12) ORNE

04 Janvier 2017

Résultat du vote de la nouvelle CDC pour le poste du Président

Monsieur Beauvais vient d'être élu Président le la nouvelle CDC.

Il y avait 102 votants,

Monsieur Beauvais a obtenu 51 voix,

son rival 48 voix

3 bulletins déposés étaient blanc.

Le FN était vraiment en position d'arbitre....comme cela était dit dans le communiqué que la presse a refusé de diffuser......le 28 décembre 2016........

"Le FN à Argentan serait-il en position d’arbitre ?

Madame Lecoeur Brigitte a reçu ces jours derniers une visite et un appel téléphonique des deux protagonistes, candidats à la présidence de la nouvelle CDC.

Chacun souhaitant que le FN vote soit pour le PS soit pour LR.

Après réflexion, le FN réserve sa décision en fonction de ce que ces deux partis ont à offrir aux Argentanais et aux habitants des autres communes.

Bien entendu le FN ne se contentera pas de promesses verbales.

Madame Brigitte Lecoeur comme le FN est au service du peuple."

13 Décembre 2016

Lutte contre la radicalisation. La nouvelle unité à la prison d'Alençon inquiète un syndicat

Un quartier spécial pour les détenus radicalisés et violents va être créé au centre pénitentiaire d'Alençon. Force Ouvrière s'inquiète des conditions de sa mise en place.

Quand exactement, et dans quelles conditions ouvrira le quartier pour détenus violents (QDV) du centre pénitentiaire d’Alençon-Condé-sur-Sarthe ? Il est destiné à accueillir notamment des détenus qui présentent une propension au prosélytisme et un profil violent. Le syndicat FO s’interroge sur la mise en place de cette unité, prévue pour le premier semestre 2017.

Un dispositif pour lutter contre la radicalisation en prison

Le Garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas a présenté le 25 octobre 2016 le nouveau dispositif de lutte contre la radicalisation violente au sein du système pénitentiaire. Le dispositif se base notamment sur six quartiers d’évaluation de la radicalisation, où les détenus seront placés provisoirement avant d’être aiguillés vers un établissement correspondant à leur profil.

Seront également créés six quartiers pour détenus violents (QDV) qui accueilleront « les personnes détenues dont l’évaluation aura établi une propension au prosélytisme ou un profil violent (…), dans des conditions de détention qui répondent à des exigences élevées de sécurité ». Le centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe, près d’Alençon, accueillera l’un de ces six QDV, qui devraient voir le jour avant juin 2017.

À Condé-sur-Sarthe, 34 places au lieu de 17

Force ouvrière pénitentiaire a là-dessus des inquiétudes. Emmanuel Guimaraes, l’un des représentants du syndicat au  sein de l’établissement du centre de Condé-sur-Sarthe, explique :

L’échéance, courte, est fixée par le politique. Mais quand on essaie d’avoir des précisions, on n’a rien.

Seule précision apportée par la direction interrégionale des services pénitentiaires, les 17 places initialement prévues seraient finalement 34.

« On a l’impression que rien n’est fait »

Est-ce qu’ils seront tous radicalisés et violents ? On est malheureusement habitués à la violence, mais là on s’inquiète d’une telle concentration. On nous demande de lutter contre le prosélytisme en prison, et régulièrement, nous y sommes confrontés. Mais quand les radicalisés seront au premier étage, et les autres détenus au rez-de-chaussée, il y aura forcément contact ! Et ces individus qui sont condamnés à des peines beaucoup moins longues que nos détenus habituels, vont sortir rapidement : qu’est ce qu’on va mettre en place pour les déradicaliser, pour leur insertion à la sortie ?
 

FO demande une « gestion stricte, un apport en personnel, en moyens de formation, en suivi plus important ». Mais pour l’instant, commente Emmanuel Guimaraes, « on a l’impression que rien n’est fait ».

 Source Gwendoline Kervella Journaliste

09 Décembre 2016

Tinchebray-Bocage Ce nouveau radar en Normandie flashe à 90 km/h

Un radar automatique a été installé sur la route Départementale 924, entre Flers et Tinchebray (Orne), dans la matinée du mardi 6 décembre 2016.
Selon  l’Orne combattante, il a été placé à la sortie de Tinchebray, direction Flers.

Sur cette Départementale limitée à 90 km/h, un dramatique carambolage a eu lieu le 29 janvier 2016, un accident impliquant quatre véhicules a en effet fait deux morts et un blessé grave à Tinchebray.
Sur cette même route, quatre jeunes, âgés de 17 à 18 ans, ont fait une sortie de route, vers 2h du matin, dimanche 5 juin 2016. Deux étaient grièvement blessés. Source

17 Novembre 2016

Meurtre et viol d'une femme de 93 ans, dans l'Orne. Le suspect ne devrait pas être jugé

Mis en examen pour le meurtre d'une femme de 93 ans en mai 2015 dans l'Orne, le suspect ne devrait pas être jugé en raison de son état mental au moment des faits

Mère de quatorze enfants, une femme de 93 ans habitant Athis-de-l’Orne (aujourd’hui Athis Val de Rouvre) a connu une fin tragique et atroce. Le 28 mai 2015, son corps est découvert dans sa maison : la défunte a été rouée de coups et a subi des sévices d’une extrême violence.
Le lendemain, les gendarmes de Domfront (Orne) interpellent un suspect à Dieppe (Seine-Maritime). Il s’agit du petit-fils de la victime, âgé de 35 ans : il a été aperçu à plusieurs reprises sur les lieux du meurtre durant les jours précédant les faits.

Mis en examen pour meurtre et viol

Le petit-fils, un SDF qui vit dans sa voiture, a déjà été condamné pour exhibition sexuelle devant une personne âgée et actes de cruauté sur animal. Transféré au pôle d’instruction criminelle de Caen, le suspect est mis en examen pour meurtre, accompagné ou suivi d’un autre crime, en l’espèce un viol.
D’emblée se pose la question de l’état mental du mis en examen. Expertise puis contre-expertise concluent à une « abolition du discernement du mis en cause qui souffre d’une schizophrénie paranoïde. » S’impose un suivi médical lourd.

Le suspect, placé en unité pour malade difficile

En mai 2016, le mis en examen est sur décision du juge des libertés transféré dans une unité pour malades difficiles : les UMD accueillent des patients présentant un danger pour autrui.
Mais ce placement en hôpital psychiatrique est annulé par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Caen. Motif : des médecins psychiatres peuvent à tout moment lever ce placement en hôpital.
Décidant du retour en prison du mis en examen, la chambre de l’instruction demande en même temps une troisième expertise psychiatrique. Ses conclusions viennent, de source judiciaire, d’être connues : en substance, le discernement du mis en examen était aboli lors des faits et il présente une extrême dangerosité.

Vers un non lieu

Au vu de ces trois rapports psychiatriques, le mis en examen devrait bénéficier d’un non lieu et ne pas être jugé. En revanche, la vingtaine de parents de la victime, qui se sont constitué partie civile, pourront assister à un « mini procès » qui se tiendra devant la chambre d’instruction de la cour d’appel de Caen. Jean -Pierre Beuve

Commentaire de Diane : Très pratique d'être reconnu "déséquilibré", on va à l'hôpital  et puis un psy atteste que vous pouvez sortir et on recommence. Si on l'avait traité lors de ses actes de cruauté envers les animaux avec sévérité, cette pauvre femme n'aurait pas fini dans d'atroces souffrances. Mais le "déséquilibré" est encore jeune il a le temps d'en tuer plusieurs autres

06 Novembre 2016

Orne, Cambriolages en série. La gendarmerie appelle à la prudence

La gendarmerie de l'Orne constate de nombreux cambriolages, au début du mois de novembre 2016, notamment des vols de bijoux et d'argent. Appel à la prudence et à la vigilance

La gendarmerie de l’Orne constate une recrudescence de cambriolages, lors de la première semaine du mois de novembre 2016, notamment dans les secteurs de L’Aigle, Argentan, Domfront-en-Poiraie, Gacé et Bellême.

Les auteurs, qui agissent au cours de l’après-midi ou en fin de journée, en l’absence des occupants, s’intéressent plus particulièrement aux bijoux et au numéraire », précisent les gendarmes sur leur Facebook.

En règle générale, les effractions sont commises sur une fenêtre à l’aide d’un tournevis, dans des résidences principales.
Les forces de l’ordre invitent à la plus grande vigilance : « sécurisez vos issues et si vous observez des comportements d’individus ou des véhicules suspects, n’hésitez pas à composer le 17 ».

27 Octobre 2016

Vols en série en Normandie. Des bijoux en or ont disparu, près de Flers

Trois maisons ont été victimes de cambriolages, entre le mercredi 5 et jeudi 13 octobre 2016, à Saint-Georges-des-Groseillers et à Flers (Orne). Des bijoux en or ont été volés.

Entre le mercredi 5 et le jeudi 13 octobre 2016, trois vols dont deux avec effraction ont été commis dans des maisons à Flers (Orne) et à Saint-Georges-des-Groseillers, un village situé juste à côté de Flers, révèlent nos confrères de L’Orne Combattante

Des bijoux en or disparus

Le premier cambriolage a eu lieu à Saint-Georges-des-Groseillers, mercredi 5 octobre 2016, entre 14h et 16h, dans un lotissement. Le ou les malfaiteurs auraient profité de l’absence des occupants, partis faire une course, pour s’introduire dans la maison. Ils auraient forcé une porte-fenêtre.
Armoires, tiroirs, meubles ont été méticuleusement fouillés, les affaires mises en désordre, précise L’Orne Combattante. Les habitants, à leur retour, ont constaté que les bijoux en or avaient disparu, les autres avaient été laissés sur place. Aucun autre objet n’a été dérobé.

Des vols similaires

Le second vol est survenu quelques jours plus tard, mardi 11 octobre 2016, également dans l’après-midi, dans un autre quartier de la commune de Saint-Georges-des-Groseillers. Une nouvelle fois, des bijoux auraient été dérobés.
Enfin, un cambriolage a été perpétré deux jours après, jeudi 13 octobre 2016, à Flers. Un vol avec effraction a été commis dans une maison d’habitation située dans le quartier Saint-Michel. Des bijoux étaient également recherchés par le – ou les – malfaiteurs.
Aucun lien n’est pour le moment établi entre ces trois faits. Des enquêtes ont été ouvertes auprès du commissariat de Flers. Source Normandie 61

20 Octobre 2016

La Chapelle-d'Andaine. Sur le parking d'un magasin, Orne. Agression et vol de voiture.

Lundi 17 octobre 2016, vers 10h, une femme a été frappée à la tête et s'est fait ensuite voler sa voiture, sur le parking d'un Carrefour Contact, à La Chapelle d'Andaine (Orne).

Lundi 17 octobre 2016, vers 10h, sur le parking du Carrefour Contact de La Chapelle d’Andaine, près de La Ferté-Macé (Orne), un homme cagoulé, avec un casque noir et des gants, aurait frappé au front une femme de 52 ans avec un objet, « mais nous ne savons pas encore avec quoi pour le moment », précise à Normandie-actu Hugues de Phily, le procureur de la République d’Argentan. L’homme aurait ensuite volé la voiture de sa victime, une Volkswagen Golf 5 grise immatriculée dans l’Orne, et se serait enfui.

Je n’ai rien vu, assure à Normandie-actu le gérant du magasin. Une personne a été agressée, sa voiture a été volée, les gendarmes sont intervenus… Tout a été très rapide.

Un appel à témoins

Les forces de l’ordre ont été déployées sur les routes, rapportent nos confrères du Publicateur Libre, notamment à Domfront (Orne), pour tenter de repérer et intercepter le ou les auteurs de l’agression et du vol.
Un appel à témoins a été lancé, a annoncé le procureur. Les gendarmes recherchent un homme d’environ 1,75m, portant des vêtements sombres et un casque intégral. Toute personne ayant assisté au déroulement des faits est invitée à contacter la gendarmerie de La Ferté-Macé au 02 33 14 03 33. Normandie 61

19 Octobre 2016

En Normandie, Orne, un homme soupçonné d'agressions sexuelles sur mineurs, placé en détention provisoire

Mercredi 12 octobre 2016, un homme, originaire du Perche (Orne), a été placé en détention provisoire, à Coulaines (Sarthe). Il est suspecté d'agressions sexuelles sur trois mineurs

Mercredi 12 octobre 2016, à la suite d’un dépôt de plainte, un homme, originaire du Perche (Orne), a été placé en détention provisoire à la prison de Coulaines (Sarthe), a confirmé à Normandie-actu François Coudert, procureur de la République d’Alençon. L’homme est soupçonné d’agressions sexuelles sur trois mineurs, trois petits garçons âgés de quatre, cinq et neuf ans.

Un ami des parents

Selon Ouest-France, c’est un couple qui aurait porté plainte contre lui pour harcèlement téléphonique. L’homme, un ami de la famille, avait visiblement l’habitude de garder les trois garçons. Mais les parents auraient appris que ce dernier aurait dormi dans le même lit que le plus jeune de leur fils, les parents lui auraient refusé la garde. Et à la suite de cette décision, l’homme  n’aurait eu de cesse de leur envoyer des messages.

Une information judiciaire ouverte

Une information judiciaire a été ouverte et « un juge d’instruction doit être nommé dans les prochains jours », assure le procureur. Sorce Normandie 61

17 Octobre 2016

En Normandie, un chat parcourt près de 10 kilomètres pour retrouver son maître !

Jeudi 6 octobre 2016, un habitant de Sévigny (Orne), a été surpris de découvrir chez lui un animal confié deux mois plus tôt à une octogénaire, domiciliée 10 kilomètres plus loin.

Jeudi 6 octobre 2016, Yal Hamelin, un habitant de Sévigny, dans l’Orne, a vu débarquer chez lui Poupoune, un chat …. qu’il avait confié à une personne âgée de Nécy, en août dernier. L’animal, qui est arrivé chez son ancien propriétaire le poil couvert de tiques, aurait parcouru près de 10 kilomètres. Il était porté disparu depuis septembre, détaillent nos confrères du Journal de l’Orne.

Comme je suis un peu méfiant, j’ai rappelé la personne à qui je l’avais donné en lui disant « vous me l’avez remis dans la cour… » Elle m’a répondu « Monsieur Hamelin, non, je vous le jure, je suis vraiment embêtée car j’aurai vraiment voulu le récupérer… ».

 

Son chat n’aimait pas Poupoune

Yan Hamelin avait recueilli ce chat en août 2016 avec la volonté de le garder. Mais son propre félin n’avait pas supporté la venue du petit nouveau.

Alors j’ai téléphoné à l‘association Rescapés de l‘Enfer, d‘Argentan. Elle m’a dit « On peut le castrer et on va le garder,. Mais je n’ai pas voulu l’abandonner. J’ai dit « je vais trouver une cliente » », confie ce commerçant en vin à domicile.

Un détail l’empêche de rendre le chat

Il confie alors l’animal à une octogénaire. Après avoir appris que l’animal était sain et sauf, cette dernière a d’ailleurs manifesté son désir de le récupérer. Ce que Yan Hamelin n’a pu consentir :

À chaque fois, il va revenir à la maison. Et, d’après un vétérinaire, si on le castre, il n‘y aura plus de problème avec mon chat. Je vais le garder car un truc comme ça…  Vu l’effort qu‘il a fait, c‘est un crossman ! ». Source Normandie 61

11 Octobre  2016
En Normandie, le bébé meurt après une surdose de Doliprane. Un médecin suspendu

Un médecin urgentiste du Samu de l'Orne fait l'objet d'une suspension de six mois après avoir prescrit une surdose de Doliprane à un bébé de 5 mois, qui est décédé. Précisions

Une prescription fatale. En juin 2015, un bébé de 5 mois est décédé après s’être vu administrer une surdose de Doliprane. Le médecin urgentiste de l’hôpital des Andaines de La Ferté-Macé (Orne) qui a prescrit cette dose a fait l’objet d’une suspension de six mois, révèlent  l’hebdomadaire Le Point.

Un diagnostic mal réalisé

L’affaire remonte à la nuit du 4 au 5 mai 2015. Ce soir-là, le médecin normand assure une garde de régulation pour le centre d’appel du 15 d’Alençon. Vers 3h30, un assistant de régulation lui transmet l’appel d’une femme dont le nourrisson de cinq mois présente une forte fièvre et une respiration rapide. Après que l’assistant s’est assuré que l’enfant n’avait pas déjà pris du Doliprane et qu’il ne souffrait pas de convulsions, le médecin a pris le relais et préconisé à la mère de donner du Doliprane et un bain tiède à l’enfant, et de l’emmener aux urgences si les symptômes persistaient.
Cependant, lorsqu’il a fallu préciser à la mère la dose de Doliprane à administrer, le médecin aurait hésité. Une cuillère à soupe, puis à café, puis une cuillère à café et demie, puis deux… les consignes se seraient avérées particulièrement confuses. Dans son hésitation, le médecin aurait omis de demander des détails importants à la mère. L’enfant était en effet né prématurément à 35 semaines et un rappel de vaccination réalisé la veille avait révélé un souffle au cœur.
Dès le lendemain, le 5 mai 2015, l’enfant a été hospitalisé dans un état comateux. Il est décédé quelques semaines plus tard.

Une plainte et une sanction

Si la plainte pénale des parents à été classée sans suite par la justice, la plainte de l’Agence régionale de santé (ARS) de Normandie devant l’Ordre des médecins, a abouti à des poursuites. Il a comparu, le 17 septembre 2016, devant la chambre de discipline du conseil régional de l’ordre des médecins de Basse-Normandie qui a rendu sa décision le 30 septembre.

L’interrogatoire de la mère par [le médecin] a été très insuffisant », juge la chambre de discipline. « Il n’a, de ce fait, pas été à même de porter un diagnostic pertinent de l’urgence. De même la prescription approximative de médicaments et l’omission de toute diligence tendant à garantir un suivi médical, éventuellement hospitalier, constituent des manquements graves aux obligations du médecin.

Le médecin urgentiste, qui officie également en tant que généraliste, écope d’une interdiction d’exercer d’un an, dont six mois avec sursis. Cette condamnation pouvant faire l’objet d’un appel, elle ne prendra effet qu’au 1er janvier 2017. Source

06 Octobre 2016

Des sites internet de plusieurs communes de Normandie piratés par des hackers islamistes

Samedi 1er octobre 2016, entre 19h et 21h, les sites internet des communes de L’Aigle et de La Ferté-Fresnel dans l’Orne ne renseignaient plus ses administrés sur les services et les charmes de leurs villes respectives… Mais renvoyaient directement vers un site de propagande islamiste. La député-maire (LR) de L’Aigle, Véronique Louwagie, était présente à la mairie, le soir de l’incident, et a rapidement pris contact avec les spécialistes de la gendarmerie, ainsi qu’avec l’hébergeur du site de la Ville, OVH, qui se situe à Roubaix, près de Lille (Nord).

LIRE AUSSI : Piratage. Après le site internet du Mémorial de Caen, celui de la Région Basse-Normandie

Après le site internet du Mémorial de Caen, celui de la Région Basse-Normandie. Plusieurs sites internet auraient subi une cyber-attaque "terroriste". Le Mémorial de Caen (Calvados) fait partie des sites piratés, ainsi que celui de la Région Basse-Normandie.

1er Octobre 2016

Quatre voitures incendiées ce matin, dans l'Orne

Samedi 1er octobre 2016, vers 7h30, les sapeurs-pompiers sont mobilisés pour l'incendie de quatre véhicules dans un lotissement de L'Aigle (Orne). Le feu a rapidement pu être maîtrisé par les six sapeurs-pompiers dépêchés sur place. Une enquête est ouverte pour déterminer la cause de cet incendie.

22 Septembre 2016

 Après Sarceaux, vague de cambriolages à Fontenay sur Orne

Dans la nuit de samedi à dimanche, plusieurs maisons ont été cambriolées, dont une avec agression sur une femme qui les a surpris en plein « travail de nuit non déclaré. 

07 Septembre 2016

Orne : Elie Semoun doit rembourser « le trou du cul du monde »

 L’une des pires soirées de ma vie. » Dans un entretien paru dans Ouest-France, lundi 5 septembre 2016, Elie Semoun est revenu sur sa prestation mitigée à la 18e édition du Festival du rire, organisé en avril 2016 par les Aindain’ries, à Bagnoles-de-l’Orne (Orne). Un moment qui a laissé d’humeur chagrine autant les organisateurs que l’humoriste. Au point que son spectacle a été payé à la minute près !

[Vidéo] En Normandie, François Morel, « né dans le trou du cul du monde », (anal)yse
Dans son billet, sur France Inter
, vendredi 1er janvier 2016, François Morel est revenu sur une petite phrase d’Hervé Morin, lors de la campagne des Régionales en Normandie.

