'est pas à un moment où il y a un taux de chômage élevé qu'il faut réduire les droits des chômeurs", plaidait le président de la République début 2014, avant le début de la précédente renégociation.

Deux ans, 280 000 chômeurs et 8,1 milliards d'euros de déficit plus tard, la tonalité est différente. Le mois dernier, François Hollande et Manuel Valls ont, tour à tour, demandé aux partenaires sociaux gestionnaires du régime de "tout faire" pour favoriser le "retour à l'emploi". Les règles d'indemnisation arrivent à échéance le 1er juillet. Syndicats et patronat se retrouvent autour du 20 février pour négocier la prochaine convention, alors que le chômage a atteint un record fin 2015, 3,59 millions de demandeurs d'emploi sans activité en métropole, et que la dette du régime est abyssale, 29,4 milliards d'euros prévus fin 2016. Dans ce contexte, la ministre du Travail Myriam El Khomri n'exclut pas un retour à la dégressivité des allocations, une position traditionnelle du patronat et de la droite. Elle a appelé dimanche à "regarder les choses de façon non passionnée", tout en admettant que dans les années 1990, ce système n'avait pas prouvé son efficacité auprès des "personnes les plus en difficulté".

"Cela fait partie des choses qui seront discutées par les partenaires sociaux", a renchéri Michel Sapin, ministre des Finances, sur i>Télé, mais cela "doit s'accompagner d'autres (pistes) : si vous êtes dans la dégressivité d'un côté, vous devez être (...) dans l'augmentation du droit à la formation, des droits à la reprise de l'emploi" de l'autre. Aujourd'hui, les demandeurs d'emploi bénéficient d'une allocation fixe (environ 57 % de l'ancien salaire brut, 70 % du net) tout au long de leur indemnisation, qui peut durer jusqu'à deux ans, et trois ans pour les seniors, avant de basculer dans le régime de solidarité financé par l'État.

"Qu'ils nous laissent négocier !"

La dégressivité a déjà été mise en oeuvre entre 1992 et 2001, mais en septembre 2001, une étude de l'Insee a conclu qu'elle avait ralenti le retour à l'emploi, indépendamment de la conjoncture économique et alors qu'elle avait "été mise en place avec l'intuition qu'elle encouragerait le retour à l'emploi". La CGPME a remis le sujet sur la table en 2014, proposant une dégressivité après un an d'indemnisation, sans succès. Cette année, cette option n'a jusque-là pas été défendue ouvertement. Mais la CGT a devancé le débat, son négociateur Éric Aubin y voyant "une mauvaise mesure", qui n'a eu "aucun effet sur la baisse du chômage". "On est assez surpris que les politiques se permettent de dire ce à quoi on doit aboutir dans la négociation (...) Qu'ils nous laissent travailler et négocier !" s'est d'ailleurs agacé M. Aubin, interrogé lundi par l'AFP.

La proposition hérisse aussi son homologue de la CFDT, Véronique Descacq : "La dégressivité pourrait avoir un effet incitatif dans une période de plein emploi, mais avec notre chômage élevé, c'est humainement stupide et économiquement un non-sens." Pour Pierre-Édouard Magnan, du Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP), la dégressivité est "un casus belli". Ce serait "une source de précarisation accrue de gens à qui on n'est déjà pas capable de retrouver du boulot", a-t-il estimé sur RTL. Mais la Cour des comptes a récemment apporté de l'eau au moulin des détracteurs d'une assurance chômage supposée trop généreuse. Elle a appelé les partenaires sociaux à "effectuer des choix pour garantir la pérennité" du régime, suggérant plusieurs pistes d'économies, dont une baisse des allocations ou de la durée d'indemnisation des seniors.

source Le Point

01 Février 2016

Jérome Guedj , frondeur PS, loue son hôtel particulier sur Airbnb

au lieu d'accueillir des migrants. "Faites ce que je dis,mais pas ce que je fais"

Trouvée sur le site d’annonces Airbnb :

A 1oom Arènes d’Arles, un superbe hôtel particulier de 400 m2 sans aucun vis-à- vis, avec petite piscine, patio, jardin, 5 chambres sur 3 niveaux, 4 salles de bain, terrasse.Un havre de paix, meublé avec goût. Tarif/semaine : Pâques : 2250 / été : 2700

Airbnb


Jérôme Guedj, né le 23 janvier 1972 à Pantin, est un homme politique français. Suppléant de François Lamy, à la suite des élections législatives de 2012, il a été député de la Sixième circonscription de l’Essonne lors du passage du titulaire au gouvernement, de mai 2012 à mai 2014. Membre du Parti socialiste, il est conseiller général du canton de Massy-Est.

Depuis le nom de l’annonceur a été changé, Jérome [Guedj] est devenu Emilie comme Emilie Frêche, sa très à gauche compagne.

Mais en passant par la page « user » on tombe encore sur la photo de Guedj :


L’annonce apparait aussi sur le site Locacity

Source

31 Janvier 2016

Intégration des réfugiés : et si l’on posait aux donneurs de leçons les bonnes questions ?

Il n'y a pas à dire, le réveil sera brutal.

Ouvrir en grand les portes de l’Europe aux réfugiés et aux demandeurs d’asile, c’est ce qu’un rapport du HCN (Haut-Commissariat des Nations unies) et de l’OCDE (l’Organisation de coopération et de développement économique), paru jeudi dernier, préconise au moyen de dix propositions afin de « mieux intégrer » les Syriens, les Érythréens, les Irakiens et – s’il reste de la place – les Afghans débarquant sur nos côtes.

Dans ce rapport, Filippo Grandi (Haut-Commissaire des Nations unies) souligne le fait qu’« Einstein était lui-même un réfugié ». Ce qui nous montre, une fois de plus, que l’on essaie de mettre en relation les deux termes que sont « réfugié » et « migrant », pourtant très différents sur le plan juridique, au moyen d’une comparaison entre Einstein et des migrants qui, pour une partie, s’invitent dans des logements, prenant – illégalement – l’eau et l’électricité, installent des campements sauvages et n’hésitent pas à faire valoir leur mécontentement quant à l’insuffisance et à la qualité de la nourriture jugée « mauvaise ». Le tout parfois de façon très violente. Un commentaire, Monsieur Grandi ?

Ensuite, Ángel Gurría (secrétaire général de l’OCDE) nous dit que les réfugiés « apportent de l’espoir, l’espoir d’une vie meilleure et d’un meilleur futur pour leurs enfants et les nôtres ».

Des hordes de migrants affluent en Europe – clandestinement – et cette invasion devrait être bénéfique ? Cet argument est trop facile à démonter, tant les contre-exemples sont nombreux : agression de plusieurs centaines de jeunes femmes à Cologne par des jeunes hommes d’origine étrangère ; agression d’une famille lors d’une manifestation des migrants à Calais… Ça vous parle, Monsieur Gurría ?

Puis il ajoute qu’« il ne faut pas faire d’amalgames à l’encontre d’individus qui ont plus à donner qu’ils n’ont à prendre ». Logements, nourriture – halal -, vêtements, études, transports, loisirs, le tout à moindres frais. Vous disiez ?

Ángel Gurría poursuit en indiquant que « ceux qui arrivent ont souvent un niveau de formation supérieur à la moyenne de leurs compatriotes ».

Pourquoi donc ces braves gens ne mettent-ils pas leurs compétences au profit de leur pays ?

Comment l’Europe va pouvoir leur donner du travail alors que le chômage atteint des sommets ?

Et quand bien même il y aurait des emplois, ne devraient-ils pas profiter, d’abord, aux Européens ? Vous ne répondez rien ?

Pour conclure, il souligne que « l’Europe devrait intégrer au mieux ces réfugiés, en premier lieu pour ses propres intérêts ».
Des milliers de soldats potentiels de l’État islamique sur notre sol, la radicalisation islamique, le terrorisme, les morts… C’est ça, nos intérêts ?

Il n’y a pas à dire, le réveil sera brutal.

 
 
 
 

30 Janvier 2016

De mystérieux tireurs embusqués terrorisent les leaders de Daesh en Libye

Les membres de l'Etat islamique en Libye font face à une nouvelle menace : des tireurs à distance ont déjà éliminé trois de leurs leaders de haut rang en dix jours.

Selon des rapports non confirmés parus sur les réseaux sociaux, les combattants de Daesh seraient pris pour cible par un ou des citoyen(s) libyen(s) bien entraîné(s) au tir à longue distance et désormais surnommé(s) «chasseur(s) de Daesh». 

Les dirigeants locaux de l'organisation djihadiste auraient été abattus un par un dans la ville de Syrte, où est né Mouammar Kadhafi, prise par les terroristes l'année dernière.

Le premier chef du groupe terroriste à avoir été abattu est Hamad Abdel Hady, un ressortissant soudanais, membre d'un tribunal de la charia et qui a été tué le 13 Janvier dernier, selon le Libya Prospect.

Puis ce fut au tour d'un combattant prénommé Abou Mohammed Dernawi d'être éliminé le 19 janvier près de son domicile à Syrte, selon les mêmes rapports. 

Le décès le plus récent est celui d'Abdullah Hamad al Ansari, un commandant de Daesh de haut-rang du sud de la Libye. il a été abattu en sortant d'une mosquée le 23 janvier dernier.

Suite à ces meurtres, les réseaux sociaux se sont enflammés en répandant des rumeurs sur un mystérieux sniper,devenu une sorte de héros pour ceux qui vivent sous le joug de l'Etat islamique, a indiqué le Libya Herald

 Syrte et dans sa région, l'Etat islamique possède près de 3000 combattants qui terrorisent la population locale en l'obligeant à vivre sous des lois extrêmement strictes et violentes, à l'image de Raqqa en Syrie, la capitale de facto de Daesh, ou décapitations, lapidations et crucifixions des résidents n'ayant pas encore fui la ville et ne se pliant pas aux règles, est devenue monnaie-courante. Source

29 Janvier 2016

« Un migrant sera porteur de la flamme olympique en 2016 » a déclaré le Comité Olympique

Le passage de la flamme pour les Jeux Olympiques de Rio en 2016 ira dans un camp de réfugiés à Athènes et un migrant fera parti des porteurs de flamme, a déclaré le président du Comité International Olympique ce jeudi.

« La flamme olympique passera dans ce camp et sera montré aux réfugiés » a déclaré le président du Comité Thomas Bach durant sa visite dans le camp de réfugiés d’Eleonas, occupé essentiellement par des Afghans et des Iraniens. « L’un des réfugiés sera invité à porter la torche ».

Jerusalem Post

27 Janvier 2016

Lassé des USA et de l'UE, la Géorgie se tourne vers la Russie

La fatigue générale éprouvée par l'Amérique et l'Europe suite à leur propre élargissement crée une atmosphère qui contribue à la croissance en Géorgie de tendances à la fois prorusses et antioccidentaux.

Les forces politiques prorusses bénéficient d'un soutien croissant en Géorgie, alors qu'une perspective d'adhésion à l'Union économique eurasiatique (UEEA) séduit de plus en plus de Géorgiens, tendance susceptible d'affecter les USA et l'UE qui ont investi des milliards dans la promotion de la démocratie géorgienne, écrit le Washington Post

"La vision géorgienne de la Russie est effectivement compliquée. Quoi qu'il en soit, les mentalités évoluent en faveur de l'UEEA, et tout porte à croire que l'influence de la Russie augmente également en Géorgie", constate l'observateur du quotidien américain Michael Hikari Cecire.

Et d'ajouter que ces dernières années, les sondages témoignaient d'une croissance nette et stable du soutien accordé à l'Union économique eurasiatique, ainsi que de l'appui apporté en Géorgie aux forces politiques antioccidentales et prorusses.  

Selon différents centres sociologiques, 31 à 44% des Géorgiens sont aujourd'hui favorables à l'adhésion à l'UEEA, alors qu'en 2013, ce projet économique eurasiatique n'était soutenu que par 11% de la population géorgienne.

"Les Etats-Unis et l'Europe ont investi des milliards dans la promotion de la démocratie et le développement économique en Géorgie, et Tbilissi y répondait avec conséquence et enthousiasme", relève le journaliste.  

Selon ce dernier, le gouvernement géorgien "fait pratiquement tout correctement", mais la fatigue générale des USA et tout particulièrement de l'Europe suite à leur propre élargissement "fait naître en Géorgie une sorte de fatalisme et contribue à l'instauration d'une atmosphère politique qui renforce les tendances prorusses et les croisades antioccidentales".

Le Washington Post signale que si la Géorgie se détourne de l'Occident, les conséquences seront lourdes. En effet, cela portera préjudice à la démocratie qui progresse dans le pays, permettra à Moscou de contrôler la partie intérieure de l'Eurasie, ouvrira pour la Russie un corridor direct jusqu'au Proche-Orient et privera tout bonnement les pays occidentaux de l'accès aux ressources énergétiques eurasiatiques. 

Michael Hikari Cecire estime que si les tendances prorusses gagnent en Géorgie, "Moscou aura le contrôle sur ce pays stratégique, point où convergent la Russie, la Turquie, l'Iran et l'Europe".

26 Janvier 2016

L’Etat islamique préparerait de nouvelles attaques en Europe

Selon Europol, l’office de police intergouvernemental européen, l’Etat islamique (EI) préparerait de nouvelles « attaques d’ampleur » en Europe.

Une affirmation qui pourrait être confirmée par l’apparition, à la fin de la vidéo de revendication publiée hier à propos des attentats de Paris, d’images de Londres et de David Cameron. Des images associées à une phrase sans équivoque : « Quiconque se mettra du côté des mécréants sera la cible de nos épées ».

Le jour où l’EI paralysera nos communications, nos transports, nos sources d’énergie…

[…]« Il suffit de 40 cybercriminels particulièrement expérimentés pour mettre un pays à genoux. Ils peuvent désorganiser nos télécommunications, nos moyens de transport, nos sources d’énergie », ont expliqué les différents intervenants qui participaient à Neuchâtel, en Suisse, à un colloque consacré à la lutte contre la cybercriminalité. Ce colloque, organisé par l’Association suisse de la sécurité de l’information, faisait notamment intervenir Joseph Billy, ancien directeur adjoint en charge de la division de contre terrorisme du FBI, Gal Messinger, ancien officier des forces de sécurité israéliennes, le Français Alain Bauer, professeur de criminologie appliquée au Conservatoire national des arts et métiers. […]

Alain Bauer, qui clôturait ce colloque, n’a guère parlé de hackers et de cyberguerre, mais les services secrets français ont dû entendre leurs oreilles siffler. « Un jeune policier d’origine maghrébine avait fort bien compris le degré de dangerosité d’un Mohamed Merah, avant qu’il n’assassine sept personnes, dont trois enfants juifs, mais sa hiérarchie, à Paris, n’a rien voulu savoir. Comme Merah ne portait pas de djellaba ni de barbe, et qu’il buvait de l’alcool, ils en ont déduit que ce n’était pas un terroriste ! Les services français savent compiler les infos, faire des fiches, mais ils ne savent pas analyser », lâche le criminologue.

Pendant longtemps, Mohamed Merah a été présenté comme un loup solidaire, qui se serait radicalisé seul, derrière son ordinateur. Jean-Paul Rouiller, l’ancien membre des services secrets suisses, rappelle que le jeune terroriste franco-algérien a été formé en 2011 dans les montagnes pakistanaises par le Tunisien Moez Garsallaoui, longtemps résident dans le canton de Fribourg. […]

Le Point

La Polygamie validée en Grande-Bretagne

Les migrants avec plus d’une femme obtiendront des avantages supplémentaires avec les nouvelles réformes au Royaume-Uni

Les mariages polygames, largement confinés aux familles musulmanes, sont reconnus en Grande-Bretagne que s’ils ont eu lieu dans les pays où ils sont légaux.

À l’heure actuelle le mari et sa première épouse peuvent recevoir jusqu’à 114.85 £. Les conjoints supplémentaires vivant sous le même toit reçoivent une allocation réduite d’environ £ 40 chacun.

Mais la Chambre des communes papier a mis en évidence une faille qui permettra aux épouses supplémentaires de réclamer l’allocation d’une personne seule complète tandis que le mari et sa première épouse reçoivent toujours la leur.

Express.co.uk

24 Janvier 2016

Après les piscines Allemandes, les discothèques de la ville allemande de Fribourg interdisent l’accès aux migrants

Un groupe s’est formé entre plusieurs discothèques de la ville allemande de Fribourg afin d’interdire aux migrants d’entrer dans ces lieux.

Selon les rapports de police, une vague de vols par pickpockets et de nombreuses agressions sexuelles ont précédé la décision des gérants de boîtes de nuit de la ville universitaire de Fribourg.

DW

Les boîtes de nuit au Danemark refusent de laisser entrer les migrants qui ne savent pas communiquer en danois, en anglais ou en allemand en raison des problèmes d’agressions sexuelles survenus en Europe occidentale.

La police bannit l’entrée aux personnes ne pouvant pas communiquer avec le staff de la discothèque, selon le journal danois Le Local.

« Un grand nombre d’hommes venant des centre de réfugiés sont incapables de respecter les personnes de sexe opposé » déclare l’employé d’une discothèque de Sonderborg au Danemark.

Telegraph

Les autorités d'une ville belge ont annoncé leur intention d'introduire cette mesure après qu'il y ait eu, dans la piscine municipale, deux cas d'abus sexuels par des demandeurs d'asile à l'encontre de mineurs.

Le bourgmestre (maire) de la ville de Coxyde (commune littorale, frontière avec la France) Marc Vanden Bussche a annoncé son intention de soumettre aux autorités municipales une interdiction d'accès à la piscine aux réfugiés, rapporte dimanche le quotidien belge Nieuwsblad.

Le maire de la ville balnéaire s'est décidé à discuter des mesures d'urgence après qu'il y ait eu, dans la piscine municipale, deux cas de harcèlements sexuels par des demandeurs d'asile à l'encontre de mineurs.

Auparavant, la ville allemande de Bornheim (ouest) avait également décidé d'interdire l'accès de sa piscine municipale aux migrants masculins depuis que des femmes se sont plaintes de harcèlements.

23 Janvier 2016

Arrêtons de trouver des excuses aux djihadistes

Le petit prince voulait qu’on lui dessine un mouton ; la société du spectacle de l’information veut, quant à elle, expliquer le djihad.

Certes, l’humble amateur d’Histoire que je suis se félicite que la raison l’emporte sur l’émotion, cet inhibiteur de pensée. Mais – car il y a un mais – l’Histoire, sauf erreur de ma part, demande un certain recul pour être convenablement appréhendée. Or, de recul il n’est point sur ces plateaux de spécialistes dégoulinant d’une démagogie qu’aucun détachant ne saurait ravoir !

Dernière perle en date, l’émission de Taddeï qui, avec une exemplaire obscénité, eu égard aux morts à peine enterrés du 13 novembre 2015, s’interrogeait ainsi : « Expliquer, c’est excuser ? » Question louable si, dans son ensemble, elle était traitée avec honnêteté et pudeur. Car, ici comme ailleurs, et à quelques rares exceptions près, nous avons été abreuvés d’explications socioculturelles sur les motivations des terroristes ayant sévi avec une remarquable efficacité sur le sol français au cours de l’année 2015. Explications souvent oiseuses et maquillées en bouche de la vérité !

Ce déterminisme zolien, considérant que la pauvreté et la différence culturelle sont les causes de la conséquence, serait juste ridicule s’il n’était pas tragique. À ce compte-là, la France aurait dû brûler mille fois, elle qui a si souvent accueilli de fort modestes personnes venues d’ailleurs.

Et les victimes, cette poussière qu’on cache volontiers sous le tapis pour ne pas déranger ces diatribes spécialistes et politiciennes, qu’en est-il ? Elles sont sommées de parler dans le sens du vent consensuel, et gare à quiconque serait pris d’une rage rétrospective ! La censure – effective, n’en déplaise aux aveuglés – veille ; comme elle veille à juguler les voix dissonantes qui s’immiscent dans ce concert d’hypocrites. Le ministre de la Culture a ainsi privé Valeurs actuelles de subventions car (je cite) « pour bénéficier de ces fonds, un titre ne doit pas avoir été condamné pour racisme, antisémitisme, incitation à la haine raciale ou à la violence lors des cinq dernières années » (source : Marianne). Quelle belle et limpide démocratie avons-nous là !

Et si l’explication de ce terrorisme était plutôt à chercher du côté de la perversité, ce « goût pour le mal », cette « recherche du mal » (Le Robert) ? Perversité peut-être favorisée par une incitation sacrée à la haine.

De mon côté, je ne vois ni révolte ni cri de désespoir dans l’extermination gratuite de son prochain, même s’il est vrai qu’il ne s’agit pas de prochain mais de mécréant !

Revenant à mon petit prince, je me dis que « l’essentiel est invisible pour les yeux » de tous les spécialistes.

22 Janvier 2016

Ceux qui annonçaient « le grand remplacement », craignaient l’islamisation, voyaient la perte de leur identité peuvent grincer des dents.

Ils ont été trainés dans la boue, insultés, placardés xénophobes et racistes, par les extrémistes de « l’inclusif », les défenseurs d’une mixité impossible – les cultures et les valeurs européennes sont aux antipodes de celles de l’Afrique et de l’islam –  ils se sont même vus interdire de questioner l’immigration par des gens qui disent défendre la démocratie.

Les voilà qui sortent du bois et jettent le froid : l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) avoue officiellement que les migrations de population ont transformé les villes.

La gauche, je ne le dirais jamais assez, n’avance vers ses objectifs qu’en les dissimulant. Elle ne gagne qu’en cachant son but.

Le mal est fait. Les socialistes européens ont voulu transformer les sociétés, punir les blancs, ils ont réussi. Ils ont voulu fabriquer un homme nouveau, c’est en cours. La bataille identitaire est perdue disons les choses, les villes ont été transformées et ce n’est pas fini. La mauvaise nouvelle est que s’ils ne le nient plus, c’est qu’ils savent qu’ils ont gagné : ils ont détruit ce que l’humanité avait fabriqué de mieux : la culture européenne héritée des valeurs judéo-chrétiennes, et l’Europe va connaître la régression par l’islam.

Bruxelles est devenue la deuxième ville au monde pour son nombre d’habitants nés à l’étranger : 62 % dit l’étude ! Et ils ne sont pas nés en Occident. Paris suit de loin avec « seulement » 25 % de parisiens nés ailleurs qu’en France – sauf que les enfants de ces étrangers, eux, ne sont pas comptabilisés.

 Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.

Source : OIM

21 Janvier 2016

Comment le pouvoir et les journalistes veulent bâillonner la vérité

La Liberté d’expression effraie encore et toujours les socialistes. Le projet de Loi, en cours de construction, destiné à bâtir une  « République numérique », par l’amendement numéro 843 déposé par les Socialistes, vise directement les sites relais d’articles de presse [tel celui que vous lisez et beaucoup d’autres non subventionnés par le pouvoir].

 Ces sites relais éditent des articles, soit repris de réflexions d’intellectuels divers, soit d’auteurs libres dotés d’un sens critique réel, ce qui permet une liberté d’expression concrète, appréciée par les lecteurs ; ainsi, vous avez pu observer que notre site révèle souvent des informations et vérités occultées,  minorées ou transformées par les grands organes de presse écrite ou télévisée subventionnés ; ceux-ci, devant l’évidence s’exécutent plusieurs jours ou semaines plus tard, en mentionnant des informations que vous connaissez depuis longtemps.  

Ces sites relais d’articles de presse sont condamnés à la disparition, pour laisser vivre exclusivement l’expression de la pensée unique « politiquement correcte » à travers des grands organes de presse inféodés au pouvoir pour cause de subvention, et destinés à la fabrique de veaux et moutons.  

 Décidément le pays des « droits de l’homme » les donneurs de leçons de démocratie comme Le Foll qui, le toupet frémissant d’indignation, déclare (voir article du 20 janvier les leçons de TALAMONI) : « Je suis tolérant à condition que la République soit respectée. » Mais, mon pauvre biquet, est-elle respectée, ta République, dans les quartiers nord de Marseille ou les zones de non-droit des alentours de Paris ? Est-elle respectée lorsque tu laisses entrer des centaines de milliers d’illégaux qui osent écrire « nous le peuple uni de la jungle de Calais » pendant que, dans le même temps, des centaines de délinquants sont relâchés par ta justice trouée ? Est-elle respectée lorsque les profs, les pompiers, les flics, l’autorité, jusqu’aux médecins des hôpitaux, est bafouée sans cesse et partout ? Est-elle respectée lorsque tu secrètes six millions de chômeurs et bousilles volontairement l’instruction de la jeunesse ?

Et Le Foll de continuer : « 60 % des Corses n’ont pas voté pour les nationalistes. » Bravo ! Il vient de comprendre. Mon cher Stéphane, cela s’appelle la démocratie : au second tour, vois-tu, celui qui a ramassé le plus de voix l’emporte. Pas dur à comprendre, non ? Illustration : au 2e tour des régionales, les listes d’union de la gauche ont ramassé 29 % des exprimés ; donc, 71 % des exprimés n’ont pas voté socialiste ! CQFD. Tu piges ?

Et maintenant avec leur nouveau projet de Loi, ils veulent bâillonner l’information, la vraie, pas celle des subventions. Les Français vont bientôt se croire dans un pays totalitaire

Décidemment, la Liberté fait toujours et encore peur aux socialistes !

20 Janvier 2016

Les violences contre les forces de l'ordre ont augmenté en 2015, près de 84 agressions par jour

D’après le registre statistique du ministère de l’Intérieur, près de 30 000 agressions contre des représentants de l’autorité ont été recensées en 2015. C’est 2% de plus que l’an dernier. Que de déséquilibrés, il va falloir prèvoir une formation rapide de psychiatres !