« Il n’était pas bon ce soir-là »

Samedi 9 avril 2016, en prestation sur la scène du Casino pour la clôture du Festival du rire, à Bagnoles-de-l’Orne, Élie Semoun avait écourté son spectacle de 20 minutes, alors que son contrat stipulait une durée de 1h30. Pis, il avait pointé du doigt un public peu réceptif. Ce soir-là, pourtant, la salle était comble : 350 personnes avaient réservé leur place.

Il n’était pas bon ce soir-là. L’alchimie ne fonctionnait pas. Pour moi, il a mis une barrière avec le public. Quand on pose tranquillement ses sketches, on peut faire de la qualité. Quand on bâcle le spectacle, ce n’est plus de la qualité », a commenté Serge Bretel, président des Andain’ries, dans le Publicateur Libre.

« C’est quoi ce public ? »

Si, à la fin du spectacle, il m’avait dit « Je reviens de Nouméa, il y a le décalage horaire, j’étais fatigué, je n’aurais rien fait, car c’est du spectacle vivant et il arrive qu’un artiste soit moins bon certains soirs. Mais visiblement, ce ne fut pas le cas. « Ce monsieur nous a complètement méprisés. Au lieu de se remettre en question, il m’a dit « c’est quoi ce public ? »

La déception ne s’est pas atténuée lorsque les fans ont découvert une vidéo de l’artiste mise en ligne sur Twitter, quelques heures avant son entrée en scène. Elie Semoun, dans la campagne de l’Orne, se localisait dans « le trou du c… du monde. » La séquence enregistrée a rapidement été supprimée du réseau social, mais pas d’Instagram.

 
Le lendemain du spectacle, j’ai vu cette vidéo. Je me suis dit : mais dans quel état d’esprit est-il venu aux Andain’ries ? », rapporte Serge Bretel.

« L’humour ne marche pas toujours »

Dans son entretien paru dans Ouest-France, une divergence d’humour serait à l’origine du malaise, selon Elie Semoun :

L’humour ne marche pas toujours… Comme à Bagnoles-de-l’Orne(Orne), l’une des pires soirées de ma vie. J’avais tweeté une vidéo disant que j’arrivais dans le « trou du cul du monde », car je revenais de Tahiti. Les gens n’ont pas apprécié. Je vous assure que je me suis remis en question après. Pourtant, je pense définitivement qu’on peut rire de tout, avec tout le monde.

Une perception qu’a moyennement apprécié Serge Bretel :

Ce n’est pas à cause de la vidéo que j’ai porté l’action devant le tribunal. J’ai beaucoup d’humour et de second degré par rapport à ça. Et s’il avait été bon sur scène, je n’aurais rien dit. Mais là, c’était trop. S’il n’avait pas envie de venir aux Andain’ries, il ne fallait pas qu’il vienne ! », explique-t-il.

Une audience devant le tribunal en juin

Le 22 juin 2016, le Festival des Andain’ries, représenté par son président, a obtenu audience auprès du tribunal de Flers. Un accord a été trouvé avec la société de production.

Nous avons obtenu gain de cause, au centime près.  J’ai déduit les 20 minutes de spectacle manquantes de la somme globale, l’association le paiera au prorata ».

Backline, la société de production de l’humoriste, a reconnu que « le public n’a pas adhéré. Suite à cela, Elie Semoun s’est remis en question. ». « Dossier clos » pour Céline Geneyton, référente de l’artiste, « Nous sommes d’accord avec cette décision.  Peu rancunier, Serge Bretel reconnaît les qualités de l’humoriste.

Elie Semoun a du talent. Pour durer, il faut en avoir.  Nous comprenons qu’un artiste puisse être fatigué, qu’avec le décalage horaire, il n’était pas dedans. Il aurait pu être plus humain, plus humble. Nous n’en serions pas venus à une conciliation juridique, explique Serge Bretel à Normandie-actu.

26 Août 2016

Dans l'Orne, 44 licenciements dans une entreprise de transformation plastique

À L'Aigle (Orne), l'entreprise d'emballage et de transformation plastique, RPC Promens, ferme définitivement ses portes en septembre 2016. 44 salariés sont sur le carreau.

L’entreprise RPC Promens, basée à L’Aigle dans l’Orne, fermera définitivement ses portes au mois de septembre 2016. Spécialiste de l’extrusion-soufflage pour la production des emballages plastiques rigides à haut degré de complexité, l’usine est présente depuis plus de cinquante ans dans l’Orne. Ses 44 salariés se sont mobilisés au printemps 2016, puis au mois de juillet, pour protester contre l’interruption de l’activité annoncée par le groupe britannique RPC, qui avait racheté son concurrent islandais Promens en 2015.

Une délocalisation en Pologne

C’était une entreprise qui avait tous les indicateurs au vert, assure à Normandie-actu, Jean-Pierre Guérin, le responsable de l’Union locale CGT de L’Aigle, qui a suivi le mouvement des salariés d’RPC Promens. Mais son principal client, qui représentait 93% du chiffre d’affaires de l’usine, délocalise en Pologne pour produire moins cher…

30 Juillet 2016

Orne (61) : alerte terroriste au sein de la prison de Condé-sur-Sarthe

L’information est tombée ce jeudi 28 juillet 2016 à la mi-journée : jeudi 21 juillet, vers 5 heures du matin, une fouille très importante a été menée au centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe (Orne), près d’Alençon. Plusieurs détenus radicalisés étaient soupçonnés de détenir de l’explosif et de vouloir se faire exploser dans l’établissement en faisant le maximum de victimes chez les surveillants.

L’affaire remonte à jeudi 21 juillet 2016, vers 5 heures du matin. Mais on ne l’apprend que ce jeudi 28, par l’union interrégionale FO-Pénitentiaire qui, 48 heures après l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, veut alerter de la situation en prison.
Un fouille très importante a été menée au centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe (Orne), près d’Alençon. Ce centre a toujours été présenté comme le plus sécurisé de France. Il n’accueille presque exclusivement que des détenus très difficiles.

De l’explosif dans les cellules ?

Plusieurs détenus radicalisés étaient soupçonnés de détenir de l’explosif et de vouloir se faire exploser dans l’établissement, en faisant le maximum de victimes chez les surveillants. Lors de ces fouilles, des armes artisanales et un plan manuscrit de la prison ont notamment été trouvés. Officiellement, cette fouille n’a rien donné en matière d’explosifs. Les surveillants sont persuadé du contraire, mais que tout est fait pour ne pas les affoler….(…)

Source

21 Juillet 2016

Nous recevons ce courrier d'une Ornaise

Subject: Nice

Je ne mettrai ni drapeau, ni bougie, ni de "Je suis ..."

Je ne suis pas Nice, pas Charlie, pas Paris, pas Toulouse, pas Bagdad, Jerusalem ou Tel Aviv, pas Boston ou Tunis, 
> je ne suis pas plus du 11 septembre que d'un autre jour en particulier ...
> Je suis tout ça ..
> Je suis en colère ..
> Je suis triste ...

Je suis maman, je suis famille 
> Je suis citoyenne

Et j'ai la nausée ...

Alors M. Le Président ... ?
> Après les Discours du tout va mieux, 
> les marches main dans la main, 
> les "Moi je" ... , 
> les "j'ai décidé ... "

Vous agissez quand ?
> Vous attendez quoi ?

Un autre carnage ?

Vous ouvrirez une ( autre et énième ) cellule de Crise,
> reprendrez l'antenne en direct 
> et aurez ce même ton compatissant à vomir 
> qu'on ne connait que trop ( en même temps depuis Charlie vous avez eu l'occasion de le travailler ! )

Et on finira par un joli sondage des service com. de l'Elysée : 2% ( ou 40 % on s'en fout ) des Français pensent que Hollande a su gérer l'après massacre !!!

Et vous (re-) penserez à vos primaires, 
> Votre trône, gérer votre coiffeur, votre maîtresse, 
> votre petit confort et gros acquis ... 
> votre retraite assurée et votre avenir tracé ...

Vous avez dit ( il fallait oser quand même ... ) être entré dans l'histoire ...
> Ah oui ... ça ... C'est sur ... 
> Dans d'autres circonstances ... ça me ferait mourir de rire !

J'ai juste honte pour vous ... et tellement de colère !

Vous vous êtes entendu hier ?
> J'ai décidé - sur proposition du 1er ministre - ( heureusement qu'il a eu cette bonne idée ) ... 
> J'ai décidé - blablabla 
> J'ai décidé ... blablabla ....

6 minutes de discours soporifique improbable, déplacé ( la description de l'attaque est juste à vomir ), ... mou et écrit !!!

Comment parler - en lisant ou en récitant - d'arsenal législatif et autres foutaises inutiles ! 
> Ahhh ? vous allez rajouter des militaires devant le Printemps à Haussmann et ailleurs pour ... ? comment la nommez-vous déjà cette opération ? 
> ... Super !!

et sinon ? 
> trains, bateaux, des contrôles prévus ???
> ... manif, émeutes, ... quelque chose ?
> ... les fichés S perdus de vue ?
> ... Les services de renseignements qui ne se connaissent pas entre eux ?
> ... le GIGN qui attend qu'on l'autorise ?
> ... Les autres S qu'on connait ?
> ... Ceux en devenir ? ...
> ... un truc de prévu malgré les vacances ?

Vous êtes ( vraiment et comme toujours )à coté de la plaque : 
> Quand votre pays attend un discours qui sort de vos tripes et de votre coeur, clair, concis, comme un bon coup de poing sur la table, en disant que c'est assez et que vous allez les trouver dans les plus petits recoins de l'hexagone et que vous allez nous en débarrasser ....

Vous nous parlez de frappes ailleurs et de sentinelles ici ... de mesurettes ...
> avec le texte et le ton d'un élève de CM2 qui lit sa rédac en essayant d'y mettre le ton !!!

Tout sonne faux ... parce que tout est faux
> Vous vous en fichez .... en fait ... 
> Sinon il n'y aurait déjà pas eu Charlie après Toulouse, Pas le Bataclan, 
> ... et pas hier ....

C'est votre Rôle ce discours ... mais pas votre vie ....

Mettez donc sur votre bureau la photo d'un de ces gamins partis hier
> et regardez la jusqu'à la fin de vos jours en vous disant 
> que vous auriez pu l'éviter ....

On espère juste que demain il n'y aura rien d'autre ....

Mais votre propension à ne rien faire, à préférer les mots mielleux aux actions, m'inspire plus la crainte que la confiance

Comment se fait il que ce matin, il n'y ait pas eu de descente pour aller chercher ces prêcheurs de la mort qui retournent le cerveau de notre jeunesse désoeuvrée ...
> Celle-la même que vous laissez grandir dans la haine et en attisant le rejet et les clivages !

On sait qui ...
> On sait où ...

Pourquoi restez vous sans rien faire en France ?
> ... Bombarder les lieux stratégiques de Daesh en Syrie ou Al Kaida ... ailleurs

C'est sur notre sol que des enfants meurent ...
> Hier soir, en regardant les étoiles et les jolis feux multicolores,
> Ils étaient athées, boudhistes, catholiques, juifs, musulmans, protestants ...
> ils avaient l'avenir devant eux 
> C'était des enfants de France

et vous n'avez pas su les protéger !!!

Assassinés par des kamikazes décérébrés
> que vous pensez pouvoir effrayer en leur retirant la nationalité ?

On est en guerre, 
> Et l'ennemi est partout sur notre territoire !

Alors, en tant que citoyenne Française, 
> Je vous demande , avec tout le respect que je dois, 
> si ce n'est pas à l'homme, au moins à la Fonction ...
> de passer vraiment à l'action - demain pas dans 6 mois
> de nous débarrasser de cette vermine
> d'empêcher qu'il y en ait d'autre ...

de faire votre devoir de Chef de la Nation et de Guerre
> ou de quitter ce poste !

Et, Il serait dés lors tout à votre honneur d'en profiter pour rendre votre Grand-croix de l'ordre national de la Légion d'honneur, réservée normalement à ceux ayant rendu des «mérites éminents» à la Nation.

 

29 Juin 2016

Pas assez inspecté, un professeur de Normandie réclame 110 000 euros à l'État

Un professeur à la retraite d'Écouché, près d'Argentan (Orne), réclame 110 000 euros à l'État. Il estime que sa carrière a été ralentie par l'absence d'inspection pendant 20 ans.

L’État devra payer. Un ancien professeur de latin et de français à Écouché, près d’Argentan (Orne), réclamait 110 000 euros à l’État, estimant que sa carrière dans l’enseignement a été injustement ralentie. La raison ? L’absence d’inspection pédagogique pendant vingt ans, entre 1993 et 2013.

Handicapé dans son évolution

Durant ces vingt ans, le professeur n’aurait jamais été inspecté, ce qui a empêché une nouvelle évaluation et donc une évolution plus rapide de son échelon, qui lui aurait permis d’augmenter son salaire.
Pour la cour administrative d’appel de Nantes, qui a jugé l’affaire, l’administration a commis « une faute de nature à engager sa responsabilité », en reconduisant pendant vingt ans la note de l’enseignant sans que ne soit évaluée chaque année « la valeur de son action éducative et de son enseignement ».

5 000 euros de préjudice

L’enseignant réclamait donc 110 000 euros de préjudice financier. Ce préjudice a cependant été écarté par la cour d’appel. « M. X ne justifie pas de s’être inquiété de sa note pédagogique avant que ne se rapproche le moment de son départ à la retraite », explique la cour dans son arrêt qui retient tout de même un préjudice moral.

L’absence de toute évaluation de la valeur pédagogique de M. X, et donc de tout regard de ses supérieurs sur sa manière d’exercer son métier pendant près de vingt ans (…), lui a causé un préjudice moral, qui doit être évalué à 5 000 € », ont estimé les juges.

L’État devra verser 1 500 euros supplémentaires pour les frais de justice. En première instance, la cour administrative de Caen avait simplement rejeté la requête de l’ancien enseignant.

G.F (Press Pepper

30 Mai 2016

Un Ornais nous adresse une exclusivité sur Hollande

Att00002

La vérité ... toute la vérité!!!

Moi Président,

je m'en fous car je ne serai pas réélu et je vais en profiter au maximum sur votre dos ! avec mes copains qui ont toutes les manettes.

Je tiens à vous dire merci à tous..

Moi président,

je remercie Mlle Nafissatou Diallo et son violeur DSK, sans lesquels je ne serais pas président aujourd'hui.

Moi président,

je remercie François Bayrou qui a également su faire de l'antisarkosysme primaire et fait voter pour moi, bien que mes idées (quand j'en ai...) soient à l'opposé des siennes.

Moi président,

je remercie Mélenchon et son extrême-gauche stalinienne d'avoir vilipendé violemment et méchamment, à ma place, le "candidat sortant d'avance" et d'avoir ainsi dégagé mon chemin.

Moi président,

je remercie tous les syndicalistes et autres improductifs qui ont voté pour moi et qui auront plein de nouveaux postes improductifs, payés par les impôts croissants des Français moyens.

Moi président,

je remercie tous les médias d'avoir fait à ma place, pendant 5 ans, sur les ondes radio, télé et journaux, une campagne socialo-communiste avec l'argent public, ce qui rend théoriquement mon élection illégitime .....

Moi président,

je remercie l'Islam de France qui va bientôt fêter son Printemps arabe chez nous.

Moi président,

je remercie tous les français qui ont voté pour la ruine de la France.

Merci à vous tous :

j'ai réconcilié la France car,

avec mon air con et ma vue basse, je vous ai tous bien entubés !

Grille des salaires  :
> > > > > >  - Gardien de la Paix : 1.600 euros pour risquer sa vie

- Pompier professionnel : 1.800 euros pour sauver une vie
> > > > > >  - Instituteur : 1.600 euros pour préparer à la vie
> > > > > >  - Médecin : 5.000 euros pour nous maintenir en vie
> > > > > >  - Sénateur : 19.000 euros pour profiter de la vie
> > > > > > - Ministre : 30.000 euros pour nous pourrir la vie !!!....

MORALITÉ : Ce sont ceux qui font le plus pour nous qui touchent le moins.

21 Mai 2016

Bravo aux anti-GDE

La cour administrative d’appel de Nantes vient d'annuler l’autorisation d’exploiter du site de stockage de déchets non dangereux de GDE. La société va répliquer.

« Cette décision vient annuler le jugement du 18 février 2011 qui autorisait l’exploitation du site, et les prescriptions préfectorales du 12 juillet 2011 qui détaillaient les conditions d’exploitation », rappelle l'entreprise dans un communiqué.

15 Mai 2016

Pervenchères Normandie. La SPA ouvre son premier refuge pour chevaux maltraités

Dans l'Orne, à Pervenchères, la SPA a inauguré, jeudi 12 mai 2016, son premier refuge pour les équidés maltraités. 200 chevaux, poneys et ânes se refont une santé dans ce haras.

À Pervenchères, dans l’Orne, entre Mortagne-au-Perche et Alençon, la Société protectrice des animaux (SPA) a inauguré son premier refuge pour équidés maltraités, jeudi 12 mai 2016. Au cœur d’un terroir bien réputé dans le milieu équin, le Grand Refuge accueille 187 équidés (100 chevaux, 18 ânes, quatre mulets et 65 poneys) sur un domaine de 135 hectares.

> Lire aussi : [Initiative] Chevaux en souffrance en Normandie. Dans l’Orne, la SPA ouvre un refuge

La SPA a pris la décision d’ouvrir ce lieu unique en France, face à une augmentation significative de signalements d’équidés maltraités ou négligés auprès de ses services. D’autant plus que les chevaux maltraités, c’était la mission première de la SPA.

C’est un site magique, il reflète bien l’histoire de la SPA, qui, à l’origine, avait été créée pour secourir les chevaux maltraités des cochers. La boucle est bouclée », a souligné, au Perche, Natacha Harry, la présidente de la SPA, lors de l’inauguration du site, jeudi 12 mai 2016.

130 chevaux à adopter

Le lieu est géré par une équipe de 15 salariés, accompagnés par une trentaine de bénévoles, qui s’occupent, avec attention, et ce, sept jours sur sept, des pensionnaires en souffrance. « Les chevaux que nous récupérons souffrent de maigreur, parfois de pathologies lourdes, notamment aux pieds, dues à 90 % à la négligence de leur maître », explique la SPA.
L’objectif final consiste, comme dans l’ensemble des 62 refuges de la SPA en France, à leur trouver une famille responsable, pour une adoption pérenne. À ce titre, plus de 130 équidés sont déjà prêts à l’adoption.

  • Le Grand Refuge ouvre ses portes au public les samedi 21 et dimanche 22 mai 2016. Plus d’infos sur le site du Grand Refuge.
Manon Loubet

09 Mai 2016

Dans l'Orne, Candy et Diego des chiens gendarmes décorés lors du 8 Mai

Les deux bergers malinois de 8 ans travaillent pour les brigades cynophiles de gendarmerie de l'Orne. Ce 8 mai, ils ont reçu la médaille de bronze de la défense nationale.

Cérémonie du 8 Mai un peu particulière, ce matin à Alençon. Après les allocutions et les dépôts de gerbes, sept médailles ont été remises par le colonel Christophe Urien, patron du groupement de gendarmerie de l'Orne : cinq médailles ont été attribuées à des gendarmes et deux à des... chiens. En l'occurrence à Candy et Diego, deux bergers malinois de 8 ans, qui ont reçu la médaille de bronze de la Défense nationale.
Formés tous les deux au centre de Grammat (Lot), les deux chiens travaillent depuis 2009 dans les brigades cynophiles d'Argentan et de Mortagne. " Ils vont bientôt partir à la retraite et nous les décorons pour l'ensemble de leur carrière", explique le colonel Urien.
Diego des plaines de Thiérache est un chien de pistage qui, pendant sa carrière, a retrouvé quinze personnes - dont douze vivantes, " notamment la semaine dernière dans la Sarthe ", note son maître, l'adjudant Depoilly, du peloton de surveillance et d'intervention (Psig) de Mortagne-au-Perche.
Dans lorne candy et diego des chiens gendarmes decores lors du 8 mai 0
 Candy du Grand Pacot prendra, elle, sa retraite en juillet. Chien de recherche de stupéfiants, "elle a découvert plusieurs kg de drogue et des milliers d'euros provenant de trafic" explique son maitre l'adjudant Marc Auboiron. 
Dans lorne candy et diego des chiens gendarmes decores lors du 8 mai
 

28 Avril 2016

Nous avons vu le changement sur Marseille, nous commençons à le voir sur Argentan et dans l'Orne

Bientôt plus de musulmans pratiquants que de chrétiens en Europe. On se résigne ?

 

« Très bientôt, les musulmans pratiquants seront plus nombreux que les chrétiens en Europe. » C’est ce qu’a déclaré le ministre de la Justice belge Koen Geens, rajoutant : « Les Européens ne se rendent pas compte mais telle est la réalité. »

Il l’a même dit très benoîtement. Ce n’est pas un cri d’alarme, une mise en garde, une lamentation – ce serait mal connaître le monsieur -, c’est un fait. Et il a raison.

Prétendre que les Européens ne s’en rendent pas compte n’est pas tout à fait exact. Les résultats électoraux, en France, en Autriche, en Allemagne, le montrent. Les Européens le pressentent confusément, s’en inquiètent sans vouloir le dire à voix haute, sans même oser creuser le sujet in petto, ayant été dépouillés, par le politiquement correct, des armes intellectuelles nécessaires pour justifier raisonnablement cette inquiétude. Celle-ci ne sourd plus qu’instinctivement – parce que c’est plus fort qu’eux – et ils n’osent l’exprimer que par le vote car, anonymes et bien planqués au fond de l’urne, ils ne se voient demander aucun compte.

Ce qui est parfaitement exact, en revanche, c’est que les Européens n’en envisagent pas toutes les conséquences. Que va-t-il se passer ?

Une religions que l’on « pratique » nécessite une infrastructure. Quand une religion que l’on ne pratique plus n’en nécessite plus. C’est une lapalissade. Comme une ville soigne les terrains de sport favoris de ses administrés mais ne s’échine pas à entretenir un espace de loisirs dont tout le monde se détourne. On investit dans le terrain de foot dont tout le monde raffole et on laisse les herbes folles envahir le court de tennis qui n’a plus d’amateurs. Ou, plus malin, on prend l’espace du terrain de tennis pour construire un autre terrain de foot, le premier étant pris d’assaut.

De la même façon, on construira des mosquées et on laissera les églises à l’abandon. Ou l’on détournera les autres pour qu’elles deviennent les unes. Sans moufter parce que c’est bien logique, c’est ainsi que fonctionnent toutes choses. Parce que, de l’avis des occupants eux-mêmes, conserver égoïstement un patrimoine dont on ne se sert même pas manquerait cruellement de charité. Parce que même poser un verrou en se postant à l’entrée bras croisés, mine renfrognée – « scrogneugneu de scrogneugneu, c’est encore à moi et si j’ai envie de garder des trucs inutiles, ça me regarde, non mais ! » -, ne tiendra pas longtemps. C’est inexorable.

Alors quoi ? Alors, il faut savoir ce que l’on veut. Mettre un terme, bien sûr, à un mouvement migratoire débridé comme le ferait un bon père de famille – accueillir, oui, mais pas plus que ses enfants ne peuvent supporter -, mais surtout se réarmer. Se réarmer spirituellement puisque le rapport de force qu’évoque le ministre belge se situe sur ce terrain-là. Réinvestir les églises – « désolés, la place est prise ! » -, si des joueurs de tennis se manifestent en nombre, on garde le terrain et on l’entretient comme tel – et retrouver, aussi, la ferme volonté de convertir. Non pas autoritairement, bien sûr – il n’y a de conversion chrétienne que libre et consentie – mais par l’envie de partager, puisque l’on nous somme de ne pas garder par-devers nous nos richesses, ce qui est censé être le plus beau trésor d’un chrétien, et dont il n’a donc pas le droit de priver l’étranger : sa foi.

22 Avril 2016

Dans l'Orne, des agents territoriaux « en souffrance

« Papa, maman. Quand vous lirez cette lettre, je serais partie rejoindre les anges. Je n’ai plus la force de me battre, et, si je vous quitte, c’est bien dû à eux et rien d’autre », aurait écrit, dans un geste désespéré, une femme de 40 ans. Agent territorial dans une commune de l’Orne, cette mère de deux enfants aurait tenté de mettre fin à ses jours chez elle, vendredi 15 avril 2016. Selon les syndicats, elle ne supportait plus ses conditions de travail. « Elle avait porté plainte pour harcèlement auprès de la gendarmerie en novembre 2015 », assure Claudine Ripeaux, déléguée départementale Force Ouvrière (FO). La quadragénaire a été secourue par un voisin, mais elle serait toujours hospitalisée.
En réaction, une quarantaine d’agents territoriaux sont venus perturber une réunion du centre de gestion de l’Orne, jeudi 21 avril 2016, à Alençon (Orne). Le centre de gestion, c’est lui qui gère les 6 000 agents territoriaux de tous les établissements publics de l’Orne, comme les mairies ou les intercommunalités. Il est compétent sur la santé et les évolutions des carrières des agents, notamment. L’intersyndicale dénonce la dégradation des conditions de travail, liée en partie à la mise en place de la nouvelle réforme territoriale, mais aussi, selon eux, à une « mauvaise gestion » de la part de du directeur du centre de gestion.

Les structures se regroupent, fusionnent. La réforme n’a pas été anticipée et ce sont les agents territoriaux qui sont en première ligne, martèle Claudine Ripeaux, de FO. Des agents sont parfois mis au placard, car leur poste n’existe plus. Je connais une personne qui était agent administratif. Elle est maintenant cantonnée à plier des torchons et à répondre au téléphone ! Les agents sont en souffrance. Nous avions alerté sur le cas de la personne qui a tenté de passer à l’acte vendredi dernier, mais nous n’avons pas eu de retour du centre de gestion…

Absence de CHSCT ?

Cinq syndicats dénoncent l’absence d’un CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail) au sein du centre de gestion et déplorent un manque de communication avec leur directeur. « C’est impossible de discuter avec lui, constate André Debeve de la Fédération autonome de la fonction publique territoriale (FA-FPT). À chaque fois, il renvoie la balle aux mairies, ce n’est pas normal. »
Interrogé suite à la réunion, Jean-Pierre Salles, président du centre de gestion et maire de Briouze (Orne), assure « apporter son soutien tout entier au directeur. Pour le reste, nous sommes dans la totale légalité, il y a des CHSCT dans les établissements publics. »

MaMAnon Loubet

20 Avril 2016

Panama Papers. Un entrepreneur de Normandie pris dans le scandale fiscal

Pierre Papillaud, PDG du groupe Alma, géant de l'eau minérale basé près d'Alençon (Orne) est cité par Le Monde dans le cadre du scandale fiscal des Panama Papers.

Le scandale fiscal éclabousse les grandes fortunes. Pierre Papillaud, PDG du groupe Alma, géant de l’eau minérale (le groupe détient notamment les marques Cristaline, Saint-Yorre ou Courmayeur) basé à la Ferrière-Bochard près d’Alençon (Orne), est cité par Le Monde dans le scandale des « Panama Papers ».

De mystérieuses procurations

D’après le quotidien du soir, le chef d’entreprise âgé de 80 ans « a reçu procuration sur la société Krewitt Ltd, enregistrée quelques mois plus tôt aux îles Vierges britanniques – un mandat qui l’autorisait à ouvrir un compte, effectuer des transferts d’argent ou n’importe quel acte de la société, qui est généralement accordé soit à l’avocat, soit au bénéficiaire réel de la société ». Les activités menées par Krewitt, liquidée en 2011, ne sont pas connues. 
Le journal indique qu’« une autre procuration a été donnée à peu près à la même période à Lucien Bertemes, l’un des hommes clés de l’empire Papillaud ». Pierre Papillaud n’a pas souhaité répondre aux sollicitations du Monde concernant ses mystérieuses activités dans les paradis fiscaux.

Pierre Papillaud, star du Web

Si le nom de Pierre Papillaud est peu connu, son visage l’est en revanche beaucoup plus. Il s’était en effet mis en scène dans de nombreuses publicités pour les bouteilles d’eau Rozana. Des publicités qui n’ont pas manqué de faire rire les internautes.

12 Avril 2016

Cela chauffe à la DC

Au Conseil communautaire d'hier soir, les reflexions ont fusées : Le Président demande aux Elus de faire des économies, une Elue lui répond, "Avec trois salaires vous êtes gonflé". Enfin, certains qui n'ont pas pleuré dans la chaumière.

Mais ne nous étonnons pas des finances désastreuses de la CDC,

Mais nous avons les Elus que nous méritons.

09 Avril 2016

La CDC envisage une réduction de 10 %  des indemnités versés aux Elus.

Le budget consacré aux indemnités versées au Président et aux 6 vices-Présidents est légerement superieur à 100 000 euros. La diminution proposé est proche de 10 000 euros. Pas trop importante, si l'on sait que ces personnes ont toutes des revenus par ailleurs, ce qui n'est pas le cas des personnes au RSA ou des retraités qui eux se partagent 100 000 euros à 10 ou 15 et n'ont pas d'autres revenus. Donc, nous ne plaindrons ces 7 Elus.

05 Avril 2016

Dans l'Orne. Trois élus entendus par les gendarmes

Samedi 12 mars 2016, entre 300 et 400 personnes se rassemblent à Briouze (Orne) pour protester contre l’éclatement de la communauté de communes (CDC) du pays de Briouze, rapporte L’Orne Combattante. Selon le nouveau schéma départemental de coopération intercommunale de l’Orne, adopté par la préfecture le 21 mars 2016, la CDC du pays de Briouze sera coupée en deux : sept communes (Craménil, Saint-André-de-Briouze, Les Yveteaux, Montreuil-au-Houlme, Lignou, Saint-Hilaire-de-Briouze, Faverolles) iront avec Putanges-Pont-Écrepin et cinq avec Flers (Le Grais, Sainte-Opportune, Briouze, Pointel, Ménil-de-Briouze).

« Nous sommes douze petites communes qui s’entendent très bien, présente à Normandie-Actu Bruno Auvray, maire du Grais et président de la CDC du pays de Briouze. Nous étions d’accord pour rejoindre tous ensemble une plus grande intercommunalité mais pas être séparées ! Cela va contre l’esprit de la loi et casse complètement un territoire. Notre bassin de vie est tourné vers Briouze, La Ferté-Macé, Flers… Mais pas du tout vers Putanges ! C’est une décision en dépit du bon sens et de la réalité, c’est ridicule ! »

L’élu craint des conséquences économiques réelles pour le territoire. « Par exemple, à Flers, les communes ont en charge la compétence scolaire. À Putanges, c’est l’intercommunalité qui la récupère, explique Bruno Auvray. Cela veut dire que les enfants n’iront plus à Briouze mais à Putanges à l’école. Les parents n’iront plus au supermarché de Briouze, n’utiliseront plus la garderie… et ne feront plus vivre le territoire. Et c’est vital pour nous. »

Une marche non autorisée par la préfecture

Entre 300 et 400 élus et habitants de la CDC de Briouze ont donc décidé d’agir en se rassemblant à Briouze, samedi 12 mars 2016. La préfecture avait autorisé un rassemblement, mais pas une marche, ce que le cortège a tout de même effectué, avec un tracteur à l’avant et un tracteur à l’arrière.

« Nous savions que nous n’étions pas dans notre droit mais nous voulions nous exprimer !, justifie le maire du Grais. Nous avons été plusieurs élus à être entendus par les gendarmes le 17 mars 2016, pour entrave à la circulation sur deux routes départementales. Pour moi, nous n’avons pas bloqué la circulation, puisque des voitures pouvaient nous dépasser. Mais les gendarmes ont fait leur travail, nous savions ce que nous encourrions. »

Christine Pommier, maire de Saint-Hilaire-de-Briouze, Jean-Claude Bignon, maire de Lignou et Bruno Auvray, maire du Grais et président de la CDC, qui avaient tous trois pris part à la marche, ont été entendus par la gendarmerie de la Ferté-Macé, le jeudi 17 mars 2016. « Mais je ne pense pas que cela ira plus loin, nous n’avons rien reçu pour le moment », constate Bruno Auvray.
Le parquet d’Argentan n’a pas souhaité communiquer sur cette affaire, mais a informé qu’« aucune décision n’avait été prise pour le moment ».

Des actions à venir

Les élus de la CDC de Briouze, même s’ils ont conscience qu’il n’y a plus beaucoup de recours pour contester le schéma départemental de coopération intercommunale de l’Orne, assurent qu’ « il y a des actions en cours mais nous ne pouvons pas en parler pour le moment ».
D’ici à 2020, les CDC de Putanges-Pont-Écrepin et Flers pourront être réunies dans une plus grande intercommunalité, le pays du Bocage. « Nous serions pour passer en pays du Bocage dès maintenant. Car le temps que tout cela se fasse, le mal sera déjà fait sur notre territoire », conclut Bruno Auvray.

01 Avril 2016

Dans l'Orne, une manifestation des opposants à GDE,

Les opposants au centre de tri et de stockage de déchets automobiles de Guy Dauphin Environnement (GDE), à Nonant-le-Pin (Orne), appellent à la mobilisation, vendredi 1er avril, à 15h, square de la pyramide à Alençon (Orne). Ils demandent à la préfète de l'Orne, Isabelle David, de faire « appliquer la réglementation à GDE ». Source

29 Mars 2016

Trois voitures incendiées en un week-end, à Alençon

Samedi 26 mars 2016, trois voitures ont été incendiées dans le quartier de Courteille, à Alençon (Orne). Ces incendies font suite aux huit véhicules brûlés, le week-end précédent.

Les incendies de voitures se multiplient à Alençon (Orne). Vendredi 18 mars 2016, huit véhicules ont été incendiées dans le quartier de Perseigne, rue Pierre Mauger, rue Kennedy, rue Pascal et impasse Lamartine.
Samedi 26 mars 2016, vers 2h du matin, c’est dans le quartier de Courteille que trois voitures ont été brûlées. Deux voitures sont entièrement détruites, une autre est endommagée côté droit, précise
L’Orne Hebdo. L’origine de ces différents incendies n’est pas encore connue et une enquête a été ouverte par les policiers d’Alençon. Source

Des incendies de voitures fréquents à Alençon

Ce n’est pas la première fois que le chef-lieu de l’Orne est ravagé par des incendies de voitures. En novembre 2015, quatre véhicules avaient été incendiées. En avril 2015, douze voitures avaient été brûlées, en une seule nuit. Source

25 Mars 2016

Les salariés du bottier Le Chameau reçoivent leurs lettres de licenciements dans l'Orne

L'usine Le Chameau, de Cahan (Orne), ferme ses portes. Les 55 salariés ont tour à tour reçu leur lettre de licenciement, les mercredi 23 et jeudi 24 mars 2016.

Le fabricant de bottes en caoutchouc Le Chameau, fleuron de l’industrie haut de gamme en Normandie, ferme ses portes à Cahan, dans l’Orne. Les 55 salariés reçoivent leur lettre de licenciement en main-propre, mercredi 23 et jeudi 24 mars 2016. « Lors de ces deux jours consacrés aux CSP (contrat de sécurisation professionnelle) sur le site, le groupe va en profiter pour nous remettre nos lettres de licenciements », précise à Normandie-Actu, Alain Lebas, délégué syndical Force ouvrière (FO).
Le groupe anglais Marwyn, propriétaire de la marque Le Chameau, a décidé de transférer toute sa production sur son site marocain. Pour le moment, les repreneurs potentiels, évoqués par le groupe, ne se sont pas manifestés. Et les salariés n’y croient plus. « Des repreneurs ? On n’y pense même plus… », déplore le syndicaliste.

Des salariés interpellent Emmanuel Macron

Mardi 22 mars 2016, des salariés ont profité de la visite du ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, à Condé-en-Normandie (Calvados), pour l’interpeller sur leur situation, rapporte L’Orne Combattatante.

> Lire aussi : Le bottier Le Chameau va fermer, dans l’Orne. « Un gâchis ». 55 salariés sur le carreau

Nous lui avons dit qu’on avait besoin de son aide pour faire avancer le dossier de la reprise, relate Alain Lebas. Car si l’usine ferme, notre savoir-faire « made in France » est toujours là. Il nous a écouté, il avait l’air de déjà connaître le problème. Dans la foulée, nous avons eu une réunion avec le commissaire de redressement productif de la Région. »

Les salariés ont également eu une autre réunion, à la suite, avec le sous-préfet d’Argentan (Orne), Pascal Vion. « Nous avons évoqué un nouveau projet de bottes, qui ne serait pas dans les locaux de Marwyn. Je ne peux pas en dire plus. Rien n’est fait, il faut attendre de voir si cela va aboutir mais la réaction du ministre a été plutôt positive. Il y a encore peut-être une solution pour nous.. » En attendant, les 55 salariés doivent quitter définitivement l’entreprise, qu’ils occupaient depuis l’arrêt de la production.

> Lire aussi : Emploi. 55 licenciements au Chameau, dans l’Orne. Quel avenir pour les maîtres bottiers ?

MaManon Loubet

20 Mars 2016

Nathalie Goulet, sénatrice UDI, réclame une législation anti-juive, mais pas anti musulmane

La sénatrice UDI de l’Orne Nathalie Goulet souhaite que les dons que font les Français [ce sont essentiellement des juifs] à l’armée de l’Etat juif ne bénéficient plus de réductions d’impôts.

Il n’y avait pas eu en France de loi anti-juive depuis 1940 quand avaient été promulguées les principales lois et ordonnances qui ont bouleversé la vie des Juifs de France. Cela démange certains.

La sénatrice, qui n’a jamais demandé à vérifier si l’argent versé par la France aux colons arabes Palestiniens enfreignait la loi en arrivant sur les comptes d’organisations terroristes, a posé une question écrite au ministre des Finances concernant la réglementation qui permet aux Français de défiscaliser leurs dons envoyés à Tsahal.

Voici ce qu’écrit la sénatrice qui réclame une législation anti-juive :

« Mme Nathalie Goulet attire l’attention de M. le secrétaire d’État, auprès du ministre des finances et des comptes publics, chargé du budget sur la réglementation actuelle qui permet aux Français et Françaises qui font des dons à l’armée israélienne (Tsahal), de défiscaliser leurs dons et leur donne le droit à 60 % de réduction d’impôts, dans la limite de 20 % du revenu imposable. Il s’agit donc d’une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d’une armée étrangère.

"Et l'argent des faux retraités centenaires envoyé dans les pays africains, et l'argent des Alloc. envoyé aussi par Western union, etc. Et l'argent versé en subvention aux associations qui s'occupent des clandestins parmi lesquels on compte des terroristes."

Faut-il rappeler à la sénatrice qu’Israël est un allié de la France ?

Que Tsahal est l’armée la plus morale au monde ?

Que Tsahal défend le peuple juif, et c’est une mission humanitaire qui devrait au moins une fois par an, le jour de célébration de l’holocauste, être chaleureusement saluée par l’ensemble des pays européens y compris par madame la sénatrice ?

Rappeler à la sénatrice que les colons arabes palestiniens sont élevés à la haine du juif depuis le biberon jusqu’au coup de couteau qu’ils plantent dans le dos d’innocents piétons israéliens ?

Et qu’à ce titre, la sénatrice devrait applaudir les Français qui envoient de l’argent à la seule armée qui empêche les fidèles descendants des collaborateurs des nazis pendant la seconde guerre mondiale de terminer le travail d’Hitler ?

Rappelons-nous que l’UDI, parti centriste, abrite également la sénatrice UDI Sylvie Goy-Chavent qui avait réclamé elle aussi une autre loi anti-juive, l’interdiction de l’abattage casher, sous le faux prétexte de la souffrance des animaux, laquelle souffrance elle n’avait pas voulu regarder concernant les oies gavées, et surtout le catastrophique abattage halal.

© Hervé Roubaix pour Dreuz

15 Mars 2016

Le GPS de sa voiture l'envoie sur la voie ferrée

Frayeur, vers 1h du matin, dans la nuit de dimanche 13 mars 2016. À Nonant-le-Pin (Orne), un automobiliste s’est retrouvé coincé sur la voie de chemin de fer. Le conducteur aurait suivi les indications de son GPS et anticipé un « tournez à droite », relatent les gendarmes.
Sur les rails, un pneu de sa voiture aurait crevé et le véhicule, une Volkswagen Polo, s’est retrouvé immobilisé. Chance, pour cet usager de la route, le trafic ferroviaire était interrompu à cette heure de la nuit.

Raphaël Tual Journaliste

12 Mars 2016

À Camembert, le fabriquant de fromages ne sera plus normand...

L'unique production de camemberts, dans le village de Camembert (Orne), est en passe de changer de propriétaire. La fromagerie Durand ne sera plus normande mais... grenobloise !

Cela fait maintenant deux ans et demi que Nadia et François Durand, les propriétaires de l’unique unité de production de camemberts, dans le village de Camembert (Orne), essayent de passer la main. Sur les 300 candidatures que le couple a reçu, ce sont trois Grenoblois, d’une quarantaine d’années, qui ont été sélectionnés pour reprendre la fromagerie Durand.

Il reste encore quelques accords bancaires à finaliser, précise à Normandie-Actu, François Durand. Nous avons eu des propositions de la part de grosses entreprises, mais nous avons préféré confier l’affaire à des jeunes dynamiques, qui aiment vraiment le produit. Ils travaillent tous trois dans une entreprise de communication à Grenoble, et ont bien compris le potentiel touristique de la production de camemberts, à Camembert.

Les Grenoblois devraient arriver sur le site le 1er avril 2016 et reprendre les quatre salariés, qui travaillent déjà à la fromagerie. De leur côté, Nadia et François Durand partent s’installer à Granville (Manche) pour ouvrir une fromagerie-crèmerie de détail, « dans laquelle nous vendrons bien sûr les camemberts de Camembert », assure François Durand.