Le Figaro révèle les chiffres de la place Beauvau : 2 301 agressions de plus cette année, soit une moyenne de 84 «faits des violences à dépositaire de l’autorité» par jour. Interrogé par le journal, le secrétaire général de Synergie-Officiers pense que «la réponse pénale n’est pas assez dissuasive, surtout lorsque c’est un représentant de l’autorité qui est visé ces chiffres sont une réalité. Ils ne sont pas fantasmés» précise-t-il.

Un sentiment partagé par le plus grand nombre dans le corps policier. Pour rappel en octobre dernier, de nombreux policiers avaient manifesté sous le nez de Christiane Taubira, place Vendôme. Près de 7 500 fonctionnaires s’étaient déplacés pour montrer leur mécontentement contre la réforme pénale de la garde des Sceaux. Le Syndicat des Commissaires de la Police Nationale (SCPN) souhaite «dénoncer la fracture qui s’aggrave entre les réalités auxquelles sont confrontés les policiers et certaines pratiques ou prises de positions désinvoltes d’une partie des membres de l’ordre judiciaire». Source

18 Janvier 2016

Le lexique franco-« jeunes » enfin disponible dans les écoles les plus proches 

La jeunesse de France dans son ensemble aurait donc fait de l’arabe vulgaire sa première langue et d’un sabir islamo-racaille mondialisé son langage de tous les jours ? SHARES

FacebookTwitter

Ah, le langage des « jeunes » ! Une barrière à la compréhension intergénérationnelle souvent infranchissable. Récemment, les dictionnaires Petit Robert et Larousse se sont renouvelés en incluant des anglicismes stupides et des mots d’argot comme « bolos ». Ils restent néanmoins en retard par rapport à l’évolution constante de l’argot des « jeunes ».

L’Express révélait hier, dans sa rubrique « Insolite », l’existence d’un lexique franco-« jeunes » officieux à l’usage des professeurs d’un établissement scolaire parisien. C’est une utilisatrice du réseau social Twitter qui en a révélé l’existence. Le document, intitulé « Lexique top secret pour M. Dufduf », était affiché dans la salle destinée aux réunions privées des professeurs. Dans ce lexique, plusieurs mots argotiques, ou étrangers, trouvent une traduction en français courant (déduction faite des nombreuses fautes d’orthographe).

Parmi les mots mentionnés, de nombreux mots étrangers : sheitan (diable), miskine (le pauvre), bismila (au nom de dieu), nardinomouk (insulte pour une mère), starfoullah (pardon dieu), psartek (respect). D’autres mots renvoient au vocabulaire du rap, des fameux quartiers dits « populaires » : zoulette (péripatéticienne), balek (s’en foutre royalement), zonz (prison), biff (argent), rodave (être pris en flagrant délit), crew (groupe, block, bâtiment de la cité). Pour le journaliste de la rubrique « Insolite de L’Express, cette liste de définitions permettrait d’« enrichir le vocabulaire des adultes » et représenterait le langage des « jeunes ». Mais de quels « jeunes » parlons-nous ? La jeunesse de France dans son ensemble aurait donc fait de l’arabe vulgaire sa première langue et d’un sabir islamo-racaille mondialisé son langage de tous les jours ?

Cette information témoigne de la profonde décadence dans laquelle est plongée la France. La déculturation du pays est une réalité observable. Première victime ? La langue française qui est dénaturée, trahie, violée et méthodiquement remplacée par un jargon débilitant. Le niveau d’enseignement donné à l’école baisse considérablement, ainsi que la compétence générale d’une partie de moins en moins négligeable du corps enseignant.

À la source de nos maux : une classe politique folle qui a laissé venir une immigration de masse sans se soucier des conséquences : l’abandon progressif de l’exigence à l’école, le relativisme culturel. L’école, conformément aux souhaits des idéologues qui nous gouvernent, s’est adaptée aux nouvelles catégories de la population présentes sur notre territoire, alors qu’elle aurait dû demander à ces nouvelles catégories de s’adapter à elle. Elle est devenue bêtement « multiculturelle » avant que d’être totalement déculturée car déracinée. Face à l’immigration de masse, nos dirigeants ont toujours répondu qu’elle était une « chance ». Ils n’ont jamais prévenu les Français que cette immigration de masse pourrait poser des « difficultés » et qu’elle nécessitait des aménagements, des sacrifices auxquels la population n’aurait pas forcément consenti si elle avait été informée.

« Dès qu’elle est proférée, la langue entre au service d’un pouvoir », disait Roland Barthes. En l’espèce, ce pouvoir prospère sur la disparition de notre civilisation et entend la remplacer par un néant. C’est un pouvoir injuste en lutte contre tout ce qui est beau et élève l’esprit.

Gabriel Robin  

16 Janvier 2016

Ils sont nombreux à être la République des copains

L’ex-vice présidente PS de l’Ile-de-France Michèle Sabban vit toujours dans son logement social

Selon les informations de « Marianne », l’ex-vice présidente socialiste de la région Ile-de-France, qui avait démissionné à la suite aux révélations sur le logement social qu’elle occupait à Paris, n’a toujours pas, contrairement à ce qu’elle avait promis en juin 2014, quitté le fameux duplex. Source

15 Janvier 2016

Questions sur l’aptitude de certains étudiants formés hors de France : nombre croissant d’internes en médecine incompétents, d'après le quotidien du Médecin

Depuis novembre, huit internes de médecine générale d’Ile-de-France ayant entamé leur cursus dans un pays de l’Union européenne – et passé les ECN en France – ont été suspendus. Ils suivent un stage de remise à niveau dans des services parisiens, leurs compétences ayant été mises en cause

14 Janvier 2016

François Kersaudy : « L’immigration a provoqué chômage, déracinement, haine de la France, déscolarisation »

Pendant que l’on amuse le peuple de débats oiseux, l’état recule. De renoncement en renoncement, la libanisation de notre pays semble inexorable.

Il suffit de suivre l’enchaînement et l’imbrication de tous ces facteurs pour comprendre l’impasse actuelle : l’immigration incontrôlée a provoqué entassement, chômage, déracinement, déscolarisation, haine de la France, phénomènes de bandes et petite délinquance. D’abord non sanctionnée, celle-ci a prospéré dans les zones de non-droit, puis elle a abouti à une criminalité plus dure, débouchant souvent sur la case prison ; que ce soit durant une incarcération mal contrôlée, dans les mosquées ou sur Internet, les délinquants sont tombés sous l’influence des intégristes prêcheurs de haine, qui leur ont donné une raison de vivre – et même de mourir

Bien entendu, ce processus ne mènera pas à la guerre civile, car ce serait inacceptable, et dans la pensée magique, l’inacceptable ne saurait se produire. D’autant que la perspective d’une telle guerre alarmerait le peuple, et rien n’est plus dangereux qu’un peuple alarmé – sinon un terroriste fanatisé. C’est d’ailleurs dans l’espoir de « rassurer les populations » que les autorités envoient des militaires en uniforme patrouiller et servir de gardes statiques – tout en sachant parfaitement qu’ils ne peuvent rien prévenir et constituent des cibles idéales pour un tueur bénéficiant de l’effet de surprise.

À tout cela s’ajoute que les nouvelles vagues d’immigration massives vont sans doute charrier quelques courants de haines mortelles encore inconnues sous nos latitudes. Bien sûr, beaucoup de ces affrontements importés ne se produiront pas, mais qui osera affirmer qu’aucun n’éclatera ? Et que pourra faire dans cette éventualité une armée française épuisée par les gardes statiques, peu sûre de ses effectifs et moins encore de ses matériels.

Le Point

11 Janvier 2016

Irlande : L’île attire de plus en plus de Français tavailleurs qui laissent leur place aux clandestins assistés

L’Irlande est une île en pleine reprise économique. Elle attire aujourd’hui des salariés venus de toute l’Europe, dont bon nombre de Français. Si les besoins en travailleurs étrangers sont si grands, c’est parce que Dublin est devenue en quelques années la Silicon Valley de l’Europe. Google, Facebook, Twitter, Yahoo, Amazon, tous les géants du web. Source

http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/emploi-l-irlande-attire-de-plus-en-plus-de-francais_1262305.html

09 Janvier 2016

Lyon : les patriotes montent une opération Touche pas à nos soeurs

Allemandeagressee

La nuit de la  Saint Sylvestre, en Allemagne, des centaines de femmes poursuivies, puis encerclées, violentées et outragées, certaines finalement violées, par des  individus soi-disant persécutés, de religion musulmane, transformés en monstres.

Si ces forfaits ont pu être commis dans des villes comme Cologne, Hambourg ou Zurich, rien n’empêche de penser que cela pourrait arriver demain en France, puisque l’Union Européenne veut imposer à notre pays de recevoir encore plus de prétendus réfugiés.

Des femmes lyonnaises lucides, quelques unes du Front National, craignant pour leur sécurité en 2016, devant la forte probabilité de flux de migrants se déversant  sur la France, ont manifesté le vendredi 8 janvier à Lyon, devant le Palais de Justice.

Le mot d’ordre – touche pas à nos soeurs – pour dénoncer ce qu’il faut bien appeler : des actes terroristes.

Pendant trente minutes, le temps de la manifestation, de nombreux lyonnais, hommes et femmes confondus vinrent  témoigner d’un soutien total à cette initiative.

Ces femmes courageuses redoutent demain d’être la proie,  d’être chassées comme  du gibier pour reprendre l’expression du rapport de police des autorités de Cologne.

Ces femmes alertent sur le risque  de voir  en France, prochainement des milliers de femmes en pleurs, traumatisées, paniquées, volées, frappées et victimes de violences sexuelles.

Elles savent bien comment dans certains milieux les femmes sont traitées : mariages forcés, 70 000 cas chaque année en France, polygamie, excision à la lame de rasoir etc…..

Surtout, elles sont persuadées que ce n’est pas ce  trissotin de François Hollande, coupable d’aplatventrisme devant le roi d’Arabie Saoudite, qui se souciera d’elles. Il suffit de  rappeler dans quelles conditions inélégantes, cet individu a répudié sa compagne.

Heureusement, de plus en plus de Français prennent conscience du poison mortel que constitue l’immigration de masse dans un pays qui connait une crise économique sans précédent.

Saluons ces femmes ! Assurons les de notre soutien bienveillant.

« Homme et femme, aucun d’eux ne peut vivre sans l’aide indispensable de l’autre  »   Gandhi.

Daniel Albout

08 Janvier 2016

Alice Schwartzer, féministe immigrationniste allemande, favorable au multiculturalisme, vient de contribuer à donner le prix Simone de Beauvoir au maire de Lampedusa, qui a accueilli à bras ouverts les futurs violeurs de femmes allemandes…

L’annonce de la tentative d’un homme de se faire exploser dans Paris ce jeudi 7 janvier après avoir attaqué au hachoir de boucher des policiers dans le 18ème arrondissement, fait le tour des médias allemands et confirme, à leurs yeux, l’état de guerre en Europe et surtout en Allemagne un an après les meurtres de Charlie Hebdo. Le Nouvel An 2016, avec les viols et les agressions sexuelles de Cologne, de Hambourg, de Berlin, de plusieurs villes situées le long du Rhin (les viols étaient généralisés et coordonnées, selon la police, sur toute l’Allemagne), sont l’annonce du début de la guerre civile en Allemagne pour les observateurs allemands.

Udo Ulfkotte, reporter de guerre au Moyen-Orient, devenu musulman et redevenu chrétien, dénonce la désinformation des médias (Ulfkotte a travaillé au F.A.Z et a été acheté par la CIA), lui, qui mettait en garde contre la guerre dans le pays il y a 15 ans, annonce le début de la guerre civile, « notre Etat de droit disparaît à cause de l’arrivée massive de migrants en provenance du Proche-Orient et d’Afrique du Nord et nous, les citoyens, sommes laissés seuls car les responsables politiques du politiquement correct ferment les yeux ». La centrale des musulmans en Allemagne, elle, demande aux autorités d’employer essentiellement des policiers musulmans sur les zones sensibles.

Leurs mains étaient partout. Sur le site du journal MOPO de Hambourg avec le titre:  » victime de violences sexuelles d’une meute, « Anne, 25 ans : ils m’ont arraché ma culotte », la jeune femme témoigne en montrant les restes de ses collants et culotte déchirés devant la caméra. Dans la ville de Hambourg, le nombre des femmes agressées monte aussi. Plus de 53 femmes, dont 39 agressées sexuellement, se sont manifestées ce mercredi 6 janvier auprès de la police.

Pour Cologne, plus de 120 femmes se sont manifestées auprès de la police. Anne, 25 ans, qui travaillait le soir du Réveillon comme serveuse, témoigne: « vers 1 h 15, j’ai quitté mon service pour prendre ma pause et pour rejoindre un ami. Je suis allée dans le club « Quer Club » sur la place Hans-Albers. Dans la foule, j’ai senti des mains sur mes fesses. Puis un homme m’a tiré contre lui et il voulait m’embrasser. J’ai pu le repousser et me libérer », dit Anne décrivant son parcours à pied dans la foule en direction du club. « Je suis restée le temps de 3 chansons dans le club avec mon ami puis je suis retournée reprendre mon travail en prenant le même chemin. Dehors la place s’était remplie. J’ai tenté d’éviter la foule. Subitement je me suis retrouvée dans la foule. En un rien de temps, j’étais entourée d’une meute d’hommes. C’était des individus d’Afrique du Nord. Ils avaient mis leurs mains partout sur et dans mon sexe et dans et sur mes fesses. Et ils remontaient ma robe. J’ai rabaissé ma robe mais les hommes étaient si agressifs qu’ils ont arraché mes collants et puis ma culotte. Mes cuisses portent les traces de leurs ongles. »

« J’ai crié de peur et de panique. J’avais le visage en larmes. Un homme m’a remarquée dans la foule. Il est venu me sortir de la foule et m’a raccompagnée à mon travail. » (source MOPO

http://www.mopo.de/hamburg/polizei/sex-mob-opfer-erzaehlt-anne—25—-sie-zerrissen-mir-den-slip–23255682)

Udo Ulfkotte. « Cela fait 15 ans que j’écris sur cette évolution. J’ai montré, à travers mes livres, que les jeunes migrants en Allemagne apprennent à traiter les femmes comme des bestiaux et qu’il est préférable de frapper les femmes. Ceux qui s’étonnent des événements du Nouvel An doivent bien vivre dans un bunker situé très profondément sous terre. Il y a 15 ans, j’ai signalé le fait que des livres islamistes sont diffusés en Allemagne où est enseigné le mépris envers les femmes européennes. Dit autrement, les femmes ont une autre position dans l’islam que les hommes. Mieux encore, il existe des modes d’emploi indiquant où et comment on doit frapper la femme. Ces livres sont des best-sellers. Ce sont des livres tout à fait normaux pour des musulmans normaux, même pas des livres destinés aux extrémistes musulmans.

Les politiques se sont agacés sur mes recherches et pas sur les faits que je montrais, car pour ces politiques, cette culture est un enrichissement culturel. Dans les cours sur l’islam les jeunes musulmans apprennent quand et comment ils peuvent frapper les femmes.  Les mêmes politiques, qui ont soutenu « cet enrichissement culturel » n’en croient pas leurs yeux quand ils réalisent que les jeunes femmes musulmanes ne peuvent pas se comporter comme nos femmes. Les femmes sont des individus de seconde classe.  Les conséquences de « l’enseignement de cette culture enrichissante », qui sont volontairement cachées par nos responsables politiques, se voient, par exemple dans la ville britannique de Rotherham, où, alors que plus de 1400 femmes britanniques ont été violées, les autorités font tout pour le cacher. Nous observons la même chose en Allemagne. Depuis des années je dénonce les faibles peines à l’encontre des jeunes hommes du Proche Orient et d’Afrique du Nord qui frappent, violent les femmes en les considérant comme des bestiaux. Personnellement, je me souviens du cas d’une adolescente, Manuela, qui a été violée (oral, vagin, anal) de manière si violente qu’elle est devenue folle et reste toujours aujourd’hui en psychiatrie). (Source : http://info.kopp-verlag.de/hintergruende/deutschland/udo-ulfkotte/vorsicht-buergerkrieg-nur-weicheier-und-naivmenschen-sind-jetzt-ueberrascht.html;jsessionid=A9D37AC2FD8A24C92C4EBC2D5BB9A053)

Les médias ne parlent pas de ces attaques et ne disent pas que ces criminels sont relâchés. J’ai observé cette évolution en Europe. En automne 2010 une lycéenne a été attaquée en pleine rue à Toulouse. Les criminels lui ont écrasé des cigarettes sur son corps. La raison pour cette attaque était la couleur blonde de ses cheveux. La lycéenne avait la mauvaise couleur de cheveux. Un cas isolé ? En aucun cas ! Dans le département du Nord à Marcq-en-Baroeul a eu lieu la même attaque.  En Suède aussi les jeunes femmes blondes se teignent les cheveux en noir sinon elles sont insultées par les migrants et considérées comme des bestiaux. En 2010 un journal belge titrait, « les suédoises blondes se teignent les cheveux en noir de peur d’être violées » ( Zweedse blondines verven haar donker uit angst voor verkrachting).

Dans son texte Udo Ulfkotte parle de la situation aussi à Vienne où les femmes dans les quartiers de migrants se font harceler tous les jours dans la rue, « salut salope, toi, j’aimerais te sauter » et que la police n’intervient pas. Si les habitants se défendent, ils sont considérés comme  racistes. Puis Ulfkotte décrit la situation dans des écoles allemandes. De plus en plus, les enfants allemands sont en minorité et ils se trouvent isolés à l’école. Ils doivent faire profil bas et se taire. Le jour de ramadan, les enfants musulmans viennent cracher dans leur repas, les agressent physiquement et sexuellement.

Enfin Ulfkotte cite aussi Alice Schwarzer, qui a défendu durant des décennies l’enrichissement de la société allemande par l’introduction de la culture multiculturelle et qui relate sa discussion avec un policier de Cologne, « un policier de Cologne m’a expliqué récemment que 70 à 80 % des viols sont le fait de Turcs. J’ai demandé au policier pourquoi la police de Cologne ne rend pas publique cette information et le policier a dit : Mme Schwarzer, ça nous n’avons pas le droit de le dire car cela est considéré comme être racistes ».

L’Etat censure. De fait, la police de Cologne a volontairement désinformé les journalistes en publiant dès le 1 janvier des informations  qui sous-estiment l’état des violences. Dans une déclaration à la presse, Alexander Gauland, le vice-président du parti AfD (parti qui monte dans les sondages et qui est toujours classé comme un parti national socialiste par les médias d’Etat et par les élites politique actuellement en place), explique : « la police a tenté, dans une déclaration à la presse, de minimiser les actes de violences du Nouvel An à Cologne en parlant d’une nuit de la Saint Sylvestre pacifique et dans l’harmonie dans le seul but d’empêcher les femmes de déposer plainte ». Pour Alexander Gauland c’est une honte pour l’Etat de droit. (D’ailleurs aux informations allemandes  le terroriste du 7 janvier à Paris avait bien une ceinture avec des explosifs au départ et ce n’est qu’en fin d’après midi que l’information sur l’aspect factice de la ceinture est apparue). Comme en Allemagne les autorités françaises désinforment ce qui veut dire que le danger de voir une guerre civile est, comme le dit Udo Ulfkotte, là.

Cologne déni de réalité. Le président de la police de Cologne Wolfgang Albers  interdit dorénavant de communiquer sur les viols du Nouvel An qui ont eu lieu à Cologne et d’informer le public et les médias. La maire de Cologne persiste toujours à dire qu’il n’y a pas de preuves que les viols ont été le fait de migrants. Pendant ce temps, les touristes annulent leurs réservations. Le site de la ville de Cologne continue de faire la promotion du soutien aux migrants. « Cologne aide les réfugiés », est notamment écrit tandis que des cours pour savoir comment se comporter à des agressions sont proposés aux adolescentes et aux femmes www.mach-party-safe.de. Melanie Dittmer, qui vit non loin de Cologne, nous a dit hier, «  à Cologne a lieu la guerre contre la civilisation européenne. Ici c’est l’enfer ! Près de Cologne, dans ma ville à Siegburg, les musulmans ont aussi attaqué les femmes. Un homme a eu la mâchoire brisée. Les criminels sont toujours en liberté. »

Prix Simone de Beauvoir. Comme à la mairie de Cologne, à la chancellerie de Merkel, les élites continuent dans le déni de réalité en célébrant la Cérémonie de la remise du Prix Simone-de-Beauvoir pour la liberté des femmes (soutenu par la Fondation Simone de Beauvoir, l’Université Paris-Diderot, la Maison de l’Amérique latine, le groupe Challancin, la Fondation Forrest, l’Association des femmes italiennes de Paris ) ce jeudi 14 janvier 2016 à 11 heures à la Maison de l’Amérique latine, 217 boulevard Saint-Germain, Paris, VIIe.

Chose insolite. on apprend que « Ce prix à la vocation internationale récompense chaque année, le jour anniversaire de la naissance de Simone de Beauvoir, des personnes ou des associations, des militant.es ou des intellectuel.les qui incarnent les valeurs de liberté défendues par Simone de Beauvoir et qui luttent pour la cause des femmes », que « le jury a choisi de distinguer cette année l’Italienne GIUSI NICOLINI, maire de l’île de Lampedusa – neuvième lauréate du Prix – pour saluer son courageux engagement en faveur des réfugiés. Militante responsable et infatigable, Giusi Nicolini a été une pionnière dans la proclamation du droit de ceux qui sont à la fois victimes de la guerre, de la pauvreté et de l’abandon. Elle s’est d’abord adressée aux habitants de son île, puis au gouvernement italien et à l’Union européenne. Travaillant en étroite collaboration avec les garde-côtes italiens qui assurent les sauvetages en mer, Giusi Nicolini a établi à Lampedusa un centre d’accueil modèle. »

A l’heure où plusieurs centaines de femmes ont été violées, tripotées, encerclées, des féministes célèbrent Simone de Beauvoir et couronnent la maire de l’île de Lampedusa, Giusi Nicolini, qui soutient massivement l’arrivée des migrants en Europe ! Est-ce que Alice Schwarzer* va tenir un discours dénonçant les violences de Cologne ce 14 janvier ou est-ce-que Alice Schwarzer va, tout comme le président de la police et la maire de Cologne, minimiser les actes de terreur qui ont eu lieu en Allemagne dans plusieurs villes pour le Nouvel An. Actuellement ce sont les femmes des mouvements Pegida ou de l’AfD qui devraient recevoir le prix Simone de Beauvoir pour le courage dont elles font preuve face à une élite berlinoise qui vit dans le déni de réalité.

Olivier Renault

*Alice Schwarzer, qui a demandé à la police de Cologne de parler des faits afin de briser l’omerta, est  membre du Jury qui a décidé d’attribuer le Prix Simone de Beauvoir à la maire de Lampedusa.

07 Janvier 2016

"La chance pour la France" nous fait découvrir les nouveaux lieux pour pique-niquer à Calais, à vomir

Réfléchissez, juste un instant, en vous disant que les tombes de ce cimetière pourraient être celles de vos parents. Mais, ce n'est pas important, cela se passe à Calais, et ça ne vous concerne pas parce que vous ne les connaissez pas.  

Sous la bienveillance des gardiens de l'ordre public qui ont des ordres stricts de ne pas intervenir !Download html

Essayer donc de pique-niquer sur une tombe musulmane dans un pays arabe(musulman) et vous verrez si vous ne serez pas égorgés.

D'ailleurs ça ne vous viendrait même pas à l'idée d'aller pique-niquer sur des tombes.

05 Janvier 2016

La mixité sociale ? échec à Kercado, il ne reste que 150 élèves pour 700 places ….

IL n’y pas que dans le 9.3… le collège de Montaigne, à Kercado, ferme face à la fuite des élèves bretons (de souche), il faut dire que cela craint dans ce quartier de Vannes.

Le collège Montaigne à Vannes, d’une capacité d’accueil de 700 élèves, est confronté depuis plusieurs années à une baisse des effectifs qui sont passés de 271 à la rentrée 2010 pour atteindre les 150 en septembre dernier….

21% de la capacité d’accueil …

Le Télégramme titre Collège Montaigne : fermeture en 2016 ? (1)

Le centriste François Goulard : “Si on ne le fait pas, ce serait maintenir un ghetto” …

Que faire pour maintenir un semblant de mixité sociale et pénaliser des enfants qui veulent travailler, apprendre  …

13 policiers sont intervenus en juin 2015 à 6 h dans le quartier de Kercado. Trois Vannetais âgés de 17, 24 et 29 ans ont été interpellés.

Lors des perquisitions, les fonctionnaires ont découvert de grandes quantités de drogues ainsi qu’une arme de poing.

L’un des trois auteurs présumés est jugé demain vendredi en comparution immédiate pour détention de stupéfiants et recel de vol.

3 Vannetais avaient proféré des menaces contre 3 policiers vannetais et un magistrat. Ils les avaient visés nommément dans des chansons de rap, postées sous forme de vidéo sur une page Facebook. Ils ont été interpellés…

On rassure comme on peut, on déplace le Lycée plutôt que traiter le problème, le mal à la racine.

La construction d’un nouveau collège d’Elven doit démarrer en février 2016

« En cas de fermeture de Montaigne, les collégiens iraient à Jules Simon, ce qui, à la rentrée 2016, poserait un problème de place… »

04 Janvier 2016

« Nous envahirons votre territoire » clame Daesh qui exécute cinq « espions » britanniques

Un extrémiste britannique présumé et un garçon en tenu militaire apparaissent dans une nouvelle vidéo de propagande de l'Etat islamique diffusée dimanche où l'on voit l'assassinat de cinq personnes accusées d'être des espions du Royaume-Uni.