Nous avions envie de changer de lieu de vie pour la fin de notre carrière. Et comme nos enfants ne souhaitaient pas reprendre l’exploitation familiale de mes parents, nous avons décidé de vendre.

Des Russes et un Chinois étaient candidats

Sur les 300 candidatures que le couple Durand a reçu pour la reprise de la ferme familiale, « nous avons eu quelques demandes un peu particulières », souligne le fromager. Un Chinois, des Russes et même un homme de 80 ans se sont bousculés devant le pas-de-porte de la fromagerie Durand. « Mais en réalité, sur les 300 demandes, seulement une dizaine était viable », poursuit le producteur.
Si la fromagerie de camemberts, à Camembert, ne sera plus normande, Nicolas Durand, frère de François Durand, continuera à travailler dans l’exploitation familiale. « Et nous aurons toujours un œil sur les produits, puisque nous les vendrons à Granville », conclut, d’un air amusé, François Durand. Source

09 Mars 2016

Réunion du FN à Argentan

Les élus FN d'Argentan ont droit à une salle , gracieusement prêtée par la Mairie, une fois par an.

Brigitte LECOEUR a donc contacté le Maire pour organiser une réunion en préparation des présidentielles.

Pour ceux qui n'auraient pas reçu de mail :

"Vous êtes invités à la réunion qui se tiendra le samedi 19 mars prochain à la salle du Mille-Club, rue Jean Wolff - ARGENTAN, à 14 h 30. 

Nous préparerons ensemble les élections présidentielles et législatives de 2017 et serons à votre écoute.

 Nous serions heureux de vous compter parmi nous.

 Pourriez-vous nous informer de votre présence ?
 
Nous prendrons le verre de l'amitié pour clore cette rencontre."

08 Mars 2016

Des passeurs de migrants arrêtés après une course-poursuite, dans l'Orne

Dans la nuit du mercredi 2 au jeudi 3 mars 2016, deux hommes ont été arrêtés après une course-poursuite, à Alençon (Orne). Ils sont soupçonnés d'être des passeurs de migrants.

Dans la nuit du mercredi 2 au jeudi 3 mars 2016, la police d’Alençon (Orne) a procédé, après une course-poursuite, à l’interpellation de deux hommes soupçonnés d’être des passeurs de migrants.

Course-poursuite sur l’A28

D’après L’Orne Hebdo, les suspects, l’un Iranien l’autre Irakien, tous deux âgés de 26 ans, ont été repérés par un véhicule de police. Les fonctionnaires avaient été informés d’un possible passage de clandestins sur l’A28, au niveau de l’aire de la Dentelle, vers 1h30 du matin. À bord du véhicule suspect : une femme et un enfant de deux ans.
Voyant les policiers s’arrêter à proximité, les deux hommes auraient aussitôt fui l’aire de repos. Une course-poursuite se serait engagée sur l’autoroute avec la Brigade anti-criminalité.
Le véhicule s’est ensuite dirigé vers Alençon où un barrage avait été mis en place. Les deux suspects ont été interpellés après avoir tenté de l’éviter et de se défendre à l’aide d’une bombe lacrymogène.

4 000 euros pour passer en Angleterre

Les passagers du véhicule, effrayés par la poursuite avec les forces de l’ordre, ont reconnu avoir payé 4 000 euros pour passer en Angleterre. Ils devaient être jugés, dans le cadre d’une procédure de comparution immédiate, mais une instruction a été ouverte afin de poursuivre les investigations et les deux hommes ont été présentés devant un juge d’instruction. Source

06 Mars 2016

Orne : « Si le cumul des peines était possible, il aurait été en prison, pas en train de violer ma fille

Combien de crimes et délits sont commis chaque année, grâce au non cumul des peines de prison ou aux remises de peines. Aucun journaliste ne s'est encore penché sur ce problème.....

Un homme de 55 ans a été condamné à 25 ans de réclusion criminelle, ce vendredi soir par la cour d’assises de l’Orne. Il a violé huit femmes depuis 1981.

 Si le cumul des peines était possible en France, en août 2012 Pierre Jondot aurait été en prison, pas en train de violer ma fille. » C’est le constat amer du père de la huitième victime reconnue de Pierre Jondot [...]

En 1981, Pierre Jondot, Morbihanais aujourd’hui âgé de 55 ans, est condamné à un an de prison pour viol. « Il est sorti au bout de quelques mois », informe le père de sa dernière victime. Il est ensuite condamné à 5 ans de détention pour trois viols. Là encore, Pierre Jondot bénéficie d’une remise de peine et sort au bout de trois ans et demi.

En 1993, il est incarcéré en détention préventive pour deux nouveaux viols. Quatre ans plus tard, comme il n’a toujours pas été jugé, la Cour de justice européenne exige sa remise en liberté au nom des droits de l’homme. Un mois plus tard, il viole une jeune fille de 16 ans, à Carhaix dans le Finistère. Pierre Jondot est finalement condamné à 18 ans de prison pour les deux viols pour lesquels il était en détention préventive et 14 ans pour le dernier. Il sort au bout de 12 et déménage à Caen.

C’est là qu’il croise la route de sa dernière victime. Il la viole en août 2012, dans son appartement, dans une résidence universitaire de Caen. [...]

Source

29 Février 2016

Saint-Julien-sur-Sarthe (61) : Il avait tiré sur des cambrioleurs, un vendeur de motos devant la justice

Dans certains pays, comme le Maroc, il aurait été décoré

Près d’Alençon (Orne), un magasin de motos a été la cible de plus de 25 cambriolages en 30 ans. En 2013, excédé, le commerçant a tiré sur des voleurs, qui ont été blessés.

Mais pris de panique, quand il voit la voiture des cambrioleurs, le quinquagénaire tire. « Je ne voulais pas tirer sur eux mais ils me fonçaient dessus avec leur voiture, c’était pour me défendre, assure-t-il. Mon histoire ressemble à celle du bijoutier de Nice qui avait tué un des voleurs… » Les cambrioleurs repartent en trombe, tous deux sont blessés, selon une source judiciaire. La police les retrouvent à l’hôpital de Dreux (Eure-et-Loire), à 90 km de là. Leurs pronostics vitaux n’étaient pas engagés.

Normandie-Actu Source

25 Février 2016

La Presqu’île de Caen (14) , précaire oasis des nouveaux migrants

Base arrière des sans papiers arrivés depuis début janvier, la Presqu’île de Caen offre des squats discrets. Et la proximité avec la Boussole, ouverte en journée.

« Ce sont en majorité des Iraniens, des Soudanais et des Érythréens qui squattent sur la Presqu’île de Caen, analyse Régis Guillet, membre de l’Assemblée nationale de lutte contre toutes les expulsions (collectif qui aide les sans-abri). La Presqu’île est un lieu pratique pour eux : ils sont à côté de la Boussole et des maraudes de la Croix-Rouge (quai Vendeuvre, le soir, NDLR). Ils sont également au pied du canal, le long duquel ils font des allers-retours à Ouistreham. »

Affluence record
La Boussole, lieu d’accueil des sans-abri en journée, peine toutefois à gérer une affluence record, qu’elle n’a jamais connue par le passé : dimensionnée pour 40 personnes, la structure est parfois prise d’assaut par une centaine de personnes !

Squat des Iraniens
40 à 50 Iraniens ont aménagé un squat précaire dans un entrepôt abandonné de la Presqu’île. Où l’atmosphère n’est pas toujours sereine. « Deux fois, des Afghans nous ont attaqués, avec des gaz lacrymogènes, ils ont menacé de nous tuer, rapporte Alex, l’un des Iraniens croisés à la Boussole. Maintenant, la nuit, il y a toujours deux ou trois gars qui restent réveillés et surveillent. » Des heurts entre Iraniens et Afghans se sont déjà produits à Calais. (…)

Ouest France Merci à bitume8

22 Février 2016

Décès d'un médecin près d'Argentan !

C'est avec beaucoup de tristesse que nous venons d'apprendre le décès du Docteur DUVAL à Ecouché, hier soir.

C'était un médecin très compétent, très dévoué, et beaucoup de personnes vont le regretter.

Nous présentons nos sincères condoléances à sa famille et à ses collaborateurs. Une fois de plus, l'Orne perd un de ses meilleurs généralistes. Et, épuisé par le travail et les tracasseries administratives, il n'aura pas pu profiter de sa retraite.....

21 Février 2016

32 personnes avaient perdu la vie sur les routes ornaises, en 2015. Une année noire, déjà.

Nouveau drame sur les routes de Normandie. Dans la nuit du vendredi au samedi 20 février 2016, quatre jeunes hommes, qui seraient âgés de 20 à 26 ans, selon nos informations, sont morts, dans un terrible accident de la route, vers 23h, au niveau de la commune de Magny-le-Désert, dans l’Orne.

L’essentiel. Quatre jeunes hommes, âgés de 20 à 26 ans, ont trouvé la mort dans la nuit du vendredi au samedi 20 février 2016 dans un accident de la route, près de la Ferté-Macé, dans l’Orne. Vers 23h, le véhicule, une BMW, dans lequel avaient pris place les quatre jeunes serait allé heurter de plein fouet, dans une ligne droite, un camion de transport de lait arrivant sur la voie opposée, au niveau de la commune de Magny-le-Désert sur la route Départementale 908. Les quatre occupants, originaires du secteur, sont décédés sur le coup. Le chauffeur du poids-lourd est ressorti indemne, mais extrêmement choqué. Selon les premières constatations, une perte de contrôle serait à l’origine de l’accident. Une enquête a été ouverte par la gendarmerie.

Parmi les quatre jeunes, deux étaient frères, et la maman, après avoir perdu son époux, perd ses deux seuls enfants.

La voiture heurte le camion de plein fouet

Sur la route Départementale 908, leur voiture aurait heurté un camion de plein fouet, au lieu-dit Le Brindossière. La voiture aurait percuté le camion (qui transportait du lait) alors que celui-ci sortait d’une plateforme logistique d’Intermarché. Les victimes seraient originaires de l’Orne. Le chauffeur du camion n’a pas été blessé, mais est extrêmement choqué.
De nombreux sapeurs-pompiers et gendarmes ont été mobilisés
Ce nouveau drame porte à huit, le nombre de morts sur les routes de l’Orne depuis le début de l’année. 32 personnes avaient perdu la vie sur les routes ornaises, en 2015. Une année noire, déjà.

 Quatre morts dans un accident, à Rouen, il y a un mois. Un accident de la route avait coûté la vie à quatre personnes, samedi 16 janvier 2016, en centre-ville de Rouen (Seine-Maritime). L’alcool et le cannabis étaient à l’origine du drame.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/orne/tragique-accident-magny-le-desert-quatre-jeunes-decedent-contre-un-poids-lourd-932653.html

Source FR3

19 Février 2016

Dans l'Orne, le « trou du cul du monde » en valeur. Les extraits du livre. Bravo à cette initiative pour clore le bec de ce minable personnage qui insulte la main qui le nourrit

Sous l'impulsion de l'association ARénicole, une centaine d'habitants de l'Orne ont pris la plume suite à la phrase polémique d'Hervé Morin. Un livre est en préparation.

En décembre 2015, l’association ARénicole, basée à Chanu (Orne), près de Flers, a eu une idée originale : se servir de la phrase « l’Orne, trou du cul du monde », sortie par Hervé Morin durant la campagne des Régionales en Normandie, pour promouvoir le département. Cette association, qui a pour vocation de promouvoir la vie artistique dans l’Orne, a appelé tout un chacun à écrire textes, lettres, poèmes, dessins… avec pour point de départ cette désormais célèbre phrase : « L’Orne, trou du cul du monde ».

L’idée était vraiment que les personnes puissent s’exprimer sur leur département, précise Philippe Boutruche, le président de l’association ARénicole à Normandie-actu. Nous ne voulions pas faire un procès à Hervé Morin, notre démarche est complètement apolitique. »

L’association a reçu près d’une centaine de textes. « Beaucoup d’Ornais expatriés nous ont écrit, beaucoup de jeunes et de personnes en maison de retraite aussi, énumère Philippe Boutruche. Nous avons vraiment eu des textes sympas. »

Quelques extraits des textes reçus par l’association :

« ….Qu’un département en devienne le cœur, un autre le bras armé, un troisième la tête pensante selon ses talents, quoi de plus normal. Que l’Orne soit la dernière extrémité de son ventre, le siège en quelque sorte, n’est pas péjoratif. L’intestin serait, ce qu’en médecine contemporaine on dénomme, le deuxième cerveau… »

« …Avec ses cinq départements
Le trou du cul de Normandie
Se situant un peu bas
Cela permet aux Hauts Normands
De respirer un peu mieux…
…L’ensemble de tout, faisant une Normandie unie
Avec tous les trous du cul réunis. »

« …Jean Gabin lui même aurait-­il rigolé à cette phrase ? Je le crois mais il se serait empressé, je pense, de nous rappeler que Louis XIV avait choisi Nonant-Le-­Pin pour « son Versailles du cheval ». Il devait être assis sur son trône en prenant cette décision. « C’est chier non ! » (Expression de Laurent Gerra imitant Jack Lang). La culture se poursuit avec Luc Besson…
Les vaches de mon voisin agriculteur, je croise souvent leur regard, parfois leur derrière. Puis « Président » arrive pour la collecte du lait, car sans ce lait pas de « Président».
Il est vrai malgré tout qu’internet, le portable, les transports routiers, ferroviaires nous font dire que nous sommes dans « le trou du cul du monde » mais, on s’y plait et avec du papier et des signatures, on en sortira… »

« …Ne pensons pas que cette parole fut employée de manière péjorative par celui qui un soir de débat le jugea comme tel. La phrase n’aurait-elle pas tout simplement été lâchée trop vite tel un suppositoire envoyé à une vitesse incontrôlable dans ce même orifice?
Ce monsieur n’aurait-il pas fait une contrepèterie et ne voulait-il pas plutôt dire « tout du cru » en voulant évoquer le lait ou le fromage dont la référence olfactive peut être sans doute associée à celui qui se cache toute l’année au cœur d’une culotte?
Car ce dernier n’est pas sans savoir que le trou du cul du monde lorsqu’il s’exprime, ne fait pas que de la crotte… »

Avec ces textes, ARénicole a décidé d’en faire un livre, qui devrait sortir courant 2016. « Nous réalisons un ouvrage pour mettre en valeur l’Orne aux travers d’histoires extraordinaires de différents lieux du département. Une manière de découvrir l’Orne autrement que par les sentiers touristiques, annonce le président d’ARénicole. Les textes « L’Orne, trou du cul du monde… » seront distillés tout au long du livre. » Source Manon Loubet

 

17 Février 2016

Un urgentiste de Normandie radié de l'ordre des médecins, pour attouchements sur ses filles

Urgentiste au Samu-Smur de l’hôpital d’Alençon-Mamers (Orne), un médecin ne pourra plus exercer à compter du 2 mai 2016. La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins de Basse-Normandie l’a radié à compter de cette date de l’ordre des médecins, le 12 février 2016. L’audience publique s’était déroulée le 30 janvier 2016, à Caen (Calvados).

Une double plainte

Cette procédure disciplinaire fait suite à une double plainte : l’une émanant de l’ordre des médecins de l’Orne, le 4 novembre 2014, et l’autre en provenance de l’Agence régionale de santé (ARS) de Basse-Normandie, le 14 septembre 2015. Les deux instances ont demandé la radiation définitive du médecin pour des « faits contraires à la morale et à la probité ».
Ce médecin a auparavant été poursuivi par la justice pénale pour des atteintes sexuelles sur sa fille aînée, aujourd’hui âgée de 23 ans, entre 2001 et 2008, et sur sa fille cadette, aujourd’hui âgée de 18 ans, en 2010 et 2011. Cette procédure a entraîné la condamnation du médecin par le tribunal du Mans (Sarthe), le 24 novembre 2014, et a été confirmée le 30 juin 2015 par la cour d’appel d’Angers (Maine-et-Loire).

Peine de prison à la clé

À la clé, une peine de trois ans de prison, dont deux avec sursis et mise à l’épreuve, ainsi qu’une inscription au Fichier des délinquants sexuels (Fijais). Devant la chambre disciplinaire, l’avocat du médecin a soutenu que les faits limités à la sphère familiale n’avaient rien à voir avec l’exercice de son métier :

Il est reconnu comme un professionnel compétent par ses collègues. Pourquoi alourdir la sanction pénale ? », a demandé l’avocat. Et de suggérer une interdiction temporaire d’exercer, d’autant que la justice pénale n’a prononcé aucune mesure de de ce type. « L’interdiction définitive pénaliserait la famille de mon client en ce qui concerne ses obligations alimentaires », conclut la défense.

« Grave manquement au principe de moralité »

Aucun de ces arguments n’a convaincu la chambre disciplinaire présidée par un magistrat administratif, entouré de six médecins : « Les faits constituent un grave manquement au principe de moralité ». La décision de radiation est susceptible d’appel devant l’ordre national des médecins et cet éventuel appel suspend la sanction de première instance. Source Louis Laroque

15 Février 2016

Une agression au nutella qui pourrait être commanditée par Youssouf Fofona

Trois surveillants de prison ont été frappés... à coups de pot de Nutella par un détenu de la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne), dimanche 14 février 2016. Ils ne manquent de rien nos détenus !!!!!

Nouvelle agression à la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne). Dimanche 14 février 2016, vers 11h, un détenu en quartier d’isolement aurait frappé trois surveillants de prison avec un pot de Nutella d’un kilo qu’il avait glissé dans une chaussette. Les faits se sont produits après un coup de fil « houleux » qu’il venait de passer à sa famille, a indiqué à Normandie-actu Emmanuel Guimaraes, secrétaire local SNP-FO. « Lorsqu’il a été raccompagné à sa cellule, il a prétexté sortir sa poubelle. Il a saisi la chaussette et l’a tutilisée comme une fronde. »
Trois surveillants ont été blessés. Le premier a reçu un coup au visage. Le second a été frappé à cinq ou six reprises et s’est vu prescrire trois jours d’ITT. Enfin, le troisième a été blessé au poignet et a fait l’objet de trois jours d’ITT. Le détenu a été maîtrisé et placé en quartier disciplinaire. Les victimes ont été prises en charge par les sapeurs-pompiers et évacuées à l’hôpital.

Une agression qui pourrait être commanditée par Youssouf Fofona

« Il y a de fortes présomptions que cette agression ait été commanditée par Youssouf Fofona », précise le représentant du personnel. Le détenu, cerveau du gang des barbares et principal accusé de la séquestration, de la torture et de l’assassinat d’Ilan Halimi en 2006, avait fait parler de lui, la veille. Il avait assuré qu’il allait fêter les 10 ans de la mort du jeune homme « à sa manière ».SOURCE.  Il n'avait pas reçu sa caisse de champagne ?

13 Février 2016

En Normandie, il se fait arracher 26 dents saines et saisit la justice

Certains dentistes de Normandie semblent avoir la main lourde. En 2004, un praticien avait retiré toutes les dents, dont 17 saines, à un chauffeur routier de Saint-Lô (Manche), à sa demande. Considérant cet acte non justifié, la cour d’Appel de Caen (Calvados) l’avait condamné à rembourser 52 000 euros au quadragénaire édenté.

Quelques années plus tard, en 2010, c’est un habitant de Flers (Orne), qui s’est fait arracher toutes ses dents. 26 (sur 31) étaient pourtant saines ! Le patient, ouvrier dans le bâtiment âgé à présent de 33 ans, souffrait « d’atroces douleurs », rapporte l’Orne Combattante. En février 2010, il se rend chez sa dentiste, dans le Sud Manche, qui l’envoie chez un confrère spécialiste dans le Calvados. « Il m’a dit que le mieux, c’était de tout enlever et de refaire quelque chose de propre et que c’était pris en charge par la Sécu », indique le patient à nos confrères.

On lui propose des implants pour 37 000 euros

Toutes ses dents sont alors enlevées et deux prothèses complètes sont posées. Mais les souffrances de l’homme s’accentuent, notamment pendant les repas. On lui propose alors des implants pour la somme totale de 37 000 euros.

Le Flérien décide de se tourner vers un expert pour une analyse de son dossier qui conclut à la vue des éléments recueillis que cinq dents étaient à extraire mais que les 26 autres étaient saines et auraient pu, le cas échéant, recevoir des soins. Sur la base de cette expertise, l’assurance du praticien a fait une proposition d’indemnisation : 19 000 euros », poursuit l’Orne Combattante.
Qu'en pense la Sécu qui a tout remboursé ? Va-t-elle se porter partie civile pour demander le remboursement des frais payés par les cotisations des travailleurs ?

12 Février 2016

RSA contre « bénévolat ». Le président du Département de l'Orne, est « pour » Mais les associations compteront-elles ces "bénévoles" en plus pour l'obtention de subventions plus importantes?

Alain Lambert, président du Conseil départemental de l'Orne, se dit « pour » l'idée du Département du Haut-Rhin : conditionner le versement du RSA, à des heures de bénévolat.

Dirigé par la droite, le Département du Haut-Rhin a annoncé, vendredi 5 février 2016, vouloir conditionner le versement de la prestation RSA (Revenu de solidarité active)… à sept heures par semaine de bénévolat.

Depuis cette annonce, la guerre fait rage entre ceux qui sont pour et ceux qui sont contre. Alain Lambert, président du Conseil Départemental de l’Orne, dit être « d’accord sur le principe », sur le réseau social Facebook.

Alain Lambert (UDI), président du conseil Départemental de l’Orne, affirme sur Facebook, le 7 février 2016, qu’ « exercer une activité bénévole quand on ne trouve pas un emploi rémunéré, c’est se rendre utile, voire indispensable à la société, par ce qu’on lui apporte. L’activité doit demeurer la norme et le chômage et l’absence d’activité l’exception.
La dépense sociale, la solidarité doivent se conjuguer avec le respect et la dignité de la personne. Redéfinissons les modalités, aujourd’hui trop étatiques, de la redistribution c’est-à-dire développons et remotivons chacun, dans sa responsabilité de personne humaine. Donner une seconde chance à ceux qui sont à la recherche d’un emploi est notre exigence fondamentale. »

De son côté, le 5 octobre 2015, le président du conseil Départemental de l’Eure, Sébastien Lecornu (LR), avait menacé  de ne plus verser « les dizaines de millions dont a besoin la CAF (Caisse d’allocations familiales) pour payer les allocataires du RSA. » Objectif : mettre l’État « face à ses responsabilités ».

Depuis 2012, l’État a gelé à 40 millions d’euros sa participation, alors que les dépenses du RSA ne cessent d’augmenter. Entre 2014 et 2015, la facture a encore augmenté de 7 millions d’euros pour atteindre 77 millions d’euros. L’année prochaine, le Département va devoir verser la moitié des 80 millions d’euros nécessaires au paiement des allocataires du RSA. Je me pose la question : on s’arrête quand ? », avait indiqué Sébastien Lecornu, dans un communiqué, le 5 octobre 2015. Source Normandie 61

10 Février 2016

Orne encore des mauvaises conditions de vie de personnes âgées

Il ne fait pas bon vivre pour les personnes âgées et ou handicapées dans l'Orne, c'est vrai que notre Président de région Normandie a déclaré que c'était le" trou du cul du monde", mais enfin, on est en France et au XXI em siècle !

Nathalie Pioger est la nièce et la tutrice morale d'une résidente de la MAS (Maison d'accueil spécialisée) « Les Mézières », à Vingt-Hanaps. Elle rapporte une « grave dégradation » de la prise en charge des personnes handicapées.

Le 14 janvier dernier, le médecin généraliste de la MAS (Maison d’accueil spécialisée) « Les Mézières », à Vingt-Hanaps, a fait l’objet d’une mise à pied sur décision de la direction (l’établissement est géré par l’Adapei – Association d’aide et de soutien aux personnes handicapées mentales et à leur famille). Le docteur, qui intervenait chaque semaine au sein de la structure, n’a pas été remplacé.

« Cela a conduit à une détérioration des conditions d’accueil des résidents », rapporte Nathalie Pioger. Nièce et tutrice morale d’une septuagénaire atteinte de trisomie, la Radonnaise (également membre du CSV – Conseil de vie sociale – de l’établissement) veut dénoncer le « climat délétère » qui règne au sein de la MAS, et qui impacte directement les personnes handicapées. « Après la mise à pied de ce médecin – qui intervenait depuis trente ans – le plateau médical, pourtant colonne vertébrale de la MAS, a été déstabilisé », explique-t-elle.

Quelles solutions, pour les résidents ? « Les urgences, ou, pour ceux pouvant être déplacés, la MAS de L’Aigle, où un généraliste exerce toujours », répond Nathalie Pioger. « Indécent et inacceptable », poursuit-elle : « On transporte des handicapés malades, fiévreux, en bus pendant 60 km ».

Source l'Orne Hebdo

05 Février 2016

L'Orne en Normandie

https://webmail1c.orange.fr/webmail/fr_FR/download/DOWNLOAD_READ_PPS.html?IDMSG=89809&PJRANG=2&NAME=F_L%27Orne_en_Basse_Normandie_.pps&FOLDER=INBOX

03 Février 2016

Qu'à donc Argentan-Intercom pour que personne n'en veuille ?

La Cdc des Courbes de l'Orne, à Ecouché, s'est réuni mercredi 20 janvier 2016 pour étudier entre-autres la  fusion avec Argentan Intercom.

En effet, le 11 janvier dernier, la CDCI (Commission départementale de coopération intercommunale) s’est réunie et aucun amendement n’a été présenté à la carte proposée par le préfet en octobre. « Nous avions envoyé un courrier au préfet et aux membres de la CDCI, mais ça n’était pas la procédure qu’il fallait utiliser pour se faire entendre », a remarqué Jean-Pierre Latron. " J’ai appelé le préfet en lui disant que ce n’était pas très démocratique. Ca ne servait à rien de nous faire voter, on aurait gagné du temps. Il y a eu un partage de notre territoire par les grands élus qui n’ont rien à faire de nous. C’est décidé à Paris et ils font appliquer ça par un préfet qui ne sera plus là dans 6 mois… Je lui ai dit que nous irons au tribunal. Ce à quoi elle m’a répondu qu’on pouvait toujours déposer un amendement. Elle a eu l’honnêteté de me dire que si nous ne déposions pas d’amendement, le tribunal pourrait dire que nous étions d’accord avec sa carte dès le départ. »

C’est pourquoi le conseil communautaire a décidé de confier à Pierre Couprit (maire de Rânes), son représentant à la CDCI, un amendement à cette carte.  La Cdc d’Écouché propose de faire 2 lots : le premier comprenant la Cdc Argentan Intercom et du Haras du Pin pour une population de 28 024 habitants. « Fusion qui répond à l’obligation légale pour la Cdc du Haras du Pin d’atteindre le seuil des 5 000 habitants. » Pour la Cdc des Courbes de l’Orne, « conforme aux orientations de la loi, notre maintien en l’état, avec 6 617 habitants. »

« Il faut peut-être aussi que les maires se mobilisent », a lancé Isabelle Besnier, maire de Sentilly. « Il faudrait que tous les maires de la Cdc soient présents lors de la réunion de la CDCI pour manifester leur mécontentement », a repris Pierre Couprit. « Il faut l’avertir avant », a précisé Jean-Pierre Latron. Pour l’heure, la date de la prochaine CDCI n’est pas décidée. « Pourquoi Putanges reste à 5 700 habitants, alors que nous, à 6 700 habitants, on nous envoie vers Argentan ? Parce que c’est le directeur de cabinet d’Alain Lambert ! Il faut le dire ! Et pour arriver à ce chiffre, ils cassent la Cdc de Briouze », a lancé un maire. « Il y a un précédent avec M. Alain Lambert de Putanges. » « Il n’y a pas que lui », a fait remarquer un autre élu. « Il y a aussi Goasdoué à Flers. » « Ou Nury aussi », a fait remarquer Pierre Couprit. « Sa place est à Flers, pas à Domfront ».

« Et si on démissionnait tous ? », a lancé un élu. « Moi, je pense que c’est une fausse solution », a répondu Jean-Pierre Latron. « On a connu ça à Carrouges, mais n’a servi à rien. Je pense qu’on n’a pas été élus pour démissionner. Moi, je ne démissionnerai pas : sinon, ils vont gérer notre territoire sans nous. Je suis plus d’avis de me battre pour obtenir gain de cause et que notre territoire soit administré correctement. »
Le président de la Cdc a toutefois poursuivi son explication  « Nous avons contacté un avocat spécialisé dans ce domaine à Paris. Nous l’avons fait avec la Cdc du Haras du Pin. Nous lui avons soumis les deux dossiers. Avec deux angles de travail : les décisions qui ont été prises sans la possibilité, pour nous, de nous exprimer, sans tenir compte de nos délibérations. Ensuite, le fait que la loi Notre pourrait s’appliquer pour nous. »

Cependant, Jean-Pierre Latron souhaite être prudent : « Pour l’instant, nous déposons notre amendement. J’ai fait le compte : nous pourrions avoir 10 voix pour nous. Sur plus d’une cinquantaine de votants, sachant qu’il faut obtenir les 2/3 des voix… Pour mémoire, quand Plaine Argentan Nord s’est retrouvé dans notre situation, elle n’a obtenu que 6 voix. » Et ensuite ? « Il faut que l’on étudie nos chances de succès au tribunal. Si elle est nulle ou proche de zéro, faut-il poursuivre ? [...] On peut bloquer la situation pendant 4 ans. Je ne m’appelle pas Miette. Il faut qu’on trouve une solution. S’il faut aller au bout et aller en conseil d’État dans 4 ans, il faudra vivre pendant 4 ans. »

Source  journal de l'Orne

29 Janvier 2016

 A la prison d’Alençon-Condé sur Sarthe, c’est le chaos !

Lettre du syndicat pénitentiaire « UFAP UNSA Justice » adressée au ministre de la Justice

036-2016---Courrier-GDS--Situation-et-fonctionnement-du-CP-Alençon-Condé-sur-Sarthe-1

Source

27 Janvier 2016

Les agriculteurs de l'Orne sont en colère

Les agriculteurs manifestent leur colère mercredi à Alençon dans l'Orne

La FDSEA et les Jeunes Agriculteurs de l'Orne vont manifester leur colère, mercredi 27 janvier 2016, à Alençon. Ils annoncent une journée noire.

Quelques jours après le début du mouvement entamé en Bretagne, les agriculteurs de l’Orne se lancent dans la bataille. Ils souhaitent crier leur colère mercredi 27 janvier à Alençon, dans la matinée.

“Le monde agricole connaît une crise profonde. La situation est alarmiste et ne peut plus durer”, expliquent-ils pour justifier leur action.

“Au cœur de nos revendications, une demande simple faite auprès des transformateurs et de la grande distribution : “Partagez vos marges, sauvez l’agriculture”. La valeur ajoutée des filières ne profite qu’à certains et les producteurs sont sans cesse la variable d’ajustement.”
“Les mesures prises jusque là son largement insuffisantes. Il est temps que nos politiques en aient conscience pour rendre notre agriculture compétitive et pérenne pour l’avenir. Meilleure répartition de la valeur ajoutée, retour à des prix rémunérateurs, harmonisation sociale et fiscale au niveau européen, étiquetage de l’origine des produits frais et transformés… sont des revendications essentielles pour la survie de nos exploitations.”

Pour les agriculteurs, grande distribution et transformateurs ne sont pas les seuls à devoir prendre leurs responsabilités. L’Etat est pointé du doigt. Source journal de l'Orne

22 Janvier 2016

Galette des Rois du FN 61 avec une personnalité du FRONT NATIONAL, le dimanche 7 février 2016 à la sale Jeanne d'Arc 10, rue des Monts d'Amain St Gauburge STE Colombe 61370 à 15 H tel 06 73 83 93 18

Galette rois

15 Janvier 2015

Laurent BEAUVAIS à la cour des comptes :  La république des copains

Au soir de leur défaite le mois dernier, nos élus avaient prévenu : C’était terminé, ils avaient tiré les leçons du scrutin et allaient changer leur façon de faire de la politique. Plus rien ne serait comme avant….

Aujourd’hui, il ne reste rien de ces belles résolutions.

Laurent BEAUVAIS, ancien président de Basse-Normandie, rejoint la cour des comptes. Grâce à son ami Manuel VALLS il vient de se faire nommer « conseiller maître en service extraordinaire » au sein d’une instance, en principe, au-dessus de tout soupçon.Oups ! . Sa nomination  figure dans le compte-rendu du conseil des ministres du mercredi 13 janvier. Joli lot de consolation pour cet adhérent au PS depuis plus de 40 ans et qui va pouvoir bénéficier d’une préretraite grassement rémunérée. Tant mieux pour les impôts d'Argentan !

C'est une méthode désastreuse, habituellement utilisée depuis 50 ans par les tenants de l'UMPS ; remarquons tout de même que ce personnage est le meilleur des plus mauvais........

02 Janvier 2016

Première chronique de l'année de François Morel sur France Inter... Il y parle Normandie et de l'Orne en particulier... et d'un certain président de la nouvelle région Normandie. Et du trou du cul du monde.....

http://dai.ly/x3kcwl0

07 Décembre 2015

Orne  élections régionales 2015

Résultats aux élections Régionales Orne

Nicolas BAY Liste du Front national                 29,04 %               29 966 votes

 Hervé MORIN Liste d'Union de la droite          28,34 %               29 239 votes

Nicolas MAYER-ROSSIGNOL                            23,05 %                23 782 votes

Yanic SOUBIEN Liste -Les Verts                        7,24 %                   7 467 votes

Nicolas CALBRIX Liste Debout la France         4,83 %                    4 984 votes

Sébastien JUMELListe Front de Gauche          3,91 %                    4 039 votes

Pascal LE MANACHListe d'extrême gauche    1,84 %                    1 898 votes

Jean-Christophe LOUTRE UPR                         1,07 %                    1 103 votes

Alexandra LECOEURListe divers gauche        0,68 %                       706 votes

Votes blancs                                           2,96 %                   3 219 votes

Votes nuls                                               2,01 %                      2 185 votes

Participation : 51,65 %

05 Décembre 2015

Seuls les plus de 50 ans peuvent comprendre !

A la caisse d'un supermarché dans une petite ville de l’Orne, une vieille dame choisit un sac en plastique pour ranger ses achats.

La caissière lui reproche de ne pas se mettre à l'écologie et lui dit :
> > > > " Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique. Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources ! "
> > > > La vieille femme s'excuse auprès de la caissière et explique :
> > > >  - Je suis désolée, il n'y avait pas de mouvement écologiste de mon temps." 
> > > > Alors qu'elle quitte la caisse, la mine déconfite, la caissière ajoute :

- "Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à nos dépens. C'est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l'environnement dans votre temps’’.

Alors, un peu énervée, la vieille dame fait observer :

- A cette époque on retournait les bouteilles de verre. Le magasin les renvoyait à l'usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau. Les bouteilles étaient recyclées, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique. 

Elle ajoute :

- De mon temps, on montait l'escalier à pied : on n'avait pas d'escaliers roulants et peu d'ascenseurs. On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu'il fallait se déplacer de deux rues : on marchait jusqu'à l'épicerie du coin. Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

On ne connaissait pas les couches jetables : on lavait les couches des bébés.
> > > > On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde
> > > >  On avait un réveil qu'on remontait le soir.
> > > > Dans la cuisine, on s'activait pour préparer les repas ; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu'EDF en produit.
> > > > Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boîtes ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.
> > > > On n'avait pas de tondeuses à essence autopropulsées ou autoportées :
> > > > On utilisait l'huile de coude pour tondre le gazon.
> > > > On travaillait physiquement ; on n'avait pas besoin d'aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l'électricité.
> > > >  Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
> > > >  On buvait de l'eau à la fontaine quand on avait soif.
> > > > On n'utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter.
> > > > On remplissait les stylos dans une bouteille d'encre au lieu d'acheter un nouveau stylo.
> > > > On remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir entier après quelques utilisations.
> > > > Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste. 
> > > > Les gens prenaient le bus, le métro, le train et les enfants se rendaient à l'école à vélo ou à pied au lieu d'utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi 24 H sur 24.
> > > > Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d'une année sur l'autre, les crayons de couleurs, gommes, taille- crayon et autres accessoires duraient tant qu'ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rue. Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique !
> > > > On n'avait qu'une prise de courant par pièce, et pas de bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d'aujourd'hui.
> > > > ALORS VIENS PAS ME FAIRE CHIER AVEC TON MOUVEMENT ECOLOGISTE ! 
> > > > Tout ce qu’on regrette, c’est de ne pas avoir eu assez tôt la pilule, pour éviter d’engendrer la génération des jeunes cons comme vous, qui s’imagine avoir tout inventé, à commencer par le travail, qui ne savent pas écrire 10 lignes sans faire 20 fautes d’orthographe,qui n’ont jamais ouvert un bouquin autre que des bandes dessinées, qui ne savent pas qui a écrit le Boléro de Ravel… (pensent même que c’est un grand couturier), qui ne savent pas mieux où passe le Danube quand on leur propose Vienne ou Athènes, etc. mais qui croient tout de même pouvoir donner des leçons aux autres, du haut de leur ignorance crasse !  
> > > > MERDE à la fin ! Une lectrice de plus de 50 ans

25 Octobre 2015

Encore un, nous avons tous porté enfants ou adultes des bottes « Le Chameau » Même dans des pays lointains, notamment au Maroc,  dans les années 1950, les Français du Maroc, connaissaient l’Orne par les bottes « Le chameau ».

Fleuron de l’industrie haut de gamme en Normandie, l’usine de bottes Le Chameau, à Cahan, près de Flers (Orne) vit ses heures les plus sombres. Cela deviendra le Fleuron de l’Industrie Marocaine….Un comité d’entreprise extraordinaire s’est déroulé dans l’usine, vendredi 23 octobre 2015, pour annoncer aux délégués du personnel et aux salariés une fermeture de l’usine dans quelques mois. Bilan : 55 salariés sont sur le carreau. Pas grave pour les politiques, cela fera des emplois pour les Marocains….

 Le bottier, dont l’usine de fabrication est implantée à Cahan, dans l’Orne, connaît ses derniers jours de production avant une fin d’activité. Depuis un mois, les 55 salariés de la PME de l’Orne craignaient une liquidation judiciaire face à un directeur aux abonnés absents et à un propriétaire opaque « sans réelle stratégie ». Les employés, qui fabriquent des bottes de caoutchouc centrées sur le créneau du haut de gamme, travaillent sous la seule houlette d’un chef d’atelier et d’un cadre du bureau d’études. Les élus locaux parlent d’« un immense gâchis économique et un désastre social dus à une recherche de profit à court terme d’une société financière britannique, exemple parfait des comportements immoraux de quelques financiers ».

 « Ils ont tué notre Chameau »

Les salariés maîtres bottiers ont un savoir unique en France. Ils sont surtout généreux, les politiques appelleraient cela "la solidarité", ces politiques et leurs complices , les financiers,  ont offert le savoir-faire Français aux Marocains.....

L’annonce a été faite par le directeur général adjoint du site, ainsi que le directeur des ressources humaines, arrivé seulement depuis le début du mois d’octobre 2015 au sein de l’entreprise. Ces derniers ont justifié cette décision, à cause d’une situation économique catastrophique.

Je n’en crois pas un mot !», s’insurge Alain Lebas sur Normandie-actu. « Il s’agit d’une fermeture programmée par la PDG. de Marwyn, et le directeur général M. Ziegler. C’est une honte qu’ils ne soient même pas venus affronter leurs salariés !

Il évoque également, avec lassitude, des promesses d’agrandissement de l’usine, annoncées encore quelques mois plus tôt. Les promesses tiennent les enfants sages, et c’est une habitude des politiques et des financiers qui roulent en permanence les Français dans la farine. A croire que De Gaulle avait raison en disant « Ce sont des veaux ».

Ils ont tué notre Chameau ! "C’est un véritable gâchis, j’ai la rage. Pour l’instant, nous continuons de travailler jusqu’à la fin de l’usine. Mais après la fermeture, il est évident que la totalité de la production sera délocalisée au Maroc, c’est inévitable." Et oui ! Encore une fois, il y a plus de soixante ans, nous portions les bottes « Le Chameau » qui arrivaient par bateau de France, et maintenant, elles feront le trajet inverse ! Pour que nous puissions les porter. Le savoir-faire français, une fois de plus s’en va à l’étranger, tout comme la technologie Airbus est partie en Chine, et bien d’autres…

En sacrifiant l’usine de Cahan, Marwyn Partner met fin également à une entreprise née en 1927, et titulaire du label EPV (Entreprise du patrimoine vivant) : il est mort grâce à la complicité des politiques !

"Il n’y a que l’usine de Cahan qui souffre de ce plan de restructuration. Celle du Maroc n’est pas impactée." Bizarre, vous avez dit bizarre ! "Notre usine avait reçu énormément de subventions du Conseil général et des aides européennes. C’est encore de l’argent public qui finit dans les poches des financiers". C’est plutôt l’argent des contribuables !

Les salariés vont se retrouver entre eux pour déterminer le plan d’action à suivre, dans les prochains jours. Alain Lebas, fataliste, annonce déjà : « Ça ne va pas bien se passer. » Cela sera trop tard, il ne leur reste plus que le bulletin de vote….

Une descente aux enfers

Depuis quelques années, l’entreprise vit une véritable descente aux enfers. Elle a été cédée à Marwyn Partner alors que son précédent dirigeant, le groupe Lafuma, décidait de réorienter son activité autour des activités de loisirs grand public. Spécialisée dans la production de bottes haut de gamme, l’entreprise est, selon Philippe Senaux, « un joyau de l’industrie et de la qualité Made in France ». Que nous reste-t-il de ce joyau « made in France », nous aurons un « made in Maroc »…

La première année du rachat, ça marchait bien, et nous étions optimistes, se souvient Philippe Senaux. On a vu tout d’un coup un ralentissement en 2014, et de leur fait. Ils ont décidé de ne plus faire de livraison à des acheteurs particuliers. Oups, vous n’aviez pas compris ce qu’ils préparaient.  L’entreprise a un directeur général, un directeur adjoint, un directeur financier… mais pas de directeur commercial ! Pas besoin, il était au Maroc !