La vidéo de 11 minutes débute par les aveux de cinq otages britanniques présentés comme des espions du Royaume-Uni. Agenouillé en tenu orange devant un combattant de Daesh, ils expliquent ensuite un par un leur mission sur le terrain : la surveillance des déplacements des djihadistes ainsi que la diffusion de photos et vidéos sur les conditions de vie à Raqqa, un des fiefs de l'organisation terroriste au nord de la Syrie.

Ceci est un message pour David Cameron»

Un homme qui porte un masque semblant parler avec l'accent britannique menace ensuite le Premier ministre britannique David Cameron : «Ceci est un message pour David Cameron. Il est étonnant d'entendre aujourd'hui qu'un dirigeant insignifiant comme toi conteste la puissance de l'Etat islamique. (...) Nous allons continuer à mener le djihad, franchir les frontières, et un jour nous envahirons votre territoire, où nous allons gouverner selon la Charia», déclare le djihadiste.

La vidéo a été découverte par le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE. « A tous ceux qui veulent continuer à se battre sous la bannière de Cameron, (...) : pensez-vous vraiment que votre gouvernement se souciera de vous lorsque vous tomberez entre nos mains ? Ou vont-ils vous abandonner comme ils ont abandonné ces espions et ceux qui sont venus avant eux ?», menace encore le terroriste.

Un jeune garçon vêtu en treillis militaire apparaît à la fin de la vidéo et menace en anglais : «Nous allons tuer les non-croyants là-bas», conclut-il. Source

03 Janvier 2016

Francois hollande 2012 2015 300x225

François Hollande est-il malade comme Pompidou et Mittérand ? 

François Hollande est-il malade car en 3 ans il a changé

Souhai­tant offrir l’image d’un homme affuté et comba­tif, il avait tenu à se débar­ras­ser de 15 kilos qu’il jugeait super­flus

François Hollande a changé depuis la campagne prési­den­tielle.

Selon Libé­ra­tion qui avait enquêté ” juste arrêté les frites et la mousse au choco­lat à tous les repas”

Pour l’Ex­press, une prise de poids qui serait « LE sujet tabou » en ce moment à l’Ely­sée…

Un ministre qui lui est proche : « Personne ne lui dit rien, parce que manger, c’est la seule manière pour François de gérer le stress. Un régime en ce moment, c’est tout simple­ment inen­vi­sa­geable. »

Bidonnage car on nous dit maintenant que c’est inen­vi­sa­geable ?

Le menu qui lui a été servi cet été à l’Ely­sée : œufs mayon­naise, viande en sauce et tarte au choco­lat…

Pour un mec “normal” qui avait ” juste arrêté les frites et la mousse au choco­lat à tous les repas” …

François Hollande est-il malade comme Pompidou et Mittérand?

01 Janvier 2016

En ces temps de foie gras obligatoire, la souffrance des animaux ne doit pas être oubliée.

Le parlement a reconnu que ce sont des êtres doués de sensibilité. Voilà une déclaration qui ne coûte rien, mais qui peut faire avancer la cause des animaux. Le danger inverse serait plutôt de sacrifier l’homme à l’animal ; certains animaux de compagnie sont beaucoup mieux traités que bien des hommes sur cette terre.

Les animaux font partie de la création divine et sont donc impliqués dans la rédemption, car c’est toute la création qui est dans la souffrance de l’enfantement. Une des questions que je me pose parfois sur le monde à venir est celui de mes retrouvailles avec mes chats !

Pie XI affirmait que le niveau d’une civilisation était fonction de la façon dont elle traitait les animaux. C’est bien possible. Par exemple, dans la façon dont l’islam développe une haine farouche et un mépris total des animaux.

Mais il n’y a pas qu’eux. Dans son livre, Jean Robin recense un nombre important de très mauvaises pratiques que nous mettons en œuvre contre les animaux.

Les chevaux qui arrivent dans les assiettes ont parfois parcouru des milliers de kilomètres entassés. Souffrant de déshydratation ils n’ont plus assez de force pour rester debout mais doivent tout de même être livrés sur pieds au risque de ne pouvoir être vendus. Ensuite ils doivent être vidés de leur sang vivant pour pouvoir être rendus aptes à la consommation.

Il n’est pas besoin d’aller en Europe de l’Est pour voir la façon dont ces animaux sont maltraités ; le mercredi 20 mars 2013, 46 équidés ont été saisis chez un éleveur ; sous alimentés, les entiers cohabitaient avec les autres chevaux, ce qui entraîna des violences terribles dues également à un manque de place.

Les chevaux de sport sont également victimes de maltraitance pour éviter que les animaux ne touchent les barres en saut d’obstacle, on les traite à la capsaicine ; cette pratique est interdite. Plus rudimentaire est la guêtre à l’intérieur de laquelle on met des clous ou des capsules. La pile à bœuf aide également le cheval à ne pas refuser l’obstacle…

La vivisection est pratiquée en Europe à l’échelle industrielle puisque 12 millions d’animaux sont utilisés à des fins expérimentales, dont 2.2 millions rien qu’en France. Or, «de nombreuses raisons éthiques devraient nous pousser à avoir de l’empathie envers les animaux de laboratoire. En effet, puisque les animaux ont un cerveau et un système nerveux leurs sensations émotionnelles et physique sont très semblables aux nôtres». Par exemple on a expérimenté qu’un rat privé de sommeil meure en trois semaines, ce que tout le monde savait déjà !

Il est pour le moins surprenant de constater qu’en psychiatrie, on considère que les sévices sur animaux sont classés comme des manifestations graves de folie, et qu’en même temps on torture légalement des millions d’animaux dans des laboratoires, sans aucune nécessité scientifique établie ; la force de l’habitude l’emporte ainsi que le poids des hiérarchies et des subventions.

Leonard de Vinci, Goethe et le docteur Schweitzer se sont opposés à la vivisection et ont pu néanmoins faire de grandes découvertes en anatomie physiologie ou médecine. CG Jung a refusé quant à lui de poursuivre ses études de médecine à cause de cette raison.

87 % des animaux ne sont pas anesthésiés et pour le confort du tortionnaire on commence par les « dévocaliser »…

Ciba-Geigy reconnaît que, après essais cliniques sur des humains, on doit renoncer à 95 % des médicaments préalablement testés avec succès sur les animaux. (p 157).

Le dernier chapitre donne une liste d’associations luttant contre la souffrance animale ; on y retrouve bien entendu le magnifique et courageux combat de Brigitte Bardot, mais aussi L 214 qui s’intéresse à la défense des animaux utilisés dans la consommation alimentaire. Il y a bien sûr la SPA, 30 millions d’amis mais aussi le collectif antispéciste de Paris qui repose sur la notion d’égalité animale.

Un livre à lire et à offrir avant de s’acheter un animal de compagnie qui, d’abord représente un coût, et ensuite ne doit pas être abandonné au moment des vacances, au motif qu’il n’y a pas de place pour lui….

L’écologie, c’est aussi une meilleure relation avec les animaux qui nous sont si proches…

Ce livre nous aide grandement à ne pas l’oublier. 

30 Décembre 2015

Les sanctions russes contre la Turquie en répnse à l'avion russe abattu par la Turquie

Le 1er janvier 2016 entre en vigueur un paquet de mesures restrictives introduit par la Russie contre Ankara suite à l’incident de l’avion russe abattu par la Turquie. RT France rappelle sur quoi portent les sanctions de Moscou.

5683f68dc3618867738b4607

5683f693c46188bb1c8b4606

5683f698c361886a738b45f8

27  Décembre 2015

Corse : premier conflit ouvert entre autochtones et envahisseurs

En 2015, le soir de Noël, à Ajaccio, dans le quartier des Jardins de l’Empereur, une flopée de racailles a tendu un guet-apens à des pompiers. Caillassage, batte de baseball, clubs de golf, bouteilles d’acide, la panoplie des parfaits petits lâches des quartiers «sensibles» si chers à Taubira, Valls, Cazeneuve et C°.

Mais nous sommes en Corse.

Le lendemain, six cents habitants protestent contre l’agression des soldats du feu,  et la moitié de ces protestataires aux cris de «Arabi fora» (les Arabes dehors) et «On est chez nous» décident d’aller demander des comptes à la jeunesse islamisée qui depuis des mois sème la pagaille dans la ville.

Ces citoyens ont ainsi mis en pratique une des valeurs de la République (que les Corses veulent par ailleurs peut-être quitter parce qu’elle ne ressemble plus à rien), le droit et le devoir de se défendre quand l’Etat est incapable d’assurer «la sûreté» de ses habitants.

Les Corses ont de cette manière démontré par leur action que c’est aux populations locales de mener leurs propres opérations de police quand le gouvernement est incapable de les protéger.

C’est une grande première qui dépasse de loin la rubrique des faits divers. C’est aussi le premier conflit ouvert entre autochtones d’une région et envahisseurs d’outre-Méditerranée.

Il est vrai qu’après les massacres des terrasses parisiennes et du Bataclan, on s’attendait à une autre réaction que des bougies, des mots cuculs et des appels à fraterniser encore davantage avec la religion des assassins. Mais les bobos ont préféré croire que le courage, c’est retourner boire un verre en terrasse plutôt que combattre l’islamisme. Le boboïsme est autre nom de la lâcheté.

Sur l’Ile de Beauté, un kebab et une salle de prière ont fait les frais de la juste colère des Ajacciens. Il s’agirait d’une salle non déclarée où se radicalisent les caillasseurs, ces petits djihadistes qui ont la trouille de passer en Syrie voir comment ça se passe quand on a en face de soi les troupes de Damas et l’aviation russe.

Encore un de ces lieux « cultuels » que Cazeneuve est incapable de fermer, une de ces succursales de l’islamisme comme jadis les permanences du parti communiste étaient les relais de l’internationale moscoutère qui déstabilisait la France.

Un petit bémol : comment expliquer que seulement quelques pages d’un coran aient brûlé. Il faut que les Corses se ressaisissent sur ce coup là. Les artificiers des nuits bleues perdraient-ils la main?

Valls y est allé de son «inacceptable» habituel. Dommage que le Père Noël ne lui ait pas apporté un dictionnaire de synonymes, il aurait pu varier son vocabulaire : inadmissible, intolérable, révoltant, inconcevable… Remettre un coup de nauséabond.

Le président du Conseil d’Administration du Service Départemental d’Incendie et de Secours de Corse du sud, Charles Voglimacci, a été plus direct: «Je dis aux individus de ce soir, les pseudo courageux, que nous ne sommes pas dans certains quartiers du continent où règnent la terreur et le chaos. Ici, c’est Ajaccio et nous ne laisserons personne dicter ses propres règles, imposer la peur et s’accaparer un quartier de notre ville. Si cela les indispose, ils sont libres de partir», a-t-il commenté.

Il y a là comme un relent de «guerre civile». Je croyais qu’elle n’aurait lieu que si le FN présidait une région (ou un territoire). A ce que je sache, ce n’est pas Marine Le Pen qui est à la tête de la Corse. Valls va-t-il oser nous dire que les nationalistes corses sont pires que le Front national?

Mais tandis qu’en Corse les habitants rétablissent l’ordre, à Lens, des chrétiens ont parfaitement intégré ce qu’est la dhimmitude. N’ayant pas la volonté d’assurer eux-mêmes la sécurité de la messe de minuit, ils ont laissé à des musulmans affiliés à l’UOIF le soin de les protéger.

Ces chrétiens (crétins?) sont prêts à payer la jizya (l’impôt de capitation demandé aux dhimmis). Les lois de l’islam s’appliquent-elles déjà à Lens? Si c’est le cas, les chrétiens lensois sont désormais soumis à l’islam. Et s’ils refusent une prochaine «protection», il n’y a pas de doute que les «gentils» musulmans auront alors obligation de les combattre.

24 Décembre 2015

Alors que nous amorçons le dernier droit du magasinage des Fêtes, voici une petite rétrospective de 100 ans de cadeaux de Noël en 3 minutes. De la poupée de porcelaine à l'hoverboard, en passant par la Barbie, les Calinours, le Game Boy et les poupées Bout d'chou: tout y est et certains de ces jouets risquent fort certainement de vous rappeler quelques souvenirs!

http://www.dailymotion.com/video/x3ibct5_100-ans-de-cadeaux-de-noel-en-moins-de-3-minutes_fun#tab_embed

22 Décembre 2015

En quarante ans, quelle régression de la France !

Chers lecteurs, chers citoyens, mes chers amis,

Pardon ! Mille fois pardons de venir perturber votre quiétude hivernale et de troubler, peut-être, vos préparatifs de fêtes de fin d’année. Vous me voyez désolé de devoir vous solliciter mais j’ai vraiment besoin de votre aide.

N’ayez crainte, je ne viens vous demander ni argent, ni subside matériel. Ce dont j’ai besoin, c’est uniquement d’explications, mais de cela j’ai grand besoin.

Je m’explique. Voilà : Il y a quarante ans, j’ai été plongé dans un profond coma dont l’origine importe peu. Lorsque je me suis endormi, la France était un pays encore prospère et cohérent où régnait, malgré l’existence d’opinion variées, une cohésion sociale rassurante et un débat parfaitement démocratique.

A mon réveil, il y a quelques jours, après quatre décennies de léthargie (ce genre de miracle peut arriver, j’en suis la preuve évidente), j’avoue ne plus rien comprendre au contexte global de mon pays. J’ai tendance à considérer que les choses vont plus mal et je m’interroge de savoir si je fais preuve d’un conservatisme décadent ou si mes doutes sont fondés.

En premier lieu, j’observe que la France a sacrifié son industrie. Elle ne fabrique plus, en effet, aucun objet utile à la vie courante et se trouve tributaire d’importations coûteuses qui nous appauvrissent en enrichissant d’autres contrées. Dans certains domaines, elle a encouragé la lutte pour les prix au détriment des productions de qualité ce qui ne favorise guère nos échanges. Ce choix n’était pas fatal puisque d’autres, près de nous, y ont échappé. Je pense notamment à l’Allemagne voire au Danemark, à la Suède ou aux Pays Bas.

Pourquoi ?

J’apprends avec stupeur que les contribuables de ce pays travaillent durant plus de 6 mois, soit la moitié de l’année, pour l’état, avant de pouvoir penser à leur propre entretien. Je découvre aussi que ce même état emprunte, sur le marché financier, pour rétribuer ses fonctionnaires qu’il ne peut plus payer à compter de la fin du mois de septembre. J’observe que, malgré ces dérives, et bien que le taux global des prélèvements soit ici quasiment le plus haut du monde, l’endettement de la Nation, fardeau pour les générations futures, atteindra bientôt 2500 milliards d’Euros, sans que le gouvernement ne s’engage à faire voter des budgets équilibrés.

Pourquoi ?

Notre pays souffre, un peu moins que d’autres, mais de façon bien réelle, néanmoins, d’un déclin démographique. Or, loin de favoriser la natalité par une politique familiale volontaire et forte, nos gouvernements autorisent l’avortement sans apporter de nuance aux motifs qui peuvent justifier cette pratique. Ils la rendent ainsi banale alors qu’elle devrait être légitimée par des raisons objectives, claires et incontournables. Ils dégradent les conditions fiscales des familles. Ils dénaturent la notion de mariage et donc celle de la cellule familiale elle même.

Pourquoi ?

Je constate que nos gouvernants ont, depuis mon endormissement, favorisé l’assistanat en tout genre, au détriment de l’emploi. Qu’ils ont concentré l’essentiel des sommes considérables allouées à la formation professionnelle aux salariés plutôt qu’aux demandeurs d’emploi sous qualifiés. Voici que nous comptons 5 millions de personnes en difficultés avec l’emploi.

Pourquoi ?

Je remarque que malgré toutes ses rodomontades notre gouvernement n’est plus en mesure de décider de l’essentiel pour notre pays, sans obtenir l’aval de la commission européenne. Celle-ci ordonne, dicte et impose des mesures qui parfois heurtent le bon sens et souvent vont à l’inverse des intérêts qui sont les nôtres et cela sans apporter de contreparties à la hauteur des enjeux. Un pays qui abandonne sa souveraineté aliène sa liberté.

Pourquoi ?

Je suis navré de constater que, si notre pays, jadis si empreint d’humanisme, accueillait nombre de migrants assimilables, il autorise voire favorise aujourd’hui une invasion de gens dont la culture diffère tellement de la notre qu’elle empêche leur simple intégration. Ma désolation est immense face au chaos que fait régner ce laxisme coupable et semble t-il résigné conduisant à la déliquescence de la cohésion sociale. Cette invasion se faisant alors que 3,8 millions de Français sont déjà en déficit de logement.

Pourquoi ?

Nos gouvernants s’acharnent souvent à détruire ce qu’il y a de meilleur chez nous. Par exemple la médecine dans son aspect libéral qui promeut à la fois le choix et l’émulation. En imposant, le tiers payant généralisé, ils fonctionnarisent cette médecine qui va perdre de son efficacité et coûter plus cher à la collectivité par la prolifération probable des actes et des consultations ainsi que la surcharge administrative certaine. Pourquoi ?

Je suis stupéfait de constater que malgré cette liste, non exhaustive, de points obscurs relatifs à la vie de notre société et à sa gouvernance, il demeure une majorité d’électeurs prêts à soutenir tous ceux qui sont responsables de cette gabegie monumentale et refusent, par principe, sans doute, ne serait-ce que d’écouter ceux qui prônent une autre politique. Le mensonge, le déni, les promesses et les collusions ne me semblent pas suffire à l’expliquer.

Pourquoi ?

Je suis stupéfait quand je vois les hommes de droite et de gauche s’acoquiner, après s’être invectivés sans ménagement, au point d’empêcher le droit à une véritable alternance pour le pays et de museler le choix de ses habitants.

Pourquoi ?

Je suis étonné de voir et d’entendre un premier ministre, les yeux exorbités, les naseaux fumant, la bave au coin des lèvres et d’une voix satanique extirpée des profondeurs ténébreuses de sa gorge en feu, exprimer à la tribune de l’assemblée, un brulot infâme, insultant et névrosé à l’égard d’un représentant de la seule véritable opposition parlementaire. Je suis encore plus étonné quand je vois que cette invective indigne s’adresse à une personne si jeune, si belle, si intelligente, si courageuse, si calme et si déterminée que Marion Maréchal Le Pen.

Pourquoi ?

Je me demande comment il se peut que dans le pays qui a inventé la démocratie, un parti qui recueille, au moins, un quart des voix du corps électoral ne gère aucune région et aucun département, ne dispose que de 2 députés en dépit de l’exemplarité d’une gestion saine et économe dans les communes qu’il administre. Comment se peut-il à l’inverse qu’un parti, EELV, pour ne pas le citer, dispose de 17 députés en regard de la faiblesse insigne de son électorat ?

Pourquoi ?

Merci à tous, merci à chacun des réponses qui pourront être données à mes questionnements. Je doute de pouvoir complètement être éclairé mais comme je suis vraiment de bonne foi je veux bien écouter.

Jean-Jacques FIFRE

21 Décembre 2015

Une coalition gauche-droite pour lutter contre le chômage : de qui se moque-t-on ?

La coalition de la droite et de la gauche prônée par M. Raffarin produit la désagréable impression qu'on prend les électeurs pour des imbéciles.

Que la lutte contre le chômage doive être une des préoccupations essentielles de nos dirigeants est une évidence. Même minimisés par des calculs avantageux, les chiffres sont catastrophiques.

Mais la coalition de la droite et de la gauche prônée à cet effet par M. Raffarin produit la désagréable impression qu’on prend les électeurs pour des imbéciles.

Depuis trente ans, aucun de ces partis alternativement au pouvoir n’a réussi à endiguer le fléau, et l’efficacité d’un « travail collaboratif », très à la mode dans l’entreprise, laisse sceptique. Peut-on raisonnablement espérer que le remède surgira miraculeusement de la réunion des têtes pensantes de droite et de gauche ?

Cette subite association est en outre suspecte, même si, ou justement parce que, des alliances douteuses de ce genre ont déjà été nouées, notamment sous la forme du retrait des socialistes aux élections régionales. Le but était alors clairement affiché : faire barrage au Front national. Aujourd’hui encore, on observe la même candeur ou le même cynisme : cette coalition entend « lutter contre le chômage et le FN ». C’est limpide : la question du chômage ne les intéresse que dans la mesure où elle intéresse les électeurs.

À ceux qui hésiteraient encore à leur prêter de si viles pensées, il suffit de rappeler que M. Valls a nommé ministre du Travail Mme El Khomri, qui n’est pas vraiment à la hauteur du poste. Ils peuvent aussi lire le tweet joyeusement désinvolte par lequel M. Valls a immédiatement répondu présent à l’appel de M. Raffarin : « Un pacte républicain pour l’emploi. Tous rassemblés pour en finir avec le chômage ! OK avec Jean-Pierre Raffarin ! »Ou tout simplement l’aveu explicite de M. Raffarin, dont le raisonnement, simpliste, est le suivant : le FN prospère notamment chez les jeunes, à cause du chômage. Il faut donc s’attaquer au chômage.

Quels bénéfices, d’ailleurs, espère-t-on tirer de cette coalition, à droite comme à gauche ? Je doute que chaque camp envisage la possibilité de présenter à l’élection présidentielle un candidat unique, bien entendu issu de ses rangs. Le calcul est peut-être, pour la gauche, d’affaiblir aussi l’adversaire LR en cas d’échec à faire reculer le chômage et, pour la droite, de profiter de l’aubaine si d’aventure il diminuait un peu. Il s’agit sans doute plus simplement, une fois encore, d’ancrer dans les esprits l’idée d’un « front républicain » contre le FN. Mais cette idée rebattue paraît de plus en plus creuse aux Français, et son pouvoir s’érode à chaque élection.

En 2017, Marine Le Pen pourrait bien finir par crever le fameux « plafond de verre ». Et, à force de sauter dessus avec leurs gros sabots, les clowns qui essaient de l’en empêcher risquent, eux, de passer à travers leur supposé « plancher de verre », déjà largement fissuré, et de se retrouver, ensemble, au fond du trou. Peut-être pourraient-ils alors en profiter pour élaborer un programme commun pour 2022 ?

Christine Célérier

imprimer - envoyer

 

20 Décembre 2015

ICI : un verdict aux conséquences cataclysmiques pour Anne Hidalgo

Nous vous diffusons une interview exclusive de Maître Stéphane Haddad, avocat d’un contribuable parisien qui venait de faire condamner la mairie de Paris devant le tribunal administratif. Ils avaient pu démontrer que la mairie de Paris, utilisant une arnaque sémantique, avait contourné la loi de 1905 en finançant le culte musulman, maquillant les activités cultuelles des mosquées en activités culturelles. Maître Haddad parlait de conséquences cataclysmiques pour la mairie de Paris. http://ripostelaique.com/ici-un-verdict-aux-consequences-cataclysmiques-pour-anne-hidalgo.html

Nous avons contacté Guy Hanon, le contribuable parisien qui a fait annuler par le tribunal administratif, l’énorme scandale des mosquées Delanoë :

« Dès 2005, le maire de Paris, B. Delanoë et le maire du 18ème arrondissement, D. Vaillant, ont concocté un montage juridique, technique et financier afin de réaliser la construction de 2 mosquées luxueuses à Paris sur 4600m2.

Ce projet pharaonique a été conçu pour contourner la loi de 1905 sur la laïcité et pour établir un système de subventions déguisées au culte musulman, durant un siècle.

Les moyens employés par ces maires en disent long sur leur mépris de ceux qu’ils sont censés représenter : mensonges directs : « pas un euro ne sera dépensé pour le culte musulman » (traduisez : pas un, mais 32 millions), dissimulation d’informations au Conseil de Paris, communication angélique sur la « culture ensemble », alors que les mosquées du 18ème étaient fichées « sensibles » par les RG, tromperie délibérée sur les objectifs de la pseudo séparation entre cultuel et culturel, niaiseries sémantiques…

En effet, faut-il rappeler qu’une « Grande Mosquée » comprend :

Une salle de prière et des annexes : salles de réunions, de cours, d’activités, d’exposition, une bibliothèque, un hammam, un restaurant, un salon de thé…

Et que l’invention de l’Institut des Cultures d’Islam (ICI) comprend :

Une salle de prière (renommée espace cultuel) et des salles de réunions, de cours, d’activités, d’exposition, une bibliothèque, un hammam, un restaurant, un salon de thé… ( renommés espace culturel).

La Mairie de Paris a donc construit en réalité 2 Grandes Mosquées, sans dire leur nom, par un tour de passe-passe sémantique qui aurait pu réussir sans le recours judiciaire qui a ANNULÉ le projet.

Comment cette embrouille a pu se constituer ?

Mr. Delanoë a conçu le projet, en a largement payé les études, l’a réalisé de A à Z, grâce à un montage opaque et falsifié, juridique, technique et financier, au seul bénéfice des contraintes du culte musulman. Il a même pu oser cet oxymore audacieux : « le cultuel et le culturel sont entièrement séparés et étroitement imbriqués », sans faire sourciller ou rire personne.

Il a présenté pareil faux-nez au Conseil de Paris qui a voté en avril 2013 les « pleins pouvoirs » au maire, à l’unanimité moins 2 voix (du Front de Gauche) : un blanc-seing pour toutes opérations concernant l’ICI, y compris un loyer de 1 euro par an, durant 99 ans, grâce à un bail emphytéotique administratif illégal, mais devenu banal du fait de son utilisation systématique par bien d’autres mairies.