En 2013, l’entreprise avait encore un chiffre d’affaires s’élevant à hauteur de 27 millions d’euros. Alors que les carnets de commandes diminuaient. Bien sûr, les produits étaient fabriqués au Maroc ! Cela aurait dû mettre la puce à l’oreille soit des syndicats, soit plus particulièrement des Elus qui subventionnaient allègrement une usine condamnée !  

La marque a progressivement stoppé sa ligne de vêtements, de chaussures, son e-commerce et, finalement, ses magasins d’usine. Un show-room présentant l’histoire de Le Chameau, créée en 1927, a également été vidé de ses pièces de collection, dans le manoir jouxtant l’usine, à Cahan.
Détenteurs d’un savoir-faire unique en France, les salariés du Chameau voient ainsi un pan de leur vie sur le point de disparaître, dans une période et une région où leurs compétences ne sont pas courues, sur le marché du travail.

La préméditation n’est plus à mettre en doute. Tout était prévu, avec la complicité de qui vous savez.......

23 Octobre 2015

Flers (61) : arrestation de deux dealers, la maison du député-maire et le commissariat attaqués au cocktail molotov

Deux adolescents de 16 et 17 ans ont été arrêtés hier dans le quartier du Pont-Féron en flagrant délit de trafic de cannabis provoquant de vives réactions jusqu’à l’intervention de la police dans la nuit


[...] L’arrestation est mouvementée, des jeunes du quartier procèdent au caillassage de la voiture de police. Après le départ des enquêteurs, le groupe brûle le véhicule des deux prévenus avec un objectif évident d’effacer le moindre indice.

Dans l’après-midi et en soirée, la tension monte dans le quartier et dans toute la ville. Une quinzaine de personnes multiplient les actions. Un cocktail molotov est envoyé sur la maison du député maire, le divers gauche, Yves Goasdoué absent hier soir de son domicile. Un autre projectile est balancé sur le commissariat, un troisième sur une voiture stationnée à proximité. L'Orne veut rivaliser avec Marseille.....

Source

20 Octobre 2015

Alençon (61) : « Je suis Al Quaïda. Dommage que je n’ai pas de bombe sur moi »

Un Alençonnais de 22 ans a été condamné à six mois de prison ferme et écroué à l’issue de l’audience, lundi, devant le tribunal correctionnel d’Alençon.

Sur le papier, le jeune homme de 22 ans était poursuivi pour cinq infractions. Au milieu des outrages, violences et menaces de mort envers des personnes dépositaires de l’autorité publique, on trouvait également l’apologie publique d’un acte de terrorisme. Dans la nuit de samedi à dimanche, l’Alençonnais est interpellé en centre-ville alors qu’il se bat avec un autre homme.

Dès l’arrivée des agents de la brigade anticriminalité, il se met à les insulter copieusement, tente de leur donner des coups de pied, en menace même un de mort. Vers 6 h 50, il fait un malaise et doit être envoyé au centre hospitalier. Dans l’ambulance, il lance aux quatre fonctionnaires de police : « Je suis Al Quaïda. Dommage que je n’ai pas de bombe sur moi sinon le camion aurait explosé. »

[...] L’homme qui est sorti de prison en juin a un casier judiciaire déjà bien chargé. S’il est relaxé des faits d’apologie d’un acte de terrorisme, il est condamné pour les menaces et les violences. Et écope de six mois de prison ferme. Il a été incarcéré dans la foulée.

Source

14 Octobre 2015

LA CDC d’Argentan, parent pauvre qui fait peur avant tout, et qui inquiètent Patrick Mussat, le président de la communauté de communes du Pays du Haras du Pin. Nous le comprenons, mais cela fait plaisir à Monsieur Beauvais qui va pouvoir faire payer aux communes bien gérées les erreurs de gestion de la CDC d'Argentan

Ce sont les questions financières et fiscales, avant tout, qui inquiètent Patrick Mussat, le président de la communauté de communes du Pays du Haras du Pin, à l'idée d'une grande collectivité de 72 communes intégrant les communautés d'Argentan, des Courbes de l'Orne et du pays du Haras du Pin.

« Nous avons scrupuleusement, depuis des années, appliqué les directives de l’État en transférant les compétences des communes à la communauté de communes. C’est notre spécificité, cette intégration fiscale maximum. Je suis choqué de voir qu’étant les bons élèves du département de l’Orne, on nous met dans une situation préoccupante. »

Patrick Mussat ne cache pas ses réserves sur la situation financière d’Argentan Intercom. L’élu de droite s’affichant sans étiquette assène : « Nous sommes de bons gestionnaires, c’est tentant pour les voisins. Mais il n’y a pas de raison que les fourmis paient pour les cigales

07 Octobre 2015

Un militant tracte dans les villages

Horaires de la permanence

35, rue du Mans

61000 Alençon

 02 33 28 06 43

 - mardi    de   9h30 à  12h 30

 - jeudi     de   15h   à  19h

 - samedi  de  15h   à  18 h

25 Septembre 2015

Décidement, rien ne va plus dans l'Orne

Le train de 17 h 35 en provenance d’Alençon a pris du retard, ce jeudi en fin d'après-midi. Les élus sont descendus sur la voie en gare de Sées.http://memorix.sdv.fr/0/default/empty.gif

 « Il est inacceptable que la 6e ville du département n’ait pas de guichet de vente de billets. Nous voulons enfin pouvoir discuter avec la SNCF. » Écharpes bleu-blanc-rouge ont descendu en fin d’après-midi l’escalier de la discorde en gare de Sées. Une centaine de personnes a ensuite symboliquement bloqué l’Inter cités qui arrivait d’Alençon.

Les élus de la communauté de communes (CDC) des Sources-de-l’Orne ne veulent pas en démordre. Ils ne veulent pas vendre le terrain nécessaire à finir les travaux de mise en conformité pour personnes à mobilité réduite si la SNCF ne laisse pas un point de vente de billets. 

24 Septembre 2015

Fot5147

22 Septembre 2015

"Alors que l’État vient à nouveau d’être condamné à payer GDE, les opposants au site de Nonant-le-Pin manifestent aujourd’hui.

Le 11 septembre, l’État a été condamné, sur décision du tribunal administratif de Caen, à verser un million d’euros de provisions à l’entreprise pour le blocage de son site ornais pend

Sur le terrain, pour ne pas se faire oublier, les opposants ont prévu de manifester. Mardi midi, « une quarantaine de tracteurs et des manifestants seront là, explique Émilie Dehaudt, porte-parole du Front de résistance de l’Orne, nous sommes prêts à rebloquer si GDE revient. » L'entreprise a, en effet, laissé entendre à plusieurs reprises son intention de réexploiter son site.

Les anti-GDE s’installeront dans un champ voisin du site, « on ne bloquera pas les routes », promettent-ils." Ouest France

ant près d’un an. Une somme qui vient s’ajouter aux 700 000 € d’indemnités déjà obtenus par GDE en juillet 2014.

Sans se prononcer sur l’opportunité du projet, nous pouvons nous interroger sur le « comment a pu germer l’idée de l’implantation d’un centre de stockage et d’exploitation de déchets industriels, au cœur de cette région de haras, alors qu’il y a un véritable potentiel de développement de la filière équine, d’une agriculture de qualité, du sport de haut niveau ou du tourisme » ? »
Les travaux sont-ils conformes ?
Des erreurs graves ont été commises. « L’autorisation d’exploitation a été donnée alors qu’une inversion de cartes géologiques mesurant la perméabilité des sols avait été faite dans le dossier, volontaire ou pas, une erreur matérielle reconnue d’ailleurs par la direction de GDE.
Le fond des alvéoles [où sont stockés les déchets de broyage automobile et déchets banals] se trouve à une profondeur de dix mètres et jusqu’à plus de trente mètres au-dessus. Les travaux alors entrepris sont-ils conformes ? »
En effet, « l’exploitant met en cause les sous-traitants et constate, au 22 octobre 2013, que le site n’est pas exploitable.
Des éléments nouveaux sont en cours d’examen. Le rapport d’étape des experts judiciaires auprès de la cour d’appel de Paris indique que la décharge a été mise en exploitation alors que de nombreux travaux n’ont pas été effectués, les approvisionnements n’étaient pas faits, qu’aucune programmation de qualité et de quantité n’avait été faite, que le personnel n’a pas été formé et les outils de suivi de l’exploitation pas en place. Des experts du Bureau de recherche géologique et minière (BGRM), sont envoyés sur site, et qui procéderont à leur enquête. La cour administrative d’appel va prendre une décision sur l’autorisation d’exploitation. Cela ne devrait pas être long. » La ministre a « déconseillé vivement à M. Moutouh, dirigeant de GDE, de remettre en activité le site » alors que celui-ci avait l’intention de le faire en septembre.

Concernant les emplois, pour peut-être moins de 10 emplois promis par GDE, ce qui est peu probable, car tout est automatisé,  c’est plus de 200 emplois directs, sans compter les indirects qui risquent d’être supprimés.

Concernant les Haras : 120 Haras sont exploités autour du site. Beaucoup ont des futurs champions et champions en garde. Il suffit de 2 à 3 poulains de malades pour qu’une rumeur s’installe, et que tous les propriétaires de chevaux les retirent  des Haras de l’Orne.

D’autre part, l’état du ruisseau du Plessis qui traverse le site d’enfouissement de déchets automobiles GDE à Nonant-le-Pin s’est « dégradé entre l’amont et l’aval » de la décharge.

GDE est installée sur le site du Plessis, sur une surface de 55 hectares, dont 40 dévolus à l’installation, soit l’équivalent de 20 stades de football

–  A moins de 500 mètres du centre du bourg de Nonant le Pin. En plein cœur de terres agricoles réputées dont plus de 1000 ha des cultures ou élevage bio dans un rayon de 2 kilomètres autour du site

–  au milieu d’un site « pôle d’excellence de la filière équine », au bord d’un site Natura 2000, sur un terrain en pente, sur une zone humide à protéger

–  traversé par un ruisseau Le RU qui se jette dans la Dieuge, puis dans l’Orne qui se jette dans la mer à Ouistreham

_ Le site se trouve à 2.5 kms du Haras du Pin

La plainte pour corruption et trafic d’influence à l’encontre de Messieurs LAMBERT et PELLERAY  a été déposée entre les mains du Procureur de la République d’Argentan le 25 septembre 2014

France Nature Environnement et Zero Waste France ont suffisamment d’éléments pour permettre aux pouvoirs publics de supprimer l’autorisation accordée à GDE :
- les études fournies par GDE pour obtenir l’autorisation ont été tronquées et ne font pas apparaître les risques réels de pollution de la nappe phréatique (cf. les cartes interverties par GDE dans son étude d’impacts),
- GDE n’a pas respecté nombre de prescriptions qui lui étaient imposées par les arrêtés de prescription et la règlementation pour la mise en chantier et l’exploitation de son site,
- Alors que GDE accuse la population et l’Etat d’être responsables d’une perte de chiffre d’affaires, il est désormais avéré que leur site n’a jamais été en état de fonctionner (cf. expertise judiciaire du TGI de Paris du 26 février 2015),
- GDE a sciemment envoyé des camions de déchets « illégaux » escortés par la gendarmerie les 22 et 23 octobre 2013 sur ordre du Préfet de l’époque sur un site en état de délabrement constaté dès le mois d’août 2013, Sans compter d’autres infractions qui sont actuellement entre les mains de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCiff)

Une plainte a été déposée en Août 2015" Le laboratoire d’hydrogéologie de l’université Pierre et Marie Curie (unité de recherche METIS) vient de remettre à Sauvegarde des Terres d’Elevage un rapport où il apparaît que des omissions volontaires et des manipulations ont été opérées dans l’étude déposée par GDE pour obtenir son autorisation.
Sur cette base, les Associations Sauvegarde des Terres d’élevage et Nonant Environnement ont déposé une plainte devant le Procureur de la République d’Argentan pour faux et usage de faux à l’encontre de l’entreprise GDE.
Il s’avère, en effet, que pour obtenir l’autorisation d’exploiter une installation classée à Nonant-le-Pin, GDE a produit une étude d’impact aux termes de laquelle elle affirme que son projet de centre d’enfouissement de déchets est compatible avec la situation hydrogéologique du site.
Or ce document est entaché d’informations volontairement erronées et a été utilisé continuement depuis sa constitution, notamment dans le cadre des expertises en cours.
En particulier, l’inversion de deux cartes relatives à la résistivité des sols et donc à leur imperméabilité, ce qui a conduit à faire croire que les sols étaient imperméables jusqu’à 15 mètres alors qu’ils ne le sont que jusqu’à 7 mètres. C’est d’autant plus grave que les casiers de dépôt des déchets sont profonds de 10 mètres.
Autre sujet inquiétant : le fait que les flux entre la nappe de surface et la nappe phréatique profonde sont fréquemment descendants alors que GDE affirmait qu’ils étaient toujours ascendants. La conséquence est sans appel : la nappe phréatique profonde sera exposée à la pollution produite par le stockage des déchets.
C’est d’ailleurs une des raisons qui avaient motivé une enquête publique négative et conduit le Préfet, Bertrand Maréchaux, à rejeter le projet de GDE. La démonstration que GDE a sciemment produite et utilisée un faux pour faire passer son projet doit, désormais faire réfléchir le gouvernement quant à l’urgence d’empêcher un coup de force de GDE en septembre.
Les associations Sauvegarde des Terres d'élevage et Nonant Environnement ont annoncé avoir déposé une plainte devant le procureur de la République d'Argentan "pour faux et usage de faux à l'encontre de l'entreprise GDE". "

21 Septembre 2015

Les pouvoirs publics veulent fermer des hôpitaux, est ce pour pouvoir en faire des camps pour les clandestins, et ce au détriment des populations françaises ?

Plusieurs milliers de personnes ont défilé ce samedi après-midi pour défendre le centre hospitalier, notamment sa maternité et son bloc opératoire.

Plus de 4 000 personnes ont répondu à l'appel lancé conjointement par l'intersyndicale CGT et CFDT de l'hôpital et la municipalité de L'Aigle, ce samedi, pour "défendre les services de l'hôpital" et contester les orientations de l'Agence régionale de santé. 

Une centaine d'élus, de toutes les tendances politiques, a apporté son soutien à la mobilisation. En leur nom, la député-maire de L'Aigle, Véronique Louwagie, a souligné que "cette forte mobilisation aura tout son poids" pour les négociations des prochains mois. "Nos territoires ne doivent pas être délaissés au profit des grandes agglomérations" a-t-elle martelé, avant de préciser qu'elle aurait une rencontre avec la ministre de la Santé, Marisol Touraine, le 29 septembre sur ce dossier, et qu'une "mission d'appui" devait se rendre à L'Aigle dans quelques jours afin de rendre sa décision au printemps prochain.

17 Août 2015

"Les agriculteurs réagissent aux propos de Laurent Beauvais quant à l'approvisionnement de la cuisine centrale.

Le 29 juillet, un groupe d'agriculteurs décidait de visiter la cuisine centrale d'Argentan Intercom afin de « vérifier l'origine des produits alimentaires » (Ouest-France du 30 juillet). Le 4 août, Laurent Beauvais, président d'Argentan Intercom, réagissait dans les  pages d'Ouest France. Il insistait sur le choix opéré pour « favoriser une production maison », affirmant que « moins de 15 % » des « quelques 1 600 produits utilisés » par la cuisine centrale sont des surgelés.

« Lorsque nous avons visité la cantine centrale et constaté que le stock de surgelés utilisé pour la cuisine était bien plus important que le stock de produits frais, nous avons aussi observé que la viande de veau venait d'Allemagne après avoir été abattu aux Pays-Bas », maintiennent pourtant les éleveurs, qui ont tenu à répondre à Laurent Beauvais. Dans le but de lutter contre la perte de traçabilité des produits et l'approvisionnement des aliments via de grosses centrales d'achat, les agriculteurs proposent « une nouvelle façon de consommer gagnante pour toutes les parties, en introduisant par exemple dans le cahier des charges fournisseurs une mention made in France. Elle permettrait de structurer l'offre et de créer une dynamique économique locale tout en améliorant la qualité des produits."

31 Juillet 2015

Les responsables PS de la CDC, que l’on retrouve à la Mairie d’Argentan, au Département et à la région se foutent des agriculteurs.

Les agriculteurs français ont décidé de réagir ; ils en ont assez du diktat de la mondialisation libérale, ils en ont assez d’être laissés à l’abandon. « Y a le feu dans nos campagnes » est le slogan qui a été lancé, durant la grande journée de mobilisation nationale des agriculteurs.

Nos paysans sont le cœur battant de la France, les garants de notre souveraineté alimentaire. Dans un monde en mutation, plus que jamais les représentants de l’Etat doivent leur témoigner leur  soutien profond et entier. Pourtant, ils ne donnent pas l’exemple. Les agriculteurs demandent que les produits issus de l’agriculture française soient valorisés et, pour ce faire, souhaiteraient que deux repas sur trois, en restauration collective publique, soient confectionnés à partir de produits français, Et pourquoi pas les trois repas.

Ce n’est malheureusement pas le cas ; est-ce à dire que les démonstrations tapageuses d’Arnaud Montebourg sur le « made in France » (notez l’anglomanie coupable de l’expression) n’étaient que des paroles en l’air ? Si l’État n’achète pas en France, il sera difficile d’encourager les Français dans le besoin à le faire. Des agriculteurs militants sont allés contrôler les camions alimentant les cantines de Bercy. Ce qu’ils ont vu ne laisse pas de place au doute et attriste. Samuel Vandaele, secrétaire général adjoint des Jeunes agriculteurs, peiné, déclarait notamment : « Tomates du Maroc, pommes d’Italie, produits sans étiquette, le ministère de l’Économie devrait être exemplaire dans le made in France et ce n’est pas le cas. On est un peu exaspérés. » Et ils ont raison de l’être car c’est inadmissible.

Dans les cuisines d’Argentan-intercom qui desservent entre-autres, le foyer des jeunes travailleurs, les cantines scolaires, nos agriculteurs ont trouvé trop de produits non locaux, ils ont eu droit à de la viande de Nouvelle-Zélande, des poulets transformés aux Pays-Bas, etc. C’est une honte, alors que tant de nos agriculteurs dans l’Orne sont au bord de la faillite. A moins que l’on nous donne comme excuse que le responsable des achats de la cuisine centrale d’Argentan fait partie de ces illettrés d’Argentan, et qu’il n’a pas su lire l’étiquette et a cru que c’était de la viande normande. Ce que nous ne croyons pas.

Les politiques cèdent face aux pressions et soumettent nos agriculteurs à la concurrence déloyale des pays du Sud et, bientôt peut-être, de TAFTA. Rendez-vous compte que TAFTA se donne pour objectif d’ouvrir largement les marchés publics, c’est-à-dire que les collectivités locales pourront lancer des appels d’offres internationaux dont le seul critère sera le prix ! On est loin du patriotisme économique, on est encore plus loin du protectionnisme intelligent. Les agriculteurs français seront livrés à la prédation de pays dont les critères de production (écologiques et sociaux) sont très inférieurs aux nôtres.

Le scandale est immense, le risque majeur. Osons le dire, il s’agit d’une trahison qui pourrait, à terme, empêcher toutes les tentatives de relocalisation de l’économie, et, surtout, un coup fatidique porté à nos agriculteurs. Lesquels souffrent déjà de normes européennes terriblement contraignantes et d’un manque de protection. Sans compter que l’embargo stupide à l’encontre de la Russie, imposé par Bruxelles et Washington, constitue un manque à gagner important.

Alors, oui, nous devons soutenir nos paysans car il en va de l‘avenir de la France. D’abord de sa capacité à l’autosuffisance, ensuite de la santé des français les plus modestes qui n’auront plus accès aux produits de qualité, bientôt réservés aux plus riches. Les mêmes qui encouragent ces mesures antipatriotiques.

Refusons d’acheter des fruits, légumes, viande, lait et autres produits, qui ne viennent pas de nos agriculteurs. Dans la région d'Argentna, des agriculteurs vendent en direct, et certains livrent à domicile.

Soutenons-les, cela fera de l’emploi. Soyons solidaires.

15 Avril 2015

Le budget a été voté hier soir à la CDC, Les élus FN se sont abstenus, car le Président a eu un petit geste de bon sens en ne nommant pas un nouveau vice-Président à la place de Monsieur Carpentier, dans un  but d'économie.

Bien que le Maire d'Argentan ait fait part qu'il n'était pas contre le fait d'aider la CDC qui manque d'argent (proposition de 300 000 euros), les autres Maires  ont refusé car eux, n'ayant pas de zones sensibles ont vu leurs dotations en baisse.

20 Mars 2015

Voilà ce que les parents d'élèves ont reçu le 16 mars 2015 de la direction de l'école publique de BOUCE. Il faut lire de 1 H30 à 3 Heures de cours par semaine, pris sur le temps scolaire en temps que langue vivante......Ce sont des cours assurés par des enseignants Algériens. marocains, tunisiens ......La même feuille est donné pour l'enseignement du  turque.Voilà ce que nous réserve l'UMPS

04 Mars 2015 

Hier soir au Conseil d’Argentan Intercom, nous avons appris la démission de Monsieur Jean Louis CARPENTIER, 1er Vice-président en charge des affaires sociales et du logement. Il était d’ailleurs absent au Conseil municipal de la veille. 

La presse ne vous a pas donné les raisons de sa démission :  la baisse du budget de sa commission concernant les rythmes scolaires, qui sont déficitaires. Merci Najat… 

Et voilà les premiers effets sur les collectivités  des rythmes scolaires. Ce sont encore nos enfants qui vont en pâtir, avec le mercredi ou ils doivent se lever de bonne heure. 

Le Président a d’ailleurs annoncé qu’il aurait beaucoup de mal à boucler son budget, et il a donc demandé, à tous les maires des 36 communes, de verser à la CDC, une somme en moyenne de 10 000 euros pour pouvoir boucler son budget, ce que bien sûr, ils ont tous refusé. Donc le budget de 2015 risque de soulever beaucoup de problèmes au prochain conseil de la CDC. 

Mais Monsieur Beauvais, qui perçoit plus de 5 500 euros en tant que Président de région, plus son indemnité en tant que Président de la CDC, plus une autre en tant que conseiller délégué (Merci au lecteur qui nous a fait remarquer notre erreur, Monsieur Beauvais n'est pas adjoint)) au Maire d’Argentan, plus les frais et avantages n' a aucun complexe. Et avec 8 Vice-présidents, les avantages des Elus et copains devaient être sérieusement remis à plat….. 

05 Février 2015

La nouvelle commune de Boischampré, composée des communes de Vrigny, Saint Loyer des Champs, Marcei et Saint Christophe leJajolet fait couler de l'encre à Argentan Intercom :

Décidément au PS , ça ne va plus, ne pas voter pour un maire PS, tout simplement parce que le nom ne plaît pas......Il n'ya que 5 votants de droite sur 60 votants, Pourquoi Michel LERAT, PS n'a-t-il été élu qu'avec 38 Voix ? Nous trouvons ce nom de Boischampré plus beau que les noms de village qui évoquent la mort ou le "cul". Quant à dire que "ce nom n'a ni queue, ni tête, il détruit les traditions".... Le Ps est mal placé pour parler de traditions à sauver ........Bon, on ne comprend plus très bien la manière de fonctionner de leurs cerveaux.

En outre 600 logements de plus vont être construits à Argentan, avec tous les logements vides ........Ont-ils l'intention de faire venir beaucoup de personnes à la charge des contribuables ?......Avant de construire des logements, il faudrait inverser la courbe du chômage......

04 Février 2015

Hier soir, Argentan intercom s'est réuni, à la fin de la réunion, une dizaine de parents d'élèves de l'école de NECY, sont venus interpeller les élus pour leur faire part de leur mécontentement concernant l'école de NECY qui est dans un état lamentable. Les enfants sont accueillis dans des locaux sinistres. Mais il vaut mieux mettre de l'argent dans d'autres associations... D'ailleurs les résidences pour personnes âgées à Argentan, dont Monsieur Pavis est le Président (il tient à ce titre) commencent  elles aussi à se délabrer. Où va l'argent de nos impôts , nous en donnons toujours plus, et la situation continue à se dégrader ? La priorité serait d'accueillir correctement les enfants dans  les écoles... et les personnes âgées, dans leur logement gérée par la mairie.... Un repas en fin d'année, c'est très bien, mais avoir des chambres correctes, c'est mieux.....

20 janvier 2015

Nous avons assisté au voeux de la CDC, qui se sont déroulés à la médiathèque, dans la salle d'exposition, derrière les ordinateurs des secrétaires. Le Président dans son discours a reconnu qu'il fallait penser à l'emploi, beaucoup de compliments sur les adjoints, et sur Monsieur le Maire d'Argentan, qui était caché par un gros poteau, ce qu'a fait remarquer monsieur Beauvais en riant. Monsieur Pavis qui est arrivé bon dernier, est d'ailleurs parti le premier, nous n'avons même pas pu voir s'il a bu un verre. Il manquait une bonne partie de la garde rapprochée de Monsieur Modeste. Un gros bémol lors de ces voeux, il n'y avait aucune chaise, dans l'éventualité, d'une personne âgée, à station debout pénible, ou une femme enceinte. C'est vrai que la salle était petite, c'est tout ce que Monsieur Modeste a donc proposé à son "grand ami" ?

09 janvier 2015

Que se passe-t-il entre Monsieur Modeste et Monsieur Tartarin d'Argentan. Depuis leur dispute à la CDC, que nous vous avions relaté, le torchon brûle-t-il toujours ?  Nous avons reçu en fin de semaine dernière un courrier de la région Basse-normandie nous invitant  :  le jeudi 22 janvier 2015 à 18 H 30 à l'Abbaye aux Dames à Caen pour  la cérémonie des voeux du Président de la Région.

Hier nous avons reçu une carte de voeux de la Mairie avec une invitation pour le jeudi 22 janvier 2015 à 17 H à l'Hotel de ville à Argentan,  pour les voeux au Personnel. Nous aurons du mal à nous trouver aux deux endroits, avons-nous le droit de dépasser les limitations de vitesse (comme certains ministres) ? Nous vous laissons réfléchir....

08 janvier 2015

Ouest France titre :

La nouvelle commune de Boischampré regroupe Saint-Christophe-le-Jajolet, Vrigny, Marcei et Saint-Loyer-des-Champs 

Argentan intercom passe de 36 à 33 communes. La nouvelle commune de Boischampré regroupe Saint-Christophe-le-Jajolet, Vrigny, Marcei et Saint-Loyer-des-Champs. Avec 1128 habitants, elle prend la 3e place au sein d’Argentan intercom, juste derrière Trun.

Mardi soir avait lieu l’élection du nouveau maire et de ses adjoints. Pas de surprise, Michel Lerat, maire de Saint-Christophe-le-Jajolet et candidat pressenti, est élu dès le premier tour, avec 31 voix sur 43.

Nous lui souhaitons la bienvenue.  

29  décembre 2014

Et pendant ce temps, ils rôdent, nous aurions, normalement, l'inscrire dans délinquance, mais comme cela se passe dans la communauté des communes.

Et oui, ils rôdent, à l'affût, ils rendent "une petite visite amicale" dans nos maisons. A Sarceaux, ils sont entrés et ont dérobé des bijoux chez une personne connue . Ils ne cessent de guetter, les chiens par moment, dès qu'il fait nuit, se lèvent brusquement, les poils hérissés, aboient, font le tour des maisons, puis reviennent dans la maison, mais restent sur le qui-vive, très en colère. Mais ceux qui n'ont pas de chien ou d'alarme, ne sont pas prévenus. Et cela est inadmissible, car on ne les retrouve presque jamais. Que va-t-il falloir prendre comme mesure pour éviter d'être cambriolé, de se sentir "violé"). Il vaut mieux garder les chiens dans la maison, cela évite qu'ils ne leur fassent du mal, et que ces pauvres bêtes ne puissent nous avertir.

20 décembre 2014

La rédaction de cet hebdomadaire Ornais n’a toujours pas publié notre droit de réponse à Monsieur l’anonyme courageux qui  a mis en cause les élus Bleu Marine d’Argentan.

Ainsi, les lecteurs sont privés de cette réponse éclairante sur la « philosophie » et les faits réels concernés par cet article.

A quoi jouent ces journalistes ; sont-ils à ce point inféodés aux socialo-communistes pour tenter encore d’influencer les électeurs qui sont pourtant de plus en plus écœurés par les manœuvres de ce clan de privilégiés nourris par les subventions de la République.

La République, parlons en justement, puisque ce droit de réponse fait partie du corpus légal de ce régime politique qu’ils se plaisent tant à défendre !! Nous sommes au XXI° siècle, ce que n’ont pas encore compris ces journalistes. Dans l’Orne, et spécialement à Argentan, nous avons la sensation, sur plusieurs plans, de vivre dans une enclave de la République !

Si nous sommes en France à une période charnière de changement de mode de vie, cela concerne aussi la représentation des citoyens dans les médias et dans les urnes, et il devrait être naturel que « l’indépendance » de la presse suive ce mouvement, lancé par les électeurs, qui, las du désastre construit par les Socialo-communistes soutenus par les Gaullo-décadents, choisissent peu à peu de rejoindre les patriotes Bleu Marine (notamment des élus UMP, UDI ont rejoint ces jours-ci le Front National). 

D’autre part concernant les questions orales sur l’hôpital, le Journal de l’Orne oublie de préciser que ces fameuses « questions orales » doivent en fait être transmises 48 H avant le CM par écrit, et que Madame NIVAGGIOLI avait rectifié sa question par mail deux jours avant le Conseil Municipal en mêmetemps  que les questions…..

07 décembre 2014

La soirée du 05 décembre du FN à été réussie. Nous avons accueilli de nouveaux adhérents fort sympathiques, à qui nous souhaitons la bienvenue.

Lionel Stieffel nous a parlé des élections départementales de mars 2015. Certains se sont proposés. Ainsi qu'un récapitulatif du Congrès.

Nous avons dégusté du punch, de la sangria et des tas de petits fours apportés par plusieurs.

18 novembre 2014

Nous vous transmettons le courrier d'un contribuable qui n'en peut plus :

"Argentan, "le paradis fiscal" des logements sociaux....les autres peuvent payer.

Comme tout un chacun, je suis propriétaire en centre ville d'une maison, "normale". Je viens de recevoir mes montants d'imposition : 3000 euros pour la taxe foncière et 2000 euros pour la taxe d'habitation. Dieu merci, je ne suis pas à la retraite, je bénéficie, donc d'un toit, dans le cas contraire, après une vie de travail, je ne serai pas en mesure de conserver cette maison.

A titre d'exemple, mon beau-frère, propriétaire à Paris d'un somptueux appartement (200 m2) avenue de Suffren, à deux pas de la Tour Eiffel, paye exactement la moitié en taxe foncière et taxe d'habitation. Cherchez l'erreur ? Paris est certainement mieux géré qu'Argentan."  

05 Ocotobre 2014

Alors que nous prenions un café dans un bar du centre-ville avant de nous rendre à Ouest-France, en compagnie de deux électeurs n'appartenant pas au Front National, Monsieur Tartarin d'Argentan est arrivé, il est allé serrer la main des personnes, assis à une autre table, il est passé devant la nôtre, mais nous n'avons pas eu droit à sa main  tendue. Est-il fâché ? Les électeurs avec qui nous étions ne lui plaisaient pas ? Ou est-ce tout simplement nous ?  Il nous avait habitués à plus d'attitude démocratique. Ou peut-être ne voulait-il pas que nous le voyions de près car il n'était pas rasé ?

04 Octobre 2014

Le matériel pour les rythmes scolaires n'a toujours pas été remboursé aux animatrices.

La CDC n'a pas encore le budget pour acheter du matériel, alors ils demandent aux enfants de collecter chez leurs amis ou famille des rouleaux de papier hygiéniques ou des emballages d'aliments.

Bientôt la CDC prendra des sacs jaunes du tri sélectif pour animer les cours de nos bambins. La France tombe de plus en plus bas.

Vont-ils envoyer nos enfants au centre de tri pour choisir ce dont ils ont besoin ? 

29 septembre 2014 

Il se murmure que les personnes recrutées par la CDC  pour animer les rythmes scolaires sont obligés de faire l’avance pour acheter le matériel nécessaire à ces animations. 

Ces responsables  de la CDC n’y avaient pas pensé. Ont-ils pensé à voter leurs indemnités ? 

Le matériel de bureau est-il payer par les élus ou les secrétaires. 

On croit rêver, la France est-elle plus en difficulté que ce que l’on nous annonce ?   

« On ne nous dit pas tout » 

Elles ne sont pas remboursées près de 15 jours après.  

C’est un scandale. Nous espérons que ce problème sera réglé cette semaine, car pour des personnes au chômage ou au RSA, ne percevant que 185 euros par mois pour ces animations. 

 Le mois de septembre sera de moins de 100 euros.  

26 septembre 2014

Nous vous donnons la réponse de la CDC concernant notre demande de formation des Elus :

"Vous nous avez sollicités en vue de connaître les possibilités de prise en charge par Argentan Intercom de formations à destination des élus. Conformément au code général des collectivités territoriales, cette possibilité doit être prévue par     l'établissement. Un projet de délibération sera soumis prochainement, en ce sens, au conseil communautaire. Celui-ci arrêtera l'enveloppe consacrée ainsi que les priorités à prendre en compte dans l'examen des demandes.
 En attendant cette décision, je vous invite à nous adresser vos éventuelles demandes. Il y sera apporté réponse dès l'adoption de la délibération cadre."

C'est bien ce qu' une secrétaire avait répondu, "aucun élu n'a demandé de formation depuis que la CDC existe ".

Nous sommes stupéfait, nous savions que les "dirigeants des structures publiques" préféraient priviligier leurs cadres pour bénéficier des formations, mais là c'est trop. Les élus non rénumérés doivent donner l'exemple.

Nous avons le souvenir d'un des plus gros employeur d'Argentan, parti à la retraite, qui nous a répondu à notre demande de formation du personnel de son établissement:

" le petit personnel qui gagne entre  1 000 et 1 500 euros par mois est enfermé dans son carcan, il ne comprend rien".

Où est passé l'enveloppe consacrée depuis tant d'années ? Pour 2014, est-ce trop tard ? Certainement !

24 Septembre 2014

Madame Brigitte LECOEUR et Monsieur Jacques AMIOT (encore lui) ont reçu un carton d'invitation pour se rendre à l'inauguration de la société Agrial, il est spécifié dans le carton que les personnes désireuses de répondre favorablement à cette invitation doivent  prévenir à l'avance. Jusque là tout va bien.

Madame LECOEUR téléphone pour annoncer sa venue et celle de Monsieur Jacques Amiot, (le mal aimé de la CDC), et là surprise, ils ne figurent pas sur la liste des personnes autorisées par la CDC. Chercher l'erreur ?

17 septembre 2014

Le torchon brûle entre Monsieur Tartarin d'Argentan et Monsieur "c'est moi qui décide", ils se sont disputés comme des chiffonniers hier au soir, au conseil communautaire. Tout cela pour un chemin qui ne se trouve pas sur Argentan, mais Monsieur le Maire exigeait que Monsieur le Président de la CDC prenne à sa charge la réfection de ce chemin. Ce dernier ne voulait pas en entendre parler.

Monsieur "c'est moi qui décide" peut décider à la Mairie, mais pas à la CDC.....

Qui est donc le propriétaire de la maison qui se trouve au bout de ce chemin ?

Pour que l'on assiste à une telle dispute,  devant tous les conseillers, même de l'opposition, et devant la presse.

Dispute qui a continué sur le parking. On a pu entendre :

."Ne me parle pas sur ce ton " . "J'en plus rien à faire" et cela a continué.... ..... la Presse va-t-elle relater cet incident.....

Lundi 22 septembre  aura lieu le Conseil Municipal, et là les rôles sont inversés, c'est le Maire qui préside, et décide et Monsieur Le Président de la CDC qui met sa casquette de simple conseiller municipal. Nous allons peut-être assister à un combat de coq!!!!!!!

Décidemment rien ne va plus au Parti Socialiste, si après l'Assemblée, ils ne sont même plus d'accord au niveau communal.....

Affaire à suivre........

1er septembre 2014

Monsieur Beauvais a déclaré sur FR3 "le choix du Haras du Pin est extraordinaire, mais pas adapté pour

50 000 personnes". Pourquoi donc ce site a-t-il été choisi dans ce cas ?

Des personnes parties à 8 Heures du matin et arrivées à 14 Heures.

Un parking à 7 kms du spectacle, pire que pour le Mont Saint Michel, n'est-ce pas le même Monsieur Beauvais,  là-bas aussi, qui en a été le responsable.

 Nous nous sommes laissés dire que le Président de la région est originaire d’Argentan, que c'est son second mandat à la Région, et qu'il n'a donc aucune excuse, il ne peut pas ignorer qu'une seule route dessert le Haras du Pin, et que les terrains sont de véritables bourbiers, après un été si pluvieux.

Gère-t-il la région de la même façon ? Nous nous interrogeons d’ailleurs sur l’acquisition immobilière d’un immeuble à usage industriel et commercial sis au 17 rue de l’industrie à Argentan en 2001. C’est un véritable feuilleton qui est actuellement pendant devant le tribunal. Un crédit-bail ? Où se trouve-t-il dans les comptes de la CDC. Des documents que l’on ne retrouve plus. Des sommes qui ont servies à acheter, puis à vendre, puis à racheter,  avec bien sûr l’argent des contribuables. Monsieur BEAUVAIS a l’air de découvrir en juillet 2012 que  la Société des transports Ruel-SDV avait fait faillite en 2007, et que depuis les locaux avaient été loués à SPIP pénitentiaire, avec d’après ce que nous savons sa signature lors de la location avec des avantages octroyés à SPIP Pénitentiaire. Peut-être a-t-il fait comme Monsieur Modeste, qui a signé le 23 mars 2014 une liste avec le nom de Monsieur Jacques AMIOT, pour le résultat des  élections de la CDC. Ces deux responsables signent-ils donc des documents sans les lire. Signent-ils donc aussi des chèques, sans savoir à qui, avec l’argent des contribuables ? 

31 Août 2014

Sur France 3, Monsieur Tartarin d'Argentan a présenté ses excuses pour les problèmes que nous avons relaté hier concernant les mondiaux équestres.

Mais nous allons vous relater une histoire parmi tant d'autres, c'est donc une dame qui a des enfants qui font du cheval et elle désire les emmener, elle va d'abord passer près de 3 heures pour aller d'Argentan au Haras du Pin, lorsqu'elle arrive, elle dépose ses enfants et part se garer, un des responsables lui conseille d'aller dans tel champ où elle ne risque rien !!!! Manque de chance, sa voiture s'embourbe, elle abandonne donc cette dernière, et part à pied, bien sûr ses bottines sont dans un état déplorable et sont fichues. Le gardien lui conseille d'appeler un agriculteur avec un tracteur, qui bien gentiment va sortir sa voiture de ce bourbier. Mais la voiture est abîmée, qui va payer, Monsieur Tartarin de sa poche, où la communauté des communes avec l'argent des contribuables, ou bien la pauvre dame !!!!!

29 Août 2014

Lors de la réunion de la commission début Août, Monsieur Carpentier avait fait part de son souci concernant le recrutement des animateurs pour assurer les rythmes scolaires. Il n'avait procédé qu'à 11 embauches,  il en manquait plusieurs dizaines, et il ne pensait pas y arriver pour la rentrée. Lorsque l'on voit que le même problème se pose dans la 2em ville de France. Et si l'on considère le nombre de chômeurs en augmentation, on est en droit de se demander pourquoi depuis plus d'un an n'a-t-on pas formé le nombre voulu d'animateurs ?

18 Août 2014

Enfin les parents de St Loyer des champs ont reçu la carte bus. Les enfants auront un car pour aller à l'école. Un essai leur a-t-on dit, nous espérons que comme toute situation en France, cet essai aura un caractère définitif.

11 Août 2014

Monsieur Jacques Amiot vient de recevoir un mail d'excuse de Monsieur Beauvais concernant les non convocations aux deux conseils communautaires. Nous ne retirerons pas notre requête au TA, car nous ne sommes pas sûrs que cette "erreur " soit vraiment involontaire.

Car cette "erreur" qui vient comme un cheveu sur la soupe quelques jours après le jugement du Tribunal administratif, et les articles dans les journaux, ont permis à la presse de continuer à faire croire aux électeurs que Monsieur Jacques AMIOT était un  élu fantôme" "Erreur" qui n'existe d'ailleurs que sur l'ordinateur qui envoie les convocations pour les Conseils communautaires. Les ordinateurs ne sont-ils pas en réseau ? Car l'ordinateur pour les invitations avait la bonne adresse mail. D'autre part, dès que nous avons parlé de non convocation, et de tribunal administratif, ils ont trouvé "l'erreur", ce sont des bons détectives!!!!!!

08 Août 2014

Ouest france a bien voulu faire le démenti concernant les excuses de Monsieur "Tartarin d'Argentan" à Monsieur  Jacques Amiot qui n'a toujours pas reçu la lettre d' excuse. Donc maintenant, nous ne croyons plus trop à un retard de courrier, donc nous pouvons nous apercevoir qu'une fois de plus un homme politique  ne dit pas toujours la vérité........