Pourquoi cette bizarre séparation-imbrication sur le même modèle, dans 2 bâtiments aussi proches ? Pourquoi ne pas avoir construit un bâtiment entièrement culturel et l’autre entièrement cultuel ?

Bien évidemment pour offrir de larges subventions déguisées au culte musulman, à des fins clientélistes.

Je m’explique : tous les équipements et les zones techniques sont la propriété de la mairie. Donc, les frais de fonctionnement (l’électricité, le chauffage, la ventilation, les sanitaires, l’eau…) sont à la charge de la mairie, à 92%. Et l’espace « cultuel » a été cédé à la Grande Mosquée de Paris pour 2,2 millions d’euros.

Si elle avait acheté un bâtiment-mosquée complet, la Grande Mosquée aurait déboursé 16 millions et aurait supporté les frais d’équipement et surtout de fonctionnement, à hauteur de 1,8 million d’euros par an.

L’arithmétique est limpide : d’un côté 16 millions + 1,8 annuel pour une mosquée qui dit son nom, et de l’autre 2,2 millions + 145 000 annuels (8% des frais de fonctionnement) pour une mosquée en promotion… l’affaire est juteuse pour le bénéficiaire et terriblement coûteuse pour le contribuable.

J’ai donc déposé un recours administratif contre l’ensemble du projet, il y a 3 ans, avec le secours très précieux de mon avocat, Maître Haddad et le concours remarquable d’un ami belge.

Le 26 octobre 2015, la Cour d’Appel Administrative a ANNULÉ le vote du Conseil de Paris autorisant Mr. Delanoë à « toutes opérations juridiques, techniques et financières » nécessaires à la réalisation des ICI. Le bail emphytéotique est également annulé.

CONSÉQUENCES du verdict :

Toutes les opérations concernant l’ICI depuis avril 2013 sont annulées.

La vente de l’espace « cultuel » est annulée. La Grande Mosquée de Paris n’en est plus propriétaire et la mairie doit lui rembourser les 2,2 millions, produit de la vente.

La mairie devient de facto propriétaire d’une mosquée et la Grande Mosquée devient depuis l’annulation « occupant à titre gratuit », ce qui est illégal.

Toutes les subventions ayant financé le projet doivent être réintégrées dans le budget de la Collectivité Territoriale. Ce qui constitue un imbroglio à peu près insoluble et qui va rendre bien difficile les années qui viennent pour la mairie de Paris.

Un référé est en cours de constitution pour la FERMETURE de la mosquée de la rue Stéphenson.

Et, comme il est injuste que les outrances illégales du maire soient payées à nouveau par les contribuables, nous envisageons de recourir au pénal afin de sanctionner la personne plutôt que la fonction.

Et ce ne sera que JUSTICE… »

Dans cette interview accordée à Joachim Veliocas, animateur du site islamisation.fr, le contribuable dévoile les dessous de l’affaire, et surtout les suites explosives que cette condamnation entraînera.

Guy Sauvage

19 Décembre 2015

Quick 100% halal : un scandale sanitaire, éthique et économique

Burger King » a décidé que son enseigne « Quick » deviendrait 100 % halal. C’est une première en France !
En juillet 2010, la chaîne de restauration rapide « Quick » s’était déjà lancée dans une opération rentable : un premier fast-food « halal » avait ouvert à Toulouse. Plusieurs autres ont rapidement suivi : Argenteuil, Villeurbanne, Roubaix…
Dans les prochaines semaines, la totalité des enseignes « Quick » proposera uniquement des menus halal, dont la viande est abattue selon les préceptes de la charia.
Le « halal » n’est en rien une cuisine exotique. Il s’agit d’un sacrifice rituel consistant en un égorgement à vif, qui fait fi de la souffrance animale car aucun étourdissement n’est prévu.
Du côté de l’hygiène, c’est tout simplement catastrophique : la bête étant consciente au moment de la saignée, elle vomit et défèque sur le circuit d’abattage. Tous ces rejets se mélangent au sang et créent un milieu de culture idéal pour la prolifération des bactéries.
La viande halal est de plus soumise à une « taxe » prélevée par les mosquées pour financer le culte islamique. Une étude canadienne a démontré que cet argent est parfois distribué en partie à des mouvances terroristes.
Demain, manger Quick reviendra à cautionner une souffrance animale insupportable liée à l’égorgement à vif sans étourdissement.
Demain, manger Quick reviendra à risquer sa santé, au vu des conditions sanitaires déplorables des abattages rituels.
Demain, manger Quick reviendra à financer le culte musulman et des groupuscules islamiques liés au terrorisme.
C’est d’autant moins acceptable que Quick est la propriété de l’État, à travers la Caisse des dépôts et consignations et son fond d’investissement Qualium. Comment tolérer que l’argent du contribuable serve à développer un tel business communautaire ? Où sont nos principes de laïcité ? Peut-on admettre qu’une discrimination religieuse envers les non-musulmans s’opère en toute tranquillité ?
Vigilance halal a donc décidé d’interpeller les élus : arrêtez de cautionner ces pratiques qui violent nos lois et insultent nos valeurs, ceci dans le seul but d’enrichir les grands industriels !

Alain de Peretti

Président de Vigilance halal

18 Décembre 2015

Bartolone hospitalisé à Neuilly : ciel ma race blanche !

Claude Bartolone a eu un sérieux coup de mou et a pris la première ambulance en direction de... l’hôpital américain de Neuilly-sur-Seine, cible de son opprobre quelques jours plus tôt. Il n’y avait sans doute plus aucun lit disponible à Bobigny, dans l’hôpital Avicenne, ex franco-musulman.
Le Bourgeois médecin

Mal remis de ses déboires électoraux ou ému par le vote par acclamation que les députés socialistes lui ont réservé pour le réinstaller au perchoir, Bartolone a eu un sérieux coup de mou.

Il ne reverra pas l’Assemblée nationale avant une quinzaine de jours et a pris la première ambulance en direction de... l’hôpital américain de Neuilly-sur-Seine, cible de son opprobre quelques jours plus tôt. La bourgeoisie de race blanche est bonne fille, fort peu rancunière et ses établissements de santé privés accueillants, propres et bien gérés. Les infirmières y portent d’élégants serre-têtes. Il n’y avait sans doute plus aucun lit disponible à Bobigny, dans l’hôpital Avicenne, ex franco-musulman.

Cette anecdote vaut son pesant de contournement de la carte scolaire par des parents bobos ou d’agapes au Siècle par des énarques socialistes. Elle a quelque chose de rassurant : la France reste la France et sa caste dirigeante ne change pas.

17 Décembre 2015

Calais : nouveaux affrontements entre forces de l’ordre et migrants

Des intrusions de migrants sur la rocade portuaire (N216) reliant l’A16 au port de Calais ont donné lieu à des affrontements avec les forces de l’ordre, hier, soit mercredi matin. 

Selon le centre régional d’information et de coordination routière (CRICR), entre 300 et 400 migrants sont parvenus à pénétrer sur la rocade portuaire ce mercredi vers 10 h. Ils tentaient de stopper les camions venus de l’A16 et qui se dirigeaient vers le port de Calais, afin de se cacher à l’intérieur.

De nombreux CRS sont intervenus pour les refouler. Des projectiles ont été lancés sur les camions et les CRS, ces derniers répliquant par l’usage de bombes lacrymogènes.

Selon un CRS rencontré sur place, la situation était « grave »  [...] Un CRS a été contusionné. Un autre, légèrement blessé à la main, a été transporté à l’hôpital par les pompiers de Marck. [...]

La situation était toujours tendue hier soir.

Source

15 Décembre 2015

Présidence scindée en deux : Carole Delga dit non à Gérard Onesta

Les petits mafieux de gauche se déchirent entre eux avant même de gouverner.  Chacun veut son strapontin, sa petit gloire, son petit revenu complémentaire ( plus de 2000 par élu)… c’est soit disant ça La République..

Carole Delga, en direct sur le plateau du 19/20 de France 3 Midi-Pyrénées lundi soir, a fermé la porte à la proposition ferme de son « partenaire » électoral Gérard Onesta(EELV-Nouveau Monde) qui exigeait que la présidence de la nouvelle région soit dissociée : à elle l’exécutif, à lui le délibératif, c’est à dire la présidence de l’exécutif pour Carole Delga, la présidence de l’Assemblée régionale pour Gérard Onesta.

Pas question à dit Carole Delga sur France 3. Elle oppose aux exigences de l’élu écologiste un dispositif « qui n’est pas dans la loi, pas prévu dans la Constitution », sauf pour l’assemblée territoriale de Corse.

Reste maintenant à savoir ce que Gérard Onesta et les élus de Nouveau Monde en Commun vont faire après cette fin de non-recevoir. Dimanche soir, le leader écologiste s’était montré menaçant : si Carole Delga veut rénover les pratiques politiques, qu’elle commence par dissocier l’exécutif de la nouvelle région, sinon… Sinon, en substance, les élus EELV, Front de Gauche et autres partenaires à la gauche du PS menacent de claquer la porte de la nouvelle majorité et laisser le PS (minoritaire) gouverner seul !

D’ici le 4 janvier, date de l’élection de la présidente par l’Assemblée, il risque donc de se passer encore pas mal de choses chez les vainqueurs de l’élection de Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Source

14 Décembre 2015

Le LRPS-FDG-EELV-MODEM-UDI-NPA-PC- Média -Medef- CGT a colmaté un trou dans un rafiot qui prend l’eau de partout

Le travail de solidification a été fait au premier tour. La victoire au second aurait été la cerise sur le gâteau. On peut même aisément penser que la gestion de cette région aurait été un frein à l’ascension du Fn, car elle aurait été rendue difficile par la pression de l’État socialiste.

Sur le plan politique, la gestion d’une région n’a aucun intérêt. Elles permettent à l’oligarchie LRPS d’arroser de subventions leurs fidèles alliés associatifs, communautaires, religieux, médiatiques et syndicaux. Ce sont eux qui se sont mobilisés aujourd’hui

La présence en masse du FN dans l’opposition et l’élimination totale du PS dans deux régions représentent en revanche un vrai gain politique.

Cela permettra une implantation plus pérenne du FN. A tous ceux qui croient avoir gagné ils se mettent le doigt dans l’oeil. Ils n’auront fait que colmater un bateau qui prend l’eau de partout. Le FN aura obligé le PS à retirer ses listes et l’ensemble de la caste politico-médiatique se sera rassemblée contre lui en usant de pratiques totalitaires.

En ce qui concerne les électeurs de gauche qui se sont déplacés pour sauver l’oligarchie, ils ne valent pas mieux que les collabos vichyste. Ils sont les moutons endoctrinés d’un système qui broie la population, tue l’héritage culturel, religieux et identitaire de la nation et nous promet pour demain du sang sur les trottoirs.
Ils soutiennent, en se parant des vertus de la république, un système mafieux qui brise notre sécurité sociale, notre éducation nationale, notre industrie, notre agriculture, notre système de santé. C’est ce système oligarchique en place depuis plus de trente ans qui collabore avec l’Arabie Saoudite, le Qatar, et fera bientôt rentrer la Turquie dans l’Europe. C’est ce système LRPS qui détruit l’organisation administrative multiséculaire de notre pays, soutien les djihadiste d’Al Qaida en Syrie, mettent au pouvoir des islamistes en Libye et font entrer des centaines de milliers d’immigrés chaque années sur notre sol. C’est ce système qui a réussi l’exploit de mettre au chômage et dans la précarité plus de 15% de la population et plus de 24% de la jeunesse de France. C’est encore cette oligarchie qui est parvenu à créer une dette colossale en dilapidant l’argent des français. Ils nous ont mis à genoux en nous privant de notre souveraineté monnaitaire, mais aussi budgétaire et territoriale.

Tous ces électeurs LRPS et leurs alliés sont les otages d’un chantage inique et antidémocratique.
Ils ne sont ni charlie, ni Paris… ils sont tous complices des dégâts causés par le multiculturalisme dont les attentats islamistes et la violence endémique sont quelques unes des composantes.

Ils devront en rendre compte un jour à leurs enfants…. nous,on pourra toujours se regarder dans une glace.

Pour finir un passage de Cioran: Un très petit nombre réussit à s’affranchir des anciens cadres de vie qui obscurcissent notre conscience. Notre individualisme n’en n’est pas un à proprement parler, il est une atomisation des consciences individuelles. L’individualisme authentique suppose un style de vie intérieure profond, dont nous sommes incapables. Que ce soit un mal, personne ne le conteste; mais que ce soit une réalité que ne pourra redresser aucune mesure artificielle, aucun effort national, personne ou presque ne le concèdera. Et ce, en raison d’un restant d’illusion, en raison d’une compréhension de la nécessité, de la logique interne des choses qui peuvent être constatées, mais non redressées.(…)

Toute homme qui a une pensée propre et une vie intérieure veut que la mort le trouve Vivant, et non à moitié mort.

Nous patriotes sommes vivant. Le système et ses électeurs sont déjà à moitié morts.

Related Posts

13 Décembre 2015

Éducation nationale : la médiocrité pour tous

Même Jack Lang est contre cette réforme. C'est dire l'étendue du désastre qui s'annonce si nous ne faisons rien. La réforme du collège ne passionne pas les foules, qui ont bien d’autres chats à fouetter. Dommage car bien des maux de notre société trouvent leur origine dans les dysfonctionnements (et le mot est faible) de l’école.

On laisse faire et quand on constatera les dégâts on dira comme d’habitude : « c’est la faute des profs ». Sauf que 80 % des profs concernés sont contre cette réforme et tentent vainement de se faire entendre.

La première à refuser d’entendre le mécontentement des profs est bien sûr la ministre, qui n’a pas hésité à traiter de « pseudo-intellectuels »les opposants à sa réforme machiavélique, se mettant ainsi à dos la quasi-totalité de la profession.

A l’occasion de l’une ou l’autre grève des enseignants, les médias se sont mollement emparés du sujet, évoquant la disparition des langues anciennes et des sections bilangues au collège. Pas de quoi mobiliser beaucoup de parents d’élèves ni même de responsables politiques.

Or la réforme du collège ne fait pas que signer l’arrêt de mort du latin et des classes européennes. C’est bien pire.
Grosso modo, elle supprime tout ce qui fonctionnait encore à peu près au collège, sans résoudre les problèmes de fond.
Elle élimine 250 heures de cours sur les quatre années de collège et retire du temps d’enseignement aux disciplines fondamentales en les obligeant à consacrer des heures aux Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI), et à l’aide personnalisée. C’est ainsi qu’un élève de 3e n’aura pas quatre heures de français (comme écrit sur le papier) mais deux heures de cours de français, une heure d’aide personnalisée (en classe entière) et une heure d’EPI. Il fera donc plus d’Éducation Physique et Sportive (EPS) que de français. Vu le niveau actuel des élèves en Français, on peut douter du bien-fondé de cette décision.

Cette réforme (et donc la ministre) démolit les structures d’aide aux élèves en difficulté : fini l’accompagnement éducatif, réorganisation des Sections d’enseignement général et professionnel adapté (Segpa), ces classes adaptées conçues pour les collégiens en grande difficulté scolaire et qui se verront intégrés dans des classes ordinaires déjà bien chargées.

Extermination des langues anciennes, des sections européennes : haro sur ceux qui veulent travailler un peu plus que la moyenne. Et au cas où d’irréductibles intellos voudraient encore sortir du lot avec de bonnes notes, on supprime les notes. Couleurs pour tous. Médiocrité imposée à tous.

Un cauchemar ? Non, il y a quand même des choses rigolotes dans cette réforme. Par exemple les emplois du temps qui changent chaque trimestre. Histoire d’aider les élèves paumés à s’organiser. Ou encore la fin du redoublement, pour faire des économies. De surcroît, comme un malheur n’arrive jamais seul, cette réforme s’accompagne de nouveaux programmes. Rejetés par le Conseil Supérieur de l’Éducation. La cerise sur le gâteau. Mais ne baissons pas les bras.

Même Jack Lang est contre cette réforme. C’est dire l’étendue du désastre qui s’annonce si nous ne faisons rien.

Simone Prévost

11 Décembre 2015

LE PEUPLE FRANÇAIS NE SE LAISSERA PLUS FAIRE !

 

La propagande anti-FN imposée à tous les Français n'aura pas empêché la vague patriote de déferler sur nos régions. Premier parti de France, le Front national bénéficie aujourd'hui d’une dynamique de second tour spectaculaire.

Les minables combinaisons politiciennes de l'ex-UMP et du PS pour tenter d'écarter notre mouvement des exécutifs régionaux auront creuser un peu plus encore le fossé entre ces prétendues « élites » et le peuple que nous défendons. Au mépris de la démocratie, au mépris de leurs propres électeurs, le PS s'est livré à un véritable suicide collectif tandis que les têtes de liste UMP sont devenues les candidats assumés et officiels de la gauche et de ses supplétifs. L'UMPS dans toute sa splendeur !

Soutenue par les médias, le showbiz et les syndicats du grand patronat et d'extrême gauche, la propagande d'Etat aura utilisé tous les moyens à sa disposition pour diaboliser les patriotes. Ce à quoi on a assisté tout au long de cette dernière semaine de campagne est une véritable honte pour la démocratie. Le site internet du magazine l'Obs est même allé jusqu'à publier une tribune d'un médecin appelant ouvertement au viol des électrices Front National !

Alors que la France est confrontée au péril islamiste, que notre pays a été frappé il y a moins d'un mois par des attentats qui ont fait 130 morts, Manuel Valls a de nouveau endossé le costume de directeur de campagne du PS, ostracisant d’un ton péremptoire tous ceux qui ne pensent pas comme lui. Les injures, les poncifs, la logorrhée du vieux logiciel des années 80 pour jouer sur les peurs à l'encontre d'un parti qui a réuni 30% des suffrages, soit plus de 6 millions d'électeurs, en disent long sur le sectarisme de la caste aux abois.

Pourquoi un tel acharnement ? Parce que le FN est le seul mouvement politique non compromis dans la ruine de la France. Si, parvenu aux responsabilités d'une région, le FN apportait la preuve qu’il est meilleur que tous les caciques de l'UMPS qui l’ont précédé et qui se succèdent depuis quarante ans, comme il l'a remarquablement démontré dans les villes qu'il dirige, alors c'en serait fini de cette mascarade qui ne profite qu'à une petite minorité.

Tout au long de cette campagne régionale, les Français auront bien vu que la priorité des partis politiques du système qui se prétendent “républicains” ne consistait pas à lutter contre le chômage et l’immigration de masse, la paupérisation et le terrorisme islamiste, mais seulement à pérenniser leurs places et les avantages qui vont avec.

À l'heure où nous faisons face à une machine politico-médiatique absolument déchaînée, l’union des patriotes est aujourd’hui et plus que jamais une nécessité. Rassemblés autour du même amour de notre patrie, de notre terre, de nos traditions, de notre culture, de notre terroir, de notre histoire glorieuse, nous vaincrons tous ensemble le règne de la caste au pouvoir. C’est l'espoir de retrouver une nation libre et un peuple respecté que les Français attendent et ont exprimé le 6 décembre. Tous aux urnes pour transformer l'essai ! Tous aux urnes pour la victoire !

09 Décembre 2015

Respect Jean-Pierre Masseret ! Vous êtes un Homme Libre… Vous venez d’entrer dans « l’histoire politique de France » avec l’image de l’ancien combattant qui résiste à Manuel Valls, à tous les dirigeants du Parti Socialiste, aux pressions de vos colistiers et colistières inexpérimentés, au maire de Verdun, tel Cambronne au soir de la bataille de Waterloo, qui refuse de rendre les armes. A la différence des autres têtes de listes Saintignon et Castaner, vous avez compris que votre retrait n’empêcherait pas la victoire du FN Florian Philipot, mais qu’un retrait pénaliserait l’avenir de la gauche dans la région du Grand Est.

Jusqu’au bout, il a confirmé le maintien, se refusant à voir un Hémicycle «qui va gérer pendant six ans les intérêts de 5,5 millions d’habitants sans une seule voix de gauche. Je veux être fidèle aux gens qui attendent une gauche qui combat.» A la différence du Nord-Pas-de-Calais et de Paca, la gauche aura bien des élus dans l’assemblée régionale du Grand Est, grâce à la lucidité de Jean-Pierre Masseret.

Si sa combativité est intacte, on imagine l’amertume de cet ex-champion de marathon qui fut secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants sous Jospin, lorsqu’il entend les jeunots du PS Manuel Valls, Jean-Christophe Cambadélis, appelant à voter pour le candidat des Républicains.

Droit dans ses bottes, « biberonné » par des anciens de la Résistance lors de ses débuts en politique, défendant « bec et ongle » ses convictions, Jean-Pierre Masseret, avait, lors du référendum du 29 mai 2005, voté contre le traité constitutionnel européen.

Francis GRUZELLE

08 Décembre 2015

Gale, paludisme, typhus, fièvre paratyphoïde… : ces maladies qui reviennent en Europe

L’Italie et le reste de l’Europe peuvent faire face une menace imprévue, des maladies disparues du continent européen reviennent avec les immigrés.

Dans le port italien de Reggio de Calabre, un navire des gardes côtes norvégiens a débarqué 906 migrants d’Afrique centrale: 715 hommes, 168 femmes (dont 10 enceintes) et 23 enfants. Parmi eux, six cas de paludisme et 300 de gale. Et cela est la norme moyenne pour ces arrivants.

En mai, ce port a reçu 617 migrants, dont un avait le paludisme, et une cinquantaine d’entre eux souffraient de la gale, ils ont dû être soignés dès leur arrivée. …]

Le risque sanitaire provoqué par l’immigration est un problème évident mais aujourd’hui sous-estimé, qui peut entraîner de graves conséquences.

La Hongrie en est un formidable exemple. Depuis le début de l’année, les hôpitaux hongrois ont examiné près de 2.700 ressortissants de pays non-européens parmi lesquels au moins 50 sont atteints de maladie inconnue, plusieurs d’entre eux souffrent de diverses maladies telles que le typhus abdominal, la fièvre paratyphoïde, l’hépatite A et B, la syphilis ou le SIDA, annonce le département hongrois de la santé.

Source

04 Décembre 2015

Arrêtez de pleurer, ils ont gagné !

Sur ordre de la Préfecture de police, il n’y aura pas en ce Noël 2015 de grand sapin sur le parvis de Notre-Dame.

Priez pour les morts si vous avez la foi. Priez pour ceux qui restent, consolez les familles, soutenez les orphelins, mais tordez-vous aussi les mains comme on dit dans la Bible. Pas la peine de se raconter des salades ni de se tartiner sur le visage les peintures rituelles de la guerre : ils ont déjà gagné.

Daesh a gagné. Tous les cinglés qui s’en réclament ont gagné. Ils avaient même gagné bien avant le 13 novembre, et nonobstant le Charles de Gaulle en Méditerranée orientale et la cérémonie poignante aux Invalides, nous sommes battus sans même avoir combattu. Forfaits. Vaincus par abandon, par lâcheté. Par bêtise.

Ainsi, sur ordre de la Préfecture de police, il n’y aura pas en ce Noël 2015 de grand sapin sur le parvis de Notre-Dame. Pourquoi ? Officiellement « parce que n’importe qui pourrait déposer quelque chose à son pied ». Officieusement parce que le sapin est pour les crétins l’emblème de Noël, et que Noël est chrétien, et que le christianisme est le chiffon rouge devant le taureau islamiste, et qu’il ne faut pas exciter le taureau…

On fera toutefois remarquer à Monsieur le Préfet que s’il faut supprimer toute possibilité de cacher dans la ville un gros cadeau qui fait boum, alors il faut interdire toutes les voitures, les autolibs particulièrement, et puis tous les deux roues, les motos avec leurs coffres, et puis les femmes bâchées ou non qui font du shopping dans les grands magasins… et puis, et puis, et puis… (notez que je ne cite pas les crèches, c’est déjà fait depuis longtemps).

À propos de grands magasins d’ailleurs : je connais des chanteurs qui devaient animer les après-midi d’avant Noël dans l’un de ces temples du luxe parisien. Hélas pour les petits-enfants, les chants de Noël en français et en live ont été supprimés, tout comme le sapin de Notre-Dame. Les petits enfants auront au mieux Jingle Bells en CD.

En revanche, on a ouvert les kilomètres de foire à la saucisse et au poncho andin sur les Champs-Elysées. Il est vrai qu’il faut une sacrée imagination pour appeler cela « Marché de Noël ». Sans doute ne craint-on pas les colis piégés sous les baraques à frites. Et puis les chalets en bois, s’ils n’attirent pas le client, rapportent au moins à la Mairie de Paris.

On apprend aussi que la messe de Minuit est maintenue à Notre-Dame – merci Monsieur le préfet –, mais qu’elle se fera sous haute surveillance. Hommes en arme à l’entrée, et peut-être un gilet pare-balles sous la chasuble de l’archevêque ? (au point où nous en sommes, tout est possible).

Alors, Français, arrêtez de pleurer parce que ça ne sert à rien. Vous voyez bien qu’ils ont gagné !

Marie Delarue

02 Décembre 2015

Plutôt musulman que Front national

«Plutôt mort que rouge» («Lieber tot als rot»). Le slogan date de 1944. Joseph Goebbels l’utilisa pour motiver la résistance allemande face à l’avancée de l’Armée rouge.

Dans les années 80, durant l’escalade de la terreur USA/URSS, lorsque les Américains installèrent des fusées Pershing face aux SS20 soviétiques, les Verts allemands inversèrent le slogan: «Plutôt rouge que mort» («lieber rot als tot»), clamaient-ils.