06 Âoût 2014

Voilà 6 jours que Monsieur Beauvais, dit "Monsieur Tartarin d'Argentan" a affirmé haut et fort dans la presse que des excuses avaient été faites à monsieur Jacques Amiot pour les oublis de convocation, mais soit la poste d'Argentan a des problèmes , et les facteurs très longs à distribuer le courrier, soit Monsieur "Tartarin d'Argentan" ne dit pas la vérité. Nous reviendrons sans cesse sur ce sujet pour vous prouver que s'il est capable de mentir à la presse pour une petite lettre d'excuse, jusqu'où peut-il aller ? Ne dit-on pas "qui vole un oeuf vole un boeuf"

02 Août 2014

Nous pensions que le feuilleton était terminé en attendant le jugement du Tribunal, mais non, nous pourrions écrire maintenant "les excuses fantômes", car Monsieur Jacques Amiot n'a toujours aucune lettre d'excuse, aucun appel téléphonique. Alors nous nous demandons si c'est encore un mensonge de Monsieur Beauvais. Pas très beau, monsieur le Président, en politique de se faire attraper avec de fausses promesses, surtout en ce moment, où les Français en ont assez des mensonges et fausses promesses du PS. Même Manuel VALLS essaie de prévenir que la rentrée sera très dure, il est peut-être en dessous de la vérité. C'est vrai que lorsqu'il était Ministre de l'Intérieur, il avait annoncé qu'il réglerait la délinquance à Marseille, mais cette nuit nous avons eu le 15 em réglement de comptes de l'année à Marseille.....

1er Août 2014

Ouest France reconnaît son erreur,  l'erreur de Monsieur le Maire et de Monsieur Beauvais dans le feuilleton "Les mystères de la CDC et l'élu fantôme". On voit qu'ils lisent tous le site internet du FN. Puisque les informations qu'ils détiennent viennent de notre article du mardi 29 juillet.

Mais nous voudrions tout de même apporter quelques rectifications, car Ouest France s'est contenté de lire le site, et une fois de plus n'a contacté aucun élu FN. En effet, il est écrit "Depuis, tempête Laurent BEAUVAIS le tir a été rectifié et des excuses ont été adressées à l'élu".

Depuis quoi ?   Depuis quand ?.......Pourquoi tempête -t-il ?

Car Monsieur Jacques AMIOT n'a encore reçu aucune excuse de la CDC, et aucune convocation, ni par mail, ni au domicile, alors que tous les Elus de la CDC ont déjà reçu la convocation du mois de Septembre. Il faut bien reconnaître que deux erreurs, toujours contre le même Elu FN, deux erreurs qui conduisent à des requêtes au Tribunal administratif, cela fait tout de même la démonstration d'une incompétence que nous démontreront bientôt avec la troisième requête au Tribunal Administratif.

Encore une fois, bien que nous reconnaissions que l'article est bien fait, nous nous devons de faire remarquer que si Le journal Ouest France avait fait preuve de neutralité, après avoir interrogé Laurent BEAUVAIS et les services de la Préfecture, elle aurait dû interroger Monsieur Jacques Amiot, cela lui aurait évité d'écrire encore une fausse information.....Car écrire le démenti est très bien, mais un 1er Août, cela fait combien de personnes en congés qui ne le verront pas, heureusement beaucoup ont le site internet......

30 juillet 2014 

En application de la loi N°2013-403 du 17 mai 2013 imposant de fixer le nombre des cantons par département à la moitié du nombre des cantons existants au 1er janvier 2013 arrondi à l’unité impaire supérieure, le nombre des cantons dans l’Orne est passé de 40 à 21.
La délimitation des nouvelles circonscriptions cantonales a été effectuée suivant le principe d’égale représentation des populations dans les nouveaux périmètres. Entre la population du canton le moins peuplé (celui de Exmes avec 2 796 habitants) et celle du canton le plus peuplé (Alençon II avec 19 129 habitants), l’ancien découpage faisait apparaître un écart de 6,84. Dans la nouvelle configuration de la carte cantonale, l’écart a été ramené à 1,44. Ce rééquilibrage démographique rétablit le poids des agglomérations dans l’assemblée départementale sans pour autant remettre en cause la représentation des territoires ruraux. Les 21 cantons s’inscrivent dans la fourchette garantissant l’égalité démographique, avec un écart maximal de 18,08% par rapport à une moyenne de 13 888 habitants par canton. Le canton le moins peuplé est celui de Radon (11 377 habitants), le plus peuplé est celui d’Alençon I (16 638 habitants). 

Peu de changement par rapport au projet initial 

Par rapport au projet initial qui avait été présenté par le préfet à l’assemblée départementale le 24 janvier dernier, la carte entérinée par Conseil d’Etat et fixée par le décret du 25 février a été modifiée sur les points suivants :                          La commune de Durcet a été rattachée au canton d’Athis-de-l’Orne   La commune de Bursard a été rattachée au canton de Radon.Les nouveaux périmètres ont été établis en référence à la carte intercommunale telle que définie dans le schéma départemental de coopération intercommunal arrêté le 29 décembre 2011. 
20 des 25 EPCI dont la population est inférieure au plafond démographique - s’inscrivent ainsi à l’intérieur d’un seul canton. 4 ont dû être fractionnés par nécessité démographique : 

Communauté urbaine d’Alençon, 
Communauté d’agglomération du Pays de Flers, 
Communauté de communes des Pays de L’Aigle et de la Marche, 
Communauté de communes du Pays d’Argentan. 

29 juillet 2014

Nous reprenons donc les Mystères de la Cdc et de l'Elu fantôme"

Car malgré le jugement qui concernait la feuille de proclamation et les erreurs manifestes de Monsieur "Modeste" .Monsieur Jacques Amiot est bien élu depuis la démission de Lionel Steiffel  conseiller Communautaire.

Le 23 juin et 17 juillet la CDC a réuni tous les Elus pour des Conseils communautaires.

Après le Conseil du 23 juin Ouest france avait titré "l'élu fantôme", car ils avaient  intérrogé la CDC, et les services de la Préfecture qui ne comprenaient pas l'absence de Jacques Amiot. Mais ce quotidien avait omis d'interroger le principal interéssé. Nous l'avions donc dénoncé dans notre site internet.

Lors du conseil du 17 juillet, à l'appel des noms des Elus, aucune réponse au nom de Jacques Amiot, Monsieur Beauvais interroge " il y a un pouvoir" ? Non aucune nouvelle lui répond-on. Monsieur beauvais semble étonné, mais de qui se moque-t-on ?

Après le Conseil Ouest France est resté muet sur l'absence de Monsieur Jacques Amiot, bien lui en a pris, car le premier article a causé un préjudice moral à ce dernier, devant ses électeurs qui lui en ont fait le reproche et ce pendant plusieurs jours.

Et bien si monsieur jacques Amiot ne s'est pas rendu à ces Conseils, c'est tout simplement parce que la CDC a tout simplement oublié de le convoquer. Etait-ce intentionnel juste après le jugement du TA ? Nous nous posons la question .

Une autre convocation pour le mois de septembre est arrivé chez Madame Lecoeur, et là aussi monsieur Jacques Amiot a été oublié.

Faudra-t-il encore saisir le TA ou la CDC va enfin rectifier son tir et convoquer officiellement Monsieur Jacques Amiot.

Nous avons saisi le TA pour les conseils du 24 juin et 17 juillet  car la méconnaissance des règles de convocation sont de nature à entacher d'illégalité les délibérations prises lors de ces Conseils.

Et là nous posons donc la même question, qui près de Monsieur Beauvais, s'est "arrangé" pour que les convocations de Monsieur Jacques Amiot n'arrivent pas à leur destinataire, et ce juste après le jugement ? De manière à alimenter des griefs.

Voilà , Est-ce du harcèlement contre Monsieur Jacques Amiot ? contre le FN ? est-ce autre chose, l'avenir nous le dira peut-être.

La presse pourrait chercher la vérité, mais la vraie vérité, en menant une enquête sérieuse, mais nous savons d'ores et déjà qu'elle n'est pas indépendante, et qu'elle n'en fera rien. Mais nous ne lacherons pas, et même si la presse refuse de passer nos communiqués, il existe d'autes moyens en plus du site internet, des tracts par exemple qui nous permettront d'expliquer aux lecteurs pourquoi la presse qui n'est pas indépendante ne raconte pas toujours la vérité. Car ce n'était pas "l'élu fantôme" qu'il aurait fallu titré mais la "convocation fantôme".

28 juillet 2014

Voilà le feuilleton de l'été. Nous allons reprendre dès le début .

Donc le 23 mars 2014 Monsieur "C'est moi qui décide" proclame les résultats des votes et annonce pour la communauté des communes 2 élus FN, tout va très bien, c 'est donc Monsieur STEIFFEL et Madame BRIGITTE LECOEUR, qui sont élus.

Mai la liste transmise au Préfet contient 28 noms donc trois noms pour le FN quelqu'un a rajouté le nom de Monsieur Jacques Amiot. Qui se trouve assez près de monsieur le Maire pour avoir rajouter le nom de Monsieur Jacques Amiot  sur une liste qui doit être transmise à monsieur le Préfet et avant que le maire ne la signe ? et d'après ce que dit Monsieur le Maire la liste restée en mairie ne contient pas le nom de Jacques AMIOT. Donc la personne qui a imprimé la liste pour le préfet a ensuite rectifié l'erreur.......

Nous insitons sur ce fait car vous verrez qu'à la CDC, on retrouve le même problème. Donc cela ne peut pas être un employé de la mairie, car d'après ce que nous savons, les employés de mairie ne sont pas employés de la CDC, à moins d'une complicité, mais là on tombe dans la paranoïa. Non, nous pensons que c'est une personne très proche de Monsieur le Maire et de Monsieur le Président de la CDC.

Qui a la confiance des deux pour pouvoir jouer avec les ordinateurs des deux directions ? Ou bien est-ce "Monsieur c'est moi qui décide" qui veut embêter Monsieur Beauvais ou est-ce Monsieur Beauvais qui veut embêter Monsieur Pavis. Ou encore les deux ensembles ?

De toutes les façons cela se réglera devant le Tribunal administratif dont  nous venons de recevoir l'accusé de réception de notre  troisième requête. Qui s'amuse.... à semer la zizanie avec le FN ????. dans quel but ? est-ce pour que nous mettions une partie de notre énergie à régler ce problème, et que cela nous empêche de voir autre chose ? Est-ce simplement de la bêtise ? Est-ce une vengeance contre nos deux dirigeants ? A vous de trouver lorsque vous aurez  tout compris.

La suite demain......

21 juillet 2014

1)La communauté des communes a annoncé le 17 juillet qu'il fallait un minimum de 10 enfants pour qu'un bus les transporte à Argentan. Mais si l'on sait que la CDC vient de voter 400 000 euros pour les nouveaux rytmes scolaires, et qu'un élu d'Argentan de la majorité a voté contre, car il demande, comment ces 400 000 euros vont être subventionnés. Ce que Monsieur BEAUVAIS a été incapable de répondre. On fait des promesses, mais on ne sait pas comment les financer. Ce vote, par contre a beaucoup contrarié "Monsieur c'est moi qui décide" qui n'a pas hésité à se retourner vers cet élu de gauche d'Argentan et lui lancer "on va avoir une discussion", et la démocratie ? qu'est-ce que vous en faîtes ? Enfin un élu de la majorité passive  qui a le courage de ses opinions.

2)D'autre part, un habitant nous signale qu'une employée de mairie de St Loyer des Champs est peut-être la cause de ce souci de transport, car elle refuserait de faire transporter ses enfants par le bus, ce qui permettrait d'atteindre peut-être le quota. Bien sûr, nous sommes en démocratie, mais si elle est capable de recevoir sa paie qui est financée par de l'argent public, un peu de solidarité envers ses voisins, qui ne peuvent pas accompagner leurs enfants à Argentan serait bienvenue.

3)Aucun journaliste n'a relevé l'absence de Jacques Amiot, il n'a plus été traité de 'l'elu fantôme"  sans excuse, très bien, car ils ne savent pas la vérité. il l'apprendrons bientôt, Et les habitants de la CDC comprendront que le FN est soucieux de la stricte application de la LOI,  le FN n'hésitera pas à dénoncer les abus mais aussi l'incompétence.............

03 juillet 2014

 "Les enfants de Saint-Loyer-des Champs n’auraient plus de car pour se rendre en maternelle et primaire. Par conséquent chaque parent devra emmener par ses propres moyens leurs enfants à l’école », s’alarment des familles depuis un courrier du président du Conseil général de l’Orne. Décidément Monsieur "modeste" et Monsieur Beauvais ont un drôle de raisonnement.

Les transports d'Argentan vont passer à la compétence de la CDC, car ils sont déficitaires. Et la CDC ferme les lignes non rentables.

Et le bus à la demande d'Argentan que l'on voit la plupart du temps circuler à vide, va-t-il aussi être supprimer ?

Mrs Pavis et Beauvais disent qu'ils veulent tout faire pour le sport et la culture, donc beaucoup de subventions pour ces deux derniers, et le transport des enfants à l'école, n'est-ce pas important ? N'est-ce pas une priorité, même pour six enfants, ils ont le droit d'aller prendre le bus. Lorsque l'on voit les sommes vertigineuses que la CDC et les mairies brassent, et dépensent, ne nous dîtes pas pas que vous ne pouvez pas trouver un moyen pour soulager ces familles qui travaillent et paient des impôts, mais il vaut mieux subventionner des électeurs potentiels.

Comment vont faire les parents qui travaillent ? surtout avec les nouveaux rythmes scolaires. 

28 juin 2014

Ouest France annonce que Jacques Amiot "l'élu fantôme" n'a pas assisté au conseil de la CDC le  24 juin, sans excuse, et ce sur les seuls allégations de la CDC, et se demande s'il sera toujours "l'élu fantôme" le 17 juillet, mais Ouest france a-t-il pris la peine d'interroger  Monsieur Jacques Amiot. Une fois de plus, Ouest France ne relate que l'avis de la majorité. Non, donc Ouest france ne connaît  pas la vérité, et n'informe pas correctement les électeurs.  La vérité bientôt sur le site..............

21 juin 2014

Monsieur Beauvais annonce : "Je viens d'annoncer la fermeture de la Maison de l'Emploi et de la Formation du Papao au 1er janvier 2015,  suite à une réduction  drastique des crédits de l'Etat qui ne croit plus en ces structures et joue plutôt la carte de Pôle Emploi.

Peut-être que certaines dépenses de la CDC et de la commune d'Argentan aurait pu soutenir la Maison des entreprises. De toutes les façons c'est une politique que vous soutenez. Et il n'y a pas que cette dernière qui ferme à Argentan..... 

15 juin 2014

A cause de la double erreur de monsieur"Modeste", Le jugement du tribunal annule l'élection de conseiller communautaire  de Jacques Amiot, il valide donc le double mandat électif de conseiller municipal et de conseiller communautaire de Monsieur Stiefel démissionnaire depuis le 24 mars 2014. Mais Monsieur Stiefel n'a jamais siégé, et seul Monsieur Amiot a siégé, donc toutes les décisions prises sont illégales. Gros embroglio....qui va nous sortir de là. Et combien cela va coûter aux contribuables ? Si l'on sait que seul, le Conseil d'Etat peut-être saisi en appel, selon la décision du Juge.

Ou est la Presse ? est-elle elle aussi comme la majorité silencieuse et soumise. Les habitants de la CDC Argentan intercom ont le droit de savoir.  On a l'impression de revenir "derrière le rideau de fer" ou à l'époque de Franco en espagne....

14 juin 2014

Dans le mémoire du 11 avril, présenté par Monsieur Pierre Pavis et adressé au tribunal administratif, ce dernier déclare le contraire de ce qui est écrit dans le procès-verbal du conseil municipal du 29 mars, à savoir : "La feuille de proclamation transmise à la préfecture contient une erreur matérielle, le nom de monsieur Jacques Amiot ne figure pas sur la feuille de proclamation conservée en mairie".

Si l'on sait que Monsieur Stiefel n'a jamais été convoqué pour assister à des commissions ou des conseils municipaux et communautaires

Alors que Monsieur jacques Amiot a été convoqué dans les commissions, les conseils municipaux  et communautaires.

Nous sommes en droit de nous demander à quoi joue Monsieur Pavis.

Est-ce du Harcelement envers les élus FN ?

Est-ce de l'incompétence de Monsieur "l'ancien professeur de maths" ?

Les argentanais devrait commencer à s'inquieter de confier la gestion de leur ville, et les habitants des communes appartenant à la CDC de confier une délégation à ce monsieur..... 

 12 juin 2014

 Et voilà le jugment du tribunal administratif est tombé.

Nous récapitulons, tout conseiller communautaire doit être avant élu conseiller communal.

Le FN a obteni 3 sièges de conseillers communaux et 2 de conseillers communautaires.

Le prefet avait attribué 27 postes de conseillers communautaires pour Argentan.

Mais notre Maire, ancien professeur de mathématiques, avec ses services, ne sont pas arrivés à compter jusqu'à 27, ils ont donc envoyé à Monsieur le Préfet une liste de 28 noms.

Ce dernier a refusé et a saisi le tribunal administratif pour une annulation totale ou partielle de l'élection, le tribunal a donc écrit en RAR à tous les conseillers communautaires une première lettre pour informer, une deuxième lettre pour la date d'audience publique du 21 mai et une troisième lettre pour le jugement  du 12 juin et enfin une quatrième qui va arriver pour annoncer le résultat.

Et tout cela, en plus des salaires des greffiers, rapporteur public, juge, au frais des contribuables.

Le juge a donc annulé l'élection du  dernier nom sur la liste fournie par notre monsieur"modeste prof de maths", celui de Jacques Amiot qui reste conseiller communal. Mais, sur les 27 restant sur la liste, nous pouvons trouver monsieur Lionel Stiefel, conseiller communautaire, qui n'est plus conseiller communal. Situation bancale, hors la Loi, et tout cela pour l'erreur d'un homme à qui l'on confie des dizaines de millions d'euros, et qui ne peut pas compter jusqu'à 27.

Bien sûr nous n'allons pas en rester là, Je pense que Monsieur Pavis si sûr de sa gestion pourrait prendre à son compte les frais de son erreur, en se privant d'un ou plusieurs voyages....., car les Argentanis n'ont pas fini de payer pour ses erreurs.

Le 20 mai  2014

Les élus FN n'ont pas eu le droit, comme tous les autres élus, à la brochure reliée de l'ordre du jour. Pourquoi ? Ils sont aussi légitimes que les autres élus..... 

 Le 20 mai 2014, la CDC s'est réuni, nous saluons l'initiative concernant l'accessibilité de la médiathèques aux personnes à mobilité réduite. En ce qui concerne les délégations en matière de commission, Monsieur Beauvais remarque que "les finances n'ont pas eu un grand succès, il n'empêche que ça fonctionne bien", en est-il si certain ? l'avenir nous le dira......

résumé de la révision de l'intercommunalité de 2013: 

Le préfet de l'Orne a proposé pour l'ensemble du département une révision des périmètres des intercommunalités.

Pour ce faire, il a laissé un délai que seule l'intercommunalité d'Argentan a dépassé, puisque les conseils municipaux des CDC de la plaine nord d'Argentan et de la vallée de la dives ont refusé d'intégrer.

Une commission départementale a imposé l'intégration de ces deux cdc, aux conseils municipaux réfractaires!

Le projet du préfet prévoyait une intercommunalité pour Argentan de 52 communes et 4 cdc (cdc du haras du pin, dont la commune d'Urou et Crennes)

PAVIS et BEAUVAIS ont refusé pour des motifs bassement politiciens, puisqu'à 4 cdc ils n'étaient nullement certains de pouvoir garder les commandes de la nouvelle cdc.

Ils ont donc opté pour une intercommunalité à 3 cdc et 36 communes.

Pour justifier son refus, PAVIS a fait valoir une augmentation de la pression fiscale pour les argentanais de 640 000 € par an pour les argentanais, quand Ouest-France du 27 mars 2013 n'évoquait qu'une estimation de 400 000 à 640 000 €, et que le préfet déclarait dans la presse que la pression fiscale supplémentaire ne serait que de 80 000 à 120 000 € par an!!!

PAVIS est marseillais!

Si le calcul de PAVIS était sérieux, cela démontrerait que la seule micro cdc du haras du pin aurait un poids fiscal de 500 000 € par an, ce qui est hautement fantaisiste!!!

PAVIS a donc adopté une fausse posture de défenseur des contribuables, afin de pouvoir préserver leur main mise politique sur la nouvelle cdc "Argentan Intercom"

Il existe dans l'Orne 4 bassins économiques dont celui d'Argentan qui en est le dernier! (premier, celui de Flers, second Alençon et troisième L'Aigle-Mortagne)

Le bassin économique de Flers est trois fois plus actif que celui d'Argentan et celui d'Alençon deux fois plus actif, L'Aigle-Mortagne 1,5 fois plus actif!!!

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 04/01/2017