En mai 2012, Geert Wilders publiait dans le Washington Times une tribune intitulée «Resisting threat of fanatical Islam / West must not surrender permanent liberty for temporary tolerance». Cette tribune se terminait ainsi: «Je ne demeurerai jamais silencieux, car nous ne devons jamais permettre à de violents fanatiques de dicter ce que nous devons dire ou lire. Nous devons nous rebeller contre leurs règles et demandes étouffantes. Nous devons, selon les mots mêmes du vétéran et général John Stark, “Vivre librement ou mourir”». En somme, plutôt mort que musulman.

En 2015, avec la folle politique allemande d’ouverture des frontières de l’Union européenne aux migrants, dans certains quartiers d’Europe de l’Ouest comme celui de Moulenbeek, on se croit davantage à Bagdad ou à Mossoul qu’en Belgique.

En Suède, Madame le vice-Premier ministre, Åsa Romson, sanglote lors d’une conférence de presse parce que son pays a atteint le maximum de ses capacités d’accueil de réfugiés musulmans :

En clair : «Plutôt musulman que mort ».

Même Gérard Depardieu s’y met, avouant dans une interview accordée au Figaro: «“Je me suis converti à l’Islam après avoir assisté à un concert de Oum Kalthoum“. Il raconte avoir pratiqué avec assiduité cette religion “à laquelle les pauvres peuvent adhérer, faisant les cinq prières par jour et fréquentant la mosquée deux ans durant».

En France, cette attitude est devenue majoritaire dans les cervelles de nos supposées élites.

Il suffit d’écouter les discours de nos politicards. Voici, par exemple, un extrait de celui de Cazeneuve prononcé ce 29 novembre à l’occasion du Rassemblement des musulmans de France à l’Institut du Monde arabe :

«S’agissant de la relance de la fondation pour les œuvres de l’Islam de France, j’ai décidé de nommer un haut fonctionnaire du ministère de l’intérieur, Christian PONCET, qui est présent aujourd’hui parmi nous, pour travailler sur la préfiguration de la nouvelle fondation. L’objectif doit être de mettre en place, dans les meilleurs délais, une institution qui recueille des financements privés dans la transparence pour soutenir les projets liés à l’exercice du culte – construction de mosquées ou formation de cadres religieux -, mais aussi pour permettre la promotion de la culture musulmane.»

Quinze jours après les attentats islamiques du 13 novembre qui ont détruit des centaines de familles, nous en sommes-là.

Par un tour de passe-passe dont les « socialauds » ont le secret, les deux seuls sujets d’actualité sont la « réchauffementerie » COP 21 et la chasse à l’ennemi public Numéro 1 : le Front national. Pour le reste, l’islam est notre avenir.

La caste a son mantra «pas d’amalgame», «pas de stigmatisation», «pas d’islamophobie» qui tourne à plein régime. Elle n’a plus que le mot «modéré» à la bouche. Elle aimerait tellement que l’islam le soit.

Mais amalgame à volonté en ce qui concerne Marine Le Pen, stigmatisation à profusion vis-à-vis de Marion Maréchal, prolifération de « front-nationalophobie » ne gênent pas la «rigueur morale» de nos élites.

Ainsi, une centaine d’illustres inconnus se baptisant artistes s’en prennent à la présidente du FN dans une lettre sans queue ni tête que « Laberration »  publie en se pourléchant ses babines de Tigrou de papier.

Contorsions intellectuelles pour déconnecter le drapeau tricolore de la Nation. Les socialos qui en avaient fait un torche-cul

Drapeau

Demandent soudain que l’on décore nos façades avec. Et ils chantent la Marseillaise qu’ils trouvaient, il y a peu, tellement guerrière.

Demain, ces deux symboles de notre identité redeviendront des hochets de fachos pour les Machiavel à la petite semaine de la Socialie.

Un des journaux de la PQR – initiales qui lui vont particulièrement bien, surtout les deux premières-, La Voix du Nord s’en prend depuis deux jours sous les applaudissements de la caste au FN et à sa principale dirigeante. La Voix qui mord pourrait bien y perdre ses cordes vocales… J’espère que ses abonnements seront rapidement en chute libre. Quant à ses subventions…

Gattaz, patron des patrons, entonne lui aussi le refrain anti Front national dans Le Parisien.

C’est vrai que depuis des décennies, de Gattaz en Gattaz, le patronat français a montré qu’il était très performant dans la création… de chômeurs.

La caste au pouvoir démontre chaque jour sa médiocrité.

Comme dans Soumission de Houellebecq, elle préfère plutôt être musulmane que Front national.

Les Français doivent la renvoyer dans ses foyers dès dimanche soir.

Voir les caciques de LRPS en rage et le poulailler du XVIe en pleurs me feraient un bien fou.

Marcus Graven Source

29 Novembre 2015

Au hit parade du renoncement  permanent, François Baroin et bon nombre des maires de France figurent en très bonne place. Ils sont même la parfaite illustration de cette classe politique sans courage, qui, de petits arrangements en démissions coupables, a capitulé pendant trente ans face aux revendications communautaristes, terreau de l’islam radical. Nous voyons aujourd’hui où nous ont mené ces responsables politiques, aussi naïfs qu’ignares, qui ont tout simplement confondu acceptation de l’autre et renoncement à nos valeurs.

Au nom du droit à la différence, le “dialogue constructif” s’est toujours terminé par des concessions à sens unique !

C’est ainsi que la charte sur la laïcité, élaborée par l’Association des Maires de France, est une pitoyable farce, qui balaie d’un seul coup 1500 ans de notre histoire chrétienne et reste dans le droit fil de l’esprit capitulard, qui anime nos élus face aux défis de l’immigration et de l’islamisation de notre société.

Alors que le cancer islamiste ronge le pays et tue chaque année davantage, alors que la crise identitaire est majeure suite aux multiples attentats et à l’échec de l’intégration, les magistrats des 36800 communes de France n’ont rien trouvé de mieux que de déclarer que les crèches de Noël n’étaient pas compatibles avec la laïcité ! Jusqu’où ira la surenchère dans les marques d’allégeance à l’islam ?

Nos maires ont-ils oublié que la France est Fille aînée de l’Eglise depuis le baptême de Clovis le 25 décembre 496, premier roi barbare devenu chrétien ? Regrettable !

Et si certains maires méprisent le patrimoine religieux de leur commune, en détruisant les églises, il n’en demeure pas moins que la France reste un pays catholique avec 11 millions de fidèles pratiquants et 45000 églises paroissiales.

N’en déplaise à Monsieur Baroin, les crèches font partie de notre culture, de notre héritage spirituel et de notre histoire. Que l’on soit pratiquant ou pas, depuis le 13ème siècle elles appartiennent aux traditions qui ont forgé notre identité et il est hors de question de négocier ce symbole de la Nativité, sous la pression de populations extérieures, qui refusent de s’intégrer et voudraient nous imposer leur propre mode de vie. Faudra t-il un jour interdire de fêter Noël pour plaire aux musulmans ? Faudra t-il s’excuser d’être chrétien auprès de ceux qu’on accueille ?

Ce n’est pas en supprimant les sapins de Noël de nos écoles et les crèches dans nos mairies que nous ferons des jeunes immigrés des citoyens français attachés à leur pays. Il n’y a pas pire message à leur envoyer que celui de la faiblesse. Une nation qui renonce à son passé n’a aucun avenir et ne peut que disparaître.

Arrêtons d’abimer la France en reniant nos valeurs et notre héritage culturel.

Arrêtons de traiter Napoléon de boucher et Louis XIV de despote. Arrêtons de salir les grands noms de l’histoire de France. Arrêtons l’autoflagellation et la repentance à tout propos, et ayons le courage de défendre les valeurs humanistes de la civilisation occidentale face à la barbarie. Non seulement nous n’avons nullement à rougir de notre passé, mais nous devons être fiers de notre histoire et de notre œuvre civilisatrice.

La France a derrière elle des siècles de grandeur et n’a pas à baisser les yeux devant qui que ce soit. Elle n’a pas à s’excuser pour ce qu’elle est ou pour ce qu’elle a fait. Elle n’a pas à s’excuser pour les croisades ou la colonisation. Rappelons qu’elle est le seul pays à avoir reconnu l’esclavage comme crime contre l’humanité. Par conséquent, ceux qui se complaisent à faire le procès de la France ne font que lézarder la cohésion nationale et sèment chez les jeunes immigrés les germes de la haine de leur pays d’adoption. Leur morale est d’ailleurs à géométrie variable.

Les mêmes qui adulaient Pol Pot, Staline ou Mao, tous des démocrates bon teint comme chacun sait, n’ont pas de mots assez durs pour faire le procès des figures illustres qui ont fait la grandeur de la France. Quelle bassesse !

Les mêmes qui font aujourd’hui le procès de la colonisation, trouvaient tout à fait normal que l’URSS colonise les pays d’Europe de l’Est depuis 1945 ! C’est dire combien la sincérité de leur engagement est crédible !

Pour ma part, je préférerais entendre à nouveau un jeune immigré réciter “Nos ancêtres les Gaulois…”, plutôt que de voir nos jeunes Français étudier l’empire du Ghana ou le royaume du Mali, alors qu’ils ne savent même pas si Napoléon a vécu avant ou après Louis XIV !

Par conséquent, au lieu de s’attaquer hypocritement aux crèches multiséculaires, les maires seraient mieux avisés de se comporter en républicains intègres, respectueux de la véritable laïcité. Quand on accorde gratuitement un terrain pour y construire une mosquée, quand on finance un centre culturel islamique qui n’est que le faux nez d’un lieu de culte, quand on célèbre sciemment des mariages blancs parce qu’on n’ose pas dire non par peur des représailles, quand on fête la fin du ramadan aux frais du contribuable, quand on ferme les yeux sur les dérives communautaristes dans sa commune comme les abattages rituels, ou quand on accepte que des rues soient encore bloquées par la prière du vendredi, on est vraiment mal placé pour donner un avis sur la laïcité.

Dans certains quartiers, les imams ont plus de poids que le maire. Les mariages arrangés prévalent sur le mariage civil. La polygamie est omniprésente, les répudiations sont légion et même les excisions. Toutes ces traditions moyenâgeuses sont autrement plus dangereuses que les crèches dans les mairies !

Il faut savoir que pour des milliers d’immigrés, l’écharpe tricolore n’est qu’un vulgaire bout de tissu sans aucune signification. Voilà où mène la lâcheté politique.

On a abandonné les symboles républicains en laissant brûler le drapeau français sans réagir, en laissant siffler la Marseillaise au stade de France. Au soir de l’élection de François Hollande, 200 drapeaux étrangers flottaient autour de la Bastille…et une dizaine de drapeaux français. Elle est où cette intégration réussie ?

Par conséquent, vouloir interdire les crèches dans les mairies quand on a déroulé le tapis vert aux musulmans pendant des années, le plus souvent par lâcheté, cela revient à renier notre identité, cela revient à trahir nos ancêtres qui nous ont légué un inestimable héritage culturel et, bien pire, cela revient à sacrifier l’avenir des générations futures. Ce n’est pas ce qu’on attend du premier magistrat de la commune ! La laïcité à la carte, cela n’existe pas. Seule la laïcité de 1905, qui a su s’imposer dans le respect de nos traditions culturelles multiséculaires, doit rester un principe non négociable. Il est temps de l’imposer aux minorités qui la contestent.

A l’heure où les mots patrie, nation, drapeau et Marseillaise, retrouvent tout leur sens suite aux tragiques événements qui ont ensanglanté le pays, le pitoyable message de faiblesse envoyé par l’AMF aux musulmans est une faute majeure.

Jacques Guillemain Source

28 Novembre 2015

Charte des mosquées de Béziers. Robert Ménard vient de soumettre une charte aux responsables des 5 mosquées de Béziers.

On dénonce sur les réseaux sociaux cette "charte de la honte". Mais contient-elle autre chose que ce qu’a promis de faire l’État français ? Quel « républicain » sincère peut dire qu’il est contre ?

12304416 996091133762956 1388318126809120901 o

26 Novembre 2015

Le terrorisme islamique n’est que le facteur aggravant de l’islamisation de la France

Quand les média ne sont pas occupés à nous infliger la litanie du Pas d’amalgame ou nous soumettre à leur tyrannie du Gnangnan, ils s’interrogent sur l’islam radical. Quelle est sa nature? D’où vient-il ? Un islamiste radical devient-il forcément un terroriste ? Quelle est notre responsabilité dans la radicalisation de ces gentils musulmans élevés dans le respect de cette religion d’amour et de paix ?
Toutes ces questions lancinantes et ce blabla indigeste ont pour but de nous éloigner des véritables débats.

Car les seules questions que doivent se poser dès à présent les français sont les suivantes:

– Est-ce que je souhaite laisser à mes enfants une France musulmane en héritage?
– Est-ce-que la France recouverte de mosquées sera toujours la France?
– Est-ce que les attentats sont les seuls dangers qui nous guettent?
– Comment, pourquoi et à cause de qui en est-on arrivé là?

Répondre à ces questions c’est s’offrir une porte de sortie. Continuer à se laisser bercer d’illusion par les débats stériles des médias, persister à croire encore et toujours aux solutions ineptes des multi culturalistes, se rendre perméable au catéchisme des sans frontièristes, c’est abdiquer et accepter de vivre demain des drames toujours plus grands.

Carte

Beaucoup de français sous perfusion médiatique imaginent encore qu’il suffit de lutter contre l’islam radical ou le terrorisme pour vivre en bonne entente avec toutes les communautés.

Or nous ne parviendrons jamais à éradiquer le terrorisme ou l’islam radical. Tel le Phénix ils  renaissent toujours de leurs cendres. Le terrorisme est le corollaire de l’islam radical qui est lui-même consubstantiel à la religion musulmane.

D’autres encore persistent à croire que si la croissance est de retour, la crise sociale disparaîtra et il en sera alors fini de la radicalisation.
Une belle fable avec de jolies chimères pour endormir les enfants. Le monde merveilleux du travail pour tous et de la bonne entente multiculturelle n’existe que dans l’esprit aliéné des propagandistes qui s’époumonent sur RMC, France Inter, Europe1, Canal+, Arte…

Tout démontre au contraire que le problème de l’islamisation n’est pas social; il est identitaire, culturel, politique et religieux.

Quand les armées arabes sont montées jusqu’à Poitiers pensez-vous qu’elles étaient constituées de discriminés à l’embauche? Quand le FLN a commencé à massacrer les européens d’Algérie, pensez-vous que leur revendication était uniquement économique et sociale ? L’Islam nous a toujours mené une guerre de civilisation.

C’est le président Erdogan qui en 1996 déclarait  « Les minarets seront nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées seront nos casernes et les croyants seront nos soldats. »

C’est Houari Boumediène qui annonçait  à l’ONU en 1974  « Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront en le peuplant avec leurs fils. C’est le ventre de nos femmes qui nous donnera la victoire »

C’est  Muammar Kadhafi qui en avril 2006 à Tombouctou prophétisait:

« Nous avons 50 millions de musulmans en Europe. Il y a des signes qui attestent qu’Allah nous accordera une grande victoire en Europe: sans épée, sans fusil, sans conquête. Les 50 millions de musulmans d’Europe feront de cette dernière un continent musulman. Allah mobilise la Turquie, nation musulmane, et va permettre son entrée dans l’Union européenne. Il y aura 100 millions de musulmans en Europe. l’Europe subit notre prosélytisme, tout comme l’Amérique. Elle a le choix entre devenir musulmane ou déclarer la guerre aux musulmans. »

Ces déclarations montrent que la lutte contre le terrorisme islamique n’est qu’un pis aller. Notre priorité et notre unique préoccupation doit rester la lutte contre l’islamisation de notre pays.
Nous sommes au début d’un bouleversement sans précédent. Jamais dans son Histoire notre pays a été soumis à l’implantation forcée d’une culture et d’une religion exogène à ses racines.

Serons-nous assez fous pour accepter qu’un jour dans les villages de France des mosquées coexistent avec nos églises?

Continuer à accueillir des immigrés comme le préconisent la gauche et LR c’est se condamner à avoir toujours plus de musulmans. Il est donc indispensable de stopper au plus vite l’immigration. Il faut également interdire les mosquées en France, détruire celles qui nous menacent, imposer une révision du coran à laquelle les musulmans qui veulent rester dans notre pays devront se soumettre, réformer le code de la nationalité pour rendre les naturalisations plus difficiles, expulser les musulmans rétifs à nos mœurs et notre héritage, ramener le nombre de musulman en une génération à 1% de la population globale ( il est aujourd’hui à plus de 7%), gommer l’idéologie multiculturaliste de nos programmes scolaires… voilà quelques solutions d’urgence qu’un président courageux devra mettre en place afin de garantir la paix à nos enfants.

Sans cela; la terreur sera notre sol pour un bon bout de temps…..

Pour se prémunir des prochaines attaques, il faut également nettoyer au plus vite les banlieues devenues de véritables enclaves musulmanes. Cette guerre devra être  féroce et violente.

Clausewitz disait que «la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens» et Machiavel notait «Quand un prince conduit une armée,  […]  c’est alors qu’il ne se faut nullement soucier du nom de cruel, car sans ce nom une armée n’est jamais unie ni prête à aucune opération.

Oui, nous allons devoir être cruel. N’en déplaise aux bisounours qui dépensent une fortune en brûlant des bougies ikéa au lendemain de chaque attentat.

Nos gouvernants ont eu tort sur tout: L’Europe de Schengen, l’immigration, le multiculturalisme, la sécurité, l’euro, la déchéance de nationalité, l’islamisation de la France.

Ils vous ont trompé; ils ont insulté et ostracisé les seules personnes qui ont osé dire la vérité aux Français; ils ont mis la France à feu et à sang et ils ont laissé des territoires entiers hors de contrôle. Pour des raisons parfois politiciennes, ils ont laissé s’installer des bataillons de terroristes, et continuent à faire entrer des centaines de milliers d’immigrés… Leurs fautes sont historiques et incommensurables.

Le temps est venu de ne plus s’enfermer dans des réflexes politiques et électoraux obsolètes. Il faut tourner la page de l’UMPS et voter pour le camp des patriotes qui doit impérativement se rassembler derrière Marine Le Pen en 2017.

Sans cela, Allah deviendra grand en France.

Jérôme Cortier.  Source

24 Novembre 2015

Salem Ben Ammar, Consultant-formateur, ex délégué syndical C.G.T enseignement-formation. Docteur en science politique. Diplômé en 3e cycle en Anthropologie Sociale et en Relations Internationales. Auteur de "Introduction à l'ethnologie des communautés musulmanes marchandes en Inde". "Pour une contribution nouvelle à l'étude des relations internationales : les J.O. miroir de la société internationale". Fils d'un homme qui a porté l'uniforme de l'armée française pendant 32ans et petit-neveu d'un poilu mort pour la France en 1918 : déclare :

IL faut réformer le droit du sol, sinon la France sera un état islamique

Dans quelles circonstances peut-on être déchu de la nationalité française ? Tout d’abord, précise le code de la nationalité, il faut avoir « acquis la qualité de Français ».
Selon l’article 15 de la Déclaration universelle des droits de l’homme « tout individu a droit à une nationalité » et « nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité ».
Un Français de naissance ne peut être privé de sa nationalité. La déchéance ne vise donc qu’une catégorie de Français en l’occurrence les naturalisés binationaux depuis moins de 10 ans (la loi Guigou)

Cependant les conditions requises pour qu’un Français par acquisition soit déchu de sa nationalité sont elles-mêmes strictement encadrées par l’article 25 du code civil, qui cite cinq motifs possibles, ou plutôt 4 :

1. S’il est condamné pour un acte qualifié de crime ou délit constituant une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ;

2. S’il est condamné pour un acte qualifié de crime ou délit prévu et réprimé par le chapitre II du titre III du livre IV du code pénal (« Des atteintes à l’administration publique commises par des personnes exerçant une fonction publique ») ;

3. S’il est condamné pour s’être soustrait aux obligations résultant pour lui du code du service national, qui n’est plus de mise depuis la suppression du service militaire en 1996.

4. S’il s’est livré au profit d’un Etat étranger à des actes incompatibles avec la qualité de Français et préjudiciables aux intérêts de la France ;

5. S’il a été condamné en France ou à l’étranger pour un acte qualifié de crime par la loi française et ayant entraîné une condamnation à une peine d’au moins cinq années d’emprisonnement.

L’urgence serait moins dans la déchéance de la nationalité qui a été appliquée à 21 reprises entre 1990 et 2014 selon les chiffres du Ministère de l’Intérieur, que dans la réforme du code de nationalité lui-même qui passe par la remise en cause du principe du droit de sol, et le gel immédiat des procédures de naturalisation.

La France n’a plus le choix si elle ne veut pas se trouver demain submergée par la vague de djihadistes dans ses urnes pour qui la démocratie est une aubaine pour islamiser la France.

Salem Ben Ammar

22 Novembre 2015

L’Etat islamique menace à nouveau la France dans une vidéo

Dans une nouvelle vidéo de propagande, l’Etat islamique renouvelle ses menaces à l’égard de la France et prévient François Hollande que des attentats, « pires que le 11 septembre », frapperont le pays si la France continue d’intervenir en Syrie.

« Français c’est vous les terroristes ! T’as cru quoi François Hollande ? qu’on allait se taire ? Après le mal que t’as fait aux musulmans ? »

« Toi François Hollande, on t’avait prévenu et tu as continué et accentué les frappes [en Syrie]. »

"http://vk.com/video_ext.php?oid=268500831&id=171325620&hash=d4cde38e75ed7538&hd=2"

Le deuxième orateur, parlant à visage découvert, commence aussi par louer les auteurs des attaques de Paris. Il exhorte lui aussi les moudjahidine en France à poursuivre leurs actions, de manière répétée. Il s’adresse ensuite à la France en ces termes : « Nous disons à la France, défenseuse de la Croix : tout comme vous menez des attaques contre les Etats musulmans, nous allons vous attaquer au cœur de votre foyer, avec l’aide d’Allah… Je le jure, ce que vous avez vu n’est que le premier paiement d’un compte très lourd, et l’avenir sera pire et encore plus amer ».

Plus loin, cet orateur affirme que des centaines de kamikazes attendent leur tour dans les pays occidentaux : « Un message à vous, petits pays occidentaux chétifs : préparez-vous à voir non pas des centaines, mais des milliers d’attaques suicide ; les auteurs attendent simplement l’autorisation de notre Calife Abou Bakr Abou Husseini Al-Qurashi[Al-Baghdadi] – puisse Allah le protéger – [pour les exécuter]. Attendez-vous au pire, à des voitures piégées, des ceintures d’explosifs et des assassinats ».  

21 Novembre 2015

Bougies contre kalachnikov : le combat fait rage

À force d’angélisme et de niaiserie, la bobosphère finira par avoir la peau des djihadistes. Encore un effort et ils seront morts. De rire. SHARES

FacebookTwitter

Il pleut. Le ciel est gris comme la pensée d’un socialiste en campagne électorale. Pourtant, dans cette ambiance morose, cette tristesse d’après attentats confirmée par une météo à l’unisson de nos sentiments, une poignée de personnalités se mobilisent pour lancer un appel à une réaction de masse.

La force du message tient en ces quelques mots : « Faisons du bruit et de la lumière pour qu’ils comprennent qu’ils ont perdu. » La riposte est de taille. Qui aurait imaginé une stratégie de cette ampleur pour faire capituler l’ennemi ? Le groupuscule de combattants-résistants composé de Charles Aznavour, Arcady, Boujenah, Diane Kurys et pire encore, en est convaincu : à la vue des bougies et à l’écoute du bruit, le gars salafiste va comprendre qu’il a perdu et, bien entendu, en toute logique, déposer armes et bagages, tendre ses poignets, son cou, demander grâce, entrer dans les ordres ou dans l’orchestre de Charles Aznavour.

Du côté des foyers salafistes français, belges, syriens et monégasques, le mouvement est pris très au sérieux. Du bruit et des bougies… Comment lutter ? À quoi bon continuer ? Certains jettent leur kalachnikov à la poubelle. Dégoûtés.

Toujours à l’affût d’une idée d’envergure, François Hollande a réuni tout l’état-major pour décider d’une nouvelle offensive au cours de laquelle des guirlandes lumineuses seront larguées sur les djihadistes, ainsi que des CD de Deep Purple. Groupe extrêmement bruyant.

Nous avons Gad Elmaleh, Franck Dubosc et Dieudonné, les terroristes ont François Hollande et sa clique de bobos. Dans l’aridité de la campagne syrienne ou irakienne, un peu de rigolade est toujours la bienvenue. À la veillée, c’est avec un plaisir non dissimulé que tous s’assemblent devant le poste de télévision avec pop-corn et cacahuètes salées pour regarder BFM TV. Toutes ces bougies allumées, ces Parisiens qui tapent sur des casseroles (cela n'a servi à rien en Algérie) pour faire du bruit ou qui s’attablent aux terrasses de cafés en signe de résistance déclenchent des torrents de rire. Le barbu est plié en deux, la moukère se roule par terre. Une autre ! Une autre ! Encore ! Au cœur des contrées les plus extrémistes, Michel Boujenah joue à guichets fermés. Aznavour est une idole.

Mais où sommes-nous ? Dans quel précipice de la pensée sommes-nous tombés ? Il ne manque plus que le #jesuisleroidescons pour que la farce soit vraiment réussie.

Sur la route du dérisoire, le combat doit continuer. À force d’angélisme et de niaiserie, la bobosphère finira par avoir la peau des djihadistes. Encore un effort et ils seront morts. De rire.

Jany Leroy

19 Novembre 2015

Un homme s'est rendu dans un bureau de poste dans la ville de Pierrefite (Seine-Saint Denis) afin de retirer de l'argent et a présenté une pièce d'identité au nom d'un des terroristes recherché par la police. Il a quitté les lieux sans être arrêté.

Selon la Préfecture du 93, un homme s'est présenté au guichet de la poste de Pierrefite pour retirer de l'argent et a présenté comme pièce d'identité un passeport au nom de Salah Abdeslam, le terroriste pour lequel deux avis de recherches ont été lancés dans le cadre des attentats de Paris.

Les postiers ont prévenu la police mais l'individu est parti avant que les forces de l'ordre n'arrivent sur place. Sur internet, face au déploiement policier, des rumeurs sur une prise d'otage dans le bureau de poste se sont répandues.

Le compte n'a pas été bloqué, mais peut-être ce compte est-il alimenté par des aides sociales ? Plus simple de bloquer un compte de personnes honnêtes !

18 Novembre 2015

Méditations d’un avocat sur les incroyables priorités de Mme Taubira

Il semble que l’État français ait enfin pris la mesure de l’effroyable tragédie de ce week-end sanglant. Cela n’a pas toujours été le cas. Je ne ferai pas de grands discours mais je me contenterai de trois exemples concrets vécus démontrant l’incroyable irresponsabilité du ministère public dans la dépense d’énergie et de moyens au détriment d’une lutte réelle contre la priorité absolue numéro un en matière de justice et de sécurité : la lutte contre le terrorisme islamique.

Printemps 2013, le parquet de Paris et le préfet vont déployer des moyens pléthoriques pour intimider les opposants au mariage pour tous, à commencer par une garde à vue de 74 veilleurs dont 28 jeunes filles de 18 à 25 ans, cloîtrées dans une cellule de 24 m2 au commissariat de la rue de l’Évangile. Un mois plus tard, les 25 et 26 mai, ce sont 300 jeunes gens qui seront placés en garde à vue dans tous les commissariats de Paris pour délit d’attroupement non autorisé après sommation, occupant la capacité d’accueil maximum des commissariats parisiens, obligeant même certains commissariats de banlieue à vider la racaille pour accueillir des jeunes puéricultrices ou animatrices sociales de 18 ans. Le sens des priorités ! Tout cela à la demande de monsieur Manuel Valls, ministre de l’Intérieur de l’époque, qui suivra les opérations dans les locaux de la préfecture en présence du représentant de la section P12 du parquet de l’époque. 300 plateaux-repas ayant été préalablement commandés et le service des permanences de garde à vue avisé d’une surcharge probable.

Novembre 2013, parquet de Bobigny : quelques militants identitaires au casier vierge collent quelques affichettes sur les horodateurs de la ville de Montfermeil avec le slogan subversif « ni kebab ni mosquée ». Le parquet de Bobigny profitera de cette virée d’adolescents pour engager une procédure applicable aux terroristes avec géolocalisation, prolongation de garde à vue, perquisitions et tutti quanti au prétexte fallacieux d’apologie de terrorisme qui sera in fine abandonné au profit d’une amende pour dégradation. Plusieurs jours de procédure dans une banlieue oh combien sensible et terreau de l’islamisme radical.

Octobre 2015 : cette fois-ci, c’est le parquet de Nanterre qui s’acharne contre des agents de la SUGE (sécurité de la SNCF) pour une altercation avec des dealers très défavorablement connus des services de police, altercation qui se soldera par 7 jours d’ITT à l’encontre d’un agent et 0 jour pour les dealers. Malgré l’absence de la moindre lésion sur les petits voyous, le parquet de Nanterre persistera dans un acharnement à l’encontre de ces agents de sécurité. Malgré une relaxe prononcée par le tribunal dans sa grande sagesse, il aura fallu une après-midi d’audience et trois renvois pour en arriver là.

Quel gâchis, me direz-vous ? Mais il traduit l’acharnement idéologique d’un parquet sinon aux ordres ou tout du moins dans une collusion idéologique avec la bien-pensance médiatique. Or, le parquet, c’est le représentant de la société, c’est-à-dire de vous, de moi, rémunéré par nos impôts. Quelle légitimité, Madame Taubira, avez-vous à donner des leçons de morale dans ces conditions, lorsque vos prisons sont des passoires permettant à des permissionnaires de flinguer du flic, vos projets de loi incroyablement iréniques de naïveté adressant un message de laxisme aux délinquants ? Vous prétendez être Charlie quand vous fichez les opposants politiques inoffensifs mais que vous laissez circuler des criminels auxquels vous accordez les plus larges circonstances atténuantes.

Vous passez votre temps à twitter des messages incompréhensibles, à organiser des meetings pour flatter votre ego sous prétexte de quelques mots malheureux d’une gamine de 11 ans, mais votre justice n’a pas assez de papier ni même d’encre pour recevoir les télécopies.

Pour résume, Madame Taubira, un seul mot pourrait traduire, sans métaphore ni prétendue subtilité auxquelles vous nous avez habitués, le devoir qui s’impose à vous si le mot « devoir » a encore un sens pour vous :

Démission !

Me Frédéric Pichon

15 Novembre 2015

Marc Trevidic sur la menace terroriste : "Le pire est devant nous"

L'ancien juge antiterroriste Marc Trévidic évoque dans Paris Match la gravité des menaces sécuritaires en France. Et le tableau est bien noir.

C'est une interview bien pessimiste auquel s'est livré l'ancien juge antiterroriste Marc Trévidic dans l'hebdomadaire Paris Match. Il y évoque les menaces sécuritaires qui planent sur la France. "La menace est à un niveau maximal, jamais atteint jusqu'alors. D'abord, nous sommes devenus pour l'Etat islamique (EI) l'ennemi numéro un. La France est la cible principale d'une armée de terroristes aux moyens illimités. Ensuite, il est clair que nous sommes particulièrement vulnérables du fait de notre position géographique, de la facilité d'entrer sur notre territoire pour tous les djihadistes d'origine européenne, ­Français ou non, et du fait de la volonté clairement et sans cesse exprimée par les hommes de l'EI de nous frapper. Et puis, il faut le dire : devant l'ampleur de la menace et la diversité des formes qu'elle peut prendre, notre dispositif de lutte antiterroriste est devenu perméable, faillible, et n'a plus l'efficacité qu'il avait auparavant."

"Un commando de dix 'Merah" autonomes" démantelé

Selon lui, les frères Kouachi souhaitaient lancer une large campagne d'attentats : "Si l'on prend l'exemple des frères Kouachi, les auteurs de la fusillade de Charlie Hebdo, ils étaient, au vu de ce que l'on sait, 'en route' pour une campagne d'attentats. On y a échappé parce que, dans un accident de voiture, l'un des frères a perdu sa carte d'identité. C'est cela qui a permis de les identifier et de lancer la chasse à l'homme qui s'est soldée par la mort des deux terroristes, tués par le GIGN. Les Kouachi n'étaient pas partis pour une opération suicide! S'ils avaient pu, ils auraient continué à frapper. Comme Nemmouche, le tueur du Musée juif de Bruxelles, comme Merah…"

Marc Trévidic raconte ainsi qu'il a démantelé une filière très dangereuse l'année dernière : "J'ai fait neutraliser un réseau de djihadistes très dangereux qui voulait créer un commando de dix 'Merah' autonomes, opérant simultanément sur l'ensemble du territoire. L'idée que nous soyons un jour confrontés à une ou plusieurs campagnes d'attentats majeurs ne peut être écartée. Ceux qui nous attaquent veulent nous faire le plus de mal possible. Et le faire dans la durée. Ils s'y préparent. Les Français vont devoir s'habituer non à la menace des attentats, mais à la réalité des attentats, qui vont à mes yeux immanquablement survenir. Il ne faut pas se voiler la face. Nous sommes désormais dans l'œil du cyclone. Le pire est devant nous."

La France a-t-elle les moyens de lutter contre ce terrorisme de grande ampleur? "Non, la donne a changé. L'évidence est là : nous ne sommes plus en mesure de prévenir les attentats comme par le passé. On ne peut plus les empêcher. Il y a là quelque chose d'inéluctable. (...) Les politiques prennent des postures martiales, mais ils n'ont pas de vision à long terme. Nous, les juges, les policiers de la DGSI, les hommes de terrain, nous sommes complètement débordés. Nous risquons d''aller dans le mur'. Pas très rassurant huit mois après les attentats de janvier.

Michaël Bloch - leJDD.fr

13 Novembre 2015

Calais : les renforts de police coûtent plus de 150.000 euros par jour

Indemnités, carburant, hôtel… La facture sécuritaire de la « jungle », avec 18 unités de CRS et de gendarmes mobiles, s'envole.

Plus de 150.000 euros par jour! C'est le coût des renforts en CRS et en gendarmes mobiles autour de la «jungle» de Calais, ce bidonville, sans doute le plus grand d'Europe, où s'entassent des milliers de candidats au passage vers l'Angleterre....

source Le Figaro

12 Novembre 2015

Grève des blouses blanches et L'hôpital public se meurt. Plusieurs syndicats de médecins ont appelé à une grève vendredi. Ils s'opposent toujours à la loi santé qui revient à l'Assemblée en deuxième lecture.

La colère des professionnels de santé n'est pas retombée. Les syndicats des médecins libéraux, appellent à une « Journée santé morte », un « blocage sanitaire », pour s'opposer au projet de loi de Marisol Touraine et au tiers payant généralisé. Généralistes, spécialistes et chirurgiens (CSMF, MG France, FMF, SML, Bloc) veulent faire entendre leur voix avant le retour du projet de loi santé en deuxième lecture lundi à l'Assemblée nationale, rejoints par d'autres professionnels, comme les dentistes ou les infirmiers libéraux. Des cabinets seront fermés, des opérations programmées dans les établissements privés annulées et les urgences pourront être redirigées vers l'hôpital public « Il y aura des blocages sérieux dans certaines villes où les médecins sont extrêmement motivés », comme à Toulouse, Lyon ou Grenoble, estime Lamine Gharbi, président de la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP), qui « lutte » contre un texte qui veut « réduire en miettes la médecine libérale et l'hospitalisation privée ».

L'objectif de la grève ? « Montrer clairement à toute la France que le monde des libéraux est réveillé et ne laissera pas passer le projet de Marisol Touraine sans rien faire », explique Éric Henry, président du Syndicat des médecins libéraux. La mobilisation prendra diverses formes (grèves des gardes, opérations escargot, rassemblements à partir de vendredi, manifestation devant l'Assemblée lundi) et se poursuivra « en fonction de ce top départ d'un mouvement unitaire massif », prévient Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF. Les plus radicaux, comme le Bloc ou l'association de médecins UFML, appellent déjà à un arrêt d'activité « de plusieurs jours », afin de montrer « ce qui se passera demain » avec l'application de la loi. Mais c'est surtout la généralisation du tiers payant à tous les assurés d'ici à 2017 qui est dans le viseur des praticiens depuis plus d'un an. Concrètement, les patients n'auront plus à avancer les frais d'une consultation, les médecins étant remboursés directement par l'assurance maladie et les mutuelles.

Les médecins, qui redoutent des retards de paiement et de nouvelles tracasseries administratives, ont tranché depuis longtemps. S'ils se disent favorables à un « tiers payant social » pour les patients les plus modestes (bénéficiaires de la CMU-C ou de l'aide à la complémentaire santé), ils appellent à refuser son application à tous. « Nous ne le ferons pas. Nous ne pouvons pas gérer la complexité du système d'assurance maladie », résume Claude Leicher, rappelant qu'il existe plus de 500 complémentaires santés. Le gouvernement a toujours promis que le dispositif serait « simple ». Mais le rapport commandé aux organismes d'assurance maladie, qui avaient jusqu'au 31 octobre pour proposer des pistes de mise en œuvre, se fait toujours attendre.

À défaut de pouvoir empêcher le vote du texte, les médecins espèrent bien peser sur les décrets d'application. Il leur faudra d'abord renouer le dialogue avec le gouvernement. Non contents de boycotter la grande conférence de santé voulue par le Premier ministre Manuel Valls le 11 février, les syndicats organiseront le même jour des « Assises de la médecine libérale » afin de présenter un socle commun de propositions en vue de leurs négociations avec l'Assurance maladie en 2016. « Cela n'est jamais arrivé dans l'histoire du syndicalisme médical », insiste Jean-Paul Hamon (Fédération des médecins de France).

Source AFP

Raoult - Pourquoi cette pénurie de blouses blanches ?

L'hôpital public se meurt faute de compter suffisamment de médecins compétents. Numerus clausus, 35 heures, gestion égalitariste... Didier Raoult accuse.

Avec la pénurie de médecins, nous ne sommes qu'au début du problème. Ses causes pourtant remontent à plus de 30 ans, mais l'administration n'a pas pu - ou pas voulu - voir. Tout d'abord, sous le ministère de Mme Simone Veil, une restriction mécanique et brutale de l'accès aux études médicales par numerus clausus a été mise en place. L'hypothèse de l'époque était que les médecins étaient responsables des dépenses de la Sécurité sociale, et que moins il y aurait de médecins moins les dépenses seraient importantes. Un fantasme administratif. La demande médicale vient des patients, pas des médecins. Qui plus est, ce numerus clausus a été fait sans tenir compte du vieillissement de la population et de la demande de soins croissante ni de la féminisation. En moyenne, un médecin femme travaille 30 % de moins qu'un homme au cours de sa carrière. Ceci n'a pas encore été complètement rattrapé.

Le deuxième phénomène est celui des 35 heures à l'hôpital de Martine AUBRY. Il n'a pas été évalué. J'ai écrit un article sur le sujet en 2001, que je n'ai pas réussi à publier ! J'y expliquais que l'application des 35 heures dans les hôpitaux allait entraîner l'augmentation mécanique de 5 à 7 % du coût du fonctionnement des hôpitaux, et donc creuser un peu plus le trou de la Sécurité sociale. Les 35 heures appliquées aux médecins ont eu un rôle incroyablement délétère. En particulier dans un certain nombre de spécialités fortement syndicalisées. Ainsi, chez les anesthésistes-réanimateurs, les 35 heures se sont transformées en catastrophe, associant une baisse mécanique de l'activité avec une diminution du nombre de médecins disponibles. Une des issues raisonnables pour les hôpitaux est désormais de l'externaliser au privé avec un paiement à l'acte. De manière générale, les repos de récupérations et le plafonnement des heures de travail entraînent une baisse mécanique de l'activité qui rend impossible d'assumer les tâches médicales.

Le service public en danger

Troisièmement, la fuite des praticiens hospitaliers vers le privé ou l'étranger s'explique par l'absence de hiérarchisation dans les professions médicales et chirurgicales. Un médecin peu spécialisé à l'hôpital et un chirurgien extrêmement spécialisé, qui a donc la possibilité de gagner beaucoup d'argent, ne peuvent pas être payés de la même façon. Le nier contribue à la fuite des compétences.

Par ailleurs, la lourdeur administrative des hôpitaux ne permet plus de garder le personnel le plus dynamique. Une hiérarchie médicale souvent construite en fonction de l'âge, des contraintes administratives insupportables au regard de la liberté relative de l'activité privée rendent de moins en moins attractive l'activité hospitalière.

Il est à redouter que cette inflation de réglementation et cet égalitarisme médical ne débouchent sur une disparition de l'hôpital public, au profit de l'hôpital privé, qui sait faire preuve de dynamisme et rétribuer à la hauteur du service rendu

 Didier Raoult | source Le Point.fr   

10 Novembre 2015

Une riveraine de Calais, menacée par des migrants : «Pour moi la guerre civile a déjà démarré»

https://www.facebook.com/v2.0/plugins/post.php?app_id=&channel=https://s-static.ak.facebook.com/connect/xd_arbiter/wjDNIDNrTQG.js?version=41#cb=f6cb46253af955&domain=francais.rt.com&origin=https://francais.rt.com/f129349c5edd60f&relation=parent.parent&container_width=779&href=https://www.facebook.com/479803612168266/videos/542259505922676/&locale=fr_FR&sdk=joey&width=500

Les habitants de Calais vivant à proximité de la route de Gravelines, où les migrants tentent de monter dans des camions et affrontent les forces de l’ordre, sont aujourd’hui en détresse face à cette situation.

Le collectif les Calaisiens en Colère, qui regroupe des habitants de la ville et de la région opposés à la présence de plus en plus importante des migrants sur Calais (le camp de la «Jungle» compte plus de 6 000 résidents), est allé à la rencontre d’une riveraine, victime collatérale des affrontements de la nuit dernière.
«Je vous confirme qu’ils [les migrants] s’en prennent aux riverains» affirme-t-elle dans la vidéo. «Dès qu’ils voient qu’on essaie de filmer ou de se faire entendre, et bien ils s’en prennent à nous. Ils m’ont fait des signes d’égorgement» dit-elle avant de conclure : «Pour moi la guerre civile a déjà démarré, il serait peut-être temps de faire appel à l’armée, il n’y a qu’elle qui puisse nous aider».
 

 

09 Novembre 2015

Un bus prend subitement feu, 39enfants évacués

"http://www.francetvinfo.fr/france/charente-un-bus-prend-subitement-feu-les-enfants-evacues_1165553.html#xtor=AL-67"

En quelques minutes, le bus d'une école de rugby de Cognac (Charente) s'est enflammé ce dimanche 8 novembre. À bord, il y avait 39 enfants ainsi que des adultes accompagnateurs. Tous sont sains et saufs. Juste avant 9 heures, les passagers ont d'abord remarqué de la fumée, puis une étrange odeur de gazole.

Il n'y avait pas de victime à déplorer

Le feu a pris très vite, un brasier géant filmé par certains jeunes passagers du bus, mais heureusement, tous ont réussi à s'échapper des flammes. L'incendie s'est déclaré sur la nationale 141, dans le village d'Etagnac, non loin de Limoges (Haute-Vienne). Le bus transportait des jeunes rugbymen de l'équipe de Cognac. Pour l'heure, on ignore encore pourquoi le bus a pris feu. Les enfants et leurs accompagnateurs ont été mis en sécurité dans l'école du village

07 Novembre 2015

Bruxelles essaie de nous habituer au pire :

http://www.bfmtv.com/international/migrants-3-millions-d-arrivees-prevues-par-bruxelles-d-ici-2017-927889.html

Ils mentent sciemment puisque dans tous les milieux, diplomatiques et gouvernementaux,  on sait que c’est entre 25 et 35 millions de « réfugiés » qui sont prévus.

http://resistancerepublicaine.eu/2015/25-a-35-millions-de-refugies-sont-prevus-en-europe-dans-les-3-ans-a-venir/

Entre 25 et 35 millions annoncés qui s’installeront chez nous d’ici 2018 avec leur idéologie barbare et mortifère si…

Si les peuples disent amen.

La balle est dans notre camp.

En attendant, tentative d’opération enfumage. Bruxelles voudrait nous prouver par a+b que construire des logements, habiller, nourrir, blanchir quelques centaines de milliers de personnes apporterait un plus à la croissance. Sans doute qu’ils ont oublié de compter les effets délétères de l’immigration: l’augmentation des délits et du nombre de prisonniers, l’augmentation de l’AME en France, et la concurrence déloyale que vont constituer tous ces délinquants (puisque sans visa) pour nos travailleurs, par exemple. Cela va faire plus de chômage, plus d’aides sociales à sortir… Mais apparemment, tout cela compte pour du beurre aux yeux des technocrates.

https://fr.news.yahoo.com/lue-attend-3-millions-migrants-en-3-ans-123823038–business.html

Bruxelles imagine d’ailleurs qu’à long terme une partie des « réfugiés » pourrait être intégrée dans la population française et participer à son enrichissement. Une partie, peut-être… Mais les autres ? Ajoutés aux millions de chômeurs et de pauvres que contient notre pays, ça ne peut que l’appauvrir.

D’ailleurs, bizarrement, la commission européenne reconnaît que les pays qui accueillent les migrants aux frontières de l’Europe vont avoir du mal à s’en sortir.

Comme c’est étrange…

Christine Tasin

03 Novembre 2015

Au secours ! L’État peut vous faire les poches en toute légalité  

Ça s’est passé à Chypre au plus fort de la crise, en 2013, lorsque les dépôts supérieurs à 100.000 euros ont été taxés à hauteur de 47 %. Du vol pur et simple. SHARES

FacebookTwitter

La BRRD, vous connaissez ? C’est la Bank Recovery and Resolution Directive ou, en français, Directive sur le redressement des banques et la résolution de leurs défaillances. C’est la directive 2014/59/UE du Parlement et du Conseil européens. En gros, ce texte dit qu’en cas de faillite d’une banque européenne, les pompiers de service, ceux appelés à la renflouer, seront, par priorité, les actionnaires – normal -, puis ceux qui ont fait confiance à la banque en lui achetant des obligations – là, c’est déjà un peu moins normal – et enfin, si tout cela ne suffit pas, la banque se servira dans les comptes de ses clients ! Ça s’est passé à Chypre au plus fort de la crise, en 2013, lorsque les dépôts supérieurs à 100.000 euros ont été taxés à hauteur de 47 %. Du vol pur et simple.

Eh bien, ce mécanisme, voté par la belle Europe, a été intégré dans notre droit français. Nous sommes désormais chypriotisés. Vous n’en avez pas entendu parler ? Normal, tout s’est passé en douce, furtivement, sous le manteau. Pour un sujet aussi insignifiant, vous imaginiez qu’il fallait passer par le Parlement ? Que votre député aurait son mot à dire ? Vous rêvez ! En Socialie, il y a des choses qui ne se font pas. Cela s’appelle la « moralisation de la vie publique » ! Donc, pas de loi sur le sujet pour éviter débat et publicité.

On est passé par l’article 38 de la Constitution, qui permet au gouvernement de prendre par ordonnance des mesures qui relèvent du domaine de la loi. Et encore, sans tambour ni trompette ! On a fait cela en plein mois d’août, le 20, juste pendant le week-end prolongé du 15 août. Là, c’est fortiche ! On a vraiment mis toutes les chances de son côté pour que personne n’en sache rien, pour que personne ne réagisse, pour qu’il ne vienne à l’esprit de personne de demander pourquoi un droit imprescriptible comme le droit de propriété était aboli un beau jour d’août 2015. C’est aux signataires de l’ordonnance qu’il faut demander des comptes : Hollande, Valls, Sapin, Taubira et Pau-Langevin, les cinq mousquetaires de l’abandon de souveraineté, de la promotion du vol légal et de la spoliation organisée. Que fait l’opposition ?

Ce coup fourré sort aujourd’hui parce que la Commission vient d’engueuler les six États qui n’ont pas encore intégré cette forfaiture dans leurs droits internes (Tchéquie, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Roumanie et Suède).

Un spécialiste de la question écrit : « En cas de crise bancaire, les épargnants seront en première ligne et subiront de lourdes pertes, le tout dans la plus parfaite légalité. »Il a raison.

Comme disait Hollande au temps des semailles : « Le changement, c’est maintenant. »Au temps des moissons, les fruits sont plutôt amers. Et que l’on ne vienne pas dire : « C’est l’Europe, on n’y peut rien, on est obligés ! »Réaction de lâches. L’Europe, c’est autant nous que les autres. Il y a bien un Français qui, en 2014, lors de la conception de cette funeste BRRD, a eu consigne de dire « oui » !

01 Novembre 2015

L’agence finlandaise Lucify a réalisé une carte interactive  (cliquez sur le lien) permettant de visualiser le flux de demandeurs d’asile arrivant en Europe entre janvier 2012 et septembre 2015.

31 Octobre 2015

Un lecteur vient de nous adresser ce courrier, qui peut nous amener à nous poser quelques questions …Nous vous la transmettons intégralement

Une catastrophe sanitaire programmée…

Je vous raconte une histoire belge qui circule sur le net :

"Dans le village flamand de Sijsele il y a un supermarché Lidl. En face il y a un centre pour requérants d’asile. Les pensionnaires du centre pour requérants d’asile vont flâner entre les rayons du supermarché, ouvrent des bouteilles et les boivent, ouvrent des confections et en mangent le contenu et quand ils arrivent à la caisse ils disent “no money”. Alors on appelle la police mais la Croix Rouge intervient pour expliquer que “c’est leur culture”… Alors les habitants de Sijsele ne font plus leurs courses dans leur supermarché Lidl mais vont les faire dans le village voisin de Moerkerke et les seuls clients qui restent à Sijsele c’est ceux qui ne payent pas…

Un commentateur ajoute “et chez nous ils ouvraient même les pots de confiture et les vidaient comme ça”…

Un autre précise qu’on a engagé un cuisinier mais celui-ci a été refusé, d’ailleurs “la nourriture est trop belge”…

Un autre ajoute qu’ils n’ont ni faim, ni soif mais ce qu’ils veulent c’est de l’argent…

Et vous savez quoi ? Ben, on constate un mécontentement croissant parmi la population… "

Signé “Wannes”-

Une histoire allemande. Ma voisine est allemande et écoute l’heure pendant laquelle les auditeurs peuvent s’exprimer à la radio. Et vous savez quoi? Ben, il y a un médecin qui a dit que les hôpitaux sont bondés et posent la question “qui va payer tout ça?” Mais c’est pas tout, ce médecin dit que ces gens qui arrivent de partout dans les conditions les plus désastreuses apportent avec eux des germes qui peuvent faire réapparaitre chez nous des maladies qui ont été éradiquées grâce à des décennies de soins, campagnes d’hygiène, vaccinations etc.

Les gens commencent à oser en parler…

La santé c’est mon domaine alors je vais y ajouter mon grain de sel. Comme je l’ai raconté dans mon livre “Les oiseaux noirs de Calcutta”, dans les pays du Tiers Monde il y a des maladies endémiques comme la gale ( scabieuse) qui est une maladie de la peau extrêmement contagieuse qui est une véritable calamité quand elle se répand dans une école, un home, un hôpital… à tel point qu’un chirurgien refusait d’hospitaliser les enfants qui en étaient porteurs de peur de contaminer tout le service et de devoir le fermer.

Il y a aussi la tuberculose qui est résistante aux médicaments dont nous disposons. Il y a aussi tout ce qui est amibes, bactéries ou vers intestinaux. A côté de ça le SIDA semble moins grave car c’est une maladie que nous connaissons mieux.

Il y a quelque temps un médecin français expliquait que le tourisme médical voit arriver en France des maladies graves comme des insuffisances rénales qui vont finir par la dialyse et des médicaments à vie mais que, étant donné que dans leur pays d’origine ces gens ne peuvent pas se soigner, il était impossible de les renvoyer chez eux, par contre ils ont le droit de faire venir leurs familles. Qui paye ? Ca c’est un type de problème. Le problème des maladies importées par les “migrants” est d’un autre type: il s’agit de l’importation de germes qui peuvent produire des contaminations et ensuite des épidémies. Ces gens n’ont pas non plus une constitution physique adaptée à nos conditions de vie, ni à notre environnement climatique.

Voici ma cerise sur notre gâteau: la poliomyélite ou paralysie infantile.

Je ne vais pas vous faire un cours de médecine mais le sujet est tellement grave que je vous recommande chaudement d’aller lire ce que dit Wikipédia de tout ça.

Toujours est-il que quand j’étais à l’école primaire dans mon petit village flamand de Strijtem, en 1952 nous, les petits élèves nous avons été vaccinés contre la polio – j’ai encore ma carte de vaccinations. Depuis, grâce à la vaccination, chez nous, la polio a pratiquement disparu mais il y a eu des épisodes d’épidémies surtout au sein de sectes religieuses qui refusent les vaccinations. J’ai un cousin qui n’avait pas été vacciné, qui a été contaminé, en a gardé des paralysies aux jambes et maintenant à l’âge de 55 ans il souffre d’un syndrome de post polio. C’est là qu’on se rend compte du caractère terrible de la polio car non seulement elle laisse des séquelles graves comme des paralysies, mais elle ne disparait jamais et avec l’âge reprend vigueur et continue la lente destruction les muscles jusqu’à ce que la personne se retrouve en chaise roulante. Pire: si le virus attaque les muscles de la cage thoracique c’est soit le poumon d’acier, soit la mort par asphyxie.

Mais, étant donné que cette maladie a pratiquement disparu chez nous, elle n’est plus enseignéedans les universités et les médecins ne la connaissent pas. Il n’est pas rare que les patients, comme mon cousin, soient considérés comme des simulateurs… Pendant mes études de physiothérapie j’ai eu la chance d’avoir comme professeurs des kinés qui avaient encore participé à la lutte contre la polio avant la découverte du vaccin.

Puisque la polio ne se rencontre plus, de nombreux parents refusent de faire vacciner leurs enfants. Je suis tout à fait d’accord, les vaccins ne sont pas inoffensifs et il faut bien peser les pours et les contres. Mais en l’occurrence les conséquences de la polio peuvent être beaucoup plus graves que celles de la coqueluche ou de la grippe.

Actuellement l’OMS a beau se gargarise avec “L’éradication de la polio”, elle n’est pas éradiquée du tout dans le Tiers Monde et par exemple pour un tas de raisons, voir Internet, en Afghanistan les talibans s’en prennent aux vaccinateurs.

Tout ça pour dire que parmi les chercheurs de vie meilleure il va fatalement y avoir des porteurs de germes de toutes sortes mais aussi de la polio et nous ne sommes pas du tout à l’abri d’épidémies, ni préparés à les affronter.

Ce n’est pas leur faute: ces gens ne savent pas d’être porteurs, mais ils peuvent contaminer puisqu’ils circulent dans les transports publics, les magasins, les WC etc. Le pire c’est quand ils ne connaissent pas les règles d’hygiène et ne font pas leurs besoins naturels dans des WC et ne se lavent pas les mains avec du savon…Dans leurs pays … s’ils n’ont pas de quoi acheter à manger, ils n’ont certainement pas de quoi acheter du savon, serviettes hygiéniques, tampax, ni même des WC ou du papier WC… Ces gens s’essuient avec la main gauche… et mangent avec la main droite… A Calcutta, dans Park Street, la rue chic, devant la Oxford Library, j’ai vu un monsieur descendre du trottoir, s’accroupir et déféquer. A l’arrêt du bus j’ai vu un jeune homme bien habillé genre employé, s’arrêter et uriner, même pas derrière un arbre, ni un poteau, non comme ça. Ils toussent et crachent tout le temps et partout. Cela signifie une dissémination et une prolifération de germes inimaginable à laquelle nous ne sommes pas préparés, nos hôpitaux non plus, notre assurance maladie non plus. Qu’est ce qui va se passer, qui va payer, comment allons-nous empêcher notre système sanitaire de s’écrouler ? A la limite, allons-nous disposer d’assez de vaccins ?

Pourquoi je vous brosse un tableau aussi effrayant? Parce qu’il faut décider de priorités et la priorité la plus urgente, c’est, avant toute autre chose, d’enseigner à ces personnes les règles d’hygiène pour éviter une catastrophe sanitaire. Il est beaucoup plus urgent qu’ils apprennent à ne pas cracher par terre qu’à parler français. Dans ma profession j’ai appris qu’il faut prévoir le pire pour ne pas être pris au dépourvu. Je ne sais pas si nos gouvernements le font, bien que gouverner ce soit justement… prévoir. En tous cas je conseille aux parents qui n’ont pas fait vacciner leurs enfants d’en parler avec leur médecin.

Anne Lauwaert

source

30 Octobre 2015

Rebelles de l'Etat islamique Député française de retour de Syrie: Paris "soutient indirectement l'EI"

La France "soutient indirectement (le groupe) État islamique" en Syrie, a affirmé jeudi Véronique Besse, députée non-inscrite de Vendée et membre du Mouvement pour la France (MPF), qui vient de rencontrer Bachar el-Assad à Damas avec deux autres députés de l'assemblée nationale.

"La France soutient des groupes modérés +soit-disant modérés+, mais qui sont proches d'Al-Qaïda et donc proches de l'État islamique", a-t-elle assuré à RMC, à son retour de Syrie. "La France soutient notamment Al-Nosra", a-t-elle ajouté, pressée d'apporter des précisions à cette affirmation. "Aujourd'hui on soutient indirectement l'État islamique. (…). C'est ce qu'on nous a dit en tout cas là-bas".

Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate, a pour sa part déclaré à RTL que Bachar el-Assad "considère en tout cas que la passivité de la France à se bagarrer effectivement et réellement contre Daech (…) lui donne l'impression que la France soutient d'une manière indirecte l'État islamique".

"La situation en Syrie, c'est soit Daech soit Assad. La France n'a pas fait de choix clair dans cette alternative. Elle essaie d'inventer une tierce solution qui n'existe pas en disant +il faut d'abord qu'Assad s'en aille pour qu'on fasse quelque chose+. Je pense qu'il ne partira pas. Bachar el-Assad est au pouvoir, il ne le quittera pas, il n'est pas aux abois, il faut discuter avec lui", a affirmé M. Poisson.

Mme Besse et M. Poisson ont également plaidé en faveur du rétablissement d'une représentation diplomatique française en Syrie, rapporte l'AFP.

"En dépit de tout le mal que les Européens disent de lui, le président Assad est prêt à ce que, si jamais la France en faisait la demande, nous rétablissions une représentation diplomatique en Syrie", a déclaré M. Poisson. "Il faut discuter avec ceux qu'on considère comme ses adversaires. C'est ça la diplomatie, non?"

source Sputnik

29 Octobre 2015

Najat Vallaud-Belkacem torpille le bac

La ministre de l'Éducation vient de donner le coup de grâce à cet examen, en toute discrétion, par le biais d'une mesure toute simple mais redoutable.

 À partir de la rentrée 2016, les candidats qui échouent au baccalauréat auront cinq ans pour le réussir. Ils pourront choisir de conserver les notes au-dessus de la moyenne qu'ils ont obtenues et ne repasser l'examen que dans les matières où ils ont échoué. Le bac, désormais, c'est exactement comme pour le permis de conduire ! Après l'obtention du code, chacun a droit à cinq présentations maximum dans un délai de cinq ans.

Tous ceux qui veulent depuis des années supprimer le bac, qu'ils considèrent comme une vieille chose poussiéreuse qui sanctionne des connaissances au lieu de valider des « compétences », doivent se frotter les mains. Depuis longtemps, certes, cet examen a perdu de sa valeur, puisque pour parvenir à l'objectif de réussite fixé, et qui ne peut pas baisser (87,8 % en 2014 et en 2015), les correcteurs reçoivent des consignes d'indulgence, tandis que les notes sont ensuite remontées au cours de séances d'« harmonisation ».

Mais cette instauration d'un baccalauréat par étapes est fatale : « Cet examen est un verrou qui fixe un niveau national, explique Romain Vignest, président de l'Association des professeurs de lettres. Dans la mesure où l'enseignement est bradé depuis des années, ce verrou est devenu gênant. Plutôt que de le supprimer, ce qui aurait soulevé des protestations, le ministère a trouvé un moyen détourné de le faire sauter. »

Démagogique et inégalitaire

Symboliquement, le baccalauréat cesse d'être ce qu'il a toujours été, le premier grade universitaire, pour devenir un diplôme de fin d'études destiné à tous. Aller jusqu'au bout de cette logique consisterait à le supprimer pour s'en tenir au contrôle continu, comme c'est le cas aux États-Unis.

Le résultat est simple : ce « high school diploma » américain compte pour du beurre, et seuls importent l'établissement qui l'a délivré ainsi que les tests standardisés donnant accès aux universités, qui donnent lieu, eux, à des préparations privées coûteuses.

Cette nouvelle version du bac, sous ses atours démagogiques, renforce en réalité les inégalités entre établissements, donc entre élèves. Ce qui comptera désormais, ce sera non seulement les bulletins scolaires des deux dernières années, comme c'est déjà le cas pour intégrer une classe préparatoire, mais la réputation du lycée qui les a délivrés.

Voilà comment, au prétexte d'aider les plus faibles, l'Éducation nationale renforce, une fois encore, l'élitisme social au détriment de la méritocratie républicaine.

28 Ocobre 2015

Le fameux ghetto de Manuel Valls est un mythe », dit Éric Zemmour vidéo : http://dai.ly/x3b7la9

Les émeutes de Clichy-sous-Bois ont eu lieu il y a 10 ans et on pointe du doigt le manque de changement dans les banlieues. Ce n’est pas un sentiment que partage l’éditorialiste de RTL.

90 milliard dépensés en 40 ans. Plus de 40 milliards rien que pour le plan Borloo; mais ces chiffres énormes sont trois fois rien pour 10% de la population du pays, et pour des quartiers transformés de fond en comble.

Les HLM ne sont plus les logements des français modestes, mais les centres d’accueil des flux migratoires. ceux qui y arrivent font fuir ceux qui y étaient.

26 Octobre 2015

Valls… ou le Bourgeois de Calais

Le contribuable pressuré ne sera jamais « à moitié remboursé » les socialistes cocus, jamais « à moitié revirginisés ». Et les Français lui prouveront qu'ils ne sont pas des veaux.....

FacebookTwitter

Déclaration tonitruante de Manuel Valls, ce week-end, lors d’un débat organisé par Le Monde. On se frotte les oreilles pour y croire. Qu’a-t-il dit de si surprenant, le fringant et ténébreux Premier ministre ? Il a dit qu’avant lui, la politique menée avait été catastrophique, que les classes moyennes avaient été bêtement et cruellement assommées par une fiscalité foldingue, que les socialistes – et, avant eux, les sarkomaniaques – avaient dégainé et défouraillé sans nuance aucune, que cette politique avait fait des dégâts considérables et avait mis les Français très en colère, que, si c’était à refaire, au grand jamais, il ne se risquerait à ces imbécillités. Bref, il a dit que la politique de Monsieur Hollande a été et continue d’être, tout simplement désastreuse pour le pays.

Monsieur Valls est, je crois, Premier ministre de la France depuis 19 mois. À ce titre, et conformément à la Constitution, article 21, il « dirige l’action du Gouvernement », lequel, selon l’article 20, « détermine et conduit la politique de la Nation ». Dans ces conditions, impossible de se défiler, de s’exonérer de ce qui a été décidé depuis bientôt deux ans dans tous ces domaines qui exaspèrent tant les Français : impôts, bien sûr, mais également chômage, sécurité, justice, immigration, école, famille, politique étrangère, et d’autres.

« Faute avouée est à moitié pardonnée ! », dit l’adage. Je ne suis pas certain qu’il faille, en l’espèce, se contenter de cette fadaise, car le contribuable pressuré ne sera jamais « à moitié remboursé » et les socialistes cocus, jamais « à moitié revirginisés ».

Un autre adage dit qu’il ne faut pas cracher dans la soupe que l’on boit. C’est bien beau de venir, la main sur le cœur, raconter que le gouvernement a tout faux, mais en ce cas, le programme minimum consiste à tirer sa révérence, quitter ce groupe dont on dénonce l’incompétence, reprendre sa liberté d’un parti dont on avoue qu’il mène au gouffre et refuser de cautionner quoi que ce soit provenant de ces malfaisants, y compris le budget 2016 dont l’encre n’est pas encore sèche, mais qui ne prévoit aucune des mesures que M. Valls appelle de ses vœux. Le problème, c’est que le dénonciateur, le pourfendeur, le détracteur, est en même temps le meneur de jeu. On imagine l’embarras de Manuel Valls, coincé entre les ors confortables de la République et les rigueurs solitaires de la conscience morale.

On comprend aussi qu’il a fait son choix puisqu’il est toujours en poste. On comprend également que, agacé d’être doublé sur sa droite par son sémillant ministre de l’Économie, des Autocars et des Ouvertures dominicales, il tienne, devant une gauche éberluée, hébétée, des propos que la droite la plus réactionnaire ne démentirait pas. On comprend enfin que, pour ne pas voir dans ces vraies fausses confidences sous forme d’aveu de ce « bourgeois de Calais » bidon, à quelques semaines des régionales, une épaisse et peu ragoutante manœuvre politicienne de racolage électoral, il faut être aveugle.

23   Octobre 2015

Promesses tenues

Info impots locaux 021

Info ville fn

21 Octobre 2015

A partir du 1er janvier 2016, tout particulier voulant vendre un animal de compagnie devra préalablement se déclarer auprès de la chambre d'agriculture de sa région pour se voir attribuer un code SIREN, comme pour toute autre activité entrepreneuriale.

Vous vouliez vendre vos chiots ou chatons sur Internet. A partir du 1er janvier 2016, ce ne sera plus aussi facile. Au nom de la défense de nos amis quadrupèdes, l’ordonnance promulguée le 8 octobre au Journal officiel prévoit qu’à partir du 1er janvier 2016, tout particulier voulant vendre un animal de compagnie devra préalablement se déclarer auprès de la chambre d’agriculture de sa région pour se voir attribuer un code SIREN, comme pour toute autre activité entrepreneuriale. Ainsi, dès le premier animal vendu, on sera considéré comme éleveur ! Au-delà de deux portées vendues, le particulier devra également se signaler auprès de la direction de la protection des populations de son département pour y suivre une formation obligatoire. Le Gouvernement verra donc dans les statistiques l’augmentation de création d’entreprises.

Ajoutons que, pour s’assurer de l’application de cette ordonnance, le ministère a pris contact avec les principaux sites de vente, ainsi qu’avec les associations concernées. Il a été décidé que l’oubli du code SIREN dans une annonce sera passible de 750 € d’amende. Mais pour ceux qui contreviennent intentionnellement à ce qui a désormais force de loi en vendant leurs animaux sans être munis du fameux code, l’amende pourra grimper jusqu’à 7.500 €.

Le but de cette ordonnance est de faire la chasse aux Français qui « arrondissent leurs fins de mois par la vente d’animaux de compagnie. Pour eux, c’est un complément de revenu », déclare Jérôme Languille, juriste et chef du bureau de la protection animale au ministère de l’Agriculture. Il va de soi que les associations pour la défense des animaux se réjouissent de cette mesure, car comme le dit le porte-parole de l’une d’elles : « On ne vend pas un animal comme on vend un meuble ou un vélo… » D’autres voient en cette ordonnance la fin de ce qu’ils qualifient de « prostitution canine et féline ».  Il y aura peut-être moins d’animaux abandonnés sans tatouage.

20 Octobre 2015

La jungle de Calais est devenue la troisième ville du Calaisis. SHARES

FacebookTwitter

Une ville vient de naître. Elle se situe non loin de la mer, sur une lande battue par les vents, à une heure de marche du centre-ville. Si le lieu ne semble guère hospitalier, la ville nouvelle a pourtant vu le nombre de ses habitants quasiment doubler en trois semaines, passant de 3.500 à presque 6.000. C’est la jungle de Calais, devenue la troisième ville du Calaisis.

Il faut dire que son développement a été fulgurant. Au milieu d’une marée de tentes bleues, en quelques mois, les clandestins se sont implantés. Écoles, bibliothèque, lieux de culte (églises et mosquées), salons de coiffure, restaurants, épiceries et même un théâtre, un amoncellement de bric-à-brac qui a poussé comme de vilains champignons répartis selon les communautés. Toutefois, les conditions s’améliorent car il s’y construit un premier chalet en bois sur pilotis, dont les matériaux ont été transportés en camionnette depuis Jersey…

« Face à la difficulté de traverser la Manche, les migrants se sédentarisent et certains sont là depuis huit mois. » C’est l’explication donnée sur la situation de l’immense bidonville par la préfète Fabienne Buccio. Ce n’est pas la seule : aux flux intarissables d’immigrés clandestins classiques en provenance « essentiellement de la corne de l’Afrique » se superposent maintenant « beaucoup d’Irakiens, d’Iraniens et de Syriens, lesquels arrivent en famille avec femmes et enfants ». Madame la préfète, si on a bien compris François Hollande, tout cela est sans doute de la « manipulation » et de la « falsification »

Bref, les autorités tolèrent, donc autorisent, des gens entrés illégalement sur le sol français à prendre possession d’un espace naturel, d’y planter des tentes fournies par des associations ayant pignon sur rue, maintenant d’y monter des chalets et de transformer le tout en véritable township où chacun a tout loisir d’y pratiquer son business. Point d’autorisations à demander, de normes à respecter, strictement rien à régler à la collectivité : pas de doute, c’est la jungle.

Surtout, avec 25 millions de travaux prévus financés par la France et 5 millions de plus par l’Europe pour des travaux de terrassement et des tentes supplémentaires annoncés par Manuel Valls, elle est faite pour durer. « Reste qu'[elle] ne pourra accueillir que 1.500 migrants sur une population de 3.500 […] », disait-il… en août. Tout le cahier des charges se trouve déjà à revoir ! Et si la population double ainsi à intervalles réguliers ? Le Premier ministre prévient : « C’est un travail au long cours […]. »

Si nous étions en 1927, nous pourrions écrire, comme le Journal officiel de l’époque qui publia une analyse concernant le recensement de 1926 et rapporté dans les annales de géographie, que nous sommes en présence d’une « masse énorme d’étrangers qui a littéralement envahi la France », d’un « peuplement étranger » et même d’une « véritable armée d’immigrants ». Mais nous sommes en 2015, alors nous le l’écrirons pas.

François Hollande osait citer Péguy à propos de « l’intolérance qui conduit à la discrimination » : « Il y a plus grave que d’avoir une âme perverse, c’est d’avoir une âme habituée. » Eh bien, justement, notre âme ne s’habituera pas, ni à la jungle ni à toutes celles à venir dans notre pays.

Caroline Artus 

18 Octobre 2015

La science aurait-elle  déjà réussi, après Dolly,  les clones des journalistes de la désinformation ?

Fin d’une journée de travail ordinaire. Pour être un peu informé de l’actualité de la journée, j’allume mon autoradio.

1er essai : je tombe sur France Info, qui attaque fort et avec son impartialité coutumière. Sujet : l’affaire en appel aux assises du médecin qui a assassiné sept personnes en fin de vie de son propre chef. En fait, le journaliste se désintéresse de cette affaire judiciaire qui n’est qu’un prétexte pour engager un long plaidoyer sur le suicide assisté avec, à la clé, une interview du méchant clown Guy Bedos dont la compétence sur le sujet est mondialement connue et inversement proportionnelle à sa vulgarité.

Niveau zéro du journalisme, niveau maxi du militantisme : aucune analyse, aucun recul, aucun esprit critique, aucun rappel sur l’attitude des familles ou sur le fait que ce médecin avait connu des dépressions, aucun contradicteur. Une seule doxa mérite d’être martelée : mourir dans la dignité passe par se faire tuer par un médecin, sans essayer de comprendre ce que la plupart des médecins pourraient ressentir si la Loi passait et que leur morale professionnelle soit violée au regard de notre civilisation humaniste. Quel prix la Sécurité Sociale est-elle prête à leur donner pour un acte qu’un simple bourreau serait capable d’effectuer ? Comment les médecins qui ont prêté le serment d’Hippocrate pourront-ils vivre, manger et dormir en sachant, qu’aujourd’hui ou demain, ils vont avoir à donner la mort ?  

Pour mieux appuyer leur combat sociétal, le journaliste et son faire-valoir de service vont même jusqu’à affirmer que dans un autre cas très médiatique, Vincent Lambert souhaite mourir et que ses parents l’en empêchent. Fin de la désinformation, je change de station.

2e essai : je passe sur RTL et tombe sur Fogiel, celui qui agresse plus vite qu’il ne questionne. Lui aussi décide d’attaquer fort. Sujet : l’immigration. Avec une info manifestement trop compliquée pour son intelligence : un rapport de l’INSEE casserait les idées préconçues sur l’immigration. Contrairement à ce qu’affirment « le FN et une partie de la droite », il n’y a pas de problème d’immigration car le solde migratoire annuel est faible, du fait des dizaines de milliers de personnes quittant la France chaque année.

Là, on n’est plus dans les tréfonds de l’intelligence mais dans la stupidité incarnée : la France s’appauvrit de milliers de jeunes diplômés qui partent et reçoit en échange des milliers d’immigrés, et comme les deux s’équilibreraient, eh bien, il n’y a aucun problème. Encore un qui doit être bac+8 en filière « je ne sais rien mais j’ai un avis orienté sur tout »… Fin de la désinformation, je change une nouvelle fois de station.

3e essai : je passe sur Europe 1 et tombe sur je ne sais quel journaliste qui annonce avec fierté la flopée de grands contrats, nous dirions projets de contrats, car non encore signés définitivement,  avec l’Arabie saoudite que Valls ramène de son voyage chez notre grand ami chef de tribu qui coupe les mains, décapite en pleine rue, réduit à l’état de servage des milliers de travailleurs étrangers et finance Daech pour commettre des attentats en France. J’espère, en vain, un début de commencement d’analyse critique sur le fait qu’un gouvernement de gauche n’ait aucun problème de conscience de contracter ainsi des marchés avec une dictature tribale et théocratique pendant qu’il sanctionne le peuple syrien qui a le malheur de vivre sous un dictateur laïc. C’est trop demander…

Fin de la désinformation, je décide de couper ma radio.

Et lorsque j’arrive à la maison, si j’allume la télévision sur les chaînes d’information en continu, ou sur les chaînes de 20 Heures, j’ai les mêmes désinformations. A croire que la science a déjà réussi, après Dolly,  les clones des journalistes de la désinformation.

17 Octobre 2015

Mohamed : prénom masculin le plus populaire en Seine-Saint-Denis en 2015

Bien sûr, ce n'est pas dans notre petite ville ou département, c'est loin, pour certains, c'est ailleurs, mais il n'y a pas très longtemps, les habitants de Seine Saint Denis pensaient comme cela, et maintenant c'est trop tard..;

Il y a en France des enclaves musulmanes. La seine-St-Denis, là où sont installés les tombeaux des rois de France, en fait partie.
Le prénom mohamed est le prénom le plus souvent donné aux enfants qui y naissent.
Viennent ensuite d’autres prénoms comme Yanis, Llyes, Ibrahim, Ismael, Amine, Ayoub, Yassine, Médhi.

En ce qui concerne les filles ce n’est pas mieux. Le prénom le plus populaire est Lines. Vient ensuite Sarah, Yasmine, Inaya, Aya, Assia, Fatoumata.

14 Octobre 2015

Culture : L’accès au Louvre est désormais gratuit… pour les réfugiés

311472azazeeeeeapture

13 Octobre 2015

« Les demandeurs d’asile pourraient, à l’avenir, avoir le droit de recevoir la visite de prostituées. » Voici l’idée fumante qu’a tout récemment eue un pasteur à la retraite, Ulrich Wagner, résidant à Höhenkirchen-Siegertsbrunn, une petite commune située dans le district de Haute-Bavière, non loin de Munich. Mais où diable a-t-il été puiser cette idée ?

« L’idée m’est venue lorsqu’un ami m’a confié son inquiétude devant l’arrivée prochaine dans son village de 100 demandeurs d’asile, ces derniers pouvant être amenés à harceler les femmes demeurant au sein du village. » L’homme d’Église continuant d’argumenter son propos : « Vous savez, ces jeunes gens ont des besoins qu’il faut pouvoir contenter. Il faut pouvoir, ainsi, leur venir en aide » (sic).

Et qui devrait payer un tel service, s’il vous plaît ? Devrait-il pouvoir y avoir des bons pour « maisons closes » ? Notre pasteur Wagner n’a, à cette question, malheureusement aucune réponse. Peut-être un comité de soutien pourrait-il voir le jour ? Son nom est tout trouvé : “Freie Liebe für freie Menschen” (l’amour libre pour des hommes libres).

Peut-être aussi un propriétaire des  dites « maisons » se déclarerait-il prêt à faire « une bonne œuvre ». « Le matin, il ne doit pas y avoir une activité phénoménale », poursuit-il ainsi dans un argumentaire qui laisse pantois.

Tout récemment, nous avons appris la recrudescence des viols et des agressions sexuelles sur le territoire allemand, aussi de tels incidents pourraient-ils bien survenir dans cette petite bourgade de Haute-Bavière où la présence de ces quelque 100 demandeurs d’asile va être imposée aux locaux qui n’ont rien demandé et qui n’ont bien évidemment pas été consultés. Bienvenue dans le pays du bien vivre ensemble à la sauce Merkel !

Enfin, tout à fait conscient du peu d’engouement que va rencontrer sa proposition, monsieur le pasteur Ulrich Wagner se rassure en nous disant qu’il n’aura de compte à rendre qu’à Dieu. Espérons pour lui que ce dernier saura être clément envers lui…

 
 
 
 

09 Octobre 2015

Grande-Synthe (59) : agressée verbalement par des migrants car elle ne porte pas le voile

 « Quand on nous a vendu les lots, il devait y avoir un éco-quartier en face. Aujourd’hui, c’est un bidonville où des coups de feu retentissent, où les passeurs se battent au couteau », se lamente une habitante du boulevard Mendes-France, dans son pavillon avec vue sur la « jungle ».

Elle vient de recevoir sa taxe d’habitation : « 1 211 €. À ce prix-là, on a le droit de sursauter au moindre coup de feu. » Élucubrations ? Elle tend son téléphone, montre une vidéo prise cette semaine. Les bruits de la fusillade sont bien audibles. « Encore hier matin [mardi, NDLR], il y a eu des coups de feu. Tout le quartier les a entendus.  [...] Une fois, ça a duré vingt minutes. »

D’origine maghrébine, elle raconte que lorsqu’elle sort de chez elle, il lui arrive d’être agressée verbalement par des migrants car elle ne porte pas le voile. [...]

« Bien sûr qu’on a essayé de voir des gens de la mairie. Mais ils esquivent. C’est l’omertà. On nous dit qu’il faut être solidaire, qu’il ne faut pas croire la presse malveillante et mal informée. Il ne s’agit pas de croire. Nous, on le vit. Évidemment, eux n’habitent pas ici. Ils ne se font pas voler leur linge et leurs chaussures laissés dehors. Ils n’ont pas d’intrusions dans leurs jardins, les nuisances sonores toute la nuit, les agressions verbales, les voitures anglaises qui nous empêchent de sortir les nôtres. [...]

Source

08 Octobre 2015

Paris : l'église Sainte-Rita échappe (pour le moment) à sa démolition

Ambiance électrique à Sainte-Rita. Vendue il y a trois ans à un promoteur immobilier, l'église gallicane parisienne vit ses derniers jours. Mais qu'à cela ne tienne, ils sont plus d'une cinquantaine à faire blocus devant cette paroisse du 15e arrondissement de Paris, depuis lundi. Quelques irréductibles, riverains, paroissiens d'ici ou d'ailleurs, mais aussi élus du quartier, qui « attendent un miracle » de Sainte-Rita, patronne des causes désespérées. Quitte à provoquer le destin.

Mardi matin, 6 heures, les ouvriers du chantier, refoulés la veille, entament discrètement les travaux préparatoires. Les palissades installées, les riverains se réveillent à peine. Les premiers arrivés s'interposent, élus en tête, dont Philippe Goujon. Le ton monte. La police doit intervenir. Le député-maire (LR) du 15e assure avoir été menacé avec un marteau. Et d'ajouter qu'une adjointe, brutalisée, avait dû rentrer chez elle « traumatisée » alors qu'elle « venait d'accoucher ». S'ensuit un démenti formel de la société Garibaldi, acquisiteur des terrains. Pas suffisant cependant pour que la démolition ne s'engage.

En effet, au-delà des possibles injures, menaces et coups portés, c'est l'irrégularité de la démarche qui est contestée. « Les travaux ont commencé à 6 h 30 au lieu de 7 heures (l'heure réglementaire), aucune règle de sécurité n'a été respectée, les travaux empiétaient sur la chaussée », énumère Philippe Goujon. « Nous avons fait démanteler par la police toutes ces emprises de chantier irrégulières. » L'entreprise de démolition a donc dû quitter les lieux pour la seconde fois. Les opposants au projet ne comptent pas en rester là et souhaitent établir des tours de garde pour « veiller » sur ce « marqueur du patrimoine culturel et religieux ».

Pas de terrain d 'entente

Autre argument qui pourrait faire pencher la balance en faveur des fidèles – ou, du moins, retarder l'échéance : la présence d'amiante sur les 500 m2 de terrains qu'occupe l'église. « Détruire le bâtiment sans le désamianter reviendrait à contaminer toute la rue », estime François Lusinchi, président de l'association Les Arches Sainte-Rita, en tête de la fronde. Une irrégularité que conteste la société Garibaldi : « Le promoteur refuse de nous recevoir et nous accuse d'avoir introduit l'amiante dans l'église. » De son côté, la mairie de Paris refuse également d'arbitrer le conflit, une « affaire privée » selon elle. Dans un communiqué, elle rappelle que le bâtiment n'est pas classé monument historique et que le rite « catholique gallican » n'a aucun lien avec le diocèse de Paris. L'église Sainte-Rita est réputée pour la messe qu'elle donnait chaque année pour les animaux. Depuis trois décennies, les compagnons des fidèles y recevaient, comme leur maître, la bénédiction du prêtre.

06 Octobre 2015

Réfugiés : les personnalités en accueillent-elles vraiment ?

Le Pape François, Eric Cantona, le chroniqueur radio Franck Tanguy et Charles Aznavour ont un point commun, ils se sont tous prononcés pour accueillir des migrants. Un mois après leur annonce, l’œil du 20h a voulu savoir si ces personnalités avaient tenu leur engagement.

Pour Charles Aznavour, la promesse tient toujours mais elle est reportée après sa tournée. Eric Cantona se disait lui aussi dès le 9 septembre prêt à ouvrir les portes de son domicile (vous pouvez voir l’intégralité de l’interview de Cantona sur le site du Parisien). Début octobre, l’ancien footballeur n’avait toujours pas accueilli de migrants chez lui. Selon son entourage, c’est plus compliqué que prévu : « La démarche est enclenchée. Ça passe par une association et les préfets, ce n’est pas aussi rapide que ça ».

Le chroniqueur radio Franck Tanguy était également très clair au micro de RMC. Nous l’avons contacté, ce dernier affirme ne pas avoir encore de migrants chez lui mais il assure avoir démarré le processus : « Pour moi c’est une démarche de long terme. J’ai avancé en ayant pris contact avec une association, j’ai manifesté mon désir de faire ce que j’ai dit. » Seul problème, l’association en question n’a pas trouvé le nom du chroniqueur sur la liste des accueillants. Pourquoi ? A cette question, nous n’avons pas obtenu de réponse de Franck Tanguy.

Quant au pape François, ce dernier a lancé un « appel aux paroisses, aux communautés religieuses à accueillir une famille de réfugiés ». Cet après-midi, l’épiscopat nous a transmis des chiffres : depuis le printemps dernier, environ 300 migrants ont été accueillis dans une douzaine de diocèses sur les 95 que compte la France.

 05 Octobre 2015

Vous pouvez admirer le plus grand navire OASIS 3. Vous cliquez sur la phrase puis sur enregistrer, puis ouvrir

Le plus grand navire a saint nazaire mr1Le plus grand navire a saint nazaire mr1 (9.59 Mo)

03 Ocotbre 2015

Flicage tous azimuts, bientôt finalisé avec l’instauration du système LAVIA permettant de contrôler votre vitesse, par satellite interposé ? Ne riez pas, c’est déjà dans les tuyaux. SHARES

FacebookTwitter

Au début de son second mandat, Jacques Chirac, ne sachant alors plus quoi inventer pour se rendre intéressant, avait fait de la sécurité routière une priorité gouvernementale, avec la lutte contre le cancer et l’aide aux handicapés. Ne manquait plus que la défense de la semaine des quatre jeudis.

En la matière, force est de constater que ses successeurs tiennent la route. Multiplication des radars, permis à points, PV tombant comme à Gravelotte (les forces de l’ordre touchent des primes au rendement) ; bref, tout est bon pour racketter l’automobiliste. Les autorités évoquent même sans rire la « délinquance routière »… Et contre cette « délinquance »-là, point de prévention, seulement une répression systématique. Comme quoi il sera bientôt moins dangereux, pour le paisible citoyen, d’arrondir ses fins de mois en revendant de la drogue plutôt qu’en roulant à 95 km/h au lieu de 90.

La dernière trouvaille en date du Comité interministériel de la sécurité routière ? La pose de boîtes noires dans les voitures. Officiellement, ces données concernant vitesse, manière de freiner ou façon de prendre les virages ne serviraient pas aux argousins, mais seulement aux assureurs. Ben tiens…

Flicage tous azimuts, bientôt finalisé avec l’instauration du système LAVIA permettant de contrôler votre vitesse, par satellite interposé ? Ne riez pas, c’est déjà dans les tuyaux. Ne restera plus que la voiture roulant toute seule, les prototypes sont déjà au point. Bref, déresponsabilisation à tous les étages, confiance aveugle en des technologies liberticides, empilement de lois toutes plus ubuesques les unes que les autres avec, pour résultat final, des automobilistes auxquels on désapprend à conduire : un peu comme si le gouvernement recyclait en ce domaine les recettes ayant fait merveille à l’Éducation nationale…

Au fait, pourquoi ce nouveau train de mesures coercitives ? À en croire le Comité interministériel de la sécurité routière, il s’agit bien sûr d’inverser la « courbe de la mortalité » sur les routes, en hausse de 4,6 % cette année. Les Français, éternels mauvais élèves ? Chauffards et meurtriers en puissance ? La raison de cette augmentation de la mortalité est peut-être à chercher ailleurs. Pierre Chasseray, délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes : « En 2012 et 2013, on a eu deux chutes de la mortalité routière qui s’expliquent par plusieurs facteurs. Le premier est que, quoi qu’il arrive, la sécurité routière s’améliore d’année en année, il y a de moins en moins de tués sur les routes. En outre, en 2012, on a eu une hausse très forte des prix du carburant. Les Français ont beaucoup moins roulé et, en plus, les conditions climatiques sur 2012/2013 étaient assez complexes, avec des hivers très durs notamment, des étés qui n’étaient pas extraordinaires. Par conséquent, on s’est retrouvés avec moins d’usagers de la route. Logique mathématique pure : moins d’usagers sur la route, moins d’accidents. »

Et, histoire d’en finir avec les idées reçues et la politique du tout répressif, cette petite piqûre de rappel d’une autre association, la Ligue de défense des conducteurs :

N’en déplaise aux “anti-vitesse”, la hausse du nombre de radars et les mesures répressives contre les conducteurs n’ont pas d’efficacité réelle et restent sans effet sur les chiffres de la mortalité routière. Le nombre de morts sur les routes avait commencé à diminuer de façon significative depuis plusieurs dizaines d’années, bien avant la mise en place des premiers radars.

Si l’on résume, il y aurait donc comme une sorte de foutage de gueule…

Nicolas Gauthier

02 Octobre 2015

CQOoiUhXAAAmjPA

David Masson-Weyl à RT : «Pour le Front national, revenir à Science Po est un grand pas»

David Masson-Weyl, président du Collectif Marianne (étudiants proche du FN) et lui-même étudiant à Science Po, revient pour RT France sur le come-back de son parti au sein du temple de l’élite française.

Vingt-quatre ans qu’une association officielle du Front national n’avait plus fait entendre sa voix à Science Po. L’institut d’étude politique de la rue Saint-Guillaume, fabrique des élites de demain, a vécu un coup de tonnerre jeudi. Le FN a obtenu les 120 voix nécessaires pour faire son retour. David Masson-Weyl, le plus connu des étudiants frontistes, a accepté de répondre à nos questions.

RT FranceLe Front national réussi une percée dans une institution qui est amenée à former les futures élites politiques du pays. Le regard sur le parti aurait-il changé ?

David Masson-Weyl : C’est évident. Notre but était de casser les clichés. De montrer que le Front national est un grand parti républicain, démocratique et patriote qui a vocation à gouverner. On voit, avec cette officialisation, tout le travail réalisé par Marine Le Pen. Le fait que des étudiants, amenés à occuper des postes d’importance au sein de la nation, nous permettent de nous exprimer est un grand pas en avant. Cela aurait été inimaginable il y a encore quelques années. Durant la campagne, plusieurs étudiants, qui ne sont pas favorables à nos idées, nous ont exprimé leur soutien. Pourquoi ? Car ils pensent qu'il est légitime qu’un parti représentant autant de nos concitoyens soit libre de participer au débat. Qui plus est dans un lieu aussi symbolique que Science Po. De plus, je suis convaincu que ce retour va avoir un impact très important. Je m’explique. Je pense que beaucoup d’étudiants, dans ce pays, sont séduits par nos idées. Mais ils ont peur de s’exprimer, peur de franchir le pas. Aujourd’hui, nous avons prouvé que l’on peut être un jeune plein d’avenir, diplômé d’une grande école et afficher son soutien aux idées patriotiques du Front national. Peut-être que, grâce à nous, certains n’hésiteront plus.

 RT France : Vous avez été la deuxième formation à obtenir les 120 votes nécessaires derrière Les Républicains mais avant les partis de gauche. Comment expliquez-vous un tel séisme ?

David Masson-Weyl : Séisme est bien le mot. On ne s’y attendait pas du tout ! Nous étions confiant, mais de là à obtenir les voix nécessaires en trois heures… Je pense que l’explication trouve sa source dans la déception. La réputation voudrait que les étudiants de Science Po soient sensibles aux idées socialistes. Mais il semble que François Hollande ait réussi à dégoûter jusque dans ses potentiels soutiens. Ces jeunes qui regardent vers l’avenir cherchent de nouveaux idéaux. Certains sont séduits par les voix différentes, dissonantes, celles qui dessinent un autre futur. Nous en faisons partie.

RT France : Quels sont vos projets ?

David Masson-Weyl : Tout d’abord, cette reconnaissance officielle en tant qu'association va nous apporter une aide matérielle. Notamment des locaux et des subventions. Notre premier objectif demeure de faire venir des cadres du parti. Des conférences qui permettront aux étudiants d’écouter nos arguments, d’interroger les grandes figures, d’obtenir des réponses et nous l’espérons, d’être convaincus. Du débat et encore du débat. Nous ferons venir Florian Philippot et Marine Le Pen. Nous voulons engranger des soutiens. Et c’est déjà le cas. Quand nous avons mis en route cette campagne, début septembre, nous étions cinq. Aujourd’hui, nous sommes le double. Et nous rencontrons sans cesse des étudiants qui se disent intéressés pour intégrer l’association. Même du côté des autres formations, qui ne sont pas forcément sur la même ligne, nous avons déjà reçu des invitations. L’association du parti Nouvelle donne nous a convié à un débat. La semaine du 17 octobre, nous participerons à un événement organisé par l’association Science polémique. De même, Critique de la raison européenne, un groupe qui avait reçu l’officialisation l’année dernière est encore en course. C’est une association eurosceptique qui a déjà fait venir à Science Po des gens comme Jacques Sapir. En somme des partenaires de travail potentiels.

RT France : On se souvient de la venue, plus que perturbée, de Marine Le Pen en 2012… Le directeur de l’école, Frédéric Mion, a d’ailleurs déclaré qu’il serait «très vigilant» quand à la tenue des étudiants frontistes ainsi qu’aux manifestations de l’opposition. Vous ne craignez aucun débordement ?

David Masson-Weyl : Non. L’incident impliquant Marine Le Pen auquel vous faites référence a été provoqué par des individus extérieurs à Science-Po. Lors de notre campagne, nous étions visibles. Nous avions même un stand. Tout s’est déroulé dans le calme, les discussions étaient sereines et chacun a été respecté. Quelque soit ses idées. Maintenant que notre association est reconnue, la direction se doit d’assurer notre sécurité et de veiller que nos événements ne soient pas perturbés. Nous ne pourrons aucunement être tenus pour responsables.

RT France : Marine Le Pen cherche à intégrer des cercles qui étaient auparavant barrés au Front national. Quelle est la prochaine étape ?

David Masson-Weyl : Je commencerais par souligner que sa stratégie fonctionne. De nombreux collectifs ont déjà été mis en place au sein du Rassemblement bleu marine. Ils concernent les professeurs, l’écologie, la culture et nous continuerons à aller vers d’autres domaines. Prochainement, le secteur de la santé va faire l’objet d’un mouvement de notre part. Pas plus tard qu’aujourd’hui, le Front national a annoncé le lancement du collectif Banlieues Patriotes. Nous voulons que les Français sachent que le FN, ce n’est pas seulement des idées sur l’Europe, l’immigration et l’économie. Ce parti propose des solutions sur un grand nombre de thématiques. Et nous allons continuer. Ce que nous avons accompli aujourd’hui en est un très bel exemple.

30 Septembre 2015

49608a51 70c0 497e afbb fd6fb75cda26

Depuis quelques jours, Najat Vallaud-Belkacem, habile communicante, essaie de nous faire croire qu’elle souhaite revenir à l’enseignement des savoirs fondamentaux. Elle a ainsi fait la tournée des médias pour annoncer le retour de "la dictée quotidienne et obligatoire" à l’école.

Malheureusement, la « dictée quotidienne et obligatoire » n’aura été qu’une diversion. Pour dénoncer ce mensonge, je viens de publier une tribune dans le Figaro que je vous invite à lire et partager.  Dans la nouvelle version des programmes scolaires, que la ministre a rendue publique, nulle mention n’est faite de cette dictée.
Dès le lendemain de l'annonce de la ministre, le ministère précisait d’ailleurs qu’il ne s’agissait en aucun cas d’une dictée formelle, mais qu’il suffisait à l’enseignant de dicter aux élèves un énoncé d’exercice pour que le contrat soit rempli : « Prenez une feuille et additionnez 2 + 2 ». La dictée est finie ! Elle ne sera évidemment ni corrigée ni notée afin de ne stigmatiser personne. La ministre a ainsi sciemment dupé ceux qui espéraient sincèrement que son annonce marquerait le retour du bon sens et celui de pédagogies ayant fait leurs preuves.

D’ailleurs, si l’on regarde précisément les nouveaux programmes scolaires, le mot « dictée » n’est cité que 6 fois sur les 375 pages des textes officiels ; et là encore, principe même de l’illusion, ce que l’on lit n’est pas du tout ce à quoi l’on s’attend.
Car il n’est nullement envisagé de proposer des dictées aux élèves mais au contraire de recourir à la méthode de la « dictée à l’adulte ». Dans cet exercice, c’est l’enfant qui dicte et le maître qui écrit ; ce qui était hier réservé aux enfants de maternelle est appelé à se généraliser jusqu’au collège.

A quoi aurait d'ailleurs servi de multiplier les dictées sans les accompagner de l'enseignement de l'orthographe et de la grammaire. Or, en guise de leçons d'orthographe, les programmes nous invitent à nous contenter d'une forme de «vigilance orthographique». Sic! 

Quant à la grammaire, si le terme fait son retour dans les textes officiels, c'est une nouvelle fois détourné du sens qu'on lui prête communément. Toujours fidèle au délire de Roland Barthes qui accusait la langue d' «être fasciste» avec ses règles de grammaire qui s'imposaient à l'enfant, les nouveaux programmes continuent à se situer dans l'utopie «constructiviste», celle où l'on fait croire que c'est à l'enfant de construire seul son savoir. C'est pourquoi, il n'est pas question de leçons de grammaire, et encore moins d'apprentissage de certaines de ses règles mais bien d'accompagner l'élève dans «l'étude de la langue», «de manière à mettre d'abord en évidence les régularités du système de la langue» (p. 113 des nouveaux programmes). L'élève devant tirer seul, de ces régularités, les règles dont il a besoin pour écrire correctement le français. 

Malheureusement, rien n'a changé, depuis cet exercice enseigné aux élèves professeurs dans les IUFM où après qu'une phrase fut dictée à toute la classe, l'enseignant consignait sur le tableau «toutes les graphies différentes» afin que la classe «négocie oralement pour déterminer la graphie à retenir». S'il arrivait qu'une mauvaise graphie soit choisie, les formateurs invitaient les futurs enseignants à «réprimer leur adultité spontanée et à ne pas corriger», pour proposer plus tard «une phrase dans laquelle il s'agissait d'analyser la graphie exacte», en espérant que les élèves réinstitueraient d'eux-mêmes la règle. 

Rien n'a changé? Enfin si, le niveau des élèves s'est effondré!
Nous devons nous mobiliser pour mettre un terme à cette politique désastreuse, notamment au collège. 

Alors : Comme des milliers de Français, parce que nous attendons autre chose que l’uniformisation et le nivellement par le bas, je vous invite à signer et  faire  signer notre pétition pour exiger le retrait de ces réformes.

http://asso.us2.list-manage1.com/track/click?u=fb5c0c3794313100c0ea23121&id=9eecda0dfd&e=211e232a80

Nous avons réellement besoin de votre soutien pour faire pression sur la ministre. Alors n'hésitez pas à parler de notre site et de notre pétition à vos prochessur le site de l'UNI, 34 rue Emile Landrin, 92100 Boulogne Billancourt. 
Ensemble, nous avons déjà plusieurs fois réussi à faire reculer le gouvernement (rétablissement des bourses au mérite, suppression des ABCD égalité, etc..), continuons. 
Olivier Vial 
Président de l'UNI
Porte-parole de l'Observatoire
http://asso.us2.list-manage1.com/track/click?u=fb5c0c3794313100c0ea23121&id=9eecda0dfd&e=211e232a80

28 Septembre 2015

Il aura fallu 18 mois pour que cette vidéo sorte des milieux autorisés auxquels elle était destinée.  

FacebookTwitter

Il aura fallu 18 mois pour que cette vidéo sorte des milieux autorisés auxquels elle était destinée. Pas de chance, le Net possède au moins l’immense vertu de mettre au jour ce que la bien-pensance actuelle enterre consciencieusement au nom du « pas-d’amalgame ».

Rachid Abou Houdeyfa, imam à Brest, apparaît dans une vidéo intitulée « L’islam expliqué aux enfants ».

Nous sommes dans une école coranique à Brest, ouverte en 2013. Il est entouré d’un parterre de jeunes enfants, mais ici, pas de chapeaux ronds, certaines jeunes filles sont voilées, presque intégralement.

L’imam l’affirme, parce qu’Allah l’a dit, pour ceux qui écoutent de la musique, il y a un risque : ils seront transformés en singes et en porcs, Allah n’aime pas la musique parce que c’est ce que Scheitan (le diable) aime.

L’imam de Brest est un (e)-imam très connecté, il a plus de 172.000 amis sur Facebook, sa vidéo sur la musique postée sur YouTube a été vue plus de 70.000 fois ! La musique y est vue comme l’instrument du diable et les commentaires élogieux des fidèles foisonnent par dizaines.

Mais Rachid Abou Houdeyfa ne se contente pas de vouloir transformer Beethoven en porc et Pavarotti en singe, au milieu de l’enfer.

Cet imam fondamentaliste était également présent à Pontoise au salon consacré à la femme musulmane. Consacré ? Une métaphore qui lui a permis de ressortir un discours à faire pâlir toutes les Simone de Beauvoir avec, en extrait choisi : « Si la femme sort sans honneur, qu’elle ne s’étonne pas que les hommes abusent de cette femme-là. » Son collègue, l’imam de Maisons-Alfort, affirmait à ses côtés « qu’une femme coquette et parfumée était une fornicatrice. Promise au pire châtiment. » Le Moyen Âge est de retour en France ; et encore : Jeanne d’arc n’aurait pas eu son mot à dire.

Au pays des droits de l’homme de 1789, dans le chantre post-68 éructant à tout va l’égalité hommes-femmes, Najat Vallaud-Belkacem distille à nos chères têtes, qui ne sauraient rester trop blondes, la théorie du genre, et l’imam de Brest justifie publiquement le viol des femmes qui sortiraient non voilées.

Nadine Morano, qui tente de redonner aux Républicains ses lettres de droite forte, a souhaité sur Twitter que l’imam de Brest soit expulsé.

Une bourde, doublée d’une gourde sans doute, qui oublie que grâce à la politique qu’elle a menée (et ses frères politiques avant elle), cet imam d’origine marocaine est né en France et possède, par conséquent, la nationalité française.

Le droit du sang ne lui a pas transmis l’amour des galettes de Pont-Aven ou de la langue bretonne. Bécassine n’est pas sa cousine, mais les lois d’une République qu’il méprise en ont fait un Français.

Gavée de valeurs dites « républicaines », que l’on exhibe en fonction des circonstances ou des ennemis politiques à abattre, la France est devenue le terreau complaisant d’un islam radical qui s’acharne pourtant à les piétiner. Dans un silence coupable et une apathie contagieuse des autorités politiques.

Aurélie Châtelain, danseuse, aimait la musique – la belle -, celle qui adoucit les mœurs et rend l’existence légère. Pas de singe ni de porc.

Anne-Sophie Désir